Partagez | 
 

 Aux champs Elimés ! ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Aux champs Elimés ! ♫   Lun 27 Jan 2014 - 19:36


Les champs Elimés vivaient aux rythmes traditionnels propres à ce quartier malgré une situation inhabituelle, les dealers se montraient en bravant du regard les quelques miliciens égarés, des rires résonnaient des studios pornographiques de Luigi, parvenant à peine à masquer les cris de Cassandre enragée par la disparition d'une de ses meilleures gagneuses. C'était pourtant ailleurs que se déroulait la véritable action, alors que le nouvel an approchait le père noël avait semble-t-il, livré en retard un dernier cadeau de mauvais goût aux habitants de Métropolitopia.

Dans une pièce autrefois réservée à la régie du métro parisien se dressaient tables de luxe, alcools et autres preuves de richesses qui accompagnaient le Baron où qu'il aille. Siégeant sur un fauteuil tout droit venu de l’Élysée, l'homme au visage marqué par la drogue tapait du poing pour se faire entendre. A sa droite se tenaient ses trois lieutenant, Lino Martinez fixait froidement les invités alors que Franck Ballard affichait son habituel sourire faussement amical, Jules dit "Le calme" de son côté s'inquiétait de voir le verre de vin de Mederic trembler à chaque ponctuation de son argumentation. A la gauche du baron, impassibles, se tenaient deux membres du trident bien connus pour leur spécialité Emilien Hoza-Soligni et André Dupieu attendaient patiemment leurs ordres.

"Nous sommes à Metropolitopia, des gens meurent tout les jours. D'avantage perdront la vie aujourd'hui voilà tout !"

"Nous ne pouvons nous permettre ce genre de sacrifice quand d'autres solutions, bien plus efficaces à long terme, sont envisageables."


L'homme qui tenait tête à Mederic était Salomon, capitaine au sein des dissidents de la FNF et supérieur des quelques hommes présents dans la ville. Il était le seul à prendre la parole quand les deux hommes l'escortant ne se contentaient que de signes de têtes, anonymes derrière leurs casques aux couleurs illustrant le schisme républicain. Il était toutefois possible d'identifier Fabre Zachary grâce à son équipement spécifique. Ils étaient présent depuis la récente épidémie et bien que personne ne sache vraiment pourquoi ni à quoi ils étaient si occupés, les habitants s'étaient habitués à leur présence en l'absence des troupes habituelles de la FNF.

"Salomon a raison, il est toutefois indispensable d'agir rapidement. La population ne doit pas être mises au courant où tout nos efforts seront concentrés non pas contre l'ennemi mais contre nos propres concitoyens. Aucun de nous ne souhaite voir se répéter les événements de l'épidémie."

Les miliciens méfiants et sur leurs gardes tenaient à avoir leur mot à dire au sein de cette cellule de crise improvisée. Ils savaient ne pas être à leur place aux champs Elimés, pourtant leur aide et leur présence étaient indispensables. Dans l'ombre, quelques individus observaient la scène ou restaient rivés sur le Virgile qui portait le message du terroriste, parmi eux Léthias Osniaril, gardien, s'était présenté comme un important membre du marché de la gare, identité confirmée par Franck Ballard l'ayant déjà rencontré lors des enchères du Maréchal. Il avait gagné son entrée en s'assurant que le Virgile n'était pas piégé. Il y avait aussi Alphonse Lebrac, chasseur de prime mandaté par une mystérieux client que beaucoup pensaient être le Baron. Le dirigeant du trident possédant ses propres tueurs, cette idée reste toutefois peu envisageable.


"C'est pour ça que je dis qu'on doit faire péter ces enflures avec leurs machines ! Parlons-en des machines, on ne peut pas menacer tout les habitants qui vont tomber dessus ! Et si nous laissons nos ptits gars pour bloquer le secteur plus longtemps, les gens vont se poser des questions ! Croyez moi, une bonne explosion passe plus inaperçu qu'une zone bouclée dans cette ville."


"Le message parle de plusieurs bombes, une évacuation devrait être envisagée avant de telle mesures."

Un homme discret bien que d'une grande importance frissonna en entendant parler d'évacuation. C'était Hervé Boullard, ancien allié du trident vivant encore aux champs, cet homme est celui qui connaît le mieux la ville et son fonctionnement. Comme le disait souvent le Baron, si Boullard était à sa place, le métro parisien serait déjà remis sur pieds mais il n'y aurait plus d'habitants à Metropolitopia pour en profiter.. Le baron lui, ne répondait pas. Sa main tremblante leva un verre de vin à ses lèvres, il était agacé par la situation et aurait aimé être le seul à prendre les choses en main. Il savait que les sacrifices étaient nécessaires mais en fin diplomate, il savait aussi jusqu'où s'étendait son pouvoir déjà immense.

"Vous connaissez mon avis. C'est par ça que nous devrions commencer."

Le baron manqua de s'étouffer en explosant de rire, renversant quelques gouttes de vin sur le sol abîmé.

"Une rafle ? Vous croyez que j'ignore vos activités messieurs ? Votre recensement des goules dans ma ville ? C'est ridicule !"

"Bien moins ridicule que ce que le sacrifice de ces innocent représente à vos yeux n'est-ce pas ?"

Il s'était dangereusement approché de Mederic et tout les membres du trident avait sorti leurs armes, vite imités par les dissidents à la puissance de feu supérieur malgré leur petit nombre. Le baron n'avait pas frémit, il alluma un cigare déjà entamé, souffla un épais nuage de fumée noire et repris la parole en faisant signe de la main à ses hommes pour leur faire baisser leurs armes.

"Ne soyez pas trop confiant officier. Siffla-t-il. Cette assemblé n'a lieu que parce que chacun ici connait sa place. C'est ainsi que fonctionne la ville et c'est ainsi qu'elle continueras de prospérer. Vous parlez de sacrifier des habitants. Blablablablaaaa. Des mots, des mots et des mots. Quel sort réservez vous à ces goules que vous ciblez Saint-méssie ?"

