Partagez | 
 

 Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Inscription : 09/02/2014
Messages : 12
avatar
Bazouzou
MessageSujet: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Mar 18 Fév 2014 - 12:42

Il avait déjà effectué une dizaine d'aller-retours entre la porte du rez-de-chaussé et la corniche de son appartement, scrutant l'obscurité, tentant de deviner la silhouette de l'étrange intrus qui venait de passer plusieurs heures tout près de sa fille. Le démon lui murmurait de poursuivre l'inconnu, il le traitait de lâche, lui demandait ou étaient passées ce qui lui servait de couilles autrefois. Il le menaçait, menaçait sa fille, chargeant pour prendre le dessus et profiter de la nuit pour commettre un nouveau meurtre.

"Ferme-la !"

Bazouzou venait d'envoyer valser toute une ligne de canettes de vin vides. Le démon n'avait pas tort sur un point, il ne le connaissait pas, peut être n'était-il pas seul et il savait ou le père et sa fille vivaient. Il avait difficilement obtenu un travail de livraison assez bien payé par les Mitrailleux et ne pouvais risquer de laisser son foyer à l'abandon si cet homme était libre d'aller et venir.

"Très bien."

Ses affaires étaient déjà prêtes pour le voyage, il vérifia machette et fusil, accrocha l'enfant estropié dans son dos, tout près de l'arme à feu rarement utilisée et se saisit de la portière de voiture qui lui avait tant de fois sauvé la peau. Les différent pièges n'avaient jamais vraiment étés utiles ni même testés mais il les activa tout de même avant de sortir dans la rue, sur ses gardes, enfreignant l'une de ses règles en affrontant ouvertement le clair de lune. Il était bon pisteur et avait put voir la direction que l'intrus avait pris, en bon connaisseur du quartier il ne lui fallut que quelques minutes pour traquer et retrouver la silhouette massive qu'il avait croisé lus tôt. Prenant soin de ne pas être repéré et priant pour que la petite ne crie pas, il arma son fusil et attendit un moment, le temps que son dos frissonnant s'habitue à la température glaciale.

"RETOURNE-TOI !"

Sa voix caverneuse avait résonné dans toute la rue et dans les bâtiments ouverts qui la cernait. Il savait pertinemment que s'il devait tirer, il raterais sa cible à coup sur mais il avait beaucoup appris du pouvoir de dissuasion lors de son court séjour à Lutèce. Ses mains ne tremblaient pas, la stabilité de l'arme était garantie par la masse qui pesait sur sa colonne vertébrale. La porte n'était pas loin, prête à être déployée pour repousser une charge de l'ennemi. Bazouzou se souvenait d'avoir tenté de se lancer dans les combats de gladiateurs à Auteuil, mais après s'être fait littéralement écrasé par un maigrelet à un bras, il avait appris à ne pas sous estimer ses adversaires, contrairement au démon qui aurait déjà sprinté machette à la main.

"RETOURNE-TOI ! DOUCEMENT !"

Non, aucune chance que la balle n'atteigne sa cible vu sa faible maitrise de ce genre d'armes. Il offrait pourtant toute son attention, toute sa concentration à la silhouette immobile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/02/2014
Messages : 14
avatar
Léonard "Abel"
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Mar 18 Fév 2014 - 15:46

Le vagabond torse nu marchait lentement, avançant d'un pas lourd et nonchalant avec le coupe-coupe accroché à un mousqueton de sa ceinture et son fusil de survivant sanglé dans le dos. Tout le reste des possessions tenaient dans les quelques poches de son pantalon ainsi que les sacoches de rangement cousu à son harnais. Il progressait à travers les restes d'un vieux parc complètement à l'abandon, obstrué de morceaux de bâtiment en pierre adjacent au parc et quelques voitures ayant voulu le traverser dans la panique du Jour de Feu. Le soleil, lui, peinait à se coucher mais la nuit n'allait pas tarder à venir inexorablement, comme une envie d'uriner après avoir vidé un pack de bières toute la soirée.

Abel s'arrêta soudainement et s'immobilisa complètement avant d'être pris de terribles spasmes qui le firent bouger comme un cinglé, comme s'il était possédé par un démon qui cherchait à prendre le contrôle de son corps. Puis, aussi rapidement que cela commença, les agitations aléatoires du psychopathe se terminèrent et il reprit la marche sous la même allure, lente.

"Tu t'rappelles ce que j't'ai dis sur les gens innocents et les gens pas trop innocents non ?...  Bon... c'est vrai qu'il avait pas l'air bien innocent, j'avoue, mais il avait une p'tite fille, t'as bien vu qu'elle pouvait pas bouger, le costaud a été obligé de la porter pour qu'elle sorte du lit. Si on le tuais, on la condamnait à mourir toute seule sans pouvoir..."

- RETOURNE-TOI ! RETOURNE-TOI ! DOUCEMENT !

"Bordel...j'ai rien vu v'nir quel con ! Je crois avoir entendu cette voix y'a pas longtemps mais j'suis pas sûr de moi pour le coup. Retournes-toi doucement mon grand et pas de gestes brusques, on sait pas encore ce qui est pointé sur nous."

Le vagabond se retourna lentement et sans gestes déplacés vers la personne qui le menaçait comme venait de lui conseiller sa petite voix intérieure, Léonard la voix de la raison en comparaison du monstre qui guidait la plupart du temps les moindres mouvements du corps de notre homme.

