Partagez | 
 

 Retour de l'orphelin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Inscription : 12/11/2013
Messages : 82
avatar
Mathieu Valrose
MessageSujet: Retour de l'orphelin   Ven 15 Nov 2013 - 19:20

Il suivit la jeune femme dans les couloirs d'un immeuble de Lutèce. Ça lui faisait bizarre de revenir ici, car ces couloirs il les connaissait bien pour les avoir arpenter dans son enfance.
Les choses avaient peu changé, les murs étaient toujours lézardés de part en part, du bois condamnait encore les quelques fenêtres aux vitres brisées. Il semblait même que la zone était encore plus insalubre que du temps de son enfance.

« C'est par ici, suivez moi.
- Dite moi, je suis quand même très étonné de voir que l’appartement de mes parents soit toujours libre alors que je suis déclaré mort depuis longtemps et qu'il n'y a pas d'autres héritiers. Il n'aurait pas du revenir à l'état et être reloué ?
- Hum, je ne sais pas, il y a peut être eu un vide juridique. Il y a pas mal d'appartement comme celui ci à Lutèce, qui sont inhabités depuis longtemps car leur propriétaire est mort disparu à l'extérieur. La mairie n'a pas le temps de faire un recensement pour savoir qui est mort ou non.
- Je vois. 
»

Il reconnu la porte devant laquelle ils s'arrêtèrent, cette vieille porte bleue joliment gravée. Il cru revoir sa mère la lui ouvrir en rentrant de l'école, sauf que cette fois c'était cette jeune femme de l'administration.

« Bienvenu chez vous Monsieur Valrose »

Elle ouvrit la porte et une vague de souvenir le submergea. Le salon était exactement comme il avait été laissé il y a 10 ans. Les meubles, les tapis, les biblos, et même la vaisselle dans levier, tout était pareil, seulement recouvert d'une épaisse couche de poussière.
Au centre de la pièce se trouvait une grosse masse métallique.

« Qu'est ce que c'est que ça ?
- Un vieil ami... »
répondit-il dans un sourire.

Il s'approcha doucement, comme pour ne pas le réveiller de son sommeil d'un décennie, et s'agenouilla au dessus du robot.

« Je ne l'avais pas désactivé en partant, il a du le faire de lui même au bout d'un moment. Le pauvre a du resté seul pendant des années... »

Il appuya sur un bouton situé au cou du monsieur main et de petites lumières s'allumèrent suivis d'un bourdonnement provenant du ventre du robot, soulevant un nuage de poussière en même temps.

« Bonjour maître, comment s'est passé l'école aujourd'hui ?
- Ça fait longtemps que je ne vais plus à l'école Hal.
- Il n'est pas sérieux de sécher l'école maître. Je vais devoir prévenir madame votre mère.
 »


Le robot resta allongé au sol, il ne devait plus avoir assez d'énergie pour réactiver son réacteur. C'était aussi bien comme ça.

« Hal ma mère n'est plus depuis longtemps aussi. Ça fait combien de temps que tu es désactivé ?
- Je m'autorise seulement 15 minutes de sommeil par jour maître, pour recharger mes batteries et éviter la surchauffe.
- Tu es sur d'avoir dormi que 15 minutes ?
- J'ai dormi très exactement *calcul en cour* 10 ans, 2 mois, 14 heures et 18 minutes.
 »


Le robot resta silencieux, comme s'il était étonné du résultat, chose impossible pour robot si peu élaboré.
« En effet, mon horloge interne m'indique que cela fait longtemps que je suis endormi. Pourquoi ne m'avez vous pas réveillé avant maître ?
- J'étais parti en voyage. »


La jeune femme de l'administration, visiblement impatiente, l'interpella.

