Partagez | 
 

 Les fantomes de l'hopital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Age IRL : 21 Masculin
Inscription : 31/08/2012
Messages : 419
avatar
Arnold Habdaik "H"
MessageSujet: Les fantomes de l'hopital   Sam 27 Avr 2013 - 17:03


Le même bar, la même heure, la même place.
- Dis moi Hector, tu ne t'es jamais demandé... comment ça se passait ailleurs ?
- Quoi ? Comment ça ? C'est mort en dehors de Paris.
- Oh là, m'est d'avis que non, ils ont beau avoir balancé une centaine de bombe... On a bien survécus nous. Et la Russie ? Peut y a-til encore un gouvernement ? Pareil pour les chinois. Et l'Afrique ? Et l'Australie ?
- L'austra-quoi ? Tu pars trop loin camarade, on s'en fout du reste du monde, on est déjà assez occupé à survivre ici tu trouves pas ?

Et le même récupérateur. Le chimiste préférait le terme "d'associé". H ne se permit pas de rétorquer une saillie sur le manque total de curiosité du patron de bar sur ces questions fondamentales... il était temps de parler affaire.
- Mr Courtain. Je t'en pris, assieds toi.
Le récupérateur était encore intéressé par le boulot que lui avait proposé Arnold.
- Tu te souviens où tu dois aller ? Bien, bien. J'avais donc mandé les services de Prospecteur et Cie qui ont daigné envoyer un de leur type dans cette clinique. Ça va faire plusieurs jours aussi... aucune chance qu'il revienne, hein ? Pour tout te dire, j'ai engagé une freelance hier, Marie, pour pas me faire couillonner je n'ai pas donné de payement d'avance, d'où le fait que j'ai engager une freelance, tu me suis ? Mais elle n'est toujours pas revenue elle aussi... personnellement je penserais qu'elle s'est débinée. Ah misère, et me voici en train de ruminer mon malheur et te voilà, tu tombes à pic.
- Je te payerais 35 A le boulot finis... ou bien deux psycho et un med-X, à toi de voir. Je te fournis une combinaison environnementale, je te fais confiance, la dernière fois tu m'as ramené l'équipement. Il y a un compteur de Rad', il déconne parfois mais ce vieux tas de merde marche.
- Fais attention à toi et armes toi bien.

Axel, équipement :
+ combinaison environnementale

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 22 Masculin
Ville IRL : Avignon
Inscription : 31/08/2012
Messages : 466
Fonction : Admin
avatar
Axel Courtain
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Jeu 2 Mai 2013 - 13:05

- Bien d'accord j'accepte mais bon tu sais ton coups là , il s'en la merde , poir la premiére je t'en tiens pas rigueur tu pouvais savoir mais là deux personnes disparaissent , il y a anguille sous roche .... Monsieur H ?

Et voilà une nouvelle fois , il ne fallut que quelques mots de H - "dealer" ça fait moins amical , enfin il y a pas à tortiller du cul il vend de la dope c'est un dealer bref passons- pour que Axel accepte sans bronché , il n'a d'ailleur jamais refuser un job avant, mais il voulait tout de même savoir à quelle sauce il serait mangé

Spoiler:
 
***

Pourquoi tous ces endroits sont flippants ? Bordel mais ça craint par ici et en plus le compteur commence à crépiter , devenir une goule ça craint encore plus. Mais bon vu comme ça la mission n'a pas de bons côtés mais vu .... Non finalement elle n'a pas de bons côtés du tout c'est ... déprimant.
Axel était partis depuis presque une heure ou peut être plus , on perd vite la notion dans ces ruines , ce no man's land de poussiére et de radiation enveloppant ce triste décor : rien , pas un bruit à l'exception des pas du jeunes hommes, jouant leur mélodie dans cette symphonie silencieuse ... A mesure que Courtain avance le crépitement se fait plus fort, les radiations ces anges de la mort invisibles , la combinaison d'Arnold , devrait tenir normalement , pas de quoi s'inquiéter pour l'instant ... - Ah voilà Axel y est -

Axel s'arrêta pour contempler ce spectacle, devant lui se trouver un batîment à moitié effondré , la totalité des parties supérieures n'existent plus , la batîmement ne devait maintenant plus qu'une dizaine de métres de haut , sa partie ouest complétement éventré...
Un amas de roche rendait quasimant le site invioable sans une partie d'escalade , un petit luxe dont se serait bien passé notre cher prospecteur mais fondamentablement une obligation pour rejoindre le lieu de sa "mission" , du moins faire attention à ne pas abîmé sa combi' car le taux de radiation augmente à chaque métre qu'Axel fait poir se rapprocher de son objectif. Aprés une escalade perilleuse , la combinaison ne facilitant pas l'ascension , le récuperateur fini son ascension en se rapprochant du trou béant pour s'y engouffrer qui à premiére vue était le seul endroit pour acceder au batîment - putain pas de lampe -

- On dirait que je t'ai trouvé. Lâcha le récupérateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 21 Masculin
Inscription : 31/08/2012
Messages : 419
avatar
Arnold Habdaik "H"
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Mer 8 Mai 2013 - 13:36


- Bien d'accord j'accepte mais bon tu sais ton coups là , il s'en la merde , poir la premiére je t'en tiens pas rigueur tu pouvais savoir mais là deux personnes disparaissent , il y a anguille sous roche .... Monsieur H ?
- Prospecteur et Cie c'est qu'une compagnie de sodomite narcissique qui passe leur journée à s'enfiler joyeusement en se disant qu'ils sont les meilleurs. Sérieusement, je pense qu'ils m'ont prit pour un pigeon, ils ont embarqué la thune et envoyé personne là bas. Pour la deuxième, cette Marie, je suis sur et certain qu'elle a eut la trouille, c'est loin d’être un paradis dans ce coin là c'est vrais, tout un tas d'histoire court... c'est pour ça qu'il me fallait quelqu'un de couillu. Non, je ne dis pas qu'il n'y a pas de risque, mais toutes ces histoires qui ce raconte, justement ca a préservé l'endroit des pilleurs tu penses pas ? Tu sais ce que ca sent ? Ca sent le bon coup cette affaire, crois moi.



