Partagez | 
 

 Les Piles à Fission du Clan Mauber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Mer 6 Nov 2013 - 8:37

L'association de nos deux amis ayant été conclut par un contrat stipulant que le premier embauchait le second, et la nuit s'étant passé de façon plaisante, rien ne retint plus longtemps la caravane de partir.
Trois Mutants, amis de Ralph, guidaient la caravane, suffisamment dissuasif pour que la plupart des brigands renoncent à attaquer le convoi marchand.

Suivant les conseils de son oncle - celui qui est Chasseur de Primes -, ils se rendirent chez l'ami de la famille - prêteur sur gage, vendeur et réparateur -, qui souhaitait parler à Ralph.

Une clochette retentit comme ce dernier poussait la porte, suivi d'Elias, tandis que les frères Grunt patientaient dehors en surveillant les brahmines. Michel Roger surgit de l'arrière-boutique pour débouler dans la salle, en ouvrant de larges bras accueillants pour une accolade amicale.

" Eyh ! Salut toi ! Je commençais à me dire que tu ne viendrais plus ! Comment vas-tu ? Bon, parlons un peu des affaires, Ralph. J'ai entendu parlé de ton affaire de récupération dans cette vieille usine. Je voulais absolument te proposer un marché.

Je sais que tu as besoin de piles à fission. Et moi, tu sais que j'ai toujours besoin de tout ce qu'on peut récupérer. Voilà, il se trouve que je voulais t'engager pour la prospection de cette usine : je te fournis du matériel de pointe pour ton expédition, et en échange de quoi, tout ce que tu pourras ramener et qui ne te servira pas, tu t'engages à me le revendre en priorité, avec un petit prix d'ami."
Il fit un clin d’œil. "Disons ... moins quinze pour cent ?"

Avant que ralph ne proteste ou ne se mette à renégocier l'offre, il enchaîna avec force de dynamisme.

" Je t'assure que ça vaut le coup ! Dès que tu rentres de ton expédition, tu fais une rentrée d'anneaux brute, au lieu d'attendre que des clampins viennent acheter ton stock ! Et puis surtout, tu as pas vu de quel genre de matos de pointe je te parle ! Tiens, passe avec moi dans l'arrière-boutique, lui dit-il en le prenant par l'épaule pour l'y emmener. "

L'arrière-boutique était un capharnaüm d'objets en tout genre, pour la plupart métallique. Des pièces de rechanges, des barres et des plaques de fer de toutes tailles et de toutes formes, des cartons remplies d'écrous et de vis, un long établi couvert d'outils, dont plusieurs appareils électrique branchés sur un générateur à fission. Et au milieu de ce foutoir, il y a avait deux magnifiques bêtes de métal, des sortes de side-car améliorés ...

" Pas mal, hein ? Motos de charge pour prospecteurs ! Je les loue quand j'en ai l'occasion ! Elles ont une vitesse de pointe incroyable, et elles t'emmèneront à l'autre bout de Paris en quelques heures ! Comparé aux caravanes de brahmines, tu y gagnes, parce que tu l'sais bien comme moi, Ralph : le temps, c'est d'l'argent ! En plus de ça, tu remarqueras que j'ai soudé à ces bécanes ces doubles compartiments sur chaque côté ! C'est des pièces de side-car ! Tu peux y entreposer tout ce que tu trouves sans aucun soucis ! Les bécanes marchent à l'essence, mais t'en fais surtout pas pour ça, le réservoir est plein. Et regarde. T'as vu ça ? Et ouais, j'ai ajouté une mitrailleuse sur chaque compartiment des deux côtés ! La mise à feu est déclenchée par les deuxièmes freins au niveau du guidon, tu vois ? Suffit de suivre les câbles. Tu peux emporter facilement jusqu'à 120 kg de matériel par machine. Ah oui, y a ce petit coffre aussi, là. C'est que du bonus, mais bon. Alors ? Intéressé ?"

Il fallait avouer que ces double side-car gros cylindres post-apocalyptique en jetaient plein la vue. Certes, ils ne permettaient pas d'emmener autant de matériel que les caravanes, mais leur mobilité et leur équipement offensif laissait rêveur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 28 Masculin
Inscription : 12/09/2013
Messages : 27
avatar
LouetRoukin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Mer 13 Nov 2013 - 11:58

Ralph avait patiemment attendu que l'ami finisse son petit discours commercial en choisissant chaque mot d'une réponse qui réduirait la part du rapiat à quelque chose du plus convenable. C'était sans compter sur son argument de vente principal. La dose d'endorphine libérée par son cerveau à la vue des deux engins fit partir toute réponse en éclat.

Ce fut Elias qui s'avança en premier, intrigué par une mécanique plus que rare dans la capitale. Presque honteux, il caressa les cylindrés du bout des doigts sans déceler le moindre grain de poussière, le moindre accroc dans la carrosserie. Elles venaient de toute évidence d'être remises à neuf il y a peu de temps. Les soudures grossières et plaques de renforcement n'étaient qu'autant de charme animal et brute apporté aux véhicules.

"Je crois que le petit aime bien ! Alors ? Marché conclut ?"

Ralph s'approcha à son tour pour examiner les armes embarquées et juger par lui même de la place disponible. Frottant son bouc en prenant un air typique des plus grands roublards du marché de la gare, il se retourna vers le commerçant.

