Partagez | 
 

 1-0-8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Inscription : 22/06/2013
Messages : 13
avatar
Klauss Stern
MessageSujet: Re: 1-0-8   Jeu 11 Juil 2013 - 12:08

Pour détendre l'atmosphère de soirée, Pav' avait décidé de jouer les humoristes. Ca tombait bien, les spécialistes avaient besoin de se détendre : l'oisiveté permettait de réfléchir et donc de devenir parano devant toutes les possibilités qui s'offraient concernant la mort de Behram.
-Bonne idée Klauss d'avoir faits ce truc, au moins on peut se relaxer. Lui dit Hélène.
L'experte en énergie ria a une blague de la goule mécanicienne. Le pirate informatique sourit, puis ce fût au tour du spécialiste des abris de divertir les autres.
-Doc, vous n'auriez pas un peu de Med-X à me passer? Vous comprenez, j'ai des palpitations et j'ai l'impression que je vais avoir le coeur qui va exploser.
La douleur dans sa poitrine était à la limite du supportable et il suait à grosse goûtes. La médecin farfouilla dans son sac et en ressortit un injecteur métallique qu'elle passa à l'homme.
-Petite dose par petite dose, sinon vous risquez l'overdose.
Klauss hocha la tête en silence et rangea le médicament dans son sac, s'injecter ça en public risquait d'attirer l'attention. Il le ferait à l'écart quand personne ne regarderait.
-Au fait Pav', t'as une famille?
La goule le regarda avec attention, cherchant à jauger Klauss, puis répondit, ne décelant nulle trace de moquerie dans ses paroles et son visage.
-Ouais, j'ai une fille en vue à Nécrotopia. On se connaît depuis deux ans. Je compte l'épouser au retour de l'expédition. Et toi?
-Pas de femme, pas de gosse. Personne qui ne se souviendra réellement de mon existence. Juste mes robots.
-Dur, t'inquiète. Tu finiras par trouver chaussure à ton pied comme on dit.
Des paroles réconfortantes, l'homme espérait que son ami goule ait raison. Se poser, épouser une femme, avoir des enfants et pourquoi pas un chien, avoir une vie normal en somme. Le pirate informatique était agacé de devoir faire de la récup et de revendre le tout à Métrop'. C'était parfois dangereux, et souvent il n'en tirait que peu de bénéfices. Une alarme le tira de sa rêverie.
-Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte orange.
Les spécialistes se regardèrent tous, chacun essayant de trouver une solution à ce problème. Puis Klauss vit Hélène courir vers les étages inférieurs.
-Attends, tu penses pouvoir refroidir le réacteur? Si ce truc surchauffe c'est qu'il y a un problème, je parie que cette saloperie à irradier tout son étage!
-Alors on va où? Demanda l'experte.
L'homme ne sût quoi répondre à cela, personne d'autre non plus. Tous cogitaient pour trouver une solution.
-Le bureau du superviseur. S'exclama Henri.
La plupart approuvèrent la proposition et les spécialistes rejoignirent le bureau, qui était fermé. Evidemment, ça aurait été trop simple sinon. La porte ne semblait pas pouvoir être ouverte de façon électronique, et donc les talents de Klauss étaient inutiles à l'instant même. D'ailleurs en y regardant de plus près, il ne semblait même pas y avoir de serrure. Mais le pirate n'était pas un ouvreur de porte, aussi il demanda l'aide du serrurier. Mais celui-ci ne sembla pas trouver de serrure, ou quelque chose qui y ressemblerait de près ou de loin. En désespoir de cause, le pirate informatique s'élança contre une vitre du bureau, l'homme se heurta de plein fouet à au verre. Il devait être blindée ; toujours intact et aucune fissure apparentes.
-Vitre blindée, on y arrivera pas à bout. Expliqua Henri.
-On peut poser des explosifs? Proposa Hélène.
-Les vitres sont à trois centimètres du bureau, si on les faits péter, ce sera tout le bureau de foutu en l'air. Et donc adieu notre porte de sortie. Répondit Klauss en se remettant de sa charge contre la vitre.  
En attendant qu'une solution soit trouvée, l'homme réfléchissait. Si le réacteur avait tenu une centaine d'années, pourquoi sauterait-il maintenant? Il y avait un problème.
-BORDEL! S'exclama Pav'. Hélène, toi qui t'y connaît en énergie, pourquoi le réacteur péterait pille le jour où on serait ici? Y a des gens qu'on la poisse ici, mais quand même. C'est impossible d'attirer tellement de malchance au point d'avoir un réacteur qui t'explose à la gueule pile le jour de notre visite non? Me faites pas croire que c'est une putain de coïncidence.
Pav' marquait un point, malgré qu'il stress excessivement, mais compte tenu de la situation, pouvait le lui reprocher?
-Pav', du calme. On s'amusera à s'entre tuer plus tard. La en attendant, on doit trouver une solution. Si mes déductions sont bonnes le réacteur était sous la responsabilité de gens sérieux, donc je pense qu'on jeter un oeil dans d'autres endroits, style le poste de sécurité où le commissariat non? Si ça ce trouve c'est juste un bug système.
C'était stupide de penser que le terminal de commande du réacteur ce trouve dans l'un de ces lieux mais ça valait le coup d'essayer. Si tout le monde commençaient à soupçonner son prochain, ils ne risquaient pas de tenir longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/01/2013
Messages : 60
avatar
Tueur de PJ
MessageSujet: Re: 1-0-8   Lun 15 Juil 2013 - 16:01


Deus ex machina
- Nom de ... !
Volk' réagit immédiatement au crépitement étouffé de l'arme à feu, empoigna sa mitraillette et se colla juste en dessous de la barricade condamnant la porte qui donnait sur le couloir d'où provenait le staccato de
- Hengsa. Fit Lise qui arriva non loin de lui.
- Sur ?
- Certaine. Dans les niveaux inférieurs.

Le chef souffla, c'était donc l'arme de La Grogne. Quoi en penser ?
Il se passa un doigt sous son bandana et jeta un rapide coup d’œil dans le couloir, penché par dessus la barricade. Les néons de l'abri ne révélaient rien d'autre que la froide pâleur métallique des murs.
Volk' fit signe à Jared de jeter un oeil par dessus les autres barricades.

Ainsi les trois portes flingues passèrent les cinq minutes suivantes à inspecter les couloirs, sans jamais dépasser les portes de la salle commune. Rien, hormis un constat inquiétant : Adam avait disparu.
Le chasseur de prime aurait il tiré sur Adam ? Lise lâcha cette éventualité quant Volk' précisa qu'il avait vu Adam à faire sa ronde à l'extérieur de la salle commune même pas une minute avant qu'on n’entende la première détonation, aurait il couru juste après être sortis du champ de vision de Volk', détalant jusqu'au niveaux inférieurs pour tomber face à l'armure ? Pourquoi serait il allé en bas ? Et puis...
- Est ce qu'on est vraiment sur que c'est le chasseur de prime qui a tiré ? Lança le chef à Lise alors que celle ci arrivait à son niveau après avoir calmé la doc' qui commençait à s'inquiéter, et continua :
- Peut être que ceux qui nous on coincés là dedans on éliminé la Grogne et pris son arme ?
- Toujours convaincu que nous ne sommes pas seul, hein chef ? Et que ce monstre est tout ce qu'il y a de sains d'esprit, ouais, juste partis faire une ballade se dégourdir les jambes...
Il n’aimait pas ce ton.


Voir le chef commencer à gueuler sur Lise aurait pu faire croire à l'équipe qu'il commençait à dérailler, mais Jared savait ce qu'il faisait, comment et pourquoi.
Bref une fois la mercenaire recadrée il alla calmer le reste de la troupe, professionnel et rassurant ; Ja' n'y prêta pas attention, restant aux aguets de son coté, quelque chose semblait clocher... il commençait à enjamber la barricade pour y aller voir de plus près quant l'alerte se déclencha.
Pour le coup, aussi bon leader qu'était Volker, aussi rassurante soit ses paroles, quant on entends : « Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte orange. »
On ne pouvait que commencer à se faire dessus, à défaut d'entrer dans une terreur panique, car cette explosion signifiait crever brulé vif ou, mille fois pire, irradié. Être pulvériser simplement aurait été trop beau.
Sur le coup Jared se retrouva pétrifié au milieu du couloir et, quant il pu enfin se mouvoir se fut pour se retourner et découvrir leur bande "d'expert" se faire la malle.
Là oui, se fut une terreur panique pour lui.
Quant on retrouva Jared il était devant la porte de l'abri, épuisé mais ne s’arrêtant pas de marteler la porte avec la crosse de son fusil.





* * *


- Pav', du calme. On s'amusera à s'entre tuer plus tard. La en attendant, on doit trouver une solution. Si mes déductions sont bonnes le réacteur était sous la responsabilité de gens sérieux, donc je pense qu'on jeter un oeil dans d'autres endroits, style le poste de sécurité où le commissariat non? Si ça ce trouve c'est juste un bug système.
Et ils dévalèrent le long escalier qui menait au bureau du superviseur en sens inverse, Hélène s'attardant quelque peu.
La vitre s'étalait sur cinq mètres, coupée au milieu par la fameuse porte sans serrure ni poignée, inspectant la salle de l'autre cotée, une salle minuscule si ce n'était se simple bureau... désespérément vide et propre.
"L'accueil" pensa-t-elle, car derrière se trouvait une autre porte, plus lourde, du modèle typique des abris : s'ouvrant de bas en haut... mais toujours sans le moindre interrupteur. Putain mais comment entrer ils là dedans ?