Il avait ce talent inné pour prendre l'ascendant sur son adversaire, même assit dans son fauteuil face à l'imposant dissident dressé dans tout la stature d'un soldat entrainé, il prenait l'avantage, brisait chaque pulsion à coup de voyelles cinglantes.

"Les illuminés sont …"

"Foutaises ! Cet homme prétends être un illuminé certes. Mais que lève la main celui qui ici, connais ces doux rêveurs comme des terroristes ! Je croyais même qu'ils avaient disparus quand j'ai entendu parler du 3C ici à Metropolitopia. Et même s'il en fait parti ce n'est sûrement qu'un élément isolé."

"Un élément isolé ? Capable de faire entrer des robots de guerre inconnus dans VOTRE ville sous VOTRE nez ? Capable de disperser  ses bombes dans VOS rames ? Croyez moi, je pèse mes mots mais la situation est des plus agaçantes. Nous avons pris les devants en identifiant ces goules depuis l'épidémie pour une bonne raison. Cette attaque, cette menace envers l'humanité n'est pas un hasard et c'est en frappant à la fois en haut lieu et sur le terrain que nous obtiendrons un résultat définitif !" Il marqua une courte pause, les tempes battantes. Capturons les goules, identifions ces monstres d'avant guerre et interrogeons les. A l'heure ou je vous parles, j'ai de courageux éléments présents à Necrotopia malgré la présence de la FNF pour obtenir plus d'information sur la secte des illuminés. Monsieur le Baron. Il ne s'agit pas seulement de protéger la ville, il faut également terrasser l'ennemi !

Les murmures s'élevaient dans la petite salle aux lampes crépitantes, tous ce concertaient, le baron lui même observait ses lieutenants. La foi des dissidents prenait appui sur l'urgence de la situation.
Hervé Boullard transpirait plus encore que les autres, ses doigts boudinés aux ongles brisés par les travaux manuels saisirent un petit bout de tissu déjà noir pour passer sur son front. Il était déjà dix heures du matin, Cassandre continuait de hurler à l’extérieur alors que Luigi se réapprovisionnait en drogue entre deux prises. Nul ne se doutait de l'imminence ni de l'importance du danger qui planait au-dessus de leur têtes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Jeu 6 Fév 2014 - 18:03

Métropolitopia.

Léthias approchait des Champs Elimés. Il n’était vraiment convaincu que tout allait bien se passer, mais il ne pouvait plus y faire grande chose. Si c’était pour sauver des centaines voire des milliers d’habitants de Métropolitopia… Le Gardien se remémora les instructions des Bergers. Tout d’abord, essayer de s’occuper du Virgile du Louvre, histoire de gagner la confiance de ceux qui géraient sans doute la crise. Avant de rentrer sur les Champs, le Gardien enleva sa capuche, car sur ce coup, cette dernière ne l’aiderait surement pas à passer inaperçu. Plusieurs membres du Trident couraient en direction d’une des sorties des Champs, armes au poing, signe qu’il y avait bien de l’agitation dans le coin. Léthias s’approcha d’un wagon qu’il connaissait comme utilisé par le Trident, et apostropha un mafieux qui se tenait dans le coin.

« -Eh, vous !
-Quoi ? Qu’est-ce que tu veux toi ?
-Omiento, des marchands, on m’a dit que je pouvais me rendre utile.
-Sais pas de quoi tu parles. Dégage. »

Léthias alla donc voir un deuxième wagon, et obtint la même réponse. S’infiltrer allait surement être difficile, mais il ne savait pas encore quelques risques il allait devoir prendre. Le Gardien repéra soudain un attroupement hétéroclite dans un coin des Champs. Plusieurs mafieux côtoyaient nerveusement des hommes vêtus d’uniformes, et dotés de puissantes armes automatiques.

Surement des dissidents de la FNF… S’ils sont là, c’est qu’il y a une raison. Sinon, ils se seraient déjà fait tirer dessus comme des lapins.

L’Ombre fit donc quelques pas supplémentaires vers le groupe, mais fut bien vite arrêté par un mafieux. Léthias essaya de lui faire comprendre qu’il pouvait se rendre utile, mais visiblement, ce dernier n’était pas prêt à l’écouter. Le ton failli monter, alors que Léthias insistait, mais un autre homme arriva.

« -Oh, qu’est-ce qui se passe ici ?
-Cet abruti là…
-Cet abruti représente le quai Chinois et…
-Quoi ? »

Le deuxième homme interrompit Léthias avant même qu’il ne finisse sa phrase. Et vu l’expression de surprise qui parcourait son visage, il espérait juste que ce n’était pas parce que le mafieux avait des comptes à régler avec le Marché de la Gare.

« -Vous êtes qui ?
-Fabien Omiento, des marchands de Métropolitopia, et accessoirement représentant des intérêts du quai Chinois du Marché de la Gare.
-Et vous faîtes quoi pour eux ?
-Expert en technologie itinérant. Je me balade et leur ramène des trucs.
-Ne bougez pas. »

Léthias joua la surprise et haussa un sourcil, tandis que l’homme s’en allait en trottinant. Il traversa le groupe de dissidents, et s’engouffra dans une salle que le Gardien ne connaissait pas. Léthias fit un sourire forcé au mafieux resté à côté de lui, et tous deux attendirent dans le plus grand silence que l’homme revienne. Ce dernier réapparut quelques instants plus tard, et s’approcha de lui.

« -Vous y connaissez quoi en robot ?
-Avec ce qui passe sur le quai… Je les démonte parfois, je récupère des circuits… Pas encore de remontage intégral mais…
-Suffit. »

L’homme disparut de nouveau,  et revint accompagné de plusieurs personnes. Léthias frémit légèrement. Devant lui se trouvaient plusieurs mafieux, peut-être de la plus haute importance au sein du Trident. Le groupe fit le chemin vers Léthias en discutant, avant qu’un d’entre eux ne prenne la parole.

