Partagez | 
 

 Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Inscription : 14/07/2013
Messages : 32
avatar
Stanislas "Le Révolté"
MessageSujet: Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]   Sam 10 Aoû 2013 - 17:39

Dans l'un des QG de la Résistance


Installer sur un vieux siège en cuir d'avant-guerre, Stanislas annonça d'une voix ferme et bien compréhensible:

-Camarades ! La FNF semble gagner de plus en plus de terrain...ils sont forts, beaucoup plus forts que nous. C'est pour cela que j'ai décidé de partir avec une poignée d'hommes à la rencontre d'un clan Psychotique appelé les "Hurleurs", j'ai jugé qu'ils seraient les moins...agressifs à notre égard. Je propose d'entretenir avec eux une sorte d'alliance temporaire, avec les Hurleurs à nos cotés, la Résistance sera sans aucun doute renforcée et plus forte, mais...cet accord est comme je l'ai dis temporaire...le temps de se débarrasser de la FNF. Camarades, je vais vous laissez à vos occupations, que tout les volontaires pour participer à cette mission diplomatique se présente dans mon bureau après l'heure du déjeuner.

Retournant dans ce même bureau d'avant-guerre, assez modeste mais confortable, on pouvait y pratiquer de la lecture sans être déranger par les bruits extérieurs. Sur le bureau en chêne se trouvait des piles entières de papiers et de journaux. Un stylo possédant une plume d'or était soigneusement ranger dans son étui attendant avec patience que Stanislas l'utilise. Celui-ci s'installa, patientant l'arrivée des volontaires pour cette opération. Le premier d'entre eux, devait avoir une vingtaine d'année, il était blond ou plutôt cendré, ses yeux bleu fixait le leader de la Résistance avec fierté et détermination, il dit à Stanislas:

-Je me porte volontaire pour vous escortez dans le territoire des Hurleurs.

-Bien, je vais te dire une chose que je dirais à tout les autres camarades: Je ne veux pas d'hostilités sans aucune raison valable d'accord ? Faîtes profil bas...et laissez moi parler.

-Bien sûr, c'est une évidence.

-Parfait, dis au suivant qu'il peut entrer.

-D'accord.

Stanislas enchaîna donc la quinzaine de volontaires, il préférait ne pas être trop nombreux pour éviter d'attirer l'attention.

Le lendemain, Terres Désolées

Ils marchaient, marchaient, sans s'arrêter, observant les alentours. La nuit était tombée et la Lune illuminait la rue d'un air inquiétant.Stanislas évita des éclats de verre par terre, avant de diriger un regard nonchalant vers un ancien commerce qui se faisait piller. Il vit un peu plus loin un homme, éventré de long en large ou les boyaux pourrissaient lentement. Le leader de la Résistance regarda le cadavre pendant plusieurs minutes, avant de reprendre sa route accompagné de la quinzaine de militants à ses cotés. Paris avait été complètement ravagé...il n'y avait que des ruines sur d'autres ruines formant des montagnes de débris inimaginable. Il n'y avait plus de verdûre, c'était comme-ci toute forme de vie en ce lieu...étaient mortes. Les Résistants débouchèrent dans une large ruelle où quelques batiments étaient encore en état...si l'on pouvait appeler ça "être en état". Soudain, un cri rauque se déchira dans le ciel et ils se retournèrent lentement. Rien. Il n'y avait absolument rien. Un calme douteux planait. Puis...un second cri se fit entendre, désormais il était clairement perceptible, cela ressemblait à un râle animal. Les Hurleurs...

Stanislas fit signe à ses hommes de baissez leurs armes et annonça haut et fort à l'intention des Hurleurs:

-Hurleurs ! Je désirerais m'entretenir avec votre chef d'une façon amicale, nous n'avons peut être pas grand chose en commun, mais nous avons un point commun majeur...celui d'avoir le même ennemi: la FNF. Unissons-nous pour les combattre !

Ensuite...le leader de la Résistance se tût patientant un signe de réponse de la part des Hurleurs.

_________________
Rejoignez la Résistance contre la FNF !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Paris
Inscription : 31/05/2013
Messages : 73
avatar
Adam Charenton
MessageSujet: Re: Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]   Sam 10 Aoû 2013 - 21:29

Il marchait, il marchait a travers les rues désertes des ruines de l'ancienne capitale. Un homme en armure noire, casque avec un masque a gaz sur la tête, et un sniper dans le dos. Il avançait doucement les mains libres a l'air. La lune éclairait ses pas. Il ne semblait pas presser, d'habitude il traversait les ruines par le toit des bâtiments mais la non seulement il faisait nuit, mais en plus de ça il ne semblait pas d'humeur a grimper partout.

Au loin devant lui il vit alors un groupe d'homme environ une quinzaine, armés. Il regarda, mais aux premiers abords cela ne semblait pas être des soldats de la FNF ni des miliciens.

- Oh et puis je m'en tape j'ai pas envie de contourner merde.

Il avait sorti cette phrase tout seul, en ne s'adressant a personne. Lui-même ne devait pas comprendre ce qu'il avait dit.
Il avançait vers eux, ils étaient tous a l’arrêt, une fois arrivé a leur niveau il tourna ça tête vers eux en marchant d'un air benêt. A leur tête un homme de petite taille semblait mener le groupe.
Le groupe observait alors l'homme en armure, cette scène était a la fois comique mais aussi extrêmement idiote.
Puis soudain l'homme de petite taille qui était en tête du groupe cria,


-Hurleurs ! Je désirerais m'entretenir avec votre chef d'une façon amicale, nous n'avons peut être pas grand chose en commun, mais nous avons un point commun majeur...celui d'avoir le même ennemi: la FNF. Unissons-nous pour les combattre !


Le voyageur qui passait en armure s’arrêta soudainement et avança vers le petit homme, il vit alors que celui-ci portait un béret et avait un costume assez bien entretenue, probablement un marchand pensait-il, il lui dit alors,

- Excusez-moi mais ici vous n’êtes pas encore sur le territoire des Hurleurs, ici c'est la zone neutre entre les Wendigos et les Hurleurs, de plus les cris que vous avez entendu c'etait des Hurleurs qui annonçaient aux Wendigos qu'un repas les attend a l’entrée de leur territoire...

L'homme semblait stupéfait, les personnes qui l'ont suivit avaient tous été surpris par les propos tenu par l'homme en armure.

- D'ailleurs je comprend pas pourquoi vous voulez rencontrer les Hurleurs a une heure pareil, même si vous êtes nombreux ici ils pourront vous attaquer sans problème, une fois que vous serez morts ils rapporteront même vos cadavres aux Wendigos c'est la procédure standard pour rester neutre avec ce clan.

Une fois de plus le groupe d'homme le regardait l'air de dire mais qui t'est ? Et qu'est que tu raconte ? La situation semblait être encore plus tordue que celle d'une bande dessinée d'avant guerre.
Au loin des cris résonnaient déchirant le ciel, et puis bientôt une pluie éparse commençait a tomber sur les ruines de la capitale.

