Partagez | 
 

 Khoré où t'es ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Khoré où t'es ?   Dim 9 Fév 2014 - 21:54

Cible : Salomon Khoré, chasseur de prime de talent, disparu depuis 20 ans, "ami" de l'abominable Ab', sauveur des sœur siamoises.

Agent : Franck Devlin, chasseur de prime, emmerdeur de renom, simple employer de Ab', buveur de talent.

Mission : Retrouver la cible.


Franck venait de se séparer de son nouvel ami Adam. Une belle pluie de rayon gamma s’annonçait et la route était encore longue pour le Stade Charlety. Cette petite communauté tranquille se situait assez prêt du territoire des Hurleurs mais n'était pas gêner par ceux-ci. Seul les bandes de psycho' pouvait nuire à ce petit village comme on l'aurait appelé avant.

-Je me retrouve encore dans un trou du cul paumé pour Ab'.....Si il ne payait pas assez je crois que j'aurais mis sa tête et ses 10 mentons à prime.

En arrivant, rien ne pouvait laisser penser que les gars qui habitaient là étaient sympathiques. Ce lieu était peut-être moins accueillant que les ruines de la grande ville avec ses créatures et ses habitants pour le moins étranges. Le seul lieu accueillant était le bar, toujours le bar.....le lieu préféré des irlandais dans un endroit reculé d'un monde déserté. Franck commença par commander un whyskey qu'il buvait tranquillement dans ce qui paraissait être un fauteuil, encore assez confortable pour l'appeler ainsi. Les quelques gens autour de lui le regardaient, ou plutôt, le surveillaient, comme s'il était chez les Chasseurs de Primes. Il avait l'habitude maintenant, mais l'ambiance était différente, lourde, voir même tendu. Mais, Franck s'en foutait, comme de savoir si Ab' avait un jour était maigre, et se leva pour aller parler au patron.

"Salut mon gars. Je cherche un type qui s'appelle Salomon Khoré, grand de couleur noir. Il est plutôt âgé."

Tout le monde le regarda comme s’ils allaient lui tirer dessus tous en cœur. Franck se prépara à prendre son gonzàlez, le droitier. Pourtant, personne ne bougeait, aucun mouvement, à part un enfant qui courait partout. Pourtant, tout repris sont court quelques dizaines de secondes après ça.
L'irlandais avait prévu un peu d'anneaux pour pouvoir avoir quelques infos sur son homme.

"Tient, pour acheter ta langue, dit-il en lui donnant les 10 anneaux qu'il avait.

"Y a bien un type qui ressemble à ça mais on l'a pas vu depuis quelques jours. Il se baladait de l'autre côté du stade.

Franck prit le temps de finir son verre, de mettre ses gants et son béret et alla voir de l'autre côté. En traversant la bourgade, les rares personnes qui n'étaient pas au bistro le regardaient. Le terrain n'était plus celui qu'avaient connu les Parisiens d'avant-guerre. Des troues et de la pierre le remplaçaient depuis les bombes. On avait du mal à limiter l'ancien terrain sportif mais certaines trace comme les gradins, qui est devenu la petite communauté d'aujourd'hui et les anciens vestiaires ne trompaient pas.
Enfin arrivé sur place, Franck ne vît personne, comme il le pensait mais certaines traces étaient encore présentes. Si c'étaient celles de Salomon, il devait chercher quelque chose.

-Pourquoi il peut pas faire comme tout les vieux et avoir sa maison, une femme et des gosses qui lui apportent la bectance....

Sur ces mots, Devlin trouva des impact de balles sur une out des vestiaires, ainsi que quelques étui quelques mètres plus loin. Il couru vers le bar pour retourner parler au patron de l'établissement. Tout en étant très décontracté, Franck sorti le gaucher, juste en face de sa tête.

-2coute p'tit gars, j'ai trouvé les traces de son passage, mais aussi celles d'une fusillades. D'une tu vas me dire ce qui s'est passé et de deux tu vas tranquillement lâcher ton arme et me redonner mes 10 anneaux. Si tu m'avais tout dit tu aurais pu les garder, mais tu a été vilain. Par contre, dit m'en plus.