* * *

Contre vents et marées le courageux récupérateur atteignit son objectif, énergique et intrépide il partis à l'assaut de la périlleuse escalade, les briques poudreuses et branlante se dérobérent sous ses pieds mais, plus par la force de l'esprit que par celle du corps il réussit à garder son calme et continua l'incroyable ascension.

Arrivé en haut du monticule de trois mètres, pas fou le jeune prospecteur à la tête de simplet avait choisit d'escalader le talus le plus petit, aussi ridicule qu'il avait été pendant son escalade, luttant plus contre sa combinaison qu'autre chose, il était arrivé en haut. Il se retrouva donc dans une ancienne chambre avec ses deux murs manquants.
Le matériel devait se trouver en bas, aussi arriva-t-il une fois trouvé un escalier encore debout, dans ce qui avait dus etre le rez de chaussé de l’hôpital. L'endroit avait gardé ses charmes d’antan :

Spoiler:
 

Charmant. Le cadavre d'une goule sauvage se trouvait non loin de là, et autre à coté, et encore un autre, en suivant la piste on tombait sur un charnier d'une demi douzaine de cadavre de goules à l'entrée d'une chambre ainsi que le cadavre d'un prospecteur. Véritable momie dans sa combinaison artisanale, les goules elles aussi n'était plus très "fraiche", même avec le relatif peu de mouche présent dessus, elles semblaient entamées jusqu'à l'os. Très ancienne.

Durant l'exploration du rez de chaussé, le plus étrange pour Axel fut certainement de découvrir deux cadavres de mutants. Extremement malingre mais surtout, des plus récents. Peut être la piste de sang ou pluton les bruits provenant du fond du couloir menèrent le récupérateur vers les cuisines.

Spoiler:
 

Qu'est ce qui était le plus flippant : le néon allumé ou bien l'eau fumante sur le feu ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 22 Masculin
Ville IRL : Avignon
Inscription : 31/08/2012
Messages : 466
Fonction : Admin
avatar
Axel Courtain
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Jeu 9 Mai 2013 - 22:24

Axel s'était engouffré dans le vieux batîment et aprés quelques minutes il réussit à trouver l'acceuil du vieil hôpital et à premiére vue , l'endroit semblait comment dire .. Charmant. Et justement, charmant l'endroit l'aurait encore plus si dés l'entrée les murs n'avaient pas été repeind avec plusieurs hectolitres de sang et encore c'est la chose la moins bizarre du rez-de-chaussé car en plus du nouveau papier peint il fallait compter une multitude de cadavres des goules pour la plupart une bonne dizaine à premiére vue, il faut dire que Axel était un peu supris car une goule c'est bien la vermine qui arrive à vivre n'importe où et dont la seule façon de mourir et de recevoir une coup mortel.

Certes certaines n'avaient plus de tête, pour le récuperateur ce genre de blessures rentrait bien dans la catégorie "mortelle" par contre le reste n'avait pas de blessure apparente mais bon chacunes baignant dans le sang de l'autre c'était assez dure de savoir qui était bléssé ou pas. Mais il n'y avait pas que ces choses au rez-de-chaussé en effet Axel pû aussi apercevoir le cadavre d'un prospecteur - il était pas frais lui pensa le prospecteur ' de même que deux autres celui de deux mutants, ou est ce que le prospecteur avait été envoyé ? Dans le cimetiére de la Capitale ou quoi ? Axel fît un peu le tour des chambres et des salles pour récuperer tous les flacons qu'il trouvait, c'est à dire une dizaine de fiole contenant chacunes un liquide incolore avec une jolie etiquette avec chacune des noms de plus en plus savant : Buprénorphine, Nalbuphine, morphine et Péthidine sans oublier plusieurs seringues encore sous vide dans leur plastique d'origine.



- Bon , je vais prendre toutes ces conneries pour "H" il m'a dit de prendre tous ce que je peux, des analgésiques trés puissant doivent pouvoir faire l'affaire je pense, mais si il m'avait precisé ce qu'il voulait ça m'aurait aidé, bizarre que personne ne l'est prit , bon il m'a dit surtout de regarder les sous-sol mais ce que j'ai vu precedemment ne me donne pas envie de descendre, pas du tout ... Cette endroit me plait pas.
Dit alors le prospecteur en sortant de la chambre et au moment de retourner dans le couloir Axel remarqua la trainée de sang dans le couloir qui suivait le couloir et disparraissait devant une porte à l'autre bout.
- Bordel alors là j'ai de quoi flipper, bon allons jetter un coup d'oeil, pourquoi je le sens mal, soit maudit H
.
Le prospecteur sortit son fusil et mit en jout la porte et s' avança pas-à-pas vers celle-ci , et une fois qu'il fût arriver devant il pû remarquer la pencarte :





Axel s'approcha dela porte et y posa sa main en vue de l'ouvrir - c'était une porte à venteaux - , le prospecteur souffla trois grands coups avant d'ouvrir la porte à la volée et de pénetrer dans les cuisines et de ... s'éttaler au sol, Axel venait de glisser sur une tâche de sang au sol heuresement il était plutôt bien retombé, il se releva en quelques secondes fusil en main. Il pû vite reperer le lieux qui était comme on pouvait s'y attendre une cuisine normale en somme , a part le sang tout était en ordre , les lumiéres étaient allumées une marmitte sur le feu , une ... marmitte ? Qui est sur le feu ? Qui est en train de cuire ? Heu ... C'est pas normal .. du tout ça. Axel s'approcha de la vieille cuisiniére, de l'eau était en train de cuire dans une vieille marmitte. Il s'approcha encore plus et éteignit alors la gaziniére. Il jetta un rapide coup d'oeil à la cuisine qui était plutôt trés bien équipée , le récupérateur avait de plus en plus la chair de poule et remarqua surtout que la trace de sang de toute à l'heure reprennait au sol et continua à travers la cuisine jusqu'a une seconde porte. Axel ressoufla un coup et continua vers une seconde porte ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Sam 11 Mai 2013 - 11:05


