Partagez | 
 

 Ballade nocturne pour deux vieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Inscription : 30/01/2014
Messages : 27
avatar
Samson
MessageSujet: Ballade nocturne pour deux vieux   Dim 2 Fév 2014 - 22:24





Le passage sombre menait vers la sortie. Une sortie dissimulée dans les entrailles de Paris, et qui émergeait dans un couloir de métro. En fait de porte, c'était un lourd panneau de fonte que seuls quelques Gardiens avaient l'habitude d'emprunter. Et Samson était de ceux-là.

De sa main équipée de la Manicle de Force, l'homme noir referma le passage, qui cliqueta sur son mécanisme d'ouverture. Voilà, il était sorti de l'obscurité secrète du Temple et venait d'entrer dans la relative lumière publique de Métropolitopia.

Samson emprunta un premier couloir, direction le centre de la ville souterraine. Il aimait traînasser ici. C'était fou tout ce qu'on pouvait entendre d'intéressant quand on savait tendre l'oreille. Parfois, certains Survivants pouvaient lâcher par inadvertance quelques mots, qui sembleraient anodins pour un non-initié, mais qui pour un Gardien seraient le début d'une piste. Il suffisait alors souvent de discuter, d'offrir à boire, à manger, ou tout autre forme de marchandage, pour obtenir une information plus consistante. Et de fil en aiguille, on pouvait arriver à mettre la main sur un livre, un enregistrement, un œuvre artistique, et même des pièces plus grosses que ça encore.

Le problème de la vie sous terre, c'était le manque de repères visuels sur l'extérieur. En particulier, il était impossible de savoir s'il faisait jour ou nuit sans aller mettre le nez dehors. Les premiers habitants de Métropolitopia avaient heureusement pallié au problème en réactivant les vieilles pendules. Dans les couloirs, sur les quais dans les stations, on pouvait à tout moment s'assurer de l'heure qu'il était. Mais en réalité, jour ou nuit, il y avait toujours de l'activité. Et selon l'heure, certains individus étaient moins fréquentables que d'autres.

C'était pour ça que Samson préférait de loin les heures avancées de la nuit, celles qui précédaient de peu l'aube et la maigre chaleur du matin. C'était à ces heures-ci que les langes se déliaient, chargées des alcools et des poisons consommés dans la soirée, et que se révélaient certains secrets qui n'auraient jamais du quitter l'obscurité des nuits troglodytes.

C'était dans cet état d'esprit que le Gardien entra dans le quartier du Souk. Un endroit animé, même à ce moment de la journée où il était si tard qu'il était presque tôt. Un endroit intéressant. Samson flânait d'un pas lent et tranquille, mais toujours aux aguets. Il pouvait se passer n'importe quoi, à n'importe quel moment, et dans ce cas il fallait être prêt à réagir au quart de tour. Des marchands qui hélaient les passants pour vendre leur camelote, des clients lésés qui gueulaient pour se faire rembourser – et qui se faisaient le plus souvent éconduire à force menaces, fusil chargé à l'appui – vendeurs de poisons à la sauvette, prostituées, maquereaux, rabatteuses... Toute la fine fleur de la population métropolitopienne était représentée.

Les sens aux aguets, Samson s'arrêta devant un étalage de bouffe à l'odeur douteuse, puis repartit. Le but étant de ne pas attirer l'attention, il se comportait comme n'importe quelle personne dans les environs. Sauf qu'il évitait de provoquer une altercation. Vu comme une bagarre finirait, ça couperait court à la discrétion, et ça n'était pas ce qu'il voulait...


_________________

Et quand je marche dans la Vallée des Larmes, de l'Ombre et de la Mort,
Je ne crains aucun mal...

Car ma machette tranche plus qu'un rasoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 33 Masculin
Ville IRL : Evian
Inscription : 14/06/2013
Messages : 63
avatar
Gabriel Padalecky
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Lun 3 Fév 2014 - 11:33

C'est avec une certaine inquiétude que j'ai imaginé ma première journée seul dans ce semblant de ville qu'est Métropolitopia, me voyant déjà dépouillé ou même égorgé dans un des très nombreux coins sombres de la localité mais il n'en a rien été... J'ai réussi à me mêler à la populace sans que personne ne me prenne à partie sans doute parce que je commence à leur ressembler, j'arrive à glaner quelques informations pour trouver du boulot bien que je ne sois pas encore décidé, je commence même à me repérer dans ce labyrinthe et je viens de terminer il y a peu une séance shopping dans le fameux souk de Métrop'. Le lieu où j'ai rencontré pour la première fois Élise, ma protectrice du moment. Tout cela, sans rencontrer le moindre ennui...

Je n'ai pas acheté énorme avec mes maigres économies, de quoi me nourrir et boire pendant quelques jours, quelques sacoches de rangement pour le transport et de quoi m'entretenir un peu, garder une certaine apparence. Je ne veux pas me laisser aller comme j'en ai si bien l'habitude, comme avant tout ça lorsque je recevais de trop gros coups sur la tête... Je n'en ai pas le droit au vu de ce que je viens de vivre et de traverser. Je me demande juste de quoi mon avenir va être fait ? Comment je fais faire pour soigner cette maladie alors que toute trace de technologie a vraisemblablement disparu ? Peut-être du coté de ce gouvernement, la F.N.F...