Le groupe se retrouva au poste de sécurité du niveau 0, un enchevêtrement de salles : vestiaires, bureaux, encore bureaux, salle de repos et bureau du grand manitou dans la dernière pièce ( une grande salle avec un coté vitrés donnant sur les bureaux des simples... "employés" (?), sièges rembourrés, bibliothèque et richement meublé ).
- Le terminal du chef de la sécurité.
Hélène prit place en face et sortit l'appareil de sa veille... aucun système de sécurité ( pas même un simple mot de passe ! ) et elle était dedans.
- ... Vide ?
Rien, absolument aucuns dossiers, fichiers. Seulement l'écran noir.
De rage, elle aurait bien balancé la machine à travers la pièce, mais elle se contenta de frapper du poing sur le bureau.
« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte orange. »
Et ça se répétait en boucle...
Mais une autre voix informatisée retentis :
« Bonjour Monsieur Caminsky »
Hélène recula vivement,l'ordinateur semblait avoir... parlé ?
« Les réacteurs principaux ont atteins une température critique Monsieur Caminsky »
Silence dans la salle.
« Victor, êtes vous ici ? »
Henri fut le premier à réagir :
- Rétablis le système de refroidissement des réacteurs principaux immédiatement !
Silence.
« Utilisateur non identifié. »
Pav' s’avança jusqu'au bureau et prit entre ses mains la machine :
- Allo la base, on va tous avoir chaud au cul dans ce foutu abris ! Tu m'entends saloperie ? Victor Caminsky ou pas il faut que tu fasses quelque chose !
La voix informatisée, pourtant reconnaissable comme étant "masculine", sembla étrangement embarrassé :
« Un code est nécessaire. »
Six barres ( "_" ) apparurent sur l'écran, la machine ajouta :
« J'estime à 1h08 le temps restant avant fusion du réacteur 2, provocant la destruction de »
La goule explosa : "Eh bien rentres le ton foutu code !"
« Je regrette, seul un administrateur peut entrer le code d'urgence. »

Oh merde, oh merde.
« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »
Hélène s'affala contre le mur, un code, six lettres, trop de possibilités.
Henri tenta :
- Mais... est ce que tu connais le code ?
Après quelques secondes de silence...
« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »
... se prolongeant...
« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »
« Oui. Mais je suis dans l'impossibilité de vous le transmettre. »
Quoi ?! Saloperie d'machine !
- Ok, mais est ce que ton programme t’interdit aussi de... nous dire où on peut trouver ce code ?
Hélène fouilla immédiatement tout les tiroirs du bureau, les autres allant de même pour le reste du mobilier, Pav' chercha jusque sous les livres de la bibliothèque.
Peuh, fit il, ce gars avait même de la "littérature étrangère", il reposa le livre anglais "Discovery one" après l'avoir agité pour voir s'il ne contenait pas un bout de papier, puis passa au suivant.
« Mais il n'est pas inscrit que je ne puis vous donner un indice. »
« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »
- Quoi ?!
Ils revinrent derrière l'écran ou s'afficha un simple signe.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/06/2013
Messages : 13
avatar
Klauss Stern
MessageSujet: Re: 1-0-8   Lun 15 Juil 2013 - 16:42

Ce signe, il pouvait exprimer tant de chose. Klauss n'y comprenait rien, mais toutes énigmes avait sa réponse, celle ci devait être facile. Peut être même que la réponse était sous leur nez. Mais avant que l'un des membres du groupes prennent la parole, Klauss réfléchit à voix hautes. Impossible de s'entendre penser avec cette maudite voix qui répétait son message!
-Ok, ok. Donc nous avons six lettres ou chiffres a placer. Si ce sont tous des chiffres, nous pouvons arriver à la conclusion qu'il y a cinquante quatre possibilités différentes. C'est trop long de toutes les essayer, je vais donc utiliser un programme pour toutes les tester en attendant si quelqu'un à une suggestion pour tester se code, qu'il donne. Pav'! Ton tournevis.
La goule obtempéra et passa l'outil au pirate informatique. L'homme dévissa le morceau une partie de la coque du terminal et dévoila l'amas de câble au grand jour. Klauss sortit une petite console de son sac et la brancha au terminal puis appuya sur un bouton, un amas de chiffre défila à une vitesse incroyable. Tester les cinquante quatre possibilités ne devrait prendre que cinq minutes. En attendant il faisait les cent pas en réfléchissant aux possibilités, pendant que les autres fouillaient le bureau. Une voix familière le sortit de sa réflexion. C'était Hélène et Pav' qui étaient en face de lui, l'une une photo et l'autre un journal entre les mains.
-Ça devait être lui, il avait une femme et une fille. Ça vaut peut-être le coup d'essayer. Dit Pav'
Klauss réfléchit un instant puis répondit.
-Ok, tu me citeras le nom de sa femme et de sa fille que je les entre dedans.
-Claire et Laurie, comme ça tu sais.
-Ok, on testera quand l'appareil aura tout testé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/01/2013
Messages : 60
avatar
Tueur de PJ
MessageSujet: Re: 1-0-8   Lun 15 Juil 2013 - 17:27

« Cinquante quatre possibilités ? Hé bien, vous êtes aussi mauvais en calcul  que moi... en rien. »
Pav' jeta un regard à la machine... était ce de l'ironie ?
« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »
- Et bien, il y a six espaces, et on a la possibilité de mettre un chiffre allant de 0 à 9, donc 6x9 possibilités, non ?
«  Non. »
- Merde. Bon débranche ce truc, on va essayer les noms.

Malheureusement pour eux la réponse n'était pas aussi simple que "Claire" ou "Laurie".

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/06/2013
Messages : 13
avatar
Klauss Stern
MessageSujet: Re: 1-0-8   Lun 15 Juil 2013 - 17:50

« Cinquante quatre possibilités ? Hé bien, vous êtes aussi mauvais en calcul  que moi... en rien. »
Pav' jeta un regard à la machine... était ce de l'ironie ? Il lança :
« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »
- Et bien, il y a six espaces, et on a la possibilité de mettre un chiffre allant de 0 à 9, donc 6x9 possibilités, non ?
«  Non. »
- Merde. Bon débranche ce truc, on va essayer les noms.
Malheureusement pour eux la réponse n'était pas aussi simple que "Claire" ou "Laurie".
Klauss débrancha l'appareil et le remplaça par un outil de hack plus puissant, il fit signe aux autres de se taire concernant la petite machine. Cette machine ne ferait pas long feu face à ce voleur de mot de passe, sans doutes une petite demi heure, ne restait plus qu'a admirer le travail. Le pirate informatique s'installa sur un siège et demanda à l'IA :
-Dites moi, pourriez vous me parler de la signification de se signe. Même si je pense savoir de quoi il s'agit, je préférerais en discuter avec vous, il est bien d'exprimer chacun son avis sur la question. Mais vous êtes notre hôte, nous feriez vous le plaisir de commencer. Ce serait un plaisir d'entendre votre voix, j'adore les robots, et si j'arrivais à créer un être comme vous, eh bien ce serait atteindre l'apogée de ma passion. Souhaitez vous exaucez l’hypothétique dernière volonté d'un homme?
Du baratin pur et simple, il n'avait aucune envie de parler avec cette machine, il fallait juste en savoir un peux plus sur ce truc. Hélène sourit en comprenant le plan de Klauss, Pav' aussi. Le pirate informatique leur fit signe de chercher quelque chose qui pourrait les aider à comprendre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 24 Masculin
Ville IRL : Oui.
Inscription : 04/06/2013
Messages : 68
avatar
La Grogne
MessageSujet: Re: 1-0-8   Lun 15 Juil 2013 - 20:53

La goule bougeait vite, en grinçant à chaque mouvement, le martèlement métallique de ses bottes sur le sol résonnant autour de lui dans une cacophonie absurde. Son souffle s'était fait court et râleur, englué par la glaire qui occupait ses voies respiratoires. Mais il ne semblait pas connaître la douleur, et les vérins le portaient à une vitesse folle. Dans sa course, il avait semé la peau lisse qui l'avait suivi jusqu'en bas.

A grandes enjambées, il atteignit le niveau -2, repassa devant le réacteur auxiliaire cette fois ci sans prêter attention à la chaleur aliénante qui l'appelait vers elle. Devant les nombreux impacts de balle qu'elle avait laissés sur les murs et le tapis de douilles rutilantes sur le sol, l'armure se figea un instant, alerte, probablement à l’affût d'une des ombres de terreur qui l'avaient attaquée à la descente. La Grogne vérifia la chambre dans un cliquetis de culasse : une balle était prête à jaillir. Le magasin était plein, et sa poigne ferme et décidée. L'ennemi n'aurait aucune chance s'il se montrait à nouveau, et cette fois ci il ne serait pas aveugle.

Le chasseur prit rapidement le couloir contigu à la scène de fusillade, couvrit sa gauche, puis sa droite et se rua dans le couloir principal. Les terminaux défilaient sur sa gauche et les bureaux du commissariat sur sa droite. Un instant, il aperçut une série de fusils d'assauts flambants neufs à travers une vitre blindée grillagée. La tentation fut forte, sa course se ralentit, il fit mine de se retourner mais l'instinct de survie sembla prendre le dessus : la goule continua en sprintant.

L'escalier vers le -1 était à une dizaine de mètres en avant lorsqu'il vit l'ombre s'étirer et freina brutalement sa course. L'ombre grossit, s'allongea, se dilata pour redevenir normale. Volk déboula l'arme au poing, alerte, suivi de près par Marie. Leurs yeux s'agrandirent de peur et de surprise lorsqu'ils virent la funeste silhouette leur barrant le passage.

La Grogne épaula son arme, strictement immobile et silencieux. En voyant son supérieur il baissa légèrement le canon mais pas totalement, l'arme visait les pieds des deux autres.

Prenant sur lui pour masquer sa peur, Volk bomba le torse, maîtrisa le tremblement dans ses mains et baissa légèrement son arme. Puis il se plaça devant la docteur, se voulant protecteur. Il chuchota : « Reste en arrière Marie, sois prête à courir. » puis, à l'adresse du chasseur, il s'écria : « Qu'est ce que tu fais là ? C'est quoi cette histoire de réacteur putain ? Et où est l'autre là ? Adam ?! C'était quoi ces coups de feu putain ? Comment t'as pu me faire ce coup là ? On a besoin de toi là haut, on te paye pour ça, et tu te casse comme si de rien était ?....

Silence.

- Mais répond moi putain de boite de conserve !»
Devant le manque de sang froid de son supérieur, la doc se décala de son rempart machiste et lui dit sèchement : « Volk ! Il ne peut pas parler. »

La Grogne poussa le grognement de l'excuse et rangea son arme sur son torse, en signe de paix. Seulement personne n'était capable de le différencier du grognement de la tristesse ou de la sympathie.
Contre toute attente, le chasseur porta la main à son holster et en retira le berreta stainless. Pendant un instant le chef crut qu'il allait tirer. Son pistolet mitrailleur se leva et ses mains tremblèrent. Marie eut un mouvement de recul et un hoquet de surprise.

« Pose ça putain ! » cria-t-il.

Les grosses mains de l'armure empoignèrent l'arme, il y eut un déclic et le chargeur se sépara de la poignée. La culasse coulissa et une cartouche s'envola en tournoyant. Une fois l'arme vidée de tout danger potentiel, la Grogne s'approcha de la vitre du labo à sa gauche et à l'aide du guidon acéré de l'arme [ndlr : ergot métallique situé au dessus du canon, qui, aligné avec le cran de mire permet d'ajuster le tir], commença à graver des lettres dans le verre blindé.

Quand il eut fini, il se tourna vers Volk, recula et d'un signe de main, l'invita à venir lire. Le chef et la doc s'approchèrent lentement, redoutant un piège. La Grogne ne bougea pas. Ils commencèrent à lire :

OMBR
SHALER
UVRE SALE
SHEF

Un long silence se fit. La doc se retourna :

« Je comprend pas... Tu peux pas être plus précis ? »

La Grogne gesticula. Il écarta les bras en grognant, comme pour faire peur. Il montra successivement le sol puis le plafond. Puis il cogna contre la porte du labo en faisant mine de l'ouvrir et en montrant le plafond à nouveau.

Volk resta sans voix, et interrogea la doc du regard, elle répondit par un haussement d'épaules qui trahissait son désarroi. Le silence recommença. Ils n'avaient pas compris.

