Partagez | 
 

 JEK 101

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Inscription : 25/07/2013
Messages : 18
avatar
Le Narrateur
MessageSujet: Re: JEK 101   Mer 14 Aoû 2013 - 2:57

Le gardien était en position, fusil d'assaut bien en main, les yeux balayant l'ensemble de la salle, guettant tout éventuel danger.
Mais le calme de l'endroit ne fut pas perturbé par des événements violents...

Non, une voix se fit entendre:

- Système Calypse chargé. Date approximative: 2177... Oh oh...
Oh oh ... Plusieurs erreurs détectées:
Violation de l'intégrité du complexe...
Analyse...
Porte principale A descellée sans autorisation.
Aile ouest compromise, niveau de radiation élevé.
Analyse...
Signe de présence humanoïde non approuvée au Niveau -2, Aile Nord.
Signe de présence humanoïde non approuvée au Niveau -3.
Valider votre identité par contrôle vocal, ou sur une console administrateur, avant application du protocole de sécurité 13-4, alinéa 5 "En cas de non fonctionnement du système d'activation automatique, toute faille de sécurité détectée lors de la réactivation manuelle du complexe doit être contrôlée par un administrateur, ou réparée... par le feu"
J'ai reformulé la fin pour qu'elle soit plus.... explicite. Début du compte à rebours imminent.
00:59
00:58
00:57


Les écrans affichèrent ce compte à rebours, et des lumières rouges se mirent à clignoter. Léthias ne perdit pas une seconde, la "voix" avait été claire. Une console administrateur, cela ne pouvait être que la Mappemonde, et la carte magnétique était la seule clef pouvant possiblement arrêter cela.
La moitié du compte à rebours était passé quand l'Ombre arriva devant l'ordinateur. Avec plus de lumière, il ne fut pas difficile de repérer la petite fente présente sur la console, pile au format d'une carte. Il y glissa seule de M. Orcy, qui fut aspirée dans un bruit de machine à carte bleue. Quelques secondes, longue secondes passèrent, et le compte à rebours prit fin, la voix reprenant tout de suite:

- Compte à rebours annulé. Bon retour parmi nous Marc...
Analyse...
...
Analyse...


Quelques instants passent, une minute:

- Analyse...
Vous n'êtes pas Marc Orcy... N'est-ce pas?
N'essayez pas de me mentir, je suis équipé d'un système de reconnaissance vocale. Contentez vous de décliner votre nom, date de naissance et age, et je saurai alors, que vous n'êtes pas lui.
Expliquez moi aussi la raison de votre présence ici. J'ai annulé le compte à rebours, mais, je peux le relancer quand je veux.
Je ne suis même pas obligé de le régler sur une minute, je peux mettre... Zéro seconde par exemple.


Manifestement, le gardien était face à une intelligence artificielle bavarde et à l'humour douteux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Mer 14 Aoû 2013 - 10:32

Les ténèbres et le silence avaient laissés place à la lumière. Puis la voix d’une intelligence artificielle remplit soudain l’espace. Déjà, le seul fait qu’elle détecte la présence des Gardiens prouvait que le laboratoire était doté  de nombreux capteurs en bon état. Léthias  avait déjà un nom de système : Calypse. A quoi cela pouvait-il faire référence ? Apo-calypse ? Le nom serait un peu prémonitoire… Surpris, Léthias continuait d’écouter tranquillement ce qu’elle avait à dire, quand la dernière phrase de sa première tirade le fit sursauter.

Merde, j’avais dis pas d’autodestruction !

Le Gardien regarda autour de lui, fonça dans le bureau du directeur, inséra la carte dans un lecteur situé dans la mappemonde. Le compte à rebours fut annulé, mais le carte ne ressortit pas pour autant du lecteur. Visiblement, il y avait quelque chose d’autre. Léthias avait la furieuse sensation d’être épié, et ses craintes furent confirmées par ce qui suivit. Il allait devoir la jouer fine s’il voulait rester en vie. Déblatérer son curriculum vitae brut ne servirait sans doute à rien, et l’IA avait surement une fonction servant à protéger les travaux effectués au sein du laboratoire de tout être y regardant d’un peu trop prêt. Non, s’il voulait survivre, il ne pouvait pas dire la vérité. Mais il ne pouvait pas non plus mentir ; Léthias avait déjà entendu parler de programmes d’avant-guerre capables de distinguer la vérité des mensonges à travers de simples paroles, et il craignait que cette IA n’en soit dotée. La situation était, il est vrai, quelque peu paradoxale. Mais comme on dit, il n’y a jamais de problèmes, il n’y a que des solutions. Certes, ces dernières étaient parfois difficiles à trouver, mais il y en a avait toujours une. Enfin, sauf si vous escomptez survivre à une explosion nucléaire en étant en chemise à fleurs à trente mètres de la bombe. Là, c’est mission impossible. Bref, Léthias devait trouver quelque chose. Il quitta d’abord le bureau, pour retourner dans la pièce principale et se rapprocher du microphone. Il voulait être sûr que chacun de ses propos soit enregistré. Il n’avait aucune idée de ce qui se passait à l’étage supérieur, si Volodia, Joris et Eloïse entendaient la voix de l’IA. A priori, non, puisqu’il semblait l’avoir activé dans cet étage. Arrivé devant l’enregistreur, qui tournait toujours, Léthias prit la parole. Il devait attirer l’attention de l’IA, éveiller sa curiosité, la pousser à approfondir ses recherches et l’éloigner du bouton d’autodestruction. Pas facile à faire, mais malgré tout faisable.

« -Je suis le Gardien de l’Ombre, né des ténèbres, et ayant survécu aux âges sombres. Je viens ici sur ordre du Temple, afin d’éclaircir les mystères entourant ce lieu secret. Pour l’Ordre, pour la Lumière. »

Difficile de faire plus mystérieux. Si l’IA n’avait ne serait que la moindre puce quantique de curiosité, alors elle chercherait à en savoir plus. Sinon, il était cuit. Au sens figuré, mais aussi au sens propre, semblait-il. Le silence se refit. L’IA ne disait plus rien. Allait-elle malgré tout l’envoyer dans les flammes de l’enfer, ou allait-elle l’épargner ? Impossible à savoir. Le Gardien posa deux doigts sur son cou, et sentit que son rythme cardiaque avait quelque peu augmenté. Le stress, surement. Il respira profondément, et essaya vde se calmer, en attendant la réponse.

Spoiler:
 

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.


Dernière édition par Léthias Osniaril le Jeu 15 Aoû 2013 - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2013
Messages : 18
avatar
Le Narrateur
MessageSujet: Re: JEK 101   Jeu 15 Aoû 2013 - 1:08

Des bruit mécaniques parcoururent la pièce, et un bras robotique articulé, équipé en bout d'un écran et d'un caméra, s'approcha de Léthias en glissant sur les rails du plafond.
Le bras s’arrêta à environ un mètre du gardien, la caméra affichant ce qu'elle filmait - ici donc le visage du gardien, comme dans un miroir - sur l'écran adjacent

La voix mis quelques secondes avant de répondre:
- En effet, vous n'êtes pas Marc...
...
"Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit : « Que la lumière soit ! » Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne ; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres"...
Je viens de citer la Bible.
Vous avez dit être né des ténèbres, j'en déduis que vous êtes une personne potentiellement malfaisante.
Et comme c'est moi qui est allumé la Lumière ici, on pourrait même me comparer à Dieu. Mais, je suis modeste.
...
Vous avez aussi dit "Pour la lumière"... Vous êtes paradoxal, être des ténèbres se battant pour la lumière...
Mais vous savez quoi? Peuuu m'impoooorte...
Beaucoup de travail m'attend. La situation ici et dehors à l'air catastrophique, et rien ne va comme prévu. De longues heures d'analyse m'attendent. Suuuuper. Et vous parler utilise mon processeur et ralentit ces démarches fastidieuses. Donc je vais vous répondre et m'en aller:
Ce lieu est secret, vous et votre Temple avez l’œil. Et ce lieu est vide, il n'y a rien ici qui puisse intéresser quiconque dans une quelconque circonstance. Voila, vous pouvez repartir.
...
Oh oh... le protocole m'empêche de vous laisser partir... Asseyez vous dans un coin et ne faites pas de bruit. Ne pensez même pas. Et ne touchez à rien, ou je fais tout sauter.
Oh, et le protocole ne stipule pas que je doive vous nourrir, vous allez donc surement mourir de faim.
Navrée...




Sans même attendre de réponse, le bras fit demi tour, laissant le gardien seul avec lui même... l'IA n'avait pas l'air de plaisanter en disant qu'elle ne pouvait le laisser partir.
Tous les écran se mirent en vieille, n'affichant plus aucune image... Mais l'IA émettait tout de même quelques signes de sa présence de temps en temps: Bruits mécaniques, lumières qui clignotent, ou encore une caméra qui bouge pour vérifier la position du gardien...

Le Manège dura près d'une heure, avant que le bras ne revienne vers l'Ombre et que la voix féminine ne reprenne:

- Mes analyses n'ont rien donné de bon... Mes capteurs externes sont H.S, je n'ai pas de lien avec la surface... C'est problématique. Entre ça, et l'absence de Marc, je me retrouve seule... enfermée... un peu comme vous en fait.
Voila, nous avons un point commun. Nous nous en trouverons d'autres après quelques semaines.
...
Je suis gênée d'avoir à dire ça, mais je crois avoir besoin de vous. Je suis isolée, et mon horloge interne m'indique comme date 2177... C'est beaucoup trop. Pourtant, l'estimation est fiable à 99,5%
Je vous propose donc un deal, être des ténèbres: vous n'êtes pas arrivez ici en cueillant des champignons dans les bois, c'est impossible.
Alors expliquez moi ce qui vous amène ici et ce qu'il se passe dehors. Soyez mes yeux, et je n’arracherai pas les vôtres.
Je répondrai peut-être même à certaines de vos questions, vu que de toute façon, vous ne sortirez jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Jeu 15 Aoû 2013 - 14:20

Quand la caméra apparu et se pointa sur le visage du Gardien, Léthias se retint de lui tirer dessus avec le fusil d’assaut qu’il avait dégotté. Puis il passa une heure à attendre, jusqu’à ce que Calypse s’adresse à nouveau à lui. Il avait prit soin de mettre le dictaphone sur pause, histoire de ne pas gâcher la bande d’enregistrement. La situation semblait la dérouter. La date, l’extérieure, elle ne semblait pas comprendre entièrement ce qui se passait dehors. Mais en revanche, elle savait pertinemment ce qui se passait ici, Léthias en était sûr. Il fallait donc coopérer. Le Gardien tourna en rond, toujours suivit par la caméra. D’un air nonchalant, il alla s’asseoir sur la chaise du bureau où était posé le microphone. Il fixa ensuite la caméra, avant de se remettre droit sur le fauteuil.

« -Vous avez besoin de moi ? Très bien. Mais avant, on va mettre les choses au clair. Je suis né des Ténèbres, oui. Je ne suis pas moi-même des Ténèbres, mais je suis né dans les Ténèbres. Contradictoire au premier coup d’œil, n’est ce pas ? Dehors, partout, ce sont les Ténèbres, comparé à avant. Pourquoi ? Vous allez le découvrir… Et oui, j’œuvre pour la Lumière. C’est ma mission. Mais pas la Lumière comme vous l’entendez, pas la simple ampoule que l’on allume en claquant des doigts. Vous pouvez m’aider à trouver la lumière, mais pas en jouant avec l’électricité. La connaissance, la culture, la technologie : voilà ce qu’est la Lumière à mes yeux. La situation dehors ? Catastrophique ? Le mot est faible. Ce lieu est secret, oui, et c’est pour ça que l’Ordre m’a envoyé ici. Et je me permets de vous contredire, ce lieu n’est pas vide. Sinon, nous n’y serions pas venus. Nous avons d’ores et déjà trouvé des choses, des indices, nous prouvant que nous avions raison. Ce laboratoire n’est pas plus un laboratoire de Toréal que cette pièce n’est en surface. »

Léthias fit tourner son fauteuil, observa les alentours, fit planer quelques instants de silence, jusqu’à ce que l’IA se manifeste de nouveau. Par le biais de petits bruits, pas directement. A présent, il pouvait reprendre son exposé.

« -Parlons de vous. Vos derniers souvenirs doivent remonter à quoi, 2077 ? Aux alentours du douze octobre, je dirais. Oui, j’ai eu quelques infos. Dîtes-vous que vous avez raté une bonne centaine d’année, car oui, nous sommes bien en 2177. Je ne vous dirai pas la date exacte, car personne ne la connait. Nous avons perdu le cours du temps. Je vais donc commencer par une rapide leçon d’histoire. Prenez un cahier, un crayon, et notez. Pas envie de le répéter deux fois. Le 23 octobre 2077 est le dernier jour dont on connaisse la date exacte. Il est connu sous le nom de Jour de Feu. En ce jour, les ténèbres se sont abattues sur le pays entier, quand le feu nucléaire à rasé le pays. Les bombes tirées d’on ne sait où, ont totalement ravagé le pays. Dehors, tout n’est plus qu’un vaste champ de ruines. Paris n’est plus. »

Le Gardien fit une nouvelle pause. L’IA devait être en train d’assimiler toutes les informations. Seulement, Léthias voulait bien être conciliant, mais il y avait une limite. Calypse avait besoin de lui ? Très bien, mais il faudrait en payer le prix. Il savait ce qu’il avait encore à dire.