La respiration forte, les yeux injectés de sang et la bave dégoulinant de sa mâchoire, le monstre observait, contrairement à ses anciens maitres, il savait être patient, guetter la proie...
Il était là, dans la cuisine ! L'ignoble créature continua a ramper, la gueule ouverte et la faim au ventre. Pret à bondir sur le pauvre récupérateur, la chose se ravisa, la lumière du néon était trop forte.
Attendre, patiemment... la prochaine occasion.
Bientôt.


De l'autre coté de la porte, soudain, un brouhaha, bruits métallique, objets tombants sur le sol, étagères s’écrasant par terre et une voix...
- Je les emmerdes tous ! Ces enfoirés de coursiers qu'on pas voulu d'moi, ces connards de récupérateurs et leur job' de merde et surtout cet enfoiré de H ! Même le bon dieu j'l'emmerde !
La porte s'ouvrit :

Spoiler:
 

Blessées à l'avant bras et à la cuisse elle leva tout de même les mains en l'air, et malgré la combinaison, on pouvait sentir l'étonnement à la limite de l'apoplexie.
- Tirez pas ! Tirez pas.
Elle se dirigea vers la marmite et l'eau fumante où elle lâcha une poignée d'ustensile médicaux.
- Désolé, pas trop le temps de faire connaissance... ces... ces enfoirés de mutant, les deux là... foutre ils ont faillit m'avoir, mon arme est désossée et ma combinaison percée, mais l'endroit semble sains, peu de rad' par ici.
Elle enleva une partie de sa combinaison et inspecta ses blessures ; à l'avant bras ce n'était qu'un méchant coup d'un tuyau de plomberie dont se servait un des deux mutants comme d'une batte. La cuisse c'était une balle.
Elle sortie de l'eau chaude les instruments désormais désinfectées, et elle commença à s’opérer.
Les blessures par balles étaient parmi les plus dangereuses, quoi qu'en disent ces soit disant "gros dur", heureusement pour elle ici c'était du 22LR et pas le moindre cas de fragmentation de la balle.
- Si vous avez un stimpack... ce serait... ce serait pas d'refus.

- Alors, vous bossez pour qui ? Les grands prospecteur et Cie ? Un autre groupe ou bien z'etes en freelance comme moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 22 Masculin
Ville IRL : Avignon
Inscription : 31/08/2012
Messages : 466
Fonction : Admin
avatar
Axel Courtain
MessageSujet: oourtain   Sam 11 Mai 2013 - 14:31

Axel s'avança vers la porte mais celle-ci s'ouvrit aprés que le récupérateur entendit un brouhaha, bruits métallique, objets tombants sur le sol, étagères s’écrasant par terre et une voix...

- Je les emmerdes tous ! Ces enfoirés de coursiers qu'on pas voulu d'moi, ces connards de récupérateurs et leur job' de merde et surtout cet enfoiré de H ! Même le bon dieu j'l'emmerde !

La porte s'ouvrit alors à la volée laissant apparaître une autre personne dans une combinaison anti-radiation ressemblant légérement à celle d'Axel.

- Tirez pas ! Tirez pas. Dit elle en levant les bras, elle se rapprocha de la marmitte pour désinfecter ses ustensiles médicaux vu que le récupérateur n'avait pas bronché.

-Je ...
- Désolé, pas trop le temps de faire connaissance... ces... ces enfoirés de mutant, les deux là... foutre ils ont faillit m'avoir, mon arme est désossée et ma combinaison percée, mais l'endroit semble sains, peu de rad' par ici.

La femme examina ses blessures, certes il y avait du sang mais le fait qu'elle était encore debout montrait bien que la plupart était superficielle et les soigner ne devrait pas être trés compliqué.

- Si vous avez un stimpack... ce serait... ce serait pas d'refus. Lança t-elle au récupérateur.
Axel sortit alors une petite boîte ; son kit de premier secours et le jetta à la jeune femme à l'autre côté de la piéce qu'elle receptionna aisément la boîte. Et remercia le récupérateur d'un petit hochement de tête.

-Et sinon vous ....

- Alors, vous bossez pour qui ?

- Et bien pour ...

- Les grands prospecteur et Cie ?

- Heu .. n...

- Un autre groupe ?

- Non plu...

- Z'etes en freelance comme moi ?

- Oh ! Cria Axel. Laissez moi parler trente secondes, je m'appelle Axel Courtain, je suis un récupérateur de Métropolitopia, non je ne bosse pas pour prospecteur et Cie dont une de mes connaissances les qualifie de sodomites enfin bref et non je ne travaille pour aucuns groupes, donc oui je suis dans le freelance enfin je prends tous ce qui se passe à ma portée et donc là en ce moment je bosse pour une "Connaissance" de Nécrotopia : Arnold Habdaik. J'approuve pas totalement tous ce qu'il fait, mais au moins je me fais de l'argent et c'est le plus important du moins je crois, et donc je viens de me rendre compte d'un truc, vous avez dit que vous bossez en Freelance, vous devez être Marie dans ce cas ... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Sam 11 Mai 2013 - 16:07


- Habdaik ? Ah, ça doit être de là qu'il tire son surnom, "H".
- Ouais, Marie, exactement. Comment le savez vous ? Ah ouais, H, c'est vrai j'suis conne. Bon, en tout cas on sera pas trop de deux, c'est une sacrée merde ici.