« -Vous pourriez démonter un Virgile ?
-Ça doit pouvoir se faire, oui.
-Combien de temps ?
-Eh bien, pour bien le démonter, récupérer les composants sans les briser… Une heure et demie.
-Trop long. Combien de temps juste pour l’ouvrir et jeter un œil à l’intérieur ?
-Oh… Un quart d’heure, peut-être vingt minutes. »

Les hommes se regardèrent, et un hochement de tête générale parcourut les visages. Léthias déduit rapidement de ce qui venait d’être dit qu’il tenait peut-être là l’occasion de s’approcher du Virgile et de gagner la confiance de certains.

« -Bien. Vous avez du matériel ?
-Toujours un minimum sur moi.
-Suivez-moi, et ne posez pas de questions. »

Légèrement inquiet, Léthias obtempéra, et se retrouva bientôt nez à nez avec un Virgile, surveillé par plusieurs hommes en armes. Le Gardien fit mine d’observer le robot, et se tourna vers les mafieux.

« -Vous voulez que je jette un œil à l’intérieur ?
-Et en vitesse. Assurez-vous qu’il n’y ait pas de bombes.
-Très bien.
-Et toi, va me chercher l’autre.
-Il est occupé…
-Fais ce que je te dis ! »

L’autre ? Un autre robot ? Bon, on verra en temps voulu. Au boulot.

Léthias s’agenouilla devant le petit robot, prit un tournevis, et enleva les quelques vis qui maintenaient en place les plaques couvrant la tête. Puis, à l’aide d’une clef plate, il enleva quelques plaques à l’avant et à l’arrière du buste du robot. Derrière lui, il sentait le regard insistant des hommes du trident qui le surveillait.

« -Alors ?
-Attendez, je viens tout juste de l’ouvrir…
-Dans ce cas, dépêchez-vous ! »

Quelques gouttes de sueur perlèrent sur le front du Gardien. Il était entouré d’hommes voulant sa mort, et n’avait donc pas le droit à l’erreur, sous peine d’y laisser la vie. Une fois les éléments à l’air libre, le Gardien commença à les analyser, essayant de déterminer en fonction de leur forme et de leurs connections ce à quoi ils servaient. Fil après fil, il observa la provenance et la destination, et en écarta certains, histoire d’avoir une meilleure vue de l’ensemble. Le système vocal du robot fut le premier identifié. Le Gardien repéra ensuite le processeur central du robot, qui ne tournait pas. Bizarre. Même s’il était en état de veille, il devait tourner, afin que le robot puisse repartir. C’est alors qu’il repéra un autre circuit, juste à côté. Ce dernier, en revanche, était opérationnel.

« -J’ai un système de contrôle à distance opérationnel ! Mais le robot est en veille !
-Ça veut dire quoi ça ?
-Qu’on peut lui envoyer des ordres.
-Il peut sauter ?
-Je ne sais même pas s’il y a une bombe à l’intérieur !
-Eh bien vérifiez, merde ! »

Il sentir la pression monter. Son front était humide, et ses mains moites. Une fois qu’il eut fait le tour de la tête métallique, il s’occupa du ventre, étrangement vide. Quelques organes de liaisons, un ramassis de fil, mais pas grand-chose d’autre. Il repéra également le système d’alimentation, et sa micro-pile à fission, mais rien d’autre qui sortait de l’ordinaire.

« -Pas de bombe.
-Sûr ?
-Et certain.
-Bon, dans ce cas vous… Ah, Franck, tu tombes bien ! »

En entendant de nom, le sang de Léthias se glaça dans ses veines. Il ne connaissait comme mafieux répondant au nom de Franck que Ballard, l’une des têtes du Trident. Il espérait que ce dernier ne le reconnaitrait pas, sinon, s’en était fini de lui.

« -Quoi, se passe quoi ici ?
-Le robot n’est pas piégé.
-T’en sais quoi toi ?
-Moi rien, mais lui, apparemment.
-Qui lui ? Putain, mais t’es qui toi ? »

Léthias réussit  à garder son calme, à se relever et à faire face à Ballard. Les yeux des deux hommes se fixèrent une fraction de seconde, avant que le Gardien ne se mette à parler.

«-Fabien Omiento, des marchands de Métropolitopia, et accessoirement représentant des intérêts du quai Chinois du Marché de la Gare.
-Mouai… Attendez, je crois qu’on s’est déjà croisé… »

A ces mots, les hommes du Trident mirent la main sur leur arme. Intérieurement, il pria pour que Ballard ne le mette pas en relation avec le Ring. Mais le geste qu’il fit à ses hommes pour leur dire de baisser leurs armes lui signifia que Ballard pensait à autre chose.

« -Ouai… Ça me revient… Les enchères du Maréchal, vous étiez avec les marchands, en effet…
-C’est fort possible.
-N’auriez-vous pas remporté le dernier lot ?
-Le dernier lot est parti en fumée, vous le savez mieux que quiconque. Mais j’ai bien remporté quelque chose, avec un collègue. »

Ballard réfléchit quelques instants, avant de jeter un œil au Virgile, à qui il manquait toujours deux trois plaques de métal, tranquillement posées à côté de lui.