"Tiens quand on parle du rad-renard...Me disais bien que j'avais entendu cette voix y'a peu. J'crois que ça lui a pas plu qu'on squatte un peu sa baraque. Essaye de lui dire que c'est bon, qu'on leur veut pas de mal à lui et à sa gamine, on voulait juste profiter du paysage avec la dame de fer et l' soleil couchant. Et surtout, surtout, ne touche pas à tes armes."

Abel leva le poing droit en l'air alors que son autre main pointait du doigt l'étranger de tout à l'heure.

- J'SUIS SIMPLEMENT LA MORT SANGLANTE ET TRIOMPHANTE DE PASSAGE pour un spectacle en tutu !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 09/02/2014
Messages : 12
avatar
Bazouzou
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Mar 18 Fév 2014 - 16:12

Bazouzou et tout ce qui composait son esprit envoyèrent une décharge qui plia son doigt sur la détente du fusil rafistolé. Une douille brulante se jeta au sol, le chargeur instable trembla et le morceau d'acier grossier traversa la nuit béni par la lumière de la lune qui se reflétait sur sa surface déformée. le pruneau métallique traça une courbe d'étincelle sur la façade d'un restaurant à quelques mètres de l'inconnu, Bazouzou réarma son arme et s'appliqua pour viser la tête, sans quitter sa position. Un tir puis un nouveau, se rapprochant dangereusement de la cible à chaque tentative de l'homme dirigé par son instinct paternel et la protection de son territoire.

Chaque tir résonnait comme un coup de tonnerre et s'il ne touchait pas sa cible, il espérait alerter ainsi les Mitrailleux non loin d'ici. Ceux-ci étaient de fin tireurs et disposait d'un matériel de premier choix, capable de repousser les psychotiques dégénérés de l’arrondissement sans trop d'efforts. La petite fille s'était réveillée, accompagnant la lutte d'un chant de la faim furieux auquel la chair du vagabond pourrait répondre en temps voulu.

"Tu n'aurais jamais du venir ici ! Ce n'est pas un endroit pour les gens comme toi ! T'es quoi ? Wendigo ? Hurleur ?"

Plus de balles, il s'était laissé aller. L'obscurité masquait sa cible et il n'avait pas eut la présence d’esprit de chercher une arme à feu sanglée à son imposante carrure. Dans le doute, il gardait la sienne braquée dans sa supposée direction. La petite continuait de crier, balançant ses petites jambes nues en se débattant derrière son père. Sa présence excluait peut être totalement la possibilité d'une lutte au corps à corps, il avait peur de le laisser disparaitre. S'il fuyait, Bazouzou et sa fille ne seraient plus jamais en sécurité. Il manœuvra pour reprendre son arme bien en main mais les attaches du chargeur cédèrent et celui-ci tomba au sol, se brisant en deux parties distincte et dévoilant une autre balle coincée là depuis bien longtemps.

"Bordel de merde ..."

Il prit alors le risque de se baisser pour ramasser les morceaux, comptant sur la nuit et la tension pour ne pas avoir à essuyer de tir.

Modifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/02/2014
Messages : 14
avatar
Léonard "Abel"
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Mar 18 Fév 2014 - 17:33

Abel baissa les épaules et la tête de dépit lorsque la première balle siffla non loin de lui pour aller se perdre dans un bâtiment voisin...le charabia habituel sorti de sa bouche ne venait pas d'arranger les choses avec l'étranger, bien au contraire. Un deuxième coup de feu, un peu plus précis cette fois le sortit de son immobilité. Le psychopathe commença à se mouvoir rapidement essayant de zigzaguer entre les balles s'annonçant en cascade à l'aide de l'obscurité tombante et des rares couverts présents, tout en se rapprochant du type et de sa gamine.

"Et voilà crétin, tu vas crever ici et les derniers mots sortis de ta bouche seront -spectacle en tutu-, tu t'en rend compte ?"

Abel termina sa course à quelques mètres de l'étranger noir de peau, derrière une carcasse de voiture rongé par la rouille. Quelques balles sifflèrent dans dans sa direction, ricochant sur le métal de la couverture du vagabond puis le déluge de plomb s'arrêta révélant au psychopathe que la petite handicapée accompagnant l'étranger était réveillée .

- Tu n'aurais jamais du venir ici ! Ce n'est pas un endroit pour les gens comme toi ! T'es quoi ? Wendigo ? Hurleur ?

"Si tu veux pas qu'on crève ici, dis-lui qu'on n'a rien à voir avec ces conneries de gang à la con, qu'on fait que traîner sans but, sans chercher les emmerdes. En plus ce type n'a aucune chance face à nous avec sa gamine. Il n'aurait jamais dû l'emmener s'il est venu nous chasser..."

Abel ne répondit pas un mot, ni pour Léonard, ni pour l'étranger. Il semblait bien trop occupé à essayer d'apercevoir ce que faisait l'assaillant parmi l'obscurité des lieux et pourquoi les coups de feu avaient cessé. Il ne pouvait distinguer que la puissante silhouette à quelques mètres derrière la voiture...elle bougeait peu mais l'arme était toujours pointée dans la direction de psychotique, enfin presque. Par sécurité, il détacha son coupe-coupe et le prit pleine main. Abel vérifia ensuite la distance le séparant de sa potentielle future victime...il y avait peu, cela ne lui prendrait que quelques secondes pour rejoindre l'assaillant mais il fallait attendre le bon moment, comme un bon chasseur.

