Partagez | 
 

 1984

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 23/10/2013
Messages : 353
avatar
Thomas Dole
MessageSujet: 1984   Ven 13 Déc 2013 - 18:36

"Winston se dirigeait...gea vers l’esca...Lié. Il était inutile d’esss-aï-ait de prendre l’as...l'as...
-L'ascenseur.
-L'asscenseur. Même aux meilleures époques, il fonctionnait rarement. Actuellement, d’ailleurs, le courant élec...tric était coupé dans la journée. C’était une des mesures d’éco...nômy prises en vue de la Semaine de la Haine.
Son appartement était au septième. Winston, qui avait trente-neuf ans et souffrait d’un ulc...ère va-ri-queux au-dessus de la cheville droite, montait... len-te-ment. Il s’arrêta plusie...urs fois en chemin pour...se reposer. À chaque palier, sur une affiche collée au mur, face à la cage de l’ascenseur... l’énorme visage vous fixait du regard. C’était un de ces portraits... arrangés de telle sorte que les yeux semblent suivre celui qui passe. Une légende, sous le portrait, disait : BIG... Big...

-Big Brother te regarde."

Dole écrasa sa cigarette, pendant qu'il observait le dernier numéro de l'Oppidium Gaulois. Maverick continuait quelques lignes du livre que lui avait prêté Dole. 1984, par George Orwell. Ce qui ennuyait le Commandant, c'est comment son Sergent ne pouvait s'empêcher de pousser un rictus ou de comparer un moment avec la vie à Lutèce. Les télécrans qui pour lui était des cambots. Ou les soldats omniprésents... Dole l'ignorait un peu, mais il s'avait parfaitement où le Sergent voulait lui mener.

"Dites, vu que vous me passez juste ça pour lire, l'Angsoc est fini a la fin ?
-Non. Big Brother est une invention du parti. O'Brien est un traître. Goldstein n'a jamais existé. Winston finit lobotomisé.
-Ah..."

Maverick fut quelque peut déçu, et reprit sa lecture. Cette fois-ci, Dole l'interrompit.

"Zanovich, Herald, et Tapin... Vous en avez fait quoi ?
-Oh. Et bien, est-ce que vous avez eu des nouvelles de Lutèce ?
-Ils ont gobé le fait que les médocs sont des surplus inutiles aux mutants. Ils s'en foutent royalement, en fait. Il paraît qu'ils ont besoin d'Antibio pour un truc...
-Ah... Et bien, je me suis occupé de ces trois cons. De façon informelle.
-Comment ?
-Brosse a chiotte. Gardes. Soupe.
-L'hiver approche.
-Oui, et croyez moi qu'ils seront dehors ! Mais malgré tout, ils vous remercient de ne pas avoir fait le bordel et de ne pas avoir averti le commandement.
-Ouais, bah qu'ils se la ferment..."

Dole passa en revue quelques petits trucs du régiment. Dont une feuille avec écrit "Héraclès."

"C'quoi ?
-Un convoi dont je dois me charger.
-Le 14e y participera ?
-J'y participerais. Mais pas plus de 9 soldats du 14e seront envoyés dedans. En tout cas, c'est pas nos priorités maintenant. Déjà va falloir que je parte à Nécro, et Gaillard arrête pas de gueuler, putain...
-Donnez lui un lapin pour vider ses bourses, il sera content !"

Dole sourit un moment, quand il entendit frapper.

"ENTREZ !"

Un homme en équipement de patrouilleur de la FNF entra, et s'arrêta devant. Il salua sans dire un mot, remettant son béret en place.

Dole parcourut la missive, étonnamment rapide, signée de l'un des officiers de l'Etat-Major."

"Putain, j'ai l'impression de devoir tout faire dans cette armée."

Il attrapa une pièce de 10 francs et les tendirent envers le vaguemestre, qui, toujours silencieux, sans le même le bruit de respiration du masque a gaz, montra sa paume en face du commandant, pour refuser.

"On paye toujours les courriers.
-Plus quand ils apportent une bonne nouvelle !"

Le vaguemestre, qui ne connaissait pas le caractère un peu taré du Commandant, refit le même geste de sa main. Après quoi Dole lui indiqua la porte, et il s'en alla.