« -Monsieur Omiento, savez-vous ce qui se passe ici ?
-Plus ou moins, en effet. Prise d’otage, menaces…
-Pas besoin d’en savoir plus. Vous êtes libre ?
-Pour le moment, ouai.
-Très bien, dans ce cas, suivez-moi. Installez-vous, et fermez-là pour le moment, le Baron discute. Mais on aura peut-être besoin de vos compétences plus tard. Vous autres, ramenez ce robot à l’intérieur, maintenant qu’on sait qu’il est sécurisé ! »

Léthias suivit le lieutenant du gang à l’intérieur d’une salle assez vaste, surement un centre de contrôle d’avant-guerre. Il vit aussitôt le Baron, assit sur son trône, en grande discussion avec les dissidents. Il fit quelques pas, et s’assit à côté des autres qui observaient la scène. Ce n’est qu’une poignée de secondes plus tard qu’il prit conscience d’avoir été planté devant Franck Ballard, et cette pensée l’horrifia. Mais maintenant qu’il était dans la place, plus question de faire un faux pas. Quelques yeux commencèrent à se tourner vers le robot, qui désormais trônait dans un coin de l’ancienne salle de régie.

Ne pas faire de bruit, ne pas se faire remarquer… Putain, mais dans quel merdier je me suis fourré !

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.


Dernière édition par Léthias Osniaril le Jeu 6 Fév 2014 - 21:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 27/04/2013
Messages : 79
avatar
Alphonse Lebrac
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Ven 7 Fév 2014 - 17:17

Une lunette moyenne distance achetée chez un armurier, des économies qui venaient de se dissoudre en un instant. Il ne restait plus qu'au pauvre chasseur de primes une poignée d'anneau et une petite cache sous son lit qui débordait de franc au cas où il devrait se cacher à Lutèce. Toutefois, son travail l'attendait, d'autant plus que selon messager, sa prochaine destination n'était pas vraiment celle qui l'attendait : pas un wagon du trident ni l'un des avant-postes des miliciens ou de la FNF mais bien une régie aux Champs-Elimés. Ce plan ne plaisait pas à l'albinos qui savait pertinemment qu'il avait mis le doigt dans un immense engrenage et qu'essayer de le sortir ferait bien plus de dégâts que de laisser emporter par la machinerie. Aussi, le jeune homme avait pris son fusil à lunette avant de partir pour sa destination, près du trident, mais aussi dans une zone extrêmement dangereuse pour lui. Loin de foncer dans un coupe-gorge, il allait vers un lieu fréquenté par des professionnels qui étaient tous sur les dents. Autant dire qu'ils auraient tous un doigt sur la gâchette, lui aussi, mais contrairement aux autres : lui avait eu du temps. Cela faisait une petite semaine qu'il se renseignait et qu'il s'attendait au pire, le jeune homme avait eu le temps de préparer du matériel. Certes, rien d'énorme, mais l'albinos avait des informations et les plusieurs factions qui se partageaient le métro avaient dû l'apprendre.

-C'est encore loin? Demanda Alphonse.
-Non, on arrive. Répondit le messager.

Des hommes en armes étaient nerveux, il y avait de tout : des tridents, des dissidents, des miliciens, peut-être même un ou deux hommes fichés par la FNF ou les chasseurs de primes. Ainsi, le jeune homme arriva dans une salle rempli de personnalité du métro. Tous uni dans un objectif commun, les illuminés, aussi on l'avait convoqué pour une raison qui lui était inconnue mais qui ne lui évoquait rien.

-C'est lui le gringalet qui se renseigne sur les illuminés? Demanda l'un des colosses qui gardaient la porte.

Le messager acquiesça d'un signe de tête, Alphonse joua la carte du silence et feint l'indifférence alors qu'il était mort de peur. Mais en situation réelle on apprenait vite à cacher ses émotions et à les remplacer par d'autres et il n'en n'était pas à sa première visite dans ce genre de lieu. Pourtant c'était la première fois qu'il allait voir réellement les têtes pensantes du métro. Même s'il s'était déjà fait une idée de la tête du baron en regardant les photos qui étaient accrochées à la guilde, ce serait la première fois qu'il verrait son horrible visage. Toutefois le jeune homme ne fit aucune réflexion et se contenta de suivre le messager jusqu'à arriver dans ladite salle qui était devenu un véritable lieu de réunion.

Une grenade sous la table de réunion et BOUM! Plus de trident, ni de dissident, dommage pour les miliciens.

Sans rien dire, Alphonse s'adossa dans un mur, dans un coin de la pièce, il n'appartenait à personne, ne travaillait, où ne représentait personne. De toute façon il n'y avait plus place et c'était un chasseur de primes, il n'était pas sûr que le trident apprécie sa présence, tout comme les miliciens ou les dissidents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 21/01/2014
Messages : 11
avatar
Lino Martinez
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Lun 10 Fév 2014 - 19:06

Le lieutenant du Trident était tranquillement installé sur l'un des nombreux fauteuils ornant la pièce pour ce jour si particulier, au côté de Ballard, son vieil ami. Il avait pris soin avant la réunion de s'injecter sa dose de psycho et se sentait parfaitement à l'aise suite à cela même s'il ne pouvait s’empêcher de mettre le nez très régulièrement dans son verre de vodka-Nuka quand il n'écoutait pas les têtes pensantes de l'assemblée donner de la voix pour trouver l'idée, la façon de sortir de cette crise inhabituelle.

Lino préférait laisser les autres réfléchir à la place pour le coup, non pas qu'il en était incapable mais le psycho injecté dans ses veines lui permettait d'entrevoir des complots et menaces imaginaires le prenant pour cible lui ou le baron. Martinez était donc bien trop concentré sur les différents invités, à les toiser du regard un à un pour essayer d'y déceler la moindre trace d'un quelconque piège, du geste de trop, du regard qui en dit long... Le chasseur de primes contre le mur avec sa démarche nonchalante, les dissidents bien trop armés en présence du baron, la marchant ambulant qui avait pourtant reconnu par Ballard, ces miliciens qui n'avaient rien à faire ici, tous étaient suspects pour notre lieutenant drogué au psycho. Il n'y avait que Boullard qui inspirait un peu la confiance à notre homme, et encore aujourd'hui, Hervé ne semblait pas lui-même.