"Je sais pas trop, le coup de l'essence et tout ça je me demande si c'est bien fiable. Et c'est vrai qu'on perds pas mal de place."

Elias quitta l'engin à contre-cœur pour emmener Mauber à portée de ses chuchotements.

"T'es cinglé vieux ? Ton pote là c'est tout bon ce qu'il te propose ! Avec ça on a la vitesse et la protection, c'est moins chiant à traîner qu'une brahmine et ça craint pas les coups de mâchoires des radcaniches, avec le bruit ils vont pas s'approcher j'te dis ! En plus tu lui refourgue ce que tu veux au retour, il est pas obligé de savoir tout ce qu'on ramène sous le manteau !"

"Crois pas m'apprendre mon boulot petit, ce gars là est plus malin que toi..."

Ralph jugea une dernière fois l'offre du prêteur sur gage puis lui tendit la main.

"Tu te fous pas de ma gueule on peut dire que tu sors le grand jeu hein, je me réserve la fixation du taux de réduction "ami" en fonction de la marchandise, tu seras pas déçu crois moi, marché conclut ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Jeu 14 Nov 2013 - 20:39

Michel Roger sembla hésiter, puis serra la main de Ralph vigoureusement avec un sourire entendu.

" Ça marche ! J'te fais confiance ! "

Mais il ne lâcha pas la main de Ralph.

" Mais qu'est-ce que tu vas faire des trois Mutants qui t'accompagnent ? Il y a pas la place de les embarquer sur les motos ... "

Puis, tandis que Ralph lui répondait, il libéra sa main en acquiesçant poliment aux moments appropriés pendant les explications, sortit une carte de Paris et traça des lignes au marqueur rouge, sur son comptoir. Le marqueur, à bout de souffle, peinait à laisser sa trace sur le papier usé.
Il donna la carte à Elias, lui indiquant les explications de parcours sur tel ou tel détour.

" Ne passez pas par ici, il y a des véhicules accidentés et un effondrement d'immeuble cent mètres plus loin, ça va bloquer votre avancée. Faîtes le tour par cette route là, elle est bien dégagée. Arrivés par ici, méfiez-vous, vous serez proches des territoires des Amazones. Ensuite, vous sortez en direction de Saint Ouen, vous voyez, juste au Nord de Paris. Après, Ralph sait où ça se trouve, d'après ce que je sais. Ça aurait été plus simple de faire le tour par le périphérique, surtout avec de belles motos comme ça. Mais il se trouve que la majeure partie de périphérique est encombrée de carcasses de voitures abandonnées depuis l'explosion des bombes. Vous pourriez pas faire de belles pointes de vitesses. Et toi, t'aimes ça la vitesse, fiston, non ? " Il le gratifia d'une tape sur l'épaule.

Il plia la carte en huit, sortit les clefs des deux bolides d'un tiroir et les mit dans la paume de la main du jeune chasseur.

" Et prudence ! Ramenez les moi en état, sinon, le prix d'ami sera fixé par moi, compris, Ralph ? Ahahaha ! " Il riait de bon cœur, mais il fallait prendre la consigne au sérieux, c'était évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 28 Masculin
Inscription : 12/09/2013
Messages : 27
avatar
LouetRoukin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Ven 15 Nov 2013 - 14:15

Elias avait déjà placé sa toile de tente contenant tout son matériel qui prenait tout juste la place disponible, il posa sa guitare soigneusement contre une étagère stable.

"Je peux la laisser ici et la retrouver à mon retour ?"

"Tu peux me faire confiance ptit gars, pas d'embrouilles ici tant que ça marche dans les deux sens. Pour deux anneaux elle sera même accordée à ton retour, hahaha."

"Je me sens mieux sans les mutants j'dois dire."

Il ne décollait plus du véhicule, heureux comme un radcaniche dans un abattoir de radcohon, il prenait place sur le siège, devant, à l'arrière comme s'il voulait garder le moindre centimètre de l'engin en mémoire.

"J'imagine qu'on va devoir se passer des grunts sur ce coup là, on ne devrait plus vraiment en avoir besoin avec tout ça. J’espère pour tes bécanes que tes indications sont aussi fiables que leurs moteurs. Envois les clés petit."

Ralph était plus ennuyé que son jeune collègue, garder ces deux engins en état aussi loin dans la capitale était un paris risqué qui pouvait lui faire perdre pas mal d'anneaux. Après un haussement d'épaule il entreprit de faire avancer le véhicule en faisant signe à Elias de le suivre après un signe de main à Michel Roger.

"Je bougerais pas d'ici Ralph !"


Plus tard, près de la caravane à l’extérieur.


Elias restait en retrait près des montures mécaniques, les trois mutants en armure de récupération ne semblait pas apprécier le petit discours de Ralph, ou peut être était-ce leur expression habituelle. Mauber observa tour à tour la brahmine et sa moto, comme s'il cherchait à mettre l'une dans l'autre. Finalement, il tira la bête porteuse et entama un tri dans son materiel.

"Bon on va aller à l'essentiel, t'as encore de la place toi ?"

"Je devrais pouvoir te prendre deux trois petits trucs ouai."

