Partagez | 
 

 Démarchage négrier à domicile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Démarchage négrier à domicile.   Ven 1 Nov 2013 - 16:27

-Je m'emmerde! Gémit Laura.
Toujours la même rengaine depuis le début du voyage, mais la rouquine n'avait pas tort. Emmitouflée dans sa chemise noire et son écharpe rouge autour du cou, la jeune femme n'avait pas grand-chose à faire hormis marcher. Sa mentor, elle s'acharnait à essayer de remettre en état sa boussole qui pointait le Nord en direction du soleil, et enfin il y avait Jeanne qui comme à son habitude ne disait rien et oscillait entre le somnambulisme et la conscience. C'était ainsi que la collègue d'Isabelle vivait, au grand dam de la négrière qui avait en permanence les sens en alerte, toujours méfiante et avec un couteau sous son oreiller. Après dix minutes à tenter de réparer l'instrument de navigation elle jeta le petit objet contre un mur. Elle avait d'autres boussoles chez elle, ce n'était pas dramatique si elle en cassait une, surtout avec l'argent qu'elle se faisait chaque mois. Puis après quelques débats stériles sur le caractère explosif d'Isabelle le groupe arriva enfin au bordel. Il fut convenu que ce serait l'apprentie de la lieutenante de l'homme macabre qui parlerait, étant donné que ce serait son premier test en démarchage on lui confisqua le fusil. Plus par peur que le caractère de la maîtresse est déteint sur l'élève et que la novice en négociation s'emporte. C'est ainsi que Laura entra désarmée à la tête du trio d'esclavagiste.

-Vous venez vendre la jeune fille ici présente? Demanda le maître d'hôte, à moins que ce ne soit un employé qui prenait sa pause, ou alors était-ce un client.
Il était dur de différencier les différents métiers dans un bordel lorsque l'on venait pour la première fois. Un regard assassin d'Isabelle dissuada l'homme de continuer dans cette voie-là.

-Va chercher la patronne où tu termineras dans un bordel de Ménilmutant. Répondit Isabelle.
Vu le ton glacial que la négrière adoptait, sa collègue referma son gilet pare-éclat et vérifia que son pantalon pourrait résister à une bagarre. La mine décontenancée de Laura informa sa mentor qu'elle en avait fait beaucoup trop.

-Tant pis, où moins la maquerelle ou le maquereau saura à quoi s'attendre. Dit Jeanne.
-Au secours, trois timbrée sont dans le vestibule. Ajouta l'apprentie en prenant une voix fluette.
-Vos gueules! S'énerva Isabelle.

La négrière vérifia que son petit arsenal personnel était là : couteau, matraque et pistolet. Tout y était, elle pourrait au moins se défendre si ça déraillait. Jeanne avait toujours son fusil en bandoulière, pas de risque qu'elle attaque, Laura n'avait que son canif. Il ne restait plus qu'a espérer que le proprio des lieux ne rapplique pas avec une armée de mercenaire à cause du caractère d'Isabelle.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Inscription : 27/09/2013
Messages : 100
avatar
Emily Baker
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Ven 1 Nov 2013 - 18:11

Une autre journée des plus rebondissantes pour la régente du bordel sans nom. À peine une semaine s'était déroulées depuis le changement d'administration, et on le sentait. Le bordel était en pleine reconstruction, on fesait le ménage du printemps en somme. L'afflut de clients étaient assez lent, Ruby avait vraiment donner une réputation de merdre à l'hotel, et à part les junkies réguliers qui venait surtout pour leur fix quotidien, on pennait à voir du nouveau chez la clientèle. Emily ne s'en inquiétait pas, les quelques clients avaient l'air d'aprécier le changement d'atmosphères et les employées semblait l'apprécier, tout allait pour le mieux quoi.


Emily servait un scotch à un client quand un garde, Robin, comme le disait les gravures dans le cuir de son armure, vient la déranger, le regard inquiet et poings crispées. Après s'avoir être excusée au près de son client , un jeune homme d'a peine 15 ans, dans son Francais massacré, elle se diriga vers l'entrée, non sans avant avoir empoignée le fusil d'assault qui trainait sous le bar.

-Mamzell' Emily, y'a un trio de pouffias', des esclavagist' on d'rais, j'vai chercher Francis ?

Après avoir déchiffrer le baragouin de son homme de main, ce qui faillit lui donner une migraine monumental, elle dit, en s'efforcant d'atténuer son accent, qui était toujours vachement problèmatique.

-No. Toi reste en arrière avec hommes. Occupe toi bar. Si ya problème, demande moi ou Joseph, right ?

Et elle accompagna le tout d'un regard noir qui,pour faire court, voulais dire qu'il était mieux d'obéir au ordres, s'il ne voulait pas soudainement avoir un changement de sexe, gracieuseté de la maison. La régente de l'endroit fit un signe de la main et un sourire chaleureux à un des clients, qui apparament devorait du regard une de ses employées, avant de traverser le portique qui menait à l'extérieur.


Quand elle vit le trio de femme, Emily leur fit son sourire carnassier, typique de celle qui gagnait sa vie en marchandant, avant de faire une parodie de révérence. Elle s'exclama, en anglais, pour impressioner les rebuts locals.

-Welcome in my humble establishement, how can I help you today ? Are you fine ladies looking for work ? Or maybe you're here for..other purposes ?


Rigolant devant le regard des négrières, et de sa propre petite blague.Elle enchainant,en Francais cet fois.

-Je rigole.Mon nom est Emily Baker et je accueille vous dans humble établissement. Comment peux-je aider ? Vous chercher du travail ? Du plaisir ?

Elle jetta son regard sur les armes que portait avec fiertées la bande de négrières, et ajouta, sur un ton beaucoup plus serieux.

-Bussiness ? Venez, rentrer, on va discuter. Non armes à l'intérieur. Vous permettres à mes hommes de vous fouillez ? Ou mes femmes, si vous voulez. Règles de la maisons, pas d'arme ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Ven 1 Nov 2013 - 21:48

-Bussiness ? Venez, rentrer, on va discuter. Non armes à l'intérieur. Vous permettres à mes hommes de vous fouillez ? Ou mes femmes, si vous voulez. Règles de la maisons, pas d'arme ici.
Compréhensible, vu l'endroit il fallait sans doutes s'attendre à d'éventuels agresseurs et de toute façon les clients armés étaient plus enclins à foutre la merde. Même en présence de gardes. Ainsi, pour prouver leur bonne volonté les négrières enlevèrent leurs armes et les confièrent aux hommes de la maquerelle. De toute façon ce n'était pas dans leurs intentions de se battre, c'était essentiellement pour le voyage qu'elles avaient prises tout ce matériel. Ainsi, une fois l'épisode des fouilles corporelles et des armes passé Isabelle se permit d'aborder directement le sujet sans détour comme à son habitude.
-Madame, comme vous le savez je viens de l'Arc de triomphe et d'après certains de nos rapports ce bordel vient juste d'apparaître, ou si vous venez de le reprendre, d'être assez important pour engranger du fric de façon rentable. Maintenant je voulais savoir si vous étiez intéressé par des esclaves, étant donné qu'on peut garantir un arrivage régulier tant que vous avez les anneaux.
Sentant le bon filon, et préférant continuer sur sa lancée la négrière proposa :
-Bien sûr on peut en parler autour d'un petit verre de vin et d'un contrat écrit en bon et dût forme.
Où on peut aussi se faire une partie de chasse à l'homme.
Cette dernière phrase reflétait aussi bien la politesse d'Isabelle que sa ruse : d'abord elle allait faire boire la dame et ensuite elle lui ferait signer le contrat, et à défaut de la rendre ivre morte. Elle serait bien plus enclin à faire une ou deux concessions dans des négociations, en plus les gens avaient une énorme tendance à se laisser influencer par leurs relations. Un peux de parlotte sur tout et n'importe quoi pour être plus à l'aise, les gens relâchaient leur garde et ils se prenaient un contrat en pleine face. Mais tout cela tenait de la théorie, c'était Laura qui allait se charger des négociations, et même si la négrière allait garder un oeil sur elle pour s'assurer que tout se passe bien. Les termes du contrat dépendraient entièrement d'elle, dans une certaines mesure, mais ce n'était pas à négliger. Isabelle jeta un bref regard en direction de Jeanne qui ballait aux corneilles, quand est-ce qu'elle maîtriserait son sommeil? D'ailleurs elle gardait toujours son gilet lourd, pourquoi? Certes il y avait risque de se blesser mais de là à conserver ses protections...
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Inscription : 27/09/2013
Messages : 100
avatar
Emily Baker
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Sam 2 Nov 2013 - 3:30