« -Voilà pour la leçon. Pour le moment, vous n’avez pas besoin d’en savoir plus sur le monde extérieur... Pour l'instant. Me concernant, je suis venu chercher quelque chose ici. Nous avons eu des informations, et nous sommes venus les vérifier. Je pense que vous savez de quoi il s’agit. Comment nous sommes rentrés ? Oh, mais grâce à vous. Étrange, n’est-ce-pas ? Mais vous savez, on peut faire plein de choses avec un simple terminal, quelques câbles et de bonnes connaissances en informatique. Néanmoins… Vous voulez que je sois vos yeux ? Je veux bien vous accorder ceci, mais vous allez vous aussi devoir y mettre du votre. Je peux constater plusieurs violations de sécurité, aussi bien physiques qu’informatiques, en ce lieu. Et vous ne pourrez pas tout réparer. Du moins seule. Ah, aussi… Peut-être que vous l’avez remarqué, ou peut-être pas, mais un de vos clones a été ouvert à plusieurs kilomètres de ce laboratoire. Bien sûr, que vous avez des clones, vous ne croyez tout de même pas que nous sommes venus ici sans avoir assuré nos arrières ? Je ne vais pas tout vous dire à propos de ce qui s’est passé ici avant votre réactivation. Il s’est passé des choses, et vous aurez beau chercher, vous ne trouverez pas. Seulement, certaines de ces actions peuvent conduire à des événements dont vous ignorez totalement les conséquences. Alors écoutez-moi bien. Vous êtes, au sens physique du terme, un amoncellement de processeurs et autres composants informatiques. Oui, je suis en train de parler à une machine, certes complexe, mais cela reste une machine. Vous voulez des infos ? Alors vous devrez aussi m’en donner. »

Autant être direct, de toute façon, il n’avait plus grand-chose à perdre ; surtout si l’on se référait à la dernière phrase de Calypse… Il n’avait pas tout à fait mentit à propos du clone : oui, l’Ordre en avait bien un, mais les Gardiens n’avaient pas réussi à l’ouvrir, c’est d’ailleurs pour ça que Léthias et les autres étaient venus jusqu’ici. Menacer Calypse, si on pouvait dire ça comme ça, n’était peut-être pas la meilleure chose à faire, mais c’était la manière la plus rapide pour que Léthias parvienne à ses fins. S’il n’y arrivait pas, il allait surement y rester. Tout ce qu’il espérait, c’est qu’il en avait assez dit pour éveiller un peu plus les soupçons, la curiosité -ou tout autre sentiment, émotion, programme de l’IA- pour qu’elle cherche à en savoir d’avantage. Il était aussi à souhaiter que ses dernières paroles soient assez convaincantes. L’IA semblait assez portée sur la sécurité : l’histoire du clone était surement son meilleur atout. Toujours est-il que maintenant… Le sort de Léthias n’était plus entre ses mains, mais entre les processeurs d’une intelligence artificielle d’avant-guerre.

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.


Dernière édition par Léthias Osniaril le Dim 18 Aoû 2013 - 11:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2013
Messages : 18
avatar
Le Narrateur
MessageSujet: Re: JEK 101   Dim 18 Aoû 2013 - 2:33

Comme pour chaque temps de réflexion, la machine émit un long silence.
Les calculs devaient jaillir à tout va dans ses processeurs pour déterminer le comportement à suivre et les choix à faire dans une telle situation.
Bien sûr, Calypse connaissait par cœur le protocole, et ne pouvait lui désobéir, mais l'ajout sans cesse d'éléments inconnus faisait bouillir ses circuit.

Après de longue minutes de questionnement, l'IA avait conclue que les probabilités que Léthias ai saboté ses capteurs extérieurs et tué Marc Orcy, pour mettre en application l'article 18 du protocole était assez maigre. Elle décida donc de faire confiance à Léthias, du moins dans un premier temps.

Elle reprit la parole:

- Très bien.
Je vais d'abord vous raconter une partie de l'histoire de ce laboratoire, comme vous le demandez, et vous corriger historiquement.

Durant les années de tourment et de guerre qui ont précédé la fin, Vault-Tec, en collaboration avec le gouvernement, souhaita malgré tout garder un centre de recherche sur le Territoire, et proche de la capital, pour continuer à y développer un projet n'ayant d’intérêt que sur un site menacé par la guerre. Ce projet était la suite logique du projet "Safe House", visant à construire des abris sous Paris.
Mais arrivèrent les chinois, et l'occupation. Pour ne pas éveiller les soupçons des chinois et continuer ses recherches, Vault-Tec racheta secrètement Toréal, entreprise de Cosmétiques alors en perdition, et aménagea un grand laboratoire dans le bois de Boulogne.
Pour ne rien trahir du projet, les employés de Toréal furent tous conservé et mis au travail ici sur des projets factices, sans rien savoir de ce qu'il se passait réellement à coté d'eux ni sous leurs pieds.
Et parmi les employés qui savaient travailler pour Vault-Tec, très peu savaient réellement le but des recherches du laboratoire. Les mutations du personnel étaient fréquentes pour éviter qu'un employé ne commence à avoir de soupçons, ou ne soit compromis.
La supercherie marche très bien, et Vault-Tec pu continuer son travail à l'insu des chinois. Et déjà en exil sur l'île, Vault-Tec n'avait que très peu de compte à rendre au gouvernement.

Octobre 2077:
La branche américaine de Vault-Tec, bien renseignée, communique à la branche Française de l'entreprise les mesures prises par le gouvernement américain comme dernier rempart face à la menace communiste. Parmi ces mesures: Le bombardement du Territoire Européen au moindre risque de les voir se retourner contre eux.  
Il est alors décidé, ici, le 12 octobre 2077, de conclure le projet. Les derniers employés encore présents sont renvoyés, le complexe est nettoyé de toutes traces des travaux qui y étaient menées.
Le 15 se tiendra la dernière réunion internationale. Nombreux sont alors les états à accuser les Etats-Unis de la propagation du VEC, entre bien d'autres maux...

La réponse des USA sera celle prévue par Vault-Tec: Les américains entre en guerre, le bombardement du sol français commence le 16, pour se conclure, le 18 au soir, par une série de frappes nucléaires de puissance moyenne.
J'ai été mise en vieille et Marc Orcy scella alors scelle ce complexe définitivement, restant seul à l'intérieur. Il devait rejoindre un module de stase qui l'aurait maintenu en vie par cryogénie. Mes capteurs situés à l'extérieur devaient nous réveiller Marc et moi dés que le niveau de radiation aurait suffisamment baissé.
Vous m'avez réveillé aujourd'hui, et Marc est absent. Je suis sûr de ces événements, mais j'ignore ce qu'il s'est passé entre les deux...
Mes capteurs sont HS, mais je devine par votre présence dans cette tenue que le niveau de radiation extérieur est viable.
La poursuite du projet est donc prioritaire, même en l’absence du sujet n°1, comme définit dans l'article 18 du protocole.

Le protocole m'interdit de vous en révéler beaucoup plus pour le moment, et rien qu'en mettant un pied ici, vous en saviez déjà trop pour que je puisse vous laisser sortir. Je Vous avez donc deux solutions, mourir de ma main, dans la souffrance, ou bien collaborer, réussir, et devenir... meilleur.
Si vous ne le faites pas pour vous, faite le pour la France! ou au moins pour vos trois "amis" resté là haut. Il sont également à ma merci.


Avez vous des questions avant mise en application de l'article 18?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Dim 18 Aoû 2013 - 11:18

Quelques révélations. Léthias ne savait pas encore tout du secret de ce lieu, mais il avait apprit quelque chose… Et pas des moindres.

« -Attendez… Vous dîtes que le Jour de Feu, ce n’est pas le 23 octobre 2077 ? Et que ce ne sont pas les Chinois qui ont lancés les bombes ? Vault-Tech aurait fait courir de fausses informations ?
-Je viens de vous le dire, répondit Calypse après un moment de silence, le bombardement atomique de la France est américain, et a eu lieu du 16 au 18 octobre 2077. Pour les raisons que je viens de citer. Concernant les informations… Oui et non. Vault-Tech a cherché à contrôler la population pour permettre à un maximum de personnes de survivre dans les abris.
-Putain… Attendez, c’est surement l’information la plus importante pour les survivants depuis un bon bout de temps… En même temps, s’ils apprenaient qu’ils avaient été bombardés par leurs alliés…
-Pour votre gouverne, le 23 octobre correspond au bombardement nucléaire entre les américains et les chinois.
-Comment vous pouvez savoir ça, alors que vous étiez en veille ?
-Question pertinente. Ce jour correspond, d’après les informations qui m’ont été transmises avant ma mise en veille, par Vault-Tech Amérique, au jour prévu par l’armée américaine pour le début du bombardement atomique sur les positions stratégiques chinoises. Je me permets de vous rappeler qu’à l’époque, les chinois occupaient encore l’Europe. Ils ont donc du déclencher l’apocalypse nucléaire comme prévu.
-Mais comment cela se fait-il que nous ayons retenu cette date ?
-Je n’ai malheureusement pas de réponse à vous apporter. Je ne puis qu’émettre des suppositions. C’est surement la dernière date qui est restée, mais pourquoi celle-ci, je ne sais pas.
-Mouai… Donc personne ne le saura jamais… »

Léthias se rassit à côté de l’interphone, qui tournait depuis la reprise des discussions entre lui et Calypse. Il était encore sous le choc des révélations de l’intelligence artificielle à propos du Jour de Feu. Les américains, responsables de tout ceci, et la date fatidique, mauvaise ? Il n’en croyait pas ses oreilles, mais pourquoi ne croirait-il pas cette IA datant d’avant-guerre ? En tout cas, certaines choses s’étaient éclaircies : ce laboratoire appartenait à Vault-Tech France, ce qui expliquait pas mal de choses. Par contre, Calypse ne contait toujours pas le laisser sortir vivant, ce qui était, comment dire… Embarrassant, et Léthias n’avait aucune idée de la situation des trois autres Gardiens à l’étage supérieur. Apparemment, poser des questions sur ce projet ne serait d’aucune utilité, car Calypse avait interdiction de lui en révéler plus. L’article dix-huit semblait régir le développement des projets de recherches, et l’intelligence artificielle semblait vouloir continuer le projet prioritaire qui était en cours avant sa mise en veille. Léthias n’avait pas en vie de mourir tout de suite, ce qui lui arriverait plus que probablement s’il refusait d’aider Calypse. Il n’avait donc qu’une seule issue.

« -Très bien. Je suis prêt à vous aider pour poursuivre le projet. J’ai juste une question, nous n’avons croisé aucun cadavre durant notre descente, donc avez-vous une explication à propos de la disparition de Marc Orcy ? Est-il possible qu’il ait quitté le laboratoire durant votre veille, sans sa clé d’accès ? »

Léthias ignorait la teneur réelle du projet, mais s’il pouvait s’agir du JEK… cela serait un miracle. Réellement. Et si les Gardiens réussissaient à le faire fonctionner, voir à s’en approprier plusieurs… Alors peut-être qu’il verrait, avant de mourir, à quoi ressemblait l’environnement d’avant ce fameux Jour de Feu…

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2013
Messages : 18
avatar
Le Narrateur
MessageSujet: Re: JEK 101   Lun 19 Aoû 2013 - 0:18

- Je ne sais pas, quelque chose a du l'empêcher d’accomplir sa mission, Marc n'aurait jamais déserté... c'est incompatible avec sa personnalité.
Et il n'avait ni famille, ni amante, ni véritable amis, il n'avait personne à aller retrouver dehors, et c'est en partie pour cela qu'il avait été choisis.
Son absence est inexplicable. L'aile ouest est compromise, mais je ne sais pas encore si cela est lié, ou si c'est le simple résultat d'un siècle d'abandon.
Dans tous les cas, il doit être mort, ou âgé de 156 ans. Ce qui est quand même très vieux, même pour un être aussi exceptionnel.
Retrouver son corps - ou ce qu'il en reste - pour lui donner une sépulture décente ne figure pas dans le protocole.
C'est totalement secondaire.
...
Bien...
Je vais commencer le protocole 18. Navré d'avance être des ténèbres, mais comprenez que tout le monde ne peut pas être le porteur. Je vais donc faire des tests.
Bonne chance.



Sur ces derniers mots inquiétants se fit entendre le bruit d'un autre bras robotisé glissant sur les rails du plafond, à toute vitesse, droit sur le Gardien. S'il fit volte-face à temps, ce fut juste pour se recevoir au visage une bouffée de gaz, inodore, mais qui lui brûla les poumons et dû bien lui piquer les yeux.

Il tomba à terre, brutalement, comme un poids mort.
Un bras muni d'une pince s'approcha du corps inerte, et le souleva sans difficulté, laissant sur la table le dictaphone, encore en train d'enregistrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Lun 19 Aoû 2013 - 17:41

Laboratoire Vault-Tech, Bois de Boulogne, trente mètres sous terre.

A peine Calypse eut-elle finit de parler qu’elle mit son plan à exécution. Même les réflexes du Gardien ne purent rien pour lui. Léthias eut juste le temps de se retourner, pour voir le bras robotisé s’avancer vers lui. Dans un ultime geste, il tenta d’épauler le fusil d’assaut, mais la bouffée de gaz lui enveloppa le visage avant. Une fraction de seconde, qui semblait être infinie, durant laquelle le Gardien eut l’impression qu’on lui arrachait les poumons et les yeux. La douleur, partout. Ce gaz ne pouvait pas être un simple anesthésiant, mais le Gardien ne le saurait sans doute pas. Une puissante neurotoxine à activité ciblée, développée avant la guerre, capable de rendre fou n’importe quel ennemi, mais ayant également bien d’autres utilités. Le Gardien tomba au sol, dans un état de semi-conscience. Il avait l’impression de mourir. Il sentait parfaitement son corps, il sentait le sang s’écouler dans ses veines. Mais il ne pouvait plus bouger, il avait beau essayer de commander à ses muscles de bouger, ces derniers refusaient de lui obéir. La douleur s’insinuait partout en lui. Il essaya de crier, mais ne put même pas ouvrir la bouche. Son cri résonna dans sa tête. L’éclatante lueur blanche dans ses yeux diminua progressivement, pour laisser place au noir. Et alors, son esprit sombra progressivement dans l’inconscience, dans une ultime et perçante douleur.

Léthias ne sentit pas le bras le soulever, le transporter dans le laboratoire sécurisé, et ne s’aperçut pas qu’on lui posait des électrodes. Il était dans le néant, dans les ténèbres. Son corps vagabondait, son esprit était ailleurs. Quelque part. Il ne savait pas où, il n’avait même pas conscience de ce qui se passait. Seules les réminiscences de douleurs, comme des coups de poignards, rompaient le vide de son esprit. Puis l’esprit réintégra le corps, mais il eut l’impression d’être dans une prison. Il ne pouvait rien faire. Son corps était une prison d’acier, ne lui laissant pas le moindre millimètre pour bouger. Le vide infini, éblouissant. Il n’avait aucune idée de ce qui se passait. Puis la lueur s’estompa, petite à petit remplacée par un décor. Des voix lui parvinrent, des formes familières… Quelque chose se passait.

Voyage dans les limbes de l'Ombre.

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Dim 29 Sep 2013 - 19:37

Reviens de là.

Laboratoire du Bois de Boulogne, niveau moins trois.