- Bordel de merde...

Le bon moment arriva bien plus vite que prévu lorsqu'Abel aperçut la silhouette se penchait vers le sol pour y faire il ne savait quoi... il faisait bien trop sombre.

"C'est le moment où jamais d'agir je crois mon grand mais le tue pas, il fait que défendre son territoire et sa gamine si j'comprends bien."

- Enfin du SPORT !

Le psychotique sortit au même moment de son couvert et glissa de ses fesses sur le capot de la voiture pour se retrouver de l autre côté sans avoir à la contourner. Il courrait sur la silhouette coupe-coupe brandi vers le haut tout en hurlant comme un fou. L'étranger laissa immédiatement tomber son fusil au sol pour sortir une sorte de bouclier anti-émeute d'avant-guerre qu'il gardait sur le côté et heureusement pour lui car le coupe-coupe d'Abel était en marche pour la sanglante moisson. L'homme à la peau des îles tropicales s'enfonça dans ses appuis pour recevoir les coups, ce qui ne tarda pas à arriver... la scie circulaire composant l'arme personnelle du vagabond commençait même à laisser de belles marques sur le bouclier de l'étranger.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 09/02/2014
Messages : 12
avatar
Bazouzou
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Mar 18 Fév 2014 - 18:09

La dissuasion était de toute évidence une défense très relative. Bazouzou eut à peine le temps de saisir sa porte renforcée pour parer les attaques du fou qui s'était élancé, une arme blanche à la main. Impossible de lire ses mouvements et les parades du bouclier post apocalyptique, bien qu'imposant et robuste, étaient dus à une grande part de chance. Il soufflait comme un goliath à chaque coup bloqué, l'engin de mort frappant encore et encore, choquant ses articulations et forçant ses bras à faiblir à chaque impact.

"Hmmmmpf !"

Bazouzou tenta d'attaquer, de trouver une ouverture pour sortir sa lame mais l'adversaire était habile et en mouvement. Il semblait cependant plus chercher à frapper brutalement qu'à porter un coup mortel réellement efficace. Si la frénésie continuaient, père et fille ne tiendrait pas longtemps. Les Mitrailleux n'étaient pas intervenus, il les soupçonnais d'avoir assisté à la scène et d'avoir consciemment refuser de s'impliquer. Ses mots n'avaient aucun sens et l'effort considérable à fournir pour engager la discussion serait probablement un gâchis fatal. Le fusil tomba au sol, puis Bazouzou.

"NON !"

Il n'avait pas résisté mais parvint de justesse à se retourner pour ne pas écraser son enfant. Celle-ci quitta le harnais fabriqué par son père et roula un peu plus loin, à l'opposé du bouclier éventré. Il sentait à nouveau le froid lui mordre les os et lui tendre les muscles. A bout de souffle, les tempes battantes, il ne se releva pas. Comme sa fille qui avait arrêté de pleurer, il fixait l'étranger, fixait sa mort. Il n'avait pas de regrets, loin de s'avouer vaincu il pensa même un instant à sortir sa machette mais son corps épuisé par le combat ne répondait plus. La brave petite fille se dressa sur ses petits bras potelés pour ramper dans la poussière jusqu'à son père.

Modifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/02/2014
Messages : 14
avatar
Léonard "Abel"
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Mar 18 Fév 2014 - 21:42

Abel se trouvait entre l'homme de couleur et la gamine handicapée, il les observait à tour de rôle mais son regard était différent, tirant presque sur la tristesse. Il respirait fortement, faisant bouger l'ensemble de son corps au rythme du souffle qu'il retrouvait peu à peu...le psychotique relâcha alors la poignée de son coupe-coupe faisant s'arrêter progressivement la scie circulaire. L'étranger n'avait pas été bien dangereux dans la mêlée mais il avait su opposer un peu de résistance malgré la jeune fille accrochée dans son dos avant la chute mais il attendait un coup de grâce qui ne vint pas. Le vagabond se dirigeait d'un pas sûr et droit vers la jeune enfant.

"J'suis fière de toi mon grand, t'as réussi à t'contrôler. Va voir la gosse et donne lui de quoi manger, ça devrait montrer à ce crétin qu'on leur veut pas de mal... J'vois pas d'autres façons d'lui faire comprendre vu que t'es pas capable d'aligner deux mots."

- Petite créature de sang et de chaire...

La gamine semblait de plus en plus effrayée au fur à mesure que le psychotique approchait mais elle ne hurlait pas, elle regardait tour à tour son père et l'étrange vagabond, les yeux grands ouverts à la recherche d'un miracle pouvant les sauver. Abel lui, arriva au niveau de la petite fille et s'agenouilla. Il plongea sa main dans une sacoche accroché à son harnais et en extirpa une barre de céréales périmée mais encore intacte qu'il tendit à la fillette. Elle regarda son père quelques instants et se décida à prendre le cadeau qui lui était tendu, dessinant un très léger sourire sur ce petit visage. L'unique œil d'Abel respirait cette fois la compassion...

"C'est ça mange petite ça va t'faire du bien..."

Le vagabond se retourna vers le père toujours gisant au sol qui guettait le moindre de ces gestes si près de son enfant.