Voyant que la situation ne faisait que de stagner l'homme masquer par son casque et son masque a gaz décida alors de faire le premier pas car il était juste en face du petit homme qui voulait rencontrer les Hurleurs.

- Bon j'ai pas très bien compris ce que vous vouliez, mais je vous ai entendu dire les mots FNF et ennemie, alors on pourrait s'entendre.

Il tendit sa main vers l'homme au béret en signe de vouloir faire connaissance.

- Ah et au faite je m'appelle Adam, je suis moi-même un Hurleur et je connais personnellement L'Aboyeur, c'est le chef des Hurleurs ! C'est un peu comme mon père, donc si vous voulez vraiment le rencontrer je peux vous y...emmener.

Il finissait doucement ça phrase que tout les hommes derrière leur leader avait tous braqués son leur fusil sur le pauvre Hurleur.
La situation ne semblait pas jouer en ça faveur pour le moment...
Il n'osais plus bouger d'un pouce, et sa main tendu vers le petit homme tremblotait légèrement, il ignorait totalement ce qui allait se passer a présent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 14/07/2013
Messages : 32
avatar
Stanislas "Le Révolté"
MessageSujet: Re: Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]   Lun 12 Aoû 2013 - 9:40

Un membre des Hurleurs avait fait son apparition, échangeant quelques paroles, il ajouta:

- Bon j'ai pas très bien compris ce que vous vouliez, mais je vous ai entendu dire les mots FNF et ennemie, alors on pourrait s'entendre, ah et au faite je m'appelle Adam, je suis moi-même un Hurleur et je connais personnellement L'Aboyeur, c'est le chef des Hurleurs ! C'est un peu comme mon père, donc si vous voulez vraiment le rencontrer je peux vous y...emmener.

L'homme tendit une main amicale, Stanislas fit de même annonçant par la même occasion:

-Salutation, Adam, on m'appelle le Révolté, mais mon nom est Stanislas, heureux de faire votre connaissance, j'ai hâte de rencontre l'Aboyeur.

Il fit signe à ses hommes de baisser leurs armes. Et s'avança au coté d'Adam. Stanislas était soulagé...faire une victime inutile n'était pas vraiment l'ordre du jour. Le leader de la Résistance ne put s'empêcher d'observer la tenue assez intimidante de l'Hurleur, un masque à gaz recouvrait entièrement son visage. La démarche d'Adam ressemblait à celle d'un soldat. Il avait dû depuis de nombreuses années combattre, combattre un ennemi beaucoup plus fort. Plus organisé, mieux équipé et plus discipliné. Mais, tout ces atouts que la FNF possédait n'était rien face à la fureur des masses.

*Attaque un point faible de l'adversaire, divise et règne. Au lieu d'attaquer la tête la première un ennemi puissant et concentré, fragmentez-le en petits groupes vulnérables. *

Se répéta intérieurement Stanislas tout en progressant. Cette relation avec les Hurleurs allaient sans aucun doute être bénéfique pour les deux camps...la Résistance était postée dans le territoire même de la FNF. Il pourrait très bien couvrir un assaut des Hurleurs en utilisant les techniques d'espionnages, de sabotages et tout autres actions de guérillas. Stanislas préparait une manifestation pacifique à Lutèce, simplement pour faire passer le message aux gens de là-bas que...la Résistance n'est pas du genre à baissé l'échine devant n'importe quelle forme d'autorité adverse. Des ombres mouvantes se trouvaient sur les toits des larges avenues parisiennes, elles semblaient nous observer...Sans doute les Hurleurs, Stanislas savait qu'ils avaient pour habitude de se poster sur les toits. Le Révolté jeta un oeil à ses hommes, la vigilance se lisait dans leur regard. Il opina du chef l'air de dire: "Ne vous inquiétez pas, camarades".

Stanislas vérifia tout de même si son pistolet était toujours dans la poche de sa veste...Ensuite,il décida pour faire passer le temps du voyage, de discuter avec l'Hurleur:


-Comment avez-vous rejoins les Hurleurs ? Dîtes m'en plus sur eux...la population à l'intérieur des villes, dont je fais malheureusement partie, est aveuglée par la propagande de la FNF mais...j'aimerais connaître vos réelles intentions, si du moins vous avez des objectifs pour le futur. Vous pourriez aussi me parlez des autres clans de Psychotiques ?

_________________
Rejoignez la Résistance contre la FNF !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Paris
Inscription : 31/05/2013
Messages : 73
avatar
Adam Charenton
MessageSujet: Re: Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]   Lun 12 Aoû 2013 - 10:45

Finalement la situation s’était apaisée, et l'homme de petite taille avait fait de même qu'Adam, il lui serra la main avant de lui dire son nom, un certain Stanislas, il semblait très charismatique, c'est surement pour cela qu'il menait ce petit groupe d'hommes et leur commandait aussi facilement. Enfin qu'importe...

Ils avançaient ensemble, Adam était en tête du groupe, avec Stanislas, il savait très bien que sur les toits des bâtiments qui parsemaient leur route il y avait des Hurleurs qui couraient, il essayais juste de savoir combien il y en avait. Puis le petit homme vérifiait quelque chose a l’intérieur de sa poche, dans un regard discret Adam vit que c'etait un Shanxi. Mais il ne voulait rien commenter la dessus.

Puis d'un coup le Révolté comme il avait dit posa une question pluton précise a Adam,

-Comment avez-vous rejoins les Hurleurs ? Dîtes m'en plus sur eux...la population à l'intérieur des villes, dont je fais malheureusement partie, est aveuglée par la propagande de la FNF mais...j'aimerais connaître vos réelles intentions, si du moins vous avez des objectifs pour le futur. Vous pourriez aussi me parlez des autres clans de Psychotiques ?


Il réfléchit un moment avant de se décider quoi révéler a l'homme, car il ne pouvait pas tout révéler comme ça sur les Hurleurs a un parfait étranger.

- J'ai pas rejoins les Hurleurs, ce sont eux qui m'ont trouver lorsque j'ai été un bébé, puis ils m'ont élever. Les rumeurs concernant notre clan sont nombreuses, il est vrai que nous attaquons les imbéciles qui viennent sur notre territoire, cependant comme vous le savez peut-être notre chef aime négocier, hormis avec la FNF. Nos intentions je peux pas vous les révéler, vous demanderez a l'Aboyeur. Concernant les autres clans, parfois on fait des échanges avec les Wendigos nos voisins, entre nos clans on ne se tire jamais dessus. Et les autres 'Psychotiques' comme vous dites je n'en sais rien on m'a toujours appris qu'il s'agissait seulement de malades mentaux qui devrait être brulés avec la FNF.


L'homme semblait réfléchir face a ses révélations...

- Ah et au faite joli Shanxi.

