Partagez | 
 

 Noires Curiosités.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 681
avatar
Saint Vincent de Räzell
MessageSujet: Noires Curiosités.   Sam 20 Avr 2013 - 21:04

Noires Curiosités

(chronologiquement pour Saint-Vincent, ce RP se situe après sa fuite de Lutèce avec Marc Desbois, Arnold "H", et le Dealer de Nanterre)


Saint-Vincent revenait à Lutèce, seulement quelques semaines après sa fuite. Mais lors de son précédent passage précipité et sous pression, il n'avait pas eu le temps de rendre visite à une connaissance qui commençait à lui manquer. Athalia, l'agoraphobe à la voix d'ange, avec qui le saint avait partagé des moments d'intimité et d'insouciance qu'il n'avait jamais vécu auparavant. Une jeune fille qui avait su l'accepter et avait entrouvert la brèche de son coeur de pierre. Saint-Vincent avait aimé ce moment volé dans une vie vagabonde de vaurien. Mais il y avait quelque chose aussi, chez cette fille, qui intriguait le dealer. Une part de noirceur, peut-être. Bien qu'ils aient longuement parlé, il percevait une face cachée de la personnalité de celle qui l'avait accepté. Et d'ailleurs, quelle Lutécienne sans côté obscur aurait caché d'une patrouille de la FNF un homme qui serait entré par effraction chez elle par la fenêtre ? Aucune, évidemment. Il y avait quelque chose de mystérieux chez cette fille, mais le saint n'avait pas encore réussi à mettre le doigt dessus. Cette fois-ci, il y retournait, autant pour s'octroyer une pause dans sa vie et apprécier la présence d'une âme bienveillante, que pour résoudre l'énigme qu'était cette jeune fille à la fois réservée, forte et courageuse.

Passer le contrôle de la FNF à l'entrée fut la formalité stressante habituelle, mais ayant déjà été répertorié comme Louis Goupil, artisan récupérateur, tout se passa bien. Il obtint l'autorisation d'entrée ponctuelle dans la Cité.

Une fois à l'intérieur, le saint resta, comme toujours impressionné par cette paix apparente dans cette ville sous surveillance, eldorado des Survivants des Terres Désolées qui souhaitent obtenir la citoyenneté pour y vivre en sécurité, dans les immeubles reconstruits de Paris. Tout était si propre, bien loin de la crasse et de la violence des wagons-villes de Métropolitopia. Tout dans Lutèce donnait l'impression d'être dans un endroit où l'on pouvait vivre sans aucun soucis. En tout cas, les soucis ici étaient bien différents de ceux des Survivants à l'extérieur des murs. Plus superficiels. On en oubliait presque que quelques semaines plus tôt, Lutèce était en état de crise, menacée par le forces du Maréchal de Nanterre, et que la FNF avait vécu une victoire au goût amer de défaite.

Le saint continua à se déplacer dans la ville, parmi les passants, jusqu'à arriver devant la porte de l'immeuble d'Athalia. Il entra et monta les escaliers jusqu'au dernier étage, où elle vivait. Il jeta un coup d'oeil amusé dans l'appartement mitoyen, auquel il manquait désormais une vitre, et sourit en se souvenant de son bricolage approximatif.

Il tendit l'oreille, à la porte, pour tenter d'entendre ce que faisait la jeune fille. Ça commençait maintenant, pour tenter de percer le secret de la douce Athalia. Il entendit une douce mélodie et des bruits de pas, légers, diffus. Elle était là. C'était déjà une bonne nouvelle. Il attendit ainsi devant la porte quelques minutes, et quand il fut certain qu'elle était seule, prise par ses occupations oisives, il toqua à la porte.
Les pas s'arrêtèrent, et seule la musique continuait. Le Saint recula son oreille de la serrure pour se redresser dans le couloir en face de l'accès à l'appartement, pour être vu à travers le judas de la porte. Il attendit qu'elle lui ouvre.
Après quelques secondes, la porte ne s'étant toujours pas ouverte, et aucune question n'ayant été adressé par la jeune fille au visiteur, il frappa de nouveau trois coups.
- Athalia ?

_________________
Thèmes Musicaux

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Ville IRL : Nancy
Inscription : 02/09/2012
Messages : 52
avatar
Athalia Thaal
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Sam 20 Avr 2013 - 21:40

- Athalia?

Les yeux ronds comme des billes, la jeune femme était restée figée devant la porte d'entrée en entendant les premiers coups à sa porte. Sa famille griffait le bois pour signifier que c'était eux, donc ce n'était personne de connu... Athalia n'attendait personne, mais quelqu'un voulait la voir...
Son prénom prononcé doucement dans le couloir réveilla un doux souvenir en elle, son coeur la poussa en avant. Mais comment être sure que c'était bien lui... Après tant de temps...

La jeune femme tendit sa main engourdie vers la poignée de la porte qui la séparé de son ex réfugié. La respiration était retenue, il fallait que ce soit lui et pas un autre car elle n'avait pas prévu de plan d'attaque dans l'immédiat...

Des mois... Oui, des mois interminables qui l'avaient lancée dans une épreuve à laquelle la phobique s'était préparée. Alors que Lutèce subissait un sort qui lui avait totalement échappé, la jeune femme s'était forgée une raison, se berçant dans le confort d'un souvenir avec cet homme, des moments dont elle s'était délectée jusqu'à la moelle. Le temps des moments rassurants étaient finis. Il avait fait le tour de son intérêt pour elle, il était parti sans chaîne à la cheville. Il avait bien fait avant qu'elle ne le dégoûte.

Et c'était cette douce illusion qui fit lui battre, aussi intensément, son coeur ce jour où elle ouvrit la porte pour dévoiler son démon délicieux. Athalia souriait comme jamais en le voyant, là, dans son couloir. Ses yeux pétillaient pour graver le reflet de son Saint dans sa corné.
Un poids se brisa sur son coeur, il se retrouva alléger du fardeau que la jeune femme ne voulait pas admettre. Alors libérée, Athalia s'envola dans ses bras.
Le temps se figa, son corps étaient des câbles haute tension plongés dans une grande bassine d'eau.


- Tu ne m'as pas oublié.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fract.org
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 681
avatar
Saint Vincent de Räzell
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Sam 20 Avr 2013 - 22:09

Le battant de la porte s'ouvrit, et Athalia apparue au Saint. Elle le regardait avec affection, et il sentait l'amour qu'elle lui portait. De ses yeux aux cernes noires, il répondit à son regard. Déjà, il y avait quelque chose dans sa tête qui agissait comme une drogue sur lui. Il se sentait bien en la regardant, et sa garde se baissa presque instantanément pour contempler le visage de la jeune fille, tellement plus jeune que lui ... Il n'y avait plus qu'elle. Il avait oublié à quel point elle était d'une beauté ensorcelante.