Le silence cessa : « Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte orange. »


Spoiler HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Paris
Inscription : 31/05/2013
Messages : 73
avatar
Adam Charenton
MessageSujet: Re: 1-0-8   Lun 15 Juil 2013 - 22:14

L'armure avait provoqué cette merde, maintenant il était hors de question d'aller chercher la puce dans ces salles complètement irradiée, de plus les mains d'Adam tremblaient et une douleur abdominale se faisait ressentir, les radiations s'emparaient de lui, pour avancer il était obligé d'avoir de tenir une main sur son ventre car il avait cette impression qu'il allait complètement se détacher du corps.

Il se contentait d'avancer couloir après couloir, ça tête tournait légèrement il entendit parfois,


« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte orange. »

"Putain de voix, putain d'abri, je crois que c'en est fini de toute cette merde, en plus crever comme ça, merde, merde, merde !!!"

Adam poursuivait son chemin il entendit plusieurs fois l'alarme avec la voix, sans vraiment s'en soucier il essayait avant tout de rester en vie, il voulu sortir son Radaway qu'il avait sur lui mais le contenue du paquet s'était a moitié échappé en mouillant ainsi une de ses sacoches qu'il avait a la ceinture...

"Merde, la chance est avec moi, super..."

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte orange. »

- LA FERME ! Il hurlait de toutes ses forces qu'il lui restait mais il le savait très bien que ça ne servait a rien.

Contre toutes attentes au bout d'un couloir il vit Volk' la doc' et l'armure.

- Bordel Adam t'étais ou ?! S'écria Volk'

Adam n'avait plus de forces il s'assit directement par terre en regardant les membres du groupe qui étaient la, Volk' lui gueulait dessus, mais sa vision se troublait de plus en plus, il s'exprima avec beaucoup de mal.

- Armure, put...ain, irradiation.

Ce fut la les derniers mots qu'il avait dit, après ça il s'était écroulé en rêvant.

- Adam tu vois ce bâtiment la bas, regarde bien comment on saute et tu fera pareil, d'accord ?

- Euh ouais je vais essayer

Le Hurleur dont Adam s'était rappelé était l'un des meilleurs de L'Aboyeur il lui avait tout appris, notamment a escalader et a sauter sur divers bâtiments a travers leur territoire.

- Vas-y a toi maintenant !

Adam prenait du recul avant de commencer a courrir et en sautant ! Il tomba de l'immeuble de plusieurs étages, sa chute fut courte mais intense, cependant au de toucher le sol il entendit.

- Réveille toi ! Adam, ça va aller ? Faut que tu te lève on a plus le temps, dit alors Volk', il se leva rapidement et vit qu'il était avec les autres membres du groupe dans une salle, tout le monde s'agitait autour d'un terminal, lui il reprenait a peine connaissance, il ignorait si il était encore irradié ou pas, la douleur n'était pas aussi intense qu'auparavant mais elle était encore présente, séquelles ou présence d'irradiation ?

Peu importe l'important c'était la ou il était a ce moment précis.

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »

Cette fois-ci il comprit vite qu'il devait coopérer si il voulait vraiment survivre, et commença a voir ce qu'il pouvait faire pour aider les autres spécialistes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/06/2013
Messages : 13
avatar
Klauss Stern
MessageSujet: Re: 1-0-8   Mar 16 Juil 2013 - 7:29

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »
Cette voix n'aidait en rien à réfléchir, le pirate informatique tournait en rond. Il fallait qu'il trouve quelque chose, il regarda le signe, que pouvait-il exprimer. Puis ce fût l'illumination pour Klauss, ils avaient pris le problème sous un mauvais angle évidemment. Pourquoi cela devait-il représenter quelque chose ça pouvait être un schéma incomplet, le disque plein représentait quelque chose. Et le cercle qui l'entourait, que représentait-il?
Résumons : nous avons une masse, et un cercle autour, l'espace à l’intérieur du cercle et entre le cercle et le disque doit correspondre à quelque chose, une aura? Des émanations? Une aire de sécurité? Ou peut-être que quelque chose tourne autour de ce truc. Le cercle, soit il représente l'aire d'émanation du disque plein, soit il représente quelque chose qui tourne autour de ce disque. Mais quoi?
Le pirate informatique prit quelque chose pour écrire et dessina grossièrement l'indice sur le bureau. Il dessina des traits partant du disque allant et s'arrêtant jusqu'au cercle, puis il fit deux flèches qui suivaient le cercle et allaient dans le même sens.
-Je parie que le cercle désigne une limite ou le chemin de quelque chose qui tourne autour de ce disque. La question, maintenant. C'est quoi?
L'homme soupira et vit le porte flingue, Adam s'appelait-il.
-Toi, tu as une idée de ce que sa peut être?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Paris
Inscription : 31/05/2013
Messages : 73
avatar
Adam Charenton
MessageSujet: Re: 1-0-8   Mar 16 Juil 2013 - 12:49

L'agitation avais pris le dessus, les spécialistes discutaient entre eux a propos du code, mais surtout de la signification du symbole en question.

Adam regarda un livre qui se trouvait non loin de la, il était inscrit Discovery One, il l'observa de plus près, son contenue n'avait guère d'importance, il réfléchissait au titre, avait-t-il un sens bien particulier, ou était il la juste pour enrichir la bibliothèque. L'incessante alarme faisait encore des siennes.

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »

C'est alors qu'un des hommes de l'équipe se tourna vers Adam en le questionnant.

-Toi, tu as une idée de ce que sa peut être?

Adam réfléchi très rapidement, mais la panique ne l’aidait pas non plus,

- Ecoutez j'en suis pas sur mais j'opterai pour une piste spatiale, le symbole représente peut être une planète ou un truc du genre, de plus pourquoi ce livre Discovery se trouve a coté ? C'est quoi le nom d'un satellite ? Quand j'étais petit j'avais lu un livre qui traitait d'un vaisseau spatial avec ce nom la...

Les spécialistes le regardèrent sans rien dire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/06/2013
Messages : 13
avatar
Klauss Stern
MessageSujet: Re: 1-0-8   Mar 16 Juil 2013 - 14:57

- Ecoutez j'en suis pas sur mais j'opterai pour une piste spatiale, le symbole représente peut être une planète ou un truc du genre, de plus pourquoi ce livre Discovery se trouve a coté ? C'est quoi le nom d'un satellite ? Quand j'étais petit j'avais lu un livre qui traitait d'un vaisseau spatial avec ce nom la...
Ok, donc ça confirme mes doutes, maintenant faut trouver qu'elle planète. Qu'elle planète émane, ou a quelque chose qui lui tourne autour? Et qui a six lettres dans son nom. Soleil? Possible. Venus, la terre ,Mercure, Jupiter, Neptune et mars c'est pas possible. Donc ne reste plus que le Soleil et Uranus.
Klauss prit une inspiration, un appareil émit un petit bip sonore. La console de hack n'avait plus de batterie, son plan avait échoué, ne restait plus qu'à trouver l'énigme à l'ancienne. Avec sa tête, ne restait plus qu'à approuver l'idée du porte flingue.
-Toi, euhh Adam. Moi aussi j'y pensais, et il ne nous reste plus que cette piste.
Le pirate informatique ne trouvait plus ces mots, il avait une montre à son poigné mais savoir le temps qui lui resterait ne ferait qu'agrandir un stress déjà bien présent.
-Bref, je planche pour Uranus ou le Soleil. Savez la saloperie de boule de feu qui nous éclaire dans le ciel. En plus ça nous coûte rien d'essayer.
L'homme se retourna et essaya en premier le soleil.
-S-O-L-E-I-L. C'est ça foutue bécane non?
Il suait à grosse goûtes, même s'ils ne risquaient rien. C'était leur meilleure piste et l'homme priait pour que ce soit le bon mot de passe, sinon qui sait ce qui pourrait arriver.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 36 Masculin
Ville IRL : Lille
Inscription : 10/06/2013
Messages : 15
avatar
Raoul Bistoule
MessageSujet: Re: 1-0-8   Mer 17 Juil 2013 - 10:11

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte orange. »



_ Bordel c'est quoi ce..... arrrhhhh ma tête.....

Le son résonnait dans le crane de Raoul comme l'orage gronde dans les canyons, il résonnait, heurtant violemment chaque recoin de son cerveau endolori.

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte orange. »


_ Oh putain c'est pas possible... Mais est ce que quelqu'un peut éteindre cette merd'?

Les yeux collants, la langue pateuse, le crâne dans un état désastreux. Etait ce le résultat d'une quelconque irradiation? Non... Raoul avait trouvé un vrai tésor dans le bar: deux bouteille pleine d'un whisky hors d'age: un diamant brut au milieu d'un tas de charbon. Il avait passé sa soirée, dans son coin à "déguster" sa trouvaille. Il se rappelait le gout sucré, rappelant les bombes sucrées, son nez de bois... enfin il croyait... Mais ce dont il se souvenait le mieux c'était de son effet sur son organisme: un enivrement parfait!

Il devait bien lui en rester une goutte pour faire passer ce fichu mal de crâne...

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte orange. »

Il se mit à hurler:

_Mais qu'est ce qui ce passe ici bordel? Où est ce qu'ils sont tous?

Il se redresa et ressenti une violente douleur au niveau du ventre. Il souleva son T-shirt et constata un large hématome au milieu de celui-ci. Quelqu'un avait certainement voulu le réveiller de manière déclicate...

D'un geste maladroit il rammassa la bouteille et en avala une large rasade.

- Arrrh... Ca va mieux... bon touvons les autres.


Il arriva dans la salle où se trouvait Klauss. LA tête de Raoul laissait peu de place à l'imagination, sa figure de papier maché, l'écume au bord des lèvres, les cernes noires et l'haleine fétide qu'il refoulait le trahissait sur son état de sobriété de la veille.

_ Bordel c'est quoi tout c'rafut? Z'avez touchez à quoi là? Faut pas appuyer sur les boutons quand on sait pas bordel...

Après une légère mise au point les hommes le mirent au courant de la situation.

_ Un code à 6 lettres avec c'bidul' comme indice? Toi tu pense à un soleil? Moi ca m'fait penser à un beignet.... Mais ca fait plus que 6 lettres...

Après quelques instant de "réflexion" Raoul se sentait vraiment nauséeux, l'heure n'était pas à la réflexion mais à la sieste. Une grosse sieste réparatrice.

_ ca pourrait être plein de trucs: un centre, car ca r'ssemble à un cercle, ou même un cercle... ca marche aussi... Si tu tape dans l'espace j'crois qu'ca pourrait être un truc qui tourne autour d'la terre. Tu sais comme la Lune... on dit qu'elle est en....bite? en ourbite? en orbite.... ouais c'est ca.... en Orbite... Sinon sur l'bouquin t'as essayé d'taper l'nom d'lauteur? C'est p'têt son bouquin préféré...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/01/2013
Messages : 60
avatar
Tueur de PJ
MessageSujet: Re: 1-0-8   Mer 17 Juil 2013 - 15:36


Histoire d'Ombres

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »

Au pied de l'escalier menant au -1 l'imposante armure tentait de se faire comprendre par force de gestes et grognements.
- Ombre ? Chaleur ? Ouvre Salle ?
- Faudra penser à lui donner un bloc note et un stylo...