"Hmmm, faut éviter de surcharger. Sors ton fusil et ta machette de là, tu dois pouvoir les utiliser n'importe quand on ne sait jamais tu pourrais tomber ou une autre merde dans ce genre la."

Il commença par placer ses armes contre le cadre, il déposa les deux cordes et la petite hache dans les compartiments du side car.

"Non, tiens prends une corde avec toi."

"Envois."

Il ajouta ensuite une partie des rations prévues. Sa paire de jumelles, son compteur Geiger et sa trousse de soins finirent tassées sur le côté.

"Les gars, vous remmenez tout ça au magasins, doit y avoir quelqu’un pour me remplacer maintenant."

Premier sourire de Mauber depuis un bon moment. Le récupérateur enfourcha la grosse cylindrée et la fit hurler de rage d'un coup de poignet.

"T'es prêt ? Tu va réussir à suivre le rythme ?"

Elias partageait l’excitation de son employeur, il se frotta les mains et parti dans une véritable tempête de poussière.

"Petit malin va !"

Ralph lui emboîta le "pas" à une allure tout aussi déraisonnable.

A l'intention du maitre du destin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Lun 18 Nov 2013 - 14:33

Ainsi, après avoir laissé de côté les frères Grunt, le duo traça la route à des vitesses défiant toute concurrence vers leur destination, le vrombissement des moteurs à essence effrayant les rad-caniches et autres bestioles qui s'écartaient promptement de leur trajectoire.

Ils suivirent la route qui se trouvait dangereusement proche des territoires des Amazones, suivant les instructions cartographiées de Michel, mais eurent la chance de ne rencontrer aucune de ces sauvageonnes hystériques.

Ils continuèrent leur folle virée jusqu'au Nord de Paris, zigzaguant avec une agilité téméraire entre les carcasses de voitures et les débris au sol. Pour des pilotes qui n'avaient probablement jamais conduis ni l'un ni l'autre, il fallait admettre qu'ils s'en sortaient bien. Plusieurs fois, ils auraient pu, l'un comme l'autre, mourir dans une chute mortelle ou une collision violente, mais les doubles side-car aux suspensions très travaillées permettaient aux bécanes d'avoir un très bon équilibre. Heureusement.

Finalement, ils sortirent de Paris même et entrèrent dans Saint Ouen, sans que le décor n'est varié d'un iota. Toujours une ville en ruine qui s'étendait à l'infini. Les bâtiments avaient tout de même l'air d'être plus pauvres, moins travaillés au niveau de l'architecture, que dans les arrondissements de Paris. Les deux complices s'arrêtèrent pour étudier la carte, cherchant à se repérer dans ce dédale de rues. Après quelques difficultés, ils trouvèrent enfin l'endroit marqué.

L'entrée de la fabrique était une grille, prise entre deux bâtiments, rouillée mais encore robuste, et bien entendu, fermée. Cela ne posait pas de problèmes, car la grille faisait environs 80 centimètres de haut. Il était facile de sauter par-dessus, mais il fallait alors se résigner à laisser les motos à l'extérieur.

Derrière la grille, il y avait une petite zone de stationnement où seules deux voitures en état relativement bon - seules les vitres étaient cassé, et une portière ouverte - se partageaient l'espace bien plus grand.

Près de ce parking, il y avait une porte-fenêtre au dessus de laquelle le logo de l'entreprise couvert de poussière avait fièrement et vaillamment tenu 100 ans. Personne ne semblait avoir forcé la porte de la fabrique industrielle, les éventuels pillards s'étant contenté de forcer les voitures, et ce, il y a peut-être plusieurs dizaines d'années, alors que l'apocalypse en était encore à son commencement.

Il fallait désormais décidé ce qu'il fallait faire des engins à essence, quel matériel emmené, et quoi fouiller dans l'environnement immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 28 Masculin
Inscription : 12/09/2013
Messages : 27
avatar
LouetRoukin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Sam 23 Nov 2013 - 11:56

"T'es déjà venu dans le coin ?"

"Non, ça ne me dit rien."

Les deux hommes profitaient du vent frais balayant le quertier en ruine pour se dégourdir les jambes après leur trajet véhiculé.

"L'être humain n'est pas fait pour se déplacer trop longtemps à bord de ces engins."

"T'as pas aimé ? C'est ces bécane qui ne sont pas faites pour l'être humain si tu veux mon avis. Elles restent bien pratiques."

"On ne pourra pas les faire passer de l'autre côté."

Elias secoua les barreaux métalliques de la grille sans le moindre effet avant d'y mettre un violent coup de pied.

"Hors de question de les laisser ici."

Mauber examina l'endroit à la recherche d'une solution.

"Là."

Il y avait dans la rue plusieurs restes de remorques lourdes retournées. Les deux compagnons placèrent planches et morceaux de taule pour faire monter les véhicule dans l'une d'elles.

"Perds pas la clé surtout gamin."

"On ne va pas pouvoir tout prendre avec nous."

"Avec des mutants on aurai surement put faire une brèche..."

Elias prit avec lui sa machette et son fusil, il cacha dans l’intérieur de son manteau ses morceaux de radcaniche séché. Mauber enroula sa corde sur son épaule, il attacha sa trousse de soin et son compteur Geiger à sa ceinture, enfila ses katars sous son gilet blindé et attrapa son fusil Churchill d'une main assurée.