« Monsieur, excusez moi d'interrompre ces retrouvailles émouvantes, mais j'ai du travail qui m'attend encore, je vous donne la clef.
- Merci mademoiselle. Hum.. dite moi, je viens tout juste de rentrer et euh... comment dire, je n'ai pas d'argent et je pense qu'ici je ne trouverais rien à manger à moins d'être périmé depuis 10 ans.
Je me disais qu'on pourrait manger ensemble ? En tout amitié hein, je n'ai pas d'idée derrière la tête, c'est plus un service que je vous demande.
 »


Elle sourit, Mathieu cru voir un peu de rouge apparaître sur ses joues.

« Je demanderais à mon mari s'il est d'accord alors.
- Euh... okay. »


Il fit son possible pour ne pas laisser paraître sa déception, il est toujours faut de dire qu'on n'a jamais d'idée derrière la tête.

« Il sera sûrement d'accord, venez chez moi à 19h, j'habite rue Voltaire, numéro 2. Je ne sais pas ce que nous mangerons. Vous avez envie de quelque chose en particulier ?
- Hum... non, surprenez moi ! »


Ils se quittèrent dans un dernier sourire, et quand la porte se referma, Mathieu se retrouva seul avec ses vieux souvenirs.
Épuisé il s'écroula, le dos glissant le long de la porte, la tête cachée entre les mains.

« Maître ? Maître ? Vous êtes encore là ? »

Le robot allongé sur le dos, qui gesticulait ses petites pattes de ferrailles en criant « maître » avait quelque chose de ridicule qui arracha à Mathieu un rire nerveux.

« Je suis là Hal.
- Maître, je crois que mon réacteur est endommagé, je ne peux plus me relever.
- Il n'est pas endommagé, tu n'as juste plus d'énergie. Je changerais ta pile à fission, il doit bien en rester une par ici.

- Maître, si vous n'allez plus à l'école, quels sont vos projets ? »


Mathieu se releva, le visage fermé. Il bomba le torse comme pour se redonner espoir.

« Il est temps de remettre de l'ordre.
- Oui, je note que la maison est bien en bazar maître.
- Je ne parlais pas de la maison Hal ...
 »


* * *

Pendant toute la journée il s'affaira à nettoyer l'appartement. L'eau et l'électricité n'avait pas encore étaient replacés et il dut partir prendre de l'eau chez le voisin. Le monsieur main, à présent rechargé par une nouvelle pile à fission trouvée dans la cuisine, le suivait désormais partout, comme s'il avait peur de se retrouver seul à nouveau.

« Bon, voilà le salon bien nettoyer. Comment c'est possible qu'autant de merdes s'accumulent alors que personne n'est venu ici pendant 10 ans...
Passons à la chambre des parents.
- Quand reviendrons monsieur votre père et madame votre mère maître ?
- Est ce que ton programme connaît le principe de mort Hal ?
- Pour moi la mort signifie la désactivation pour l'éternité maître.
- Et bah voilà, mes parents sont désactivés pour l'éternité, ils ne reviendrons plus.
 »

Sa gorge se noua en disant ça. Ses yeux se mirent à picoter, mais il se reprit.

« Bien maître. Je prend note de la désactivation pour l'éternité de monsieur votre père et madame votre mère. »


Et ce robot qui en remettait une couche...
Il entra dans la chambre. La aussi rien n'avait bougé. Tout était parfaitement comme avant.
Quelques vieilles photos étaient posées sur une commode, des photos de lui et de ses parents.

« La pièce paraît moins sale que le salon. Ça sera rapide. Il y a quoi dans ce placard ? »

Il l'ouvrit et resta stupéfait. C'était le placard de la vieille armure de la FNF de son père.
Le plastron pendant au centre, le pantalon soigneusement plié au sol avec le casque à côté, le FLAMAS et le beretta accrochaient sur l'une des portes, et le BEC-3000 accrochait sur l'autre.

« J'ignorais que son équipement était toujours là. Ça va mettre utile.
- Maître, je pense que la FNF voudrait récupérer l'équipement de votre père désactivé pour l'éternité. Selon la loi, les armes et armures des militaires désactivés pour l'éternité doivent être rendu aux autorités.
- Les autorités ne valent rien. Autant garder ça.
- Bien maître.