- J'ai OUVERT des radcaniches à JUPETTE plus vite que ça !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 09/02/2014
Messages : 12
avatar
Bazouzou
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Mer 19 Fév 2014 - 16:39

Il avait retrouvé son souffle et s'était redressé, ramassant le matériel tombé au sol. Son regard était celui d'un homme méfiant et curieux, sans le moindre grain de haine. Il ne semblait pas blessé même s'il avait entendu le démon prononcer quelques mots inaudibles avant le moment fatidique du coup de grâce que l'étranger s'était refusé à lui offrir.

"Et moi j'ai vu des rad-caniches plus malins que toi... Pourquoi tu m'as pas buté ?"

En prenant toutefois soin de contourner son adversaire, il récupéra fusil, porte et enfant dans une série de mouvements ample visant à reprendre position, cette fois-ci machette à la main. Le chargeur de son arme était inutilisable malgré l'état du fusil lui même qui lui assurait encore quelques beaux jours de lutte. S'il se montrait si curieux c'est que l'homme masqué lui était familier, il n'aurait pas sut se l’expliquer et n'en avait de toute façon pas l'intention.
Une nouvelle balle s'écrasa tout près des pieds de l'intrus, volontairement cette fois-ci et surement pas de l'arme de Bazouzou. Un homme presque aussi haut que large le tenait en joue à quelques dizaines de mètres de là.

"Bha alors le noir ? T'es pas foutu de remporter les combats que tu déclenche ? Je t'ai pourtant dit d'pas foutre la merde dans le coin."

Instinctivement, Bazouzou s'approcha de son ex-futur-bourreau et leva un bras en signe de paix vers l'homme en forme de boule. Si l'étranger l'attaquait lui aussi, il savait que rien de bon n'arriverait, autant calmer le jeu.

" Doucement Mitrailleux, c'est un ami." Avait-il menti avec la crédibilité d'un wendigo la bouche ensanglantée.
"Te fous pas de moi putain ! C'est quoi l'histoire ?"
"C'est un malentendu !"

Le père Mitrailleux concentra tout les traits de son visage autour de son nez écrasé pour manifester son mécontentement, ou peut être était-ce un signe de résignation. Toujours est-il qu'il baissa son arme et s'approcha d'eux.

"La petite ça va ? C'est qui lui ?"

Bazouzou soupira discrètement, ses entrailles qui lui semblaient de plomb depuis quelques minutes semblaient maintenant vouloir s'envoler. Il réfléchissait à toute vitesse mais ne trouva qu'une solution,craignant d'avantage l'imprévisibilité de son agresseur que la réponse du vieux Mitrailleux.

"C'est pour ce boulot que tu m'a donné, les flingues. Je me suis dit que ce serait plus sûr d'avoir un gars avec moi."

Le vieux ferrailleur renifla comme pour vomir sa propre gorge et cracha une substance qui n'aurait jamais dut la traverser. Il avait effectivement parlé de cette commande d'armes à son voisin isolé mais ne s'était pas attendu à une réponse si tôt de sa part, le briscard sentait l'arnaque et comme toujours, il voulais fourrer son nez plus loin encore.

"C'est quoi ton nom toi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/02/2014
Messages : 14
avatar
Léonard "Abel"
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Mer 19 Fév 2014 - 18:56

Le vagabond n'avait pas bronché suite au tir venu du Mitrailleux, il n'en avait pas eu le temps ni l'envie. Il observait les deux hommes échanger quelques mots tout en tenant fermement son arme de mêlée au cas où. Le nouvel étranger ne semblait pas agressif ce qui était déjà un bon point concernant l'attitude d'Abel qui n'était pas du genre à sauter sur les gens sans raison... enfin presque.

«Reste calme mon grand, si ce gros lard avait vraiment voulu nous descendre, ça serait fait depuis quelques minutes... et on serait déjà comme deux cons sur l'bitume à manger les vers de terre par le nez et vu le tas de graisse, il doit pas être seul... Laisse l'autre lui parler, on verra bien ce qui se passe et il est plus doué que toi pour la causette de toute façon.»

L'homme se rapprochait dangereusement de la portée d'un coup de coupe-coupe mais le dangereux psychotique arrivait à se contrôler pour le moment. Il ne bronchait pas, si ce n'est le souffle fort de sa respiration et il ne parlait pas, laissant ce soin à quelqu'un qui maîtrisait bien mieux les mots que lui, l'étranger à la peau des îles tropicales...il le valait mieux afin d'éviter toute confusion comme ce qui venait de se passer un peu plus tôt. Le vagabond ne faisait qu'observer les environs à la recherche d'une autre présence mais n'avoir qu'un œil valide et un masque n'arrangeait pas les choses, il ne voyait rien à signaler.

Mais l'étranger, maintenant, s'adressait directement à lui, Abel le psychopathe, incapable d'aligner une phrase correcte sans une insanité à l'intérieur et qui de ce fait, provoquer souvent des altercations avec la population locale, presque tout le monde en fait... Pour ça qu'il était un vagabond, solitaire à toute heure.

- C'est quoi ton nom toi ?

«Oh putain je sens déjà les emmerdes arrivées... Essaye de rentrer dans l'baratin du tatoué, on est là pour l'aider pour des flingues. T'aura bien l'occasion d'massacrer quelque chose demain.»