Elle était si amoureuse de lui que ça crevait les yeux. Lui, il ne savait pas trop s'il partageait ce sentiment qui lui était inconnu. Il avait du mal à savoir ce qu'était l'amour. Mais il la trouvait désirable, et la voir l’apaisait et lui procurait l'impression d'être heureux, oubliant ses tracas, et les nombreuses fois où la mort avait failli l'emmener depuis la dernière fois qu'il l'avait entrevue. Il aurait sans aucun doute put obtenir de cette fille éperdument amoureuse de lui tous ce qu'il voulait, et satisfaire ses appétits sexuels, mais il préférait garder ça pour les catins du Métropolitain, n'osant pas profiter de la jeunesse et de l'innocence de cette Ange. Non. Il pouvait la posséder, mais il ne voulait pas que cette fille ne soit qu'un vulgaire puits qu'on visite quand l'envie nous taraude. Elle lui donnait plus que ce que personne d'autre ne lui avait donné, humainement. Elle ne lui donnait pas autant que ses drogues, mais elle lui donnait plus que n'importe quel être humain.
Elle se jeta dans ses bras, et le Saint fut surpris par sa spontanéité, mais enlaça finalement tendrement la frêle jeune fille dans ses bras maigres mais pourtant forts. L'étreinte dura un bon moment.

- Tu ne m'as pas oublié.
- Difficile de t'oublier.


Il la repoussa légèrement pour regarder son visage à nouveau et esquissa un sourire léger en qui illumina son visage fatigué. Quelques mois s'étaient pourtant écoulés, et tant d'aventures étaient arrivées au saint ... Ils restèrent en silence un moment face à face, à quelques centimètres l'un de l'autre, se regardant pour s'imprégner l'un de l'autre après si longtemps. Le saint était à la fois comblé de retrouver le jeune fille, et gêné par sa longue absence. Il ne savait pas trop comment agir pour ne pas passer pour l'égoïste goujat qu'il était. Un baiser aurait-il été de trop ? Tant pis, il fit glisser ses lèvres dans le cou de la jeune fille et l'embrassa doucement.
Après quelques baisers dans son cou à l'odeur sucrée, il demanda finalement à la jeune fille, avec un sourire bienveillant :

- Tu m'invites pas à rentrer ?

Elle rompit l'étreinte, et ouvrit la porte plus grande, et le dealer s'y engouffra.
- Je t'ai manqué ? J'espère que tu n'étais pas trop inquiète ... commenta le dealer en arrivant dans le salon qu'il commençait désormais à connaître et à apprécier pour sa quiétude et son aspect rassurant.

_________________
Thèmes Musicaux

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Ville IRL : Nancy
Inscription : 02/09/2012
Messages : 52
avatar
Athalia Thaal
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Sam 20 Avr 2013 - 22:52


Ses lèvres chaudes dans son cou blanc, rassurèrent Athalia. Comment avait elle put vouloir oublier cette drogue charnelle pour se ménager? C'était une belle connerie. Ses bras serraient un peu plus fort celui qui faisait battre son coeur. Oui, elle en était amoureuse.
Ca venait d'apparaître clairement dans son esprit. Ses vertiges quand Vincent la touchait, son manque maladif connaissant le danger de l'extérieur...
C'était donc ça aimer. Tenir à quelqu'un plus que son être sans vouloir l'emprisonner, quitte à souffrir si son souffle ne caresse pas sa nuque quand les rayons du soleil brûlent le tissus des rideaux, quand le jour se lève.
La jeune femme redescendit de son nuage quand son gardien lui parla.


- Si, bien sur, entre.

Elle le laissa passer, referma la porte sa épier le couloir pour s'assurer qu'il n'y avait personne d'autre.
Les verrous cliquetaient en canon.
Le drogué s'était dirigeait dans le salon avec cette familiarité qui la rassurait. Sur ses pas.


- Que me vaut ta visite? Tu vas bien? Tu as besoin de quelque chose?

Athalia passa devant lui, s'assit sur le dossier de son canapé.
Un joint, à moitié roulé sur la petite table en bois du salon, montrait l'activité de la jeune femme avant que le Saint n'arrive.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fract.org
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 681
avatar
Saint Vincent de Räzell
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Sam 20 Avr 2013 - 23:43

- Que me vaut ta visite ? Tu vas bien ? Tu as besoin de quelque chose ?
- Non, rien de spécial, tout va bien ... J'avais juste envie de te voir ...
répondit évasivement Vincent.

Il prit place auprès d'elle sur le canapé, pendant qu'elle finissait la conception d'un cône qui n'attendait plusq u'un coup de langue pour être fumé.

- Tes plantes continuent de bien pousser ... constata le dealer, appréciant la qualité des pieds de cannabis. Tu te fais plaisir toute seule je vois, enchaîna t-il innocemment, sans même se rendre compte du sous-entendu que sa phrase contenait. Il lui fit un sourire.

- Et toi ? Tout va bien ? Comment est la vie, en ce moment à Lutèce ? J'suis pas mal intéressé par la situation dans les rues et dans les forces militaires, depuis Nanterre ...
Le Saint s'était retourné vers elle, en attendant qu'elle lui passe le joint qu'elle allumait, en même temps qu'elle lui répondrait.

_________________
Thèmes Musicaux

Spoiler:
 


Dernière édition par Saint Vincent de Räzell le Dim 21 Avr 2013 - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Ville IRL : Nancy
Inscription : 02/09/2012
Messages : 52
avatar
Athalia Thaal
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Dim 21 Avr 2013 - 17:18

Athalia pivota sur le dossier du canapé pour descendre sur les coussins moelleux. Elle reprit la confection de son spliff avant de le brûler.
Elle retenait son sourire quand il lui avoua être venu rien que pour elle.
Un coup d'oeil à sa petite forêt tropicale derrière elle, dans un coin prés de son bureau.
Ses différentes plantes se faisaient dorer la feuille au soleil, caressées par l'air qui entrait par la fenêtre entrouverte.


- Oui, je les bichonne. J'avoues être assez contente de moi.

Elle sourit à sa remarque. En effet, la jeune femme se faisait bien plaisir...

- Si tu veux, je te ferai un petit paquet d'herbe.

Une nouvelle taff, le cône fut tendu au drogué.
Athalia n'avait toujours pas avoué son agoraphobie à Vincent... La question posée sur la situation de Lutèce la fit grimacer...
Elle était mal placée, cloîtrée dans son appartement à contempler, entre les lattes de ses volets, les fourmis armées dans les rues.
Ses parents lui avait expliqué, en gros, la situation pour la rassurer.


- Je vais bien. Les rues se sont calmées, les gens étaient un peu affolés pour toute cette affaire... Tu as vécu tout ça comment, toi?

Athalia ne pouvait en dire plus... A moins d'en inventer la moitié.

- Tu veux boire quelque chose?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fract.org
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 681
avatar
Saint Vincent de Räzell
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Dim 21 Avr 2013 - 19:38

- Tu veux boire quelque chose ?
- J'veux bien, oui,
répondit l'homme en tirant une deuxième fois sur la cigarette aromatisée. L'effet n'allait pas tarder à agir sur l'organisme, détendant les muscles, atténuant le temps et la pensée dans une déformation étrange.