-O..ok...Des types sont passés l'autre j...jour et nous ont demandé de ne rien dire sous peine de nous....étriper...., dit-il affolé.

D'accord, mais pour garder ces p'tits sous, dit-moi par où sont-ils allé ?

-Vers le nord...

-Tu vois quand on veut, on peut. Tient, ta pitance, raclure....

L'irlandais sortît en lui tournant le dos, sans craindre des représailles de sa part. La route de Franck se dirigeait à présent vers le nord.


Dernière édition par Franck Devlin le Jeu 13 Fév 2014 - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Khoré où t'es ?   Mer 12 Fév 2014 - 22:17

Après être sorti de ce trou, Franck décida d'aller vers le nord, vers la ville. Il décida d'éviter le territoire des fous dangereux du coin et passa un peu à l'est. La lumière commençait à disparaître dans la nuit qui se profilait à l’horizon. Mais l'irlandais ne voulait pas s’arrêter maintenant. Il n'était pas si vieux et pouvait encore rester éveiller une heure ou deux. Il fît une pose, juste à côté du stade, pour se fumer une clope. Il fumait de plus en plus en ce moment et ça, c'était pas bon. Après un petit coup de whyskey - celui du bar était dégueulasse - il reprit ça route sans se soucier des derniers rayons qui frappaient les ruines du Grand Paris. Il décida de s’arrêter à l'est de la Place d'Italie pour passer la nuit. Il avait l'habitude de dormir dehors mais là, il ne le sentait pas. C'est normal, il n'était jamais venu dans le coin, chasseur de prime, mais pas aventurier le Franck. Il prépara son bivouac, sans allumer de feu pour ne pas attirer les bêtes qui pouvaient rôder dans le coin. Il ne lui fallut pas plus d'un quart d'heure pour s'endormir. Il avait peut-être passé la fleur de l'âge en fin de compte.

En pleine nuit, il fût réveillé par un bruit, très spécifique. En effet, deux hommes discutaient, enfin, chuchotaient à quelques mètres du magnifique gîte étape de Devlin. Pour ne pas se faire surprendre, il prît le gaucher et se faufila discrètement hors de sont magnifique lit grand confort. Malgré son mal de dos, il se colla au reste du mur de la battisse ou il passait la nuit. Essayant de regarder autour, il ne vît personne, mais la discussion continuait ce qui laissa pensé que les pipelettes ne savaient pas qu'un irlandais les écoutait.

-Alors, tu l'as trouvé ? Non ?! Fait chier, merde ! T'es vraiment un incapable, c'est le boss qui va pas être content, et c'est sur bibi qu'il va passer ses nerfs ! T'es vraiment un trou duc' toi !

-Calme-toi. Et puis baisse d'un ton, c'est la nuit, et y a des bestiaux qui se baladent autour de nous. J'ai pas envie de me faire bouffer à cause de toi et de ton pessimisme. Y a des traces. Elles continuent vers le nord. Donc tu vois. Maintenant, direction le Panthéon

Tout en restant silencieux et discret, Franck passa la tête en essayant de ne pas se faire voir. Mais à ce moment, l'un des deux types le remarqua, du moins c'est ce qu'il croyait.  Il essaya de se faufiler, toujours sans bruit, derrière un vieux meuble encore debout, bien que branlant. Sans le faire exprès, car il n'était pas joueur à ce point, il ouvrit la porte de la commode ce qui fît réagir les deux gars de l'autre côté.

"T'as entendu ? Vien, on va voir."

Les types s'approchèrent et remarquèrent le sac de couchage sale et troué de Franck. L'un d'eux ouvrit brusquement la porte du meuble.

-Y a rien, t'es parano. Tout ça c'est à cause de cette histoire. Tout ça à cause d'un sous-homme. Allé, il faut le traquer.

-Ouai mais quand, même....ça c'est louche, dit-il en désignant le bivouac.

Après cela, ils repartirent vers le nord, traquer leur cible, que Franck pensait être Salomon.

"Putains de négriers de merde. Tous des emmerdeurs ces gars-là. Je vais aller un pu plus loin pour pioncer.....Fait chier quand même, des négriers.....