Stanislas semblait surpris qu'Adam ai pu voir son arme, surtout dissimuler a l’intérieur de sa veste.
Le groupe marchait pendant de longues minutes en suivant Adam,

- Et au faite, vous êtes qui vous ? Un genre de prophète sectaire qui veux purger les TD de la FNF ? Ou comment ça se passe ?

L'homme sembla rire, mais avant qu'il ne puisse répondre Adam fit un signe pour s’arrêter. Devant eux se dressait un passage large mais sur lequel était entasser plusieurs cadavres, certains était même devenus des squelettes a force de rester en état de décomposition. Puis soudain une personne masquée, avec une silhouette assez fine fit son apparition en sautant d'un toit.
Elle portait un fusil d'assaut chinois qui étonnamment semblait être neuf, qui d'ailleurs était pointé sur le groupe d'hommes.

Très rapidement Adam avait réussi a dégainer son César et le pointait en face de cette Hurleur masqué.

- Écoute, je sais pas qui t'est mais ta dix secondes pour baisser ton jouet avant que je t’expose la cervelle, je te promet une chose je ne te raterai pas.

La situation était une nouvelle fois tendu, et de longues secondes s’était passer avant que celle-ci ne sois désamorcée.
C'est alors que depuis un toit on pouvait entendre une personne crier sur le Hurleur masqué.

- Lucie, baisse ton arme c'est l'un des notre ! Quand a toi Adam, qu'est qui te prend d'arriver comme ça avec un groupe de gars armés ?

Ainsi donc la personne en face était une femme, probablement une nouvelle vu qu'elle ne connaissait pas Adam, surtout qu'il était un peu la mascotte des Hurleurs étant petit, connu a l’époque pour être maladroit, il faisait marrer tout le clan. Elle baissa donc son arme, Adam en fit de même.

- Je ramenè une personne qui souhaite discuter avec papa !


Un long silence s'en suivit...

- D'accord Adam, cependant tu ramène une personne, le reste du groupe devra rester ici, tant que vous ne reviendrez pas on ne les touchera pas. De plus Lucie vous escortera, Adam sois gentil avec elle a ton age.

- Trop bien une baby-sitter !
Ajouta t-il alors d'un ton sarcastique, on pouvait alors entendre des rires sur les bâtiments tout autour d'eux.

Certains hommes qui accompagnait Stanislas commençait a faire entendre leur désaccord. Maintenant allait t-il accepter ou non de venir a l'encontre de l'Aboyeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 14/07/2013
Messages : 32
avatar
Stanislas "Le Révolté"
MessageSujet: Re: Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]   Lun 12 Aoû 2013 - 15:03

- J'ai pas rejoins les Hurleurs, ce sont eux qui m'ont trouver lorsque j'ai été un bébé, puis ils m'ont élever. Les rumeurs concernant notre clan sont nombreuses, il est vrai que nous attaquons les imbéciles qui viennent sur notre territoire, cependant comme vous le savez peut-être notre chef aime négocier, hormis avec la FNF. Nos intentions je peux pas vous les révéler, vous demanderez a l'Aboyeur. Concernant les autres clans, parfois on fait des échanges avec les Wendigos nos voisins, entre nos clans on ne se tire jamais dessus. Et les autres 'Psychotiques' comme vous dites je n'en sais rien on m'a toujours appris qu'il s'agissait seulement de malades mentaux qui devrait être brulés avec la FNF.

-Je comprend un peu mieux la situation désormais...

Rétorqua Stanislas songeur comme à son habitude. Adam ajouta un peu plus tard:

- Ah et au faite joli Shanxi.

Le Révolté leva un sourcil, étonné que l'Hurleur avait réussit à voir le pistolet d'origine chinoise, Stanislas sourit à l'homme et ajouta:

-Merci, il m'a sauvé la vie plus d'une fois dans les situations compliquées, votre César n'est pas mal non plus, j'ai déjà testé cette arme, précise et fiable, d'après mes souvenirs...

- Et au faite, vous êtes qui vous ? Un genre de prophète sectaire qui veux purger les TD de la FNF ? Ou comment ça se passe ?

Stanislas ne put s'empêcher de réprimer un large sourire tout en essayant en vain de lui répondre. Pourquoi en vain ? Car l'un ou plutôt l'une des membres des Hurleurs se dressa devant eux, une arme chinoise à la main, de bonne qualité, Stanislas n'aurait pas été contre une petite démonstration...mais l'heure n'était pas aux loisirs. Il fut d'abord réticent face à la façon dont la conversation tournait...mais fut presque soulagé en voyant un autre dire à la probable femme de baisser son arme. Après un bref échange de conversation entre Hurleurs, Stanislas se focalisa sur le fait que ces hommes devaient rester ici. Il leur fit signe d'obéir et de rester tranquille...Stanislas comprenait que des hommes armées jusqu'aux dents ne puissent entrer comme cela devant un dirigeant. Il aurait fait de même...ou peut être pas, mais bref. La femme dénommée Lucie escorta les deux hommes vers l'Aboyeur.

Dés que la situation se calma, il reprit à l'intention d'Adam:


-Pour répondre à votre question de tout à l'heure...vous savez j'ai connu l'esclavage, même si ça ne se voit plus trop, j'ai connu le travail forcé sans rien avoir en retour, cependant, avec seulement une poignée d'hommes, j'ai organisé une révolte générale, la FNF ne put contenir tout le monde...je fais partie de ceux qui ont réussis à s'échapper. Une fois à l'extérieur, avec les survivants, j'ai formé une "organisation" regroupant au début des esclaves en ayant assez de travailler pendant que d'autres profitent de leur luxure et leurs privilèges. Après tout...si cette luxure existe...c'est grâce à ces même esclaves non ? Plus tard, j'ai ouvert mon organisation à toute les personnes voulant se rebeller contre la FNF et instaurer un nouveau pouvoir, plus égalitaire et plus juste. Mes partisans ne veulent qu'une chose...rétablir un ordre nouveau basé sur une société nouvelle oubliant les erreurs du passé . La situation n'est malheureusement pas à notre avantage...la FNF ne cesse de nous traquer, nous perdons des agents tout les jours...mais, j'ai remarqué aussi une hausse d'influence à l'époque personne ne connaissaient la Résistance désormais...il y en a beaucoup plus au courant, même si beaucoup sont encore aveuglés par la FNF, comme on dit tant que l'idée restera, la lutte continuera. Voilà, c'est donc un peu plus complexe qu'être "un prophète sectaire"...ce n'est pas seulement ma volonté...c'est la volonté du peuple...

Des regards se posèrent à nouveau sur Stanislas, les Hurleurs ne devaient pas forcément appréciés qu'un étranger ne pénètre dans leur camp. Mais...ils allaient très bientôt apprendre à connaître Stanislas qui pour le moment préfèrait faire profil bas...il était vulnérable...mais il savait ou du moins il espérait profondément que les Hurleurs n'étaient pas assez naïfs pour refuser son offre ou même le tuer. Stanislas vivant était un leader charismatique et influent...mort il n'était qu'un ancien esclave cinquantenaire rongé par ses convictions radicales...