- Je suis l'enfant des entrailles DE SALE-BRANCHE A POIS VERT! Aaaa..bel pour te rôtir les radcochons pour son service. Mais pour les saucisses, il est nul, j'préfère massacrer les encéphales moi-même.

Le psychotique balança la tête d'un mouvement rapide vers l'homme au bouclier tout en lui tapotant amicalement l'épaule pour essayer d'appuyer ses paroles, essayer d'éviter un ballet de sang, de viscères et de boyaux. Sa autre main, elle, tenait toujours fortement le manche de son jouet préféré, au cas où.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 09/02/2014
Messages : 12
avatar
Bazouzou
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Jeu 20 Fév 2014 - 16:00

Mitrailleux n'avait pas reculé mais ses doigts boudiné avait augmentés leur emprise sur le fusil lorsqu' Abel avait tenté de s'exprimer. Ses lèvres figés dans une expression de colère éternelle s'agitèrent un moment dans le vide avant qu'il n'en revienne à Bazouzou.

" Qu'est-ce qu'il baragouine lui ? C'est genre, tu sais... j'veux dire il est un peu en retard la dedans."

Il renifla encore un coup à l'aide de son autre main crasseuse et entaillée, il décrivit quelques cercles près de sa tempe en sifflotant. Le vieux en avait vu du pays avant de revenir à son point de départ, des psychotiques et autres survivants plus ou moins stables. Il avait choisit d'installer sa petite famille ici parmi les consanguins et les chiens irradiées pour une seule et simple raison : c'était ce qu'il connaissait le mieux. Bazouzou avait prédit cette réaction, sans connaitre l'homme à la scie circulaire, il avait compris sans trop de mal que celui-ci avait quelques difficultés à s'exprimer clairement, il fit de son mieux pour arrondir les angles.

"C'est Hobelle... C'est le cuistot..."
"Le cuistot ?"
"Oui un cuistot Salebranche, des ennemis des malebranches."

Le gros férailleur fit quelques pas en arrière pour le juger de ses petits yeux noirs de radcochon. Il s'encrassa l'oeil droit en le frottant du pouce et se mit à rire bruyamment.

"Hahaha, je vois, je vois. Bha restez pas là, z'êtes là pour le boulot hein ! V'nez chez les mitrailleux j'va vous filler un ptit truc à croquer en vous expliquant un peu." Il agita la main pour faire signe à Abel de le suivre. "Allez, viens Morelle, soit pas timide !"

Bazouzou souffla encore, avec la satisfaction d'un démineur ayant réussi sa mission. Il s'était mis dans le pétrin en se portant garant devant le père Mitrailleux, autant aller jusqu'au bout, après tout l'étranger serait peut être intéressé. L'antre des Mitrailleux se voulait une sorte de ferme mêlant atelier d'armes et logements, c'était en réalité un petit hangar de tôle monté dans une crevasse sur lequel s'était accumulé différentes pièce au fil du temps, un bidonville qui avait poussé en hauteur.

"Attendez-là j'ai la migraine qui pionce encore, j'reviens avec tout ça."

Prêt de la camionnette qui faisait la fierté de la famille bien que Bazouzou ne l'ait jamais vu rouler, le père, sa fille et le vagabond prirent place comme ils purent sur un cercle de chaises dépareillés autour de ce qui servait parfois de feu de camps, parfois de barbecue. Le vent soulevait doucement les cendres, donnant une connotation apaisante à un instant pourtant insolite.

"Alors ?" Il ne savait pas par où commencer mais préferait parler un peu avant le retour de Mitrailleux. "T'es du nord c'est ça ? Tu voyage ?"

Il laissa sa fille prendre place sur ses genoux, s'assurant qu'elle soit bien stable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/02/2014
Messages : 14
avatar
Léonard "Abel"
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Ven 21 Fév 2014 - 0:03


«Bon allez on les suit mon grand, c'est pas comme si on avait quelque chose à faire dans l'immédiat....et au moins on va pouvoir bouffer à l’œil et peut-être dormir dans un coin à peu près sûr. Et on découpe pas le gros pour l'repas !»


Le vagabond avait ainsi suivi la petite troupe jusqu'à la ferme des mitrailleux, marchant sur les pas de l'homme couleur ébène avec sa gamine dans le dos qui se retournait de temps en temps pour tirer la langue au psychotique. Abel ne répondait pas, il se contentait de la regarder dans le blanc des yeux sans afficher une once d'émotion. Il y était arrivé quelques minutes plus tôt lorsque la petite rampait au sol suite au combat avec son père mais ce genre de période ne durait généralement pas bien longtemps. Il fermait donc la marche et était pris de ces spasmes habituels qui le faisaient passer pour un fou... et la gamine rigolait pour la première fois depuis leur rencontre en le voyant bouger de la sorte...

- BOUH !!!

Le psychotique venait d'essayer d'effrayer la gamine qui ne fit que s'arrêter de rire, rien de plus...

«On tranche, tue, mutile, éviscère personne hein ? J'te le répète encore une fois mais on est là en tant que partenaire avec ce type et sa môme. Rien de plus...»

Abel suivait toujours le mouvement sans dire un mot alors que son nouvel allié commençait à s'installer, s'asseyant sur une vieille chaise de camping autour d'un reliquat de feu de camp ou d'un barbecue géant. Le vagabond restait debout pour le moment, se tenant appuyé contre l'ancien véhicule adjacent tout en regardant son nouvel environnement avec curiosité. Quant au vieux mitrailleux, il était parti chercher de quoi grignoter pour combler l'estomac de ses nouveaux hôtes...et associés au passage.