Satisfaite du travail de ses hommes durant leur petite fouille corporelle, Emily prenait un malin plaisir à voir les fruits de la formation qu’elle avait inculqué à ses hommes. Il était communs que les gardes ai les mains baladeuses durant les fouilles corporelles, mais Emily s’était assurer, avec plusieurs moyens retord, allant de la menace jusqu’a la violence psychologique, pour s’assurer que ses hommes s’en tenait au stricte necessaire. On informa les négriers que leur equipement serait mis sous clé dans le coffre fort avant de laisser Emilly avec le trio.

-Arc de Triomphe..Arc..Arc..Je crois dèja avoir entendu cet nom avant. Vous trois esclavagistes ? Well, I’ll be damned, that’s just what I needed.

Un sourire vient illuminer ses traits. La régente avait des envies d’extensions et des rêves de grandeurs pour son établissement, et elle ne comptait pas tout faire la sale bosogne à elle seule. Si elle aurait été croiyante, elle aurait bien béni les dieux.

-Oh , trust me, we are not lacking when it comes to fund right now.Even if the current states of the establishement isin’t..prooving it.

Elle soupira un peu, exagerant ses émotions, un mal nécessaire quand les locals ne comprenait pas les milles subtilitées de sa langue natal anglo-saxonne. L’entremeteuse en profita pour jeter un regard subtile à la ronde. Ses gardes patrouillaint l’endroit, l’air passible, mais elle sentait leur regard sur elle. Parfait, ils étaient vigilants.

-A glass of wine ? Certainement. Suivez moi. Nous allez dans mon bureau.


Après avoir jeter quelque ordres à ses hommes et avoir échangers deux trois blagues cochonnes avec un régulier, elle se diriga, accompagné du trio de commercante, vers ses bureaux personelles, qui tronait dans ce qui avait été autrefois la salle où les riches clients entreposaient leur fringues. C’était loin d’être glamour, mais l’endroit lui offrait une bonne visibilité de la salle. Par contre, la pièce se rattrapait niveaux décorations. Un vieux bureau en bois avait été placées au centre de la pièce, le tout accompagné de trois chaises (Elle gueula à un garde d’apporter un tabouret pour comblé la place manquante.)La surface du bureau était couverte de pages apparament arraché d’un dictionnaire Anglais/Francais. Sur une étagère trainait quelque bouteille d’alchool accompagné de son éternel nécessaire de taxidermie. Un grafiti representant le drapeau UK tronait sur le mur du fond, donnant au bureau un air de chez soi pour la touriste.


Après avoir installé le trio , Baker alla chercher dans ses bouteilles d’alchool,restant pensive un moment. Elle n’y connaisait rien en vin, mais elle se rapellait avoir lu que plus le vin était vieux, plus il était succubulent..bon..allez..On prend une bouteille de vin au hazard et sa bouteille de Scotch , qui apparament était dèja bien entamée. Elle aggripa quatres verres d’une propretées des plus rares dans les terres désolées, avant de s’installer dans sa chaise en cuir renfoncée. Fallait dire qu’être patronne avait ses avantages.

-J’ai peur de connaitre vin. Vous excuserer moi, alchool fort est plutôt mon domaine. Suit yourself, ne pas être timide. Est ce que vous vouloirs femmes ? Tester marchandises ?

Elle fit un clin d’oeil à la plus jeune du groupe avant de se verser un verre de scotch. Elle invita les autres à se servir avec une panoplie de symagrées, avant de dire, avec un ton nottament plus serieux.

-Parle. J’écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Sam 2 Nov 2013 - 9:59

Dans une naïveté accablante, mais naturelle pour son âge, Laura commença à préparer de quoi rédiger un contrat en bon et dût forme tandis que Jeanne vidait son verre à une vitesse record. Isabelle préférait siroter l'alcool pour éviter de faire une connerie pendant les négociations, de plus la négrière se livrait à une contemplation de la pièce. Il y avait aussi ce drapeau, anglais sans aucun doute, il avait fallu un temps considérable à la négrière pour rassembler ses souvenirs mais il s'agissait bien du drapeau du royaume-uni. Dommage qu'il soit gribouillé sur le mur, sur un vrai pan de tissus ça aurait pu devenir quelque chose qui aurait rajouté un réel charisme à cette pièce. Toutefois la dirigeante d'expédition s'abstint de tout commentaire et se contenta de garder un oeil sur son apprentie.
-Si ça ne te gênes pas Isabelle j'adorerais tester la marchandise. Demanda Jeanne.

L'intéressé hocha la tête dans un soupir, la brune qui lui servait de coéquipière et d'armurier était folle. Toutefois c'était le lot quotidien de tous ceux qui errait dans les terres désolées et sa colocataire de tente l'avait sorti de bien des problèmes. Ainsi la voilà entrain de disparaître par la porte alors que la propriétaire des lieux avait donné son accord, ou du moins c'est ce que la négrière pensait. Elle n'avait que vaguement écouté la réponse de la maquerelle envers la question de Jeanne.
-Donc, je peux vous proposer un contrat de vente à crédit avec cent anneaux par mois pour environ une vingtaine de fille, ou d'hommes. Goule ou humain selon vos préférences. Pour les mutants...
Ainsi son élève baratinait la cliente sur les détails techniques, même s'ils étaient relativement simples étant donnée son absence totale d'expérience dans le domaine de la négociation. Même si elle n'en donnait pas l'impression avec toute son attention reportée sur le vin, malgré tout elle écoutait d'une oreille attentive le dialogue qui avait l'air de bien ce passé.
-Et si vous n'êtes pas satisfaits on peut vous reprendre la marchandise à moitié prix.
CONNERIE!
Première taloche de la journée pour Laura, un coup derrière la tête, Isabelle avait veillé à bien mesurer la force de son coup et frappait la main ouverte. Une claque était plus bruyante et éloquente qu'un coup de poing dans certains cas, et c'était fort utile.
-On ne reprend plus les esclaves quelles que soient les circonstances depuis qu'on a eu des problèmes de trafiquant d'organes à Lutèce. Toutefois, une fois les négociations terminése, pour prouver notre bonne foi on pourra se faire une partie de chasse, si vous le désirez. 
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Inscription : 27/09/2013
Messages : 100
avatar
Emily Baker
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Sam 2 Nov 2013 - 13:10

-Salle principale, trouve une fille qui plait, dit que Emily t’envoie, elle vont prendre bien soin toi. Have fun.

Elle leva son verre de scotch à Jeanne et lui fit un sourire avant de prendre une petite gorgé du puissant brevage. Son verre était à peine entammer,la régente de l’endroit prefferais porter son attention sur la marchande en fasse d’elle. Elle baragouinait à une débit des plus élevers, et même si l’anglo-saxonne haissait le dire, elle n’arrivait pas à capter les petits détails qu’elle racontait, ce qui lui fesait resentir une jolie frustration qui se traduisait sur son visage, lui fesant froncé les sourcils.

-No.No. No Ghouls. Mauvaise histoires avec eux. Clients n’aiment pas. Je payerais pas pour goules.