- Ce BEC-3000 fonctionne toujours ? 
»


Il le prit et l'alluma. L'écran éclaira son visage d'un vert sombre.

« Les fonctionnalités ont l'air de fonctionné. Mais l'accès à la base de donnée de la FNF a été coupé.
- La FNF coupe l'accès aux BEC de tous soldats morts au combat maître, pour empêcher l'intrusion ennemi dans les systèmes de LINDA.
- Tu en sais des choses toi.

- C'est votre père désactivé pour l'éternité qui m'a instruit.
- Pourrais tu arrêtés de dire désactivé pour l'éternité quand tu parles de mon père ou de ma mère ?

- Mais je pensais qu'ils l'étaient maître.
- Ils le sont, mais arrête de le préciser.

- Bien maître.
 »


Il reposa le BEC après l'avoir éteint puis attrapa le casque. Ces casques étaient de petits concentrés de technologie, ça Mathieu le savait. Il l'enfila et alluma la vision thermique puis la vision nocturne qui lui brûla les yeux en plein jour.

« Ah bordel !
- Maître ? Tout se passe bien ?

- Niquel...
 »


Il activa la radio intégrée, et le grésillement lui défonça les tympans.

« Ah bordel !
- Maître ? Tout se passe bien ?
- Ce casque est une abomination ! En plus on étouffe et il est trop lourd. Par contre je pourrais peut être récupérer les lunettes, et en trafiquant la radio peut être que je pourrais capter quelques ondes de la FNF.
- Maître, il est strictement interdit de dégrader le matériel de la FNF.

- Tu fais partis du matériel de la FNF toi ?
- Non maître, je vous appartient.

- Alors je pourrais te dégrader si tu continus.
- Ce ne serait pas convenable maître.

- En effet, alors abstient toi de me parler des règles de la FNF.
 »


Il reposa le casque et passa une main sur le plastron. Elle offrait une bonne protection mais il était bien trop lourd, il entraverait trop les mouvements.

« Quelle heure il est Hal ?
- 19h15 maître.
- Bien... à non en fait, pas bien.
 »


Il se précipita pour prendre son manteau et parti en courant. Hal resta seul sans comprendre la fuite de son maître...

* * *

Le temps de trouver l’appartement de la demoiselle, il était déjà 19h30.

« Excusez moi de mon retard. J'espère que je vous ai pas trop fait attendre.
- Non, le repas n'est pas encore prêt, entrez.

- Merci.
 »


Il entra dans l'appartement joliment décoré à la mode d'avant guerre.

« Jolie appartement, plus propre que le mien en tout cas. Votre mari n'est pas là ?
- Non, on a divorcé.
- Déjà ?
- En vérité ça fait 3 ans. Je dis toujours que je suis marié, juste pour voir la réaction des hommes qui m'invitent à dîner.

- En l’occurrence c'est vous qui m'invitez là. Qu'est ce qu'on mange ?
- Radcochon et bienfaisantes, vous aimez ?

- J'adore !
 »


La soirée se passa tranquillement, mieux qu'il ne l'avait espéré sans un mari présent. Ils dînèrent, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas mangé aussi bien, puis discutèrent toute la nuit.
La jeune femme s'appelait Sonia, elle avait 32 ans, né à Métropolitopia elle a migré à Lutèce à 12 ans avec ses parents. Cela fait 8 ans qu'elle travaille à l'administration. En somme c'était une jeune femme normale, avec une petite vie tranquille, un travail posé, des problèmes comme tout le monde. Elle apaisait beaucoup Mathieu qui n'avait pas rencontré quelqu'un de normal depuis longtemps. Il se noya dans son flot de parole, sans trop écouter, hypnotisé par le regard bleu de la jeune femme.