Elle se leva difficilement et tituba jusqu'à ses affaires dans la petite pièce, elle sangla fermement son sac à dos et sortie une torche à dynamo.
- Ça fait une demi journée que je suis ici, la moitié passé à déboucher une entrée, c'est par là que vous êtes arrivé je suppose, en haut d'un p'tit monticule de gravas ?
Elle boita jusqu'au couloir en actionnant la manivelle de sa lampe qui produisit un faible éclairage.
- Je les ai tous eu je crois, trois mutants. Le premier dans la cage d'escalier qui mène au sous sol, ensuite ses deux potes ont déboulés de je n'sais où.
- Je me suis repliée ici donc, à attendre. Il n'y en a apparemment plus aucun, sinon il serait en train de me croquer, non ? Ah !
Ils passèrent le couloir central, sombre et puant, les bottes collaient au sol comme à du chewing-gum poisseux en tout cas quant elles ne buttaient pas sur un cadavre, goules ou prospecteur, de véritable momie pour la plupart, certain plus récent, de quelques années à quelques mois. Parfois des morceaux de verres tapissaient le sol, une autre fois ce fut les entrailles séchées d'un pauvre type ; l'odeur vous prenez la tête comme un de ces anciens tubes de boys band - à vous en éclater la tête contre un mur - , mêlant déjection à la puanteur d'une décharge mais en ajoutant subtilement un relent de moisi avec une pointe de produits antiseptiques. Une brume tantôt opaque tantôt transparente vous enveloppait, poisseuse, humide. On croisait différente chambre, parfois complétement vides, d'autres barricadée et quelques unes comme figées dans le temps - restait parfois un vieux pots que contenait un résidu de fleurs - , puis un autre cadavre par ci, étrangement démembré. L’escalier se présentait en béton, la main courante était branlante, les murs fissurés, parfois gorgé d'humidité, plus ils descendaient, plus les ténèbres les enveloppait, la vielle dynamo n'y changeant rien.
De la lumière, vite.
Elle tâtonna pendant plusieurs minutes avant de trouver ce qu'elle cherchait, et ainsi, pouvoir rétablir le courant.
Lumière !
Elle hurla quant la moitié des ampoules éclatèrent. Il n'en restait qu'une poignée, grésillante et couvertes de poussières. Marie essaya un autre bouton du disjoncteur. Rien. Puis un autre qui alluma l'éclairage d'un bloc opératoire.
Devant eux le Couloir formait un L, s'y trouvait un éternel brancard aux roulettes rouillées, des bancs renversées et tout autour des résidus de magasines, puis un chariot démonté contenant encore une bouteille de gaz et quelques une d'oxygènes.
- Il ne m'a pas précisée non plus où et quoi je devrais trouver exactement.
Elle trifouilla encore les boutons et les interrupteurs, s’arrêtant plusieurs fois à cause de sa douleur à la cuisse.
Essayons celui là.
Lumière ! Bloc 2, non loin du duo et du chariot démonté.

Encore une fois, elle hurla.

Spoiler:
 

Un truc absolument dégueulasse tapait comme un damné sur la vitre du bloc. Putain et dire que tout ces membres appartenait à la même saloperie ! Poussant un cri absolument effroyable comme celui que pourrait lancer un type qu'on castrerait à la tenaille, puis la Chose détruisit le plexiglas et tomba mollement, comme une limace, de l'autre coté.

Spoiler:
 

- Tue cette merde ! Tue la ! Les bombonnes de gaz, Viiiite !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 22 Masculin
Ville IRL : Avignon
Inscription : 31/08/2012
Messages : 466
Fonction : Admin
avatar
Axel Courtain
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Jeu 23 Mai 2013 - 16:43

Non mais putain là, c'est quoi cette chose bordel ? Mais c'est dégueulasse comment une chose pareil peut exister, c'était mais .. c'était pire que "Ab" , non mais à part avoir été maudit à la naissance quelle est la probabilité de rencontrer un mutant homme pieuvre vivant dans l'obscurité du sous-sol d'un hôpital ? Le prospecteur avait bien la réponse et maintenant il fallait s'en débarrasser et justement sa compagne d'infortune ne se fît pas prier pour lui rappeler :


- Tue cette merde ! Tue la ! Les bombonnes de gaz, Viiiite !

Merci Watson sans toi j'aurais jamais trouvé pensa très fort le récupérateur.

- Les bombonnes ok, mais l'angle n'était guère bon pour les atteindre et bien trop loin de plus la chose prenant quasiment la largueur du couloir atteindre les bombonnes était juste impossible. Donc deux possibilités rebrousser chemin ou bien passer à côté de la chose pour rapprocher le chariot et la solution deux semblait meilleure car de toute manière , il faut éliminer la chose et la laisser en vie bloquerait complétement l'accès aux étages inférieurs, maintenant il va falloir se mettre d'accord sur le rôle de chacun car il faut que quelqu'un tire et que quelqu'un ...

- Je tire ! Passes moi ton fusil. Lança Marie à Axel.
Et beh oui , ça coule de source, le récupérateur aurais dû s'y attendre de toutes manières comme si elle aurait pu le faire, pauvre de lui tient, sois maudit "H"
Après avoir vérifié que tout était bon Axel s'élança vers la chose, elle qui continuait d'avancer dans une râle aigue et en claquant ses membres, le récupérateur s'en rapprocha , la créature essaya de lui asséner un coup qu'il évita de justesse et un des tentacules de la créature fini sa course dans une des vitres d'un chambre, se fût l'occassion du récupérateur qui essaya de passer, il y parvint dans un premier temps mais un tentacule s'écrasa sur sa jambe et lui fît perdre l'équilibre et il finit sa course au sol malgres ça, le récupérateur rampa à quatre pattes jusqu'au chariot, une choix arriver à destination, il enleva les bloques roues et plaça le chariot dans l'alignement du couloir avant de le lancer sur la créature après lui avoir donné un peu d'élan. Le chariot alla s'écraser contre le monstre et un vieux morceau de barrière du chariot se planta dans la chaire de la créature, certaines bouteilles tombèrent au sol d'autre non , c'était le moment parfait pour en finir.