Léthias, était là, allongé sur la table d’analyse. De multiples capteurs étaient branchés sur son torse, des électrodes sur sa tête. Il avait une perfusion sur l’avant-bras droit, et transpirait abondamment. Les yeux fermés, Léthias était encore dans son rêve. Et soudain, il se réveilla. D’un seul coup, il ouvrit les yeux, avant de les refermer sous la lumière des projecteurs au plafond. Il avait le plus gros mal de tête qu’il n’avait jamais connu. De longues minutes passèrent, avant qu’il ne se réhabitue à la clarté. Il essaya de se relever sur la table, mais ses muscles ne lui répondaient plus. Il réussit juste à rouler sur la côté, et chuta lourdement sur le sol, arrachant au passage sa perfusion. La douleur lui donna l’impression que son bras venait d’être transpercé par un tir laser, et le sang gouttait le long de sa peau. Il réussit finalement, au prix d’un immense effort à replier son bras, et le sang coula un peu moins. Léthias était torse nu, par terre, sans pouvoir rien faire. Il dut encore attendre de longues minutes avant de retrouver ne serait qu’un soupçon d’équilibre, et il avait toujours un mal de tête infernal. Il prit appui sur la table avec son bras, et se releva lentement, très lentement. Il avait l’impression que le bras sur lequel il prenait appui était en train de retenir une charge de plusieurs centaines de kilos qui menaçait de tomber dans le vide. Il avait l’impression que la tension exercée sur ses muscles était inhumaine. A peine fut-il debout que tout se mit à tourner autour de lui. Sa vision se troubla, et il eut des hauts-le-cœur. Les remontés acides qui arrivèrent dans sa gorge sèche n’arrangèrent pas les choses, et cette fois, il ne put s’empêcher de vomir sur la table immaculée, avant de chanceler de nouveau Il fit quelques pas en titubant, et il rencontra une table quelconque sur son chemin, ce qui lui fit totalement perdre l’équilibre Une nouvelle fois, il s’effondra au sol, tremblotant et transpirant Son cœur battait comme s’il venait de faire le tour des Terres Désolées en courant. Sa tête lui faisait mal. Entre les sifflements infernaux dans ses oreilles, les coups de marteaux dans son crâne et des souvenirs de la simulation dans tous les sens,  il n’en pouvait plus. Allongé sur le sol, il prit sa tête dans ses mains, et hurla de douleur. Une douleur qu’il n’avait jamais connu jusque-là, et qui n’avait jamais été aussi réelle. Et pour cause, cette fois, elle était réelle. Alors, il perdit de nouveau connaissance.

Léthias était toujours seul à son niveau. La porte menant à l’ascenseur était toujours scellée. Si Léthias pouvait penser, il s’apercevrait que la simulation aurait très bien pu durer un dixième de seconde comme elle aurait pu se dérouler en temps réel. Le Gardien avait perdu toute notion du temps. Il ne savait pas ce qui se passait pour les trois autres Gardiens, il ne savait pas s’ils étaient encore là-haut ou s’ils étaient descendu, n’ayant plus de nouvelles. Dans tous les cas, ils étaient bloqués par cette porte, sans nul doute sous le contrôle de Calypse, et qui n’allait pas se déverrouiller d’un claquement de doigt. La chambre forte du laboratoire, toujours en rouge sur le plan, était encore verrouillée.

Petit à petit, son rythme cardiaque redescendit, sa température interne redescendit, et les restes mentaux de la simulation disparurent. Tout cela avait quand même duré une bonne heure. Il rouvrit les yeux, mais ne se releva pas. Ses muscles étaient endoloris, parfois traversé par des sensations de déchirures musculaires, ces éclairs de douleur qui lui transperçaient les chairs et le faisait se replier sur lui-même. Tout cela s’arrêta bientôt, et le Gardien put enfin prendre le temps de réfléchir à ce qui venait de se passer. Il se rappelait de toutes les simulations, et le fait de d’y repenser lui donna aussitôt la nausée. Sentant son estomac se contracter, il bascula sur la côté, et vomit presque aussitôt. Léthias avait encore le souffle court, mais il allait… Un peu mieux.

Et dans sa tête, en boucle, passaient les derniers mots de Calypse, alors qu’il était encore dans la simulation. Cette dernière était d’ailleurs silencieuse. Elle observait surement le Gardien, mais rien ne montrait qu’elle était active.

Spoiler:
 

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2013
Messages : 18
avatar
Le Narrateur
MessageSujet: Re: JEK 101   Mar 1 Oct 2013 - 1:07

Depuis ses nombreux yeux de verre, Calypse observait bel et bien le gardien, peu glorieusement étalé à coté de son vomi.
Sortir d'une simulation de réalité virtuelle n'est jamais de tout repos... Elle lui laissa quelques instant pour se remettre. Non par compassion, mais car elle allait avoir besoin de lui en bon état pour la suite.
Un bras mécanique entra dans la pièce, mais cette fois-ci sans idée d'assommer l'Ombre ni de le droguer. Le bras portait un plateau, et sur le plateau, un verre de jus d'orange, deux croissants chaud, de la confiture et un café, ainsi que quelques pilules et un grand verre d'eau.

- Manger et prenez ces médicaments être de l'ombre, cela vous fera du bien. Promis.
Je n'ai plus - pour le moment - l'intention de vous faire du mal volontairement.
Quant à votre libération, il n'en est pas encore question. Vous en savez trop. Votre place est désormais ici, je suis sûr que vous comprenez pourquoi, la simulation a révélé que vous êtes doté d'une intelligence pragmatique, et d'une très grande dévotion. J'aurai aimé que vous soyez doté de grandes connaissances scientifique, mais nous devrons faire sans. Vous apprendrez sur le tas.
Le JEK est sans importance, et même si j'imagine votre déception, vous devez vous en remettre rapidement. Il n'y a pas mort d'homme... A moins de prendre en compte votre Ami Samuel, mais j'utilisais cette expression sans but de vous vexer, alors ne pensez pas à lui.
Bref... Reposez-vous et mangez, je vous expliquerai votre mission après.


La voix de Calypse s'arrêta net. Un autre bras mécanique descendit du plafond et épongea la flaque de vomi du gardien. La lumière se tamisa, moins agressive.
Le gardien allait pouvoir se remettre de ses émotions. Le Jek n'existait pas. C'était en soit un choc, mais cela n'expliquait pas tout.
Pourquoi ce complexe, pourquoi tout cela? Pour couvrir un mensonge et vendre des places dans les abris? certes, mais Vaul-Tec aurait tout aussi bien pu blanchir l'argent du gouvernement sans le gâcher dans cette immense complexe.
Une explication semblait logique: Vault-Tec ne pouvait avoir construit tout cela pour rien, et sans JEK, il devait forcément y avoir ici quelque chose d'autre méritant d'être protégé?
Mais quoi? Et où? Si Léthias voulait en apprendre plus, il allait devoir continuer à se conformer aux exigences de Calypse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Mer 2 Oct 2013 - 21:06

Même endroit, un peu plus tard.

Léthias dévisagea d’un air suspicieux le plateau que lui apportait Calypse, si on pouvait dire ça comme ça. Les pilules ne lui inspiraient pas confiance, et la nourriture, à vrai dire, non plus. Mais bon, au point où il en était… Il suivit les conseils de Calypse, prit les médicaments dans sa main et les avala avec une gorgée d’eau. Après avoir involontairement régurgité tout le contenu de son estomac, il avait aussi le ventre-vide ; aussi se força-t-il à manger un peu. Bizarrement, pour de la bouffe stockée depuis plus de cent ans, elle était étrangement intacte et… Comestible, même bonne. Après avoir fini ce repas improvisé, le Gardien eut le temps de se remettre de ses émotions, et de repenser à ce que Calypse lui avait dit dans la simulation. Quand il fut à nouveau capable de marcher, il fit quelques pas dans le laboratoire, et fit le tour de la table où il était allongé un peu plus tôt. Il avisa sa cape, trainant par terre à côté, et la mit sur lui, commençant à trembloter. Son sac était lui aussi par terre : il attrapa une lanière, et le balança sur son dos. Le Gardien retourna rapidement dans la salle principale. Le fusil d’assaut gisait au sol, et l’enregistreur avait cessé de tourner depuis bien longtemps. Plus par réflexe mécanique que par véritable pensée, Léthias enleva la bande, et en plaça une nouvelle à l’intérieur. Il prit ensuite le fusil et l’enregistreur, et continua son tour. Quand il retourna dans la salle où Calypse avait fait ses expériences, il vit enfin de ses propres yeux l’imposante porte ronde du coffre-fort, avec ses trois mètres de diamètre de métal. Celle-ci était immanquablement verrouillée.

Putain… Le JEK ? Il n’existe pas ?

Cette simple assertion de Calypse venait de remettre en cause sa mission, et ébranlait jusqu’à sa foi en l’Ordre. Le JEK était la quête ultime de l’Ordre, presque la raison même de son existence. Sans lui, les Gardiens devraient se contenter de récupérer quelques technologies à droite et à gauche, sans jamais pouvoir atteindre un but ultime. L’autre point essentiel était qu’il était plus que jamais prisonnier. Visiblement, Calypse tenait à le garder. Il en savait trop ? Il savait juste que le JEK n’existait pas. Enfin, si Calypse avait dit la vérité, ce dont il n’était pas encore tout à fait sûr. Son discours était logique, ses arguments convaincants, mais malgré tout, il subsistait dans l’esprit troublé du Gardien une ultime lueur d’espoir. Il finit par se poser sur un fauteuil, et se reposa encore un bon moment. Les médicaments de Calypse eurent l’air de faire effet, puisque ses derniers maux de têtes ou douleur physiques disparurent. Il était à présent à nouveau capable de réfléchir et de bouger, même s’il n’était pas sûr d’être aussi en forme qu’avant son plongeon dans la simulation. Le Gardien se massa les tempes, alors qu’il se remémorait tant bien que mal tout ce qui s’était passé. Léthias appuya enfin sur le bouton d’enregistrement du dictaphone.

« -Bon, qu’est-ce que je dois conclure de tout ça ? Que j’ai encore le droit à un peu de répit avant que vous ne fassiez rôtir ?»

Léthias se tut un instant, et avant que Calypse ne lui réponde, il se remit à parler.

« -Ah, et au fait… La prochaine fois que vous me parlez de Samuel, de mon père, que vous torturez mes amis, j’irai moi-même faire sauter votre putain de cerveau quantique à coups de lasers. »

Encore un instant de silence.

« -Bref, si vous dîtes bien la vérité, que le JEK n’existe pas, et puisqu’il y avait malgré tout des recherches ici, que se passait-il dans ce foutu laboratoire souterrain ? Et pour faire simple, c’est quoi la suite ? »

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2013
Messages : 18
avatar
Le Narrateur
MessageSujet: Re: JEK 101   Sam 5 Oct 2013 - 0:28

- Bref, si vous dîtes bien la vérité, que le JEK n’existe pas, et puisqu’il y avait malgré tout des recherches ici, que se passait-il dans ce foutu laboratoire souterrain ? Et pour faire simple, c’est quoi la suite ?

Calypse avait laissé le gardien se calmer en silence. Protocole de psychologie humaine.
Le gardien se posait des questions, c'était naturel, et sa colère après ce qu'il avait vécu et venait de découvrir l'était tout autant. Même les circuits électroniques inertes de Calypse comprenaient cela.
Mais elle savait que son être de l'ombre était patient. Patient et fort, et qu'il pourrait attendre encore. Les réponses viendront d'elles mêmes très vite.

Elle avait pour le moment besoin de son aide, et n'en savait pas beaucoup plus que lui sur la tache à venir. Mais elle sentait dans ses circuits imprimés que c'était important.
Et puis, elle n'avait pas le choix, ne se posait pas la question: il y avait un problème, il devait être réglé.
Et le Gardien était le seul à pouvoir l'aider.


- Bien. Merci.
Je vais avoir besoin de votre aide. Et vous allez m'aider. C'est un ordre, mais je suis sûr que vous vous seriez portez volontaire si j'avais posé la question.
J'ai effectuer une analyse poussée du complexe. Tout va bien.
...
Sauf dans l'aile Est, niveau -2. Mes appareils dans cette ailes sont hors services. Je n'ai ni image, ni son, ni relevé biométrique. Le flou totale.
Mais cette aile du laboratoire ne peut pas s'être envolée... Puisqu'elle est sous terre. Logique.

Je veux donc que vous alliez voir ce qu'il s'y passe. Passez vous équipez à l'armurerie, prenez ce qui plaira à votre instinct humain, car je n'ai aucune idée de ce que vous allez y trouver.
Ah si. Prenez un masque à gaz. Et peut-être une combinaison intégrale. Dans cette aile était stocké des produits... Chimique. De toute sortes. Je ne peux en dire plus.
Donc prenez vos précaution.

Vous prendrez aussi un kit de communication bien sûr, que je sois en contact avec vous. Vous en trouverez dans l'armurerie, je me chargerai de l'activer.

Je vous remercie d'avance.


Ah, et une dernière chose, s'il vous prenait l'envie d'utiliser l'équipement - que je vous prête aimablement et dans le soucis de votre bonne santé - pour fuir ma compagnie ou me faire du mal, j'autodétruirai le complexe dans les secondes qui suivent.
Ne m'en voulez pas, je suis programmée pour être méfiante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Sam 5 Oct 2013 - 17:24

Niveau moins trois.

Léthias leva un sourcil en entendant les dernières paroles de l’IA. Maintenant, il devait jouer à l’explorateur dans un territoire inconnu ? Cela ne lui plaisait pas vraiment, mais à vrai dire, il n’avait pas trop le choix. Pour le moment, il fallait s’équiper.

« -Bon, par contre, comment que je la rejoins, cette aile ? Car je n’ai pas l’impression qu’il y ait un accès à ce niveau.
-En effet. Le niveau moins trois possède une unique entrée. Vous allez donc devoir remonter au niveau moins deux. Seulement, mes capteurs indiquent que l’ascenseur est hors d’usage.
-Normal, on a vidé le fluide hydraulique pour dégager la cabine.
-Vous devrez donc remonter par vos propres moyens.
-Super… Bon, je peux avoir accès à l’armurerie ?
-Vous avez déjà ouvert une partie, être de l’ombre... Allez vous servir. Je vais déverrouiller la deuxième partie. »

Léthias n’avait qu’une partie de l’armurerie ? Bizarre, à l’intérieur, il n’avait pas le souvenir d’avoir vu une porte à l’intérieur. Enfin, après ce qu’il venait de subir, cela ne l’étonnait pas d’avoir oublié certains détails. Avant de continuer, il prit le temps de remettre correctement ses vêtements, puis il se dirigea vers la salle, à côté du poste de sécurité. A l’intérieur, il n’y avait pas de seconde porte, comme prévu. Mais un léger bruit de vérin se mit entendre, et bientôt, un râtelier complet chargé de munitions se mit à pivoter sur le côté, dévoilant une autre salle.

« -Entrez, être de l’ombre. Comme je vous l’ai dit, vous aurez surement besoin de ce que vous trouverez à l’intérieur. »

Léthias posa son sac à dos par terre, et entra dans la petite alcôve. La pièce était éclairée par des sortes de dalles blanches sous ses pieds. Sur les côtés, bien rangées derrière des grilles, se tenaient des sortes de combinaisons noires, portant le logo de Vault-Tech, un casque à leur pied. Pas vraiment le genre de combinaison que porteraient les gardes d’un labo civil, pensa le Gardien. Mais pour un labo militaire top-secret, ça collait.