- Alors ? T'es du nord c'est ça ? Tu voyages ?

- J'suis une girouette putréfiée dans toute sa valeur, l'nord, l'sud, tout ça, c'est pour les radcaniches en goguette... Et toi, avec ta p'tite cuisse de jambonneau, DIS MOI, comment je peux vous arranger sans faire tomber LES BOYAUX DE MON IGNORANCE?!

«T'as pas trouvé mieux sérieux pour leur faire cracher leur nom?»


- J'ai dit SORS DE MA TÊTE !

Le psychopathe se frappa plusieurs fois le crâne de la paume de sa main droite, faisant claquer la chair bruyamment et laissant une bonne marque rouge sur le côté droit du crâne puis il s'arrêta soudainement, regardant l'homme et sa fille de son œil grand ouvert. Il se pointa du doigt.

- ABEL !

Puis il tourna son doigt comme le malpoli qu'il était depuis toujours vers l'homme et sa fille...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 09/02/2014
Messages : 12
avatar
Bazouzou
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Sam 22 Fév 2014 - 16:33

Bazouzou voulut retenter sa chance contre le fou masqué mais sans le démon pour le pousser à l'acte, il n'en fit rien. Ce n'était peut être pas une bonne idée de le faire venir ici après tout, la petite commençait à se rendormir malgré les absurdités qu'il beuglait sans cesse, son père la secoua légèrement avant de comprendre ou Abel voulait en venir.

"Je sais que tu t’appelle Hobelle, tu ne peux pas parler normalement ?" Il marqua une pause, tachant de ne pas s’énerver inutilement. "Moi c'est Bazouzou et elle c'est ma fille."

Il n'avait confiance ni en Abel ni en Mitrailleux, des ordures nées du chaos. A ceci près que si Mitrailleux faisait des efforts pour cacher un fond taché de vice, Abel semblait en faire pour cacher l'homme civilisé qu'il aurait put être. Bazouzou continuait de l'observer, ce demandant par quelles étapes il avait bien put passer pour en arriver là aujourd'hui, sa réflexion fut interrompue par une dispute provenant de la ferme. Le gros Mitrailleux trotta jusqu'à eux, Marmite à la main et grand sourire stupide.

"Faites pô gaffe, c'est la migraine qui s'est réveillée."
"T'as de quoi allumer le feu ? On se les gèle ici."
"Bha t'es pas devenu un peu con toi ? Tu veux que les merdes du coin rappliquent ici ?"

Le ferrailleur secoua la tête négativement en secouant quelques mentons et en marmonnant quelques injures qui se perdaient à peine sorties de sa bouche. Il offrit plusieurs bandes de viandes séchée d'une vingtaine de centimètre à ses deux invités, puis un bol de bouillie de radpoisson chauffée pour l'enfant.

"Et pi t'as qu'à mieux t'couvrir, c'est pas une tenue ça, c'est pas une vie pour la ptite non plus tu m'dira. Tu compte quand même pas l'emmener avec toi ? C'est dangereux, tu d'vrais la laisser ici la migraine pourrait s'en occuper, j'aurais ça de moins dans mes pattes."

Bazouzou ne répondit que par un regard noir auquel le vieil homme ne prêta pas attention. Il mâchonna un de ses morceaux de viande étrange et continua.

"C'est pour l'arc, j'vous file un gallioun pour aller plus vite. Merde j'ai oublié de prendre un truc pour s'rincer la gorge ... MIGRAAAAAAAIIIINE ! F'chier. J'disais ouai z'allez avoir un gallioun comme ça pas d'xcuse pour la marchandise, si s'passe un truc j'retiens sur la paie."

Une femme blonde bien en chair dandinât rapidement jusqu'à eux en tenant divers récipients en verre contenant un liquide relativement clair. Sa robe crasseuse lui collait la peau et épousait ses formes à tel point que dans l'obscurité, on aurait put la croire nue. Mitrailleux la remercia en lui jetant de petites pierres qu'il ramassait par terre.

"Fous l'camps ! Allez d'gage j'te dis. Tu vois pas qu'on cause ? Tu m'emmerde. HMm ouai j'disais ... Ha oui faitzez pas les cons les gars, à l'arc c'est pas des rôles et ils attendent un matoss en état. L'trajet est pas bien long mais on sait jamais. J'va t'réparer ta carabine toi, mais s'ra pas gratuit hein. Mareille, hey Mareille ! T'as un flingue toi mon grand ?"

"Mobelle, il s’appelle Mobelle..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/02/2014
Messages : 14
avatar
Léonard "Abel"
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Sam 22 Fév 2014 - 22:22


Abel avait réagi assez vite quand le vieux et obèse Mitrailleux l'avait arrangé sur le fait d'avoir une arme ou non. Le vieux devait sans doutes avoir des problèmes de vue car dans le dos du psychotique, accroché à une sangle, se trouvait un fusil de survivant presque semblable à celui que possédait ce Bazouzou, si ce n'est qu'il était bien plus personnalisé. Le vagabond attrapa la sangle de son arme et d'un geste sûr, tira dessus pour le ramener devant lui à pleine main qu'il leva aussitôt après en l'air, avec le fusil comme un trophée de guerre qu'il venait de trouver.