Son arme était de toute façon chargée et prête à donner de la voix si le besoin s'en faisait sentir, surtout quand Salomon, l'officier dissident se rapprocha brusquement du baron. Fort heureusement pour l'assemblée, le baron calma le jeu par la force des mots et tout le monde baissa les armes pour le moment, l'alliance semblait fragile. Médéric et Salomon échangèrent alors encore quelques phrases avant que le chef des dissidents ne prenne l’initiative d'exposer leur plan pour enrayer la crise des illuminés.

Les quelques groupes commençaient déjà à se concerter, à murmurer entre eux essayant d'apercevoir les aboutissants de ce plan venant de la dissidence de la F.N.F. Le baron, pour sa part se retourna vers ses lieutenants, il attendait d'entendre ce qu'ils avaient à dire sur la situation, il espérait peut-être qu'une idée sorte d'un homme du Trident et non pas de ses parvenus rassemblés aujourd'hui. Lino se colla à Franck de façon à pouvoir engager le baron sans que la salle entende ces propos.

- Baron, avant toute chose, j'pense qu'on devrait essayer de localiser ces foutues bombes non ? Et en priorité celle pouvant être sur les champs... En plus, on a sous la main Hervé Boullard, personne ne connaît mieux la ville que lui patron. Si cette secte à la con veut vraiment faire un carnage, ils ont dû poser les bombes dans des endroits stratégiques, pouvant causer le maximum de dégâts, Hervé doit connaître ses coins.

_________________
"Vieille fiotte de mes couilles! Tu crois que tu va me baiser!? Faudrait toute une armée pour m'enculer!"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Jeu 13 Fév 2014 - 16:41

Les hommes en factions devant la régie venaient vraisemblablement de laisser passer un représentant de la milice dont l'arrivée coupa court au débat. Le baron souleva un sourcil déjà mal placé sur son visage, alors que le milicien ne savait pas quoi dire devant un tel rassemblement. Son supérieur grogna un ordre à un homme de son escorte qui raccompagna son collègue à l’extérieur.

"Si vous peinez à exercer votre activité ..." Le chef mafieux porta son verre de vin à sa bouche."... Je veux dire que votre présence n'est plus indispensable ici."

"Je vous en prie Mederic continuez donc, un simple incident en ville."

Il avait répondu d'un ton assez cinglant pour faire réagir plusieurs membres du tridents présents.

"Réglez ça au plus vite." Il se tourna vers ses lieutenants. "J'ai besoin d'hommes de confiance en ville messieurs, il est hors de question de négocier avec ces raclures vous m'entendez ?" Il arrêta brièvement le temps de s'assurer qu'il n'étais pas écouté. "S'il faut sacrifier quelques clients pour ramener le calme, alors faites en sorte que ce soit fait. quand aux bombes ... Et bien je suppose que Boullard pourrait se montrer utile."

Les dissidents aussi avaient commencés à se concerter et un homme de l'escorte de Salomon fut envoyé à l’extérieur. Boullard avait sentit les regards se poser sur lui, il semblait étrangement tendu et fuyant. Penché sur une console de contrôle, il fuyait la moindre interaction alors que le Baron fit signe au chasseur de prime d'approcher.

"Dites moi mon garçon. Nous savons tous ici que vous détenez des informations sur les illuminés depuis bien avant l'attaque n'est-ce pas ? Je ne vous ennuierais pas avec des questions sur vos employeurs pour le moment mais vous êtes chasseur de prime. J'imagine que votre cible est liée à tout ceci, un peu de lumière sur son identité pourrait nous être très utile ,'est-ce pas messieurs ?" EHS et son homologue acquiescèrent. "Sache que je suis capable de me montrer très généreux envers les personnes qui me viennent en aide à moi et à mon organisation. Alors hmm ? Un portrait robot ? Un nom ? Hmm ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 27/04/2013
Messages : 79
avatar
Alphonse Lebrac
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Jeu 13 Fév 2014 - 18:13

Alors le trident venait de lui faire une offre, en trois secondes, tout le corps d'Alphonse avait triplé d'activité, sa tension artérielle venait de crever le plafond et s'en cœur battait plus que celui d'un tueur sous Psycho. Même si en venant ici le chasseur de primes savait qu'il allait joué très gros, il ne s'attendait pas à ce que le trident face attention à lui à ce point. Le baron venait de lui faire une offre en personne et la refusée serait signer son arrêt de mort, personne ne s'opposait au baron, et encore en moins un troisième classe de rien du tout. Pourtant l'albinos savait pertinemment les conséquences de ses actes, s'il parlait, c'était la mort, s'il refusait, c'était la mort. En bref, quelque soit le choix qu'il choisirait, Alphonse serait mort et abandonné dans une fosse commune, inutile de songer à la fuite. Il était en présence des hommes les plus dangereux de Paris et faire un geste brusque risquait d'être mal interprété. Au final, la seule solution était de négocier avec le Baron et de prier pour ce dernier accepte gentiment les informations que l'albinos lâcherait au compte-goutte.

-Eh bien, en effet, j'ai des informations.

Le chasseur de primes sortit la photo de sa cible, bien sûr, il avait pris soin de ne laisser sur l'image que sa cible. L'autre partie était précieusement conservé chez lui.

-Cet homme est ma cible, une goule extrémiste faisant partie des illuminés. A vrai dire, je ne me suis pas vraiment intéressé aux illuminés mais plutôt à ce type. J'ai pris le contrat car je pensais à la base qu'il s'agissait d'un contrat classique, mais c'est le contraire, sinon nous ne serions pas là. Son nom est Arnaud Fontaine, je sais que ce type est plus qu'un simple terroriste, mais je ne m'avancerais pas en supposition. Mes ordres sont clairs : une balle, un mort, un contrat.