Progressant de plus en plus vers le QG des Hurleurs..Stanislas sentait qu'il se rapprochait de l'Aboyeur.


_________________
Rejoignez la Résistance contre la FNF !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Paris
Inscription : 31/05/2013
Messages : 73
avatar
Adam Charenton
MessageSujet: Re: Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]   Mar 13 Aoû 2013 - 0:22

Stanislas avait finalement réussit a convaincre ses hommes de l'attendre devant l’entrée du territoire des Hurleurs. Adam avança alors vers la jeune femme qu'il ne connaissait visiblement pas, de près il a pu voir qu'il s'agissait vraiment d'une femme d'environ 1m70, elle avait seulement des lunettes tactique sur le visage qu'elle s'empressa d'enlever, son visage semblait être plutôt propre sans cicatrice, elle gardait sa capuche mais on pouvait apercevoir ses longs cheveux bruns. Elle portait un haut avec une capuche, et le bas était un pantalon militaire avec plusieurs chargeurs de fusil d'assaut.

Spoiler:
 

Adam la regarde a travers son casque, elle faisait un regard méprisant envers celui-ci sans rien dire... Puis elle engagea la conversation avec Stanislas.

- Beau discours monsieur, j'ai moi même été une ancienne esclave et je vous comprend. Elle fit un sourire avant de donner signe pour se mettre a marcher.

Adam avançait déjà au loin devant avant que celle-ci ne l'interpelle.

- Adam, c'est moi qui ouvre la marche, ce sont les ordres !

Il s’arrêta un court instant avant de lui répondre par un doigt d'honneur...

- La ferme je te connais même pas et tu viens me donner des ordres, a moi ? T'est malade ou quoi ?

Elle se tut et pris quand même le devant du groupe... Adam attendit que Stanislas le rejoigne avant qu'ils continuent a travers une longue avenue, les bâtiments semblait être dans un état plutôt correct, le soleil commençait a se lever et on pouvait a présent clairement observer différentes fenêtres des haut étages ou parfois même depuis des toits des dizaines de Hurleurs qui observaient les trois personnes marcher a travers l’avenue, Stanislas semblait fasciner par ce clan, Adam regarda et vit plusieurs hommes, femmes et même des enfants, une véritable communauté était installer ici. La jeune femme appeler Lucie tentait tant bien que mal d'engager la conversation.

- Alors c'est toi le fameux Espion ? Je ne t'imaginais pas aussi jeune. Et pourtant les lieutenants parlent souvent de toi, mais surtout de tes conneries quand t’étais petit.
Elle rigola alors a la fin de la phrase
Il la regarda sans rien dire avant d'ajouter,

- Et toi t'est qui ? Une pute que ces cons ce sont payés ?

Avant même qu'il n’eut le temps de faire un autre commentaire, elle lui assena un violent coup de crosse au torse. Adam tomba presque a genoux avant de reprendre calmement son souffle, l'impact était violent et lui avait fait perdre sa respiration d'autant plus qu'il gardait encore son masque a gaz, ce qui n’arrangeait pas les choses pour respirer.

- LES HURLEURS M'ONT AIDER ALORS NE DIS PLUS CA, COMPRIS ABRUTI ? C'EST MA FAMILLE TOUT COMME LA TIENNE !

Elle gueula en plein milieu de l'avenue, elle était énervée et avait les yeux pleins de larmes, elle continua a marcher en faisant un signe a Stan de la suivre. Doucement Adam se relevait en ne disant rien... Il l'avait fermé sa bouche, mais le poing serrer réfléchissant a comment se venger de cette Hurleuse.

Le groupe poursuivit ainsi leur trajectoire dans le silence avant d'arriver devant un très grand bâtiment sur lequel il y avait des échafauds de fortune et quelques hommes qui semblait le rafistoler, devant l’entrée un homme plutôt âgée fumant une cigarette ne les regardait même pas. Mais le silence fut rompu par la jeune femme qui s'adressa alors a Stanislas.

- Monsieur si vous avez des armes je vous prierai de me les remettre, elles vous seront remise a la sortie...

Adam était alors intervenu d'un ton agressif.

- Putain on s'en fout de ta procédure a la con, ici on est chez moi, pas chez toi alors dégage.

Sans rien et en regardant vers le sol, elle entra la première a travers une grande porte en bois qui semblait être restaurée. Adam et l'homme au béret suivait la jeune femme qui commença a entamer les escaliers a l’intérieur du bâtiment. L’intérieur était aménager, certes c'etait de l’aménagement moindre, mais on était très loin des cliches psychotiques et du sang sur les murs...
Étage après étage ils gravirent les marches qui avait un semblant de tapis sur elles. Après environ cinq étages ils arrivèrent sur un étage ou les murs étaient tous casser dans le but de former une très grande salle commune. Devant eux se dressait une sorte d’énorme chaise bricolée a partir de déchets sur laquelle était assise une monstruosité portant une drôle d'armure et un énorme masque a gaz, couvrant entièrement sa tête. Il n'y avait pas de doutes possibles c'etait l'Aboyeur entouré de trois hommes qui semblait être ses membres les plus proches, ils portaient tous des armures militaires d'avant guerre encore plus moderne que celle d'Adam. Enfin Lucie avança la première en entamant la discussion avec l’énorme mutant.

- Monsieur... enfin père, je vous ramène une connaissance a vous...


L’énorme chose bougea ça tête avant de parler a son tour.
Adam sembla étonna que la jeune Hurleuse appela l'Aboyeur père tout comme lui.

- Merci ma chère fille, et dire que je ne m'attendais pas a te revoir Adam, j'ai bien cru que t’étais mort dans ce fichu abri. Et puis pourquoi me ramène tu monsieur le Révolté ?


L'Aboyeur semblait déjà être au courant des dernières aventures d'Adam... Comment ? Lui seul avait des connaissances a travers les TD. De plus il semblait parfaitement connaitre Stanislas et son mouvement...

Maintenant c'etait l'heure des révélations, Stanislas pouvait enfin parler et formuler ça demande a l'Aboyeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 14/07/2013
Messages : 32
avatar
Stanislas "Le Révolté"
MessageSujet: Re: Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]   Mer 14 Aoû 2013 - 19:34

Ils continuèrent à avancer, Stanislas apprit que Lucie avait elle aussi été esclave et fut assez surpris de voir les deux Hurleurs se chamailler entre eux. Ah la jeunesse...pensa-t-il avec un sourire nostalgique...bien que sa jeunesse, n'était sans doute pas aussi "libre", c'est le cas de le dire pour un esclave.