Et c'est sans idées pour la suite à par voir si mon ange gardien est de retour chez elle que je marche parmi les vendeurs à la sauvette voulant me refourguer  leurs babioles, les prostituées me vendant leur charme et les vagabonds en tous genres. Je marche droit, prenant soin d'éviter au maximum tout contact physique, pour éviter les ennuis inutiles et de ne pas attirer l'attention et je ne fais qu'un léger détournement au moment où je vois une altercation éclatée devant moi. Comme les gens sur l'autoroute lors d'un accident, je ne peux m’empêcher de regarder la scène alors que je passe à coté du pugilat sans noble forme.

Et comme sur l'autoroute, un accident en appel un autre...je heurte violemment un homme qui me fait reculer sans que je ne tombe. L'homme a une bonne carrure sans être une montagne, un chauve à moustache habillé de cuir usé et poussiéreux, l'arme toujours dans le holster mais il se dirige sur moi poings fermés et des intentions pas très catholiques.

- Espèce de petite merde, je vais te...

Je ne lui laisse pas le temps de finir sa phrase que je lui place un coup de pied tendu au niveau du genou, le mettant accroupis devant moi, parfaite position pour recevoir mon direct du droit en plein tarin. Net et presque sans bavure, l'homme n'en demande pas plus pour tomber en arrière, bousculant au passage quelques personnes peut-être fâchées d'avoir été dérangés...

_________________
"Notre vie n'est pas derrière nous, ni avant, ni maintenant, elle est dedans". J.Prévert

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 30/01/2014
Messages : 27
avatar
Samson
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Mar 4 Fév 2014 - 18:12


Sans même voir venir quoi que ce soit, Samson se fait bousculer par un type. Le temps qu'il se retourne, le Gardien voit l'homme au sol sur son séant, le nez et la bouche ensanglantés, s'essuyant d'un revers de manche crasseux. L'œil acéré et expérimenté de Samson détectait de légers tremblements chez le moustachu. Tremblements involontaires, provoqués par la rage, et précurseurs d'une réaction imminente. Réaction qui présageait d'être violente, radicale, et qui engendrerait sans doute un drame.

Et effectivement, l'homme meurtri – tant physiquement que dans sa fierté, à n'en pas douter – se releva fébrilement, et à peine s'eut-il rétabli sur ses pieds qu'il dégaina un pistolet. Là, on y était. Il pointa son arme d'une main tremblante vers un autre homme, juste en face. Un jeune type à l'air un peu perdu. Ça allait dégénérer...

« Holà, l'ami... Personne ne veut voir ce genre de chose, ici. Tuer ce gars ne réparera pas l'affront. D'ailleurs je suis sûr que tout ça n'est qu'un triste concours de circonstances. Oublie-ça, et passe ton chemin. C'est la meilleure chose à faire. »
Tenant ce discours, Samson avait posé la main gauche sur le bras de l'homme armé et pantelant. Le type n'en croyait pas ses yeux. Il était armé, prêt à tuer, et il y avait quelqu'un d'assez fou pour venir s'interposer. Et un vieux, encore !
« Un peu, que je vais le crever... Et tu seras le prochain, Grand-Père ! Dégage ! »
Samson resta d'un calme olympien, malgré la menace. Il agrippa un peu plus fermement le bras du forcené, et malgré la présence des badauds, il ne pouvait rester passif.
« Tu ne m'as pas compris. Tu. Passe. Ton. Chemin. »
La main droite du Gardien, porteuse de Manicle, s'empara du pistolet, et la poigne implacable que lui fournissait son équipement s'occupa de réduire l'arme à un tas de pièces écrasées, sous les yeux médusés du moustachu en cuir.
Puis, en un mouvement fluide et parfaitement exécuté, Samson bloqua le bras de l'agresseur de son bras droit, appliquant une clé à la fois sur le coude et l'épaule. Il lui suffirait d'un simple geste pour fracturer les deux articulations sans effort, mais avec la Manicle, il pouvait littéralement lui arracher le membre avant qu'il puisse dire un mot.
Un coup de pied derrière le genou le força à plier, et une pression sur l'épaule le fit courber l'échine sous la douleur. De la main gauche, Samson saisit la poignée dissimulée sous son manteau Il tira sa machette et en appliqua le tranchant sur la nuque découverte.

« J'espère avoir été assez clair, cette fois. Tu vas repartir sans plus causer de problèmes. Et à l'avenir, ne croise plus mon chemin. Je n'oublie jamais un visage. »
Dans son geste pour le lâcher, Samson fit glisser le fil de sa lame contre le crâne de son captif, lui rasant une large part de cheveux à l'arrière de la tête. Le gars, décontenancé et bouche bée, recula en trébuchant, puis quitta les lieux en écartant quiconque était sur son passage. Le Gardien remit sa machette au fourreau. C'en était foutu pour la discrétion. Tant pis, il avait certainement sauvé une vie.

