Partagez | 
 

 Le long chemin du retour [Publique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Age IRL : 29 Masculin
Ville IRL : Compiègne
Inscription : 09/10/2012
Messages : 306
avatar
Versailles
MessageSujet: Le long chemin du retour [Publique]   Lun 21 Oct 2013 - 18:31

En provenance des Terres désolées

Jamais la route jusqu'à Necrotopia n'avait parue aussi longue à celle dont la vie consistait à parcourir les régions les plus reculées des terres désolées. Une puissante fatigue s'était insinuée dans ses membres, les déplaçant machinalement, tirant les traits de son visage en effaçant toute trace d'un flot d'émotion pourtant là, quelque part.

*Je ne pouvais rien faire, je n'aurais rien put faire...*

Son esprit capricieux refusait de lui révéler ce qui lui laissait ce goût amer concernant l'esclavagisme quand d'autres avaient passé le pas, ne considéraient leur captivité que comme une simple anecdote. Un fragment brumeux de sa vie au collier d'acier, une cage qu'elle à fuit en quittant Nécrotopia et qu'elle continue à fuir chaque jour durant ses missions d'exploration. Une fuite constante, une course éreintante et épuisante. Il lui suffirait pourtant de simplement se retourner, mais elle était encore incapable de se faire face à elle même, incapable d'assumer la rétrospective d'une vie qu'elle contrôle à peine. Alors sa fuite ne pourras s'interrompre que d'une façon, une chute. Une chute qui dans ses derniers instants se montrerait à la fois salvatrice et fatale, la rédemption avant la fin.
Elle peinait à oublié le visage ensanglanté de Laurent et leur dernier regard croisé, la boule au ventre, elle se demanda si elle n'avait pas finalement déjà commencé à tomber.

Versailles pensa qu'il était inutile de penser et sur cette pensée cessa de penser. Déjà au loin, la silhouette du musée du Louvre se dessinait. Sans prévenir, une ombre furtive bouscula Versailles et l'enveloppa dans un long drap à l'odeur à peine supportable.

"Enfile ça ! Et cache aussi tes mains."

Elle aurait reconnue cette petite voix suraigue entre toutes, Gladys une amie d'enfance à l'age figé dans le temps.

"Gladys, qu'est-ce que tu fais ?"

"Tu as de la chance que je t'ai vue en première. Tu as reçue la lettre du curé c'est ça ?"

"Oui."

"Les choses ont changées ici, peut importe que tu y ait grandit, t'es une belle peau-lisse aux long cheveux."

Elle souleva le drap formant une capuche miteuse cachant le visage de l'humaine.

"T'aurais pas pris un coup de vieux ?"

"Quoi ?"

"Laisse tomber, ramène toi."

La petite goule déplaçait ses longues jambes maigrelette rapidement vers une entrée du quartier ouvrier.


Le complexe de la chair







Les sens obscurcit par le bruit des machines de l'usine, la fumée omniprésente et l'odeur indéfinissables, elles avançait discrètement à l'ombre d'un mur fissuré et entièrement décoré par différentes affiches syndicalistes. Versailles toussotait sous le drap et peinait à suivre son amie. Finalement, Gladys s’arrêta, elle fit signe à Versailles de rester cachée.

"Il y a un type dont tu dois te méfier."

"J'ai l'impression que je dois me méfier de tout le monde, je peux pas respirer  avec ce truc qu'est ce qu'on attends."

Sur sa droite s'accumulait une véritable ruche de lits pour goules, malgré leur état irradié, il n'était pas difficile de constater l'état de leur santé, surement accompagnée d'une dépression assez caractéristique. Versailles avait gardé les meilleurs souvenirs de ce quartier, les souvenirs d'une petite fille et de sa mère aimante, de musiques incessantes, de fêtes et de solidarité. Effectivement les choses semblaient avoir changées.

"Là, regarde."

Devant elles se tenait deux goules. L'une était un chef d'équipe banale, l'autre à la tignasse bien peignée dans le style d'avant guerre arborait fièrement un costume de cadre et un duo de sacs plastiques protégeant sans doute une somptueuse paire de chaussures de cuir étincelante.