"On va commencer par simplement jeter un œil t'as de la place pour embarquer la bouffe ?"

"Si on la laisse ici ça va attirer pas mal de saloperies."

"J'te l'fait pas dire."

"Je prends."

"Assez de flotte dans ma gourde. Toi ?"

"Pas de soucis elle est toujours pleine."

Elias doutait fortement du fait que la gourde de Ralph contienne de l'eau mais il garda cette pensée pour lui même.

"C'est parti."

Après avoir placé les plaques contre les motos au fond de la remorque, ils descendirent à terre et s'élevèrent au dessus de la grille, arme en main.

"On se sépare, on va essayer de trouver une entrée à la surface."

Elias parti vers la droite, inspectant l’intérieur des voitures à la recherche de quoi que ce soit pouvant leur servir malgré les pillages. La zone ne semblait pas avoir été très actives depuis la chute des bombes, il n'était même jamais passé par là avec les Zingaros. Ses pas et ceux de Mauber étaient les seuls traces marquant la fine couche de sable crasseux recouvrant le parking. Un bruit de verre brisé plus loin.

Ralph venait de briser la porte fenêtre de la crosse de son fusil, sans faire signe à Elias, il entra prudemment pour jeter un œil à l’intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Mer 27 Nov 2013 - 16:40

Dans la voiture, Elias farfouilla, sous les sièges, dans le coffre et dans la boite à gants, mais ne trouva rien de très utile, ni ayant beaucoup de valeur. Un paquet de cigarettes au trois quart vides, datant d'avant la guerre, dont les feuilles de papier était devenues brunes avec le temps ; un holodisque abîmé ; du papier toilettes en décomposition ; des sièges en faux-cuir ; et quelques pièces de monnaie, des anciens francs.

Ralph, pendant ce temps, avait forcé la porte, et entra dans l'usine.


Il n'y avait pas de bureaux, ni de salle d'attente dans laquelle des clients importants pouvaient patienter. On entrait directement dans une vaste usine, sur le sol de bétons. Peut-être que la porte qu'avait forcé Ralph était celle qui était réservée au personnel, autrefois, mais il n'y avait aucun panneau d'indication qui pouvait l'attester. Tout de suite en entrant, sur la gauche, il y avait des établis industriels, avec des machines à ébavurer, des soudeuses et des viseuses. Ainsi qu'une quantité impressionnantes de vis, de clous, de rondelles, et de mèches. Le tout prenait des couleurs d'acier rouillé, le temps ayant patiemment continué son travail d'usure.

L'usine entière était un jeu de lumières et d'ombres. Des fenêtres disposées dans les plafonds et les murs laissaient filtrer des colonnes de lumières, faisant contraster des ombres plus fortes et plus longues, qui s'étendaient derrière les machineries. Il était facile de se cacher dans un vaste terrain de jeu comme celui-ci, qui offraient des recoins discrets et sombres absolument partout. Il y aurait pu y avoir douze psychotiques dans le bâtiment que ni Ralph, ni Elias n'auraient pu les voir.


Comme lui avait révélé son oncle Chasseur de Primes, il y avait effectivement une chaîne de montage automatisée. Des bras géants articulés UX150, n'ayant plus servis depuis un siècle, attendaient patiemment les ordres de remise en services, dans ce lieu oublié de tous. Les machines complexes semblaient encore pleinement alimentée par des piles à fission. Il ne restait qu'à les extraire des machines, sans s'électrocuter, d'autant que beaucoup de fils étaient coupés, et que les panneaux de sécurités étaient arrachés. Des détails troublants, si l'usine n'avait jamais été pillée ... Elle aurait dû être exactement dans l'état où on l'avait laisser, si personne n'y était venu.


Les panneaux de maintenance et de contrôle des machines affichaient des multitudes de boutons, et des indications en anglais. Pour les deux survivants, c'était parfaitement incompréhensible. Le bouton vert semblait néanmoins tout désigner pour mettre la chaîne en marche, et le gros bouton rouge tout désigné pour être celui qui arrêtait la chaîne.

L'ambiance était sinistre, inquiétante. Dans ce grand bâtiment sans activité, les pas résonnaient comme des tambours, rompant un silence centenaire à glacer le sang. Autrefois, avant la guerre, cette usine devait produire tellement de vacarme qu'il devait y être impossible d'y vivre sans un casque sur les oreilles. Maintenant, plus aucun de ces artistes endormis ne jouaient dans la symphonie industrielle des robots et des machines, et seule persistait les odeurs mélangées du fer, de la rouille, et de l'acier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 28 Masculin
Inscription : 12/09/2013
Messages : 27
avatar
LouetRoukin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Dim 1 Déc 2013 - 17:04

Elias avait arraché un morceau du revêtement des sièges et avait commencé à ouvrir les vieilles cigarettes pour essayer de récupérer le vieux tabac fossilisé quand un sifflement aiguë attira son attention. Ralph lui faisait signe d'approcher, il abandonna son travail chirurgical, empoigna sa machette et pénétra dans l'usine à la suite de son associé.

"La vache, c'est quoi ça, des robots ?!"

"Baisse ta lame gamin, aucun danger pour le moment tout est désactivé. Ce sont des robots ouai mais pas dans le sens ou tu l'entends, juste des machines outils du monde d'avant-guerre, un véritable trésor si tu veux mon avis."