Finalement, il s'approcha du jeune gars, à l'origine de cette échauffourée et l'attrapa par le bras.

« Restons pas là. Il va revenir, et il ne sera pas seul. Je pourrai pas grand-chose contre une quinzaine de Psychos camés au Buffout... »

Et là-dessus, il le traîna hors du Souk, vers un quartier où on n'aurait pas encore passé le mot sur leurs exploits.

_________________

Et quand je marche dans la Vallée des Larmes, de l'Ombre et de la Mort,
Je ne crains aucun mal...

Car ma machette tranche plus qu'un rasoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 33 Masculin
Ville IRL : Evian
Inscription : 14/06/2013
Messages : 63
avatar
Gabriel Padalecky
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Jeu 6 Fév 2014 - 15:21

- Merci pour le coup de main et... Après-vous.

Je suis encore passé à deux doigts de la mort aujourd'hui. Pour la deuxième fois en deux jours, une arme a été braqué sur moi... il va vraiment falloir que je fasse plus attention à moi et mon environnement sinon je ne vais pas faire de vieux jours dans ce futur où le chacun pour soi semble de mise à toute heure et à tout lieux... Mais c'est tout ce que je peux dire à ce mystérieux étranger dans l'instant, même s'il vient sans doute de me sauver la vie... il faut que nous bougions au plus vite du souk et c'est ce que nous faisons, marchant de vive allure entre cinq à dix minutes tout en jetant des coups d’œils réguliers derrière nous dans la foule, pour nous assurer que nous ne sommes pas suivis. Ce qui a l'air d'être le cas fort heureusement pour nous, même si l'homme à mes côtés semble savoir se défendre plus que correctement.... Nous nous arrêtons enfin sur un des multiples quais du métro, entre le mur bombé privé de ses faïenceries blanches et les wagons de métro à l'aspect plus que rafistolés.

Mon partenaire du moment ne dis pas un mot et semble encore à l’affût, prêtant une attention accrue à notre environnement, aux moindres personnes approchant notre position. Je profite de l'instant pour reprendre mes esprits et l'inspecter, je n'ai pas oublié que le type vient de réduire une arme à feu en miettes à mains nues... L'homme est un grand gaillard, solidement bâti, un peu plus que moi je dirais, il cache derrière ce large et long manteau sa machette sans aucun doute mais j’essaie surtout de trouver ce qui lui as permis de tordre ce flingue tout à l'heure avec ses mains... Je ne vois qu'une sorte de plaque métallique dont l'utilité me dépasse mais le manteau fait son office en camouflant le reste. Je me renseignerais si l'occasion se présente.

L'étranger semble enfin me porter à nouveau de l'intérêt, rassuré sans doutes qu'on ne soit pas suivi pour le moment. Je lui tends la main dans un esprit de sympathie.

- Merci encore l'ami... Gabriel Padalecky, enchanté.

J'essaie de le faire un peu parler sur son exploit de tout à l'heure tout en essayant de ne pas l'offenser, de ne pas trop le questionner.

- Incroyable ce que tu as fait tout à l'heure avec le flingue de ce type... jamais vu ça.

_________________
"Notre vie n'est pas derrière nous, ni avant, ni maintenant, elle est dedans". J.Prévert

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 30/01/2014
Messages : 27
avatar
Samson
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Jeu 6 Fév 2014 - 17:50



Le jeune homme se présenta aimablement en tendant une main amicale. Samson hésita un instant, puis la serra. Il avait toujours eu des difficultés à avoir des conversations sur ce ton. Bien entendu, ça n'était pas pour autant qu'il vivait en ermite, mais généralement il se contentait de discussions plus neutres, ou au contraire bien plus orientées sur le travail avec ses informateurs. Les seules personnes qui connaissaient son nom étaient les autres Gardiens. Aussi, il fit cette fois comme pour les autres : il éluda simplement le sujet. Certain que Gabriel ne laisserait pas tomber et qu'il voudrait une réponse tôt ou tard.

Pour le moment, Samson se contenta d'un hochement de tête. Puis, alors qu'ils marchaient côte à côte dans les couloirs de Métropolitopia, arriva une remarque.

« Incroyable ce que tu as fait tout à l'heure avec le flingue de ce type... jamais vu ça. »
Tu m'étonnes. Machinalement, le Gardien remua discrètement sa main droite avant de répondre à côté. Une habitude qu'il avait prise, pour toute question trop indiscrète.
« Ouais, l'entraînement, y a que ça de vrai... »
Il était là encore évident que le jeune serait pas dupe. Mais au moins ça permettait de passer à un autre sujet, et peut-être que ça lui sortirait de l'esprit.
« Tu as bien failli te faire écharper... Sois prudent dans le Souk, on croise plus de types dangereux que d'enfants de chœur. T'es pas d'ici, pas vrai ? »
Ca paraissait incroyable, que quelqu'un arrive dans la région, depuis l'extérieur. Déjà que la vie ici, malgré les ressources qu'on pouvait encore trouver, était des plus difficiles, on ne pouvait qu'imaginer ce que ça pouvait être ailleurs. Cela attisait la curiosité de Samson.