Elle aurait bien pu raconter la prise de pouvoir de l’endroit, le génocide qu’elle avait fait dans les sous-sols de l’endroit, ou alors la scèance de torture avec l’ancien proprio des lieux ,mais non, elle ne voulait pas briser sa fragile image de macquerelle sympa,dèja que son Francais lui donnait un air de demeurés. L’attention de Baker commencais à deriver vers le verre de scotch quand le son d’un claque vient resonner dans le bureau, son qui eu pour effet mettre la femme d’expérience en position défencive, jettant un regard noir à la source de la claque, avant de comprendre la situation et de reprendre son calme.

-Apprenti ? Je vois.

Puis, en jettant un regard de mort à Isabelle, elle ajouta, dans un anglais des plus arrogants,

-If you can’t trust your subordinates to do properly, you should questions your methods. Now..why don’t you go join your friends ? My lovely employees would love to play with another fine lady, don’t you think ?


Fallait dire, parler une langue que personne d’autre avait ses avantages, et puis, une menace, même enrobée de sarcasmes et de sous-entendus, restait une menace, peut importe la langue utilisée.Bon, le baragoin technique avait cessé, l’étrangère avait pigé la plus grande partie du monologue économique,c’était maintenant à la brittanique de mettre sur la table ses points.

-Prix décent, sure. Mais je veux des filles et des hommes santées. Not fucking plague bearers. Et pas trop abimées. Je suis prêt à mettre petit extra pour assurer d’avoir jolies femmes et hommes bien membrées. Et je veux avoir un échantillon gratuit avant, ou un rabais sur première transaction. Je pas connaitre méthode de Arc et moi pas trop faire confiance à France.


Elle allat se placer dans le fond de sa chaise, sirotant son verre avec un air satisfait , avant de faire appeller un de ses hommes de mains et de lui murmurer un truc à l’orreille, avec un de ses sourires carnassiers qui n’était jamais bon signe. Il hocha la tête quelque fois,l’air penseur avant de quitté la pièce.

-Chasse à l’homme ? Hunting slaves you mean ? That could be interesting, et j’ai bien besoin de marcher un peu.So, what d’you think ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Sam 2 Nov 2013 - 15:47

Doucement mais sûrement la situation continuait à se tendre, et à travers le baragouinage de la maquerelle, Isabelle pouvait déceler une pointe de frustration mélangée à de la haine. Pas très bon, toutefois elle voulait voir pendant combien de temps la cliente pouvait mariner. Mais ce serait à Laura d'en décider, après tout c'était sa négociation et on verrait pendant combien de temps elle tiendrait.
-Eh bien une chasse tout ce qu'il y a de plus normale, comme ça vous verrez les méthodes de chasse de l'Arc et on vous laisse tout ce qui sera capturé. Comme ça vous aurez vos échantillons et ceux qui ne vous conviennent pas partiront pour l'Arc. Pour ce qui est de la qualité, ne vous inquiétez pas, on en a pour tous les goûts.

Tout le monde était content, elle avait ses esclaves gratuits, l'Arc aurait son contrat et en prime le trio se payerait une tranche de bon temps. Malgré tout ce n'était pas encore joué car il fallait voir sa réaction, en plus le fait qu'elle parle une fois sur deux en anglais avait le don d'agacer Isabelle. La négrière commençait de plus en plus à douter de la maquerelle, que ce cachait-il derrière ce visage? Chaque personnes ce forgeait un masque pour affronter le monde extérieur, mais celui-ci, sans doutes qu'il se cachait quelque chose derrière cette apparence. Mais il n'était pas du devoir d'Isabelle d'essayer de voir au travers, mais surtout d'engranger de l'argent pour l'arc.
-On n'y va où vous voulez régler les dernières closes ici? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Inscription : 27/09/2013
Messages : 100
avatar
Emily Baker
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Sam 2 Nov 2013 - 22:43

L’étrangère pris une moue pensive, froncant les sourcils alors que son regard semblait fixé une fissure dans le mur. La marchande réfléchisait au pour et aux contres de l’enrangement, et surtout, si ses hommes avaient les neurones necessaires pour continuer à faire tourner l’établissement en son absence. Elle avait bien écrit une liste de taches extrement précise à l’intention de ses employées dans le cas où la gente diplomate Anglaise venait à quitter l’établissement pour un voyage d’affaire. Une chasse à l’esclave, sa devait bien compter comme un truc d’affaire, oui ?

Finallement, après une minute de réflexion savament pensée, peut être que les esclavagistes cederait devant son hésitation apparente, la jeune femme s’occupant des négotiations avait l’air, d’après tout, être assez débutante dans l’art du commerce, Emily pris un sourire des plus heureux, avant de se redresser et de tendre la main à Laura.

-Deal. Mais,avant d’écrire contrat, serait bien de connaitres vos noms. Je connais pas coutumes francaises, pardon moi.


Elle jetta un de ses regards condescendant à Isabelle, qui était apparament celle en charge, le genre de regard qui aurait bien fait de donner un joli uppercut sentimental à l’ego de la négrière.

-You can’t even teach your apprentice basic manners, no wonder you deal with mindless slaves.

Le tout avait été prononcer sur un de ses tons miellieux ,alors que la femme d’expérience alla chercher son manteau de voyage , qui tronait sur ce qui semblait être un corps humain empaillé couvert de signes tribals. Elle avait envoyé deux de ses hommes chercher le cadeau des wendigos, elle trouvait que le corps avait une certaine beauté, et puis, fallait bien montré qui était ses alliées quand on bossait dans une domaine qui nécessitait de buté l’ancien proprio pour obtenir une promotion.

-Bon,je vous laissez ici, tête à tête romantique. Je vais chercher amis à vous et après nous signez contrat et s’amuser ? Okay ? I do hope you guys know how to write.

N’attendant pas une réponse de la part du duo, elle quitta le bureau,laissant ainsi le maitre et l’apprenti dans un petit tête à tête des plus romantiques. Elle interpella le garde de plus tôt, Robin, qui accoura vers elle tel un chiot voyant sa maitresse pour la première fois.

-Mamzell’ Baker, tou› v’bien ? Pas trop d’problèmes ? Elles veul’quoi ses connasse› ?

Elle faillit giflé Robin sur le coup, elle avait passer des heures à essayer d’inculter un semblant de respect envers la clientèle à ses employées, mais gifflé son homme de main l’aurait abaissé au niveaux de l’esclavagiste, à la place, elle se contenta d’un long regard noir qui lui fit rétricir dans ses pantalons.

-Tes manières. Un peu respect..No. Elles vendent esclaves. Tout va bien. Justement. Toi vu femme négrier ?

-Euhh..Ouai’Ouai ! Une nana avec’nana, bandan’t quoi. P’tain sa doit manger sèvere, de la chatte à en cr’ve..

-ROBIN ! Elle est avec qui ?

-Euh..Euh..D’zolé Mamzelle Baker, elle est avec Jaz.

-Thanks, maintenant continue bon boulot.


Après cet échange des plus débilisant,Emily se diriga vers un couloir ajacant au vestibule, couloir qui abritait au paravents quelques salons de discussions avant la grande guerre. Emily les avait reconverti en chambre. En effet, chaque prostituée avait sa chambre au rez de chaussé, ce qui facilitaitt le boulot et donnait un peu d’intimité aux clients. Intimité qu’Emily brisa en rentrant de la chambre de Jaz, une de ses meilleurs gagneuses. Ce qui n’avait rien d’étonnant à n’importe qui ayant eu le malheur de lui entretenir la conversation. En effet, Jaz était une de ses femmes dans le mi-vingtaine qui appréciait le métier, et on le sentait dans son attitude.


Quand elle entra dans la pièce, elle retrouva son employé et la négrière, dans ce qui aurait pu être une parodie de lutte gréco-romaine, sauf que les gémissements émanant de la gueule de Jaz, gémissement qui sonnait faux aux orreilles de la patronne, révellait la nature de la lutte. Le duo ne l’avait apparament pas entendu rentrer, Emily resta en arrière, observant les mouvements de la cliente VIP, avec une curiosité quasi perverse. Après quelque minutes, elle dit, de sa voix cassé par son Francais approximatif.