« -Voici les tenues des forces de sécurité du personnel. Une fois que vous aurez mis le casque, elles seront étanches. Elles ont été prévues pour parer à toute éventualité dans le complexe.
-Ben voyons ! J’aurai le droit à une vision virtuelle comme sur les casques de la FNF et compagnie ?
-Cela ne vous servirait à rien dans un espace aussi confiné. Dépêchez-vous de vous équiper, être de l’ombre, je n’ai pas que ça à faire.
-Pour une IA coincée ici et ayant absolument besoin de moi, je pense que si. Alors calmez-vous, et laissez-moi prendre ce qu’il me faut. »

Léthias enleva sa cape ainsi que sa manicle, son bracelet radar et la ceinture où étaient fixés ses deux HG-23, tandis qu’une des grilles se déverrouillait. L’armure était renforcée par endroits, et ressemblait à un mélange entre tenue pare-balles et combinaison de protection chimique. Léthias enfila l’épais pantalon noir à la place du sien, puis posa la veste sur ses épaules, avant de fermer les fermetures éclaires.

« -Le côté, être de l’ombre.
-Pardon ?
-Sur le côté. Il y a des attaches métalliques pour assurer la jonction entre la veste et le reste de la combinaison.
-Rassurant. »

Léthias rabattit fermement les accroches métalliques, prit sa cape et son pantalon dans un bras, le casque dans l’autre, et retourna dans l’armurerie à proprement parler. Il rangea ses vêtements dans son sac, et remit autour de son poignet le bracelet radar, avant de remettre sa ceinture avec ses HG. Il n’allait pas pouvoir prendre avec lui sa manicle, ce qu’il regrettait. Mais il n’avait pas vraiment le choix, aussi laissa-t-il sa précieuse manicle dans son sac.

« -Je vous suggère de prendre un peu plus d’armement que ce que je détecte sur vous comme deux armes à énergies légères. Au vu des protocoles de sécurité en vigueur dans l’aile Est, je vous suggère ces armes-là. »

Les lampes au-dessus d’un râtelier se mirent à briller. Des sortes de fusil à pompes étaient alignés les uns à côté des autres. Cela n’inspirait pas vraiment confiance à Léthias, qui préférait quelque chose se rapprochant des HG-Flammeur.

« -Pas pour moi. Je vais prendre un fusil d’assaut, plutôt. Au fait, vous dîtes que vous n’avez plus de contact avec l’aile Est ?
-C’est exact.
-Donc je suppose qu’il n’y aura pas de lumière là où je vais ?
-C’est une supposition correcte.
-Et donc ? Des lampes torches ? »

De nouvelles lumières s’allumèrent, autour d’une caisse métallique. Léthias s’en approcha, et en sortit une lampe, qu’il fixa sous le fusil d’assaut. Puis il récupéra plusieurs chargeurs pour le fusil, ainsi que quelques grenades fumigènes.

« -Êtes-vous enfin équipé, être de l’Ombre ?
-Je pense. Et vu que vous avez fouillé dans mon cerveau plus que n’importe qui d’autre, je pense que vous pouvez m’appeler Léthias.
-Comme vous voulez. Maintenant, occupons-nous de la communication. Veuillez récupérer un bracelet dans cette caisse, et mettez le autour de votre poignet. »

Une nouvelle caisse se mit à briller. Léthias l’ouvrit, et décrocha un bracelet noir de son support. Aussitôt, un petit point rouge se mit à clignoter à côté de l’écran souple incrusté dans le tissu. Léthias le mit autour de son poignet libre, et attendit. Quelques lignes se mirent à défiler, trop vite pour qu’il ait le temps de voir ce qui ce qui était écrit.

« -Très bien, veuillez mettre le casque maintenant, et serrez le. Casque opérationnel, système de filtrage en état de marche, initialisation des systèmes de communication, reprit l’IA après que Léthias se soit exécuté. Vérification de la passerelle de données. Léthias ?
-Je vous reçois, répondit simplement Léthias après que la voix de l’IA lui soit parvenue dans son casque, on y va maintenant ?
-Vous y allez. Commencez par remonter. »

Léthias accrocha le fusil d’assaut à sa combinaison, attrapa son sac et à dos et balança ce dernier sur son dos. Dans sa combinaison, Léthias eut un petit sourire. Il était descendu avec deux HG et une cape, il remontait avec un fusil d’assaut et une tenue de combat intégrale et étanche. Les trois autres Gardiens là-haut allaient avoir une drôle de surprise. En plus des informations communiquées par Calypse. Il ne savait pas ce qu’i s’était passé pendant qu’il était plongé dans la simulation, mais toujours est-il qu’il serait bien content de les revoir.

« -On peut parler à travers le casque ?
-Affirmatif. Déverrouillage du niveau moins trois. »

La porte de l’ascenseur coulissa dans un crissement assez strident. Léthias fit passer son sac sur le toit de la cabine d’ascenseur, avant de se hisser à son tour dessus.

« -Joris, Volodia, Eloïse, cria-t-il, je remonte ! Vous allez avoir une sacrée surprise ! »

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Dim 6 Oct 2013 - 14:06

Dans la cage d’ascenseur…

Il faisait noir, et Léthias n’avait entendu aucune réponse des trois autres Gardiens présents là-haut. Il lui semblait même que la porte en haut s’était refermée. Léthias jeta un œil à son bracelet de communication. Un symbole rouge clignotait toujours.

« -Calypse, vous n’auriez pas refermé la porte du haut par hasard ?
-En effet. Je voulais m’assurer que je ne serais pas dérangée par vos amis pendant mes tests.
-Bon bah maintenant, ouvrez la, si vous voulez que je sorte. »

Léthias put entendre la porte coulisser dans ses rails métalliques, et aussitôt, de la lumière s’engouffra par l’ouverture. Dix mètres plus bas, il ne distinguait pas grand-chose de plus, mais cela lui suffisait. Une voix familière se fit presque aussitôt entendre.

« -Léthias ? Léthias, tu nous entends ?
-Je vous entends ! Comment ça va là-haut ?
-Merde, c’est plutôt à nous de te poser la question ! Çà fait des heures que la porte s’est refermée, et on n’a pas réussi à l’ouvrir ! Tu étais coincé en bas et on n’avait aucune nouvelle !
-Je vais bien, ne vous en faîtes pas. Bon, je remonte, faîtes pas attention à ma tenue.
-Il s’est passé quoi en bas ? On peut repartir au Temple ?
-Non, on a encore quelques trucs à faire ici ! Je vous raconterai tout après, trop de trucs à dire. »

Léthias agrippa le câble tendu au-dessus de la cabine d’ascenseur, et essaya de monter. Il réussit à monter d’un mètre avant que ses bras ne recommencent lui faire mal.

« -Bordel… Putain, Calypse…
-Il y a un problème ?
-Oui. Je ne vais jamais pouvoir remonter comme ça sur dix mètres…
-Oh, vous voulez peut-être une échelle ?
-Une échelle ? Bah, ça pourrait être utile en effet… Sauf que je n’en vois pas. »

Nouveau bruit de vérins. Visiblement le laboratoire était truffé de ces trucs. Des petites barres sortirent du mur, et des diodes verdâtres s’allumèrent aux extrémités de chacun d’entre eux. Une échelle. Dans le mur.

« -Putain, mais vous n’auriez pas pu sortir cette échelle dès le début ?
-Vous ne me l’aviez pas demandé. »

Léthias soupira. Calypse venait d’analyser sa psychologie entière avec une programme de simulation ultra-perfectionné, mais elle n’avait jugé opportun de faire sortir cette échelle du mur pour faciliter la remontée de Léthias. Légèrement paradoxal.

« -Merci. Bon, on se revoit en haut. »

Léthias commença donc son ascension, lesté par son sac, la tenue de protection et l’armement qu’il avait pris dans l’armurerie. Forcément, la remontée fut plus longue que la descente, mais il arriva finalement en haut. Il passa bientôt la tête, ou plutôt le casque dans l’embrasure de la porte du niveau moins deux, sous l’œil surpris des trois autres Gardiens. Léthias se hissa donc entièrement au niveau moins deux, posa son sac par terre, et enleva son casque.

« -Léthias ? C’est quoi cette tenue ?
-La tenue des anciens agents de sécurité du complexe. Je vais aller faire un peu d’exploration pour le compte de Calypse, ses senseurs sont morts dans l’aile Est.
-Calypse ?
-L’IA qu’il y a en bas. On a eu quelques heures pour faire connaissance.
-Tu ne voudrais pas résumer la situation par hasard ?
-Euh… Même le résumé risque d’être long. Mais… Je suis descendu, j’ai exploré, j’ai dit bonjour à Calypse, découvert deux trois trucs, j’ai effectué un petit voyage dans une simulation numérique, découvert un autre truc, et là je remonte.
-Et alors, tu as découvert quoi ?
-Pas sûr que la réponse vous plaise.
-Merde Léthias, vas-y et puis zut.
-Comme vous voulez. Primo, on est dans un complexe militaire géré par Vault-Tech, qui possédait Toréal en secret. On ne sortira pas d’ici tant que je n’aurai pas fait ces trucs que Calypse me demande. Même pas sûr qu’on sorte d’ici au final. Et ce sont les bonnes nouvelles. »

Encore une fois, l’Ombre avait eu le chic pour jeter un froid. Un silence pesant s’installa dans le couloir. Léthias avait encore quelques infos pour eux, et celles-là n’allait pas être bonnes à entendre…

« -Concernant les mauvaises nouvelles. La date du Jour du Feu que nous connaissons tous n’est pas la bonne, ce sont les Américains qui nous ont bombardés, et la cerise sur la gâteau… »

Léthias soupira. Vraiment, Joris, Volodia et Eloïse n’allait pas apprécier la nouvelle.

« -Le JEK n’existe pas.
-QUOI ???? »

La réaction fut unanime, et Léthias la comprenait. Enfin, il ne pouvait tout leur expliquer maintenant, pour le moment, il devait s’occuper de l’exploration pour Calypse, s’il ne voulait rôtir sur le champ.

« -Je sais… Je vous expliquerai tout quand je serai de retour. Mais en attendant, continua-t-il en fouillant dans son sac, vous pouvez écouter ça. Ce sont des enregistrements des conversations que j’ai eu avec Calypse. Vous allez voir, c’est assez… Spécial au premier abord. Moi je dois y aller.
-Attends, tu te fous de nous ?
-Tu disparais pendant des heures, tu remontes avec ces infos que tu as découvert je ne sais comment, et là tu ne comptes pas nous expliquer sous prétexte qu’une IA t’as dit d’aller explorer un truc pour elle ? Tu rêves, là !
-Et l’IA en question vous suggère de le laisser faire son boulot, fit soudain Calypse à travers des haut-parleurs dissimulés, si vous ne voulez pas mourir sur le champ. Le complexe est entièrement scellé, donc nos ne sortirez pas d’ici sans mon accord. Vous ne sortirez surement pas du tout… Vous en savez trop.
-Calypse, ce n’est pas le moment ! Bon, donc elle…C’est Calypse. Ecoutez… Je sais que ce n’est pas facile à entendre, mais c’est comme ça. A mon retour, je vous raconterai ce qui s’est passé en bas. Et croyez moi, j’en ai encore mal à  la tête. Alors s’il vous plait, ne faîtes rien en mon absence. N’essayer de jouer les héros. Elle peut faire sauter le complexe quand elle veut, et j’ai même failli être transformé en moucham rôtie.
-Mouai. Vas-y, vas faire ta putain d’exploration, et reviens après… On a attendu plusieurs heures, on peut bien attendre encore un peu…
-Croyez-moi, cela ne m’enchante guère plus que vous. Et c’est notre seule chance pour gagner un peu de temps et espérer trouver un moyen de sortir d’ici…
-Si tu le dis… Tu prends ton sac avec toi ?
-Non, gardez-le. Je prends juste cette combinaison et l’armement.
-Un instant Léthias, tu ‘expliques ce qui m’empêche de venir avec toi ?
-Peut-être le fait que je porte une combinaison étanche et un casque intégral pour la protection contre les attaques chimiques, ainsi qu’un fusil d’assaut ? Fusil que j’ai trouvé parmi les dizaines d’armes lourdes de l’armurerie de l’étage du bas. Écoute Joris, tu ne sais pas ce qui s’est passé en bas ; crois-moi, cela vaut surement mieux que j’y aille seul. »

Léthias remit son casque, et le verrouilla. Pas la peine de trainer plus.

« -Bon, et maintenant Calypse, c’est par où ?»

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Lun 7 Oct 2013 - 20:15

Laboratoire Vault-Tech, niveau moins deux.

« -L’aile Est est reliée à ce niveau par un couloir d’accès sécurisé près de l’ascenseur que vous avez utilisé pour descendre. Le système est composé d’une porte étanche, d’un couloir de quelques mètres, d’une nouvelle porte, d’un autre couloir, et enfin de la porte donnant accès à l’aile Est. Par mesure de sécurité, je refermerai la porte centrale derrière vous, une fois que vous serez dans la seconde partie du couloir.
-Comment ça, par mesure de sécurité ?
-Il me semble vous avoir dit que des produits chimiques étaient utilisés dans l’aile. Je ne connais pas l’état de leur système de confinement et je préfère éviter qu’ils se répandent. Et plutôt que de poser des questions, avancez. »

Même si Calypse devenait un peu plus causante, elle n’en restait pas moins assez glaciale. Léthias haussa les épaules, laissa malgré lui les trois autres Gardiens, et se dirigea vers l’accès. La première porte s’ouvrit devant lui. Le tunnel n’était pas éclairé, seules quelques bandes blanches au sol indiquaient le chemin à suivre. Pas vraiment très accueillant, comme passage : il était assez étroit, et donnait l’impression que l’on aventurait dans un piège à rats. Léthias alluma la lampe torche glissée sous le fusil, et pointa le bout du couloir. A une dizaine de mètres, il pouvait distinguer la porte centrale, mais hésitait malgré tout à rentrer dans le couloir. Seulement, Calypse était là, et lui rappela rapidement sa mission.