Ils se dirigeaient vers un quartier plus calme de Métropolitopia, majoritairement 'résidentiel'. Des cabanons faits de rebuts, des antiques cabines de caisse du métro recyclées en couchette, on trouvait de tout dans tous les styles. Ils arrivèrent à un endroit où les piétons de l'Avant se croisaient par centaines. Un genre d'immense hall, où arrivaient plusieurs couloirs et des escalators. L'endroit avait été aménagé, avec une rue centrale et de part et d'autre des allées de huttes de tôles et de matériaux récupérés un peu partout. Ils traversèrent le coin pour arriver dans le cœur de la station, qui était le centre-ville souterrain. Ils se retrouvèrent sur le quai, aussi animé que le Souk, quoique plus serein en cette heure, face aux voies occupées par des vieilles rames réhabilitées à d'autres usages que le transport.

L'une d'elles se repérait de loin, grâce aux lampions installés en façade et à l'enseigne lumineuse. Le Barakooda. Samson entraîna Gabriel derrière lui en passant les portes et s'installa à une des tables. Il y avait du monde, comme d'habitude. En prenant place, le Gardien se souvint qu'il était fauché Pas un Franc pour payer quoi que ce soit. Tant pis, au pire ils auraient quelques minutes pour discuter avant qu'on vienne les prier de consommer ou de partir.

Il s'assit dans une position peu confortable, mais qui lui permettait de ne pas quitter son sac à dos, ou d'accéder facilement à ses armes. Prêt à parer à toute éventualité.

« Bon... On dirait que tu vas devoir te faire aux habitudes du coin. Premier conseil : jamais sans arme. Sans ça, tu te feras vider comme un radpoulet au premier coin de rue. Samson pointa le regard sur le fusil à canon scié qui ornait sa cuisse. Mais je vois que tu as ce qu'il faut. C'est une bonne chose. Mais ne soit pas non plus trop prompt à dégainer, ton cerveau reste ta meilleure arme à ce jour. N'oublie pas. »



_________________

Et quand je marche dans la Vallée des Larmes, de l'Ombre et de la Mort,
Je ne crains aucun mal...

Car ma machette tranche plus qu'un rasoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 33 Masculin
Ville IRL : Evian
Inscription : 14/06/2013
Messages : 63
avatar
Gabriel Padalecky
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Ven 7 Fév 2014 - 16:42

Mon « ami » du jour n'est pas des plus loquasse, des plus bavards mais je vais devoir faire avec pour le moment je crois... Il n'a même pas daigné me donner son nom alors que je lui serrais la main un peu plus tôt tout...quant à m'expliquer son tour de magie avec l'arme de tout à l'heure, sa réponse aurait peut-être suffi à un enfant naïf, ce que je ne suis plus depuis des années, voir un siècle... Bon c'est peut-être pas la politesse qui l'étouffe mais il a l'aspect et le comportement du bon samaritain alors je le suis sans faire de vagues jusqu'à ce bar nommé Le Barakooda.

Autant dire tout de suite que je ne m'attarde pas sur le patron des lieux étant donné qu'il est mutant...ça a beau ne pas être le premier que je vois, je n'arrive toujours pas à croiser leur regard, j'ai trop peur qu'il y voit mon dégoût à leur encontre. Je m'y ferais un jour... Nous trouvons une place au sein du premier wagon et je laisse l'étranger s'installer contre le mur alors que je m'accoude à notre table haute, tournant le dos au reste du monde.

- Bon... On dirait que tu vas devoir te faire aux habitudes du coin. Premier conseil : jamais sans arme. Sans ça, tu te feras vider comme un radpoulet au premier coin de rue. Mais je vois que tu as ce qu'il faut. C'est une bonne chose. Mais ne soit pas non plus trop prompt à dégainer, ton cerveau reste ta meilleure arme à ce jour. N'oublie pas. 

- À une autre époque, peut-être... c'est même sûr oui. Mais ici et maintenant, je suis pas certain que mon cerveau soit la meilleure arme, on en a eu un exemple tout à l'heure non ?

J'arrête la conversation lorsque je suis interrompu par ce qui ressemble à un serveur.

- Faut consommer pour rester à une table. Il vous faut quoi messieurs ?

- Un Nuka-Cola pour moi et..

Je me tourne vers mon partenaire, savoir ce qu'il veut boire.

- De l'eau.

- Je vous apporte ça bougez pas.

Je laisse le serveur s'éloigner avant de reprendre à ce qui ressemble le plus à un monologue. L'étranger a au moins le mérite de me faire passer le temps avant l'éventuel retour de mon ange gardien et l'homme sait se battre avec une assez bonne dextérité de ce que j'ai vu, je suis un peu plus en sûreté en sa compagnie.

- Et donc euh... tout à l'heure je me suis présenté, je t'avoue que j'attendais que tu fasses la même chose en retour. Je peux t'appeler comment dis-moi ?

