Partagez | 
 

 Retour au bercail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Inscription : 30/01/2014
Messages : 27
avatar
Samson
MessageSujet: Retour au bercail   Ven 31 Jan 2014 - 15:56



Le tunnel de métro était bondé, comme d'habitude. Sur les antiques voies, les rames réhabilitées voyaient les allées et venues des gens du coin, et les quais servaient de trottoirs aux piétons, comme une rue où la chaussée serait remplacée par les habitations et les commerces.
C'était un sacré bordel, cet endroit. Métropolitopia, ce mélange improbable de gens de tous bords. Psychotiques, drogués, simples marchands, goules repoussantes, mutants pas tellement plus ragoutants, hommes, femmes ou enfants... Depuis qu'il était gamin, Samson avait toujours connu cet endroit. Quoiqu'à l'époque, c'était peut-être un poil moins animé. Il faut dire que d'année en année, des améliorations étaient apportées, et chacun mettant sa pierre à l'édifice à sa façon, la ville souterraine devenait plus vivable. Enfin, si l'on voulait...

Il y avait toujours un bon paquet de marginaux. Mais bon, comment qualifier quelqu'un de 'marginal', ou pas ? Tout le monde l'était plus ou moins. Lui-même, Samson et son allure plus que passe-partout, n'était pas à classer parmi les simples gens. Gardien de son état, il menait depuis plus de trente ans, une vie secrète, mais utile à toute l'humanité. Et cela, aucun de ceux qui composaient ce ramassis de tout-et-n'importe-quoi ne pouvait s'en douter.

Comme à son habitude, il avait erré dans Paris, sans réel but, sans réelle mission assignée officiellement. Il se contentait de faire son petit bonhomme de chemin, et si l'occasion se présentait, récupérer tout ce qui pouvait venir s'ajouter à la Banque du Savoir du Temple. Ces derniers temps, il devenait compliqué de retrouver quelque chose de significatif, et c'était bredouille qu'il revenait. Et qui plus est, il n'avait plus ni eau ni nourriture dans son sac. Il était temps de revenir au ravitaillement.

Il avançait sur le quai, observant distraitement cette fourmilière hétéroclite. Puis il s'engagea dans les couloirs de l'ancienne station de métro Châtelet. Il emprunta plusieurs allées, monta et descendit des escaliers, franchit des vieux portiques à demi démontés. Il n'avait pas besoin de faire autant de chemin, mais c'était une habitude qu'il avait. Depuis le temps qu'il officiait, il n'avait jamais remarqué avoir été suivi, mais il ne voulait pas se laisser aller à une routine dangereuse. Ainsi il multipliait les détours pour perdre d'éventuels poursuivants en filature.

Finalement il emprunta un couloir de service, dissimulé derrière une lourde porte métallique. Le corridor n'était éclairé que par une simple lampe en son milieu. Mais Samson le connaissait par cœur et n'avait pas besoin de plus de lumière. Il se dirigea vers le fond. Un mur de briques rouges grossièrement jointées de mortier fermait le couloir. Parmi l'inextricable enchevêtrement de câbles, de gaines et de tuyaux au mur, Samson s'approcha d'un boîtier, qui ressemblait à un appareil de dérivation électrique. Il en ouvrit le capot, ouvrant l'accès à un clavier caché dans le boîtier. Clavier étrange, car les nombreuses touches étaient toutes semblables, sans signe distinctif, ni symbole. Rien qu'une trentaine de touches lisses et unies. Il y pianota sans hésitation, et un raclement sourd résonna.

Une partie du mur de briques pivota, révélant une ouverture. L'une des entrées secrètes vers le Temple. Samson s'y engouffra pour se retrouver dans le noir complet. Une fois passé, il trouva à tâtons un gros bouton, sur lequel une pression fit se refermer le mur derrière lui. Il resta là quelques secondes, le temps que ses yeux s'accoutument à la pénombre. Il était dans un couloir, et tout au fond il pouvait distinguer une faible lueur, qu'il se dépêcha d'aller trouver. Au détour d'un croisement, il trouva un petit brasero flanqué d'un râtelier sur lequel était disposée une rangée de torches. Il en saisit une et l'alluma au brasero, et continua son chemin dans les couloirs obscurs. Aucun autre éclairage n'était installé dans cette partie. Le couloir était désormais en pente, descendant régulièrement. Au bout, un cul de sac. Encore une fois, Samson activa un mécanisme caché qui révéla un trou d'homme dans le sol. Le Gardien descendit l'échelle.

