Partagez | 
 

 Un retour aux activités.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Age IRL : 21 Masculin
Ville IRL : Orléans
Inscription : 08/12/2012
Messages : 142
avatar
Hippolyte Rossignol
MessageSujet: Un retour aux activités.   Dim 15 Juin 2014 - 2:08

Musique d'ambiance:
 

La radio est le seul son qui est audible entre les gars de ce point de surveillance, bien que le son soit très faible, le volume baissé au minimum.
Les gardes restent sur le qui-vivent au post de l'accès à la ligne 7. Il y en a 3 qui se reposent autour d'un feu avec leurs armes sur leurs cuisses ou à l'épaule, tandis que trois autres surveillent le tunnel derrière des sacs de sables derrière un grillage monté assez correctement entre deux fine poutrelles accroché au mur à l'aide de gros clous. Une armes lourdes à cadence de tirs élevé est fixé aux sommet de la protection avec un servant aux aguets. Leurs masque à gaz aux faces, ils sont là depuis une heure ou deux, prêt à accueillir la relève.  
Le large tunnel qui mène aux quais de la ligne 7 est assez sombre. Il peut être éclairé par des projecteurs puissant, qui permettent aux gardes de pouvoir bien voir les cibles et d'éblouir ces dernières, mais ils sont allumé que quand un bruits suspect est confirmé en tant que d'origine hostile, pour éviter l'approche des goules qui peuvent êtres attiré par la lumière. Le sol était jonchés de détritus, certaines vieilles, qui était presque incrusté au sol par les milliers de pas qui les ont écrasé, et d'autres, plus récents, qui se sont retrouvé là lors des mouvements de paniques qui a vidé l'ancienne cité. Des corps peuvent être aperçus du point de sécurité, étalé, parfois démembré par les tirs qui les ont abattus, dans l'ombre, qui vont jusqu'au bout du champs de vision des gardes. Des goules.

Les gardes ne disent rien. Silencieux, les trois qui se reposaient avaient le regard perdus dans le feu qui n'étais plus qu'un tas de braise. Allumé avec du papier, du cartons et autres détritus combustible, son rougeoiement éclairait les visages de caoutchouc et de verres  inexpressif des hommes. un chuchotement se fait entendre du coté des sacs de sable. Un réponse brève et toute aussi faible a été la seule réponse. L'ambiance n'est pas joyeuse malgré l'air gai de la radio, mais le moral des gardes est bon et leur entrainement leurs permet de supporter aisément la fatigue qui c'est accumulé lentement au fil du temps.

Un son se fait entendre du bout du tunnel. Un bruit de bout de ferraille qui s'entrechoc. Appelé par leurs compères, les miliciens qui étaient devant le feu se sont mis à leurs poste en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Leurs armes en joue, prêt à tirer. Encore le même bruit, plus proche cette fois. Le son régulier de pas est apparus progressivement. et se rapprochaient. Quand il devin distinct mais restait encore inaperçus à cause du noir, l'un des hommes crie :

-Hep ! Qui vas là ?

Musique d'ambiance:
 

Les pas se sont arrêté. De sa voix changé par son filtre à air, l'homme cria de nouveau.

-Ho ! J'ai demandé qui v...
-Ça vas, c'est bon, c'est moi !

Une voix aussi changé par un masque à gaz s'approche pour être vue des gardes. D'une taille assez grande, il semble bien battit, mais avec plus de lumière, on comprend en partit pourquoi. Dans un long manteau bardé de poches, se trouve, en dessous, une cuirasse, et au dessus des épaulières en acier épais. Sur le pantalon lui aussi couvert de poche, ce trouve des genouillère et des protèges-tibias du même ensemble d'armure que les deux éléments précédents. Son casque a l'air de compléter son masque à gaz, lui aussi renforcer d'une manière artisanal. Un sac à dos et une arme à l'épaule, plus celui à sa ceinture, était les seuls accessoires visibles. Le sac est toujours à moitié remplis quand il reviens bredouille, contrairement à son chargeur.

Les miliciens ont arrêté de viser l'arrivant à sa vue. L'un d'eux a poussé la partie du grillage qui joue le rôle de porte pour pouvoir laisser rentrer le casqué. celui-ci serra les mains de chaque surveillant.

-Alors, t'as finalement trouver quelque chose ?
-j'ai eu à peine le temps de longer notre camps et de revenir par ici. Trop d'saloperie.

Il quitte les garde Tunnelier pour ce diriger vers la base. Au milieu du chemin, lorsqu’il juge qu'il ne courait plus de risque, Hippolyte retire son masque pour laisser apparaître sa barbe de 5 jours et son visage fatigué.

-Foutus champignons sur pattes ...

Spoiler:
 

_________________
Si tu tien à ta tête ... baisse toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 21 Masculin
Ville IRL : Orléans
Inscription : 08/12/2012
Messages : 142
avatar
Hippolyte Rossignol
MessageSujet: Re: Un retour aux activités.   Jeu 26 Juin 2014 - 17:15

-Ouais ... C'est bon, t'as été nettoyé. Tu peut rejoindre le Centre.