- Tire ! Vas-y maintenant !

Allez il suffit qu'elle tire et c'est bon et , mais attend je peux aller nulle part. Pensa Axel en regardant à gauche et à droite. Effectivement , le chariot était contre un mur sans issue et sans endroit pour se protéger d'une explosion et justement si explosion il y a il prendra tous de....

- Plein fouet ! Non ... Marrie attends .. La dernière chose que pu articuler le récupérateur avant de sombrer dans l'inconscience après avoir gouté au mur derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Dim 26 Mai 2013 - 16:00

Un tir parfait et l'explosion déchiqueta le monstre, envoyant aussi bouler l'autre récupérateur contre un mur, chance pour lui que la bête absorbe le choc et surtout les morceaux métalliques. La chose désormais dissocié de ses... nombreuses jambes, continuait à se débattre lamentablement. Marie fit claquer la culasse, épaula et fit un nouveau tir parfait entre les trois yeux du mutant.
Elle mit le fusil solidement en bandoulière et titubant complétement sonnée par l'explosion, jusqu’à Axel, elle n'osa pas s'accroupir de peur ne ne pouvoir se relever, aussi se contenta-t-elle de quelques coups de bottes pour le réveiller, se retournant brusquement en voyant le mur d'un bloc s’effondrer, lézardant le plafond qui semblait prêt à céder.
Elle fit un rapide tour des environs et trouva ce pourquoi elle et Axel avait été envoyés. Deux boites métalliques, une légèrement défoncée contenait tout un tas de produit dans des gros flacons plastiques ; et l'autre boite, elle rutilante, presque neuve, était solidement cadenassée, une chose était sur : il y avait quelque chose de lourd à l'intérieur.
Marie déposa les deux caisse devant Axel qui venait de se réveiller, ses deux bras lui faisait mal aussi ne pouvait elle plus les porter.
Malheureusement pour elle, le léger choc des caisses métalliques chutant au sol menèrent à l'écartement d'une lézarde qui courait jusqu'au plafond, devenant une large plaie, un bruit assourdissant de frottement entre la pierre et la pierre et une partie s’effondra sur elle.

Axel avait un choix à faire et il avait peu de temps, le batiment semblait s’effondrer !
- Partir avec les deux caisses métalliques et laisser la récupératrice.
ou
- Aider Marie à se relever et ne prendre qu'une caisse. Mais laquelle ?
* la boite qu'ils étaient venus chercher
* ou bien la mystérieuse boite fermée


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 22 Masculin
Ville IRL : Avignon
Inscription : 31/08/2012
Messages : 466
Fonction : Admin
avatar
Axel Courtain
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Mar 4 Juin 2013 - 9:04

Malheureusement pour elle, le léger choc des caisses métalliques chutant au sol menèrent à l'écartement d'une lézarde qui courait jusqu'au plafond, devenant une large plaie, un bruit assourdissant de frottement entre la pierre et la pierre et une partie s’effondra sur elle.
Oh merde voilà la chance qui continue, ça aurait été bizarre autrement, Marie venait de se prendre un morceau de mur en pleine tronche, elle était tombé au sol mais n'avait pas perdu connaissance mais son bras était quand même bloquait. Le récupérateur une alors un dilemme soit la laisser là ou bien l'aider à sortir mais ce qui voulait dire laisser tomber de la marchandise. Le choix devait il se faire ? Est ce qu'Axel avait le droit de décider du sort de cette femme , bien sûr que non , il n'y avait même pas à réfléchir.
Le récupérateur se leva d'un bon , il réussit à dégager le bras de Marie en se servant de son fusil pour faire balancier, une fois ceci fait il pouvait que la main de la femme avait été sérieusement abîmé certaines phalanges étaient à l'air libre. Axel se leva et souleva ensuite la femme, des gravas continuaient de tomber du reste des étages supérieurs. Axel passa le bras de Marie autour de sa nuque avant de récupérer le reste soit son fusil son sac à dos - qui contenait une dizaines de fioles récupérées dans les chambres et des seringues - et enfin la fameuse boîte - bien lourde d'ailleurs - ce qui n'arrangeait pas les affaires du pauvre récupérateur.
Ils devaient y aller cette fois pour de bon ou cette endroit serait le dernier qu'il verrait de toute leur vie. Le duo se depêcha de faire le chemin inverse qu'il avait pris tout à l'heure en repassant par les cuisines de l'hôpital et enfin le merveilleux hall tous les mètres plusieurs blocs de béton armé du plafond s'effondraient juste à côté d'eux menaçant de les écraser. L'air était devenu irrespirable, remplis de particules de poussières et la visibilité était encore plus mauvaise par chance, il faisait toujours jour et quelques rayons de "Ce bon vieux soleil " parvenaient à percer ce mur de béton - De l'amiante aussi qui sait ? - , une fois sortis ils purent faire plusieurs métres en essayant de se frayer un chemin entre les débris et autres carcasses de voiture, après 150 métres à s'éloigner une partie de l'hôpital commença à s'affaisser, les murs commencèrent à tomber, le toit quand à lui s'écroula sur la vieille carcasse d'avant guerre ...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Dim 9 Juin 2013 - 16:32