"C'est Michel Ducart."

"Le mecs des cigarettes ?"

"Ouai le mec des clopes comme tu dis, et plus encore. Allez ramène toi. Crois moi cette goule là ne te veux pas du bien. Tâche de l'éviter, il doit être en train de recruter."

"Recruter pour quoi ?"

"Je sais pas vraiment mais ça pue, et tu sais que je m'y connais dans ce domaine."

Dans une parodie de sourire, Galdys ouvrit une mâchoire révélant les quelques dents qui parcouraient anarchiquement les restes de sa bouche. Une autre goule vint les rejoindre, tout en armure de cuir et plus proche de la sauvage que de l'homme, il s'arreta devant elles en fixant Versailles. Sous le drap, elle passa sa main contre son arme.

"T'as ce que je t'ai demandé ?"

La goule grogna et offrit un petit paquet à Gladys.

"Merci, allez ramène toi on va dans un coin un peu plus charmant, t'aimes toujours la musique ?"

_________________
Thème musical**♪**Thème Mission FNF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 29 Masculin
Ville IRL : Compiègne
Inscription : 09/10/2012
Messages : 306
avatar
Versailles
MessageSujet: Re: Le long chemin du retour [Publique]   Ven 25 Oct 2013 - 15:12

"Sur les pavéééés de panaaaaameuh
Flottaaaaiiiiit les talooons de madaaaaameuh !"


Elle patientait en silence sous le drap miteux, hypnotisée par le va et vient de l’accordéon. Du coin de l’œil elle tachait de garder en vue la petite porte donnant sur la salle de service qui servait de local à sa mère. Les paroles de l'artistes étaient floues et ses pensées limpides. Agacée et frigorifiée, elle commençait à se lasser de tout ces mystères, aucune nouvelle du père Coulat et Gladys ne pointait pas le bout de ce qui restait de son nez.

"Ramène-toi."

Quand on parle du loup.

"Tiens prends ça."

Elle lui tendit une boule de tissu et la poussa rapidement vers le local maternel.

Souvenir et avenir





La petite pièce était aussi glaciale que le reste du quartier commerçant malgré le nombre d'habitants. D'un geste de main sur une chainette rouillée, elle activa la faible ampoule qui pendait au plafonds projetant l'ombre de sa crasse sur un comptoir et plusieurs étagères de bois. Versailles redressa un petit cadre, derrière la poussière, sa jeunesse l'observait de ses deux grands yeux innocent dans les bras d'Annie figure maternelle à la chair ocre. Le nœud qui s'était formé dans son ventre doubla de volume et ce n'était pas dut à l'odeur.

Seule face son passé, elle effleurait le matériel médicale des doigts, comme pour y puiser la clarté nécessaire à la résurrection des zones d'ombres de sa mémoire. Des vieux vêtements qu'elle avait tant porté, tant troué et que sa mère avait tant recousu au panneau sous lequel elle avait été retrouvée, tout était resté, rien n'avait disparu.
Elle déposa le paquet donné par Gladys sur le comptoir et fixa le petit tabouret Nuka Cola, comme si Annie était assise dessus, souriante et heureuse de la revoir.

"Gladys... Où est ma mère ?"

La goule resta muette quelques secondes, ne sachant par où commencer. Elle sortit ses mains squelettiques de sa salopette à fleure et déballa la boule de tissu. Elle ouvrit une épaisse veste de fourrure dans laquelle se trouvait une robe bleue, un pantalon de cuir noir et une paire de bottes tout aussi noires. Elle ouvrit ensuite une boite cachée sous une étagère de laquelle elle sortit cette fois une plaque de chasseur de prime plus vraie que nature, un pistolet mitrailleur accompagné de plusieurs chargeurs. Pour la touche de finesse, elle finit par y déposer une paire de boucles d'oreille et quelques articles de maquillage.

"Enfile ça, ils vont bientôt arriver."