Franck se rendormi une centaine de mètres au sud-est pour éviter d'être dérangé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Khoré où t'es ?   Jeu 13 Fév 2014 - 17:03

Le lendemain matin, Franck se réveilla difficilement avec un mal de dos épouvantable. Le soleil était assez haut, déjà, pourtant, il ne devait pas être tellement distancé. Il rangea sont barda, mangea un moucham qui passait dans le coin...(Non en fait il en a chier pour le tuer, surtout pour le trouvé.)

Après un bon petit-déjeuner (et un bon verre de gnôle), l'irlandais reprît son chemin en direction du Panthéon. Sur le chemin, une espèce de chose se mit à bondir en déployant ses ailes. Un serpent volant se jetait sur un raliéné pour le dévorer. Là Franck sortît son droitier et dégomma un peu tout le machin, sans savoir ce qui se passait. Résultat du combat : Franck vainqueur par KO.
Après cette magnifique aventure, Devlin poursuivît les traces de Salomon et des deux négriers pour connaître le fin mot de l'histoire, et pour avoir sa promotion aussi (surtout). Pressant le pas et malgré un p’tit incident bénin, Franck arriva rapidement devant un des plus grand et plus célèbre bâtiment de Paris : Le Panthéon. Cette structure avec une splendide coupole était partiellement détruit sur les côté et une partie du plafond , bien qu'infime, s'était écroulé.

"On a beau dire, mis c'est y a 40 ans qu'on f'sait les meilleur bâtiment, en tout cas les plus solides, parce que c'est moche... En tout cas...

Venant du côté un bruit annonça la présence d'une personne. Celle-ci était sortie de sa cachette avec un fusil laser à canon scié. C'était un des deux négriers d'hier soir. Il était reconnaissable car il avait de grandes dans la poche de sa veste. Celui-ci mît très vite son canon contre le dos de Franck, heureusement il n'avait plus mal.

-Qu'est-ce tu fou ici mon gars ? Tu t'es perdu ? Tu sais plus où t’habites ? T'as trop bu ?

-C'est ça..., dit Franck en souriant.

Le négriers, vexé, donna un coup de crasse dans sa jambe droite ce qui le fît tombé par terre. Devlin essaya de se relever et de prendre son colt mais le négrier, ayant anticipé ça, donna un coups de poins dans sa bidoche tout e récupérant les armes et le sac. Franck se retrouva fait comme un raliéné.

"Fini de rire mon gars, tu va venir avec moi et je vais te présenter à mes amis. Au moins, tu en connais déjà un....

L'irlandais se retrouvait en mauvaise posture pour réagir et était obligé de suivre les ordres de l'autre pecnot. Pourtant;, il essaya tout d'abord de discuter un peu.

-OK, tu m'as démaqué, c'est bon. Je suis bien entendu un photographe travaillant pour u journal, le...

-Le ?

C'est à dire qu'il n'est pas encore sorti et donc je ne sais pas si je dois vous faire confiance, vu comment vous m'avez fait mal.....

-Allez, s'il te plait. Tu dis ou tu te reprends un coups de crosse, mais dans les côtes.

-D'accord, d'accord. Voila, c'est le....Rebelle déchaîné !

-Drôle de nom.....bon maintenant que t'as fini de me dire des conneries...

-Mais c'est très sérieux. Nous montrerons au monde que les rebelles ne sont pas le symbole de liberté qu'il recherche. Regardez. Là, j'allais prendre ce magnifique bâtiment d'avant-guerre qui est en assez bon état. Ensuite je tire quelques coups de feu sur la structure, et je dit au gens que les rebelles ont saccagé un endroit très important de notre France d'autrefois au profits d'une dictature qu'il veulent imposer aux citoyens, qui sont, de tout temps, la base de notre grande démocratie. Vous n'êtes pas convaincu ?

-pas du tout. Bouge maintenant. Et tu ferme ta grande gueule.

-Ouai, mais j'aurais essayé...

Franck, après cette magnifique histoire, se fît emmener dans le grand bâtiment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Khoré où t'es ?   Sam 15 Fév 2014 - 15:57

Il se retrouva au fond du monument, sous une coupole, à côté d'une statue.

-Tu te croit plus grande que moi, hein ? De toute façon je sais pas même ps si t'es un homme ou une femme.