-Hey toi. Tu as pensées à travailler ici ? Je paye bien. Enfin, amis à toi attendent. Nous chasser.Et Jaz, travail sur tes gémissements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Dim 3 Nov 2013 - 10:28

-C'est quoi ce bordel. Chuchota Laura à son mentor.
Voyant que la maquerelle avait des choses à régler Isabelle répondit en gardant un oeil sur la porte.
-Un bordel, évite de trop parler, elle est bien foutue d'avoir posé un micro. Je prends les négociations en main à partir de maintenant, trop "dangereux".
Laura se tut, cédant bien volontiers sa place à la négrière chevronnée, même si Isabelle était bien trop énervé pour l'admettre, elle s'était fait méchamment rembarré par la cliente. Maintenant elle s'efforçait de tout cacher derrière un self control et un calme alarmant, mais elle aussi avait du répondant. Malgré tout, l'heure n'était pas à la discorde, car c'était une occasion en or pour l'Arc de vendre.
-Prions pour que tout se passe bien. Ajouta la lieutenante de l'homme macabre.

Ainsi elle commença à rédiger le contrat, enfin, plutôt un brouillon de ce que donnerait le document écrit une fois toutes les petites closes réglées. Désormais il n'y avait plus qu'à attendre Jeanne en relisant le contrat.
 

-Hey toi. Tu as pensé à travailler ici ? Je paye bien. Enfin, amis à toi attendent. Nous chasser.Et Jaz, travail sur tes gémissements.
Jeanne cessa rapidement ses prouesses de contorsionniste et se rhabilla en vitesse, ignorant totalement Jaz. D'ailleurs depuis combien la maquerelle les observait? Elle l'ignorait et n'avait pas envie de savoir.
-Non, aucune envie, j'ai déjà mes passions en dehors de la chasse.

Il y avait aussi l'autre phrase qui l'inquiétait, à propos des gémissements. "Jaz" simulerait? Intérieurement la négrière se sentait outrée, mais évita d'en faire part à la maquerelle. Jeanne se jura aussi de ne plus jamais fréquenter de bordel autrement que pour le travail. Aussi, elle suivit sans poser de questions la cliente.
 

-Isabelle Jager, seconde de l'homme macabre. Jeanne Lafontaine, et Laura Jager, mon élève. Une fois les présentations faites la négrière prit le contrat et le tendit à la cliente. Il y a les règles concernant la relation acheteur vendeur, le contrat de vente d'esclaves de bonne qualité et bien membrés. J'ai laissé de la place si vous voulez ajouter une close. Si tout vous convient signez en bas.  
Bref, mais Isabelle c'était bien garder de lui dire qu'elle avait volontairement mis foule de commentaire technique. Elle avait ça petite revanche mesquine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Inscription : 27/09/2013
Messages : 100
avatar
Emily Baker
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Dim 3 Nov 2013 - 18:40

La macquerelle de l’extraordinaire avait empoigné le contrat d’un geste nonchanlant, s’appuiyant sur le mur tandis qu’elle tentait de déchiffrer les termes techniques qui parsememet l’ouvrage, certaines termes manquant de peu de lui causer un anévrisme. Et bien sur, l’écriture d’Isabelle faisait tout pour lui rendre la vie difficile. On la voyais parfois aller fouiller dans un vieux bouquin, un dictionaire anglais/Francais, la signification de quelque mots beaucoup trop pointus pour le commun des mortels.


Finallement, après 20 minutes de réflections qui n’eurent qu’un impact négatif sur son moral dèja des plus instables, qu’elle aggripa un vieux stylo à moitier crever et signa son nom au bas de la page, tout en disant, d’un ton calme et dans un francais des plus parfaits, signe qu’elle avait répéter cet phrase, à deux heures du mat, seule devant son mirroir pendant des heures.

-Sachez que si vous me tenter de m’avoir, je vais vous trouver et vous faires regretter d’être venu au monde.

Accompagnant le tout par un sourire, elle tendit le contrat au trio, avant d’aggriper une veste pare-balle à moitié bruler qu’elle avait concervé sur une étagère et de la passer sur sa bonne vieille camisole blanche. Emily ,suivi du trio, retournant à l’entrée de son fabuleux établissement, où les négrières retrouvèrent leur armes , dans le même état qu’il leur avait été laisser. Emily en profitant pour vanter les mérites de son établissement, tel l’aurait fait un vendeur de vieille bagnoles d’avant guerre.

-Nous somme fiables. Peut être engagé armuriers pour armes clients. Nous voir grand !

Elle refilla des instructions à quelques employées,quelques petites tapes encouragentes sur ses filles et retourna rejoindre ses partenaires d’affaire. On sentait une sorte de relation de famille chez les employées et la patronne, ce qui donnait un ambiance assez inusité à l’endroit.


Elle donna une vigoureuse tape «amical» dans le dos de la petite Jager, tout en s’exclamant, dans la langue de son chez soi.

-C’mon kid, show me how your frenchies work, I’m quite curious.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Lun 4 Nov 2013 - 22:11

Ainsi le groupe s'était lancé dans une partie de chasse à l'homme, pour éviter de détrousser d'éventuels clients la petite expédition s'était éloignée d'un bon kilomètre. Aussi, après une petite attente d'environ une demi-heure à chercher de bonnes proies ils tombèrent sur un groupe de récupérateur. Rien de bien intéressant, mais en général les récupérateurs étaient assez mixtes, il y avait de bonne de chance de tomber sur des femmes. C'était largement suffisant pour que le groupe attaque le petit groupe, mais avant il fallait convenir d'une stratégie : les récupérateurs adoraient se séparer pour brasser plus de trésors. Au grand dam des négriers qui ne réussissaient qu'a en attraper qu'un tiers et le reste se réunissait pour contre-attaquer où fuyait.
-A en juger par leur attitude ils ne se doutent même pas de notre présence. Mais c'est des récupérateurs, je pense qu'il vaut mieux les prendre en tenaille. Vous en pensez quoi? Demanda-t-elle à la maquerelle.
C'était la méthode à appliquer, sinon il y avait risque de se faire piéger. Mais après tout c'était la chasse de leur invitée, à elle de décider. Intérieurement Isabelle priait pour qu'elle prenne la bonne décision sinon ce qui s'annonçait aller au mieux, être brouillon, au pire catastrophique.
-On parle d'une attaque où va y avoir deux fois plus de personne que nous au moins, c'pas un peu risquer pour Laura? Demanda Jeanne.
L'apprenti hocha la tête en  signe de négation. Si elle se sentait prête pour un raid grandeur nature libre à elle, de toute façon il y avait bien à un moment où fallait plonger. Aujourd'hui Laura deviendrait une négrière à part entière et ce n'était pas pour déplaire à Isabelle. Tant d'événement en une journée.
Je suis vernie aujourd'hui.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Inscription : 27/09/2013
Messages : 100
avatar
Emily Baker
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Mar 5 Nov 2013 - 5:10

Les bras croisées sur sa poitrine, la macquerelle avait adopter une attitude des plus passives, se tenant à l’arrière du groupe, preferant observer les techniques de l’escouade de choc, tout en portant une attention toute particulière aux relations inter-negriers. Bien sur, Emily passait bien quelque commentaires dans sa langue maternelle, plutôt pour rapeller aux autres sa présence que pour apporter un semblant de critique constructive.


Tiens, on lui demandait son opinion ? Charmante attention, mais la macquarelle se contenta d’offrir un sourire narquois avant de dire,d’un ton narquois.

-I won’t do your jobs. Vous faire travails. Moi reste en arrière et observe proffesionel.



Justement, elle venait de remarquer, grâce à sa vision périphérique qui osait encore fonctionner, une planque des plus approprier. En effet, les récupérateurs étant occuper à démembrer des bagnoles sur ce qui avait été autrefois une artère routière des plus achalander. L’avenue étant entourée de batiments partièlement détruit, Emily n’eut aucune difficulter à escalader la facade de ce qui avait été par le passer un immeuble à bureau.