Lucie, les yeux rougeoyant de colère depuis à la conversation assez tendue avec Adam, demanda au Révolté de lui confié toute ses armes. Celui-ci s'exécuta sans problème. Jusqu'ici, il avait suivit aveuglément les instructions des Hurleurs...il espérait que leur chef était quelqu'un d'intelligent et pas un fanatique ne pensant qu'au pouvoir...au sinon, il devrait ajouter une nouvelle cible future sur sa liste dont des noms étaient inscrit en lettres de sang...celui qui avait l'honneur de se situer en première place était le "Président" Hénin.


Grimpant les nombreux escaliers ornés d'un tapis rouge rudimentaire, ils arrivèrent enfin devant l'Aboyeur. Stanislas fit une brève salutation, et entama ce pourquoi il était venu en personne. Il observait l'Aboyeur, ne devant pas s'attendre à ce qu'il soit un mutant...mais Stanislas n'était pas du genre à faire des différences entre les "races", dans le cas contraire ce serait un peu...contradictoire avec son idéologie. L'Aboyeur était donc un mutant, cependant celui-ci semblait encore plus impressionant que les autres, sa taille était très imposante. Il était installé sur un trône fait de ferrailles et autres matériaux aussi imposant que le chef des Hurleurs. Stanislas se gratta la barbe, petite habitude qu'il avait prit lorsqu'il réfléchissait et prit la parole:

-Salutations à vous l'Aboyeur, on m'appelle le Révolté mais mon nom est Stanislas, leader de la Résistance contre la FNF. J'ai préféré venir en personne pour éviter toutes méprises. Je vais vous soumettre une demande, cela va vous paraître étrange, je ne pense pas que c'est une demande à laquelle vous deviez vous attendre. Je souhaiterais fondé un accord mutuel entre nos deux camps, favorable à la croissance de ceux-ci. Je souhaiterais devenir votre aide intérieur dans les territoires de la FNF, je vous fournirais des informations, je saboterais les installations de la FNF..et j'en passe.En échange, j'aimerais votre soutien dans cette lutte, je souhaiterais des armes et une coopération militaire pour ainsi à aboutir à une alliance équitable qui nous permettra d'éliminer la FNF. La FNF règne d'une main de fer sur ses territoires, les taxes augmentent...ils disent que ceux-ci servent à reconstruire Paris...mais la vérité, j'en suis sûr est tout autre...pendant que ces lâches se cachaient sur leur île, le peuple français a souffert. Aujourd'hui, ils disent que le pouvoir leur appartient ? Mais qui a reconstruit cette société pour reformer un minimum d'organisation ? Ce sont les travailleurs ! Le pouvoir appartient à ceux qui ont reconstruit Paris, pas à ceux qui prétendre le possédé sous prétexte de représenter le gouvernement d'avant-guerre...j'ai donc créer un réseau sous le nez de la FNF, appelé la Résistance...vous semblez la connaître, j'en suis heureux, nos actes se font entendre même en dehors des villes. Mais revenons au principal,qu'en pensez-vous ?

Stanislas plongea son regard dans celui de l'Aboyeur...patientant la réponse de celui-ci.

_________________
Rejoignez la Résistance contre la FNF !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/01/2013
Messages : 60
avatar
Tueur de PJ
MessageSujet: Re: Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]   Mer 14 Aoû 2013 - 22:22


Territoire des Hurleurs



Sa lecture finie, il tendit son bras et, ouvrant sa main, laissa l'exemplaire de l'oppidium du peuple filé sur les toits de la capitale, emporté par le vent. La presse avait succédé à tout les dogmes religieux, même les plus ancestraux, pour le gouvernement de ce nouveau monde. Après le Pape, le papier.
L'Aboyeur regagna son trône, repensant à l’affaire qu'il avait clos personnellement avec les Wendigos il y a quelques heures au sujet du jeune coursier -chargé de délivrer les exemplaires de l'oppidium- que les Hurleurs avaient capturés. Le prix des cannibales avaient encore augmentés et son clan n'était plus en position de marchander, affaiblis qu'ils étaient...

Le trone de l'Aboyeur:
 

Une sentinelle fit son apparition, accroché au rebord d'une fenêtre, indiqua à son chef qu'un groupe de plus d'une dizaine d'hommes venaient de pénétrer dans leur territoire et ajouta qu'Adam était à leur tête. L'aboyeur ne répondit rien d'autre qu'un signe de la main, et la sentinelle disparu de sa vue. Au loin lui parvenait déjà les hurlements.


Le clan reçu son second parlementaire de la semaine.



* * *



Lucie lui chuchota à travers le casque tout ce qu'il lui fallait savoir. Stanislas le Révolté, ancien esclave, leader de la résistance. Quinze hommes armés dehors, à quatre cents mètres de là, neuf guerriers hurleurs tout autour.
Il confia ses directives à voix basse à l'ancienne esclave à l'enthousiasme débordant. S'ils n'avaient pas intercepté le convois de négriers à leur frontières Sud, l'Esprit seul savait ce qu'en aurait fait ce Louis-Marie, nom qui revenait sur l'acte de vente. Louis-Marie le Dingue, la moitié des psychotiques connaissaient ce nom, même les chez les Hurleurs.
Son attention revint au petit moustachu révolté.
- Salutations à vous l'Aboyeur, on m'appelle le Révolté mais mon nom est Stanislas, leader de la Résistance contre la FNF. J'ai préféré venir en personne pour éviter toutes méprises. Je vais vous soumettre une demande, cela va vous paraître étrange, je ne pense pas que c'est une demande à laquelle vous deviez vous attendre. Je souhaiterais fonder un accord mutuel entre nos deux camps, favorable à la croissance de ceux-ci. Je souhaiterais devenir votre aide intérieur dans les territoires de la FNF, je vous fournirais des informations, je saboterais les installations de la FNF..et j'en passe.En échange, j'aimerais votre soutien dans cette lutte, je souhaiterais des armes et une coopération militaire pour ainsi à aboutir à une alliance équitable qui nous permettra d'éliminer la FNF. La FNF règne d'une main de fer sur ses territoires, les taxes augmentent...ils disent que ceux-ci servent à reconstruire Paris...mais la vérité, j'en suis sûr est tout autre...pendant que ces lâches se cachaient sur leur île, le peuple français a souffert. Aujourd'hui, ils disent que le pouvoir leur appartient ? Mais qui a reconstruit cette société pour reformer un minimum d'organisation ? Ce sont les travailleurs ! Le pouvoir appartient à ceux qui ont reconstruit Paris, pas à ceux qui prétendre le possédé sous prétexte de représenter le gouvernement d'avant-guerre...j'ai donc créer un réseau sous le nez de la FNF, appelé la Résistance...vous semblez la connaître, j'en suis heureux, nos actes se font entendre même en dehors des villes. Mais revenons au principal,qu'en pensez-vous ?