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »

- ... si on en sort vivant.
Allaient ils véritablement tous mourir ? Une sécurité avait bien du être pensée pour ce genre de problème, non ? Mais quelle genre de système pourrait minimiser l'explosion d'un réacteur nucléaire, je vous le demande.
La doc se pencha sur les gravures que venait de faire la goule.
- Quoi ? Ça veut dire... que tu as vu quelque chose en bas ?
Une autre armure fit son apparition.
Titubante et délirante.
- Bordel Adam t'étais ou ?! S'écria Volk'
Le murmure du mercenaire s'étouffa dans son masque... et il s'écrasa au sol. Volker recula immédiatement.
Son Bec venait de lancer son bip d’alarme.

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »

- Combien de rads ? Demanda Marie.
Il lui lis le chiffre que lui indiquait son appareil : "17/1000". 17, rien du tout ? Non, 17 par seconde. Et quant t'arrive à 1000 c'est partit pour le grand voyage.
La doc' sortie son unique RadAway et alla s'occuper du mercenaire.
- Aidez moi à lui enlever son armure !
Ce truc aura besoin d'une bonne décontamination.


* * *


- Dites moi, pourriez vous me parler de la signification de se signe. Même si je pense savoir de quoi il s'agit, je préférerais en discuter avec vous, il est bien d'exprimer chacun son avis sur la question. Mais vous êtes notre hôte, nous feriez vous le plaisir de commencer. Ce serait un plaisir d'entendre votre voix, j'adore les robots, et si j'arrivais à créer un être comme vous, eh bien ce serait atteindre l'apogée de ma passion. Souhaitez vous exaucez l’hypothétique dernière volonté d'un homme ?

Par le superviseur ! Si on lui avait implanter une puce "humour", il en aurait rigolé, mais alors, il en aurait ris à s'en faire péter les circuits ( pourtant déjà pas mal entamés ).

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »

- Bordel c'est quoi tout c'rafut? Z'avez touchez à quoi là? Faut pas appuyer sur les boutons quand on sait pas bordel...
Le philosophe du groupe faisait son entrée, les voilà sauvé.
- Un code à 6 lettres avec c'bidul' comme indice? Toi tu pense à un soleil? Moi ca m'fait penser à un beignet.... Mais ca fait plus que 6 lettres...
Hélène lâcha un rire inaudible dans le boucan que faisait l'alarme, et se décida à quitter la pièce. Le poste de sécurité ne se résumait pas au bureau du chef.

Brusquement les lumières faiblirent.
- Chiotte !
Pour reprendre leur éclat initial petit à petit... jusqu'à la prochaine baisse ou coupure.

Terminal de l'opérateur S.Alban:
 

Elle lut rapidement d'autres entrées, remontant de la fermeture de l'abri jusqu'à son ouverture.
Mars 2179 : rapport sur une rixe entre collégiens. Rien de grave.
Notes inintéressantes suivit de rapport incompréhensible tout aussi chiant.
Juillet 2184 : bagarre entre deux voisins du quartier d'habitation Ouest.
Octobre 2184 : agression verbale à la cafétéria.
Décembre 2184 : bagarre entre deux hommes dans les jardins.
Février 2185 : agression verbale.

Etc, etc. Hélène sauta tout les délie mineurs, de plus en plus nombreux semblaient ils.
Pensait elle vraiment trouver le code là dedans, dans un terminal au hasard ?

1er Janvier 2197 : brève coupure de courant dans tout les niveaux supérieurs. Erreur humaine privilégiée.
Mars : panne du système de filtration de l'eau pendant tout le mois.
Avril : brève coupure de courant.

Et c'était repartis pour les fichiers sans importance...
Mais le 2 Septembre 2199 retint son attention : fuite des réacteurs principaux 2 et 3.
Hélène lut avec attention le rapport. Un technicien apparemment trop habitué à ce que tout marche sans accroc a négligé l'entretien de ces deux machines sur lesquels il était affecté depuis 2181. Et ce fut lui la première, et unique, victime du problème. Mort par irradiation.
Les réacteurs semblaient, après réparation et plusieurs inspections, impeccable.


« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »

Adam fit son apparition, tenu entre le chef et la doc'... et venait ensuite leur chasseur de prime porté disparu. Heureusement que Lise n'était pas encore ici.
Dans le bureau du chef de la sécurité, on cogitait :
- Je parie que le cercle désigne une limite ou le chemin de quelque chose qui tourne autour de ce disque. La question, maintenant. C'est quoi ?
Hélène alla aux nouvelles mais la doc' voulu d'abord être tenue au courant de ce qui se passait ici.
- ... On est tombé sur une genre d'IV, elle ne peut pas d'elle même rétablir le système de refroidissement ou arrêter les moteurs. Il nous faut le code.
Adam fila dans le bureau.
-Toi, tu as une idée de ce que sa peut être ?
- Ecoutez j'en suis pas sur mais j'opterai pour une piste spatiale, le symbole représente peut être une planète ou un truc du genre, de plus pourquoi ce livre Discovery se trouve a coté ? C'est quoi le nom d'un satellite ? Quand j'étais petit j'avais lu un livre qui traitait d'un vaisseau spatial avec ce nom la...
Volk' se dépêcha d'aller chercher feuille et crayon pour la Grogne.
- Dis moi ce qui s'est passé. Un système de sécurité c'est peut être déclenché ? T'as touché à quelque chose ?
- Ou quelqu'un avait déjà saboté ces engins ?

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »

Bordel de merde ! Saloperie d'alarme.

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »


« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »


« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »

- S-O-L-E-I-L. C'est ça foutue bécane non ?

« Votre attention : à tout le personnel d'entretien : les réacteurs 1, 2, 3, 4 et 5 sont en voie d'atteindre une température critique. Veuillez rétablir le niveau d'eau du ballast de refroidissement ou éteindre les réacteurs pour un refroidissement immédiat. Alerte rouge. »



« ... »

« ... »


« Système de refroidissement du cœur activée. Fusion évitée. Alerte terminée. »


Pav' tomba à genoux à coté du bureau alors qu'Hélène joyeuse alla se jeter sur Klauss
- T'as réussi ! T'as réussi espèce d'enfoiré !
- Bien joué.
Henri lui donna une claque dans le dos une fois qu'Hélène partit pour aller insulter l'IV du terminal. Le mécanicien leva les bras vers le plafond :
- Oh bordel de couille, faites moi penser à ne plus jamais partir sans emporter une bible avec moi.
- Soleil, hein ? J'aurais vu autre chose tu vois...
- Hé bien, pourquoi ? Ils sont resté des décennies dans ce bunker, je trouve ça... heu, ben "dans le ton". Ouais.

Volker appela les deux absents avec son Bec, Lise, partie au niveau -2 lui demanda leur position... mais Volk' lui ordonna d'abord d'aller jusqu'à la position de Jared ( précisée sur la carte de leur Bec ) qui ne répondait pas à ses appels.

La lumière s'éteignit brusquement et l'éclairage de secours prit la relève.
« Réacteurs principaux hors service jusqu'à inspection. Les réacteurs auxiliaires prennent le relais. »

[/justify]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 24 Masculin
Ville IRL : Oui.
Inscription : 04/06/2013
Messages : 68
avatar
La Grogne
MessageSujet: Re: 1-0-8   Ven 19 Juil 2013 - 18:46

La Grogne ne savait pas quoi faire. Il s'était mis à tourner dans tous les sens en épaulant son fusil à chaque angle mort, parfois en effrayant ses compagnons. Le danger qu'il avait provoqué était écarté, et la peur de mourir l'avait laissé sous le choc.

Il monta plusieurs fois jusqu'au bureau du superviseur, comme il avait compté le faire pour éteindre les réacteurs, et redescendit jusqu'au commissariat, ou il regarda les armes dans les vitrines blindées.

Puis il remonta, toujours en alerte, peut être à la recherche des ombres. Qui sait...


Spoiler HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Paris
Inscription : 31/05/2013
Messages : 73
avatar
Adam Charenton
MessageSujet: Re: 1-0-8   Ven 19 Juil 2013 - 19:34

Malgré la situation et la lumière qui s'était éteinte, Adam pu souffler un coup, le pire était évité, mais il n'avait plus son armure sur lui seulement les vêtements qu'il avait en dessous et le pantalon blindé de l'armure, il lui manquait le haut, son casque, ses chaussures et ses armes. Il se leva en regardant autour de lui et voyaient les autres qui semblaient etre soulagés de la situation.
Mais soudain Volk' arriva en transportant son César et son couteau de combat, il parla rapidement a Pav' qui était alors sorti de la pièce.

- C'est a toi, ils ont pas été irradiés, quand a l'armure Pav' fais ce qu'il peut, mais tu l'aura pas tant que tu ne m'aura pas expliquer le moindre détail de ce qui c'était passé dans le niveau du réacteur. C'est toi qui a provoqué tout ça n'est-ce pas ?

Adam le regardait en pensant bien aux mots qu'il allait formuler, allait t-il lui révéler que c'était la Grogne ou non ?
En plus au moment de la défaillance, celui-ci l'avait abandonné en détalant a toute vitesse...

- Je n'ai rien fais.

Volk' le regardait d'un air méfiant puis rajouta,

- Je t'ai demandé les détails.

Après quelques secondes de réflexions...

- J'étais descendu en bas pour y faire un tour, j'ai pris la liberté d'aller explorer les niveaux inférieurs car d'étranges bruits y ont retentis, puis les coups de feux.

- J'ai alors retrouvé l'armure qui se baladait en bas, puis on était rentré dans une salle ou il y avait légèrement inondée, c'est là que j'ai du être irradié en entrant en contact avec la flotte, puis l'alarme a retenti, et j'ai dis a la Grogne d'aller chercher de l'aide car je pouvais pas me déplacer a la même vitesse...

Volk' regardait il ne savait pas si c'était la vérité ou non, il semblaient parfois perdu dans ses pensées mais ne disais rien pendant un long moment.

- Pour résumer, ni tu veux me faire gober qui ni toi ni le chasseur de prime n'avait provoqué ça ?

Adam gardait mon calme, il n'était pas un très bon menteur mais le fait de balancer l'armure ne lui servait a rien, la vengeance sera pour une autre fois, se disait t-il.

- Libre a toi de penser ce que tu veux, mais ça c'était passé ainsi.

Le reste du groupe ne semblait pas se préoccuper de tout ça chacun vaguait a son occupation, puis Pav' arriva avec  armure d'Adam. Volk' lui fit un signe de de pas la lui rendre tout de suite.

- Ecoute moi bien, ta de la chance que l'on n'est pas beaucoup de personnes armés et que l'on ne sait pas si on va avoir besoin de se défendre ou non, cependant au prochain faux pas je te descendrai moi-même, compris ? Tire toi maintenant.

Il fit un signe a Pav' de s'approcher, celui-ci repris alors,

- Tiens mercenaire le casque et l'armure ne semblent pas être contaminés, cependant tes chaussures sont mortes et brillent  presque d'irradiation a des mètres, haha, et tiens des chaussures que j'ai pu trouver, un peu trouées mais bon.