« Et vous Monsieur Valrose ? On parle de moi depuis le début, parlez moi de vous.
- Oh, il n'y a pas grand chose à raconter.
- J'ai regardé un peu votre dossier, je suis désolé pour vos parents.
- Bouaf, ça fait longtemps, des gens il en meurt tous les jours dans notre monde. C'est du passé maintenant.

- J'ai cru comprendre que c'était des gens biens. Le genre de gens qu'il ne faut pas oublier, qu'il faut prendre comme exemple. Qu'est ce que vous comptez faire maintenant ?

- Je ne sais pas. Je rentre tout juste de mon voyage. Je n'y ai pas réfléchi.
 »


* * *

« Maître, maître.
- hum... quoi ?
- Il est 6h, vous m'avez demandé de vous réveiller à 6h.
 »

Mathieu râla, quelle idée il avait eu de demander à ce foutu robot de le réveiller aussi tôt. Il était rentré de chez Sonia vers les 23h, avec déception, puis il avait fouillé toute la maison jusqu'à 1h du matin à la recherche de son passé.

« Maître, vous m'avez dit de vous dire : ces gens ont besoin de toi, tu dois faire preuve d'abnégation et ne pas te laisser aller. Souvient toi de ta promesse ! »

Ce robot avait raison, enfin son lui du passé plutôt. Difficilement il se leva.

« Quels sont les projets pour aujourd'hui maître ? »

Il se mit debout, puis se laissa tomber au sol pour effectuer quelques pompes.

« Entraînement, préparation de l'équipement, recherche d'informations. Où est ce que je pourrais trouver des informations sur les criminels recherchés par la FNF ?
- Sur le tableau des primes maître.
- Tableau des primes ? C'est nouveau ça ?
- Oui maître.
- Et comment t'es au courant ?

- J'écoute simplement la radio maître. J'aime beaucoup H2G2, c'est un excellent animateur et son processeur d'humour marrant est vraiment le meilleur du monde. »


Mathieu leva les yeux au plafond. Qu'est ce qu'il ne fallait pas entendre.

« Très bien, je vais descendre au commissariat de la FNF et voir ce que proposent ses primes. »

Il prit son manteau et parti, claquant la porte à sa sortie. Puis la porte se rouvrit.

« Déjà de retour maître ?
- Hein ? Ça fait bien une demi heure que je suis parti. Il y a vraiment un problème avec ton horloge interne, rappelle moi de vérifier ça. »


Il s'approcha de la table déposa un papier qu'il déroula, bloquant les coins avec une boite de conserve daté de 2077 et une cannette de vin d'avant guerre.
Il s’écarta, mettant un doigt sur son menton.

« Abou Kassor, Association de malfaiteur, trafique de drogue, agression, agression sexuelle.
Qu'est ce que tu en penses Hal ?
- La prime est importante maître.

- Ce n'est pas la prime qui m'intéresse.
- Alors je pense que c'est de la folie maître. Cet individu a l'air très dangereux et vous risquerez d'être désactivé pour l'éternité maître.
- Ça ne me fait pas peur. Je peux l'affronter lui et ses sbires je le sais. Je vais l'affronter et le ramener vivant à la FNF. Faisons l'inventaire de ce qu'on a Hal. 
»


Spoiler:
 

Bien que c'était l'ancienne demeure d'un soldat de la FNF, l'appartement ne regorgeait pas d'armes et  Mathieu n'avait pas grand chose à mettre dans son inventaire.
Il se mit dans la chambre de ses parents et posa sur le lit tout ce qu'il trouva d'intéressant.
Le beretta de son père, 2 grands couteaux de cuisine, la lampe de poche détaché du FLAMAS, plusieurs cellules d'énergie, une paire de menotte, le casque d'infanterie et un foulard.

« Pensez vous que le foulard sera utile dans l'arrestation de cet individu maître ?
- Ce n'est pas pour m'en servir comme arme imbécile, c'est pour le mettre sur mon visage. Je ne veux pas qu'on me reconnaisse.