Le voilà donc le Révolté qui inquiétait les forces de la FNF au métropolitain. A la tête d'une petite armée d'ouvrier, d'anciens esclaves, de fermiers qui ont du quitter leur plantation étouffés qu'ils étaient par les taxes et autres petits travailleurs aux idées séditieuses.
Un long souffle s'échappa du masque de l'Aboyeur, pourtant simple soupir pensif pour lui.
- Rebelles, dissidents...
Il se leva pesamment.
- Un groupe d'esclave révolutionnaire, un groupe de combattant de la liberté, agissant dans l'ombre du métropolitain et qui ont la prétention de renverser le Grand Gouvernement.
Il s'approcha tout aussi calmement d'une des fenêtre de l'étage, ou plutôt ouverture, car prévue pour que n'importe quel Hurleur, dont l'Aboyeur, puissent emprunté pour monter sur le toit ou descendre jusqu'aux passerelles.
Le puissant chef de clan se perdit dans le tableau sépia des ruines de Paris.
- Rechercher la liberté et vous servez esclaves de vos désirs, rechercher l'ordre...
Il coupa net et se tourna vers le chef de clan moustachu.
- Nous avions eut tord de croire que la FNF serait sortit amoindrie et craintive de se guerre avec les tribus de Nanterre...
La sincérité est un calcul comme un autre.
- Leur esprit belliqueux n'en est sortit que plus ardent. Une section d'une demi douzaine de leur combattants sont venu aux frontières de notre territoire nous tester, nous juger... Et nous n'étions pas prêt. Deux morts et trois prisonniers sans que nous n'ayons pus en tuer un seul. Mais ils ne se sont pas arrêtés à l'attaque de nos membres, ils ont pillé et brulé un de nos puits et une de nos plantation, au nord-est.
- Mon tord a était de croire leur peuple diplomate...
Il leva sa lourde main en l'air, se faisant signe à lui même de se taire.
Silence.
Et il baissa sa main, tendu dans la direction du meneur.
- Vous savez quelle est l'étape finale de la lutte des classes ?
Il resta là, attendit la réponse. Et la réponse venu, garda son silence encore quelques temps.
- Nous avons attaqués une caravane de négriers il y a quelques mois.
Deux carabines psychotique à airs comprimés, un fusil laser artisanal, un fusil à plasma artisanal, et deux fusils de précisions tranquillisant.
Ils sont à vous désormais.

L'aboyeur fit un signe à un de ses hommes qui lui répondit par un bref hochement de tête avant de descendre rapidement les escaliers de l'immeuble.
- Nous ne savons pas combien ils sont ni qui est leur chef. Nous supposons que leur troupe est stationnée au nord ou au nord-est d'ici. Mettez les hors course et je vous fournirez du matériel plus conséquent et d'autres opportunités d'échanger entre nos deux clans.
La moitié de vos hommes venus avec vous resterons ici. Nous les utiliserons pour remettre en état notre ferme pillé au nord-est, ils seront nourris et bien entretenu. Je vous les rendrez quant la menace sera éliminée.
Je vous donnerais deux des miens pour vous aider dans votre quête. Aller prévenir les votre, choisissez qui resterons ici, j’envoie le matériel négrier.
Et il le congédia.





Reprenant place sur son trône de fer et d'os l'Aboyeur fit signe à Adam et Lucie de s'approcher.
- Vous serez les deux des nôtres à accompagner la troupe du Révolté. Adam est de l'extérieur depuis quelques temps et Lucie est une bonne pisteuse. Obéissez au Révolté, et ramenez moi ses ordres ;  écoutez le, et ramenez ses paroles. Si vous sentez qu'il est ou devient un danger pour notre famille, éliminez la menace. Dans le cas contraire aidez le, lui et les siens.
Prenez armes et équipement et partez.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Paris
Inscription : 31/05/2013
Messages : 73
avatar
Adam Charenton
MessageSujet: Re: Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]   Mer 14 Aoû 2013 - 23:47

Adam se contenait d’écouter l'Aboyeur parler, il serrait le poing lorsqu'il avait appris cette attaque par des lâches de la FNF, au bout d'un moment il enleva son casque laissant ainsi paraitre son visage, sans cicatrice et jeune.
Lorsque l'Aboyeur en avait fini il convoqua Lucie et Adam auprès de lui.

- Vous serez les deux des nôtres à accompagner la troupe du Révolté. Adam est de l'extérieur depuis quelques temps et Lucie est une bonne pisteuse. Obéissez au Révolté, et ramenez moi ses ordres ;  écoutez le, et ramenez ses paroles. Si vous sentez qu'il est ou devient un danger pour notre famille, éliminez la menace. Dans le cas contraire aidez le, lui et les siens.
Prenez armes et équipement et partez.


Adam regarda l'Aboyeur droit dans les yeux avant de parler,

- Pourquoi t'a envoyer personne pour me chercher ? Si j'avais su que notre famille a été attaquer je serais intervenue immédiatement !


Lucie le regardait, son visage semblait s'illuminer, elle qui pensait qu'il n'aimait pas vraiment les Hurleurs, elle avait pu entendre le mot famille... Son unique famille a elle c'etait les Hurleurs qui l'avait libéré.
L'Aboyeur quand a lui ne disait rien il se contenta simplement de poser son énorme main sur l’épaule droite d'Adam et de hocher la tête.
Elle pris les devants avant de s'adresser a Stanislas,

- Monsieur je vous laisse aller chercher sept de vos compagnons, le reste du groupe ira aider comme l'a dit pere... Je vous promet que notre parole n'est pas traitre, expliques cela aux hommes qui resteront ici. De plus un Hurleur va vous aider a transporter le matériel que père vous a promis. Ainsi les deux fusils a air, le fusil plasma, le laser et les deux tranquillisants sont pour vous et vos hommes.

La jeune Hurleuse commanda sans perdre de temps, elle semblait savoir ce qu'elle faisait, et pour une fois même Adam souriait face aux ordres qu'elle venait de donner. Elle avait du cran c'est certes surtout pour s'adapter aussi vite aux Hurleurs.
Elle se retourna ensuite vers Adam pour l’appeler.

- Adam... Suit moi on va aller se changer pour cette mission, de plus je pense que père ne verrais pas d’inconvénients de te faire changer d'armure. Monsieur Stanislas suivez le Hurleur avec les armes, on se retrouve au Nord d'ici dans exactement vingt minutes pour commencer cette opération, j’espère que vous ne voyez pas d’inconvénients ?

On pouvait alors entendre l'Aboyeur rigoler de bon cœur, son rire était déjà assez monstrueux.
Lucie et Adam s’étaient ainsi mis en route en sautant a travers une fenêtre et en marchant vers l'arsenal habituel des Hurleurs. Adam entama alors la conversation avec la jeune Hurleuse.

- T'assure ! Si ça continue c'est toi la prochain chef de la famille.


Elle souri a ces mots,

- C'est mon unique famille donc il faut bien, au faite, on est quoi au juste tout les deux des frère et sœur ou
? Disait t-elle alors d'une vois hésitante...