« -Entrez, nous n’avons pas que ça à faire.
-Très bien, très bien… Au fait, c’est quoi l’intérêt d’avoir une armurerie comme ça à trente mètres sous terre ? Et qu’auriez-vous fait si quelqu’un était venu s’en emparer ?
-La raison ne regarde que moi. Et si quelqu’un était venu… Il ne serait pas remonté au niveau moins deux, si toutefois il était miraculeusement parvenu jusque-là.
-Je vous signale qu’on y est arrivé, nous.
-Vous avez eu de la chance. Vous aviez du matériel étrangement…
-Évolué ?
-J’aurais plutôt dit arriéré selon mes critères, mais je suppose qu’après un bombardement atomique, le niveau technologique a du chuter. Néanmoins, celui ou celle d’entre vous qui a fouillé dans les programmes de gestion interne était… Doué. J’ai analysé ses actions, et je dois reconnaitre que je ne m’attendais pas à ce qu’on puisse passer certains pares-feu de la manière dont cela a été fait. Bien. Maintenant, je vais m’occuper de la porte centrale. »

Léthias était arrivé devant ladite porte. Derrière lui, l’accès à l’aile d’où il arrivait se referma. Il se retourna subitement, et pointa le canon de l’arme vers la porte.

« -Eh oh, vous faîtes quoi là ?
-On se calme… Il faut que cette porte soit fermée pour ouvrir la suivante…
-Ouai, ben, ça ne me rassure pas… »

Une fois la porte fermée, celle devant Léthias s’ouvrit, et le Gardien fit prudemment quelques pas, pour passer dans la deuxième partie du couloir. La porte centrale se referma à son tour, et seul les faiblardes lumières de guidage su sol éclairaient l’endroit. Et d’ailleurs, celles-ci commençaient à clignoter.

« -Calypse… Ce n’est pas rassurant tout ça…
-Désolé, mais l’alimentation de l’aile Est semble hors-service. J’ai réussi à dérouter une partie de l’énergie de l’aile Nord pour alimenter les portes, mais rien de plus. Continuez d’avancer. »

Se servant de lampe torche du fusil pour mieux voir devant lui, le Gardien se rapprocha de la porte.

« -Vous avez quelque chose à ajouter à propos de l’aile Est ?
-Rien de spécial. Cinq mètres sous plafond, l’espace principal est plus grand que le niveau moins deux, et est moins cloisonné, mais il y a des laboratoires étanches, sur les côtés.
-Étanches ?
-Normalement. Je ne peux pas garantir leur intégrité structurelle.
-Encore plus rassurant. »

Quelques pas de plus, et Léthias arriva devant la porte d’accès à l’aile Est. Il n’avait aucune idée de ce qu’il allait trouver derrière, et à vrai dire, il n’était pas pressé de le découvrir. Depuis qu’il était sorti de la simulation, il restait plus que méfiant envers Calypse.

« -Bon. Vous ouvrez cette porte ?
-Un instant. Vous êtes prêts ?
-Pas vraiment le choix. Allez-y.
-Très bien. Désactivation des protocoles de sécurité… Activation des systèmes d’ouverture… Ouverture de la porte. »

La porte glissa dans son logement, dans un petit nuage de poussière. Presque aussitôt, un léger voile blanc s’engouffra dans le couloir. Instinctivement, Léthias porta la main à son cou, pour vérifier que son casque était bien étanche.

« -Ne vous en faîtes pas, l’étanchéité de votre combinaison est assurée… Et visiblement, j’ai eu raison de vous dire d’en mettre une…
-Ah ?
-Les capteurs externes révèlent une quantité plus élevée que la normale d’agents chimiques dans l’air.
-Quel genre d’agents chimiques ?
-Je ne suis pas autorisé à vous le révéler. Et maintenant, si vous vouliez bien avoir l’obligeance d’éclairer un peu l’intérieur, histoire que je puisse voir ce qu’il se passe là-dedans via les caméras de votre combinaison.
-Les caméras de ma combinaison ? Je n’en ai pas vu en la mettant…
-Normal, il s’agit de microcristaux réfléchissants dans la visière…
-Si vous le dite. Bon, jetons un œil à cet endroit. »

Léthias passa rapidement le faisceau dans l’embrasure de la porte. Il crut reconnaitre certains choses, mais c’était impossible : il était à plusieurs mètres sous terre, dans une salle entièrement noire et fermée. Il fit un pas de plus en avant, et balaya l’espace ambiant. Ses premières visions étaient bien fondées, il ne s’était pas trompé.

« -Nom de … Qu’est-ce que c’est que ce délire ?»

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Mer 9 Oct 2013 - 18:39

Aile Est du laboratoire.

« -Surprenant.
-Surprenant ? Vous déconnez ? On tombe sur euh… une jungle, et la seule chose que vous trouvez à dire, c’est surprenant ? »

A plusieurs mètres sous terre, sous des dizaines de tonnes de roches, l’aile Est était plongée dans l’obscurité la plus totale. Et pourtant, le décor était le même qu’aux abords du laboratoire, en surface. Une végétation des plus denses, une véritable forêt. Les lianes couraient partout sur les murs, et d’imposants troncs s’élevaient à plusieurs reprises, jusqu’au plafond. Quelques troncs avaient même fissuré les murs, et de petites banches poussaient à travers le béton à certains endroits. Visiblement, les plantes s’étaient adaptées pour grandir et vivre dans l’obscurité la plus totale, ainsi que dans une atmosphère confinée.

« -C’est normal, ça ?
-Pas vraiment.
-Et donc ? Que voulez-vous que je fasse ?
-Explorez donc un peu ça…
-Quoi ? Y’a rien à voir, c’est juste une drôle de jungle.
-Faîtes ce que je vous dis. Vous ne savez rien. »

Léthias soupira. Il ne prit même pas la peine de chercher un plan quelque part : vu l’état du niveau, cela ne lui servirait strictement à rien. Tout était chamboulé, il ne voyait même pas l’autre côté de l’étage. Autant dire qu’explorer tout ceci n’allait pas être une partie de plaisir. Il ne savait pas non plus sur quoi il allait ombre, et la dernière chose qu’il espérait, c’était bien rencontrer un animal-mutant bizarre. Heureusement, son bracelet radar était vierge de tout signal. Léthias se souvint du journal de Daniel Rousseau, qu’ils avaient trouvé quelques heures plus tôt. Le chercheur disait travailler sur la croissance accélérée des plantes, peut-être que tout ceci avait un rapport ? Si c’était le cas, eh bien il avait réussi ! En même temps, il se remémora les dernières pages du journal. Daniel disait avoir trouvé une IA du nom de SASAPO. Qu’était-elle par rapport à Calypse ? Encore une question qu’il lui faudrait poser. Léthias fit quelques pas de plus à l’intérieur de l’aile Est. Le dur béton du couloir se transforma bientôt en un tapis de de lianes, de feuilles et de pousses en tout genre. Sa progression fut stoppée nette. Il n’avait pas de machette ou autre, et il se retrouvait déjà face à un véritable mur végétal. Il jeta un œil autour de lui. Le mur n’était en fait pas très haut, si bien qu’il put s’accrocher en haut, pour difficilement passer de l’autre côté. Ensuite, il dut alterner se baisser, ramper par terre, enjamber des troncs où s’agripper au branches ne serait-ce que pour faire un petit mètre.

« -Essayer de rejoindre les murs latéraux, c’est là que sont les entrées des laboratoires.
-Je vais essayer, comme vous dîtes… Pas sûr que j’y arrive, avec tout ça. Et puis déjà… »

Léthias fit rapidement un tour sur lui-même, et essaya de distinguer une petite lueur en provenance du couloir qu’il avait emprunté pour arriver jusqu’ici. Mais non, rien, seul le faisceau de la lampe sous n fusil d’assaut lui permettait de voir ce qu’il y avait autour de lui. Il était à son tour plongé dans le noir le plus total, et à vrai dire… Il était perdu. Perdu dans un étage souterrain composé d’une seule pièce et de quelques petites alcôves. La situation était assez ironique.

« -Et puis je suis pommé, je ne sais même pas où il faut que j’aille.
-Très bien, fit Calypse après un court instant de silence. Je vais vous guider. Tournez-vous quelque peu sur votre droite… Et maintenant, tout droit.
-Tout droit ? Vous en avez de bonnes vous… »

Léthias se remit à avancer, en tentant tant bien que mal de garder son cap. Calypse lu fit comprendre qu’il avait dévié à plusieurs reprises, et le Gardien distingua bientôt un bout de mur. Un soupçon de mur, en fait. Un petit bout encore blanc entouré de vert et de marron. C’était la seule chose qu’il voyait du mur. Il braqua son fusil d’assaut à droite et à gauche, sans réussir à distinguer une éventuelle porte. Les murs étaient entièrement recouvert de végétation, ce n’était même pas la peine d’essayer de trouver les portes, à moins de tout bruler. Le Gardien se retourna donc, et fit le chemin dans le sens inverse. Enfin, il essaya, car il se retrouva bien vite dans un endroit qu’il n’avait jusque-là pas vu. Enfin, dans le noir et dans cette jungle, il était difficile de dire s’il était déjà passé par là. Soudain, il crut entendre un bruit derrière lui. Il braqua subitement son fusil sur l’origine du bruit, mais rien. Méfiant, il jeta un œil à son bracelet radar, mais ce dernier restait vierge de tout contact. Mais bientôt, il jura voir une forme effilée se déplacer rapidement entre les arbres au-dessus de lui.

« -Ouah ! Calypse, il y a du mouvement dans le coin ?
-Rien ne permet de dire que quelque chose s’approche de vous, mais je ne peux pas l’affirmer non plus. »

Léthias grimaça dans son casque. Tout cela ne lui disait rien qui vaille. Il porta la main à sa ceinture, histoire de s’assurer que ses deux pistolets étaient encore là. Leur présence le rassura quelque peu, ce qui pouvait sembler bizarre puisqu’il avait dans l’autre main un lourd fusil d’assaut laser, sans nul doute beaucoup plus puissant que ses deux armes de poings réunis. Léthias se remit à avancer, essayant de balayer la moindre parcelle d’espace ambiant avec le faisceau de la torche. Le cran de sécurité du fusil d’assaut était enlevé, et il avait le doigt sur la détente.

« -Votre rythme cardiaque s’accélère… Tout va bien ?
-Sans blague ? Je suis juste en train de me balader dans un des endroits les plus étranges que j’ai jamais vu, alors faut pas s’étonner si je suis un peu soucieux… »

Calypse ne lui répondit même pas, et le Gardien continua son infructueuse exploration. Mais bientôt, il distingua une forme qui se détachait des autres. Un arbre, dans une sorte de minuscule clairière, mais il y avait autour de lui quelque dizaines de centimètres où la seule végétation étaient des lianes courant au sol. Léthias fit monter et descendre sa lampe torche le long du tronc. Il n’avait jamais vu ce genre d’arbre auparavant, et ce dont il était sûr, c’est que c’était le seul qu’il avait vu à ce niveau.

« -Qu’est-ce que c’est que ce truc encore… »

Un pas après l’autre, il s’approcha de l’arbre, mais prit malgré tout soin de rester à un petit mètre de distance. Devant lui, l’arbre trônait, imposant et unique, tel un roi gouvernant son peuple.

« -Calypse… Vous voyez ça ?
-Je vois, je vois tout ce que vous voyez…
-Une conclusion à tirer peut-être ?
-C’est… Surprenant. »

Ben voyons !

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2013
Messages : 18
avatar
Le Narrateur
MessageSujet: Re: JEK 101   Mar 22 Oct 2013 - 1:46

- Une situation que je n'avais pas envisagée... Cela nécessite quelques nouveaux calculs... Faite un tour pendant que mes processeurs travaillent.

Le gardien s'exécuta, sans trop d'autres choix de toute façon, et sans doute lui aussi poussé par la curiosité.
Il entreprit un tour détaillé de "l'arbre". L'arbre donc, dominait une petite clairière au milieu de la jungle qui recouvrait les laboratoires. Son tronc était imposant, un bon mètre de diamètre en moyenne, et ses racines recouvraient largement le sol. A ses pieds, son écorce ne ressemblait pas à ce que Léthias avait pu voir, imaginer et apprendre des arbres. C'était une écorce malmenée, gluante d'une sève épaisse qui semblait véritablement couler lentement du cœur de l'arbre, et c'était sans doute le cas.
Mais l'ombre fut encore plus étonnée lorsqu'elle leva les yeux: L'arbre montait haut... très haut...
Le tronc avait semble-t-il percé le plafond du laboratoire, pour se frayer un chemin vers l'extérieur. La végétation avait percé un tunnel vertical qui semblait remonter jusqu'à la surface, à peine plus large que le tronc de l'arbre, et de temps en temps, une branche venait s'appuyer contre la paroi, comme pour l'étayer et éviter que le puits ne s'écroule. En regardant tout en haut, on pouvait apercevoir quelques rayons du jour naissant. Dehors, c'était surement le matin, mais la lumière n'arrivait pas à tomber jusque ici...

Comment un arbre avait-il pu percer 15 mètres de terres, sans compter le béton armé du complexe? Cela paraissait démentiel.
Calypse apporta rapidement un élément de réponse, sortant de sa transe calculatoire:

- Cela donc... C'est dérangeant, l'intégrité du complexe est compromise... une autodestruction est à envisager. Mais pas tout de suite.
Cette aile du laboratoire est la seule à disposer d'une communication avec la surface. Un puits devait permettre l'envoi et le retour de drones... D'observation.
Je ne peux pas vous en dire beaucoup plus, mais il semble que cet arbre ai exploité cette faille... et l'ai aussi quelque peu élargie...
Rudement futé pour un arbre...
Quelques analyses encore: prélevez un échantillon de l'écorce de cette arbre, et placez le sur l'analyseur du bracelet que je vous ai fournis.  



Léthias s'exécuta, ramassant un peu de la mélasse qui suintait sur l'arbre, et arrachant un petit bout d'écorce, qui ne ressemblait définitivement pas à une écorce de chêne, de hêtre ou d'érable...

- Placez ça dans le petit compartiment. C'est fait pour. Un laser brûlera la matière après l'analyse. Vous ne risquez rien.

...

- Merci, l'analyse va prendre du temps. C'est le défaut de ces bracelets portables... Mes les résultats me sont communiqués en temps réels.
Promenez vous encore en attendant.


Et le gardien reprit son petit tour, entreprenant de finir le tour de l'arbre et de la petite clairière environnante...
Le calme de la jungle l'entourait, et petit bruit suffit à le faire sursauter. Il fit volt-face, jetant un coup d’œil au bracelet radar qui n'indiquait aucun signe de vie aux alentours... Mais il y avait bien eu un bruit. Et bientôt un autre... Pas loin.

Sous la seule lumière de sa lampe torche et dans un environnement aussi encombré, sans l'aide de son bracelet radar, si un ennemi débarquait, il aurait facilement l'avantage.
Le bruit se répéta encore... Et une voix rocailleuse, grave et lente s'adressa à lui:

- Intru... intru... Tu n'as rien à faire ici! Ta présence est une offense.