_________________
"Notre vie n'est pas derrière nous, ni avant, ni maintenant, elle est dedans". J.Prévert

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 30/01/2014
Messages : 27
avatar
Samson
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Ven 7 Fév 2014 - 17:55



Les deux hommes n'attendirent pas si longtemps avant qu'on vienne leur apporter leurs boissons. Une bouteille de verre dépolie par le temps, contenant un liquide brun presque noir, et un grand verre en piteux état, dont le contenu apparaissait trouble. Une fois la commande posée sur la table, le serveur s'en fut sans un mot. Ici, Kooda ne faisait pas payer sur-le-champs, mais les clients n'en étaient pas moins gardés à l'oeil. Le premier qui tentait de filouter finissait généralement, selon le montant du préjudice, avec une oreille en moins, ou éventré dans une benne à même la rue. Le passage en caisse était préférable donc, avant que partir.

Samson ne pouvait pas garder le gamin dans l'inconnu encore longtemps. Il lui avait parlé de deux choses, et il avait esquivé les deux fois. Et voilà, il revenait à la charge, c'était prévisible.

« Et donc euh... tout à l'heure je me suis présenté, je t'avoue que j'attendais que tu fasses la même chose en retour. Je peux t'appeler comment dis-moi ?
 »

L'homme noir passa sa langue sur ses lèvres sèches et s'empara de son verre. L'eau y était en réalité plus propre que ce que laissait voir le contenant rendu presque opaque par les taches et les rayures. Il en but une petite gorgée et reposa le verre avec satisfaction. Pas de goût suspect, Kooda avait du obtenir un arrivage d'eau purifiée d'une plantation d'oasis. Ou d'une attaque de convoi...
« Sam... Samuel, si tu préfères. Mais je doute que tu en aies besoin. Sauf si tu comptes te trouver un job. Auquel cas on pourrait être amenés à se revoir. Sinon, je finirai mon verre d'eau, et je repartirai sur mon chemin, toi sur le tien. C'est ainsi que ça se passe, en général. »
C'était une manière un peu légère de dire les choses. Une autre façon de le dire aurait été plus franche : ils avaient plus de chance que l'un d'eux meure dans les deux jours que de se revoir dans l'année. Mais après tout, ils n'étaient pas là pour casser l'ambiance. Il y avait du monde, il y avait de la musique, à boire, autant discuter un peu. D'autant qu'avec cette foule, l'autre décérébré du Souk ne les repérerait que difficilement.
« Alors, raconte un peu... Qu'est-ce qui t'a amené à te chercher des problèmes dans le Souk ?  »

_________________

Et quand je marche dans la Vallée des Larmes, de l'Ombre et de la Mort,
Je ne crains aucun mal...

Car ma machette tranche plus qu'un rasoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 33 Masculin
Ville IRL : Evian
Inscription : 14/06/2013
Messages : 63
avatar
Gabriel Padalecky
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Sam 8 Fév 2014 - 13:01

- Sam... Samuel, si tu préfères. Mais je doute que tu en aies besoin. Sauf si tu comptes te trouver un job. Auquel cas on pourrait être amenés à se revoir. Sinon, je finirai mon verre d'eau, et je repartirai sur mon chemin, toi sur le tien. C'est ainsi que ça se passe, en général.

Je profite du fait que mon ami du jour se montre plus bavard, plus loquasse pour siroter le Nuka-Cola posé devant moi. C'est assez étrange de noter que le goût n'a pas tellement changé depuis le temps même si je l'aurais aimé bien plus frais comme lorsque j'en buvais sur les terrasses des troquets parisiens. J'ai même travaillé pour le groupe Nuka-Cola à une époque, en préparant leur dernière campagne de pub avec l'agence qui m'employait, avant le début de la crise « rouge ». Je bois une partie de mon passé en fait, ou à mon passé...

- Alors, raconte un peu... Qu'est-ce qui t'a amené à te chercher des problèmes dans le Souk ?

Peut-être par réflexe ou par sympathie je ne saurais le dire, je lève mon verre de nouveau et trinque avec le récipient de mon interlocuteur alors posé sur la table tout en le regardant dans les yeux. La tradition n'a pas pu disparaître non plus...

- Samuel... C'est noté, surtout que je cherche effectivement du boulot. Pour le souk par contre...

Je repense quelques secondes à ce qui a provoqué l'incident de tout à l'heure... un type de mauvais poil qui avait besoin de se défouler sur le premier venu, sans doute qu'il n'avait pas « tiré » cette nuit et un autre presque complètement perdu dans une époque qui n'est pas la sienne, avec des gens dont la mentalité n'a presque plus rien de civilisé.

- Pour le souk, c'est pas vraiment mon genre de chercher les ennuis... Je regardais pas devant moi, je l'ai bousculé, j'ai même pas eu le temps de m'excuser qu'il s'est jeté sur moi. Je l'ai corrigé assez vite sans soucis et la suite, tu la connais... Merci encore d'ailleurs.

Je crois que je n'ai rien oublié d'important à lui préciser, le reste n'appartient pas à ce qui s'est passé un plus tôt. Même si j'ai fait une exception pour mon ange gardien, je dois veiller à respecter les conseils de Saint-Clair, ne jamais dire d'où je viens ou plutôt de quand je viens.