- Je vous reconnaîtrais avec un foulard.
- Tais toi un peu...
- Oui maître.
 »


Il porta un doigt à son menton. On ne pouvait pas dire qu'il avait un arsenal complet pour combattre le crime. Il attrapa le BEC-3000 restait dans le placard et l'alluma.

« Tu sais qu'elle arme est plus efficace encore que les pistolets ou les fusils Hal ?
- Non maître.
- La peur ! J'en ai fait l'expérience chez les Hurleurs.
Les Hurleurs sont connus pour leurs cris, des cris qui glacent le sang car ceux qui les entendent les associes aux psychotiques. Leurs cris font peur parce qu'ils annoncent un malheur. Il faut que je devienne se cri, que je l'incarne tout entier.
Dans mon voyage j'ai vu des grands costauds se chier dessus rien qu'à entendre un grognement dans l'obscurité. Mais ce qu'il leur faisait peur, c'était avant tout l'inconnu associé aux légendes des Terres Désolées. La plupart des gens connaissent des tas d'histoires de monstres irradiés, et dès qu'il entende un bruit suspect la nuit leur esprit pense tout de suite à ces histoires d'enfants.
Tu saurais imiter un grognement ?

- Je peux essayé maître. »


Il appuya sur le bouton d'enregistrement du BEC et le monsieur main émit un cri inhumain qui ne ressemblait à rien.

« Hum. Ça devrait faire l'affaire. Merci.
- De rien maître, c'est toujours un plaisir de vous aider. »


Il se tourna ensuite vers la vieille radio d'avant guerre posée sur la commode. Il l'attrapa et il la jeta par terre pour la détruire. Dans les débris il récupéra les hauts parleurs.

« Voilà une arme qui me sera bien plus utile que ce beretta. Ces hauts parleurs vont diffuser ton cri et apeurer mes ennemis.
- Je suis pas sur qu'ils aient peur du cri d'un robot maître.

- Ils ne sauront pas que c'est un robot. Il penseront à une bête, et quand je les attaquerais, il penseront que je suis un monstre.
 »


Suivant => Première Sortie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 12/11/2013
Messages : 82
avatar
Mathieu Valrose
MessageSujet: Re: Retour de l'orphelin   Ven 21 Fév 2014 - 18:20

Précédemment => Première Sortie

On frappa.

« Non... Hal je t'ai dit de pas me réveiller...
- Ce n'est pas moi maître, on frappe à la porte. »


Mathieu mit son oreiller sur sa tête pour essayer d'oublier les bruits. Mais devant l'insistance il se leva, bougonnant. Il traîna ses pieds hors du lit, les cheveux en bataille, de la bave au coin de la bouche et les yeux cernés. Il ouvrit la porte et se retrouva devant une petite bouille rousse à l'air étonné.

« Je te réveil ? Ne me dit pas que tu dors encore à 14h de l'après midi ? »

Elle émit en rire joyeux qui aurait été agréable si Mathieu ne venait pas de se réveiller. En vérité il n'avait dormi que cinq heures. Très tôt le matin il avait prit la première caravane qui partait de Ménilmutant et était arrivé à Lutèce encore à l'aube.

« Sonia...
- Tu ne trouveras pas de travail si tu dors tout le temps. La France appartient à ceux qui se lèvent tôt ! Tient je t'apportais ça. Je sais que tu n'as pas beaucoup d'argent donc... »


Elle lui tendit une boite.

« C'est quoi ?
- Un plat que j'ai préparé. C'est un rôtie de Moucham.

- Super...
- Et j'ai apprit qu'on recherchait des coursiers à la mairie. Si ça t'intéresse. Par contre il faut se lever tôt tous les jours.
- Oui okay, je verrais.
- Bon... et bien je vais te laisser. Tu as l'air occupé.
- Oui... on se voit plus tard. Salut. 
»


Il referma la porte et porta le plat sur la table du salon, avant de s'apercevoir qu'il avait peut être était un peu dur avec Sonia. Il se frotta les yeux et se dit qu'il rattraperait la chose plus tard. Il avait pas la tête à ça.