- Si tu veux, renchérit le Saint pour répondre à la première question d'Athalia, j'ai vécu c't'affaire de suffisamment près pour que ça ait failli m'tuer. J'étais pas sur le champ de bataille, mais on a assez morflé, en gros. Enfin, c'est pas super intéressant, j'vais t'épargner mes histoires persos, ça doit pas te tenter ... J'ai entend dire que la FNF avait un nouveau héros qui faisait l'unanimité ici. Un beau mâle, si je n'm'abuse ... La tentation a du être forte ... termina t-il avec un sourire en coin, taquin.

Le Saint provoquait un peu, il aimait bien prêcher par l'inverse, et maintenir une tension dans la séduction. C'était souvent une technique efficace avec les femmes. enfin ... la rumeur disait que ce héros - dont le saint avait oublié le nom - était bel et bien le phénomène Lutécien des dernières semaines. La réputation du soldat avait même franchis les murs de la ville et circulé à travers les Terres Désolées. Un homme qui sauve Lutèce seul face aux griffes malveillantes des psychotiques ... Y a eu matière à propagande.

- Comment il s'appelle déjà ? J'ai vraiment une sale mémoire des noms ... On entends ça dans les histoires, dans les rues de métrop', tu sais c'que c'est ...

_________________
Thèmes Musicaux

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Ville IRL : Nancy
Inscription : 02/09/2012
Messages : 52
avatar
Athalia Thaal
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Dim 21 Avr 2013 - 20:32

Un beau mâle, si je n'm'abuse ... La tentation a du être forte ...

"Beau mâle", après avoir feuilleté des magasines de midinettes et de femmes, en adéquation avec leur génération et leur tour de taille, hors d'âge, Athalia avait put se faire un opinion sur les critères de beauté de ces femmes.
Et à en regarder Saint Vincent, ceux de l'agoraphobe n'étaient pas vraiment les même.

Elle se leva, allât dans sa cuisine toujours à l'écoute de son ange. Elle sortit deux Nuka cola du frigo avant de revenir auprés de lui. les capsules volèrent sur la table.
Sa mémoire fut fouillée de fond en comble... "Fra... François... Non... Francis Berthaux? .... Raah mince... Maman me l'a dit pourtant...


- Francis Mervault!
...
Francis Mervault.
Tiens.


Elle se laissa tomber en tailleur près de lui.

- Il va vite se trouver une femme alors, s'il a autant de succès auprès des femmes.
Ce qui m'importe, c'est pas si ses cheveux reflètent bien le soleil, mais que toi tu t'en sois sorti dans tout ça...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fract.org
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 681
avatar
Saint Vincent de Räzell
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Ven 26 Avr 2013 - 12:41

La jeune femme hésita, mais se rappela finalement le nom du Héros de la FNF. Le Saint mit le temps de latence sur un trouble de la mémoire du au pétard, et n'insista pas plus. Elle cachait quelque chose, c'était évident, mais le Saint ne parvenait pas à mettre le doigt dessus. Qu'est ce qui pouvait être sous la carapace de cette jeune fille, qui ne disait jamais plus de mots qu'il n'en fallait lorsqu'elle s'exprimait ? Le Saint sentait bien, par instinct, que la fille avait surement un lourd fardeau en elle, une rupture. Vivre au cœur de la FNF, avec tous ses contrôles, ses patrouilles, et cette ambiance qui faisait penser à une junte militaire, à une dictature totalitaire plus qu'à une démocratie républicaine ... C'était déjà un lourd fardeau, et le Saint comprenait finalement que la jeune femme fut toujours obligé de bien peser ses mots pour ne pas trahir ses pensées.
Elle lui tendit un Nuka Cola qu'il prit avec plaisir. En faisant levier avec son briquet, il fit sauter la capsule qui alla rouler sur le tapis du salon. Il but une gorgée.
- Il va vite se trouver une femme alors, s'il a autant de succès auprès des femmes.
Ce qui m'importe, c'est pas si ses cheveux reflètent bien le soleil, mais que toi tu t'en sois sorti dans tout ça... continua son amie.


Ah, la charmante fille ! Elle semblait s'inquiéter véritablement. Mais pas seulement, pensa le Saint en tirant sur le joint. Il tapa la cendre dans le cendrier sur la table de salon, et le fit repasser à Athalia, qui était revenue se jucher comme un petit marsupial sur le dossier du canapé un peu usé. Elle ne semble pas s'émouvoir plus que ça du succès de la FNF, ni même de la propagande sur son héros national ... Si elle disait ça à un soldat de la FNF, ou même à un simple Lutécien quelconque, je suis persuadé qu'on la verrait d'un mauvais œil ... Le Saint percevait une certaine hostilité, bien que très retenue, de la jeune fille envers la ville qui l'abritait. Cela se laissait entrevoir dans l'emploi des mots, inconsciemment. Ou peut-être se faisait-il des idées ?

- Comment c'est, d'vivre ici ? demanda brusquement le Saint. Avec toutes ces patrouilles, ces gens qui guettent les ennemis intérieurs, la méfiance des voisins et des habitants les uns envers les autres ? Je sens bien, à chaque fois que je viens, même avec mon faux nom et mon faux passeport, comme les gens regardent avec un air mauvais les étrangers qu'ils n'ont aps l'habitude de voir.

Il se leva et se dirigea vers la fenêtre, son Nuka-Cola à la main. Il écarta le rideau et regarda les rues que la fenêtre dominait. Il esquissa un sourire. C'était cette fenêtre qu'il avait cassé. En dessous, il y avait l'escalier de secours en fer forgé. Dans les ruelles toutes proches, il n'y avait presque aucun passant. C'étaient les petites ruelles, de petites artères du système central urbain. Elles étaient peu fréquentées. un peu plus loin, on distinguait pourtant la rue principale de Lutèce, et les fourmis humaines qui s'y pressaient. Et plus loin, derrière les hauts murs d'enceintes lourdement protégés de la ville, dans les Terres Désolées, on pouvait distinguer la Tour Eiffel. C'était une vue magnifique, en vérité.

_________________
Thèmes Musicaux

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Ville IRL : Nancy
Inscription : 02/09/2012
Messages : 52
avatar
Athalia Thaal
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Mar 7 Mai 2013 - 9:42


- Il suffit de se montrer sans intérêt. Et mes parents sont bien vus donc ça aide. Et puis c'est toujours plus agréable que métropolitopia.

La jeune femme s'était tourné vers le saint, une main portée à sa nuque à l'instant où elle avait parlé de la ville souterraine... Un mauvais souvenir qui la renforcait dans sa peur de l'extérieur.

- La méfiance est partout mais il y a moins de coupes gorges ici qu'en dehors de Lutèce non?

Athalia s’enfonça dans son canapé, son regard tourné vers le drap, aucune vidéo pour lui chatouiller les fibres de coton.
Son coeur battait fort, la honte de sa peur, sa peur de mourir, mourir d'amour pour lui, au point de vouloir se mettre à nue.
La brune se ravisa, elle tira le plus fort possible sur le joint trop doux.