- Et donc, je sais pas si j'ai bien compris mais tu cherches quelqu'un pour du boulot ? Parce que comme je te disais, j'en cherche. Tu travaille dans quoi ?

_________________
"Notre vie n'est pas derrière nous, ni avant, ni maintenant, elle est dedans". J.Prévert

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 30/01/2014
Messages : 27
avatar
Samson
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Sam 8 Fév 2014 - 15:49


Pas son genre de chercher des ennuis, hein. Ouais, de toute manière, tout le monde s'en attirait un jour ou l'autre, surtout ici.
Lorsque Gabriel le remercia pour son intervention un peu plus tôt, ''Samuel'' leva la main sur le ton de « Bah, de rien, faut bien s'entraider ».
Puis Padalecky embraya sur sa recherche de boulot. Ce que le Gardien avait dit n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd, et ça n'était pas une mauvaise chose. Samson but une nouvelle gorgée d'eau et reposa son verre avant de reprendre la parole.

« Dans mon domaine, on travaille presque toujours seul, mais de temps à autre il est bon d'avoir quelques informateurs dans sa poche. Je fais dans... la collection d'art, en quelque sorte. Je recherche des livres, des enregistrements, des peintures... tu vois le genre. Mais pas n'importe quoi non plus. Uniquement ce qui date d'Avant, tout ce qui date de plus vieux que le Jour du Feu. Je suis particulièrement intéressé par la littérature et l'histoire. La technologie aussi, et les plans d'objets de l'Avant. Mais en ce moment, je suis plutôt peinture. »
Samson marqua un silence. Un garçon aussi jeune que Gabriel n'entendait sûrement rien à l'art de l'Avant, d'autant qu'il avait déjà l'air paumé dans les allées du métro. Mais on pouvait se tromper. Lui-même n'avait eu l'occasion de voir son premier tableau que tardivement, et écouté ses premiers disques il y a seulement quelques années. Déjà parce que les pièces authentiques étaient rares, et aussi parce que l'Ordre et le Temple gardaient leurs trouvailles dans les Archives, et que même les Gardiens les plus anciens n'avaient que rarement accès aux pièces originales. En revanche, on pouvait librement consulter les ouvrages, copiés à l'identique dans la base de données, sur les terminaux.
« Si ça te dit, je peux te donner du travail. Il n'y a pas de délai particulier à tenir, et dans le cas contraire je te le dirais. Tu te rencardes sur ce que je cherche, tu me donnes les infos que tu récoltes, et je finis le boulot. Si tes informations étaient justes, tu y gagnes. Je ne peux pas te dire comment ça marche dans le détail, mais disons que tu deviens une part de notre base d'informations, et qu'à ce titre tu peux bénéficier de protection. Et si ton travail est jugé satisfaisant, on peut pousser plus loin, avec argent, armes, objets et nourriture. »
Pas question de révéler quoi que ce soit sur l'Ordre, bien entendu. Samson serait le seul et unique contact de Gabriel, puisque les autres Gardiens ne le connaîtraient pas directement, et que Gabriel lui-même ignorerait tout de la structure de l'Ordre. Pour lui, il n'y aurait que ''Samuel'', collectionneur.
« Évidemment, rien ne te force. Si tu n'es pas intéressé, on en reste là et on oublie tout ça. »
A son tour, l'homme noir prit son verre et trinqua avec son interlocuteur. La tradition quand on buvait en bonne compagnie.

_________________

Et quand je marche dans la Vallée des Larmes, de l'Ombre et de la Mort,
Je ne crains aucun mal...

Car ma machette tranche plus qu'un rasoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 33 Masculin
Ville IRL : Evian
Inscription : 14/06/2013
Messages : 63
avatar
Gabriel Padalecky
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Sam 8 Fév 2014 - 21:55

Le hasard, heureuse coïncidence à la con... Ce type récupère et collectionne tout ce qui date d'avant la guerre, le Jour du Feu comme il dit, mais avec un penchant pour l'art, la littérature et la technologie. Il est dingue de penser que les plans de mon grille-pain ou de mon micro-onde pourraient me rapporter de l'argent aujourd'hui. S'il savait que je viens moi-même de cette époque, il pourrait bien avoir le choc de sa vie ou même pire, surtout qu'il a de la bouteille le vieux.

- Évidemment, rien ne te force. Si tu n'es pas intéressé, on en reste là et on oublie tout ça. 

- Non non au contraire, je m'y connais un peu dans tout ce qui date d'avant la guerre, le Jour de Feu... Je suis intéressé par ton offre l'ami.

Je la joue modeste sur mes connaissances, voulant donner le change quant à mes origines et j'essaie de me remémorer quelques endroits simples où notre homme pourrait trouver son bonheur, de quoi me payer en anneaux mais j'imagine assez vite que les principaux lieux touristiques et culturels de la capitale ont dû déjà être pillés depuis des lustres par des types dans son genre, à la recherche de l'objet pouvant faire leurs fortunes.

C'est les lieux moins connu de la capitale, les lieux où seuls les néophytes et habitants de l'époque avait accès que je dois essayer de me remémorer. Les bibliothèques de quartier, les galeries d'art, etc... Peut-être même que les emplacements du siège social de quelques entreprises d'avant-guerre pourraient intéresser également le collectionneur en face de moi.