Se posant le cul près d’une fenêtre, elle fit basculer son fusil d’assault dans ses mains, et fit sauter le cran de sureté. D’où elle était, elle avait une jolie vue sur les récuparateurs, et les négrìeres. Elle ne comptait pas les descendres, mais bon, la rosbif aimait ce garder quelque mesures de préventions.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Mer 6 Nov 2013 - 15:14

La maquerelle c'était paisiblement installé dans son perchoir, les trois négrières se séparèrent, Jeanne et Laura ensemble d'un côté pendant qu'Isabelle était de l'autre. Il devait y avoir une petite dizaine de récupérateur chacun de leur côté entrain de démembrer des carcasses de voitures. Sans attendre que ses deux collègues se décident à intervenir, la cheftaine se dévoila et fit la prise du dormeur au premier qui lui passa sous la main. Celui-ci lâcha prise au bout de trois secondes et tomba dans un profond sommeil.
Plus que sept. Attends, où sont les deux autres. Il y en avait dix?
L'ombre imposante qui se dessinait au sol s'abattit sur Isabelle qui se débattit du mieux qu'elle pût tandis qu'elle sentait la prise se raffermir. La négrière dans un dernier recours lâcha sa matraque et saisit son fusil incapacitant et arrosa au hasard derrière elle. L'emprise sur elle lâcha tandis qu'en se retournant elle vit un cadavre le crâne broyé par l'une des balles en caoutchouc. Ramassant précipitamment son bâton télescopique la négrière se mit en position de combat, le récupérateur en face d'elle brandissait un immense pied de biche aux allures inquiétantes. Après avoir attaqué d'un coup de taille qui aurait été fatal pour la négrière si elle n'avait pas esquivé, celui-ci encaissa un coup de genou dans le ventre avant d'être fini à la matraque. Un coup de feu incita la cheftaine à plonger à terre et à se réfugier contre une carcasse de voiture.
-Tu vas crever salope! Eructa un homme.
Isabelle rangea sa matraque et rampa jusqu'à son fusil, encore deux cartouches, elle jeta un bref coup d'oeil en direction de ses assaillants : Laura et Jeanne étaient au loin. Plus qu'à prier pour que les fléchettes fonctionnent, et que son apprentie ait eu la présence d'esprit de changer les doses. Petit à petit les coups de feu changèrent de direction, puis plus rien, la lieutenante de l'homme macabre sortit de sa cachette : les autres récupérateurs étaient inconscients.
-Y a un dernier qui est parti dans le bâtiment vas-y! On s'occupe des autres. Dit Jeanne en pointant du doigt un bâtiment.
La négrière fonça dans l'immeuble partiellement effondré, et fit appel à son instinct de chasseuse pour s'orienter. Même si elle progressait essentiellement à tâtons avec la lueur faiblarde de son briquet, puis un bruit suspect la mit en alerte totale. Isabelle s'approcha d'une porte d'appart et l'enfonça d'un coup de pied avant de pointer son pistolet dans toutes les directions. Il y avait le dernier, recroquevillé dans un coin, un couteau pointé sur la gorge.
-J'irais pas avec vous! J'irais pas! J'irais pas! S'égosilla le récupérateur.
Il avait les larmes aux yeux et semblait sur le point d'en finir. Inutile d'essayer de le raisonner, soit elle le laissait partir, soit il en finissait maintenant.
-Casse toi par la porte de devant, mes collègues ont contourné le bâtiment et t'attendent par la porte de derrière.
La pauvre hère s'en alla en remerciant la négrière.
 
Elle avait menti.
Isabelle n'avait plus qu'à descendre pour admirer le résultat de la chasse : cinq hommes, quatre femmes, où cinq si on comptait la lâcheté incroyable de l'un des récupérateurs. En levant la tête la lieutenante de l'homme macabre aperçut la maquerelle calée à une fenêtre, elle devait avoir vue tout le spectacle.
-Pouvez venir en coulisses, le spectacle est terminé.
Malgré les suppliques du lâche, personne ne vint détacher ses liens. Les réactions étaient diverses : certains avaient des allures de zombies, d'autres pleuraient à chaudes larmes, connaissant leur destin. Il y en avait une qui souriait, sans doutes que ses nerfs avaient lâchés. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Inscription : 27/09/2013
Messages : 100
avatar
Emily Baker
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Mer 6 Nov 2013 - 16:24

La macquerelle avait garder les deux mains sur son fusil et le regard sur l’action se déroulant plus bas.Inutile de vous dire qu’assez rapidement un sourire des plus satisfaits vient éclairer ses traits cernées par le manque de sommeil. Elle ne s’attendait pas à des telles méthodes de la part des négriers Francais, l’esclavagiste était bien différent à la maison, mais il fallait leur donner un certain mérite,leur technique était des plus efficases, et le taux de mortalité était des plus bas. Il ne restait plus qu’a en voir les effets sur la marchandise.


Emily pris un moment pour s’assurer que sa gueule était présentable avant de descendre rencontrées ses nouveaux employées. Après tout, une patronne se devait d’inspirer le respect , l’admiration, et peut être un peu de crainte. Elle n’était pas naive,elle allait devoir se montrer persuasive pour que les esclaves adhère à son entreprise, mais , comme l’avait prouvé sa prise de pouvoir, la rosbif savait ce trouver des plus persuasives.


Quand elle fut au niveau de la rue, le manteau au vent, le flingue dans le dos et les bras croisées sur sa poitrine, il fut impossible d’ignorer l’aura d’autorité qui semblait émaner de sa personne, l’état psychologique des récupérateurs en étant responsable pour la grande partie, après tout. Ce fut une macquerelle muette qui inspecta ses nouveaux employées, le regard s’attardant sur les courbes, leur muscles, leur cicatrices. Elle retournait les regards hargneux avec un sourire narquois, et semblait presque triste de voir certains pleurer. Baker ne se voyait pas comme une brisseuse de rêve qui détruisait des familles, non, elle se voyait plutôt comme une gentille dame qui offrait un espoir de vie meilleurs à ses pauvres ames, qui vivait en fouillant dans la merde de ceux ayant crevé avant eux.


Par contre, l’attitude de la touriste changa quand elle arriva au dernier capturer, un homme qui devait avoir à peine vingt ans, qui se tortillait sur le sol en gueulant de le laisse partir, ses larmes coulant sur ses joues et ses cris défoncant les raffinées tympans de la macquerelle qui commencait à perdre patience. Sa main droite se crispa,ses dents grincants alors qu’elle comtemplait l’idée de se refaire une soirée baise et torture. Nah, nah. C’était pas le moment.Elle pris une grande inspiration,c’était pas le moment de manqué le discours qu’elle avait répetter pendant leur petite excursion.
.
-Pardonner la brutalité de mes partenaires, je me présente, Emily Baker, votre nouvelle employeur. Je prend aucun plaisirs à capturer mes employées de forces, mais vous allez apprendre apprécier la vie que je vous offre..après tout, tout le monde aime bordel ? Non ?Gardes ? Barman ? Beaucoup d’opportunité d’emplois ! Maintenant, soyez sympatique et faites pas histoire.


Les réactions furents des plus variées, certains lui gueulèrent des insultes, qu’elle accepta avec la patience d’une mère, certaines pleurèrent à chaudes larmes, en murmurant le nom d’un gosse ou d’un mari, mais tous obéir quand les négrières s’en mèlerent. Tous sauf un, le braillard de plus tôt. Cet fois, Emily perdit patience, et vient lui enfoncer sa botte sur la gorge.

-Will..you..shut..up...

Le regard de la femme d’affaire vira au noir, ses muscles étant crispées et un sourire des plus malsais vient montrer sa dentition. Elle allait lui briser la gorge, quand une idée d’un sadisme extreme lui vient à l’esprit. Emily relacha l’homme, avant de dire à la chef négrière.