"Bon, allez Maverick !"

Dole se leva, tourna son buste de droite à gauche, tandis que Maverick attrapa son manteau et lui jeta. Dole enfila ses manches et marcha devant, tandis que Maverick fermait a clé derrière, portant le livre d'Orwell a la main.

"C'est quand même con. Est-ce que la Fraternité existe au moins ?
-O'Brien le dit pas.
-Ah ! Vous voyez, monsieur !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/01/2013
Messages : 60
avatar
Tueur de PJ
MessageSujet: Re: 1984   Sam 14 Déc 2013 - 19:08

FILS DE PUTES ! QU'EST-CE QUE VOUS VENEZ DE FAIRE ?
[...]
Bon, ils vont nous péter la gueule de toute façon, quand ils apprendront qu'on a volé les médocs. On se casse, on a le bénéfice du temps avec nous ! Et on s'en fout de Métrop, tout retourne dans la base de Lutèce.

Le Lieutenant Colonel haussa un sourcil, l'enregistrement n'était pas de bonne qualité, mais on distinguait bien le timbre de voix du commandant Dole. Il voyait clairement où voulait en venir le lieutenant qui se tenait devant son bureau en lui faisant écouter ces enregistrements, et, pourtant, il le laissa faire son speech :
- ... et alcoolique notoire, beaucoup de témoignage de soldats ayant côtoyer ce commandant peuvent venir établir la véridicité de mes accusations.
- Et ?
- Et on ne peut décemment pas dire que cette mission fut un succès.
Combien d'autres échecs faudra-t-il encore pour que l’État Major sanctionne l'inaptitude au commandement de Monsieur Dole ?

Ce gosse me fatigue. Pensa avec lassitude le Lieutenant Colonel. Il était vrai que lui, le colonel De Courbetin et d'autres officiers supérieurs avaient déjà commencés à réfléchir au cas du commandement du 14eme régiment...
- De plus, dois-je ajouter qu'il a été formé dans notre première "école" militaire sur le territoire parisien ? École heureusement réformer depuis, vu les enseignements... inadaptés, exclusivement basé sur le coté martial, aucune notion en politique. Notre vision du problème de la récupération des territoires français  était biaisé à l'époque, et cela a donné de mauvais commandant...
- Je suppose que vous présenteriez votre candidature au commandement de ce régiment Lieutenant.
- Avec joie.
- Ce n'était pas une question.
Il laissa un silence et se cala plus confortablement dans son siège. Ce jeune coq était un jolie produit de l'ile présidentiel, sa mère était membre du Conseil Républicain, c'était dire. Dole... Dole était un bon commandant. Excellent ? Hum... Mais trop imprévisible, incontrôlable. Il ne convenait plus au type de généraux dont avait besoin la "nouvelle" FNF, la FNF post-Nanterre. Ce gars là avait des principes... ses principes. Les siens, et non ceux du gouvernement.
- Lieutenant, votre plainte a été bien prise en compte. Vous pouvez vous en allez.


* * *


Ce même Lieutenant Colonel convoqua Dole dans la foulée. Pour le réprimander ? Ça non.
L’État Major était tendu, les nouvelles étaient inquiétantes en ce qui concernait la situation à Métrop'. Très préoccupantes. Sans compter la recrudescence généralisé d'attaque de Tox' aussi, dans le territoire de la FNF, enfin, info à relativiser, mais une caravane avait été pillée entre le 17eme et le 18eme arrondissement, un groupe de milicien agressé à l'avenue Victor Hugo, un pauvre boulanger et sa fille retrouvés sauvagement assassinés...
Sur une échelle de 1 à 10 ; de 1 à 3 étant la situation idéal, le calme plat, de 3 à 7 ça commence à sentir le bordel et de 7 à 10 c'est carrément la grosse chiasse ; on serait bien à 7.
Ils avaient bien flairés le truc, et la FNF commençait à se préparer, mais une situation dans la périphérie demandait une intervention rapide, il fallait donc détacher une équipe pour aller régler rapidement ce bazar, et pour cela, le Lieutenant Colonel voulait Thomas Dole sur l'affaire.
Ce dernier arriva enfin, salua comme il se devait, et son supérieur le briefa rapidement : direction ouest-sud-ouest jusqu'à l'avant poste de Poisy, puis plein sud. Il y avait un groupement de plusieurs fermes ( enfaite, une seule grosse exploitation, mais détenue par deux familles ) qui avait fait "sécession", commençant par ne plus payer leur taxe, le gouvernement avait envoyé une petite unité pour clarifier la situation. Le groupe de soldat n'était jamais revenu. Mort, dit-il à Thomas, c'est un groupe dangereux, tous armés bien évidement, au dernier recensement ils étaient douze dans cette exploitation. Quant ils vous verront arriver, sur que certain vont prendre la fuite. Éliminez les tous, ne prenez pas de risque. La pertes de quelques fermiers n'était absolument pas un problème, il y avait tout un tas de pécores dans la capitale prêt à prendre la place ainsi libérée. Éliminez les tous, insista son chef, n'engagez pas le moindre pourparler, ils ont fait leur choix. Prenez quarante de vos hommes, et finissez en rapidement. Je ne veux pas un seul mort dans nos rang.