Les Catacombes. Voilà, on y était. Le Temple en lui-même. C'était ici, au cœur de la terre parisienne que les Gardiens avaient leurs quartiers, à l'abri de l'avidité malsaine de gens qui voudraient faire une mauvaise utilisation de tout le Savoir réuni ici. Depuis soixante-deux ans, personne n'avait réussi à trouver l'emplacement du Temple. De nombreuses personnes avaient perdu la vie, pour la sauvegarde de ce secret, c'était là le prix à payer pour un avenir moins sombre. Samson savait qu'il ne verrait jamais cet avenir, mais de savoir qu'il y aura contribué suffisait à lui donner la satisfaction d'une vie bien remplie.

Plus loin, il y avait enfin de la lumière. Mais Samson garda tout de même sa torche, car la luminosité restait tout de même faible. Les lampes étaient espacées, et permettaient à peine de voir où il mettait les pieds. Il emprunta des couloirs, descendit encore un escalier, et arriva enfin au cœur du Temple.

Le Gardien poussa une porte à deux battants et entra dans une pièce circulaire aux dimensions gargantuesques. Le plafond était si haut que les lampes qui éclairaient l'endroit ne suffisaient pas à l'illuminer. En fait, on ne le voyait carrément pas. La Grande Salle – nom tout indiqué en effet – était l'endroit où les Gardiens pouvaient se retrouver, pour discuter et partager leurs expériences, discuter de tout et de rien... Un genre de salle commune, mise à disposition des membres de la communauté secrète.

Samson s'installa à l'une des tables, silencieusement. Il était seul, mais peut-être pas pour longtemps. Il posa son sac sur la table, se défit de son manteau, et entreprit de passer son équipement en revue. Il aurait bien le temps d'aller plus tard à la recherche de nourriture et d'eau. Il s'empara de son HG-23 pour en vérifier la charge et le nettoyer...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 30/01/2014
Messages : 27
avatar
Samson
MessageSujet: Re: Retour au bercail   Mar 11 Fév 2014 - 9:20


Il arrivait parfois que même dans la Grande Salle, on ne croise personne. Ce jour était un de ceux-là. Samson avait tranquillement terminé de nettoyer et vérifier son HG-23, et il en avait profité pour jeter un œil sur ce qui lui restait d'équipement. Niveau armes, tout allait bien. Son utilisation parcimonieuse de ces dernières y était aussi pour quelque chose. Il avait encore assez de chargeurs et de piles pour son HG, et sa machette était en parfait état. Les batteries de son IEM étaient pleines, celles de sa montre-radar l'étaient quasiment. Bref tout allait bien de ce côté. En revanche, ça allait moins niveau vivres. C'était d'ailleurs ce qui avait amené le Gardien à revenir au Temple. Plus un truc à se mettre sous la dent, et même plus un Franc pour se payer de quoi.

Il remballa le contenu de son sac et remit ses armes en place, puis quitta la Grande Salle pour aller chercher ce qui lui manquait.

En quelques minutes, il passa voir le Berger-Intendant, qui était le seul habilité à délivrer de l'argent. Cela permettait d'éviter les abus, mais il fallait reconnaître que certains Gardiens avaient des besoins importants en argent, car ils arrosaient des informateurs et graissaient la patte de certaines personnes, ce qui leur permettait d'avoir de bons contacts chez tous ceux qui étaient susceptibles de leur apporter quelque aide que ce soit.