Adam ne répondit rien a cela, il faisait semblant de pas avoir entendu, après tout il digérai encore mal le coup qu'elle lui avait mit il y a, a peine une heure de cela. Enfin qu'importe les voila bientôt devant un bâtiment en plein milieu du territoire Hurleur, les toits aux alentours grouillaient de membres du gang par dizaines.
Lucie entra en premier puis descendit au sous-sol ou une grande porte en métal se dressait et ou le sous-sol semblait immense surement un ancien parking réaménagé par les Hurleurs. A l'ouverture de la grande porte métallique les armes étaient vraiment loin de manquer, il y avait absolument de tout étendue sur quasiment tout le long du parking sur des étagères bricolées, les armes ne semblaient pas en finir. Certaines même qu'Adam n'avait jamais vu auparavant. Il posa une question a Lucie,

- C'est quoi ces conneries, ici il y a assez d'armes pour équiper tout un régiment et vous vous êtes fait attaquer par la FNF ?!

Silencieuse elle le regarde avant d'ajouter,

- Certes, mais l'attaque a non seulement été très rapide, dans le simple but de ne pas attirer tout le gang sur eux, mais en plus de cela nous manquions cruellement d'hommes tout court... Et la capture de certains d'entre nous n'arrange pas les choses, donc les armes ne servent a rien si il n'y a pas assez de personnes pour les porter.

Elle emmena alors Adam loin dans le parking ou il y avait de nombreux casiers, tout fermés avec un cadenas certains casiers semblaient bien plus gros que d'autres. Elle se dirigea vers un cadenas puis sorti une petite clef artisanale pour ouvrir celui-ci. A l’intérieur gisant une armure étrange, extrêmement bien entretue, sans trous, seulement de la poussière dessus. Un drapeau chinois était d'ailleurs cousu sur le bas de l’épaule gauche. Elle comprenait une ceinture militaire, des poches pour grenades, accessoire, ainsi qu'un sac assez conséquent sur le bas du dos. Un gilet tactique par dessus l'armure, bien plus légère que celle d'Adam qui était réellement mal en point. Il y avait même des protège genoux extrêmement légers, des bottes extrêmement légère parfaitement adaptées aux Hurleurs. Et enfin pour compléter le tout il pouvait dire au revoir a son casque lourd, il avait ici un masque a gaz plus léger et dans un meilleur état que le sien ainsi que des gants de cuir très fins.
Adam observa l'ensemble pendant plusieurs minutes avant de se décider de le mettre. Sans trop tarder le voila maintenant complétement équiper, il ressemblait bien plus a un milicien de la FNF qu'a un Psychotique des terres désolées. Seul le drapeau chinois le trahissait.

- Armure de modèle Yu... chais pas trop quoi... Un Hurleur en mission d'espionnage comme toi lavait découvert un stock de ses machins non loin de notre territoire a l'est. Il en a trouver que deux en bon état en je crois, le reste il les a utiliser en pièce séparées. Et puis le drapeau chinois il nous servira a emmerder ces chiens de la FNF !

Lucie ouvra un autre casier juste a cotée de celui d'Adam et trouva la même armure, pendant qu'elle se changeait Adam pu apercevoir sur son dos et ses cotées d’énormes cicatrices de brulure et d'armes contondantes, une fois ses gants enlevées, ses doigts semblait être légèrement broyées. Et enfin lorsqu'elle enleva le haut il pouvait clairement observer une grosse trace de brulure au coup, des cicatrices assez immonde selon-lui probablement venant de son passée en tant qu'esclave...
Honteuse elle mit la nouvelle tenue très rapidement. Sans rien dire elle lança l'ancienne armure d'Adam dans le même casier que le sien ainsi que ses anciens vêtements avant de renfermer a clef, elle laissa ouvert le sien pour donner signe qu'il était vide.
Très rapidement elle se dirigea vers les armes entreposées et accrocher son fusil d'assaut chinois pour l’échanger contre un FLAMAS, une arme de la FNF... Adam ignorait ce qu'elle faisait chez les Hurleurs...

Elle n'avait pas mis son masque a gaz laissant ainsi ses cheveux étaient sortis. Elle se tourna brusquement vers Adam pour lui parler,

- T'en veux un ? Y'en a un autre pas loin.

Hésitant il la regarda et regardait son César qu'il aimait bien. Il lui répondit non d'un signe de la tête. Sans attendre Lucie se précipita vers un autre coin de l'armurerie, Adam la suivait comme il pouvait il n’étais pas encore familier avec l'armure qu'il venait de mettre, il faut dire qu'elle était trop fois plus moderne et aussi deux fois plus légère que son ancienne armure.
Très rapidement Lucie arriva vers des étagères métalliques parfaitement bien conçus, surement par un bon technicien. Dans leur intérieur il y avait plusieurs sortes de grenades, toutes rangées dans un emplacement prévu pour les accueillir. Elle ramassa trois six grenades sur lesquelles il y avait des inscriptions chinoises, ses drôles de maisons comme Adam appelait cela. Les trois grenades avaient toutes une petite flamme dessinée dessus, mais une forme peu classique, elles étaient longues et assez fine.

- Adam prend en trois, ce sont des grenades incendiaires. Tu sais t'en servir non ?

Sans lui laisser le temps de répondre elle renferma le casier de grenades et lui fit signe de la suivre. Adam l'aida a renfermer la grande porte métallique de l’entrepos avant de sortir du bâtiment. Elle appela un Hurleur pour lui confier les différentes clefs qu'elle avait sur elle, puis entrepris la marche vers le point de rendez-vous en espérant que Stanislas allait être prêt avec ses sept hommes.

Adam la dépassa et grimpa sur un bâtiment a une vitesse hallucinante, il voulait sans douter tester le nouvel équipement... Une fois en haut il l'appela.

- Bah alors ? On fait une course pour voir qui arrivera en premier ?

Elle semblait l'ignorer et trouvait son comportement immature surtout dans la situation actuelle et dans la mission qui les attendais. Puis Adam reprit,

- Allez viens sœurette !


Sœurette... Ce mot la fit arrêter immédiatement, elle eu un grand sourire a la bouche avant d'escalader le bâtiment encore plus vite qu'Adam...
Bientôt on pouvait ainsi voir deux jeunes Hurleurs, ou plutôt les deux protégés de l'Aboyeur courir sur les toits et sauter de bâtiment en bâtiment juste avant d'arriver vers un groupe sur les bords du territoire qui semblait être celui de Stanislas. Ils descendirent tout deux équipés de leur panoplie chinoise. Les hommes qui accompagnaient Stanislas furent surpris,

- Alors camarade quelle est votre décision ? Ajoute Adam d'un voix conciliante.