Versailles fut soulagée de quitter son camouflage. Elle commença à se déshabiller, rangeant soigneusement ses vêtements dans les étagères comme la petite fille sage qu'elle fût autrefois.

"Je vais m'occuper de ton visage, et de tes cheveux assieds toi, on a pas beaucoup de temps."

La situation aurait put s'avérer ironique pour ceux qui ignoraient l'importance que Gladys accordait à sa beauté avant sa transformation, elle faisait parti de ce qu'elle même appelait la "grande génération", ces survivants à la chute des bombes qui traversé toutes les épreuves jusqu'à aujourd'hui, s'adaptant à leur nouvel environnement exclue de ce qui fut leur race.
En quelques minutes, Versailles était totalement métamorphosée, si peu de ceux qu'elle avait connu dans cette ville auraient étés capables de la reconnaître à son retour, Gladys elle même  peinait replacer le visage de son ami.

"Parfait, retiens ton nom ma belle. Katya Simonova. Ils ne devraient pas te poser trop de question, ils croient déjà tout savoir sur toi. Panique pas la vraie est morte il y'a plusieurs décennies, une vrai connasse."

"Compris, Gladys tu ne m'as pas répondu, où est ma mère."

"Les voilà, prends ton arme et ai l'air d'un chasseur de prime !"

_________________
Thème musical**♪**Thème Mission FNF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 29 Masculin
Ville IRL : Compiègne
Inscription : 09/10/2012
Messages : 306
avatar
Versailles
MessageSujet: Re: Le long chemin du retour [Publique]   Dim 3 Nov 2013 - 16:17

Nous qui sommes restés


Arnaud Fontaine
Ancien officier de la garde républicaine à Paris, Arnaud Fontaine fut une des figures locale de la résistance contre l'envahisseur Chinois. Il fut transformé en goule à l'age de 35 ans ayant trouvé refuge dans les catacombes en compagnie d'autre membres de son réseau, aujourd'hui tous résidents à Necrotopia.





Il fut une époque ou cet endroit était un emblème de ce qui faisait de Paris une capitale d'art et de raffinement reconnue dans le monde entier. Touristes, étudiants, toute sortes d'individus bravant les vents d'automnes et piétinant plusieurs kilos de feuilles mortes pour s'imprégner de la gloire de l'architecture du musée ou de la complexité artistique des œuvres entreposées ici.

Fini la gloire, adieu le raffinement. Ou sont les drapeaux et les berlines atomiques de luxe ? Qu'est-il advenu de l'eau claire qui jaillissait des fontaines dorées, de la jeunesse sirotant son nuka-cola près de la pyramide, les cambrioleurs gentlemen, les agents de police et leurs protectrons flambants neufs. Les touristes asiatiques avaient troqué leurs appareils photo contre un fusil d'assaut, leur carte de Paris contre un plan d'occupation, leurs ballades ne se faisaient plus au rythme des autobus mais à celui des tanks et des vertiptères. Puis tombèrent les bombes atomiques.

"Le fantôme du Louvre" en plus d'être un holodisque d'horreur particulièrement réussit aurait été un titre parfait à ajouter à Nécrotopia. Si tout ça c'est effacé, s'il ne nous reste que notre amour propre alors ainsi soit-il, notre dignité sera l'arme de notre révolte. La résistance est Française et elle est implacable. Nous frapperons les premiers car nous sommes les derniers, ceux qui sont restés.

********************

"Gladys."

Fontaine salua la goule d'un geste de tête avant de jauger l'humaine derrière ses lunettes de soleil opaques.

"C'est-elle ? Je m'attendais à quelqu'un de plus ..."

Le sous-officier de la FNF finissait d’inspecter son arme, elle assembla le duo de chargeur lié par plusieurs allez-retour de gros scotch au corps de son pistolet mitrailleur.

"Même avec ça je suis capable de crever un œil à cent mètres. Tu t'attendais à quoi ? Plus de muscle ou moins de peau ?"

"Et quel est le nom de cette langue bien pendue ?"