Suite -> http://www.fallout-requiem.com/t882-au-boeuf-l-agriculture-patience-a-l-aigle-la-vie-insouciante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/01/2013
Messages : 60
avatar
Tueur de PJ
MessageSujet: Re: 1984   Mar 24 Déc 2013 - 12:54




Rapport de mission












    Bilan humain de l'opération pour le second bataillon du 14eme régiment :
    Médecin Caporal Francois Abelin, ( 34 ans, marié, deux enfants ). [décédé]
    Soldat Alexis Brunon, ( 22 ans ). [décédé]
    Soldat Emeric Firment, ( 29 ans, divorcé, un enfant ). [décédé]
    -> les familles recevront l'Aide aux Veuves et aux Orphelins de Guerre dans le courant de la semaine, après validation de leur dossier.
    Notons aussi 3 blessés lors de cette mission.

    Le commandant Thomas Dole est tenu pour entier responsable de cet échec, n'ayant pas tenu compte l'ordre de son supérieur de ne pas tenter la moindre négociation avec les ennemis de la République.


    Après rapide enquête sur les lieux, il semblerait que l'exploitation eut été attaquée par des parasites venus de la périphérie. Sept pillards au total, dont un a été tué par les fermiers lors de leur attaque, et deux autres ont réussi à s'échapper sur un véhicule motorisé pendant l’opération sous le commandement de Mr Dole.
    L'attaque des pillards a eut lieu un jour avant l'arriver des troupes de la FNF, six des paysans ont réussi à trouver refuge dans leur atelier, un batiment en béton d'avant guerre avec une seule porte qu'ils ont barricadés, batiment d'où ils sont sortit après la fin de la fusillade opposant nos troupes aux parasites. Les autres fermiers ont soit été tué par les parasites, ou, pour deux d'entre eux, mains liés dans le dos et bandeau sur les yeux, ont servit à "leurrer" les tirs de nos soldats.
    Le fait que deux de ces pillards aient pu s'échapper est préoccupant, car pour leur nous ignorons s'ils font partit d'un groupe plus étendus ou nous. Ne pas avoir fait de prisonniers au court de cette opération est extrêmement dommageable.


    Messieurs, Mesdames membres du Conseil Républicain, face aux échecs répétés de Mr Dole, prouvant son inaptitude au commandement, je vous soumet la demande de destituer le citoyen Thomas Dole du commandement du 14eme régiment.








-> Décision du CR ( jet de hasard dans le post en dessous ) :
1 : Dole reste commandent
2-7 : Dole est rétrogradé Capitaine
8-10 : Dole est rétrogradé Lieutenant



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/01/2013
Messages : 60
avatar
Tueur de PJ
MessageSujet: Re: 1984   Mar 24 Déc 2013 - 12:55

Jet de hasard :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 1984   

Revenir en haut Aller en bas
 

1984

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Russes, en 1984...
» LES DERNIERS JOURS DE POMPEI (1984)
» [UPTOBOX] Rhinestone [DVDRiP]
» Canicule [DVDRiP] Drame
» Quiz #6 ! {Nordiques !}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Lutèce :: Base de la FNF-