Adam endossa directement son armure avec les gants et mit les chaussures que Pav' lui avait trouvé, pas confortables du tout mais fallait faire avec, en dernier il remit son casque, puis son couteau sur son épaule, et enfin son césar.

- Merci Pav' et au faite si tu vois la Doc' dis lui merci de ma part.

Il se releva alors pour voir le reste du groupe en faisant un signe de la tête a Klauss en gage de réussite pour avoir évité l'explosion.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 36 Masculin
Ville IRL : Lille
Inscription : 10/06/2013
Messages : 15
avatar
Raoul Bistoule
MessageSujet: Re: 1-0-8   Sam 20 Juil 2013 - 18:46

C't'un putain miracle mec! t'as assuré... SOLEIL putain.... SO LEIL... fallait y penser... c'est sur que beignet c'était moins classe....


L'ivrogne était réellement ivre de joie. Il présenta même sa petite gourde à Klauss.

Tiens t'as bien mérité un coup! En r'vanch' c't'alarme elle s'est pas allumé toute seule... J'aim'rai bien savoir quel est l'trou de cul qui s'est amusé à tripoter l'réacteur.... Faut quand même être sacrément con... ou inconscient...

Récupérant sa gourde il en avala une rasade histoire de faire passer le goût de la précédente.


Une fois de retour au campement Raoul s'approcha du chef de l'expédition.

_ Dites moi chef'... Z'avez trouvé quel est l'abruti qu'a appuyé sur l'gros bouton rouge? Sinon la fouille du bar n'a pas été très longue, donc les résultats sont pas brillants. J'ai quand même réussi à vous dégoter ça.

Il tira de sa poche une flasque de verre à l'étiquette éffacée.  On pouvait entrapercevoir de la couleur noire et des initiales JD.

_ Ca paye pas d'mine mais c'est toujours mieux qu'la térébentine qu'on toruve dans certains tripots. Y'm reste deux bouteilles d'un gin quelconque. Pas assez pour qu'les hommes soient trop saouls pour assurer mais assez pour qu'l'attention remont' l'moral d'certains. En attendant j'vous ai gardé cette petit merveille...

Raoul ne comprenait absolument pas ce qu'il faisait ici. Il se sentait inutile et avait peur que le reste de l'équipe de s'en rende compte. Il faisait illusion pour l'instant mais tôt ou tard certains commenceraient à voir que le "serrurier" n'était rien d'autre qu'un usurpateur bien loin de l'image qu'il avait donné lors de l'embauche.

un petit pot de vin assurerait certainement sa place au sein de l'équipe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/06/2013
Messages : 13
avatar
Klauss Stern
MessageSujet: Re: 1-0-8   Sam 20 Juil 2013 - 19:33

L'alarme s'était éteinte, le code était le bon. Après les félicitations de plusieurs membres du groupe, quelque un vaquèrent à leurs occupations. Vérifier l'armure d'Adam pour Pav', Hélène souriait toujours jusqu'aux oreilles, n'en revenant pas d'avoir échappé à une mort imminente. Le pirate informatique avait rougi quand elle s'était jeté dans ses bras, mais l'heure n'était pas aux sentiments, d'autres choses plus importantes devaient être réglées. Comme la discutions entre Adam et Volk' qui ressemblait à un interrogatoire. Il n'avait pas entendu grand-chose mais le hacker comptait bien demander à Pav' après que celui-ci ait vérifié l'équipement du porte flingue. Celui-ci fit un signe de tête à l'homme, sans doutes un remerciement. Volk', lui était occupé à passer un appel sur son bec.

-Pav', ils se sont dit quoi les deux portes flingues. Demanda Klauss.
-Le chef voulais savoir qui avait provoqué le problème, entre l'armure et le type. Y a aussi eu une menace je crois.
-En gros Volk' devient parano.
-Ce serait exagérer de dire, y veille sur la sécurité de tout le monde, c'est normal qu'il ait peur.
-Sans doutes, sans doutes. Lâcha le pirate d'un air perplexe.
-Allez les gars, on retourne au camp. Annonça Volker.

Le groupe partit donc pour leurs campements dans la salle commune. Chacun exprimant son ressentit sur ce qui venait de se passer ou d'autres choses. Klauss lui se décida à aller voir leur chef d'expédition.

-Chef.
-Tu veux quoi?
-Parlez de votre conversation avec Adam.
Leur chef garda le silence, le pirate informatique en profita pour continuer :
-Ecoutez, à ce qui paraîtrait vous auriez menacé Adam alors que vous n'avez rien de tangible pour l'accuser.
-T'as fumé, on n'est pas seul. Sinon pourquoi Behram serait mort?
-Il a glissé en marchant sur sa savonnette.
C'était stupide, toutefois ça pouvait arriver.
Volk dérape complètement.
-Mais non, bordel. Tu penses vraiment qu'il serait connement? Je parie qu'il y a d'autres gens dans l'abri. Maintenant casse-toi si t'as rien d'autre à dire.
Délire parano la.

Voyant que s'il restait à discuter avec son supérieur la situation pouvait s'aggraver, Klauss s'en retourna
parler avec Henri. L'expert Vault-tech avait l'air plus enclin à discuter que le chef d'expédition. Parler avec quelqu'un de normal et pas forcément enclin à la paranoïa l'aiderait à oublier le petit échange stérile qu'il venait d'avoir. De toute façon ce serait bien mieux de discuter avec un autre spécialiste qu'avec un porte flingue. Ainsi s'ensuivit une petite discussion sur les abris en général et d'autres sujet. Puis vint Pav' qui lui souffla quelques mots à l'oreille, sans doutes avait-il remarquer la petite altercation entre le pirate et leur chef.

-Hélène fera un petit discours quand on sera au camp, histoire d'éviter que quelqu'un pète un câble.
Le pirate informatique approuva silencieusement puis reprit sa conversation avec Henri jusqu'a ce qu'ils arrivent au camp.

Là-bas, l'ambiance était "normale", personne n'avait décidé de faire jaillir sa haine en tuant ses collègues. Même si c'était possible : un mort dans un huis clos n'était jamais bon signe. Puis Hélène se leva et prit la parole :

-Ecoutez moi s'il vous plait. Quand elle fut sûre que son auditoire l'écoutait elle poursuivit. Je suis conscient que la situation est en ce moment tendue. Tout le monde à des soupçons sur tout le monde, certains pensent que la mort de Behram était un accident, d'autres que des psychotiques se cachent dans l'abri, d'autres doivent sans doutes soupçonner qu'un assassin se cache parmi nous. Je vous demande d'essayer de rester zen, si nous commençons à nous disputer ce sera mal parti. Pour l'instant je pense que nous devrions aller dormir, la nuit porte conseil comme on dit. Demain, nous devrions essayer d'explorer un peut plus en profondeur l'abri. Pour trouver des trucs à lire, des jeux, des trucs qui nous permettraient de nous calmer. Sinon on s'en sortira pas, mieux vaut rester soudé, c'est la meilleure chance que l'on a de s'en tirer. Si on commence chacun dans son coin à ruminer et à se faire des idées le groupe risque de partir en vrille. Ce soir ; mangez, buvez, parler avec les autres et essayez de vous calmer et de ne pas trop vous faire d'idée.

Apparemment le discours avait l'air d'avoir fait l'effet attendu. Quelques murmures approbateurs se firent entendre. Mais rien n'était sûr, mais au moins les tensions semblaient s’apaiser pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/01/2013
Messages : 60
avatar
Tueur de PJ
MessageSujet: Re: 1-0-8   Dim 21 Juil 2013 - 14:36


Le crime sera presque parfait
Hélène finit son laïus.
Oui, restons soudé c'est notre force.
Peuh, conneries, on ferait mieux d'y mettre les bouchés doubles pour démêler toute cette affaire.
Hé, tu sais, j'pense qu'à vouloir qu'on soit tous calmé, c'est un bon coup à nous faire un truc moche par derrière.
Et ces bruits que j'ai entendus dans les couloirs avant qu'cette foutue alarme nous affole tous ? C'était pas une hallucination.
Putain mais barrons nous d'ici ! Je veux partir !

Qui pensait quoi ?

- Restons soudé, oui. Ne laissez pas la panique vous envahir, ce n'est qu'en gardant la tête froide qu'on s'en sortiras. Dit Volker. Reposez vous, demain on partira en exploration.
Pav' lança un "faudra penser à la bouffe".
- Ce seras effectivement l'une des priorités.
Sur cela Volk' convoqua ses hommes d'armes, Adam, Lise et La Grogne. Il avait déjà eu le temps de calmer Lise, une nouvelle fois, quant à ses accusions sur un membre du groupe et taper la causette avec son ancien collègue Jared qui semblait s’être remis... sans pour autant que le chef lui rende arme et Bec ( qu'il a laissé à coté de sa couchette ).
Il mit au point les quart de garde rapidement.
- Aucune désobéissance, aucun écart, aucune insubordination, c'est clair ?
Cela pouvait sembler complétement dingue, une simple remontrance après tout ce qu'il c'était passé... mais certainement avait il ses raisons.
- Hé, où allez vous ?
La doc' leva les bras alors que Volk' commença à épauler son arme.
- Juste... chercher de l'eau.
Il souffla. "Ok, une minute, faites attention de pas faire tomber une boites de nettoyant, les étagères semblent fragiles. Lise en observation à la porte"



Les lumières principales reprirent petit à petit leur éclat, personne ne semblait partit pour dormir même s'ils affichaient tous une mine fatiguée.
- Vous savez ce que je leur demanderais à ces enfoirés ?
Hélène, sur sa couchette près du feu -éteint- parlait au trois "hommes" non loin, Pavlov, Henri et Klauss.
- Payez moi 300A bande de raclure
- Ça mérite bien une prime de risque, c'est sur.
Un Ha ! Étouffé de la goule qui demanda à l'expert Vaul-Tech après un moment, pourquoi la moitié des portes de cet abri étaient closes.
- Certains on peut être fermé à clé avant de partir ? Un système automatique ? Ou simplement avec le temps... je n'en sais rien.
- On est bien rendus, dis.
Dans le silence qui se prolongeait, les membres de l'expédition retournèrent chacun dans leur coin.
- Raoul. La doc venait de rentrer de la salle de stockage. Il vaudrait mieux continuer de chercher dans l'infirmerie demain.
Déjà avait elle utilisé son unique RadAway et donné un de ses quatre Méd-X.





* * *



Sept heure le lendemain matin.
- Debout !
Le chef passa entre les couchettes et poussa les masses molles du bout du pied.
- Finis les beaux rêves, retour à la réalité.
On se réveilla plus ou moins difficilement, hagard, affolé ou calmement. Le petit feu au milieu du camp nourri de quelques rapports, feuilles administratives et autres bloc note avait reprit.
- Réveil et collation, trente minutes.
Henri fut l'un des plus soucieux ce matin là, n'avait il peu embarqué de nourriture plus que pour une seule journée ? Le groupe commença à s'activer, le "repas" prit on vérifia son équipement. Pav' enfila une de ses prothèse pour sa main gauche ; Marie s'aperçût que son stock de méd-X avait encore diminué pendant la nuit, il ne lui en restait plus que deux, mais, regardant autour d'elle, décida de garder sa pour elle ; et Jared, demandant à être "réintégrer" garde.
- Vous ne vous en sortirait peut être pas à quatre il faut...
- Mettre toute les chances de notre coté continua Volk', se retenant d'ajouter "contre la chose". C'est pourquoi j'ai donné cette arme à Hélène, elle sait se servir des modèles AER.