-Vous escorter nous ? Garder lui seule. Pas avec autres esclaves. Je veux m’amuser .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Jeu 7 Nov 2013 - 20:24

-Vous avez entendu votre patronne. On y va! Ordonna Isabelle.
Pendant qu'elle et sa collègue faisaient progresser le reste du convoi d'esclaves en direction du bordel, la cheftaine avait ordonné à son apprentie de garder à l'écart le braillard. Inutile de polluer les conversations avec les pleurs d'un lâche, de toute façon mieux valait le laisser avec Laura. De plus c'était un excellent test pour son élève, combien de temps tiendrait-elle? Son élève réussirait à supporter les supplications de l'autre ou au contraire lâcherait-elle? Ce n'était qu'une question de temps et de méthode, évidemment si Laura commençait à écouter les supplications du pauvres hères ça n'irait pas. Mais apparemment elle s'en sortait bien étant donné, qu'à chaque coup d'oeil le pauvre type ne pipait mot. 
Ainsi, le voyage vers le bordel se déroula normalement, parfois certains rechignaient à avancer mais la promesse d'une dissection sans anesthésie à l'arc les dissuadaient de s'arrêter. Puis enfin le bordel était en vue, Isabelle se décida à aller voir son apprenti. Laura était pâle comme un linge, comme si elle avait vu un fantôme. La cheftaine se décida à approfondir, et ce qui devait arriver arriva : le grand classique des apprentis négriers : le pauvre type avait vidé son sac. Il avait une femme et des enfants, d'ailleurs l'aînée s'appelait Jean, le benjamin Marc et le cadet Arthur. Lui se nommait Mathieu... En bref il sortait tout en prévision de ne jamais les revoir. En temps normaux Isabelle aurait ordonné son apprentie de le passer à tabac et la cheftaine ce serait fait un plaisir que le monde n'est fait que de nuance de gris. Mais elle se contenta de la leçon de morale étant donnée que la maquerelle voulait le type intact. Ainsi, arrivée aux portes du bordel la négrière questionna sa cliente :
-Si je puis me permettre, et je m'excuse pour l'indiscrétion. Mais qu'allez-vous faire du braillard?
Après tout, après tout ce qu'elle avait fait elle avait le droit à une petite réponse non? 
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Inscription : 27/09/2013
Messages : 100
avatar
Emily Baker
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Jeu 7 Nov 2013 - 23:36

Alors là, la cheftaine négrière lui posait une colle. Emily avait tuer le temps en errant parmis les esclavages, écoutants les lamentations et les supplications avec une curiosité quasi morbide, tout en ajoutant des paroles sur un tons rassurant, le tout dans sa langue natale, bien evidement. Le succès de ces démarches étants des plus mitigiées, elle avait donc décider de roder autour du pleurnichard en chef, les mains dans les poches de son manteau et un sourire des plus carnassiers sur les lêvres. Plus l’esclave vidait son sac, racontant maint détails des plus interessants, plus la macquerelle souriait. Maintes idée sordide s’était bousculer dans sa tête, plusieurs d’entre elle ne pouvant pas être raconter sans causer l’évanouissement des âmes sensibles en présence.


Ce fut après un court moment d’hésitation, Emily cherchant la formulation approprier et les bon termes , que la dame d’expérience répondit, avec le sourire condéscendant de celle qui cachait quelque secrets.


-Toi savoir que femmes avoir certains besoin. Pourquoi pas formé lui en homme capables d’assouvir ses besoins ?


La touriste emmeta un petit rire innocent, simulé avec perfection,avant d’inviter les esclaves, et les nègrières par la même occasion, à entré dans son luxueux établissement, le tout avec une jolie révérence des plus approprier.

-Welcome, Welcome to your new home !


Les esclaves n’ayant pas l’air de pigé le dialect étranger de leur nouveaux patron, se fut les gestuelles de la patronne qui leur fit comprendre qu’il fallait entré, ou alors, peut être les menaces des négrières étaient efficase. Inutile que le groupe de récupérateurs attachées attirait l’attention de tous les clients dans l’endroit. Certain avait des mimiques outrées, d’autres hochait la tête, connaisant la réalité des terres désolées. Emily s’en foutait bien par contre, ce qu’elle prouva lorsqu’elle sauta sur une des tables non occupées et tapa dans ses mains, causant la silence de tous les êtres vivant en présence.


-Cher clients ! Le établissement ferme pour ce soir. Nous excuser du dérangement !


Certains clients plus ou moins oserent se plaindre, mais les gardes armées de la macquerelles et les regards noirs qu’elles distribuaient à la ronde eurent tout fait de faire vider la salle. En 5 minutes, seules les gardes , les gagneuses, les négrières et les esclaves restaient dans la pièce. En parlant des esclaves, bon nombres d’entre eux abordaint des mimiques terrifiées, ce demandant bien ce qui allait se passer. L’ambiance était électrique. Avoir tout ses regards braquées sur elle, mhmm, fallait dire qu’Emily apréciait le traitement. Elle jetta deux trois regards à ses hommes, qui vinrent se placer à toute les issues, mains sur leur flingues.


-Employées ! Je ne dit pas esclave, car vous n’êtes pas esclave ! Vous travaillerez ici, libre, sans chaines. Je sais vous avoir familles, sa me peine de séparer hommes et femmes, mais , travailler bien et ils pourront vivre avec nous. Je veux que vous sentir ici, chez vous, maison. Donc, ce soir, nous célebrers, faires connaisances. Amusez vous , mais, ne tenter pas de fuir. Je ne veux pas abattre des possibles amis, no ?


Le silence plannait, les gens échangeant des regards interogées, confus. On doutait de son attitude, était t’elle honnête ? Même elle même ne le savais pas. Son idée était risqué, mais elle voulait tenter l’impossibles. Les négrières n’étaient pas sur de pigés, et ne semblais pas apprécier que les gagneuses en présences détachaient les esclaves fraichement capturer, elle décida donc de leur addresser un petit mot.

-Nègrier, compter vous rester avec nous pour la nuit ? Tout est sur maison ! Don’t worry, vous pouvez garder armes ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Ven 8 Nov 2013 - 18:30

La maquerelle venait de dégager tout le monde hormis les employés et les futurs employés. C'était une façon très particulière d'initier les futurs travailleurs à l'ambiance de la maison, toutefois Isabelle ne s'en étonna guère. Après tout, c'était une maquerelle déjà bien secouer du bulbe, alors une excentricité de plus ou de moins... De plus la négrière n'en était pas à ses premiers événements insolites. Malgré tout, elle appréhendait la suite. Mais apparemment la maquerelle n'avait pas encore décidé de péter un câble au grand bonheur des négrières.
-Nègrier, compter vous rester avec nous pour la nuit ? Tout est sur maison ! Don’t worry, vous pouvez garder armes ce soir.
La cheftaine sentait déjà l'approbation de Jeanne se voyant déjà siphonnée tout l'alcool du bâtiment en un temps-record. Elle aussi n'était pas contre une petite soirée picole, toutefois il fallait bien qu'elle reste sobre pour surveiller sa collègue et son apprentie qui avaient bien besoin de se détendre.
-J'accepte avec plaisir. Répondit Isabelle.
C'était aussi un peu à contrecoeur qu'elle acceptait, mais les bonheurs de son apprentie et de son amie valaient bien de passer une nuit sans trop d'alcool. Justes deux verres de vodka, ce n'était pas la fin du monde pour une femme qui en avait entamé deux en une heure sans faire de coma éthylique. Après tout ça ne les tueraient pas, en plus l'homme macabre n'avait pas vraiment besoin d'elle étant donné qu'il croulait sous la paperasse.
Ainsi, la soirée commença relativement bien, aucun incident à signaler, les esclaves commençaient à s'habituer. Ou alors ils jouaient très bien la comédie, mais de toute façon mieux valait ne rien dire et boire sa petite bière au comptoir. C'était ce qu'il y avait de mieux à faire. Puis enhardit par le petit verre d'alcool qu'elle venait de s'envoyer, Laura se dirigea vers la maquerelle et lui demanda :
-Vous qui apparemment êtes une femme d'expérience dans votre domaine, comment faites-vous pour, ne pas culpabiliser quand un type vous déballe sa vie. Même si se replonger dans la réalité en repensant à certaines choses est une méthode qui marche. J'aimerais avoir votre avis sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Inscription : 27/09/2013
Messages : 100
avatar
Emily Baker
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Ven 8 Nov 2013 - 21:56