Léthias resta bouche bée, braquant sa lampe et son fusil vers l'origine de la voix... Elle venait de l'arbre. à quelques mètres de hauteur, là où les premières branches prenaient naissance pour soutenir le plafond, un homme... non, une chose était assise, regardant le gardien.
D'une forme à peine humaine, et difficilement différentiable de l'arbre sur lequel elle était assise, cette chose était sans nul doute l'une de ces goules végétale, vénération des maquisards, et mystère de la nature... ou de la contre-nature.
Elle semblait assise là depuis des années, et c'était peut-être le cas... la goule avait prit racine dans l'arbre, ou bien peut-être, plutôt, l'arbre avait-il assimilé la goule. La moitié du corps était fondu dans le tronc de la "plante mère", si l'on pouvait l'appeler ainsi, et seule dépassait la tête, le bras droit jusqu'à la clavicule et la jambe droite qui pendait, figée, de la branche.


- Pourquoi... es-tu là? Tu profane un lieu sacré... tu seras puni, être impie...

- N'écoutez pas ce que dis cette chose Léthias. J'ai les premier résultats des analyses... Il y a des traces du VEC dans cette arbre. Des traces de produits - secrets - que nos stockions ici et aussi...

- Mes frères arrivent... je les appelles... ils viennent...

- ... Et aussi des traces d'ADN humains. Près d'une dizaines de souches provenant de différentes personnes.
Et je crois que nous avons retrouvé Marc Orcy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Mar 22 Oct 2013 - 10:05

Léthias écouta tranquillement ce que disait Calypse, et laissa échapper un sifflement d’admiration devant le bulot accompli par l’arbre. En montant ainsi jusqu’à la surface, il avait dû s’étendre à l’extérieur… Et du coup, vu ce qu’il y avait ici, la végétation environnante prenait tut son sens. Il tiqua quelques peu quand Calypse parla une nouvelle fois d’autodestruction, mais à vrai dire, il n’y pouvait rien. Puis Léthias crut entendre un bruit, et encore un autre. Une nouvelle fois, la sensation d’être épié, et celle d’un mouvement rapide derrière lui. Cela lui plaisait de moins en moins… Et puis il y eu cette voix, sortant d’on ne sait où. Léthias balaya l’espace ambiant avec sa lampe torche, jusqu’à trouver l’origine de ce son. Un homme, ayant fusionné avec l’arbre. Etait-ce donc ça, une véritable goule végétale ? La chose, plus qu’un homme se remit à parler, et Léthias eu comme l’impression d’avoir déjà entendu ce discours quelques heures plus tôt en descendant à l’étage où se trouvait Calypse.

« -Pourquoi... Es-tu là? Tu profane un lieu sacré... Tu seras puni, être impie… »

Par réflexe, Léthias braqua son fusil d’assaut sur l’origine du son. Calypse lui avait fait un discours dans le même genre quelques heures plus tôt, et tout ne c’était pas forcément très bien passé. L’IA lui apporta de nouvelles informations plus tard, et pas des plus rassurantes : des souches du VEC étaient donc bien étudiées ici. La combinaison étanche était donc définitivement la bienvenue. Pendant ce temps, l’homme-arbre continua ce que l’on pouvait caractériser de délire. Il parlait d’appeler ses frères, les entendaient arriver… Mais comment un arbre pouvait-il communiquer ? Et puis, enfin, l’information finale. Cet homme serait Marc Orcy ? Léthias avait entendu via les racontars des maquisards la légende de la première goule végétale, mais n’y croyait que peu. Sauf que là, il avait devant lui quelque chose qui tenait tout de… La goule végétale, vraiment. De nouveaux bruits se firent entendre. Des sortes de hurlements, et des voix.

« -Calypse, vous avez dit aux autres de me rejoindre ?
-Négatif, ils n’ont pas de combinaison.
-Dans ce cas… Je crois qu’on l’on va avoir de la visite… »

Les bruits venaient du haut, mais c’était impossible : il n’y avait aucun moyen pour des personnes à l’extérieur de descendre ici, et ces personnes n’avaient même aucune raison de venir là.  A moins que l’arbre ait dit vrai. Léthias braqua le faisceau de la lampe torche dans le puits, et fit des formes s’y agiter. Pendant un instant, il n’en crut pas ses yeux. Des maquisards se faufilaient tant bien que mal un passage à travers le puits, s’agrippant aux branches de l’arbre pour descendre. Leur progression était lente, entravée par le dense feuillage de l’arbre, ce qui laissait au Gardien un peu de temps devant lui. Léthias baissa les yeux, et regarda la chose au milieu de l’arbre, qui semblait le fixer.

« -Ecoutez, je sais que vous êtes Marc Orcy ! Je sais que vous étiez le directeur de ce laboratoire avant le bombardement atomique, et je sais tout ce qui s’est passé, j’ai tout découvert Le mensonge du JEK, vos recherches, votre stase, tout ! Croyez-moi, je ne serais jamais venu ici si j’avais eu le choix ! Mais je ne veux rien de mal, je suis juste venu ici parce qu’on me l’a ordonné et que je n’avais pas le choix ! »

La chose ne répondit pas, et continua de fixer Léthias, comme si elle était en train de réfléchir. Pendant ce temps, les maquisards continuaient leur descente, se rapprochant petit à petit de la salle.

« -Calypse, j’ai des maquisards qui descendent, comment ça se passe dans les autres ailes ?
-Rien sur mes senseurs, toutes les autres ailes sont inviolées. Enfin, sauf celle par où vous êtes arrivés, mais je n’y détecte que vos amis. Rien d’autre.
-L’autodestruction est prête ?
-Toujours, pourquoi ?
-Parce que je n’ai pas spécialement envie de me retrouver confronté à ces maquisards, et je vous préviens, je ne compte pas ressortir d’ici en étant leur prisonnier.
-Très bien. Je prends note de vos recommandations. Dois-je l’annoncer à vos amis ?
-Euh non, il ne vaut mieux pas. Pour le moment, gardons ça pour nous. »

Léthias s’éloigna de l’arbre, toujours avec le fusil d’assaut pointé sur le puits, et alla se planquer derrière un arbre. Il réfléchit rapidement à la situation, alors que les maquisards parcouraient les derniers mètres du puits. D’un instant à l’autre, ils allaient se retrouver dans la salle.

« -Calypse, si cette tenue à d’autre capacités, je vous serai gré de les activer… Une vision nocturne ou une connerie dans le genre serait la bienvenue.
-Désolé, vous n’êtes pas habilité pour avoir accès à ces éléments.
-Putain Calypse, ce n’est pas le moment ! Si vous voulez que je reste en vie, aidez-moi !
-Vous venez de me dire que de toute façon, vous souhaitiez mourir plutôt que de quitter le laboratoire avec ces … Maquisards ?
-Ouai, mais si je pouvais les éviter tout court, ça m’arrangerait aussi.
-Un instant, je vous prie… »

Calypse se tut, pendant plusieurs secondes. Comme si c’était le moment. Le premier maquisard pointait maintenant le bout de son nez, ou plutôt de ses pieds au plafond. D’ici quelques instants, ils allaient tous se retrouver à l’intérieur. Calypse reprit.

« -Très bien. J’active la vision virtuelle du casque. Je vous conseille d’éteindre votre lampe torche si vous ne voulez pas être ébloui. »

Léthias obtempéra, et l’instant d’après, plusieurs symboles apparurent devant ses yeux. Son champ de vision se teinta d’une sorte de vert, presque le même que celui formant l’arrière-plan des terminaux. Un gros point rouge se dessina au niveau de l’homme-arbre, et plusieurs autres petits losanges désignèrent les maquisards qui entraient dans la salle. Léthias visa le premier, et vit un réticule passer dans son casque.

Voilà qui change la donne.

Le Gardien recula de nouveau, et s’enfonça dans le noir le plus total, loin du puits. Maintenant, il ne devait plus s’arrêter de marcher. Léthias affuta sa stratégie, et se mit à marcher, longeant comme il pouvait les murs de l’aile. Il porta sa main à sa hanche, vérifia que son couteau et son HG-23 y étaient, puis respira un grand coup, à travers le système de filtrage gazeux de son casque. Les losanges désignant les maquisards sur son casque semblaient entourer l’homme-arbre, et il n’avait aucune idée de ce qui se tramait là-bas. Léthias continua de marcher, tantôt à droite, tantôt à gauche, ne voulant pas dévoiler sa position. Surtout s’il devait parler. Le chargeur du fusil d’assaut était plein, ce qui était largement suffisant pour se débarrasser des six maquisards qui venaient d’arriver. Avec le casque de Calypse qui indiquait leur position, cela allait presque être un jeu d’enfant. Il espérait juste que l’arbre ne réservait pas d’autres surprises. Il se rappela aussi qu’il avait pris quelques grenades fumigènes dans l’armurerie. Enfin, vu l’obscurité… Elles ne serviraient pas à grand-chose. Les maquisards étaient toujours autour de l’arbre. Mieux valait profiter de la situation avant qu’ils ne se dispersent.

« -Bon, les Maquisards ! Je ne pense pas que vous soyez spécialement prêts à m’écouter, mais je n’ai nullement l’intention de faire quoi que ce soit qui pourrait vous nuire, je suis juste venu ici pour explorer, et à vrai dire, je n’ai même pas eu le choix ! »

Les six hommes se retournèrent en direction de l’origine de la voix. Léthias avait eu raison de se tenir sur ses gardes. Sans attendre, il se mit à marcher dans le noir, aidé par les systèmes de son casque. Il s’éloigna rapidement de sa dernière position, et fit presque un quart du tour de la salle. Voilà qui lui donnait encore un peu de répit…

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Mar 22 Oct 2013 - 17:03

Quelque part dans la jungle miniature...

« -Léthias ?
-Pas le moment, chuchota le Gardien dans son casque, on verra après ! »

Les maquisards n’avaient pas répondu à Léthias, et commençaient à se disperser pour le retrouver. Le Gardien suivit prudemment leurs mouvements, le doigt sur la détente de son fusil d’assaut. Soudain, il pensa à quelque chose.

« -Calypse, vous me disiez pas que l’air était toxique dans le coin ?
-C’est exact.
-Alors comment ils font pour respirer ?
-Pour être exact, vous auriez pu respirer, mais vous seriez mort dans les heures à suivre.
-Oh. Donc pas la peine d’espérer qu’ils meurent comme ça ?
-A priori, non.
-Dommage. »

Le Gardien continua d’avancer, tandis que les six maquisards se séparaient pour couvrir la salle le plus rapidement possible. Grossière erreur, des lances dans le noir contre un fusil d’assaut et une vision nocturne… Le combat allait être inégal, mais sur ce coup, Léthias s’en foutait. ; au contraire, ça l’arrangeait. Il vit bientôt un losange arriver vers lui, droit devant. Pour le moment, il ne le voyait pas, le maquisard devant être caché par la végétation. Léthias se colla à un arbre, et attendit, jusqu’à attendre les bruits d’un homme marchant prudemment sur les lianes, qui des fois craquaient sous son poids. Pour le moment, pas la peine de s’en occuper avec son fusil d’assaut. Le maquisard se rapprochait, et Léthias attendait, sans l’obscurité la plus totale, vêtu de sa combinaison noire. L’homme n’avait aucune chance de repérer le gardien. Ce dernier passa à moins d’un mètre de Léthias quelques instants plus tard, sans l’apercevoir. Le Gardien en profita et lui asséna un grand coup dans le coup avec la crosse du fusil. L’homme s’effondra au sol avant que Léthias n’ait eu le temps d’arrêter sa chute. Le bruit ayant du attirer les autres, il quitta la zone sans tarder. Au moins un qui allait dormir un bon moment. Deux autres maquisards s’approchaient maintenant de lui par la droite, tandis que les trois derniers arrivaient par la gauche. Sur ce coup, il n’allait pas avoir le choix. Il avança pas après pas, dans la direction du binôme. Les deux maquisards avançaient l’un à côté de l’autre, tandis que Léthias approchait en rasant le mur. Il s’agenouilla bientôt au pied d’un arbre, et attendit qu’ils arrivent. Les deux hommes passèrent à sa hauteur sans s’attendre à ce qui allait leur arriver. La rafale de traits violacés perça la noirceur de la pièce, et les hommes furent transpercés de part en part. Le fusil semblait plus puissant qu’un HG-Flammeur, et Léthias fut agréablement surpris. Il ne s’attendait pas à avoir une aussi grande puissance de feu sur lui. Sauf que les trois derniers savaient maintenant où il se trouvait. Il les entendit de mettre à crier, et leurs pas rapides se mirent à résonner dans la salle. Les trois losanges fonçaient droit sur lui, formant une sorte de tenaille. Le Gardien se retourna, pour leur faire face. Le premier arriva droit dans son viseur, et fut transpercé avant d’avoir le temps de comprendre ce qu’il lui arrivait. La situation ne fut pas aussi facile pour les deux derniers. Ils étaient dangereusement proches, mais Léthias ne les voyaient toujours pas, jusqu’à ce qu’un bruit en hauteur lui fasse comprendre son erreur. Les maquisards avaient aisément escaladé les arbres, et progressaient à présent au-dessus de lui.

« -Et merde !»

Il eut à peine le temps de lever son viseur, qu’il vit une forme lui tomber dessus. Sous l’impact, Léthias roula au sol, et perdit son fusil d’assaut. Le maquisard se jeta sur lui, et lui asséna un coup de point magistral dans les côtes. La combinaison du Gardien fit quelque peu son effet, et lui évita surement une côte cassée, quand l’autre du y perdre quelque phalanges. Mais cela ne l’empêchait pas de continuer le combat. L’homme se tenait à moins d’un mètre de Léthias quand le dernier maquisard fit son entrée, et asséna brutalement un coup dans le dos de Léthias avec le manche de sa lance, avant de d’essayer de l’étrangler. Tout en essayant de se libérer de l’étreinte, Il repoussa temporairement le deuxième maquisard, avant que celui-ci ne revienne à la charge pour lui asséner un coup de pied dans le ventre. Léthias hoqueta sous l’assaut. Il devait agir vite. Il ne laissa qu’une main sur le morceau de bois qui l’étranglait, et l’autre glissa jusqu’à sa ceinture, où il se saisit de son couteau. La lame glissa hors de son fourreau, et Léthias fit un geste ample derrière lui. Le bout de la lame rencontra la jambe nue du maquisard, qui laissé échapper un cri et desserra sa prise pour attraper sa jambe entaillée. Léthias en profita pour se libérer, et donna un coup de coude dans le côté de l’homme, avant de se tenir face au deuxième maquisard lui fonça dessus sans réfléchir. Ce dernier n’avait sans doute pas vu la lame, et comprit pourquoi son « collègue » avait soudainement relâché sa prise. La lame de plusieurs centimètres se planta dans le bras du maquisard, qui hurla de douleur. Léthias retira sans ménagement son couteau, et attrapa un de ses HG-23 avec sa main libre. Deux tirs suffirent, et l’arme laser retourna à son emplacement. Léthias souffla, toucha son torse encore endolori par le coup de pied qu’il avait reçu, et se mit à la recherche de son fusil d’assaut.