Bien sûr le chasseur de primes avait volontairement oublié quantité de détail : les closes, l'employeur anonyme et bien d'autres choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 21/01/2014
Messages : 11
avatar
Lino Martinez
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Ven 14 Fév 2014 - 16:09

Le baron venait de donner ses ordres et comme à l'accoutumée et il n'était pas bon de les discuter surtout quand il parlait à quelqu'un d'autre...ce foutu chasseur de primes. Lino écouta brièvement la conversation s'engager tout en regardant Ballard à ses côtés, il était bien silencieux le Francky pensa Lino toujours parano grâce au psycho et le beau gosse ne bougeait pas d'un poil, il semblait perdu dans ses pensées comme sur une autre planète. Martinez le titilla un peu.

- Francky des idées ?

-

- C'est bien ce que je pensais. Quand t'aura le temps, retrouve-moi en ville !

Le lieutenant du Trident se leva de son fauteuil et se dirigea vers Boullard qui semblait, avec le plus grand soin, avoir évité de parler depuis le début de l'assemblée...toujours sur la fuyante, restant en retrait, derrière les miliciens. Il ne vit pas approcher Lino derrière lui, le drogué du Trident avait fait le tour des tables par l'autre côté de la pièce. Et il posa la main sur son épaule pour lui signaler qu'il était là... il le regardait avec les yeux du suspicieux et le sourire de la grosse ordure. En même temps, c'était le visage le plus connu du lieutenant au sein de Métrop'...

- Hervé mon ami, t'as entendu le baron, viens avec moi, faut qu'on voie quelques trucs.

Martinez n'attendit pas la réponse qu'il prit la porte, sûr d'être suivi par Boullard. Un des gorilles du baron lui ouvrit la porte et sans surprise, Hervé lui emboîta le pas. Une fois à l'extérieur, les deux hommes purent voir brièvement ce qui avait agiter la milice quelques minutes plus tôt dans la salle de réunion...un homme et une femme étaient en prise avec un des officiers dont Lino ne retenait jamais le prénom, il s'en foutait royalement surtout. Sans participer plus que ça à la conversation entre les deux parties, Lino, toujours devant la porte avec Hervé ne put s'empêcher d'essayer d’asseoir son autorité sur les miliciens.

- Ces deux-là n'ont rien à faire ici, allez organiser votre tournante ailleurs, on travaille ici !

Lino fit ensuite signe à Hector et Samy, deux de ses hommes de main de se rapprocher de lui, il avait à leur parler mais pas avant ce bon vieux Boullard.

- Hervé, tu n'as rien à me dire par hasard ?

Le meilleur stratagème du parano était en marche, faire croire qu'il connaissait déjà toute la vérité afin de regarder la réaction de Boullard. Si cela fonctionnait, que Lino y voyait un signe, il ne fallait pas le tuer mais le cuisiner doucement, le faire mijoter, lui faire croire que tout va bien... Et si cela ne marchait pas, c'est qu'il n'avait rien à se reprocher... Et il passerait à la suite sans plus s'en préoccuper.

_________________
"Vieille fiotte de mes couilles! Tu crois que tu va me baiser!? Faudrait toute une armée pour m'enculer!"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Ven 14 Fév 2014 - 16:43

Boullard avait suivi le lieutenant du trident sans la moindre discussion, abandonnant pour un temps son post à la console de commandes sous le regard attentif d'un baron occupé à négocier.

Les champs Elimés étaient en pleine effervescence à l’extérieur, cris, rires et toute sortes de discussions et magouilles se faisant en plein jour sous l’œil presque impuissant des quelques dissidents et miliciens exceptionnellement présents. Il connaissait Lino Martinez et pas seulement de réputation, aussi lorsque celui-ci entama le dialogue, Boullard ne frémit pas.

"Qu'est-ce que tu veux que je te dise ? Que je te sorte les positions des bombes comme ça ? J'ai bien mes petites idées sur les emplacements idéaux mais c'est pas ici que je pourrais t'aider Martinez." Il épongea à nouveau le litre de sueur qui brillait sur son crane rasé. "J'ai des radios la dedans, pas beaucoup et pas très puissantes mais suffisantes pour se balader un peu dans les rames et sur les quais. J'ai un gars à proposer, j'en ai pas tellement causé la dedans parce que ... Enfin c'est une goule tu comprends ?"

Boullard fuyait encore le regard du lieutenant, ce n'était pas habituel chez un homme pourtant fier et difficilement intimidable. Il observa un instant Cassandre avant de reprendre plus bas.

"Le type, j'lui fait confiance, tu peux t'fier à lui. C'était un résistant avant les bombes, un mec qui connait bien le métro et et les bombes si tu vois où j'veux en venir. Je peux te mettre en contact avec lui si tu peux me le protéger de ces tarés de dissidents. Merde ! Pourquoi tu me regarde comme ça ? t'as pris quoi ? Je suis de ton côté moi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 21/01/2014
Messages : 11
avatar
Lino Martinez
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Lun 17 Fév 2014 - 10:22

Boullard n'avait pas trop mal répondu, laissant la suspicion du lieutenant du Trident de coté pour le moment...Lino n'avait surtout pas le temps de le cuisiner comme il le fallait mais là n'était pas la priorité de toute façon. Il fallait d'abord s'occuper des bombes pendant que le baron voyait avec les dissidents la meilleure façon de résoudre la crise des otages. Lino avait bien sa solution concernant la rame de métro Panam 123 mais elle ne conviendrait sans doutes pas à ces parvenus de miliciens et de dissidents...il aurait tout fait sauter pour reconstruire après.

- Arrête de faire dans ton froc Hervé c'est bon, j'te faisais marcher...

Le lieutenant du Trident éclata dans un rire forcé, presque sadique...

- Bon, dis à ton contact de me retrouver devant chez Cassandre le plus vite possible Hervé, on n'a pas forcément toute la journée. Et t'inquiète pas pour les dissidents, ils n'oseront pas toucher une goule qui m'accompagne. Retourne à l'intérieur et passe une radio à Samy, il me la portera... Samy, suis le et reviens me voir.