Elias rangea sa machette et commença à observer la complexité des cablages et des assemblages d'acier comme s'il essayait d'en comprendre le fonctionnement.

"Il y à un proverbe chez les zingaros. Chaque trésor possède un gardien à la hauteur de sa valeur."

"Ouai... J'y pensais aussi. Tu ferais bien de garder ton fusil à portée de main et de la mettre en veilleuse, on n'y voit pas grand chose."

Les deux comparses traversait la jungle mécanique le plus silencieusement possible, chaque bruit était amplifié par un écho résonnant dans tout le hangar. Chacun attirait tour à tour l'attention de l'autre sur divers éléments. Tout les deux semblaient avoir convenu qu'avant toute opération de récupération, un état des lieux, une évaluation du danger devait être effectuée. Elias manqua de peu d'ouvrir le feu sur une créature poilue fuyant à toute allure lorsqu'ils approchèrent.

"T'afolle pas, c'est un chat."

"Un sha ? T'en avait déjà vu avant ?"

"Ouai, inoffensifs surtout seuls. Ils se font rare dans la capitale, surtout avec l'explosion démographique des radcaniches."

"Je comprends rien à ce que tu dis."

"Contente toi d'ignorer ces bêtes là et de rester concentré. On avance vers la prochaine pièce."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Jeu 12 Déc 2013 - 21:29

Des chats, il y en avait. Une bonne et grande famille. Mais par chance, ils n'étaient pas vraiment mutés, ni agressifs. En revanche, il y avait cette silhouette noire derrière une porte d'un bureau. Quand Ralph la vit, à travers la fenêtre du bureau, il fit feu sur elle. Trois balles déchirèrent l'air, dans un vacarme rompant le silence religieux de ce lieu muet depuis si longtemps. La vitre se brisa, et la silhouette tomba, se réduisant en un tas de poussière.

Ralph s'approcha du bureau, et poussa prudemment la porte.

Derrière celle-ci, la cendre noire était réunie dans un petit tas étalé sur le sol déjà couvert de poussière ...

En regardant dans la pièce, plus attentivement, le commerçant remarqua une autre silhouette humaine, cachée sous un bureau. Elle ressemblait à une statue macabre, silhouette de carbone noire, figée pour l’éternité dans une expression de souffrance, les mains au dessus de la tête, comme pour se protéger des foudres d'un Dieu vengeur.

Balayés nets lors de la chute des bombes. Radiations. Et chaleur infernale. Résolution de l'équation : statue humaine de cendre. Tous n'avaient pas la chance de devenir des goules. Si devenir une goule pouvait être une chance. Tout était question de croyances, d'opinions et de points de vus.

Ralph souffla.

Ils continuèrent de fouiller, et poussèrent la porte qui menait à la salle de pause.


Le frigidaire était débranché, et il ne restait plus rien dedans, à part une bouteille de vin à demi-vide et dont le bouchon de liège avait fini par s'abimer. Il y avait un vieux magazine de bandes-dessinées pornographiques qui traînait sous une couche fine de poussière sur le comptoir. En activant le robinet, il n'y eut rien, pas même de la poussière. Le réseau n'était plus actif. Peut-être une canalisation explosée. Ou bouchée.
Dans la poubelle, il y avait quelques cannette de Nuka-Cola et de Chateau-la-Pompe vide. Les anneaux étaient encore dessus. Une demi-douzaine.
Il y avait des vestiaires fermés dans l'autre partie de la pièce, derrière le comptoir central. Il ne devait rien s'y trouver de plus que des vêtements civils et des uniformes du personnel.

Pas grand chose de plus à trouver, mais quelques autres objets traînaient, comme des boîtes vides, des couverts, et une marmite.

C'est à ce moment que le danger apparut. Un danger bien véritable cette fois. Un robot de surveillance entra dans la salle de pause, par la porte en face, derrière le comptoir. Il avait surement mis en état d'alerte par les coups de feu de Ralph.

" Intrus, intrus. Identifiez-vous, ou partez. Présentez le badge du personnel. "

Le laser rouge de visée se pointa sur la tête de Elias. Le drone de surveillance et de protection avait deux canons impressionnants montés au dessus de son corps arachnéen. Cette tarentule de métal guettait ses proies, et n'allait pas tarder à faire feu, s'ils ne présentaient pas chacun un badge.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 28 Masculin
Inscription : 12/09/2013
Messages : 27
avatar
LouetRoukin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Jeu 12 Déc 2013 - 23:40

Malgré le coup de feu, la tension n'avait de cesse de redescendre depuis que les deux compagnon récupérateurs avaient pénétré dans le temple intact d'une technologie de pointe oubliée. Les rôles avaient implicitement étés distribués, aussi Ralph en récupérateur confirmé se plaçait en mentor du jeune Zingaro impressionné par le moindre rouage, par la moindre précision dans la mécanique comme s'il contemplait l’équation de la vie.

Passant sa main pour dépoussiérer la couverture d'un magazine érotique, Ralph souri en observant l'enfant qui s'occupait déjà de décortiquer les canettes qu'il avait immédiatement flairé.

"Douze, treize... Mince ces deux là son cassés." Il leva la tête vers Mauber avec l'air déçu d'un expert examinant la contrefaçon d'un chef d'oeuvre."On partage ?"