- Tu vis où? Tu vis seul? T'as jamais eu peur?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fract.org
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 681
avatar
Saint Vincent de Räzell
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Mar 7 Mai 2013 - 12:44

Le Saint remarqua qu'Athalia se frotta la nuque, comme un toc pour se protéger, quand elle parla de Metrop'. Il se demandait ce qui pouvait la gêner. Elle semblait s'être habitué à la propagande, préférant vivre en esclave de la société, mais en sécurité, plutôt qu'en femme libre mais condamner à la précarité et à la lutte quotidienne pour la survie. Il trouva ça étrange ... Même honteux. Il ressenti de la pitié, mélangée à une sorte de dégoût vague, pour cette jeune fille qui semblait préférer subir sa vie plutôt que de l'empoigner à bras le corps. Mais il tenta de trouver des excuses à celle qui l'hébergeait.
Il y avait de la force en elle, et du courage. Il le savait. Sinon, pourquoi l'aurait-elle sauvé et aidé quand l'occasion s'était présentée ? Pas pour ma gentillesse, en tout cas ... pensa t-il sombrement, en se rappelant la façon dont il l'avait maltraité. Mais il n'y avait aucune confiance, en elle. Il fallait lui faire comprendre la force qu'elle avait. Cette jeune fille aurait fait n'importe quoi pour peu qu'on lui crie dessus un peu fort, songea le Saint en se souvenant comme elle avait rapidement capitulée face aux menaces. Dehors, elle n'aurait jamais pu survivre libre, toute seule. Comme tant de gens. Comme le Saint lui-même, d'ailleurs. Elle serait devenu une esclave comme lui était devenu un larbin du Trident. Esclave ici ou ailleurs ...

Le Saint philosopha intérieurement sur la condition de l'Homme et son rapport à la liberté et à la survie ... Ses réflexions étaient moroses et pessimistes, et son visage se changeait en un masque sans humanité, froid.
- La méfiance est partout mais il y a moins de coupes-gorges ici qu'en dehors de Lutèce, non ?

Résolu à s'exprimer, il répondit d'une voix froide pour exposer le fond de sa pensée, et même s'il la vexerait et la jugerait, ce qui devait être dit devait être dit.
- Tu sais, ici, tu n'es pas libre. Tu es enfermée dans ton appartement, enfermée dans une ville gardée, entre de hauts murs, et ton seul lien avec l'extérieur, c'est ce que tu vois par cette fenêtre. C'est pas mieux qu'une prison. Nous sommes tous condamnés à vivre, ou dans l'adversité, ou dans l'ignorance et l'obscurité de la captivité. Et même si vivre libre est difficile, il faut toujours tendre vers ce but, pour ne pas être que des ombres.
Dehors, il est plus facile de vivre et laisser vivre que de tuer. La seule loi, à l'extérieur, c'est œil pour œil, dent pour dent. Quand on tue, il faut pouvoir assumer de subir la vengeance de quelqu'un d'autre et de mourir à son tour. Quand on vole, il faut s'attendre à être volé à son tour. La vengeance régie le monde extérieur. Et je t'assure qu'il est plus facile de rester dans le droit chemin que de sombrer dans la violence.

Il reprit son souffle.
Bien sur, y a des cinglés, dehors. Et on l'est peut-être tous, un peu, mais c'est nécessaire pour survivre. Les faibles ne survivent pas dehors. Mais même si tu crois être trop faible pour voir ce qu'il y a hors des murs de Lutèce, je t'assure que tu es assez forte pour t'y aventurer ...

Athalia s'enfonça dans le canapé, fuyant du regard le Saint et sa rhétorique malsaine et positive à la fois. Elle semblai plongée dans ses pensées, et le silence commença à devenir lourd. Elle fuma une énorme bouffée de cannabis.

- Tu vis où ? Tu vis seul ?
- Je vis ... ici et là ... Un jour à Métropolitopia, un jour dans les appartements abandonnés des ruines de la ville ... Un jour chez mes clients ... Je vis seul, oui, mentit-il, passant sous silence son association de malfaiteurs et son quartier général, je suis un solitaire. Mais j'ai des connaissances, des amis, qui me doivent des dettes d'honneur ou d'argent ... Les contacts avec les autres fait que je m'en tire toujours. Et pourtant, je suis pas vraiment ... sociable. Mais mon activité m'emmène à rencontrer pleins de gens ...
- T'as jamais eu peur ? lâcha Athalia comme un coup de pelle dans la face du Saint.
Ce fut à son tour de faire le silence, cette fois. Il pensait à toutes ces choses qui le terrifiaient, la parnoïa qui le maintenait toujours sur ses gardes, même dans cet appartement censé être sécurisé, la crainte constante de se faire trouer par un client toxicomane qui n'aurait pas assez de capsules pour acheter sa dose vitale, mais qui en aurait assez pour acheter une balle, l'angoisse étouffante des voyages dans le Metro ... Mais il était préparé au danger. C'était une condition naturelle. Et du coup, ce n'était pas vraiment comme s'il avait peur. Il était juste ... prudent. Et il envisageait toujours le pire, dans un coin de sa tête, même s'il tentait de ne pas y penser plus que nécessaire.
- Si, répondit-il finalement. Si bien sur que j'ai déjà eu peur, avoua t-il d'une voix sans honte. Mais c'est normal d'être sur ses gardes. Comme je te le disais, c'est la jungle, dehors. Il faut faire attention à tout. Un cinglé peut te tirer une balle parce que tu portes des chaussures et lui pas, et qu'il trouve tes pompes stylés. Il faut rester sur ses gardes. Mais il faut pas être possédé par ses peurs. J'essaie toujours de pas y penser. Les autres personnes, ou choses, ou bêtes, que tu peux voir dehors, sentent la peur. Si tu as peur ....

Ils te tueront
, pensa t-il sans le finir sa phrase à voix haute.

_________________
Thèmes Musicaux

Spoiler:
 


Dernière édition par Saint Vincent de Räzell le Mar 7 Mai 2013 - 16:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Ville IRL : Nancy
Inscription : 02/09/2012
Messages : 52
avatar
Athalia Thaal
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Mar 7 Mai 2013 - 13:30


Sans équilibre, l'amour-propre
Fait que je tiens debout


- Si j'ai peur, je crève?

Lâcha t-elle.

Elle se retourna pour le regarder. Il était si malsain, le mal était chez elle et Athalia aimait ça... Il avait des mots forts mais magiques et cacher les détails de sa vie. Il était son lien avec l'extérieur, lui proposait de vivre vraiment... Pourtant c'était ce qu'elle faisait déjà. Sa famille, ses deux amis, ses passions, sa routine. C'était vivre. Dans une cage dorée, mais sa cage que la jeune femme avait forgé elle même.

La brune se leva et s'avança vers lui.