"Katya Simonova."

"Jamais entendu parlé."

"D'où ton excellent état de santé, on continue à bavarder ou on passe aux choses sérieuses. C'est pour ça que je n'aime pas travailler en équipe."

"Va falloir t'y faire, on attends encore un gars à moi."

_________________
Thème musical**♪**Thème Mission FNF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 29 Masculin
Ville IRL : Compiègne
Inscription : 09/10/2012
Messages : 306
avatar
Versailles
MessageSujet: Re: Le long chemin du retour [Publique]   Jeu 7 Nov 2013 - 16:43

Adrien Paul
Il fut capitaine de police au quai des orfèvres, puis résistant durant l'occupation communiste. Membre du même réseau que Fontaine, il le suivit à la chute des bombes et dans sa transformation en goule. Homme extrêmement perspicace doté d'un véritable 6ème sens d'enquêteur, il gagne aujourd'hui sa vie comme détective privé à Necrotopia.

La tension était montée d'un cran dans le quartier. La sécurité d'Hazan avait bloqué les passages vers les quartiers embourgeoisés et avait donné ses instructions suite à l'arrivée d'une personnalité de Lutèce. Adrien avait aperçu le cortège armé protégeant une sorte d'as de pique au visage figé, autant de FLAMAS que de raisons de montrer les crocs.
Comme toujours, ceux qui se disaient authentiques, qui prônait arguments de supériorité et légitimité douteuse marchait en envahisseurs, s'imposaient comme les chinois l'avaient fait avant eux.


"Stupides gamins ..."

Cette fois les choses étaient différents. Cette fois, les enfants de ceux qui avaient fuis marchaient sur la terre de ceux qui sont restés. Hazan à ses défauts, mais Adrien est confiant. Le maire à déjà prouvé sa volonté de faire au mieux pour Necrotopia.
Il se frotta le visage et sorti de ses pensées pour revenir au moment présent, la porte est juste devant lui. Gladys, Fontaine et le chasseur de prime doivent déjà êtres arrivés.


"Désolé pour le retard, on à des invités en FLAMAS là haut. On va faire simple et rapide. J'ai repéré leur position à moins de 3 kilomètres au sud, ils sont cependant à couverts au sommet d'une colline formée par une série de cratères. Nous allons devoir ..."

Il posa son regard sur Versailles. Plaque de chasseur de prime plus brillante que la plus neuve qu'il ai put voir, BEC modèle FNF au bras parfaitement entretenu et non modifié, stigmate au visage de blessures amorties par un casque de combat, lui aussi issu de Lutèce.

"Chasseur de prime c'est ça ? J'ai l'impression de vous avoir déjà vue quelque part."

"Katya Simonova, c'est ici que je prends mes contrats, c'est ici que vous pissez alors y'a des chances ouai."

Adrien marqua une pause, son regard passa très rapidement du cadre photo représentant Versailles enfant et sa "mère" au supposé chasseur de prime.

"Ancien soldat de la FNF ?"

Gladys sursauta mais Versailles ne frémit pas.

"J'ai été beaucoup de choses, certains contrats imposent certaines contraintes pour être exécutés. Vous ne disiez pas que vous alliez faire vite ?"


"Désolé, déformation professionnelle."

Il n'avait pas cru un mot de ce qu'elle avait dit mais avait remarqué la réaction de Gladys. Il en conclut qu'elle ne représentait pas de menace immédiate.

"Comme je le disais ils se sont retranché sur un crête de béton. Je sais de source sure qu'Annie Moulin, Frédérique Manssard et Claire Fleurie sont retenus là-bas."

Il jeta un rapide coup d’œil vers la suspecte en prononçant nom et prénom d'Annie.

Direction les terres désolées

_________________
Thème musical**♪**Thème Mission FNF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le long chemin du retour [Publique]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le long chemin du retour [Publique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un bien long chemin...
» Sur le chemin du retour
» Un long chemin
» L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary
» Sur le chemin du retour. (P.V.Achille)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Nécrotopia-