- J'aime mes TRESORS comme mes steaks !

Le ferrailleur et l'homme d'ébène se regardèrent brièvement en haussant les épaules avant que le gros Mitrailleux ne décide de partir plus loin travailler dans son atelier afin de réparer l'arme de Bazouzou. Abel lui venait de tourner son regard vers la petite qui buvait son bol de bouillie sans nom. Les traits de son visage étaient plus doux, sans que personne ne le vît de par son masque, lorsque son unique œil se posait sur la petite fille handicapée des jambes.

«Pauvre gamine, elle a dû en connaître des emmerdes à son âge... comme nous tous j'imagine en fait mais avec moins d'bol...Par contre, j'sais pas si t'as noté mais elle a pas décoché un mot depuis qu'on les a rencontré, sauf pour brailler et s'foutre de notre gueule...»

Abel voulait parler à la petite fille mais la petite voix intérieure, Léonard, l'en empêcha à la dernière seconde, de peur que le psychotique ne l’effraye de par ses nombreuses élucubrations sanglante ou complètement hors de tout sens.

«J'sais pas ce que tu comptais lui dire mais laisse tomber, tu vas l'effrayer pauvre tiotte.»

- Rahhh j'vais pas CHICOTTER du radpoussin, c'est trop MIGNON ces bêtes-là!

Le psychotique, comme un peu plus tôt se mit quelques coups sur le crâne avant de décider à s’asseoir en face de son futur partenaire, le temps de ramasser quelques anneaux...et de s'assurer que la petite ne courait aucun danger.

- J'ai hâte d'échanger mon festin de boyaux dans la sanglante moisson des vendeurs de chaire, VRAIMENT !

Abel en profita pour prendre les morceaux de viandes posés sur une chaise...ceux qui lui était destiné bien sûr. Mais plutôt que les manger, il les mit dans une des poches de son pantalon, les enfournant comme il pouvait.

«On mangera ça quand la petite dormira t'as raison, vaut mieux pas qu'elle voie notre gueule de malade mental brûlé aux petits oignons.»

Le regard du vagabond se porta sur la petite et à nouveau vers Bazouzou. Et pour une fois, il ne hurlait pas...

- Bazouzou n'a pas peur que l'radpoussin de chaire finisse en brochette place des étoiles en cage de fer?!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 09/02/2014
Messages : 12
avatar
Bazouzou
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Lun 24 Fév 2014 - 16:29

Bazouzou leva un sourcil vers le psychotique, c'était bien la première fois qu'il allait lui répondre sans avoir à chercher un sens aux mots qu'il assemblait maladroitement. L'étranger avait-il parlé normalement où était-ce lui qui avait fini pat s'habituer ? Toujours est-il qu'il passa une main tendre sur les cheveux nouées de l'enfant avant de répondre.

"C'est ma fille, c'est avec moi qu'elle doit doit rester."

Il eut à nouveau cette impression d'avoir oublié quelque chose et ces souvenirs des murs de Lutèce, sans pouvoir mettre le doigt dessus.

"C'est mieux comme ça, pour elle et pour moi. Sympa ton flingue c'est toi qui a fait ça ?"

Bien qu'il se soit empressé de changer de sujet, il était sincèrement impressionné par l'astuce nécessaire à un tel ouvrage qui selon lui, ne collait pas vraiment à l'homme qu'il venait de rencontrer. Mitrailleux était déjà de retour, il rendit son arme à Bazouzou contre une poignée d'anneaux. Le chargeur semblait stable cette fois, plus lourd aussi. le ferrailleur lui aura sans doute fait cadeau de quelques morceaux métalliques à tirer.

"J'peux pas vous faire partir d'nuit, c'est trop dangereux pour les flingues. quand les clients sont d'l'arc je prends mes précautions."

Bazouzou avait espéré ne pas avoir à retourner chez lui en pleine nuit, et surtout ne pas avoir à héberger Abel. Mitrailleux lui sauva la mise.

"Z'avez qu'à pioncer là." Il désigna de son gros doigt une annexe de tôle. "Y'a que l'Gallioun mais dvrait y'avoir d'la place pour vous."

Sans un mot à ajouter, Bazouzou se leva.


Modifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/02/2014
Messages : 14
avatar
Léonard "Abel"
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Lun 24 Fév 2014 - 22:43


"Il a remarqué que notre second jouet d'mort est bien sympa aussi...Mais bon on n'a pas fait grand-chose en fait... Tu nous as fait un magnifique autoportrait sur le chargeur, et t'as installé ce viseur à la con qui sert à rien...bon en même temps, utiliser une bouteille d'bière, un élastique et deux verres de lunettes, fallait pas s'attendre à des miracles mais au moins t'as l'impression d'bien viser."

- Ha ha ha...

L'homme d'ébène venait à peine de poser sa question que le vieux Mitrailleux avait déjà fait son office avec l'arme de Bazouzou et était de retour parmi les deux futurs partenaires et la petite fille. Un bref échange entre les deux hommes aux pensées claires mit les choses au point concernant la nuit qui avait déjà commencé depuis quelque temps déjà...le duo improbable allait passer la nuit dans le box du galioun. Au moins, il devrait y avoir un peu de confort, le minimum mais cela serait de toute façon bien mieux que ce que connaissait et était habitué Abel depuis des années. Bazouzou se levait déjà pour aller dormir, après avoir récupéré sa gamine. Le psychotique se leva à son tour et se mit au niveau du père de famille pour enfin lui répondre sur son arme à feu.