- Pour toi vivre c'est éviter la mort à chaque détraqué que tu sème ou tue?
C'est gratter un jour de plus à ton horloge vitale? Regarder la cendre voler à chaque coup de vent? Faire les poches d'un mec qui à fait un peu trop sentir sa peur à celui qui à prit sa vie?
Je suis d'accord que... Découvrir ce qu'il y dehors est important, mais si c'est pour fouler la merde des autres j'vois pas où est l'intérêt.

Mon agoraphobie me tétanise quand je passe la seuil de la porte de l'immeuble. Je n'ai vu que du sang, de la haine dehors.
Chez moi, avec mes plantes, mes films, mes livres, je vois ce que c'est vraiment la vie. Ce que la Terre a engendré.
Comment les populations étaient. Les traditions, les échanges, la beauté de la musique.
J'apprends ce que doit être une vie.
L'extèrieur aujourd'hui, c'est un pâle ersatz de l'humanité normale.


La brune regardait par la fenêtre, les lieux qu'elle aimait imaginer aux temps des beaux jours heureux.

-Je suis sortie de chez moi, il y a plus d'un mois. Une résolution idiote, prise au lever du soleil.
J'avais décidé, ce jour là, de combattre ma phobie de merde.
Je suis sortie de Lutèce pour aller au bois, pour trouver des racines.


Son visage se tourna vers Vincent, elle reposa une main sur sa nuque.

Je me suis réveillée dans une caisse puante, une épingle à mon cou avec une étiquette où figurait mon prix à Métropolitopia...
Alors oui, j'préfère rester cloîtrer dans ma connerie.


Tout était dit. Elle risquait de le perdre, aussi pitoyable qu'elle était. Au moins Athalia jouait franc jeu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fract.org
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 681
avatar
Saint Vincent de Räzell
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Sam 11 Mai 2013 - 0:49

A sa grande surprise, le Saint assista au craquelage de l'écorce protectrice qui entourait la jeune fille. Il écouta avec attention tout ce qu'elle avait sur le cœur, sans l'interrompre. Il se demanda si elle n'inventait pas. Elle semblait si renfermée ... Mais il isola cette idée : elle semblait vraiment sincère et affectée par sa mésaventure. Il nota son regard nostalgique lorsqu'elle regarda par la fenêtre ; il nota son ton réprobateur quand elle critiqua par des questions aux allures d'accusations les propos du saint ; il nota sa main sur sa nuque, comme un tic nerveux pour se protéger du traumatisme qu'elle confiait.
Et elle était vraisemblablement amoureuse de lui. Dès lors, le doute n'était plus permis. Elle racontait vraiment ce qu'elle était, ce qu'elle avait vécu.

Le Saint aurait pu lui rétorquer que la vie n'a un prix que si l'ombre de la mort plane sur nous. Il aurait pu parler de l'adrénaline du larcin et du danger imminent, de la philosophie du funambule, toujours en équilibre sur le fil. Ou encore de la joie indescriptible de la défonce extrême.
Il aurait pu rétorquer qu'une seule mauvaise expérience du dehors ne signifiait pas la pourriture de toute l'Humanité, même s'il aurait eu lui-même du mal à croire à cet argument. Il aurait pu interroger la jeune fille sur la suite de l'histoire : comment s'en était-elle tirée ? N'y avait-il pas eu une personne honorable qui l'avait sauvé de son destin funeste ?
Il aurait pu rétorquer, de même, que vivre dans le passé, c'est se condamner à ne plus vivre dans le présent ni l'avenir. Il aurait voulu ui faire comprendre que vivre, véritablement, c'était être dans l'instant présent, et ne se soucier de rien d'autre.

Mais il n'en avait soudain plus l'envie, et le désir d'avoir immanquablement raison dans sa logique noire céda face à la tristesse et à la détresse de la jeune fille. Un sentiment nouveau fleurissait en lui. L'empathie. Et la culpabilité. Il s'en voulait d'avoir jugée cette frêle petite souris sans vraiment la connaître.

Sans dire aucun mot, il s'approcha doucement de la jeune fille, aux yeux humides d'avoir ressassés les mauvais souvenirs, et il l'enveloppa dans ses bras maigres avec une tendresse étrange et inhabituelle au personnage.

Il la tint serrée contre lui un instant, pendant que le joint s'éteignait sans un bruit dans la main frêle et féminine. Quelques longues minutes passèrent sans qu'il ne prononçât un mot, ressentant, étrangement, tous les sentiments d'Athalia, blottie contre lui. Il avait l'impression de lui communiquer sa force mieux que par n'importe quel discours. Elle s'abandonnait dans ses bras, et il la serrait tendrement, unissant leurs deux corps dans une étreinte où chacune de ses deux âmes torturées retrouvaient un peu de réconfort. Le visage contre la joue l'un de l'autre, le Saint s’imprégnait de l'agréable odeur de sa peau.

Après cet instant précieux, il écarta sa tête du cou de la jeune fille, et la prit par les épaules, jetant son regard métallique dans ses yeux noisettes. D'une voix douce, presque un murmure, il prononça des mots qui sonnaient comme du miel.

- J'ignorais tout ça ... Je ne pouvais pas savoir ... Tu sais ... Si un jour ... Enfin ... Si un jour tu veux ressortir, pour vérifier s'il ne reste pas un peu de beauté, dehors ... Tu peux être sure que je serais avec toi, et que je te protégerai.

Comme il se sentait con. Il n'avait jamais prononcé un truc ayant aussi l'air niais. Enfin, si, sans doute, plein de fois, même. Mais cette fois, il se sentait vraiment con, parce qu'au fond, il le pensait vraiment. Il se maudirait s'il s'attachait trop à cette fille. Et pourtant, il ne pouvait totalement ignorer que l'agoraphobe fragile éveillait en lui plus qu'un simple désir sexuel. Il ne pouvait se mentir à lui-même. Tout ça le mettait mal à l'aise, et il avait l'impression désagréable de bredouiller des insanités d'une banalité affligeante, qu'Athalia balayerai d'un revers de main.

_________________
Thèmes Musicaux

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Ville IRL : Nancy
Inscription : 02/09/2012
Messages : 52
avatar
Athalia Thaal
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Dim 9 Juin 2013 - 16:13

Son sac venait d'être vidé. Elle lui avait tout avoué... Tout. Même l'amour trop passionné qu'elle porté au toxico et à son insu. Athalia ne se rendait pas compte que ça pouvait la rendre encore plus vulnérable face à lui.
Dans ses bras, ses pensées noires se faisaient absorber, elles quittèrent son esprit pour recevoir une paix chaleureuse, celle que lui insufflait Saint Vincent.
Une aura l'enveloppa, sa cicatrice ne la brûlait plus. Son esprit engourdi, la brune n'y pensa plus.

Un inspiration profonde.


- Très bien. Je prendrai le stock de jaja... Ça m'aidera...

Athalia lui sourit, se voulant plus optimiste pour lui. pour elle un peu.

- Tu reste pour la nuit? Ou tu passe en coup de vent?