- Aller, on est partit, groupe de deux minimum. Dites moi vos groupe et où vous allez. Point de rendez vous ici à onze heure.



* * *


Spoiler:
 

- ... au niveau des salles de filtrations et purifications d'air, un genre de coffre je te dis, avec un code, mais j'paris que l'autre enfoiré est déjà en train de cracker la machine pour piller ses trésors alors que nous...
Henri coupa les pleurnicheries de Jared.
- La nourriture est LA priorité. On a trois jours avant que l'autre équipe n'arrive, et il n'est pas dis que la console d'ouverture extérieur de la porte marche, autant dire qu'on est peut être bloqué pour un bon bout de temps.
Le duo entra dans la cafétéria, la salle la plus en désordre de tout l'abri semblait il. Chaises et tables renversés partout... Pourquoi ? Autant Henri pouvait expliquer l'état de l'arrière cuisine, ses frigos pleins de pourritures, ses murs salles et encore humide par endroit.
- Et on doit trouver quoi ? Une machine magique qui fournit de la bouffe ?
Il aurait pu lui répondre dédaigneusement : "exactement", mais magique n'était pas le mot, plutôt : recyclé, quasiment tout est recyclé dans un abri, des déchets aux excréments jusqu'aux morts. Hé, mais c'est que pour faire de la bouffe ils n'avaient pas de poulailler les mecs.
Mais dans leur cas, peu de chance que le système marche encore, à moins à ce qu'il ait été entretenu tout ce temps. A vérifier tout de même. Ne sait on jamais ?


Il appela sur son Bec :
- Chef ?





* * *



Problème de nourriture résolu.
Douze heures passé, la troupe se retrouvait à la cafétéria. Après s’être rejoins au point de rendez vous et échangé leur découverte, Volk' les amena jusqu'au niveau 1 où Henri et Jared avaient découvert un stock de conserve diminué et au choix restreins ( une centaine de boite de conserve de boeuf bourguignon, et une trentaine de choux de Bruxelles ) ainsi que quelques congédiements, sel poivre et épices en petite quantité ; mais surtout le système N-E qui fournissait la principal source nutritive aux habitants ( dans le temps ) sous forme d'une bouillis blanc crème grumeleuse.
- Riche en tout ce qu'il faut. Acides aminé, minéraux, vit...
Lise recracha. "Un foutu gout de carton !"
Le chef restait septique et préféra qu'on se rabatte sur les boites de conserves.
- Oh merde... qu'est ce que c'est qu'cette merde ?
Jared regarda horrifié les petites boules vertes de choux.
- Plutôt bouffer l'autre purée de carton !
Volk' le calma d'un regard, on ne touchera à la nourriture N-E qu'en dernier recours, leur expert Vault Tech avait émis des doutes quant au risque de toxicité de ce système d'alimentation.


On remit trois tables en place, un réchaud marchait encore en cuisine aussi Volker préféra-t-il laisser la troupe se restaurer ici avant de repartir à l'exploration, La Grogne patrouillant à quelques dizaine de mètres d'eux, une bonne chose que le chasseur n'ait pas besoin de se ravitailler aussi souvent qu'eux, pauvres mortels.
- ... toxique peu de chance. Extrêmement peu de chance. Mais c'est assez... inattendu que ce système marche encore.
Henri se trouvait à coté du système N-E, la machine avait l'allure d'une grosse machine à sécher les main, mais quant on appuyait sur le bouton bleu, il en sortait la pâte blanche.
Le chef hocha la tête, pris une gorgée de sa gourde pleine qu'il remit sur la table, aux coté de la doc, avant de s'avancer.
- T'm'étonnes que les mecs ont viré zinzin à force de bouffer cette gelée de foutre.
Henri en mit un peu dans une assiette, renifla, et... avala.
Grimace.
- Bon, d'un autre coté on peu dire que c'est légèrement meilleur que les conserves de choux, je comprend pourquoi ils les ont laissé.
Volk' tenta l'expérience aussi, finalement. Il prit une autre assiette et fit couler, comme disait Jared -dont la bonne humeur avait laissée place à un certain mutisme- cette "gelée de foutre". La comparaison s’arrêtait à la couleur.
- Ça va... chef ?
Henri resta dans une attente inquiète en voyant Volker, cueilleur en main, le visage inexpressif et le regard comme perdu... Et revint, comme s'il n'avait pas entendu, et gouta.
- Je pense qu'on devrait faire tester ça dans les laboratoire de l'abri.
- Oui, ce serait à essayer.
De la cuisine Lise, "aux fourneaux" ( chargée de faire cuire les boites une par une ), revint avec les dernière boites.

Un repas de roi s'il en était. Le chef à la même enseigne que ses hommes, si ce n'était la bouteille que lui avait amené Raoul, "JD", on aurait pu croire que Volker était bois-sans-soif, mais c'était mal le connaitre, pourtant il en bu plusieurs rasades.
- ... système d'aération, notre meilleur chance... pas de stock d'air entièrement dans l'abri, pris aussi, enfin surtout à... donc peut être... si de taille... extérieur...
je... ge... el... ueur... é...

Sa vue était entièrement brouillée, ses oreilles comme noyée dans l'eau, les sons étouffés et lointain. Et, dieu, cette foutue douleur, de la gorge jusqu'à l’estomac, comme s'il avait avalée une poignée de lames de rasoir.
Volker toussa, toussa, et finit par cracher du sang sur la table, comme éloigné de se spectacle, il ne ressentait plus rien.
Seulement le vide.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Paris
Inscription : 31/05/2013
Messages : 73
avatar
Adam Charenton
MessageSujet: Re: 1-0-8   Dim 21 Juil 2013 - 18:01

Volk’ avait ordonné à Adam d’aller explorer l’abri mais ne pas l’explorer tout seul… En effet il fut accompagné d’Helene, celle qui auparavant lui a clairement dis qu’elle se méfiait de lui. Ils prirent une direction dans le niveau -1 en regardant autour d’eux ils n’y avait pas grand-chose hormis des chambres pour la plupart toute ouvertes, Adam rentraient parfois dans l’une des chambres en ouvrant les tiroirs des meubles qu’ il pouvait trouver puis les jeta dehors ou renversa les meubles juste pour son propre plaisir.

- Fais un peu attention merde ! ajouta alors Hélène dans l’une des chambres


Adam ne semblait pas lui prêter d’attention il foutait son bordel partout et cherchait si il pouvait dégoter quelque chose.

- Putain t’est sourd ou quoi ?! OHHH ! Tout en pointant son arme vers lui en guide d’avertissement.

Il la regarda, elle semblait savoir tenir son arme, surement une habitude, mais avait t-elle les tripes de vraiment tirer ? Il ne voulait pas en tenter l’expérience, elle l’avait déjà mis en garde auparavant. Alors il reprit directement,

- OK pas la peine de s’énerver hein, fais gaffe avec ton joujou ça pourrais nous tuer tout les deux.

Elle abaissa alors son arme, tout en soupirant puis sorti de la pièce. Le dialogue n’étais pas allez plus loin durant de longues minutes, Hélène fouillait de son cotée et semblait parfois pousser quelques injures, surement car elle ne trouvait rien, sans rien décider ni se dire chacun fouillait une chambre a part et ils se rejoignaient seulement a la sortie, car les chambres étaient l’une en face de l’autre dans le couloir, les recherches avançaient, mais le butin lui il s’était planqué. Ne trouvant rien et s’ennuyant visiblement, Hélène avait décidée de reprendre le dialogue.

- Toi et l’armure je ne sais pas ce que vous avez foutu mais on dirait que vous aviez voulu tous nous faire exploser, mais c’est alors que comme par magie les autres t’ont retrouvées et t’ont ramenés, mais le plus surprenant c’est que directement après tout ça tu nous avais mis sur la piste du code pour les réacteurs, étrange coïncidence hein ?

- Tu crois vraiment que je voulais tout faire pété ? Tu rigole ou quoi, j’étais seulement parti retrouver l’armure et je me suis retrouver irradié, concernant le code suffit d’avoir un peu de connaissance, ce qui visiblement n’est pas ton cas ou du moins pas dans cette matière.

Elle rigola un moment sans rien dire en hochant la tête histoire de dire non mais… Enfin bref elle ne semblait pas agressive et il n’y avait nulle besoin de la neutraliser du moins pour le moment, je ne pouvais pas m’y risquer surtout que Volk’ m’avais mis en tête de liste des suspects avec l’armure. Les recherches se poursuivirent dans une ambiance toujours aussi joyeuse,


- Dis-moi Adam, pourquoi t’a accepté cette mission ? Pour nous tuer non ? Elle rigola a cette phrase, elle semblait lancer un pique a Adam.


- On m’a chargé de récupérer la puce d’eau de l’abri contre de l’argent et c’est tout, mais l’opération a été compromise vu l’irradiation dans les niveaux inférieurs.


Elle semblait surprise par ce qu’Adam lui avait révélé, mais il en avait décidé ainsi, sans réfléchir sinon elle allait penser que celui-ci avait inventé une histoire juste histoire de la convaincre, tandis que la c’était direct. Elle ne disait rien et semblait être satisfaite de la réponse mais elle reprit sans tarder,

- Une pièce rare, je ne  sais pas qui t’a chargé de récupérer ça mais il devait savoir ce qu’il voulait, de plus crois moi mais ça vaut un paquet de fric, j’ai déjà pensée moi-même a récupérer ce genre de pièce avec d’autres afin de me faire une véritable fortune, les clients pour ce genre d’objets ne demandent même pas combien ça peux leur couter du moment qu’ils en possèdent un exemplaire.

Adam s’en tapait complètement de ce qu’elle racontait, il se disait même que c’était peut être une concurrente pour lui. Mais bon le fait qu’elle parle de ça avait surement pu éloigner ses idées de l’accuser.  

Ils poursuivaient ainsi leur conversation en parlant de tout et de rien, mais leur exploration n’avait pas été fructueuse du tout, hormis quelques babioles sans valeur.
Plus tard ils retrouvèrent les autres qui semblaient avoir trouvés de la nourriture, enfin de ce qu’il en reste une sorte de pâte blanche assez répugnante par sa forme, son odeur mais surtout son gout immonde et atroce. Il y avait bien des conserves mais il en avait pas pu profiter et ne voulait pas toucher ce qui lui restait de rations. Le repas se poursuivait dans une ambiance plus malgré tout les événements passés.