Le récupérateur se révéla héroïque, à peine remis du souffle de l'explosion celui ci sortis Marie des quelques décombres, meurtrissant ses doigts, pour enfin la remettre sur pieds et filer jusqu'à la sortie alors que le batiment tout entier semblait se disloquer. Il ne lâcha ni la prospectrice ni la fameuse "boite mystère" alors même qu'il reçoit en plein sur son épaule droite un morceau de béton gros comme un poing, la poudre et la poussière l'aveugle, mais que diable, il marchait à l'instinct, ne s'accordant un repit qu'une fois seulement bien éloigné de la maison des horreurs.
Exténué, il se débarrassa de ses poids, son sac contenant les précieux produits médicaux, la boite métallique rutilante, et son fusil, malgré tout toujours à porté de main -pas fou !-.
Une explosion en arrière plan et une clope à griller n'auraient pas été de trop pour renforcer le coté badass... Mais retours dans le monde réel, douloureux retour, ses oreilles sifflaient à lui faire perdre l'équilibre et sa blessure à l'épaule se fit bien sentir.
Marie se tenait debout, sa main gauche avait bien morflée prise en marteau entre le sol et un bloc tombé du plafond... ca brulait.
- Est ce que je peu fouiller là dedans voir s'il y a quelque chose pour nous remettre d'aplomb ?
Elle prit un flacon d'une solution injectable qu'elle mit dans une seringue de stimpack vide. Voilà qui allait l'aider à rentrer.
- Buffout ? Génial.
Elle s'enfila deux gellules.
- T'as été bien sympas de pas me laisser là dessous... c'est pour ça que je ne vais pas te tuer.
Elle donna un grand coup avec sa botte en pleine face d'Axel, réveillant par là sa blessure à la jambe, mais le buffout faisait son effet... double effet en plus de la résistance à la douleur, comptez une légère débilitation, accentué ici par ses blessures et les événements.
Marie rafla immédiatement le fusil à lunette d'Axel qui pour sa part ne voyait pas d'objection à cela, calmé comme il était.
Le batiment finit son "effondrement partiel", tout ce raffuts allait ramener des saloperies pensa-t-elle, la récupératrice prit immédiatement la caisse en fer avant de filer, les tripes retournés car en plus de ses blessures, des horreurs de l’hôpital et du risque de se voir prit en chasse par des monstres, elle venait de trahir quelqu'un qu'il lui avait sauvé la vie.
Pour rajouter à son malheur, les effets du buffout dissipés, elle constata l'erreur d'avoir prit la caisse métallique à la contenance inconnue plutôt que le sac plein de produits.
Il était trop tard pour faire marche arrière.


Voilà donc Axel "La Chance" reprendre ses esprits, La Chance car aucune bestioles n'était venue le croquer pendant son somme...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 22 Masculin
Ville IRL : Avignon
Inscription : 31/08/2012
Messages : 466
Fonction : Admin
avatar
Axel Courtain
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Lun 10 Juin 2013 - 10:43

Axel était couché contre une vieille carcasse de voiture d'avant-guerre, il était en train de reprendre ses esprit. Malgrés que la blessure était superficielle, le récupérateur avait le visage en sang, mais son nez ne semblait pas cassé. Bordel sur ce coup, Axel était tombé comme un débutant, vu le temps qu'il à était dans les vapes - à peu prés deux heures - les chances de retrouver Mar... cette pute était complétement foutues.

Putain, ça devient une habitude là, qu'elle pute, je vais essayer de rentrer maintenant, oh non mon arme putain ... Faut que je rentre rapidement voir H , comme ça je lui rendrais le reste que Marie n'a pas pris J'espére que au minimum il acceptera ça et qu'il me paiera pour ça et il faut que je me rachète une arme car il me reste plus que mon couteau et justement je devrais pas traîner là.

Le récuperateur venait de se remettre en route, il lui fallait rejoindre Nécro' et surtout le bar avant la tombée du jour, car loin d'être "raciste" envers les goules, Axel - comme beaucoup - n'aimait que peu l'ambiance de Nécrotopia la nuit. Axel prit alors son sac et le mis sur son épaule, s'essuya machinalement d'un revers de manche les lévres et le nez pour y enlever le sang coagulé malgrés ça les traces étaient toujours là, Axel était fatigué et aurait voulut rester couché encore mais c'était bien trop dangereux pour un tel souhait car entre le fait que les alentours des ruines sont habités par des hommes pieuvres.

Le soleil allait bientôt se coucher et donc, il ne fallait pas tarder.
Il fallut à peu prés deux heure et demie pour rejoindre Necropita intra-muros et le fameux bar, la route avait été plutôt calme, il n'avait que quelques marchand d'eau et quelques chasseurs en tous cas le voyage l'avait épuisé le fait de marcher plus sa condition légerement amoindrie , le fameux bar ou H passait ses journées et ... pas là ?
Axel s'était avancé dans le bar et il était vide a part le barman qui essuyé des verres - Oh le cliché du barman -

- Excusez moi, H n'est pas là ? Demanda Axel.

Le barman ne regarda qu'a peine le jeune homme avant de retourner à ses affaires - Mais bordel qu'elles affaires ? -

- Heu .. merci je vais l'attendre dans ce cas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/01/2013
Messages : 60
avatar
Tueur de PJ
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Mer 12 Juin 2013 - 13:53

Contenu de la "boite mystère"

1 : Matériel avancée ( concentrateur par centrifugation )

2 : Matériel avancée ( ballon de chauffe calorifugé de 5L x2 )

3 : Base : Alambic pour procédé d'extraction par hydrodistilation.

4 et 5 : Rien.