- Mon DÉFONCEUR DE PORTE OUVERTE est tombé comme une pluie de métal alors que je fauchais les viscères et les boyaux dans la joie la PLUS TOTALE ! Je l'ai AMELIORER !

Abel ne se concentrait déjà plus sur l'homme des tropiques et une quelconque réaction de sa  part...il marchait le regard droit devant lui, vers le piteux hangar improvisé avec sa démarche de malade mental.

"Avant d'aller dormir, faudrait peut-être qu'on bouffe un peu tu crois pas mon grand ? Laisse-les s'endormir à coté de cette bête pendant qu'on va mâchouiller cette viande."

- Ohhhh OUI, j'veux mâchouiller de la bonne barbak !

Le vagabond s'arrêta alors, laissant Bazouzou prendre de l'avance quant à la nuit qui s'annonçait. Il commençait déjà à trifouiller dans ses poches de pantalon afin de sortir à l'air libre les bandes de viandes séchées que Mitrailleux lui avait donné. Il allait attendre que le père et sa fille soient hors de vue pour commencer à se nourrir, enlevant son masque par la même occasion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 09/02/2014
Messages : 12
avatar
Bazouzou
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Lun 17 Mar 2014 - 19:06

Fatigué par une journée pourtant bien moins mémorable que ce début de nuit, Bazouzou trouva près du Gallioun une série de couvertures comme autant de HLM dédiés à toute sortes de petites bêtes et d'odeurs. Avant de sombrer dans l'inconscience contre son enfant endormi, il avait déposé fusil et bouclier tout près et gardé sa machette en main. Ni les Mitrailleux, ni le vagabond n'étaient dignes de confiance. La nuit fraiche sous une lune abandonnée par son cortège étoilé laissa rapidement place à l'éblouissante lumière d'un soleil immense malgré les basses températures saisonnières. Bazouzou se leva, abandonnant un instant sa fille, titubant maladroitement vers l’extérieur pour vider une vessie souillée par les radiations.

"Bha c'est pas trop tôt, j'ai fini d'atteler le Gallioun, tu prends du r'tard mon grand va falloir pousser sur tes pieds pour suivre les délais."

Bazouzou observa un instant le père Mitrailleux en hochant la tête au rythme des déséquilibres zombiesques qui affligeaient son réveil. En fermant son pantalon et bouclant sa ceinture, il put voir deux chariots de super marchés montés de chaque côtés de l'animal, le tout était recouvert par un patchwork de bâches tendus.

"Et l'autre la, Mirabelle, il est où ?"
"Mobel. Mobel, pas Mirabelle."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/02/2014
Messages : 14
avatar
Léonard "Abel"
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   Lun 24 Mar 2014 - 12:32

Le père et sa jeune fille handicapée venaient de disparaître du champ de vision du vagabond l'abandonnant à une courte solitude et à un bref repas. Bazouzou n'avait rien dit de plus depuis sa question sur l'arme à feu du psychotique et s'était contenté de marcher vers le dortoir provisoire du petit groupe et du gallioun. Il ne s'était même pas retourné lorsqu'Abel s'était arrêté pour farfouiller ses poches en quête de bandes de viandes, comme s'il avait décidé d'ignorer le vagabond.

"Bon bah bonne nuit j'imagine vieux et fais d'beaux rêves ?! Y'a vraiment pas d'quoi pour t'avoir épargné les miches tout à l'heure... Bon mon grand, vu qu'y a plus personne dans les environs, j'crois que c'est l'bon moment pour casser la croûte."

- C'est BON la barbak !

Le psychopathe s’assit à même le sol les jambes croisées et retira son masque, laissant sa peau à moitié brûlée respirer. Un ancien souvenir de son très court passage au sein des malebranches. Il démêla les bandes de viandes, les déchirant en partie et les engloutis en quelques minutes tout en faisant un bruit digne d'une bonne porcherie. Il ne mangeait pas, il dévorait...

Le repas terminé, l'homme remit le masque sur sa peau marquée, se leva et fit quelques pas au sein de la propriété du Mitrailleux avant de s'allonger entre deux entrepôts afin de se reposer pour le reste de la nuit.

Abel ne rouvrit les yeux qu'au moment où le soleil pointa le bout de son nez. Comme à son habitude pas de grasse matinée, notre homme se leva immédiatement, récupérant au passage son encombrant matériel d'aventure.

"Bon, essayons d'retrouver les énergumènes d'hier."

Le vagabond marcha quelques minutes parmi le camp Mitrailleux, attirant les regards de quelques employés ou esclaves avant d'apercevoir la forme gigantesque du gallioune en attente avec Bazouzou et le gros ventru d'hier. Tout semblait prêt pour le départ vers l'arc de triomphe...

- Allons dépecer la ferraille sucrée des voleurs d'hommes !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et nos poumons irradiés brilleront de mille feux !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mille feux pour un message |PV Bakushô Miaë / Kumojin | [Lac Simizu]
» L'automne en mille morceaux!
» Le Lac aux Mille et un Secrets
» CANADA -- MILLE-ISLES
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Autres Lieux :: Les Terres Désolées-