À l’instar de son équivallente négrière, la macquerelle s’assurait de rester, du moins partiellement, sobre.Ayant délaisser l’éternelle vodka , l’étrangère se laissa tenter par un bonne bière froide, qu’elle sirota à même la bouteille en fesant le tour de ses invitées, offrants sourires et consommations aux récupérateurs à la mine basse. Certain d’entre eux avait trouvé un semblant de réconfort dans les bras de ses employées, qui tachait de leur remonter leur moral en ventant les mérites de l’endroit. Un toit, des fringues, et une sécurité d’emplois extra, c’était pas des trucs qui couraient les rues de Paris dans le moment.


La macquerelle avait le postérieur bien installé sur son bar, échangant quelques mots et douces caresses avec un de ses gagneuses, l’alcool et la fatigue se fesant sentir, et puis, fallait bien mettre un peu d’ambiance dans le vestibule, quand il vit l’apprenti négrière s’approcher du bar. Avec un regard plein de tristesse simulées, elle quitta les bras de sa partenaire du moment avant de sauter en bas du bar avec la grâce d’un chaton, sous l’influence de l’alcool et de quelques substances partagées avec deux-trois employées. Rien d’alarmant, mais Emily resentait l’effet,tout comme Laura devait le remarquer.


La question relativement naive de la négrière la pris pas surprise, lui coupa l’herbe sous le pied. Elle jetta un regard à Isabelle, s’assurant d’avoir son attention, de prendre la main de l’apprentie, l’éloignant de la plupart des invitées, après tout, elle ne voulait pas inquiété la clientèle.  Elle sentait le regard de la cheftaine sur elle, et elle ne put s’empecher de sourire. Sourire qui s’effacat quand elle s’envoya une bonne rasade de bierre , se préparant à ce qu’elle avait à dire.


- Pour être honnête avec toi, enfant, je sais pas. Douleur,expérience,traumatisme.Âge.Grandir. Je avoir beaucoup vécu,voyagé,souffert,perdu. C’est la vie. Toi ou moi, eux. J’ai perdu ma famille à cause de gens, un peu comme eux. Mais moi, vie.


Elle termina sa bière, la laissant tombé par terre. Elle n’avait pas l’habitude de s’ouvrir, mais la naivité de la jeune Francaise lui fesait sourire, et puis,l’alcool libérait les langues. Et oui, il y’a double sens.


-Tu veux conseil ? Reste avec patronne à toi. Elle semble correcte, elle va te proteger, te permettre grandir. Ou moi. Look..peut être c’est bierre ou fatigue qui parles..mais si vous avez besoin d’endroit ou dormir, ici.

Emily lui filla même un calin, ce qui fut un scène des plus innatendus. La femme qui était sur le point de faire un festin de son employé sur le bar avait l’air tout à coup plus fatigué, ses cernes étants plus apparents. Se rendant compte de ses gestes, elle brisa l’entreinte et fila vers le bar, la démarche hésitante et un masque froid sur le visage. Elle jeta un regard à Isabelle, avant de servir deux trois récupérateurs bourrées.


Quelques heures plus tards, la majoritées des employées dormaient sur le sol, les gagneuses ayants retourner dans leur chambre , seules ou accompagnées. Les quelques gardes somnollait à leur poste, seul la cheftaine négrière et la macquerelle tenait debout, une plus intoxiqué que l’autre, je vous laisse deviner. Emily l’approcha en se frottant les tempes,et pris un air serieux, ce qui fut assez difficile en considerant son haleine empestant l’alcool.

-So..quoi va tu dires à tes patrons ? Je curieuse de ma réputation. J’imagine que pas tout le monde traites esclaves comme moi, non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Sam 9 Nov 2013 - 15:23

-So..quoi va tu dires à tes patrons ? Je curieuse de ma réputation. J’imagine que pas tout le monde traites esclaves comme moi, non ?
La question de la maquerelle surprit un peu Isabelle qui ne s'attendait absolument pas à une question comme ça. A vrai dire elle ne savait même pas quoi répondre et l'alcool n'aidait pas à trouver une réplique fine et subtile à servir à madame. Aussi, la négrière regarda longuement son fond de verre comme si la réponse à tous ses problèmes étaient dedans. Mais non, les trois verres de vodka n'aidaient pas à se concentrer, à moins que ce ne soit trois bouteilles coupées à l'eau, ce qui expliquerait pourquoi elle ramerait autant pour trouver une réponse.

-Eh bien... Je dirais que vous êtes quelqu'un de respectable avec la touche d'autorité et qu'il ne faut pas marcher sus vos plate bandes  Sinon vous êtes quelqu'un de sympa en général. Mais de toute façon l'Arc vend à n'importe qui tant que les esclaves ne sont pas mangés. Après il est évident que peut de monde traite les esclaves comme vous le faites. Je pense qu'il faudrait plus de gens comme vous.
Voilà la seule réponse qu'elle avait trouvée en quinze seconde de contemplation de bibine, c'était nul en comparaison de son talent oratoire habituel sous l'alcool. Mais elle se garda de tout commentaire, Laura revint et s'installa à côté de sa mentor. Sans trop chercher à comprendre Isabelle ne dit rien, son apprentie était somnolente, entrain de jouer les funambules sur le fil qui sépare la conscience de l'inconscience. Aussi la cheftaine négrière jeta un bref coup d'oeil, la plupart des gens pionçaient, à moins que la picole lui donne des halu, chose prévisible quand on avait l'habitude de flinguer son foie à l'alcool fort et que la même picole était là depuis des siècles. Aux dernières nouvelles les gens ne fabriquaient pas leur vodka maison, si? Ce qui poussa à Isabelle à sortir :

-Je sais ce qu'il vous manque! S'exclama-t-elle comme si elle avait eu une illumination. Il vous manque l'essence de la raffinitude. Quand vous aurez le temps, allez au Moulin rouge, c'est là. Dit-elle en pointant du doigt un point de la carte qu'elle venait de sortir. Là-bas, il y a de l'ambiance, je veux dire, c'est juste érotique de regarder un mur là-bas.
Sans vraiment s'en rendre compte Isabelle en avait un peu trop dis. Peut-être que madame n'apprécierait pas.


-Enfin, mes excuses je suis grossière de parler de la concurrence. Dit la négrière, honteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Inscription : 27/09/2013
Messages : 100
avatar
Emily Baker
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Dim 10 Nov 2013 - 1:25

Le visage de la macquerelle n'aurait rien laisser parraitre en temps normal, mais en ce moment, l'effet de l'alcool et des substances plus ou moins inconnue pour elle, la facade d'Emily avait la consistence d'un morceau de gruyeau pourris. Les poings de la fine dame ce serrent sous la table, ses jointures craquants sous la pression et un subtile éclair de colère passant dans ses prunelles, avant d'être remplacée par une sourire des plus condéscendant. Elle pris un temps pour trouver comment articuler ses idées, après tout, il ne fallait pas trop en dire, à tout en cas,pas pour le moment. Ce fut avec un ton sussureux , et dans un murmure qu'elle répliqua à la négrière.

-Ma chère, mon établissement est unique. Pas un simple bordel où hommes en manque vienne baiser une femme. Non. Ici, nous allons offrir tout les plaisirs que corps peut offrir. Je ne veux pas ambiance, non, je veux intensité,vrai !