« Bonjour, Intendant.
Ha ! Samson !, lança le Berger en levant le nez de ses registres. Cela faisait quelques temps que nous vous avions pas vu... Tout va bien pour vous ?
Si on veut. Je n'ai pas trouvé autant que ce que j'aurai espéré, dernièrement. J'ai épuisé toutes mes vivres, et je n'ai plus d'argent. J'aurais besoin de refaire le plein, pour pouvoir repartir.
Bien sûr, bien sûr... Le temps de terminer cela... Voilà. L'Intendant attrapa un épais livre à la couverture de cuir et l'ouvrit à une page marquée par un coin corné. Il se saisit de son antique porte-plume, le trempa dans l'encre artisanale et posa la main sur le papier jaune et taché, prêt à écrire. De combien avez-vous besoin ?
Je ne reviens que rarement au Temple, il me faut donc assez pour tenir d'ici à ma prochaine visite... Disons 30 Anneaux, et autant en Francs.
Hmmm, je m'attendais à plus. Ça ne devrait pas poser de problème. L'Intendant griffonna sur son registre en faisant crisser sa plume sur le papier. Et combien de rations ? Cinq, ça ira ?
Très bien, merci. »
Le Berger ajouta une ligne à son livre, et saisit un morceau de papier posé non loin, parmi d'autres empilés sous un gros boulon servant de presse-papier. Il y inscrivit ''Bon pour : 5 rations de terrain ; 30 A ; 30 F.'' en y apposant sa griffe et le tendit enfin au Gardien.
Voilà. Où repartez-vous, ensuite ?
Je ne sais pas encore. J'ai peut-être une piste, à Nécrotopia, mais je dois enquêter un peu.
Soyez prudent, dans ce cas. Nous ne voudrions pas déplorer la perte d'un des nôtres... Nous avons besoin de tous nos Gardiens, surtout en ce moment.
Je le serai. Merci, Intendant. »

Le Berger se fendit d'un large sourire et le salua de la main. Samson tourna les talons et se dirigea vers l'Armurerie. C'était là qu'on venait s'équiper, récupérer des chargeurs ou des piles de rechange, mais c'était aussi là qu'on pouvait retirer ce que l'Intendant avait accordé.
Salut, Ben...
L'homme derrière le comptoir grillagé qui séparait le couloir de l'armurerie se retourna.
Mais regardez qui voilà... Samson en personne, nom d'un Radcaniche ! Ça fait au moins deux mois qu'on ne t'avait pas vu !
Trois en réalité.
Ouais, c'est ce que j'disais. Qu'est-ce qui t'amène dans les murs ?
Samson tendit le bon de l'Intendant, que Ben attrapa en se penchant sur son comptoir.
C'est tout ? Ben mec, on peut pas dire que ça soit toi qui fasse tourner l'industrie de l'armement ! Bah, moi j'men fous, tant que je vois ta sale trogne de temps en temps. »
Ben eut un rire gras qui se finit en quinte de toux, et il se tourna vers ses étalages. En quelques instants, il était revenu et avait posé sur le comptoir tout ce qui fallait à son ami Gardien, qui s'empressa de tout ramasser. Rations dans le sac et argent en poche, il pouvait repartir.
« Et te voilà r'parti ? Tu vas où ?
Nécrotopia, il semblerait. Je suis pas encore sûr. D'ailleurs, tu aurais pas un petit quelque chose pour moi ? Genre, utile ? »
Ben grogna, puis alla fouiller dans une caisse. Il revint et posa un un Camop sur le comptoir. Samson sourit et le remercia en l'accrochant à sa ceinture. C'était effectivement quelque chose qui pourrait lui servir. Il salua son ami armurier et alla se reposer un peu dans les dortoirs, avant de repartir dans sa quête du Savoir.

_________________

Et quand je marche dans la Vallée des Larmes, de l'Ombre et de la Mort,
Je ne crains aucun mal...

Car ma machette tranche plus qu'un rasoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Retour au bercail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour au bercail
» Retour au bercail
» Retour au bercail...
» Retour au bercail [PV Grenaak]
» .xXx.Retour au bercail.xXx.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: La ville fantôme :: Temple des Gardiens-