« Bien dormi maître ?
- Pas assez.
- Retournez donc vous désactiver pour quelques heures.
- Non, je n'arriverais pas à retrouver le sommeil. Tient met ça dans le frigo.
- Madame est très gentille de vous apporter ce plat. Je n'ai pas entendu le maître la remercier.
 »


Voilà que le robot se mettait à lui donner des leçons de politesse. Mais Mathieu réalisa qu'il avait raison. Il n'avait pas remercier Sonia une seule fois...

« Comment s'est passé votre journée d'hier maître ? Avez vous mit la main sur le fugitif ?
- Oui... j'ai beaucoup apprit hier. »


Mathieu s'assit dans le canapé du salon et ressentit une vive douleur dans les cotes. Il souleva son t-shirt et constata un gros hématome.

« J'ai apprit premièrement que les cotes cassées ça fait mal.
- C'est une évidence maître.
- Je suis partit beaucoup trop tôt, je n'était pas prêt et j'aurais du beaucoup mieux me préparer. Retrouver Kassor fut plus compliqué que prévu et j'ai bien faillit y passer.
- Mon cri vous a t-il servi maître ?
- Non, ça ne fonctionne pas contre les monstres de deux mètres... ni sous la pluie d'ailleurs, les hauts parleurs ont grillé...
- C'est embêtant.

- Oui. Mais je vais les refaire, et en mieux.
 »

Le Robot resta silencieux un moment, puis reprit la parole.

« Et la prime maître ? L'avez vous touché ?
- Non, je l'ai laissé a u Chasseur de Primes. Mais j'ai eu bien mieux qu'une prime.
- C'est à dire maître ?

- Le Chasseur a accepté de me présenter à Roland, le gars de la Poudrière. Et il a accepté de me confier l'un de ses prototypes. »


Mathieu attrapa son sac de la veille, l'ouvrit et en sortit un arme étrange.

« Il appelle ça un Thermice. Une arme glaçante. Elle pourrait mettre utile. »

* * *

Mathieu passa la journée à travailler sur la petite table du salon à améliorer son équipement.
Ses talents d'ingénieurs et les livres de sa mère qu'il put retrouver dans l'appartement l'aidèrent à fabriquer plusieurs gadgets mais lui furent inutile quand il du se mettre à la couture.
Mathieu avait réussi à fabriquer de petites bombes avec les cellules d'énergie du FLAMAS, des bombes plus pour attirer l'attention que pour faire mal.
Il avait aussi testé le Thermice et il put constater le génie de Roland, cette arme était incroyable.

Quand il commença à bricoler Hal il était déjà midi et il sortir le ragoût de Sonia du frigo.
Il le mangea au milieu des outils et des composants électroniques.
Le jeune orphelin réussi à relier Hal à la radio de son BEC-3000 lui permettant de rester en communication avec lui sur plusieurs kilomètres. La connexion n'était pas sécurisée mais c'était déjà ça.

Lorsqu'il releva la tête de son établi, il était déjà tard et le soleil commençait à se coucher derrière la fenêtre du salon.
Il fit l'état de son travail :
Il avait confectionné des petites bombes avec les cellules à énergie.
Il avait renforcé un vieux blouson en cuir par de la mousse et des plaques en métal.
Il avait fabriqué une ceinture avec plusieurs pochettes à partir de celle de la tenue de la FNF de son père.
Il s'était fait des gants renforcés avec des morceaux de métal les phalanges.
Il avait établi une connexion entre le BEC-3000 et Hal.
Pour finir il avait cousu les lunettes de visions de la FNF à une cagoule militaire noire.

Il se sentit prêt à continuer sa quête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Retour de l'orphelin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» LOTUS caniche orphelin 10/12 ans SPA EVREUX (27) ADOPTE
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Lutèce-