Plus la rosbif avancait dans sa tirade, plus son excitation se fesait sentir dans ses paroles, son débit étant en accelerrer et son ton de voix montant dans les décibels. Cet lumière visionaire ce fesait voir dans son regard . Elle continua dans son élan, tirant l'apprentie vers la conscience avec son baratin étranger, la dame parlant dans son dialecte inconsciamment.

-You wanna kill someone then fuck it's lifeless body ? We'll provide the body ! You are into kids ? You fucking sicko, but we'll get you one ! You wanna try some wicked drugs ? Just come right in ! We'll explore every fucking sin possible ! Welcome to the seven circles of hell !


Tiens, sa le fesait bien comme titre sa, The Seven circles of Hell.  Reste que la macquerell e avait l'air bien tarée, elle avait fracasser un verre sur la table dans son excitation, et le regard que lui jettait la négrière l'inquietait. Avait t'elle compris ? Cela alait t'il brisée le contrat ? Vite, ENCHAINE !

-Désoler pour sa, vous deux être fatiguées . Vous venir me joindre dans quartiers ? Plus confortable que le plancher, non ?

Un petit clin d'oeil à la plus jeune, après tout, la  rosbif apréciait bien la compagnie dans son lit, et l'alcool libérait les langues, et plein d'autres fluides corporelle tout aussi sympa..

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Dim 10 Nov 2013 - 16:17

Ainsi, la dame voulait se faire un plan entre femmes dans sa petite suite de la maquerelle. Cette idée n'était pas pour déplaire à la négrière mais il fallait savoir rester professionnel, s'envoyer en l'air avec une cliente n'était pas professionnel.

Baiser ma coloc' de tente non plus.
Cette pensée la foudroyait, heureusement que Laura ne savait rien de l'ancienne relation qui avait eu lieu entre Jeanne et la cheftaine. Enfin, si relation était le terme approprié pour un "passe temps d'un soir" comme aimait dire Isabelle. Mais il n'était pas l'heure de remettre sur le tapis ses anciennes aventures, surtout qu'elle avait d'autres gens en tête. De plus ça nuirait à son image

Isabelle, la pute qui baise avec ses clients.
Ca ne ferait indubitablement pas une bonne pub pour elle et si la négrière voulait un jour devenir la nouvelle gérante de l'Arc il lui faudrait une bonne réputation.

-Eh bien, je suis flattée mais je dois décliner l'offre. En effet, j'ai peur que ce soit l'alcool qui risque de parler et je ne suis plus assez sobre pour bien mesurer le tout.

C'était peut-être risqué mais mieux valait-il sortir ça que de s'envoyer en l'air juste pour le plaisir de la chose. Ou alors il n'y avait aucune arrière-pensée à ça et son imagination tordue s'inventait encore des choses. Isabelle regarda où était Jeanne : endormi sur une table, le fusil toujours en bandoulière, Laura était sur le fil de la somnolence et ne semblait pas avoir remarqué le signe de la maquerelle.
-Un mouton? Mais je n'ai pas de crayon.
Jeanne parlait dans son sommeil? Première nouvelle, elle n'avait pas encore fait ça, sans doutes que l'alcool y était pour quelque chose. 
-Je crois que moi aussi je vais m'installer sur un siège et me jeter dans les bras de morphées si vous n'y voyiez pas d'inconvénient.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Inscription : 27/09/2013
Messages : 100
avatar
Emily Baker
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Dim 10 Nov 2013 - 23:47

La macquerelle eut l’air décu l’espace d’une seconde, avant de sortir l’éternelle sourire condéscendant et de se relever, en s’appuiyant sur la table pour éviter de s’éclater la boite craniêne sur le sol du vestibule, ce qui lui voudrait d’être la risée dans l’au-delà, si tel machin existait. Emily n’avait rien d’une croyante, mais elle se plaisait à croire qu’une vie après la mort existait, après tout, une partouze eternelle avec de l’alcool et du sang à foison, c’était mieux que rien dutout ? Emily doutait d’avoir bien compris les ouvrages religieux qu’elle avait parcouru completement défoncer à un moment quelquonque de son adolescence, reste que l’image était resté.

-Suit yourself. Si vous cherchez moi, bout du corridor à droite. Cogné 3 fois. Sleep well.

Ce fut avec ses sages paroles que la rosbif ce diriga vers ses quartiers, zigzagant et evitant des obstacles que seul elle voyait. Elle enjamba quelques corps ronflant et reveillant quelques de ses gardes,leur demandant de surveiller les esclaves. Demain, leur formation allait commencer, que les négrières soit présente ou non. Ses muscles étaient douloureux et elle sentait très bien le sang battant dans ses tempes, un signe que sa couche l’appellait.


Ce fut avec joie qu’elle entra dans ses quartiers,le tout étant dans le même état quelle les avaits quitté ce matins.  Le matelas, durcit par des années d’usure et débat l’attendait, recouvert de vieux vetements trouvées par ci et là pour lui donner un minimum de comfort. Quelque scultures humaines tronaient, offrant un air macabre à la pièce des plus agréables. Après tout, la macquerelle était taxidermiste et elle se devait de garder ses talents affutées. Justement, une des status ayant la divine fonction d’être un panier à linge. Avec des gestes plus ou moins précis, Emily se denuda, avant d’aller embrasser ses oreillers. Peut importe si les négrières venait la déranger, elle s’en foutait bien qu’elle la voie à poil ou pas.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/08/2013
Messages : 138
avatar
Isabelle Jager
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   Lun 11 Nov 2013 - 19:55

La négrière ouvrit les yeux, une effroyable sensation de froid l'assaillit : elle avait dormi le visage sur le comptoir et ça n'aidait pas à bien se réveiller. Isabelle leva douloureusement la tête et regarda autour d'elle, tout doucement les autres employés de la cuite d'hier soir. La cheftaine avait dû se laisser aller sur la picole pour avoir un mal de crâne comme ça, pourtant, faisant fi de sa migraine elle alla réveiller son apprentie et sa collègue qui dormaient sur des chaises. Laura se réveilla en sursaut, pâle comme un linge, sans doutes un de ces cauchemars récurrent qui revenaient sans cesse, il fût plus dur par contre de réveiller Jeanne : la négrière avait un sommeil plus lourd que le plomb et enfoui plus profondément que le magma sous terre. En ayant assez de secouer délicatement son amie, Isabelle mit une claque derrière la tête de sa camarade qui sortit des limbes du sommeil.

-On bouge. Se contenta de dire la cheftaine.

Les deux autres maugréèrent en guise de protestation mais un rappel à l'ordre suffit à faire taire les contestations. Aussi après avoir salué les employés et avoir demandé à un garde de transmettre les salutations du trio à la maquerelle elles s'en allèrent. En regardant sa montre Jeanne s'aperçut qu'il était aux alentours de sept heures du matin, c'était tard en comparaison du train de vie des négrières, en plus l'homme macabre leur passerait surement un savon. Mais les négrières avaient un contrat juteux en poche et allaient pouvoir se dorer la pilule au soleil pendant un petit bout de temps. C'était ça l'avantage de se faire des contrats d'achat : elles toucheraient toutes une petite commission de cinq pour cent sur chaque vente et comme elles avaient la même tente cela faisait une coquette somme à dépenser pour la déco et l'achat de nouvelles armes.

-Celle qui arrive qui trouve une excuse pour la nuit passé chez la maquerelle gagne dix anneaux. Annonça Jeanne.


En effet, elle devait partir et rentrer le jour même, ce n'était pas prévu de dormir chez la dame et l'homme macabre serait probablement contrarié. Mais avec le contrat en poche sans doutes que son humeur reviendrait à la normale en peu de temps.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Démarchage négrier à domicile.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Démarchage négrier à domicile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Démarchage négrier à domicile.
» Titou gigolo a domicile.
» THOMAS L. LEROY ► nash grier
» ADMR - Portage de repas à domicile
» L'île de Gorée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Autres Lieux :: Bordel d'Emily Baker-