L'infirmier reculée pour le laisser passer Hippolyte qu'il puisse reprendre ses affaires qui, elles aussi, ont subi un nettoyage au spray désinfectant mis au point par Duchien, le toubib, pour éviter de faire rentrer des sports du champignon des Illuminés dans la "ville". La décontamination durait une dizaine de minutes et se fait avec un coup de spray et un rinçage avec un tuyau d'eau pour la tenue étanche de toutes personnes s'étant aventuré au delà de l’enceinte principale, soit la "Grande Porte", qui mène aux autres stations.
Après avoir récupéré ses affaires, Hippolyte c'est dirigé vers le centre de Pont-Marie; la "ville" des Tunnelier. Il sort du couloir d'une dizaine de mètre qui mène de la "Grande Porte" au centre et compte se diriger vers sa tente pour se reposer un peu, mais il n'en n'est rien. Un garde lui dit qu'après chaque sorties, un Tunnelier devait faire un rapport au commissaire, pour savoir comment ça évolue dans les tunnels. Après que le garde soit retourné à ses occupation, Hippo c'est dirigé vers les wagon qui servent d'Arsenal, de bureau pour les gardes et de geôles, et dont la porte de ce complexe est gardé par deux hommes en tenue de protection et sont armé de fusils d'assaut.
L’intérieur est étroit et encombré par des sortes de tables incrusté aux plaques du wagon et qui montraient des desseins et des plans faits à mains levée, comme ceux accroché aux coté qui entouraient une carte détaillé de la station Châtelet et de toutes celles qui y sont adjacentes. En bref, un plan de Métropolitopia, le plus détaillé possible avec des plans fait mains. Des homme élevé dans la hiérarchie des gardes Tunneliers discutaient sur le plans et laissaient un mince espace pour permettre aux personnes de passer.
Un garde a indiqué le bureau de Leconte au troisième wagon à Hippolyte, qui le lui a demandé.
Le premier wagon servais d'office aux gardes, et c'est là ou ils reçoivent toutes les remarques et les plaintes de habitants de Pont Marie et où ils mettaient au point les chemins des patrouilles dans les tunnels, avant d'être proposé au commissaire. Le deuxième est le lieux de repos des gardes en service, avec casier et matériel de premier secours. Et le troisième, enfin, là où se trouve le Bureau de Leconte. Le dortoir des gardes est occupé que par deux gardes en repos qui discutent. Hyppo a toqué à la porte, et n'est rentré qu'après un "oui" d'une voix forte. Le commissaire, assis sur son bureau de fortune, fait assez correctement avec un vrais bureau en bois retapé en grande partie, avec du cuir en partit déchiré sur le dessus, mais le style tôle/bois/cuire a été tourné pour que chaque matériaux donnent un bon ensemble, un travail de pro. Il lis des feuilles en manchonnant de la chique. Il a levé les yeux vers Hippolyte en lui demandant :

-Ouais ? C'est pour ... ?
-On m'as dit que j'devais venir pour faire un ... Un rapport.
-Ha ! T'es sortit ?

Le commissaire c'est levé et a posé les feuilles sur son bureau pour en faire le tour et s’asseoir dans une vieille chaise de bureaux. Il sort des feuilles d'un tiroir au son métallique, et prit son stylo.

-Alors. Un truc de particulier à raconter ?
-Ben ... pas trop ...
-déjà, dis l'itinéraire que t'as prit, sa faciliteras la chose.

Le récit d'Hippolyte n'avais rien de bien passionnant. Il a dis le trajet pris, ce qu'il à vus, soit pas grand chose, et qu'il n'as rien vus de particulier. Leconte a relut rapidement .

-T'étais tout seul ?
-Ouais, je ...
-sans autorisation ?
-Quoi ? Il en faut ?!
-Pas encore, mais ça vas venir. T'as pas eu froid aux yeux de sortir. Mais t'es revenus car t'as pas trop tenté le diable. Par contre, il se peut que des p'tits malins fassent une connerie et qu'ils se fassent hacher menus par les goules pour les excité. Et ça peut les axcité, ce qui nous les ramènent en pleine face. Car il y a eu des accidents, et sa nous est retombé dessus. Rien grave, ok, mais bon .
-Ha, ok ...

Leconte observe quelques instant Hippolyte.

-Sa fait pas longtemps que t'es parmi nous.
-Non. Ça fait p'têtre deux semaines.
-Tu vient de l’extérieur ?
-Ouais
-Tu connais bien ?
-J'suis récupérateur, donc ouais.
-Bien ... Merci d'être venus pour le rapport, même si c'est pas grand chose ...

Il s'est levé. Dans un long manteau vieillis, abîmé par le soleil et le sable, qui recouvre une tenue de cuir un peu usé, et d'une taille grande, un peu plus haut qu'Hippolyte. Leconte avait de l'autorité et sais mené sa barque, avec aucun gros problème à relever et un système de défense digne des meilleurs protocoles de la FNF. Il a serré la main d'Hippolyte et lui à ouvert la porte lui permettant de sortir, ce que fait Hippo.

Ce dernier est sortit de l'Arsenal et ce dirige vers sa tante, qui n'est en fait qu'une bâche cloué au sol et à l'un des piliers de la station  avec un coté cousu et cloué au sol et l'autre, seulement cousu à la bâche, pour servir de porte. Un Lit et un casier. Voilà ce qu'il contient : un strict minimum. Ça le change de son demi-wagon. Peut être que celas vas s'arranger plus tard ...

_________________
Si tu tien à ta tête ... baisse toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un retour aux activités.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: La ville fantôme-