Il faut déjà que je vois comment se monnayent exactement ces informations parce que la protection ne nourrit pas son homme. Je ne dois pas la jouer non-initié si je veux tirer le maximum de ces renseignements. Non pas que je veuille dépouiller Samuel le bon samaritain mais j'ai vraiment besoin d'argent, même si c'est sous la forme d'anneaux de canette.

- Mais dis-moi, combien tu payes l'info ? J'imagine que cela doit être en conséquence de ce que tu va-y trouver non? Par exemple, si je connais l'emplacement du siège social d'une célèbre marque de robots américains, ça doit valoir plus que de donner l'adresse d'une vieille bibliothèque de quartier ? Non ? Parce que je peux te proposer des anciennes galeries d'art, des vieilles bibliothèques de quartiers, quelques sièges d'entreprise, quelques manufactures de proche banlieue et même d'anciennes agences de pubs responsable d'affiches comme on en voit encore en triste état dans les rues et dans le métro... enfin Métrop' je veux dire...

J'affiche le sourire en coin du commerçant sûr de lui, sûr de ses informations... sans savoir vraiment si ces lieux sont déjà dépouillés de tout contenus.

_________________
"Notre vie n'est pas derrière nous, ni avant, ni maintenant, elle est dedans". J.Prévert

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 30/01/2014
Messages : 27
avatar
Samson
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Dim 9 Fév 2014 - 1:07


Le jeune était malin. Il voulait de la caillasse, et pas de vagues services. Normal. Quoi de plus rassurant que le poids de bons Anneaux et de quelques Francs dans le fond de sa poche ? À part peut-être un flingue fiable et chargé à bloc...

Samson n'avait pas de barème de paiement, mais il devait être possible de négocier ça au coup par coup. De toute manière, avant toute chose, il fallait s'assurer de ce que le gamin savait vraiment faire. Il semblait en avoir dans sa manche, en tous cas c'était ce qu'il disait, mais n'était-ce pas du bluff ?

« Aucun prix fixe, mais il est clair que plus ce que tu me livreras sera gros, mieux tu gagneras. Mais ne te trompe pas, ça n'est pas un travail aussi simple. Beaucoup, beaucoup de choses ont disparu lorsque les bombes sont tombées, et au moins autant à cause de pilleurs peu délicats, ou simplement les ravages du temps. Les plans faciles de gisements d'oeuvres toutes rassemblées au même endroit, simple d'accès, faut pas y compter. Il te faudra peut-être des mois avant de pouvoir me livrer quelque chose d'assez intéressant... Mais si tu veux commencer rapidement, j'ai déjà quelque chose sous le coude. »

Samson termina son verre d'eau et le reposa. Il avait en effet un travail à lui confier. Une simple reconnaissance, en amont d'une mission qu'il effectuerait par la suite. Mais cela lui mâcherait déjà pas mal le boulot. C'était peut-être l'occasion pour le gamin de faire ses armes.
« Il y a une autre ville un peu comme celle-ci, pas très loin. Une ville fondée par les goules dans les ruines du Louvre. Nécrotopia, qu'ils l'ont appelée. Là-bas, il y a des artistes goules, dont un est dans notre collimateur. Charles Hatan. J'ai entendu quelques rumeurs, selon lesquelles ce type, pourtant bien coté, serait un escroc et ferait passer des œuvres de l'Avant pour les siennes.
Renseigne toi sur ce mec. Il a sa galerie à Nécrotopia, ça ne devrait donc pas être dur de le trouver. Fouine, fouille, et rapporte-moi ce que tu entendras. Essaye de voir qui travaille pour lui, et qui pourrait en savoir plus sur les habitudes d'Hatan, les lieux qu'il fréquente, et là où il stocke toutes ses œuvres. Ensuite, je me chargerai de les trouver, et d'identifier celle qu'il présente au monde comme étant de sa main.
 »
C'était une mission assez facile, en somme. Il suffisait d'être débrouillard et discret. À la portée de tout le monde, quoi.
« Oh, et fais attention. Les goules n'aiment pas vraiment les humains 'normaux', les Peaux-Lisses. Une goule ou deux ne te chercheraient certainement pas de problèmes ici à Métropolitopia, mais à Nécrotopia tu es sur leur fief. Là-bas, c'est toi, le monstre. Il est possible, voire certain, que tu seras accueilli assez peu poliment. Si tu te pointe là-bas seul, sois prudent. À ta place, je me débrouillerais pour me faire un pote goule pour qu'il m'y accompagne. Ça pourrait te faciliter les choses... »

_________________

Et quand je marche dans la Vallée des Larmes, de l'Ombre et de la Mort,
Je ne crains aucun mal...