Ce qui l'aurait étonné c'est que la statue lui réponde, mais a la place son gentil gardien prononça quelques mots doux pour lui.

"La ferme le journaliste à la noix. T'es pas là pour te faire des amis mais pour me dire pourquoi tu nous suis."

"Moi ? Et t'entends la chose sur socle, il croit que je le suis. Non sérieusement, pourquoi je vous aurait suivi. Parce que c'est facile ? En même temps vu comment tu sent...

l reçu un coup de genoux dans le ventre sans avoir terminé sa phrase, ce qui le calma pour quelques secondes.

"Bon, écoute, tu veux jouer aux plus malins, mais sache que j'ai le droit de faire ce que je fais et c'est pas un gars seul qui va m’empêcher de faire mon boulot. Il faut bien gagner sa vie, non ? Toi tu fais un truc et moi je poursuis des négros, le plus souvent, et je les apportes à mon boss. Tu vois, c'est pas si différent de la vie d'avant guerre. On travaille pour manger.

"Moi je bute des gens qui font chier le monde, puis je vend leur tête. Le marché est en plein essore en ce moment et en plus c'est les soldes, pour une tête acheté, une deuxième est offerte.

Après cette réflexion, il se reprît un coups, dans les côtes cette fois-ci.

"Alors t'es un chasseur de primes ? T'es pas mieux que moi en faite. Tu fais comme moi, tu traques des gens pour gagner ta croûte."

"Tout à fait, toi tu capture d’honnêtes gens pour la plupart et tu les vends et moi je traque la vermine pour l’exterminer. Je suis tout le contraire de toi salle enflure !

"Fils de chien !, dit-il en lui mettant un coups de plus belle.Tu pense que tuer des gens c'est mieux que de les vendre...Tes convictions sont la justice et l'ordre mais tu est exactement comme eux !

"Va te faire foutre. Je fais ce que je veux. Je suis libre. J'ai un patron comme toi. Il s'appelle Ab', et si tu ose me buter, tu vivra pas assez longtemps pour finir une bouteille de vin. Tu crois que t'as l'avantage parce que c'est toi qui a l'arme mais réfléchis au conséquences de tes actes. Moi je sais que buter des criminels me fait pas peur, ça me fait même presque plaisir, mais un jour je vais le regretter. Mais je m'en fou. Alors que toi, tu fais ça pour quelque anneaux mais un jour tu vas te faire descendre sans savoir pourquoi.

"TU FERME TA GUEULE LA SOUS-MERDE !!!

Le négrier lui mît un coups de crosse dans le crâne, puis Franck perdît conscience.

Il se réveilla quelques heures plus tard par les baffes de son ravisseur.

"Çà y est, t'es réveillé ? Bon, je vais pouvoir te questionner maintenant. Pourquoi tu nous suis ?"

L'irlandais avait aussi mal au crâne que lors de sa dernière cuite à Nécrotopia.

"D'accord...Donc je suis Franck Devlin, chasseur de prime. Je recherche un dénommé Salomon Khoré. Un grand noir assez vieux.

"Et pourquoi ?"

"Il...a tué des gens. C'est un meurtrier. Mon patron l'a fréquenté il y a 20 ans à peu près...

"Ouai....il lui ressemble. Grand négro....ouai. En fait on est là pour le même type. Sauf que moi c'est parce qu’il a volé des marchandises....des esclaves... Si tu le voulais, tu pourrais peut-être nous aider.

"Désolé, je fais cavalier seul. Mais je pourrais toujours donner des infos sur lui. Maintenant, tu peux me détacher, il prend de la distance pendant qu'on parle."

Le négrier hésita et alla cherché un autre "marchand" pour surveiller Franck. Puis il revint avec un couteau.

"C'est d'accord mais je ne veux plus te voir, sinon je te tuerais. Ce négro est ma cible, pas la tienne alors dégage et que je ne te revois plus.

Après avoir été libéré, l'irlandais alla vers l'est, jusqu'au bord de la Seine, à côté d'un pont. La nuit allait tombé et il décida de camper là pour la nuit, dans des ruines abritée et isolée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Khoré où t'es ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Khoré où t'es ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Autres Lieux :: Les Terres Désolées-