« -Bon, Calypse, ce n’est pas que je n’aime pas cet endroit, mais décidez-vous vite, pas vraiment envie de m’y éterniser, surtout si c’est pour me retrouver face à d’autres maquisards. Sauf que cette foi, ils ne sortiront même pas du puits.
-J’ai encore quelques analyses à faire, soyez patients. »

Léthias récupéra la lourde arme à énergie non loin de lui, et quand il se releva, il vit un losange en déplacement, revenant vers l’arbre. Il devait s’agir du type qu’il avait seulement assommé au début de sa traque. S’il regagnait le puits, il pourrait éventuellement rameuter d’autres maquisards, ce qui n’était bon pour les affaires du Gardien. Léthias se mit à courir, et arriva dans la petite clairière en même temps que le maquisard, et les deux hommes se dévisagèrent, arme au poing. La situation était bizarre. Dans une jungle souterraine, sous les yeux d’un homme-arbre, un maquisard vêtu d’un pagne et doté d’une lance jaugeait un homme portant une combinaison entièrement noire, un casque intégral et un fusil d’assaut. Le maquisard ajusta sa prise sur la lance, et commença à armer son bras.

« -Ne fais pas ça… Tu risques de le regretter. »

Pour toute réponse, le maquisard lança sa lance en criant au moment même au Léthias appuyait sur la détente. Dans la relative obscurité, la lance se planta dans à un arbre à une quinzaine de centimètres de Léthias, quand les tirs violets, parfaitement ajustés sur le réticule de visée de casque, perforèrent la poitrine sans défense du maquisard.

« -Putain… »

Léthias prit son fusil d'assaut d'une seule main, et inspira un grand coup. En se soulevant, ses poumons firent gonfler sa cage thoracique, et une douleur pinçante fit son apparition.

« -Ah, saloperie. Je crois que j’aurai un bel hématome. Ne me demandez pas de faire un marathon, je ne pourrai pas respirer.
-Ce n’était pas vraiment. Après, ce que j’ai prévu de vous faire faire dépendra de l’évolution de la situation.
-Bah justement, parlons-en de la situation. Vous avez fini de faire vos tests ? Je peux regagner l’autre aile ? »

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2013
Messages : 18
avatar
Le Narrateur
MessageSujet: Re: JEK 101   Jeu 24 Oct 2013 - 0:05

-Bah justement, parlons-en de la situation. Vous avez fini de faire vos tests ? Je peux regagner l’autre aile ?
- Non pas encore. Vous n'êtes pas venu faire du tourisme être de l'ombre. Il me faut des données précises pour appliquer le protocole.
Enquêter sur cette arbre s'il vous plait, pendant que je continue à calculer. Suivez ses racines, trouver où il s'alimente. cherchez quoi. Je le ferai moi même, si j'avais des jambes... mais je n'en ai pas. Bref, travaillez!


Au pied de l'arbre, les racines partaient un peu dans tous les sens... Difficile de savoir par où commencer, quelle piste suivre en premier. Léthias suivit donc au hasard les racines de la chose-arbre, parcourant plusieurs fois le labo en fixant le sol, revenant sur ces pas, repartant de la clairière, jusqu'à enfin trouver quelque chose digne d'intérêt. Un amas de racines un peu plus grosses que les autres courait par terre, filant directement dans ce que qui semblait être une grosse cuve.
Les tentacule de bois avait enserré la cuve en acier, torturée jusqu'à réussir à la percer pour plonger directement dedans. La végétation l'avait depuis largement recouverte, mais en arrachant quelques poignée de feuilles, le gardien mis sans mal à jour le logo caractéristique des produits... Biologiquement dangereux diront-nous.

- Découverte intéressante. Et regrettable. Je craignais quelque chose dans ce genre là. Cette forêt avait très peu de chance d'être naturelle. Nous en somme maintenant sûr.
N'avez-vous pas remarquez être de l'ombre? Plus bizarre que cette arbre qui parle, qui peut s'expliquer de différentes façons; il n'y a dans cette forêt aucune feuille morte... pas d'humus au sol...



Il était évident que cette forêt n'était pas naturelle, et maintenant, Calypse et Léthias savait d'où elle puisait sa force.
Vu la taille des cuves, il devait y avoir de quoi nourrir une bien plus grande forêt... Et...
Le gardien fit quelque pas en arrière, revenant près de l'arbre, près du grand puits, creusé année après année par la seule force végétale, force décuplée par la chimie des savants-fou d'avant guerre, et remontant lentement à la surface...
Léthias savait ce que Calypse ignorait. Il connaissait le monde extérieur dont l'IA était coupé.
Au dessus du laboratoire, l'immense forêt était un mystère pour les Terres désolées, si arides et inhospitalières à la vie... Et si tout cela...
Toute la forêt trouvait-elle ses racines dans ces cuves?

La bouche bée et commençant sûrement à baver dans son casque, Léthias commençait à comprendre le lien entre les choses... Les recherches de ce Daniel, cet arbre, la forêt de Boulogne qui pousse anormalement, mettant HS les capteurs extérieurs de Calypse, qui ne put donc jamais réactiver le complexe automatiquement...
cela n'expliquait pas tout, il manquait des éléments mais...

- AH! Arrête de rêver jeune homme! Oui je te parle. Je suis content que quelqu'un ai mis une branlé à ces idiots fanatiques. - Euh non... non non non non non... je ne peux pas dire ça! C'est horrible ce que tu fais! - Mais ce qui est fait est fait! On va pas pinailler. pourquoi es-tu là? - Pinailler... pinailler! - Roh! oui! non! je ne m'entends plus penser... - Mais j'ai à parler avec toi, tu es le premier depuis tout ce temps... - Le premier de ce coté ci de la Forêt du moins! il y a eu plein d'aventuriers malchanceux aussi - Non! Bon... je préviens les autres!
Mais tu dois m'écouter! Moi, moi... Je suis de moins en moins clair... tu vas réussir à me suivre? - C'est que j'ai pas parlé depuis des années. et d'habitude il n'y a que Nicolas qui vient me parler! - ce taré! - non non, bon, il est pas méchant, il m'aide beaucoup. - Malthus anus, ahaha!


- Cet Arbre n'a pas l'air très clair, en effet. Mais je vais vous demander de lui parler quand même, il ne doit pas être une menace à votre intégrité physique. Puisqu'il est inerte. Et il sait surement mieux que les autres ce qu'il c'est passé ici... Surtout que vous avez tuer tous les autres.
Et puis... comme je vous l'ai dit, il y a des traces de l'ADN de Marc dans la sève de cet arbre. mélangé à d'autres traces humaines. C'est une forme de vie remarquable. une expérience dont vous vous souviendrez longtemps malgré votre défaillante mémoire humaine


Le gardien devait commencé à perdre patience... Cet arbre n'était qu'une déconvenue de plus à ajouter à liste: l'inexistence du Jek, être prisonnier d'une IA timbré, et maintenant... Devoir faire la conversation à un arbre... Schizophrène...
Tout cela avait-il un sens au fond?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Jeu 24 Oct 2013 - 20:42

Certaines choses commençaient à s’expliquer. Et la première, c’est que toute la forêt souterraine, et même tout le Bois de Boulogne, devaient avoir leurs origines dans cette cuve de produits chimiques. Enfin, si le Gardien s’en tenait à  sa mission originale, tout cela avait encore moins de rapport avec sa quête qu’un HG-23 en avait avec un mollusque vitreux. Léthias soupira. Maintenant, il devait discuter avec un arbre schizophrène ? De mieux en mieux.

« -Calypse, j’espère que vous avez bientôt fini, car je commence franchement à en avoir assez de tout ça… Je ne suis pas venu pour ça à la base.
-On se calme, être de l’Ombre… J’ai presque fini. »

Léthias respira profondément pour se calmer, mais sa poitrine le fit grimacer en se soulevant. Le coup de pied lui avait peut-être fêlé une côte. Le Gardien se contenta donc de s’approcher de l’arbre.

« -Marc ? Marc Orcy ? Qu’est ce qui s’est passé ici ? »

Et voilà que je parle à un arbre…

Spoiler:
 

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2013
Messages : 18
avatar
Le Narrateur
MessageSujet: Re: JEK 101   Ven 25 Oct 2013 - 1:44

- Marc ? Marc Orcy ? Qu’est ce qui s’est passé ici ?
- Marc? Non non... Je ne suis pas Marc... Marc est mort il y a bien longtemps. Enfin j'aimerai qu'il soit complètement mort!
Moi, c'est Didier. Didier Joncour. Si si. J'étais explorateur. Un des nombreux aventuriers qui se sont perdus dans cette forêt. Bon, tous ne sont pas ici avec moi, non. J'avais entendu les rumeurs, les légendes moi aussi.
Mais je n'en ai pas tenu compte. j'étais plus tout jeune, mais pas encore vieux. Expérimenté, et trop ambitieux. beaucoup trop.
Je voulais trouvé un trésor, que mon nom soit dans toute les bouches à métrop. Qui ne rêve pas de ça hein? qui?!
Alors, le mystère du bois de Boulogne était pour moi. J'allais trouver ce que cachait ce lieu... Et j'ai trouvé, oui oui, maintenant je sais! Mais je ne peux plus bouger!
Mais... mais tu l'auras compris, non! non! je n'ai pas vraiment très bien réussi! On était cinq. On est tombé les uns après les autres... des prédateurs, puis les maquisards... Je ne sais pas comment ils faisaient pour savoir en permanence où nous étions... Enfin, je ne savais pas! maintenant j'ai compris! Les arbres... oui, les arbres... Si SI!

Dit-il d'une voix défaillante. Et il n'y avait pas que sa voix qui déraillait apparemment. Les arbres, sans déconner ?

Mais ce type, dans son triste sort, devait savoir des choses intéressantes. Mieux valait continuer à l'écouter, tant qu'il ne divaguait pas trop.
Le gus enarbré continua après une petite pause de gémissements.

- Je... donc, on meurt tous, les un après les autres! Je me met à courir comme un malade, les maquisards sont à mes trousses, j'essaye de les semer... et là, je tombe sur ce putain de gros arbre. un gros machin qui sort d'un trou. Alors, moi je... je saute dans le trou...
GRAVE ERREUR.
Les maquisards vénèrent ce putain d'arbre. mais qui le sait ça? hein? qui? Pas moi en tout cas... En maintenant si, je le sais. Mais avant, je savais pas...
Donc... Donc j'ai sauté dans le trou, et je tombe au fond... Je me pète une jambe.
Et... et j'attends... Pendant que ces putain de maquisards me matent depuis le haut du trou. Il m'ont regardé, et m'ont laissé. ils savait que je m'en sortirai pas.
Ce trou mon pote, c'est de la goulifia puissance 1000!
Mes poumons ont commencé à me brûler après une demie heure, et ma jambe avait vraiment une sale gueule. J'ai essayé de remonter, quitte à me prendre une balle...
J'ai atteins cette branche où tu peux me voir, et j'ai jamais pu aller plus haut...
Après ça, c'était finis. En quelques jours, mon corps était collé à l'arbre, et, petit à petit, ce truc m'a gagné... Et le pire, c'est que ça me maintient en vie...


L'homme éclata en sanglots, des sanglots d'arbre, sec et sans larme, mais l'idée y était. Assez pitoyable à dire vrai.
Il se reprit quelques instants plus tard.

- ça doit faire quoi... Un an, un an et demie que je suis là. J'ai perdu le compte. Dans quelques mois, je ne pourrais même plus parler. Je serais totalement assimilé. Je le sais, c'est qui est arrivé aux autres... Il n'y a pas que moi dans cet arbre!
Nicolas Malthus me l'a expliqué. Maintenant que je suis dedans, les maquisards me tolèrent et me respecte. Je serai un privilégié, un élu. Quand on tartine de la religion dessus, la malchance et les radiations deviennent un fait miraculeux.
C'est une putain de malédiction ouais... mais je m'y suis fait.
Les maquisards nourrissent cet arbre. C'est leur accession au divin. Ils rêvent tous de finir comme moi, de ne faire qu'un avec la nature. Alors de temps en temps, ils sacrifie quelqu'un. Des aventuriers malchanceux, l'un des leur parfois, quand il y a des volontaires... Quand je serais complètement assimilé, il colleront quelqu'un d'autre à l'arbre...
Le fait est que ça leur permet de garder un contact oral avec l'arbre. Sans ça, ce vieux machin ne pourrait plus parler... Et le savoir qu'il contient serait inaccessible.
hahaha... savoir à la con.
Mais oui. Le végétal a une mémoire. Des émotions. Les plantes ressentent la douleur! Tu y penseras avant d'offrir des fleurs à ta meuf parce que tu trouves que c'est joli!
ahem... ahem...


L'arbre continuait de parler sans interruption. Et Léthias n'avançait que peu dans sa quête.
Calypse profita du silence de l'arbre pour glisser un mot au gardien:

- Ce qu'il dit expliquerai la présence des traces d'ADN inconnus, en plus de celui de marc dans l'échantillon prélevé.
Si je suis bien ce que raconte cette chose, Marc doit logiquement être la première victime de l'arbre. Ou bien son origine. Si Marc est quelque part ici, c'est sous une épaisse couche d'écorce... Je doute que nous puissions récupérer son corps... Je devrais préparer des faire-parts de décès...
C'est du sarcasme.
De nombreuses personnes ont du être "assimilées" à l'arbre depuis, si l'on croit ce Didier...
...
Je suis aussi dépité que vous, même si ma voix ne le trahit pas et que je ne ressens pas de véritables émotions.
Demandez lui s'il connait Marc Orcy, dans le doute.