Les parents de la brune étaient passés plus tôt dans la journée, la jeune femme allait donc être tranquille chez elle. Elle reporta ses yeux sur ses mains, prit celles de celui qu'elle aimait.
Elle le sentait bizarre, troublé.


- Si tu reste... Tu me peux m'en montrer... Des anges...

Les pieds dans le plat, la chute en parachute sans parachute... La requête risquait de mal passer ou alors que trop bien. Athalia redoutait un peu, mais la communion que Vincent lui avait expliquée, cette communion divine lui piquait sa curiosité.
Ca pouvait servir aussi de thérapie, se dit elle, pour se donner une raison. Et le connaitre un peu mieux. Ils étaient intime ces deux là mais à quel point?
La brune ne savait pas si elle pouvait dire qu'elle avait une relation amoureuse avec lui.
L'officialiser risquait de refroidir le vagabond qu'était le saint et elle, se sentir mal. Comme le tenir en laisse et c'était pas vraiment ce qu'elle voulait.
L'agoraphobe admirait la liberté et la prise de risque de son bien aimé. Un lit différent chaque nuit, mais toujours les même étoiles comme couverture.
Il sentait l'air frais, la fumée, la violence et le dédain pour ce qui l'entravait. Tant de choses inconnues pour elle, mais un reflet net de son idée de la liberté.
Ses pensées bousculèrent ses paroles dites plutôt. Sur le recul qu'elle avait à sortir dehors et le bien qu'on pouvait y chiner.
Mais elle admirait sans modération ceux qui affrontaient tout la merde de dehors. Et Saint Vincent était un bel exemple. Il dévorait autant l'extérieur que son être intérieur avec ce qu'il appelait: "les anges".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fract.org
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 681
avatar
Saint Vincent de Räzell
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Jeu 13 Juin 2013 - 16:59

Après une inspiration qui semblait être nécessaire pour réunir son courage, Athalia céda finalement, et le Saint exulta intérieurement, vivant cela comme une grande victoire. La jeune fille éprouvait de l'amour pour lui, c'était évident. Un amour puissant, pour qu'elle renonce à la sécurité de sa cage dorée et se précipite à ses côtés vers la vie libre des battants. Le Saint appréciait l'intelligence naïve de celle qu'il visitait régulièrement. Elle se rendait parfaitement compte à quel point le Saint pouvait être le Mal. Pourtant, son côté noir attirait sa pureté inexorablement. La curiosité se transformait pour virer à l'obsession de la compréhension. Le saint la tenait dans le creux de sa main. C'était là l'enseignement des Anges : posséder ses semblables par le sexe, la drogue, l'amour; la peur et l'espoir ...
Tant de sentiments, tant de sensations. Avec toujours un joli côté pile brillant et un affreux côté face rouillé. Vincent savait retourner la pièce au gré des situations pour maintenir sous sa coupe les gens et conserver quelques coups d'avance sur chacun. Et un jour, avec assez de patience et de foi, Prosper Médéric sera sous sa coupe, comme tout le reste du monde.


- Tu restes pour la nuit? Ou tu passes en coup de vent?


Le Saint, les yeux fermés, esquissa un sourire satisfait – presque inquiétant sur son visage aux os saillants – à la demande implicite de la la jeune femme de partager une nuit avec lui. Une nuit qui s'avèrerait riche en expérience, et qui soumettrait à jamais le cœur de la charmante brune à la peau diaphane à une passion dévorante pour le vice et l'obscurité. L'initiation commencerait en douceur, jusqu'à l'explosion sensorielle, la libération spirituelle et physique, la vénération des Anges de Lumières, et la confiance aveugle envers leur porte-parole mystique, le Saint.


Elle prit ses mains osseuses dans les siennes, petites et douces. Il la trouvait séduisante. Elle le sera encore plus lorsqu'elle me rejoindra parmi les damnés, pensa t-il. Pour moi, elle sera prête à tout. Elle sera une disciple fidèle et dévouée, en qui je pourrais avoir toute confiance. Ma première disciple. La première fois est toujours la plus importante, et ce quel que soit le domaine auquel on rattache ce dicton.


- Si tu reste... Tu me peux m'en montrer... Des anges...


C'était bon. C'était fait. Le Saint fut d'abord muet un instant, presque surpris de ne pas avoir eu à apporter lui-même la proposition, insidieusement, dans l'esprit de la jolie brunette. Pouvait-il vraiment être si fascinant pour Athalia qu'il n'ait plus besoin de se battre pour la convertir en douceur ? Était-elle déjà épris d'un amour si puissant et aveugle qu'elle se laisse choir complètement les yeux fermés dans l'étreinte douce du Saint et des Anges ? Si elle ne l'était pas encore, elle le serait très probablement le lendemain matin. Sa proposition ne contrariait pas ses plans, bien au contraire ; même si, alors qu'il comptait l'initier à la drogue le soir même, l'impulsion inversée d'Athalia le pris de court et le fit s'interroger un moment sur la pertinence de l'initiation de façon trop précipitée. L'initiation ne se réclame pas. Elle se mérite. Mais un initié qui n'a pas peur de sauter le pas ... Voilà un initié qui appréciera à sa juste valeur la découvert des nouveaux horizons spirituels et sensoriels.


- Je pourrais t'en montrer, oui. Nous allons passer la nuit a les chercher ensemble, ma jolie brune. Tu seras mon amante et ma disciple.
Et il l'étreignit dans ses bras à nouveau, sa tête venant se mettre sur son torse.
- Plus rien n'aura d'importance que nous deux, seuls contre tous. Je sais que tu es prête pour ça. L'extérieur ne t'effraieras plus jamais quand tu auras dompter ton intérieur.


Le Saint souriait, serein et confiant, et au fond de ses yeux, l'étincelle de l'intelligence brillait. Elle serait comme lui, et rien ne pourrait les désunir.


* * *
Spoiler:
 
 
La soirée commença paisiblement. Le Saint défendit formellement de manger quoi que ce soit, ni de boire autre chose que de l'eau, durant les deux heures qui précédèrent le test. Il insista sur l'importance à la fois physiologique et psychique du jeun avant la première rencontre avec les Anges. Si les choses venaient à mal tourner, et que l'esprit se désolidarisait du corps, laissant l'être sans volonté propre, avoir manger pouvait être mortel. Un coma se produisait, et si le corps ne supportait pas la charge, il régurgitait tout ce qu'il possédait. Mourir étouffer dans ses vomissures n'était pas une chose que le Saint souhaitait à sa si fragile Athalia.