"Tu peux garder ça gamin... Merde tu fais quoi là ?"

"Je récupère les couverts, c'est de l'inox ! C'est très recherché par la bourgeoisie de Métropolitopia et même chez les goules crois ..."

" Intrus, intrus. Identifiez-vous, ou partez. Présentez le badge du personnel. "

Elias se retourna doucement et leva immédiatement les deux mains en l'air, lâchant bruyamment les couverts accumulés.

"Ralph... Ce robot là il est comment ?"

Mauber avait reculé de quelques pas vers la porte, son fusil à pompe braqué sur la machine. Son visage ne pouvait cacher une certaine satisfaction, il semblait admirer la bête mécanique, la convoiter.

"Ne bouge surtout pas gamin. Pas de geste brusque, prépare-toi."

Les grands yeux noirs et humides du Zingaro louchèrent vers le pointeur laser au milieu de son front, ses jambes commençaient à trembler. Il avait toujours eut se mélange de peur de dégoût et de fascination pour la technologie, à cet instant précis, il se demandait où étaient passés la fascination et le dégoût.

"Échec de la tentative de contact avec les forces de l'ordre. Intrus armés, utilisation de la force létale."

"Ralph ?"

"Cours !"

Mauber se décala tira une première cartouche, le robot ne bascula pas malgré les étincelles produites par l'impact. Le haut de son corps semblait pouvoir pivoter sur 360 degrés, Elias ne se fit pas prier, il avait retrouvé l'usage de ses jambes et dans tout l'athlétisme de la jeunesse, dans toute la peur superstitieuse tribale, il bondit vers la sortie. Le zingaro traversa le bureau et la jungle mécanique comme une furie avant de prendre position sous un tapis roulant, fusil prêt à tirer vers la porte d'ou le robot pouvait jaillir à tout instant.

L'engin avait ouvert le feu, éventrant les vieux meubles, faisant sauter la porte du réfrigérateur. Ralph courait comme un buffle dans le petit espace à sa disposition pour rester dans l'angle mort du gardien d'acier. Dans un bond déployant les capacités de son imposante musculature, il traversa lui aussi la porte et déboula dans le hangar à son tour.

"Qu'est ce que tu fous gamin ?! Restes pas la dessous !"

Elias se releva sans réfléchir d'avantage, cognant douloureusement sa tête contre le tapis roulant. Mauber pris place derrière une console regroupant plusieurs panneau de commande, tapant furieusement sur une série de boutons rouges.

"Allez merde ! Il doit bien rester du jus dans un de ces trucs !"

"Je te l'avais dit tout trésor possède un gardien à sa valeur"

"Ha ouai ? Tu trouve que cette machine vaut une dizaine d'anneaux toi ?"

Grognant contre l’agressivité de Mauber, Elias essaya à son tour de tourner et d'appuyer sur quelques boutons à sa portée, une long vrombissement suivit d'une série de bips aiguës se firent entendre, les UX150 semblaient s'être activés. Ralph le regarda d'un air interrogateur mais le zingaro se contenta de lever les épaules. Ralph commença à manipuler les bras, sans réellement savoir ce qu'il faisait, une série d'impact forcèrent Elias à se baisser. Le robot venait de pénétrer dans le Hangar, une arme automatique de gros calibre sur patte venue pour les abattre.

"Je ne suis pas venu ici pour rentrer la queue entre les jambes à cause de cette eptite merde ! On va la désosser et l'embarquer ! Elias, occupe le."

"Quoi ?"

"Empêche le de me tirer dessus merde !"

Le jeune chasseur s'élança entre les machines, tirant quelques balles dans la direction du robot pour tenter d'attirer son attention pendant que Ralph tentait tant bien que mal de manipuler les bras mécaniques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Mar 14 Jan 2014 - 21:26

Le robot, aussi mortel fut-il, était cependant programmé pour ne pas abimer le matériel dans l'entreprise. Sans quoi, son canon principal aurait déjà balancé quelques grenades explosives dans le tas, et les explosions n'auraient pas laissé une seule chance à Ralph et Elias.

Elias s'élança entre les machines qui s'étaient remises en marche suite à son intervention chanceuse sur le bouton d'une des consoles, et distribua quelques pruneaux qui ne firent pas mouche. Tirer en courant n'était pas toujours aisé, surtout face à un monstre arachnéen mécanique surarmé, et lus encore avec la machinerie qui se remettait en branle. Les quelques balles du Zingaro atteignirent une vieille console non loin du robot de surveillance.

" Dégradation de biens privés : 500 000 francs d'amende et 2 mois de mise à pied. Tentative de sabotage : exécution immédiate du terroriste. "

Le robot lança une salve de balles qui frôlèrent de près le chasseur-nomade, mais ne le touchèrent pas, s'étant jeté à couvert juste à temps, près d'une console.

Pendant ce temps, Ralph, qui bidouillait dans l'urgence, parvint miraculeusement à démonter le boitier principal de l'un des bras-mécanique qui se mit rapidement en défaut, comme le reste de la ligne, faute de pièce à assembler.

" Bon dieu, qu'est ce qu'il se passe, ils se sont arrêtés ! " s'exclama le récupérateur.