Les deux hommes repartirent dans la salle de réunions sans en demander plus. Boullard pour reprendre son travail de coordination, Samy pour récupérer une des radios qu'Hervé avait énumérées et la rapporter à Martinez. Martinez attendit que les deux hommes soient hors de vue pour donner ses instructions au deuxième homme de main présent.

- Hector, tu vas rester ici, j'veux que tu guettes les moindres faits et gestes de Boullard, ok ? Et le laisse pas t'filer entre les pattes hein... Ahhh et dis à Samy de me rejoindre devant l'bordel de Cassandre avec la radio.

- Pas de soucis patron, j'serais comme son ombre, Boullard ne fera rien sans que j'sois au courant.

Lino n'en rajouta pas plus, ses hommes de main pour la plupart étaient des hommes de confiance qui savaient ce qu'ils faisaient, presque des pros... Il marchait maintenant vers le bordel de Cassandre bien que la propriétaire des lieux ne soit présente dans les locaux, elle était occupée à gueuler sur tous ceux qui croisaient son chemin, semblant en pleine furie.

_________________
"Vieille fiotte de mes couilles! Tu crois que tu va me baiser!? Faudrait toute une armée pour m'enculer!"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Mar 18 Fév 2014 - 13:06

Boullard et Sammy furent rejoins par le milicien qui toisa Martinez de son regard inquisiteur habituel. Tout trois il retournèrent à la régie, Boullard commença à farfouiller dans un boite métallique, triant un matériel en piteux état dans le but d'assembler plusieurs radio fonctionnelles.

Le milicien rejoint son supérieur qui semblait avoir ouvert la discussion avec le marchand qui s'était montré relativement discret jusqu'ici.

"C'est assez inhabituel l'aide bénévole de la part de vous autres du marché de la gare. Vous l'avez surement remarqué, nous ne sommes pas sortis de la fiente de brahmine avec les types présents ici, j'ai un truc à vous proposer moi. A la milice on commence à se serrer le ceinture mais la sécurité des habitants passe avant le reste comme on dit. Je sais que vous n'êtes pas insensible au tintement des anneaux ..." Il laissa le mot magique faire son petit effet dans l'esprit de celui qui se prétendait marchand." Vous avez l'air de vous y connaitre en technos et bombes de ce que j'ai vu sur le virgile là. Ces bombes doivent êtres désamorcées vous comprenez ? Peut importe ce qu'ils décident au sujet des otages, s'il y a des bombes en ville elles doivent être neutralisées. Bien sur vous serez payés et accompagné si vous le désirez. Vous vous sentez capable de prendre ce genre de risque si on vous donne les localisation idéales ? Même un simple avis d'expert pourrait nous être utile."

De l'autre côté de la régie, sans prêter attention aux dissidents toujours en discussion fermée, le baron jugeait de la valeur des informations données par le chasseur de prime. Mederic connaissait cette espèce et savait bien que le jeune homme malgré son jeune âge ne serait pas apte à offrir toutes les informations dont il disposait, il comptait donc sur l'appât du gain saupoudré d'une dose d'intimidation basée sur la tension actuelle. Il examinait la photo, la montrant à ses deux lieutenants restants et au duo de tueurs à gage, pour ces deux là, le message semblait être passé mais il ne bougèrent pas par respect envers le chasseur de prime.

"Pas un terroriste ordinaire hein... Pourquoi elle est coupé ta poto ? T'as pas l'autre morceau ? Il est peut ^tre pas tout seul. Les dissidents avaient peut être raison, ils ont dit qu'un de leur p'tit gars est chez les goules en ce moment, je suis curieux de savoir ce qu'il aurait à dire, parait que ça chauffe là-bas en ce moment." "Il avança un sac congélation contenant plusieurs anneaux mais garda sa grosse main dessus. "Arnaud Fontaine tu dis hein ? Connais pas. Et tu penses que ça pourrait être lui qui fout la merde dans ma ville ? Hmm ? Tu as entendu le message du Virgile, tu as reconnu sa voix ?"

Ses questions tranchantes avaient pour but de lui permettre de lire entre les lignes des réponses de Lebrac. Le Baron était maintenant persuadé de tenir la meilleur piste et de s'assurer ainsi le contrôle des opérations.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 27/04/2013
Messages : 79
avatar
Alphonse Lebrac
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Mar 18 Fév 2014 - 17:46

Le baron commençait à devenir, insistant, un peut trop, d'autant plus que sa petite corruption aux anneaux ne servirait pas à grand-chose : le payement serait à la hauteur de ses exploits. Inutile de tricher en prenant de l'argent sale, l'albinos resta indifférent à l'argent sur la table, le regard cherchant une faille chez le trident. Mais rien, puis le baron parla de nouveau, il avait reconnu Hazan, mauvais signe pour lui, l'albinos ne laissa rien paraître. Alphonse laissa planer un silence après la réponse du baron, même si le retour était tout trouvé, il fallait laisser un blanc, histoire de donner au chef du trident l'illusion qu'il avait fait réfléchir le jeune homme. Malgré tout, l'albinos se demandait s'il n'allait pas en faire un peu trop, pourtant l'orgueil et le goût du risque l'emporta.

-J'ai été payé pour tuer une goule, pas pour découvrir qui est derrière tout ça. Je n'ai pas entendu le message du virgile et je ne connais pas sa voix. A vrai dire, il y a une semaine que j'enquête sur lui, je savais que quelque chose de lourd se préparait, mais pas un truc aussi gros. Il est évident que Fontaine doit être lié à tout ça.

Devait-il terminer par la partie la plus vache et orgueilleuse du discours? Ou alors s'arrêtait-il tout de suite? Finalement l'adrénaline qui passait dans ses veines le poussa à continuer.