Jet de Hasard:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 21 Masculin
Inscription : 31/08/2012
Messages : 419
avatar
Arnold Habdaik "H"
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Mer 12 Juin 2013 - 14:26

Le fusil avait du être plus jolie que mortel dans le temps... désormais il était moche et mortel. Oui, mortel pour son utilisateur, le truc était plein de crasses et encore poisseux de sang et de l'eau irradié de la Seine, sur que ça pouvait t'exploser entre les doigts.
- A tromper autrui l'on risque de se duper sois même. Ca laisse songeur j'dirais.
Et Arnold jeta le livre rejoindre ces quelques congénères dans le fut métallique, brulant rapidement. Il faisait froid dans ce local, et il n'était pas question -encore- de la laisser claquer.
Il se demandait comment il réagirait à la place de Marie... essayerait il de désamorcer le collier ? Ou tenterait il une fuite aussi vaine que tragique pour la "beauté" du geste ?
La goule sortit de la pièce, froide et humide, ferma à clés et glissa le détonateur dans sa poche, espérons qu'il ne tombe pas dessus.

Début de soirée et le bar se remplissait. Une seule personne pour faire tache dans ce magnifique tableau de peaux écorchées : Axel la peau lisse. Le chimiste invita son récupérateur à s'asseoir dans le coin habituel.
- Je sais, je sais.
Il s'assit lourdement et finit :
- Elle m'a tout raconté.
Comment Arnold avait il flairé l'entourloupe ? L'histoire de Marie déjà, ne tenait absolument pas, le fait qu'elle porte le fusil de son "collègue" récupérateur aussi. Elle, portée disparue depuis près d'un jour revenait peu de temps après qu'il ait envoyé un autre prospecteur, Arnold avait d'abord pensé que Marie avait attendue non loin de l’hôpital, à guetter l'autre personne qui se chargerait de descendre dans les sous sol, pour lui tomber dessus dès qu'il ressortirait les mains pleines. Finalement, la goule avait vu faux sur ce sujet, dès qu'il eut engager deux négriers goules -quitter Marie sans éveiller de soupçons auprès d'elle fut difficile- pour l'immobiliser et... la soumettre ( 10 anneaux, sans compter le prix du collier ! ), la récupératrice fut assez bavarde.
- Ouais, là elle attend dans sa cellule, au chaud. Mais parlons prix !
Axel avait mis son sac lourd de ses dizaines de flacons sur la table, et Arnold avait mis à coté la caisse métallique -ouverte-. Quelle surprise avait il eut en voyant cette magnifique verrerie. La goule aurait très bien pu cacher la boite, ou mieux : dire qu'elle ne contenait rien d'intéressant. Mais putain, est ce par ce qu'on tu une centaine de personnes, lentement, avec ses produits -de qualités-, qu'on ne pouvait avoir certains... principes ?
- Qu'avais je dis niveau payement ?... Ah oui. Oui.
- Et bien, va pour 35A ET deux psycho' et un Méd-X. Et puis merde, tu sais quoi, gardes donc la tenue environnementale.

Et il rendit, bien évidement, le fusil cagneux de la famille Courtain. Il serait temps que le bonhomme se décide à faire un tour à la Poudrière.
- En ce qui concerne Marie je la garde, mais je ne compte pas t'enlever une possible vengeance...
Il fit glisser la clés du local et indiqua le chemin.
- Taches de ne pas trop l'abimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 22 Masculin
Ville IRL : Avignon
Inscription : 31/08/2012
Messages : 466
Fonction : Admin
avatar
Axel Courtain
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Jeu 13 Juin 2013 - 22:46

Le récuperateur prit alors les clefs que lui tendit "H" et suivit le chemin que lui indiquait le Dealer. Après ceci fait Axel tomba sur un petit local, une fois devant la porte, il y enfonça sa .... clé et après avoir ouvert la porte, il aperçu Marie au fond contre un mur, en position fœtale, Axel remarqua rapidement le "joli" collier à son cou.

- Et bien , et bien tel est pris qui croyait prendre hein ? Tu portes bien les bijoux toi. Quoi t'es surprise de me voir ? Ouais comme tu peux voir je suis bien en vie et je n'ai pas été bouffé. Certain que t'es une salope je envie de te pardonner et surtout j'aimerais savoir pourquoi tu as fais ça ? Pour l'argent ? J'ai sauvé ta vie, ta putain de vie trois fois en quelques heures. Tu me l'aurais dit je l'aurais compris et toi tu as préféré me défoncer la tête plutôt que discuter, donc voilà explique moi pourquoi ?

Une fois les explications de la Freelanceuse (?) terminés Axel se releva -il s'était assis précédement et sans rien dire retourna au bar et s'assit en face de H.

- Laisse là partir H , je vois pas ce que tu as contre elle ? Quand je l'ai trouvé elle était dans l'hosto donc même si elle l'a un peu fait à l'envers tu peux pas la garder elle comptait tous te  rammener la preuve elle est venue, tu n'as pas le droit de faire ça et non je n'ai même pas touché un de ses cheveux, et en quoi elle peut te servir ? Et entre l'hôpital et le Château La Pompe tu crois pas mettre redevable ? S'il te plait H aprés tu fais ce que tu veux hein après ce qu'elle m'a fait .... Bon va falloir que j'ailles me reposer moi, le prend pas mal mais vu que c'est un peu le ghetto par ici, t'aurais pas un endroit pour que je dorme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 21 Masculin
Inscription : 31/08/2012
Messages : 419
avatar
Arnold Habdaik "H"
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Ven 14 Juin 2013 - 16:42

- Et bien , et bien tel est pris qui croyait prendre hein ? Tu portes bien les bijoux toi. Quoi t'es surprise de me voir ? Ouais comme tu peux voir je suis bien en vie et je n'ai pas été bouffé. Certain que t'es une salope je envie de te pardonner et surtout j'aimerais savoir pourquoi tu as fais ça ? Pour l'argent ? J'ai sauvé ta vie, ta putain de vie trois fois en quelques heures. Tu me l'aurais dit je l'aurais compris et toi tu as préféré me défoncer la tête plutôt que discuter, donc voilà explique moi pourquoi ?
- Ça serait pas plutôt moi qui t'aurais sauver la peau ? Terrifié que t'étais face à ce monstre, peuh.
Elle aurait voulu employer un ton plus cassant, mais les pleurs qu'elle avait versés lui avait serré douloureusement la gorge, sans compter le fait de devoir renifler souvent.
- Ouais, je reconnais que si t'avais pas été là ça ce serait pas goupillé pareil, et c'est pour CA que je t'ai laissé la vie sauve ! Bordel. J'aurais très bien pu t'abattre et piller ton cadavre, mais je ne l'ai pas fait...
Le stress avait accusé le coup en réalité.
- Sort moi de là, merde, me laisse pas avec ces zombies puants, on est de la même race, me laisses pas avec ces abominations...
Et Axel sortit, refermant à clé, sans un mot, sans un signe.