Pendant ces deux heures, ils parlèrent longtemps, d'amour, de divin, du divin présent dans l'amour, de la notion même du divin, du bien et du mal, de la réunification de ses deux concepts en un seul après la chute des bombes, de la drogue comme médium avec le divin, de la réalité et la virtualité, le vrai et le faux, l'invisible et le visible, de la destinée et de la mission individuelle de chaque homme sur terre, de la liberté et du libre-arbitre ... Leurs discussions ne citaient pas de célèbres philosophes et n'employaient pas d'arguments d'autorité. Elles étaient basées sur leurs propres expériences, sur leurs croyances, sur leurs espoirs, sur leurs réflexions, et tout cela faisait avancer les minutes dans le temps jusqu'à les transformer en heures.
Cette discussion était capitale pour s'intégrer en douceur dans l'univers qui allait s'ouvrir à elle. Certains toxicomanes se défonçaient pour se défoncer. Pour oublier la douleur. Pour oublier la peur. Pour ne plus penser.
Le Saint n'était pas de ceux-là. Quand il se droguait, c'était pour penser d'une nouvelle façon, embrasser sa peur, ressentir le lien emphatique, se comprendre lui-même pour mieux comprendre ce qui l'entoure. C'était pour parler aux Anges et suivre sa voie sans faillir, avec foi et détermination. Chaque voyage apportait de nouvelles interrogations, et si peu de réponses. Chaque voyage était pour lui un processus de compréhension de l'infiniment grand et de l'infiniment petit, de l'espace et du temps, la compréhension des forces qui actionnent l'univers, et même des mathématiques pures et de la géométrie.
Sa réalité, son intelligence, progressaient en même temps que progressait son nombre de révélations obtenues dans ses hallucinations et rêves. Par conséquent, il pouvait affirmé trois choses avec certitude : les hallucinations et les rêves qu'il faisait comprenaient du réel ; sa pensée était réel ; lui-même était réel, et pouvait voyager entre deux horizons distinctes.


- Le plus dur est de se souvenir de tous ses songes, de toutes ces hallucinations, pour en tirer le plus de bénéfices, précisa le Saint à Athalia. En tout cas, il faut au moins essayer d'identifier ce qui est important. Quand on ne comprend pas du premier coup, il faut essayer de comprendre après coup, ou de se refaire une dose quelques heures plus tard pour réessayer. Quand plus rien de bon n'arrive plusieurs fois de suite, il faut se résigner à arrêter – et c'est le plus dur – au moins quelques jours, voir quelques semaines, pour recommencer en abordant le problème différemment. Personnellement ... Ça ne m'est jamais arrivé de devoir arrêter ...


Ils étaient prêts désormais. Tous ce que le Saint avait pensé à lui dire pour la préparer avait été dit. Dans sa tête, Vincent se mit à penser à quelle drogue donner, en quelle quantité, et dans quelle ordre, pour que l'expérience soit un succès. Jugeant son amie de constitution fragile, il opta pour des doses très faibles sur les drogues dures. Ils commenceraient par la Salvia Divinorum, une plante extrêmement rare à se procurer dans les Terres Désolées, à la valeur inestimable. Cette poudre magique permettait au Saint d'ouvrir son Troisième Œil , et le fait d'en sacrifier un gramme pour Athalia était la preuve qu'il voulait lui donner toutes les chances de voir les Anges. Les effets ne duraient qu'une demi-heure, une heure grand maximum, mais la révélation était incroyable, incomparable avec les feuilles de cannabis qu'avaient l'habitude de consommer la jolie brune.
Pendant la descente, il lui offrirait un demi-comprimé de Mescaline. Vu la taille et le poids de la jeune fille, plus, ça aurait été la condamner à un bad trip suicidaire. La Mescaline était une drogue chimique hallucinatoire très puissante, dont les effets durent, eux, beaucoup plus longtemps que ceux de la Salvia.
Connaissant ses effets très néfastes sur la psyché, menant à des introspections d'une violence rare,  il la combinerait avec un cachet d'Ecstasy – du Super Laser Plus, un produit des Tridents, pas aussi bon que des Mentats, mais relativement corrects – qui, pendant douze heures environs, empêcherait la jeune femme de fermé l'œil, et décuplerait, pendant les quatre à huit premières heures, ses sensations, ses perceptions, son intelligence. Elle communiquerait beaucoup plus facilement, l'osmose serait grandiose, elle aurait l'impression d'avoir toujours connu le Saint, intimement, comme un ami qui a toujours été là pour elle, et n'aurait aucune pudeur dans ses confidences et ses actes. Les caresses et les étreintes seraient plus intimes et le plaisir ne serait pas marqué par la moindre trace de culpabilité ni de gêne. Avec l'association de la Mescaline, Athalia plongerait dans un délire introspectif et hallucinatoire, tout en douceur, et la peur s'effacerait complètement. Il n'y aura pas de lutte contre les effets : rien qu'un très long fleuve au courant fort sans être impétueux qui l'entraînerait très loin, sans effort. Le long de ce fleuve, elle découvrira peut-être les Anges.


Et avant que la descente ne soit amorcée, il terminerait cette longue soirée en la prenant longuement, sa volonté propre annihilé par les drogues, sa seule quête étant celle du plaisir sous toutes ses formes. Il ne savait pas si elle était encore vierge ou pas. Bien qu'agoraphobe, ça aurait été surprenant qu'une fille de son âge le soit. Mais si c'était le cas, il se montrerait suffisamment doux avant de laisser son côté masculin bestial l'emporter, et, l'ecstasy aidant, ce sera la plus grande jouissance qu'elle ait connu. Toutes les positions y passeront, pensait-il avec une certaine envie et un soupçon de perversion. Pour tenir définitivement une femme dans le creux de sa main, rien de mieux que de l'aimer comme elle n'a jamais été aimé, de la prendre comme jamais elle n'a jamais été prise, de lui parler comme jamais on ne lui a parlé. La jouissance dans la soumission est la meilleure façon de posséder à jamais une femme, et même un homme, sous son joug pour un long moment. 


Oui. Ce soir, elle sera entourée par les Anges. Et la promesse sera faîte d'un Paradis éternel dès lors qu'elle restera douce, souriante, aimante et à sa disposition.

_________________
Thèmes Musicaux

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Ville IRL : Nancy
Inscription : 02/09/2012
Messages : 52
avatar
Athalia Thaal
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   Sam 7 Sep 2013 - 23:17


One, Two, Three, Four, Five.

L'astronaute stagiaire était dans la capsule orientée vers les étoiles. Et les étoiles, c'était prévu qu'elle s'en bouffe. Le saint alluma le réacteur après avoir donné les mesures de sécurité.
Saint Vincent et Athalia ont philosophé sur ce qui faisait un être et ce qui liait à un autre être. Le sang battait ses tempes, véritable volcan étouffant sous sa peau, mais pourtant la jeune femme avait froid de par sa peur qui glissait dans son dos.
Le drogué sortit les petites pastilles magiques, une véritable pharmacie sous le manteau et même si la brune s'y connaissait un peu en drogue, là elle n'avait pas envie de grattouiller l'aspirine pour connaitre sa composition.
Un astronaute ça ne changeait pas les pneus de sa fusée, ça se contentait d'écouter quel bouton pousser et reconnaître les bruits anormaux. Et une fusée ça roule pas en plus...
Et c'est ce qu'Athalia fit, avant chaque prise, elle demandait le nom de sa destination et grâce à quoi elle y accéderait.
La première substance fut prise, elle ne pensa plus à s'interroger sur les autres qui allaient suivre.
Sa main tremblante serrait fort celle de son saint.
Son coeur battait avant que l'effet du produit ne libère ses effets, s'il avait eu des griffes, son palpitant aurait certainement arraché la cage thoracique de l'initiée.