Tout allait bien jusqu'à ce que Volk’ commença à boire a en boire tellement que … bah il en creva ! Apres des  tout le monde cru qu’il allait s’écrouler comme un porc mais il s’écroula en recrachant du sang puis s’étouffa, super un autre mort sur les bras, sauf que c’était pas n’importe qui c’était le chef du groupe, certes parano mais ça restait celui qui dictait les règles, mais d’un autre coté ça arrangeait Adam, qui était assis la avec les autres entrains de manger, et donc il avait un tas de témoins…  Mais encore une fois tout le monde pouvait être accusé, les autres membres à la table se semblait pas s’en rendre compte de ce qui s’était passe et avant que l’anarchie n’éclate fallait prendre les choses en main. Sans attendre bien longtemps ils purent enfin tous voir que Volk’ n’était plus des leurs. Adam avait décidé d’en tirer profit de la situation,

- Encore un, super, Lise dis moi t’étais la seule aux fourneaux qui nous dit que tu n’es pas la coupable ?

Très rapidement celle-ci se leva comme prévu et commença à s’énerver,

- Mais ferme-la ! D’abord c’est Raoul qui a ramené la bouteille ce n’est pas moi !

Hélène légèrement paniqué mais assez lucide rajouta alors,

- Comment tu sais ce qui l’a tué ?! Et pourquoi tu parle de bouteille directement ?


C’était presque trop beau, Volk’ qui meurt, Lise qui allait être bientôt le principal suspect, la tension en était presque a son summum… Et ça allait surement devenir un chacun pour sois ou alors des petites divisions. Mais pour le moment tout les regards étaient tournés vers Lise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/06/2013
Messages : 13
avatar
Klauss Stern
MessageSujet: Re: 1-0-8   Dim 21 Juil 2013 - 20:21

Un digicode, a quatre chiffres apparemment. Le pirate informatique réfléchissait à comment ouvrir ce coffre, blindé et quasiment inviolable sur le plan physique, mais pas sur le plan électronique. Klauss était en compagnie de Pav', la goule essayait plusieurs types de prothèse en attendant que le hacker ait terminé de déballer son matériel. L'homme regarda en détail le coffre, pas de serrure à clef où a disque, juste un digicode. Le terminal à côté était déjà entrain d'être cracker pour vérifier que la combinaison n'y était pas inscrite.

-Pav', tu penses qu'une chignole pourrait percer ce truc?
-Nan, je pense que l'ouvrir en douceur avec ton matos est le mieux.

Klauss jura et continua de taper un code au hasard, avec de la chance peut-être trouverait-il le bon. Puis le mécanicien lui annonça que le crackage du terminal était fini, le pirate informatique consulta l'ordinateur et parcoura le registre de fond en comble. Pas une seule chose pouvant indiquer la combinaison. Juste des messages laissés par les techniciens chargés de la filtration de l'air. Il était d'ailleurs étonnant que le système tourne toujours après d'aussi nombreuses années à fonctionné sans interruption. Sans doutes que le système s'était mis en veille un moment et avait redémarré à l'ouverture de l'abri. Devant l'échec de sa méthode, Klauss reprogramma son petit appareil et prit un tournevis pour ouvrir le boîtier du digicode et y brancha l'appareil. L'homme composa un code au hasard, que des zéros, il essaya un autre code, un X apparût. Il y avait donc un bon chiffre dans la combinaison, mais il n'était pas dis qu'il était au bon endroit. Il ne restait plus qu'a essayer toutes les autres combinaisons possibles en tenant compte de se paramètre. Il devait y en avoir une bonne cinquantaine, peut être plus, peut être moins. Le pirate informatique s'arma de patience et commença sa besogne longue et fastidieuse, ainsi était comment il passait son heure. A tapé des chiffres sur un digicode dont il n'était même pas sûr que le travail en vaille le peine. C'était, déprimant ; il pouvait très bien y avoir un simple magazine comme un trésor que même lui n'arrivait pas à imaginer la valeur.

-Pav', je pense que tu peux aller fouiller autre chose, je vais en avoir pour pas mal de temps à tester toutes les combinaisons.
-T'inquiète, je reste on se relayera.
-Merci.

Pendant que Klauss tapait plusieurs combinaisons possibles la goule fouillait l'endroit et récupérait des choses inutiles au possible. Sans doutes faisait-il une collection. Puis ce fût au tour du mécanicien d'essayer de découvrir le code.

Une odeur infecte, un aspect peu ragoûtant et une consistance "étrange". Cette pâte blanche ne faisait pas envie, mais il valait mieux avalé quelque chose avant de reprendre les fouilles.

-Ouais, en fait je crois que je préfère encore mes vieilles rations de guerre rongées par les asticots.
-Tu sais quoi? J'approuve mais je préfère bouffer ça, on sait pas combien de temps on va devoir rester et s'il y aura de ce truc encore longtemps. Pis c'est plus saint que le rad-cochon niveau rad.  
-Mais j'en ai rien à carrer des rads vu que je suis une goule.
-M'ouais, et toi Hélène?
-T'aime te faire du mal. Dit elle en attaquant sa ration.

Les trois étaient en bout de table et pouvaient donc discuter sans trop se soucier de la conversation du reste du groupe. Puis en jetant un coup d'oeil sur Volk' qui le dérangeait avec sa quinte de toux, il commençait à cracher du sang. Il finit par s'écrouler sur la table

-Encore un, super, Lise dis moi t’étais la seule aux fourneaux qui nous dit que tu n’es pas la coupable ? Lança Adam.
-Mais ferme-la ! D’abord c’est Raoul qui a ramené la bouteille ce n’est pas moi !
-Comment tu sais ce qui l’a tué ?! Et pourquoi tu parle de bouteille directement ? Répondit Hélène. Elle allait dans le sens du tireur d'élite.
-Klauss, dit quelque chose pour calmer l'atmosphère. Ca va partir en couille la. Demanda le plus discrètement possible la goule.
-Sans commentaire, je me suis déjà fritter avec Volk j'ai pas envie d'attirer l'attention. Dis un truc toi. Répondit en murmurant le pirate.

Sec et froid mais les deux disputes qu'il avait eu avec leur chef d'équipe ne jouait pas forcément sa faveur. Tout le monde était un suspect potentiel. Alors mieux valait éviter de prendre la parole dans un instant aussi critique.

-Euhh. Calmez vous, ça peut être la doc comme ça peut être toi Adam. Lise passe son temps à ruminer que c'est le caisson articulé alors que la subtilité c'est pas son truc. Matez l'armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 36 Masculin
Ville IRL : Lille
Inscription : 10/06/2013
Messages : 15
avatar
Raoul Bistoule
MessageSujet: Re: 1-0-8   Mar 23 Juil 2013 - 17:03

Alors qu'il mangeait cette bouillie infame et avait bien pris soin de ne jamais évoquer la viande séchée qui lu irestait; Raoul observa, d'un oeil ravi, le chef entrain de gouter la bouteille qu'il lu iavait offert peu de temps avant. Il avait donc le sourire aux lèvres lorsque:

- ... système d'aération, notre meilleur chance... pas de stock d'air entièrement dans l'abri, pris aussi, enfin surtout à... donc peut être... si de taille... extérieur...
je... ge... el... ueur... é...


Volker toussa, toussa, et finit par cracher du sang sur la table.

_Bordel chef, qu'est ce qui vous arrive? Mais c'est quoi çà?

Jared plaqua Raoul contre un mur, lui crachant au visage au moindre de ses mots:

Qu'est ce tu lui a  donné sale petit fils de pute?

La situation n'était pas à l'avantage de Raoul, il était incapable de se débarrasser de Jared physiquement. Lui, petit gringalet au crâne qui le martelait toujours, n'aurait jamais réussi à lui infliger le moindre mal. Il fallait réussir à se dégager de là avant que la situation ne dégénère et qu'il ne meurt sous les coups du spécialiste "badaboum".

_ Rien..... j'ai trouvé cette foutue bouteille dans l'bar... j'lui avait réservé car c't'une bonne bouteille... J'ai même deux bouteilles d'vodka pour vous... mais là j'ai plus trop envie d'gouter...

L'étreinte de Jared se fit plus insistante et il commencait à étrangler Raoul en le tenant si fermement. La machoire de l'ivrogne se crispa et son visage se mit à rougir fortement.

_ J'te jure.... RRRR... SI j'avais ..... voulu l'tuer....RRRR ... j'aurais fait en sorte que vous l'sachiez pas... J'aurais jamais.... rrrrrrrrr

A ces mots la pression sur la gorge de Raoul se fit encore plus intense, le serrurier commencait à défaillir. L'excuse qu'il lui avait fourni ne semblait pas convenirà Jared.

_ Espèce de fourbe... Tu t'caches même pas....

Un "lache le Ja'" fit desserrer l'étreinte mortelle, Raoul ne sut qui remercier car l'oxygène commencait à lui manquait au cerveau, la tête lui tournait et des petits points blancs dansaient la gigue devant ses yeux injectés de sang.

Après quelques temps à récupérer dans un coin, il se redressa comme il le put et alla vers la doc'. D'une voix enrouée et après après douloureusement déglutit:

_ J'vais *tousse* J'vais voir à l'infirmerie si il n'rest' rien à prendr'... Parait qu'vous avez b'soin d'matos...

Raoul était persuadé que quelqu'un viendrait, dans son dos, lui coller une balle dans la nuque afin de se débarrasser du "meurtrier". Mais que pouvait il faire? Il n'avait aucune arme... rien pour se défendre... peut être trouverait il quelque chose en fouillant l'infirmerie.

Il prit donc son matériel et se dirigea vers l'infirmerie. Là il attaque l'une des deux portes qu'il avait laissé fermer la première fois. Il observa attentivement la serrure afin de mieux adapter le matériel à sa disposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 24 Masculin
Ville IRL : Oui.
Inscription : 04/06/2013
Messages : 68
avatar
La Grogne
MessageSujet: Re: 1-0-8   Mar 23 Juil 2013 - 19:13

L'armure ne regardait pas lorsque Volker s'écroula, mais à l'agitation qui s'en suivit elle accourut en grinçant et en râlant. Les équipiers s'agitaient, deux peaux lisses se mirent à se battre. La Grogne était alerte. Il ignorait qui avait tué le chef, et personne n'était d'humeur pour lui en faire part. Alors peut être la goule redoutait-elle le retour des ombres du niveau -2... Ou peut être. Enfin personne ne pouvait savoir.

Toujours est il que le chasseur épaula son lourd fusil, et balaya la pièce du regard, tel un éclaireur de commando. Mais il n'y avait aucun meurtrier. Seulement quelques explorateurs qui s'aperçurent de son attitude inquiétante, la bouche de son canon pointée dans leur direction.

-Euhh. Calmez vous, ça peut être la doc comme ça peut être toi Adam. Lise passe son temps à ruminer que c'est le caisson articulé alors que la subtilité c'est pas son truc. Matez l'armure. Dit alors l'un des peaux lisse.

-Putain mais qu'est ce qu'il fout ? Reprit un autre peau lisse.