Quelques tirs supplémentaires ne firent pas s'attarder Ralph plus longtemps, il se concentra à nouveau sur l'intérieur de la machine. Le boitier ouvert donnait accès au moteur. Une multitude de fils de toutes les couleurs s’enchevêtraient les uns dans les autres, dans un indescriptible labyrinthe. Bien en dessous des fils, et derrière plusieurs autres plaques de protections, le quadragénaire reconnut les quatre piles à fission branchées. Les gros doigts de Ralph ne lui permettait pas d'atteindre les piles qui étaient de toute façon fixées dans leur espace sécurisé. C'est que la puissance énergétique des piles pouvaient électrocuter vif un homme ! Un bon électro-mécano aurait put pirater le dispositif pour en faire une arme ... Enfin, peut-être ...

Il n'y avait pas cinquante solutions : il fallait agir prudemment, et pour ça, il fallait gagner du temps ou désactiver le robot-tueur une bonne fois pour toute.

Ralph comprenait peu à peu la façon dont fonctionnait le bras articulé. C'était une superbe mécanique, complexe, et bien pensée. Trop bien pensée. En tout cas, pas pensée pour être démontée sous la pression d'une araignée métallique meurtrière.

De son côté, Elias était toujours aux prises avec le robot, qui l'avait pris pour cible privilégié à cause de ses mouvements rapides d'un couvert à un autre. Le robot grimpa à l'envers, se retenant comme une araignée grâce à ses "pattes", les escaliers menant à une passerelle métallique. Il prenait de la hauteur pour mieux repérer et détruire les intrus. Mais l’œil avisé d'un bon chasseur pouvait voir à quel point cette passerelle était vétuste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 28 Masculin
Inscription : 12/09/2013
Messages : 27
avatar
LouetRoukin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Mar 4 Fév 2014 - 18:17

Elias à bout de souffle venait de perdre ce ryrthme, qui couplé à l'adrénaline lui avait permi de ne pas être transformé en chiffon sanglant par l'engin de sécurité. A couvert derrière la machinerie d'un tapis roulant, il paniquait en remarquant avoir perdu sa cible des yeux.

"J'ai pas tout un stock de balles Ralph ! Ralph ? Putainputainputainputain ..."

Ses jambes s'étaient mises à trembler et ses mains étaient incapables de recharger son arme. Il se demandait si le récupérateur était mort, il se demandait si lui même allait mourir même s'il ne bougeait plus, il se demandait qu'elle était ce bruit derrière lui ...

"Baisse la tête gamin !"

La chevrotine du molosse Mauber frappa l'escalier alors qu'une ligne d'acier létal fit son chemin du canon de l’araignée jusqu'à la couverture d'Elias. Il ne lui en fallut pas d'avantage pour retrouver ses esprits et à nouveau utiliser sa peur pour détaler comme un diable alors que Ralph continuait à vider les munitions de son fusil à pompe en direction de la structure branlante. En se ruant à nouveau vers le bureau, le jeune Zingaro se surpris à lâcher son arme, le long de son bras droit coulait un liquide chaud et très épais.

"Merde."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Mer 5 Fév 2014 - 19:16

Ralph Mauber tira son gros sel, du plomb de premier choix, dans la structure métallique sur laquelle la machine tueuse était montée. La passerelle s'effondra, écrasant sous son poids l'araignée gardienne, qui dans sa chute tira une dernière salve. L'une des balles transperça l'épaule droite du ZIngaro, qui en lâcha son arme de surprise.

Il lâcha un juron en s'effondrant au sol, se blottissant contre une machine, en portant sa main gauche à son bras blessé. Derrière, la machine grésilla son message devenu inaudible, qui se perdit dans des fréquences basses avant de s'interrompre pour de bon. L'araignée de guerre avait été terrassée par un chasseur réfractaire à toute technologie et un vieux récupérateur. Dire que ce matériel de sécurité était vendu une fortune avant la guerre ...

Le vieux Mauber courut jusqu'à son jeune coéquipier.

" Enlève ta main, je vais t'examiner. " La balle avait traversée le bras, ce qui était plutôt une bonne nouvelle : ils n'auraient pas à extraire le projectile. En revanche, l'os avait été brisé. " Aïe, l'os est cassé. J'ai de quoi te rafistoler le temps qu'on te trouve un doc. Tu devrais tenir. Ça va aller, gars. "

Le récupérateur sortit sa trousse de premier secours, et fit un bandage épais et bien serré autour du bras d'Elias, pour stopper l’hémorragie. Il confectionna une attelle de fortune, et la serra autour du bras. Il lui injecta un stimpack dans le cou.

" C'est tout ce que je peux faire pour toi, fiston. Et il va falloir que tu ramènes la bécane, quand même. J'ai réussi à récupérer les piles à fission, j'en ai assez pour tenir un moment. Je vais démonter quelques machines de plus, juste pour payer la commission pour les bécanes. Faut que le voyage soit rentable. Je crois pas qu'on trouvera grand chose de plus. Tiens, je te laisse une bouteille d'eau, j'en ai pour trente minutes et on décolle. "

* * *

Et trente minutes plus tard, effectivement, Ralph Mauber avait terminé de désosser quelques machines de plus, et avait réussi à récupérer 40 piles à fissions en tout. une petite fortune.