Arnold se tenait au bar où son pote Hector lui montrait des images de ce qui devait être un genre d'Atlas ou de guide pour touriste. Le patron de bar n'en revenait pas de ce qu'il voyait là.
- Las Vegas, au Nevada, Hec' oublis ça, cette citée du péché doit être sous les sables désormais.
Nevada ? Jamais entendu parlé de ce pays. Mais le chimiste pu se soustraire au flots de questions de son amis alors qu'Axel revenait parmi eux.

La salle était bien pleine désormais, mais la place d'Arnold, toujours libre.
- Laisse là partir H , je vois pas ce que tu as contre elle ? Quand je l'ai trouvé elle était dans l'hosto donc même si elle l'a un peu fait à l'envers tu peux pas la garder, tu n'as pas le droit de faire ça et non je n'ai même pas touché un de ses cheveux, et en quoi elle peut te servir ? Et entre l'hôpital et le Château La Pompe tu crois pas mettre redevable ? S'il te plait H.
Bon dieu de merde garçon, tu te fous de moi ? Arnold en aurait recraché son café. Mais il n'y avait pas de tasse et pas de café.
Bon, bon. Il se massa les tempes. Il dépassait largement la simple relation employeur/employé là... mais bon, autant son associé aurait été certainement fort irrité par ce genre de comportement autant lui...
- T’être redevable... J'ai offert un job contre de la thune, t'as fait le job et t'as eu la thune.
Mais...

Arf, tu vas déconner là, reste pragmatique bon dieu !
- Mais je dois dire que t'as fait bien ton boulot, la première fois tu as plus que remplit ton contrat -et j'ai revu la paye en conséquence- , et cette fois ci je t'ai prêté du matos et tu me l'as rendu en l'état, et, surtout, tu m'as rapporté ce bijoux de technologie.
Il tapota la caisse métallique. Ce truc fera des merveilles.
- Je vais être franc : je ne te suis redevable en rien. Mais je te porte en estime.
Des mots, des mots... mais Arnold se devait de les employer de la plus juste façon -car il ne savait pas mentir- , alors oui, il avait somme toute le jeune récupérateur dans ses petits papiers.
- Par contre, quant tu me dis "je vois pas ce que tu as contre elle"... Bordel, jeune, tu te fous de moi ? Elle a essayé de blouser un prospecteur respectueux que je portais en mon estime. De plus, certes je ne lui ait pas accordé un payement d'avance, mais elle m'a fait perdre mon temps.
Elle a essayé de se la jouer fourbe, je dis : Ok on a nos cartes et on les joues comme on veut, elle a tentée un bluff, c'était stupide et pourtant elle l'a quant même fait, alors elle se retrouve hors jeu.
 
Il ne voulait pas qu'il sache, mais qu'il comprenne , était-ce le cas ? La goule était loin d’être un putain d'orateur. Il commanda un bon p'tit alcool fort pour que son prospecteur se remette les idées en place.
- Elle t'as blousé, t'as foutu dans une merde pas possible : t'aurais pu crever ! Elle s'est servie de toi pour récupérer le matos et t'as planté, t'ain. Et elle recommencera, qui sait ? Mais si je l'ai mise hors jeu ce n'est pas par altruisme. Elle m'a mentis, a essayé de me duper et s'en est prise à un de mes associés. Je ne peux, je ne vais pas laisser passer ça.

- Bon t'as rien d'autre pour moi là je m'emmerde.
- Je t'aurais dis y a pas longtemps "j'ai toujours du taff", mais je suis surchargé là. Mais ça viendra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 22 Masculin
Ville IRL : Avignon
Inscription : 31/08/2012
Messages : 466
Fonction : Admin
avatar
Axel Courtain
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   Sam 15 Juin 2013 - 20:08

Rien ? Oh mec sans dec' ? Bon tant pis, je retourne à Métro' si tu as besoin de moi fais moi parvenir quelqu'un Axel Courtain toujours prés à risquer sa vie enfin si la prochaine je pouvais moins la risquer se serait bien aussi. Dit alors le recupérateur en rigolant.
Mais franchement hein' si t'as besoin de moi je suis là enfin faut que je passe à la poudriére d'abord donc évites d'envoyer quelqu'un demain ou après hein, car faut vraiment que je change mon flingue moi ce truc est poisseux et même la sécurité ne fonctionne plus, allé faudrait peut être me mettre en route et ne soit pas trop brusque avec elle . Le récupérateur se leva et reprit alors son fusil, et pour la premiére fois serra respectueusement la main du dealer - Respectueusement ? Ouais enfin c'est un dealer le gars- et disparut alors dans la foule du bar, le dealer ne put voir que les deux portes à battants se refermait.


[Mission accomplie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les fantomes de l'hopital   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les fantomes de l'hopital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les fantomes de l'hopital
» Chartre de l hopital militaire de l'ost Artésien
» Operations de protection du Morne l'Hopital
» Hopital de Konoha
» Excuses de l' hopital!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Nécrotopia-