Les deux Hurleurs attendaient maintenant la réponse de Stanislas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 14/07/2013
Messages : 32
avatar
Stanislas "Le Révolté"
MessageSujet: Re: Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]   Dim 18 Aoû 2013 - 16:42


L'Aboyeur, un mutant possédant une corpulence et une taille supérieures à ses sembables qui est à la tête du groupuscule se faisant appelé les Hurleurs, avait été très clair. Neutraliser les membres de la FNF dans le secteur. Faisant un bref salut, Stanislas prit congé de ce vénérable dirigeant. Adam et Lucie sortirent en même temps que lui mais prirent une direction opposée se rendant vers la probable armurie. On reconfia à Stanislas son arme et il se redirigea vers ses hommes. Ceux-ci à son approche s'alignèrent et le saluèrent d'une façon militaire. Stanislas fit un "repos" de la tête, ces camarades étaient disciplinés et dotés d'une loyauté sans le moindre signe de faille. Des hommes formés par le camarade Lemerle, un vétéran des troupes d'élites de la FNF qui après avoir subi un coup monté de la part de ses supérieurs c'est rapidement confronté à l'esclavage. François Lemerle était un homme de guerre, ne connaissant que la mort et la destruction...il a rapidement changé ces simples travailleurs en de véritable guérrilleros.

Stanislas partagea les paroles de l'Aboyeur avec ses hommes qui ne semblaient pas très enthousiaste à l'idée de se faire commander par un Psychotique. Mais, leur leader avait dit d'une façon radicale les mots qu'il fallait pour les rassurer. Les Hurleurs n'étaient pas comme ces autres anarchistes de Psychotiques...ils avaient un minimum d'humanité rompant ainsi avec le reste de la bestialité psychotique. Les partisans de la Résistance se plièrent donc aux exigences de l'Aboyeur...ils n'aimaient pas courber l'échine, c'est un peu pour ça qu'ils ont rejoins la Résistance. Un peu plus tard, des Hurleurs vint nous apporter les armes offertes par leur chef. Les laissant à ses hommes; Stanislas se contentait du Mauser revisité par les chinois pour en faire le Shanxi. Il n'aimait pas s'encombrer avec les grosses armes...ils préfèraient la maniabilité d'un bon pistolet fiable.

Il partit donc avec la moitié de ses hommes jusqu'à l'extérieur du camp des Hurleurs patientant l'arrivée d'Adam et de Lucie. Stanislas annonça d'une voix qu'il avait voulu être ferme:


-Camarades ! vérifiez vos chargeurs et chargez vos armes...

Pendant ce temps, Stanislas s'installa sur un débris en hauteur, sortant de sa veste un petit carnet dont la couverture en cuir était ébène fermé à l'aide d'un vieil élastique. Il l'ouvrit, saisissant par la même occasion de quoi écrire. Il écrivit ses péripéties...les fidèles au journal du Révolté allaient sans doute être captiver par cette escapade en dehors des territoires "civilisés".

"Les ombres bougent au dessus de nos têtes, des hurlements presque animales se font entendre et un homme vêtu d'un masque à gaz apparait. Celui-ci fut très aimable avec moi, après une brève conversation, il se laissa convaincre de me conduire à son chef. J'ai remarqué une certaine forme de sympathie et un certain sens de l'humour parmis les Hurleurs, tout les Psychotiques ne sont peut être pas aussi sauvages qu'ils ne semblent l'être. J'étais assez impressioné lorsque j'ai pénétré en leur camp...par la suite, j'avais rencontré l'Aboyeur. Un chef digne de confiance, honorable et très intelligent. Il me confia une tâche pour ainsi accepter de s'allier avec nous...la FNF, maudite soit-elle, a prit d'assaut le territoire de ses hommes et femmes, les privant ainsi de certaines de leurs ressources, tuant leurs frères et soeurs d'armes sans aucune pitié. Je n'ai qu'une chose à dire, vengeons ces innocents morts indignement, nous verserons le sang autant qu'ils en ont versés. La FNF devra assumer les conséquences de ses actes sur le territoire des Hurleurs, on récolte ce que l'on sème..."

Stanislas, satisfait de cette citation finale, referma le carnet observant et écoutant les Résistants qui discutaient entre eux. La plupart parlaient de leur passé, des lourdes pertes qu'ils avaient subi à cause de la FNF. Le cadet des hommes du Révolté, un certain Jérémy Meester avait autrefois travaillé en tant que marchand. Ils vendaient ce que les prospecteurs lui rapportaient, une sorte de rituel quotidien qui au final, lui faisait gagner sa croûte comme tout les autres travailleurs. Mais, les taxes de la FNF ayant augmenté dans le domaine commercial, Jérémy eu un jour l'audace de ne plus payer ces taxes...des miliciens à Metrop' ont ravagés son échoppe, détruisant ses marchandises et prenant tout ce qu'ils possédaient. Le jeune, ayant tout perdu, avait fini par rejoindre la Résistance pour ainsi se venger des responsables de la destruction de sa vie.

La haine transformait de simple citoyens en de véritables combattants prêt à tout pour se venger....

Lorsque le duo de Hurleurs, qui avaient refait surface d'une manière pour le moins impressionante en sautant d'un toit, interrogèrent Stanislas du regard et qu'Adam lâcha:


- Alors camarade quelle est votre décision ?

Un nouveau sourire apparu à nouveau sur le visage du cinquantenaire,après avoir descendu de son perchoir formé de débris, il réprima:

-Ce que je propose, c'est d'attaquer la FNF d'une méthode que nos deux camps connaissent bien...la guérilla. Nous allons attaquer sur plusieurs front à la fois d'une manière furtive et discrète, Adam vous nous couvrirez à l'aide de votre fusil à lunette depuis une hauteur et nous conduirez vers les probables positions de la FNF pendant l'absence de votre "soeur", si je peux me le permettre,justement  Lucie vous nous servirez d'éclaireuse...je veux un rapport détaillé sur les troupes de la FNF présentent sur les lieux et les points stratégiques de l'endroit...

Lucie prit de l'avance sur le petit regroupement de résistants et Adam, celui-ci prit la tête avec Stanislas suivant les pas de Lucie d'une cadence plus lente. Stanislas n'avait pas manqué de regarder la splendide armure d'origine chinoise d'Adam, le drapeau rouge arborant les étoiles de l'internationale socialisme, les cinqs de l'étoile représentaient les cinqs continents du monde...La chine, grâce à ses grandes connaissances des régimes d'autrefois, Stanislas savait que c'était l'un pays s'auto-proclamant communistes n'ayant en réalité qu'une seule chose en rapport avec celui-ci...le drapeau.

-Vous savez des choses sur les membres de la FNF que nous allons affronter ? interrogea le leader de la Résistance à l'intention d'Adam. Il ajouta peu de temps après, jolie armure, j'ignorais que les Hurleurs avaient en leur possession de telle merveille.

_________________
Rejoignez la Résistance contre la FNF !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entrevue diplomatique avec les Hurleurs [PV Adam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» demande d' entrevue avec Monseigneur Bushiro
» Anons (Entrevue avec Amaral Duclona - Radio Optimum)
» Entrevue avec Mr.Jérôme
» Entrevue avec le DG des Bruins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Autres Lieux :: Les Terres Désolées-