" On décolle, tu vas réussir à conduire ? "

Les deux récupérateurs partirent en trombes sur leurs bolides à deux roues. La route défilait à toute allure. La douleur tiraillait parfois l'épaule d'Elias, mais les effets du Stimpack lui permettait de supporter la douleur. Et c'est à ce moment là que, surgissant du bas-côté en courant au beau milieu de la route, une femme éplorée agitant les bras courut dans la direction des motards qui fonçaient vers elle. Elle semblait désespérée, et avoir besoin d'aide !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 28 Masculin
Inscription : 12/09/2013
Messages : 27
avatar
LouetRoukin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Jeu 6 Fév 2014 - 14:40

Malgré la douleur toujours présente, offrant à la moto une trajectoire parfois zig-zaguante, Elias souriait. Le jeune chasseur s'imaginait déjà une grosse bourse d'anneaux à la poche, de quoi s'acheter le matériel nécessaire à la chasse au serpent volant. Il se voyait déjà agrandir son activité, rentrer triomphant parmi les siens le temps d’exhiber sa réussite personnelle. Les plaisirs simple d'une vie simple qui furent brutalement interrompus par un retour à la réalité.

Alors que Ralph accéléra devant la femme, manquant de peu de la couper en deux, Elias tenta de freiner brutalement. Le moteur hurla, les pneus crissèrent, fumèrent et le chasseur perdit son emprise sur l'une des poignées, effectuant une chute à peine amortie par la portière d'une carcasse de voiture. Il hurla de douleur, grimaçant tant son épaule le faisait souffrir. Livré à mil-et unes chandelles, il ne vit même pas son bolide se frayer une route d'étincelles à travers les décombres de la route post-apocalyptique.

"Gamin !"

Une nouvelle fois, le récupérateur du venir au secours de son compagnon. Il exécuta un demi-tour serré avec une parfaite maitrise de l'engin, bondit arme à la main et prit position à une distance qu'il jugeait convenable alors que la femme s'approchait déjà du zingaro blessé.

"Tu reste où tu es, tu garde tes mains bien en évidence !" beugla-t-il en la visant.

Il connaissait ces vagabonds en périphérie de la capitale, et même si beaucoup n'étaient pas affiliés aux grand gangs, il restaient très dangereux. Pourquoi avait-il fallut qu'Elias fasse à nouveau preuve d'une naïveté aussi désolante ? Le vieux briscard avait le front en sueur, dans le silence si soudain, il scrutait les bâtiments environnants à la recherches d'éventuels complices de la femme.

"Qu'est-ce que tu veux ? Éloigne-toi de lui je t'ai dit !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   Jeu 27 Fév 2014 - 20:20

La moto de Ralph passa à quelques centimètres de la femme, terrifiée, tétanisée, les yeux exorbités. Puis celle d'Elias, qui vacilla. Et juste après, derrière elle l'accident. Elias tomba, et la moto termina sa course dans le décor, avec un fracas innommable. Elle accourut vers le blessé.

" Tu restes où tu es, tu gardes tes mains bien en évidence ! " mugit comme une brahmine enragée par des Moustiques-Luminescent le second récupérateur qui avait effectué un dérapage plus contrôlé que celui de son employé, tenant maintenant en joue la femme, après être descendu de son bolide qu'il avait posé sur la béquille.

La jeune femme leva les mains faiblement, les yeux baignés d'une détresse lacrymale. Elle ne pouvait détacher son regard du Zingaro blessé à l'épaule. Il semblait souffrir. Heureusement pour lui, sa blessure n'était pas si grave, et les effets du stimpack commençaient déjà à résorber les chaires, tout en anesthésiant doucement le réseaux nerveux de son corps.

" Pardon. " murmura t-elle. " Je ne voulais pas vous faire avoir un accident. " Elle semblait se sentir coupable pour la maladresse et la malchance qui incombaient à Elias seul.

Ralph scrutait les environs, mais la femme semblait vraiment seule.

" Qu'est-ce que tu veux ? Éloigne-toi de lui je t'ai dit ! " cria t-il à nouveau en s'approchant un peu.

" Aidez-moi, je vous en supplie ! C'est ma petite fille ! Elle est blessée ! Elle saigne beaucoup ! Et elle va mourir ! " Elle semblait vraiment sur le point de craquer. C'était une femme mince, habillée de frusques débraillées sales, tenue habituelle des pauvres hères des Terres Désolées. Elle était mince, presque famélique, et n'avait aucune forme pouvant susciter une quelconque excitation, mais son regard larmoyant, ses rastas blondes, sales, tombant comme des serpents crasseux sur ses épaules pas moins crasseuse, sa détresse visible, faisait qu'on éprouvait de la compassion pour elle.
" Elle est tombée dans une crevasse dans l'égout ! Je n'ai pas de médicaments ! Je ... Je crois qu'elle a quelque chose de cassé ... Aidez-moi, par pitié ! "

Elle les implorait. Elle était à bout et désespéré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les Piles à Fission du Clan Mauber   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Piles à Fission du Clan Mauber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Premier Baptême... |Tout le Clan|
» Marche Croix-Bossales sort des flaques de boue et des piles d\'immondice
» Nouveau super pack de clan !
» La Guerre des Clan - Thelegend - Partenariat ? # Besoin de Membres.
» NTW3 Clan Wars League

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Autres Lieux :: Les Terres Désolées-