Car ma machette tranche plus qu'un rasoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 33 Masculin
Ville IRL : Evian
Inscription : 14/06/2013
Messages : 63
avatar
Gabriel Padalecky
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Lun 10 Fév 2014 - 12:43

Mon élégant sourire de commercial s'efface bien vite de mon visage lorsque mon camarade noir de peau m'expose ce qu'il attend de moi pour notre début de partenariat. Nécrotopia, la ville-goule, installé sur les ruines du musée du Louvre de ce que l'on m'a dit... Hors de question que je mette les pieds là-bas connaissant les habitants dudit lieu, surtout s'ils sont plus racistes envers moi que moi envers eux, même si je peux comprendre qu'avec leur tronche, cela ne doit pas être facile tous les jours... La peur des décomposés, des zombies est aussi présente bien sûr même si je pense la camoufler. Je profite du bref silence s'installant entre nous pour finir mon verre de Nuka d'un traite pendant que Samuel attend patiemment ma réponse.

- Désolé l'ami mais je ne mets pas un pied au Louvre, question de survie... et d'odeur. En plus j'ai pas de pote goule comme tu dis et avec le racisme régnant là-bas, je vois pas comment je pourrais faire mon travail en toute discrétion... Tu devrais plutôt demander à une goule pour ce boulot précis non ?

J'essaye de rester courtois au maximum et de ne pas le braquer contre moi. Il a des possibilités de travail que je ne dois pas négliger si je veux me faire un peu d'argent, surtout qu'il collectionne ce qui faisait un peu partie de ma vie à mon époque. Il ne pourrait pas trouver meilleur spécialiste dans le domaine de l'avant-guerre. J'espère juste qu'il ne va pas prendre ce refus « argent comptant » et ne plus rien me proposer à l'avenir.

- Ne le prends pas mal Samuel mais je vois ça comme une mission suicide là... Moi je peux te donner des infos sur d'autres coins, même aller voir par moi-même si ces infos sont correctes... Mais vraiment, ne compte pas sur moi pour le Louvre même si j'aimerais bien y remettre les pieds... Enfin, y aller une fois dans ma vie je veux dire...

J'ai bien failli me trahir tout seul comme un grand garçon avec cette révélation mais j'enchaîne le monologue avant que mon interlocuteur puisse relever ce détail.

- Alors comment on fait ? Mon offre t’intéresse-t-elle malgré mon refus pour le Louvre ? Sans vouloir me mettre en avant, je pense que tu trouveras pas meilleur informateur sur ce qui date d'avant-guerre, je connais des coins qui n'apparaissent pas sur les cartes comme je te disais plus tôt.

_________________
"Notre vie n'est pas derrière nous, ni avant, ni maintenant, elle est dedans". J.Prévert

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 30/01/2014
Messages : 27
avatar
Samson
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   Lun 10 Fév 2014 - 18:09


Puisqu'ils avaient tous les deux fini leur verre, et que visiblement la conversation professionnelle tournait court – puisque Gabriel semblait rebuté à l'idée de mettre le nez chez les goules – Samson fit un signe au serveur, qui lui répondit par un hochement de tête.

« Pas de souci pour moi, mon jeune ami. Je ne force personne, et d'ailleurs, comment le pourrais-je... Garde tout de même en tête que j'ai toujours besoin d'infos, et que je recherche toujours de beaux objets. Si jamais tu avais l'une ou l'autre de ces choses à me fournir... Le Gardien fouilla dans une poche intérieure de son manteau et en sortit une petite pierre crayeuse, qu'il tint en l'air avant de la poser à côté de la bouteille de Nuka-Cola. Sur le quai de Châtelet, Ligne 1 direction Hôtel de Ville. Sous l'ancien écriteau du nom de la station, il y a un morceau de mur manquant, par où l'on voit une vieille canalisation en fonte. Traces-y une croix pour une info, deux pour un objet. Je t'attendrai le lendemain, sur le Quai Arabe du Marché de la Gare. Si tu m'apportes quelque chose d'assez intéressant, je pourrai peut-être faire quelque chose pour toi. D'ici là... »

Samson se leva. Le serveur avait lâché le torchon ocre et rêche qui lui servait à essuyer les verres, et allait arriver pour réclamer le montant de l'addition.
« Ne t'attire pas d'ennuis. Je ne serai pas toujours dans le coin pour t'en sortir. Il esquissa l'ombre d'un sourire Et essaye de te faire quelques amis, de tous horizons. Seul, tu ne passeras pas la semaine, mais avec de bons contacts, qui sait... »

Puis il salua d'un geste et tourna les talons. Si le gamin tenait à travailler, et avait autant de ressource que ce qu'il semblait dire, nul doute qu'il aurait des nouvelles de lui d'ici peu de temps.

_________________

Et quand je marche dans la Vallée des Larmes, de l'Ombre et de la Mort,
Je ne crains aucun mal...

Car ma machette tranche plus qu'un rasoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ballade nocturne pour deux vieux   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ballade nocturne pour deux vieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une table pour...deux? [Libre]
» Ballade Nocturne [ Pv Alea Miller ]
» Une pizza pour deux ? [Mickaël]
» HAITI :LE DEUX CHARGES EST DEVENU UN LIQUIDE RARE ET PRECIEUX POUR NOS VIEUX !
» Petit cuvier pour deux - Cuvier "est"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives :: Hors RP :: Métropolitopia-