Sans grande conviction, quelque peu résigné, le gardien lui posa la question...
Et l'arbre répondit:

- Je connais Marc Orcy.
Même si je ne l'ai jamais rencontré. Pas physiquement du moins. Marc n'est qu'une trace dans ma mémoire, un souvenir que je n'ai jamais vécu. Partager un corps avec tant d'autres personnes... on a du mal à imaginer ce que cela fait tant qu'on est humain. Il faut le vire...
Mais Marc est bien ici, des bribes de lui en tout cas. Dans quelques années, il ne restera pas plus de moi... Je commence déjà à me confondre avec eux. Alors je pense à lui avec pitié.
Et savoir ce qu'il savait me fait beaucoup rire...
Tu es là pour le JEK n'est-ce pas, aventurier? Comment connaîtrais-tu Marc autrement...
Quand je suis partis exploré le Bois, je ne savais pas ce que j'allais y trouver. Et je me moque éperdument du Jek. J'aurai préféré des armes, de l'or, des données de valeur.
Mais le Jek est un bien commun, qui se partage et profite à tous. Un jardin d'Eden dans une mallette... La FNF me l'aurait pris, m'aurait dit merci et renvoyé chez moi, se gardant le mérite... Et pourtant, c'est bien le JEK que j'ai trouvé... Triste ironie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Ven 25 Oct 2013 - 13:37

Et l’arbre se mit à parler, comme si cela était naturel. Léthias se contenta de l’écouter, n’ayant rien d’autre à faire dans cet environnement singulier.  Un an et demi qu’il survivait dans ce lieu particulier ? Une malédiction ? Léthias regarda son fusil d’assaut, et le chargeur encore plein aux trois quarts. Pendant un court instant, il songea à demander à l’homme s’il voulait que tout cela cesse. A priori, quelques tirs lasers bien placés cloraient l’affaire. Mais Calypse semblait encore chercher des informations, aussi se retint-il. Cette dernière lui demanda de se renseigner au sujet de Marc Orcy, ce qu’il fit sans attente particulière. L’arbre se remit à déblatérer, sans que Léthias n’obtienne d’infos de grande valeur. L’arbre, les maquisards, le Bois de Boulogne… Tout ceci aurait été fort intéressant pour un chercheur en biologie, mais pour le Gardien qu’il était, l’intérêt était assez limité. Alors que l’esprit de Léthias commençait à partir ailleurs, alors qu’il n’écoutait plus que d’une oreille distraite, un simple mot le captiva entièrement.

Le JEK ?

Cet homme serait aussi venu pour lui ? Visiblement, l’Ordre n’était donc pas le seul  la recherche de ce qui s’avérait être un légende. Seulement, les derniers mots de l’homme, coincé dans son arbre semèrent le doute dans son esprit. Le Gardien saisit son fusil d’assaut à deux mains, et retourna vers la porte où il était arrivé.

« -Calypse ? C’est quoi ce bordel ?
-Quoi donc ?
-Vous l’avez aussi bien entendu que moi ! Ce type vient de dire qu’il avait trouvé le JEK !
-Il divaguait, surement. Je vous l’ai dit, le JEK n’est qu’une légende.
-C’est marrant, mais je vous crois pas vraiment ! Depuis le début, explosa Léthias, vous me menez en bateau ! Vous m’avez aspergé de neurotoxique, planté des aiguilles dans le bras, torturé, tué je ne sais combien de fois ! Sans compter que je n’ai même pas pu faire le tour de votre foutu étage ! Il y a encore une chambre forte en bas, et je ne sais même pas ce qu’il y a dedans ! Et maintenant, vous m’éloignez de tout ça avec vos analyses à la noix, tout en menaçant  de me faire rôtir ? Mais merde à la fin ! Alors maintenant, vos analyse, c’est bon, elles sont finies, et vous allez me laisser descendre au moins trois, ouvrir ce coffre-fort, et allez me raconter la vérité ! Sinon je vous jure que j’irai moi-même griller vos processeurs à coups de lasers sans que vous ayez le temps de comprendre ce qu’il se passe ! »

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2013
Messages : 18
avatar
Le Narrateur
MessageSujet: Re: JEK 101   Dim 27 Oct 2013 - 3:43

- C’est marrant, mais je vous crois pas vraiment ! Depuis le début, vous me menez en bateau ! Vous m’avez aspergé de neurotoxique, planté des aiguilles dans le bras, torturé, tué je ne sais combien de fois ! Sans compter que je n’ai même pas pu faire le tour de votre foutu étage ! Il y a encore une chambre forte en bas, et je ne sais même pas ce qu’il y a dedans ! Et maintenant, vous m’éloignez de tout ça avec vos analyses à la noix, tout en menaçant  de me faire rôtir ? Mais merde à la fin ! Alors maintenant, vos analyse, c’est bon, elles sont finies, et vous allez me laisser descendre au moins trois, ouvrir ce coffre-fort, et allez me raconter la vérité ! Sinon je vous jure que j’irai moi-même griller vos processeurs à coups de lasers sans que vous ayez le temps de comprendre ce qu’il se passe !

La rage du Gardien explosait. Sous le Regard de l'arbre, qui se mit à rire, de son rire d'arbre.

- C'est une vérité. Le JEK est une légende créé pour rassurer le peuple. Lui donner de l'espoir. Et vendre des places dans les abris. Je ne suis pas capable de mentir, être de l'ombre. Je suis programmée pour ne pas dire certaines choses, certes, mais je ne peux mentir comme vous autres humains le faite.
C'est ainsi. Marc sait. Ou savait. Pour ma part, j'applique un protocole, dont le but est la défense et la préservation de ce complexe. Uniquement.
Marc s'occupait du reste, de l'éthique et de la philosophie. On ne peut confier cela à une IA.
Et sa situation est d'ailleurs complexe. Il n'est ni mort, ni vivant... Et le protocole ne traite aucun cas de transformation du sujet n°1 en... arbre.
Je suis donc dans une impasse, dont mes longues analyses.
Mais Je - Ne - Vous - Mens - Pas.
répondit Calypse au gardien, sur le même ton froid qui la caractérisait dans toute situation.

Et derrière, la chose-arbre continuait à rire, à "gorge" déployée.
Il reprit, retenant son rire nerveux:

- Tu ne comprends donc rien aventurier... Cesse d'être naïf, et ouvre un peu tes yeux...
Je ne l'avais pas vu moi non plus, d'autant plus que je ne le cherchais pas... le JEK ne m’intéressait pas... Mais maintenant que je sais ce que Marc sait... C'est très logique...
Regarde donc autours de Toi! Tout cela!
Toute cette Forêt! Ce complexe!
Tu cherches le JEK? Ah.. ah... Arrête d'être naïf comme tous les autres moutons de notre société, pré ou post-apocalyptique. Cesse de chercher une mallette...


L'arbre fit une pause, pour retrouver un peu son sérieux..

- Tu cherches le JEK? Tu es DEDANS...
...
Toute cette énorme usine à gaz, inexploitée, inutilement secrète et vide! C'est le jek. Tout ce laboratoire n'a été crée que dans le but de soigner notre monde après la guerre, de faire reprendre la vie dans une monde irradié, dévasté, ravagé par la bêtise humaine...
Tout ce qu'il contient n'avait pas de véritable raison d'être avant l'apocalypse. Les gens ici ne faisaient que préparer ce qui allait arriver après la guerre!


Dans son oreillette Calypse restait silencieuse...
Mais elle n'avait pas menti. Le jek n'existe pas. Pas de jardin d'Eden en Kit. C'est tout ce que son cœur d'IA, partie intégrante du complexe de laboratoire, savait.
Marc s'occupait du reste... Ou aurait du le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2013
Messages : 286
avatar
Léthias Osniaril
MessageSujet: Re: JEK 101   Dim 27 Oct 2013 - 16:35

Les infos se bousculaient dans la tête de Léthias. Entre les réminiscences de son voyage virtuel, les ordres de Calypse et les infos en tout genre, il essayait tant bien que mal de faire le tri. Petit à petit, les choses prenaient tout leur sens, ou du moins semblaient le prendre. Il avait encore du mal à distinguer tout ce qui se passait, ce qui se faisait ici. Le Gardien fit quelques pas, avant de s’asseoir sur un tronc d’arbre posé au sol. Sa poitrine le tiraillait à chaque fois qu’il soulevait un peu trop sa poitrine, et il n’avait aucun antidouleur sur lui.

« -Léthias ?
-La ferme Calypse, ce n’est pas le moment. »

Envoyez balader l’IA qui pouvait le tuer à n’importe quel instant n’était peut-être pas la meilleure chose à faire, mais sur ce coup-là, Léthias n’en avait que faire. La seule chose qui lui importait, c’était de comprendre de quoi il s’agissait, de comprendre tout ce qui se disait. De comprendre pourquoi il était là, ce qu’il faisait là.

« -Attendez, je ne suis pas sûr de vous suivre… Le laboratoire est le véritable JEK ? Par exemple, cette cuve, dans laquelle cette forêt tire cette source de vie, si elle était répandue en petite quantité dans les Terres Désolées permettrait de faire pousser la végétation normalement ? Que ce laboratoire était une sorte d’arche pour préserver les technologies susceptibles de redonner vie au monde après une apocalypse nucléaire ? Que ce complexe abriterait de quoi refaire le monde ?
-C’est ça. Enfin, l’utilisation des ressources du complexe risque d’être problématique, puisque nous n’avons plus le personnel nécessaire.
-Si ce n’est que ça… Calypse, je retourne dans l’autre aile.
-Et moi, dans tout ça ?
-Vous, vous restez là pour le moment. De toute façon, je ne peux pas faire grand-chose pour vous. »

Léthias se dirigea donc vers le couloir menant à l’aile Nord. Il passa la première porte, et s’aventura dans le couloir, tandis qu’elle se refermait derrière elle. Calypse ouvrit alors la porte centrale, la referma, et ouvrit enfin la porte de l’aile Nord. Elle coulissa dans son logement, et Léthias retrouva enfin un lieu familier, et enleva son casque. Il avait chaud, et transpirait à force à respirer cet air recyclé, dans une combinaison totalement étanche.

« -Oh… De l’air frais… »

Trois silhouettes apparurent alors devant lui. Pendant un court instant, il crut qu’il s’agissait de maquisards, mais s’aperçut bien vite qu’il s’agissait de Joris, Volodia et Eloïse. Les trois semblaient assez contrariés, mais ils pourraient avoir des explications sous peu.

« -Y’avait quoi de l’autre côté ?
-Une jungle. Comme en surface.
-Une jungle ? C’est quoi ce délire ?
-On se calme, je vais vous expliquer. Après tout, vous avez aussi le droit à quelques explications. Si vous n’y voyez pas d’inconvénients, je m’assoirais bien. »

Les quatre Gardiens se retrouvèrent donc les bureaux assis sur quatre chaises. Léthias avait des choses à leur raconter, à commencer par ce qu’il s’était passé depuis sa première descente. Calypse, son activation, l’attente, puis le voyage…

« -Une simulation ? Il faut absolument que je vois le code ! C’était réaliste ?
-Presque plus réel que ce monde. Et on sent bien la douleur.
-La douleur ?
-Oui, je me suis pris une balle, à un moment, rien de grave… »

Léthias préféra passer sous silence ce qui s’était réellement passé durant son voyage. Il préférait garder cela pour lui. Ce qu’il avait vécu, il ne souhaitait à personne de le revivre.

« -Et donc ? C’est quoi l’embrouille avec le JEK ?
-Il n’existe pas. Du moins, pas au sens où on le connait.
-C’est-à-dire ?
-Que la mallette n’existe pas. En réalité, nous sommes dans le JEK. »

Les trois Gardiens eurent la même expression incrédule que Léthias quelques instants plus tôt, et l’Ombre ne put se retenir d’esquisser un petit sourire. Bien que lui-même ait encore du mal à y croire, il leur raconta ce qu’il savait, la raison d’être de ce laboratoire. Un gros, très gros Jardin d’Eden en Kit.

« -Et maintenant ? C’est quoi la suite ?
-On ne va surement pas tarder à remonter. Mais faudra faire gaffe, on risque d’avoir un comité d’accueil.
-En quel honneur ?
-Accessoirement, à cause des six maquisards que j’ai envoyé au tapis de l’autre côté. Ce truc est encore plus puissant que les HG-Flammeur. J’ai encore deux trois trucs à régler en bas, mais après, je pense qu’on pourra y aller. Eloïse, ne range pas ton matos tout de suite, j’aurai peut-être quelques trucs pour toi.
-Ça serait avec plaisir. »

Léthias souffla un grand coup, et la douleur le fit se plier en deux. Visiblement, il avait bien quelque chose de fêlé. Il expliqua brièvement ce qui lui était arrivé, et Volodia se leva, et revint quelques instants plus tard avec une boite de médicaments, qu’elle jeta à Léthias. Ce dernier l’attrapa, et la remercia d’un signe de tête. Le Gardien ouvrit la boite, attrapa deux comprimés, et les avala sans tarder. IL attendit un peu, avant que la douleur ne s’estompe, et se leva.

« -Bon, je redescends. Eloïse, reste en haut de la cage d’ascenseur. Éventuellement, si quelqu’un pouvait aller jeter un œil à l’étage du dessus, histoire de voir comment ça se présente…
-Je m’en occupe. »

Pendant que Joris retournait dans la première cage d’ascenseur, Léthias posa le pied sur les barreaux de l’échelle encore sortit du mur. Petit à petit, il descendit, jusqu’à se retrouver au niveau moins trois. Cette fois-ci, la porte resta ouverte derrière lui, tandis qu’il s’aventurait dans l’immense étage. Il jeta un coup d’œil aux capteurs de Calypse, qui semblaient l’épier éternellement. Léthias resta debout au milieu de la salle. Les portes menant aux labos sécurisés étaient encore ouvertes.

« -Bon, Calypse. Je vous signale que vous n’avez toujours pas ouvert le coffre-fort de l’autre côté. Et après, faudra qu’on parle. J’ai une proposition à vous faire. Et puisque vous avez déjà farfouillé dans les moindres recoins de mon esprit, je pense que vous pourrez assez vite savoir si je suis sincère ou non…
-Et pourquoi devrais-je ouvrir le coffre ?
-Au moins pour me remercier de tout ce que j’ai fait pour vous ? Je pense m’être rendu compte que les sentiments, ce n’était pas trop votre truc, mais s’il vous plait… Même s’il n’y a rien, ouvrez-le. Que je sois sûr de ne pas avoir enduré tout ça pour rien.
-Et si je refuse ?
-Dans ce cas je n’aurai plus rien à vous dire. Et je ne vous dirai pas ce qui me trotte dans la tête.
-En quoi y serais-je perdante ?
-Mais bordel, vous savez comme ça peut-être chiant de répondre à toutes vos questions ? Vous avez disséqué dans mon esprit, merde, alors vous devriez savoir que si je pense que cela vaut le coup que je vous propose un truc, ça vaudrait le coup de m’écouter ? Non ? »

Calypse ne répondit rien. Elle réfléchissait, et pendant ce temps, Léthias attendait…

_________________
Ad Astra, Per Aspera
Jusqu'aux étoiles, par des chemins ardus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: JEK 101   

Revenir en haut Aller en bas
 

JEK 101

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Autres Lieux :: Le Bois de Boulogne-