Leurs éclats de voix fébriles trahissant leur terreur, les compagnons étaient désormais tous tournés vers l'armure, ceux qui étaient armés avaient mis le doigt sur la gâchette. Mais la Grogne n'en fut que plus menaçant. Quelqu'un cherchait sûrement à tuer tout le monde ici. La peau lisse noire ? Il avait secoué un petit homme comme un prunier, peut être que c'était lui, il était peut être même de mèche avec les ombre ! La femme de ses souvenirs ? C'était elle la plus menaçante, avec son arme désormais levée, son armure rutilante et son air de tueuse.
La Grogne ne semblait pas savoir qui pointer avec son arme. Tous étaient des cibles potentielles. Toujours est il qu'il était le seul à être réellement blindé. Avant de mourir sous leurs tirs, il emporterait sûrement la moitié d'entre eux sinon plus dans la mort. Un dernier repas sanglant ?

La Grogne tremblait légèrement, mais son bras était assuré. Il grogna rudement pour se donner du courage. C'était le grognement de la colère, le grognement de la mort.


Spoiler HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/01/2013
Messages : 60
avatar
Tueur de PJ
MessageSujet: Re: 1-0-8   Mer 24 Juil 2013 - 10:27

HRP:
 

Mort de...
1 : Adam
2 : Raoul
3 : Klauss
4 : Henri




PJ mort:
 



RIP au PJ éliminé.
C'est qu'on avancera plus vite maintenant, hein ?
Pour la suite, le Rp pourra se terminer rapidement ou non, ça dépendra de vos actions. Et, évidement, toute cette histoire pourra se terminer sans que vous sachiez tout un tas de truc ( qui est le meurtrier/meurtirére ? Pourquoi il/elle a fait cela, comment ? Et tout un tas de choses sur l'abri lui même ).
Pour la suite, vous pouvez vraiment réagir comme vous le voulez, pas de limite sauf tuer directement un PJ ( évidement ) ou même un PNJ ( je validerais le kill dans un post Mj ).
Aller, j'commence à écrire, post à venir maxi' en début d'aprem'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/01/2013
Messages : 60
avatar
Tueur de PJ
MessageSujet: Re: 1-0-8   Mer 24 Juil 2013 - 11:32


SLASHER

Grognements terrifiants et Hengsa à l'épaule , tous étaient tournés vers l'armure, oubliant un court instant le cadavre du chef de l'expédition, sa tête écrasée au milieu de son plat.
Marrant comment il suffit de se dire que la vie ne pourrait être pire pour  qu'elle le devienne soudain.
Une brusque et courte coupure de courant plongea la salle dans l'ombre une poignée de seconde pendant la quelle on pouvait pourtant clairement voir ce qu'il se passait tant la pièce était illuminés par les coups de feu.
Le staccato archi bruyant ne s’arrêta qu'une fois à sec, la lumière revint et de si delà on criait et partout on courait se réfugier. Immédiatement, Lise à couvert dans l'embrasure de la porte de l'arrière cuisine, vida le reste de ses balles en magasin en direction de l'armure, la majorité traversa la salle et une poignée vinrent ricocher sur l'armure assisté en l’enfonçant de seulement quelques millimètres.
Nom de dieu, nom de dieu.
Jared se retrouva recroquevillé derrière une table renversé, ses deux grenades à la main.
Le chargeur vide du fusil Hengsa alla toucher le sol avec comme la plus cruelle des lenteurs alors que tout semblait se dérouler au ralentis dans les yeux du pirate informatique, sa vue se brouilla, puis revint avec plusieurs spectre de couleur en moins, ne voyant le monde comme quelqu'un ayant un daltonisme sévère.
Pavlov le prit d'une main et planta de l'autre son crocher dans les vêtement de Klauss, lui assurant une prise précaire pour le tirer en arrière le plus vite qu'il pouvait. Il se revoyait plus d'une centaine d'année en arrière quant un de leur camp avait était bombardé par les chinois, lui trainant le corps de son camarde sur une centaine de mètre pour s'apercevoir, une fois à l'abri, que le bonhome n'existait plus physiquement en dessous de la ceinture.
Il tirait donc le bonhome, beaucoup plus lourd qu'il n'y paressait, couvert par Hélène, non loin qui braquait son AER sur le chasseur, toujours dans cette lenteur morbide, qui finissait de recharger son arme dans un claquement métallique. Deux, trois, puis une demi douzaine de faisceaux lasers partirent dans cette direction, touchant le haut de la cuisse, le flanc et l'épaule ( elle solidement protégée ).
Ce qui habitait Klauss, et qu'on ne pouvait appeler la vie selon certain, quitta sa carcasse et tout revint enfin à la vitesse normale.
La doc entrainait Raoul dans le couloir, par la porte où ils étaient tous entrés, Pav' tirait toujours le corps du pirate et sortit rapidement de la cafétéria précédé immédiatement par Hélène, et, Henri passant de couvert en couvert au milieu des tirs qui venaient de reprendre du coté de Lise.
- Tues le Adam ! Tues le !
Les dernières balles de Lise partirent et elle se plaqua contre le mur.


- Où est la doc ? S'écria Hélène.
Elle se trouvait dans les toilettes Ouest du niveau 1 avec le mécanicien qui avait deux doigts posées sur la jugulaire du pirate informatique. Il ne sentait rien, absolument rien, à par une peau qui semblait déjà tiédir.
Quatre balles de 7.62 dans le buste, à quoi s'attendaient ils ? Peut être que la faible quantité de sang sortant des impacts et n'imprégnant la chemise de Klauss que sur quelques centimètres autour des quatre impacts les avaient induis en erreur. Mais il fallait être lucide, plus de pouls, plsu de respiration... Klauss Stern était la troisième victime de l'expédition.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 36 Masculin
Ville IRL : Lille
Inscription : 10/06/2013
Messages : 15
avatar
Raoul Bistoule
MessageSujet: Re: 1-0-8   Mer 24 Juil 2013 - 17:39

reprise de mon post:
 

Les crochets ne voulaient rien entendre, ils butaient, rippaient, glissaient mais n'accrochaient absolument à rien. Raoul s'arrêta et regarda ses mains, elle tremblaient, son altercation avec Jared l'avait vraiment secoué et une goutte de gnôle n'y changerait rien cette fois ci.

- Ras le bol de m'laisser parcher sur les pieds.... j'vais l'saigner c'goret... j'le saignerait si il essaye à nouveau d'me cogner...

A ces mots il ramassa un schrapnel de métal long de 15 cm et enroula le "manche d'un morceau de tissu, lui assurant ainsi une prise sur son "couteau". Une fois sa lame afutée sur le rebord d'un mur en béton il le rangea dans sa chaussure.



Raoul sursauta et se plaqua contre le mur. Les coups étaient proches, le campement devait être attaqué. Il passa la tête dans le couloir et, passant d'abris en abris, arriva jusqu'aux abords du campement. La transpiration coulait dans son dos, elle était froide, froide comme la peur qui s'emparait de lui. Son coeur battait la chamade et chacun de ses gestes était calculé, maitrisé, pensé pour préserver sa vie. La lacheté à cela de bon qu'elle permet parfois de faire n'importe quoi pour survivre même avoir des comportements "héroiques" aux yeux des autres.

Une fois à couvert et suffisemment près pour pouvoir voir ce qui se passé sans risquer sa vie Raoul observa la scène. Il voyait certains de ces camarades combattre quelqu'un. Mais qui? Cela il ne pouvait le voir sans s'exposer. Il fit quelques gestes à ses camarades pour signaler sa position.

Ils étaient vraiment dans la panade, ils étaient retranché derrière des abris et ne semblaient pas pouvoir en partir sans risquer de se prendre une balle. Une diversion serait certaineent le bienvenue.


Raoul observa autour de lui pour voir si il n'y avait rien à récupérer et utiliser. Si il pouvait trouver un combustible, une bouteille vide et un morceau de chiffon il pourrait créer un de ses cocktails Molotov dont il avait le secret. Cela créerait un mur de flammes suffisemment surprenant pour laisser le temps à ses amis de s'enfuir.

possibilités:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 24 Masculin
Ville IRL : Oui.
Inscription : 04/06/2013
Messages : 68
avatar
La Grogne
MessageSujet: Re: 1-0-8   Mer 24 Juil 2013 - 22:47

La Grogne avait tiré en premier. Peut être en se crispant sur la détente, peut être par peur de se faire flinguer. Toujours est-il qu'il n'avait plus vu grand chose au moment où les flash des armes ennemies s'étaient mêlées aux répercussions fluos du fusil laser. La poussière avait empli la pièce et une odeur de poudre brûlée s'était répandue.

Il y avait eu des cris lorsque son magasin s'était vidé. Puis un peu de silence, et un cliquetis suivi d'une nouvelle rafale.
Une balle s'était logée dans la cuisse de l'armure, au niveau du point névralgique de l'aine. Un trait de laser avait également esquinté sa visière, l'aveuglant partiellement. La goule avait grogné de douleur, et commencé à battre en retraite en boitillant tout en rechargeant. Quelques gesticulations plus tard, la barricade qui lui barrait le chemin était défoncée et la Grogne s'élançait en boitant vers l'escalier qui menait au deuxième étage. Pour couvrir ses arrières, le chasseur tira deux rafales dans le couloir avant de s'éclipser dans l'escalier.

Quelques enjambées plus tard, la Grogne arriva devant la porte blindée vitrée du bureau du superviseur. Il prit un peu de recul, vérifia que personne ne l'avait suivi, et ouvrit le feu sur la vitre grillagée. Un magasin entier commença à l'érafler, les douilles roulèrent bruyamment sur le sol. Ni une ni deux, l'armure réapprovisionna son fusil. 39 douilles vinrent s'ajouter aux 33 précédentes, et autant d'ogives éclatées s'éparpillèrent sur le seuil. La vitre se fendillait et devenait carrément opaque, le verre pilé par les balles.
Il ne lui restait plus que deux magasins lorsqu'il entendit une de ses balles passer à travers et se loger dans l'un des diplômes sous verre du superviseur. Le chasseur s'approcha, les douilles grinçant sous ses pas, et il finit de défoncer la vitre à coups de crosse. L'ouverture était assez grande pour se laisser tomber dans le bureau, ce qu'il fit en enjambant le mur à travers l'ouverture brisée dans un gros patatras (fatras lol:noel :)

Après sa chute dans la pièce la Grogne resta allongé contre le mur sans bouger. Le bureau était calfeutré et la décoration était jolie, il y avait de la moquette, un beau papier peint vert émeraude au mur, un plafonnier d'avant guerre en vert coloré couplé à un ventilateur laqué au dessus du bureau en bois clair.

Cette vision lui rappela de vieux souvenirs. Un bureau de haut gradé. La décoration était légèrement différente, mais c'était avant guerre, et c'était ce qui comptait. L'ambiance était là.

Oubliant les peaux lisses voulant sa mort, la Grogne se laissa aller à l'une de ces somnolences qui lui étaient propres, où ses souvenirs morcelés se mêlaient à la réalité. Et il se retrouva face au colonel.

Souvenirs, souvenirs...:
 

- 4 magasins de 39 coups pour fusil Hengsha


Dernière édition par La Grogne le Jeu 25 Juil 2013 - 11:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 1-0-8   

Revenir en haut Aller en bas
 

1-0-8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Abris-