L'hyper ballade commença, son corps se détendit, elle devenait un glaçon qui fondait sous le pouvoir des rayons du soleil. Mais sa chaleur était divine, les anges jouaient de la harpe céleste. Les rayons UV qui passaient à travers les rideaux du salon venaient s'entortiller autour du buste de la brune. Serpents à sonnettes dorés, jouaient des maracas pour séduire la nouvelle sur la voie divine.
Et pendant un temps qui paraissait effroyablement court, Athalia était dans les étoiles, collée à son canapé...
Minuscule poupée, toujours ligotée par les rayons solaires, l'un d'eux se tint droit comme un I, une clochette de verre tendue.
La jeune femme tira sur la petit cordelette qui pendouillait de la petite cloche. Le tintement se fit entendre en même temps qu'une immense porte se plaqua sous le nez de la brune. Athalia était sur le pas de la porte, a comater devant les fines gravures de la poignée, quand l'image se brouilla. Comme une bobine de film qui brûle comme du caramel carbonisé.

Les effets commençaient à partir et c'était toute sourire qu'Athalia laissa la tète tomber vers Le Saint. Il était plus beau que jamais. Ses traits étaient parfaitement brutaux dans une douceur animale. Tout se contredisait dans ses yeux et son sourire. La brune ne savait rien de lui et elle s'en foutait comme de sa première dent. Sa bouche s'ouvrit docilement pour les nouveaux comprimés, la langue pointa entre ses lèvres entrouvertes, ses grands yeux bruns défiaient ceux merveilleux de Saint Vincent. La jeune fille avala d'un coup sec les deux billets pour continuer son aller simple.

Ses pupilles se réajustèrent en mode microscope, pour genre voir tout près quelque chose de si proche maintenant.
Sa cage thoracique se gonfla au maximum, un plein d'oxygène qui se libéra en fou rire.
Les vitres de ses fenêtres venaient de se briser, les éclats partirent dans le ciel dans un tintement orgasmique, l'eau pouvait maintenant entrer.
Athalia se sentit vivante, elle se leva d'un bond, tapota du bout du pied le liquide qui coulait au sol.
Le rictus de la voyageuse se fit rapace, les mains posées sur son ventre, elle sentait chacun de ses organes, chacune de ses veines en plein trafic, ses globules Formule 1 ronflantes. La chair de poule piqua sa peau, son esprit prônait sur ce tas de bouillie plein d'eau.  

Les épaules minces roulèrent et se déroulèrent, petit coup de fouet pour les muscles sans activité. L'un d'eux se tendit pour venir saisir le Saint par le col.
Les anges qui devaient ses pointer n'étaient pas franchement là, excepté le sien.
Il était une entité à lui tout seul, une force pure, qui en plus de régnait sur la populace qui composait son corps, exerçait un fort pouvoir sur Athalia.
Mais là, c'est elle qui le domina dans un baiser endiablé. Ses mains agrippèrent son cou pour mieux le mordre férocement avant de le repousser dans le canapé.
Demi tour, l'agoraphobe endormie ouvrit une fenêtre et monta sur le rebord pas assez large pour y poser un pot de fleurs.
Lutèce s'étendait là, à ses pieds, ils avaient tenté de la noyait dans sa peur. Ils devaient certainement la craindre pour lui avoir foutu des suppo d'agoraphobie depuis sa tendre enfance. Mais elle comptait bien écraser chacune de ses boites d'allumettes, là tout de suite.
Dans l'encadrement suffisamment grand pour la jeune femme tienne debout, Athalia planta ses ongles dans le bois, des pellicules de peintures s'envolèrent dans un coup de vent. Mais elle ne sentie que l'eau, qui entrait toujours,  entre ses orteils.
Elle n'était plus qu'une plume incandescente, une plume de plomb. Qui s'envole et écrase ce qu'elle veut.
Oui, Athalia s'en bouffait des étoiles. Elle ne cherchait plus les anges, elle se défiait carrément à eux. C'était une overdose de puissance qui inondait ses veines.
Son corps se tendit vers le petit royaume. Un œil vers la dame de fer, une manivelle immense sur le côté qui tournoyait férocement. Les tours Eiffel porte clé ou les poivrière pour touriste c'était  hasbeen. Rien ne valait la big moulinette Eiffel qui fait une purée divine des fourmis armées.

360° sur la pointe d'un pied, l'autre prit de l'élan si le saint s'était trop rapprochée de Sainte Athalia. Celui ci se prendrait un violent coup sur le torse s'il venait à tenter quoi que ce soit.
La brune sauta dans son salon, poussa Vincent contre le mur une fois celui ci de nouveau debout. Un coup de cheville derrière sa jambe pour lui faire plier genoux.
Le sourire rapace voulait de la viande fraîche. Finit la cendre qui reste dans la gorge, elle était maintenant prise d'une voracité sans faille.

Son t-shirt vola en une fraction de seconde, pas de soutien gorge. La jeune femme se tenait au dessus du saint, ses genoux rencontrèrent le sol à leur tour.
Son corps était en feu, son coeur implosait et implosait à chaque respiration, libérant un bien être inimaginable.
Athalia habitait parfaitement son corps, elle ressentait toutes les émotions en même temps comme elle ressentait le corps du saint dans ses mains.
Elle voulait le ressentir lui maintenant. Ne faire qu'une combinaison pour atteindre la perfection.
Ses lèvres se posèrent doucement dans son cou, en pour parlé sensoriel. Ses lèvres retransmirent au cerveau chaque saveurs, chaque millimètre. Sa fleur brûlait de plus belle, prête à éclore.

Et le saint avait répondu à sa requête et même bien plus que ce qu'elle aurait imaginé, même sous LSD.
Athalia fut violée par l'univers entier et elle avait adoré. Et ce grâce aux divines substances. La brune s'était montré douce, lascive et en rage.
Son corps avait transpiré, ses mains blessèrent son bien aimé, un peu de sang sous ses ongles.
La Terre pouvait bien exploser, l'agoraphobe n'en avait rien à faire, car elle savait qu'elle y survivrait. Elle n'était plus une souris dans une cage.
Mais comme les étoiles au fond de sa gorge, elle allait s'en rendre compte une fois descendu des chutes du Nirvana.

Nue, sans pudeur, Athalia se défit des bras de son amant reposé. Encore pendue aux cieux, elle s'installa à son bureau, sortit son matériel de tatoueur.
Vissa une aiguille, versa de l'encre dans un bouchon et posa son avant bras sur le bois.

" 2177, 25~04 Aujourd'hui, je suis née"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fract.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Noires Curiosités.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Noires Curiosités.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les femmes noires au pouvoir ...
» Curiosité [Guépard]
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» les curiosités de la langue française
» Fougasse aux oignons et olives noires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Lutèce-