-Inutile d'essayer de me corrompre, je préfère un payement à la hauteur de mon travail et je me bats aussi pour m'assurer que ma maison ne va pas exploser.

Peut-être un peu stupide, peut-être un peu dangereux, mais plutôt jouissif pour l'albinos de repousser ouvertement les avances d'un homme trop prétentieux à son goût. Alphonse garda le silence, prêt à bouger si le baron décidait de le tuer, mais il serait bien mal avisé de déclencher une fusillade dans un tel lieu, sinon, les illuminés gagneraient. Peut-être que les autres devraient être au courant de ce que le chasseur de primes savait. Il serait judicieux d'empêcher le trident de prendre trop d'ampleurs sur les miliciens, l'équilibre des forces comme on dit. Que les deux camps soient à armes égales permettaient d'éviter une guerre ouverte aussi sanglante que futile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Jeu 20 Fév 2014 - 12:47

Boullard semblait en avoir fini avec son matériel électronique, il confia une petite boite métallique à l'homme du trident qui quitta aussitôt la régie, Hervé lui, se concentrait à nouveau sur son panneau de contrôle, n'entendant même pas le coup de feu qui venait de résonner à l’extérieur.

Tous avaient levé la tête, aucun n'était intervenu. Le baron lui même fit disparaitre les dernières traces de liquide de son verre, se disant que Samy allait revenir lui dire qui Martinez venait de descendre cette fois. Il adressa un large sourire en réponse au chasseur de prime en envoyant valser le sachet d'anneaux à droite de son bureau.

"Bien entendu, bien sur, bien sur. Je n'avais pas l'intention de vous offenser mon cher ami." Il se tourna vers EHS, amplifiant encore son sourire déformé par les traits décalés de son visage."Je te remercie pour tes précieuses informations mon garçon. Maintenant si tu veux bien, j'ai du travail. Cette maison dont tu parles ? Hmm tu vis ici ? Tu as de la famille ? Je les connais peut être, si tu me dis ou ça se trouve je pourrais m'assurer qu'ils restent en sécurité, juste une façon de te remercier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 27/04/2013
Messages : 79
avatar
Alphonse Lebrac
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Dim 23 Fév 2014 - 13:39

Il venait de faire une énorme bêtise : il avait parlé de sa maison, encore qu'il n'avait pas mentionné les personnes qu'il fréquentait. Encore heureux qu'il ne l'avait pas fait. L'albinos se maudit intérieurement pour la gaffe qu'il venait de faire sans s'en rendre compte, pourtant il était toujours temps de se rattraper. Alphonse se racla la gorge et répondit d'un ton mi-gêné, mi-sincère.

-Eh bien, je suis flatté de votre offre, pourtant je suis obligé de décliner : disons que je ne suis qu'un chasseur de primes et la neutralité est de mise, déjà que je ne suis pas sûr que les miliciens et les dissidents apprécient que je vous aie donné des informations, si en plus vous protégez mes connaissances, je ne suis pas sûr que mon image d'homme impartial tienne le coup. Être un chasseur de primes est s'exposé à beaucoup de gens, inutile que vos ennemis deviennent les miens.

Intérieurement, l'albinos espérait que ce petit discours dissuaderait le baron d'essayer de le remercier : il ne voulait sincèrement rien avoir à faire avec le trident. Alphonse s'adossa de nouveau contre un mur en quête d'informations alléchantes, le jeune homme reprit son observation des différents homme dans la salle : beaucoup de visages inconnus pourtant dans toute cette masse : Fabien Omiento, le type avec qui il avait chassé Django en vain. L'albinos continua son observation : un mec qui s'en va avec un autre qui a l'air branché sur la technologie, rien de bien folichon et inutile de ce risquer à les suivre. Ce n'était pas ses affaires, sa seule occupation état Arnaud, pas besoin de perdre du temps en filatures inutiles et dangereuses. Alphonse soupira, s'il voulait continuer dans sa petite enquête il allait devoir trouver l'illumination s'il voulait avancer. Peut-être aller voir du côté des miliciens.

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   Lun 24 Fév 2014 - 18:37

Le baron se contenta de lever la main d'un signe qui marquait la fin de la conversation avec le chasseur de prime qui s'éloigna des hommes du tridents. Il engagea la discussion avec EHS alors qu'un des dissidents quittaient la pièce sous le regard attentif et curieux des invités de marque.
La situation semblait bloquée aussi, beaucoup allaient devoir tenter d'agir indépendamment des autres en respectant un code implicite pour éviter tout conflit d’intérêts.

Boullard, penché sur son panneau de commandes avait pâli depuis son retour, il activa quelques interrupteurs reliés à la signalisation, avant de s'échapper un instant pour assouvir un besoin pressant. Lorsqu'il revint quelques minutes plus tard, il était livide. Jules dit "Le calme" ouvrit la bouche pour se moquer mais il fut interrompu par le son d'une explosion au loin.
Les membres de la cellule de crise cessèrent toute activité pour s'observer les uns les autres.
Une seconde explosion, beaucoup plus intense secoua la régie au point de faire chuter plusieurs personne dont le chef du Trident qui fut rattrapé de justesse par l'un de ses hommes. Les lumières vacillèrent quelques secondes avant de se stabiliser, tout les système se réinitialisait sous les mains de Boullard.

"Seigneur... Ils l'ont fait !" s'exclama un des miliciens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Aux champs Elimés ! ♫   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aux champs Elimés ! ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le rat des villes et la souris des champs [Naya]
» L U L L A B Y •• faire l'amour dans les champs excite les fleurs.
» Retour aux Sources et aux Champs [PV]
» Lalala des carottes dans les champs de blé [Claude]
» Martelly veut donner une réplique à Aristide au Champs de Mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives :: Hors RP :: Event : La revanche des illuminés :: Partie I-