Partagez | 
 

 Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Mer 9 Jan 2013 - 19:11

Le vertiptère ne perdit pas de temps et à peine que les soldats s'étaient assis dedans qu'il décolla.
Rapidement il prit de l'altitude pour disparaître dans le ciel sous le regard inquiet du général Madof.


" Vous pensez qu'ils vont réussir général ? " lui demanda un soldat tout aussi inquiet qui regardait avec lui l'appareil s'envoler. Madof tourna la tête vers lui avec un léger sourire rassureur.
" J'ai toute confiance en eux, ce sont les meilleurs pour cette mission. "


A l'intérieur du vertiptère, tout les soldats étaient concentrés et aucun ne disaient mot. Tous commençaient à réaliser l'importance de cette mission et certains avaient de la famille à Lutèce.

" Taux d'humidité : 58% précisa LINDA dans l'oreille de Francis.
Vitesse du vent : 102 km/h
Une grosse averse se prépare, la mission risque de se dérouler sous la pluie. "


Puis une autre voix, cette fois celle d'un homme, parvint à l'oreille du soldat.


" Unité Gamma, me recevez vous ? "

C'était Madof qui communiquait depuis l'avant poste. Les soldats acquiescèrent tous.

" LINDA va vous fournir toutes les informations à savoir sur l'agent Diane, votre contact. Bonne chance. "


" Connexion à la base de donnée des ressources humaines.
Dossier 077 : Agent Diane. "


Sur le BEC-3000 accroché au poignet de Francis s'afficha une page portant le logo de confidentialité de la FNF.

Nom de code : Diane
Véritable identité : *introuvable*
Age : 29 ans.
Rang : Espionne.
Supérieur hiérarchique direct : Colonel Jacques Chan
Caractéristique :
L'agent 077, connu aussi sous le nom de code "Diane" est l'une des meilleurs du service d'espionnage de la FNF. Diane est réputée pour être une soldate dévouée et obéissante, donnant sa vie pour la France.
Spécialiste des psychotiques de Paris, elle a plusieurs fois infiltré leurs rangs pour mener à bien des missions de renseignement pour l'armée.
Experte en survie en milieu hostile et en combat rapproché, Diane est une grande professionnelle qui fait souvent preuve d'une grande intelligence. Elle est aussi une excellente comédienne.


LINDA poursuivait entre temps dans l'oreille de Francis.

" Evaluations des capteurs de Santé actuelle : ////////// 100%
Localisation actuelle : Nanterre.

Plus d'information ? "


Un membre de l'équipage du vertiptére toqua du poing le casque de Francis.

" Pas le temps pour plus d'information soldat, nous y sommes.
Préparez vous au parachutage ! "
cria t-il aux collègues de Francis.

La troupe se leva d'un seul homme et après un signal d'alarme qui retenti dans l'habitacle du véhicule volant qui clignotait au rythme d'une loupiote rouge, la grande porte bascula pour laisser s'engouffrer dans le vertiptère des rafales de vents puissantes.
C'est le caporal Bonfils qui se présenta en premier sur le rebord pour plonger.
Il se retourna et fit un signe avec son doigt vers ses coéquipiers.

" On se retrouve en bas les gars. "

Puis il sauta et disparu dans la mer de nuage.

" A vous soldat Mervault " dit le membre d'équipage en attrapant Francis par le bras pour le positionner face au vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Mer 9 Jan 2013 - 21:06

Le Vertiptère approchait de la zone aérienne convenus. Francis était assez anxieux à l’idée d’être jeté dans le vide et d’atterrir dans une zone plus ou moins hostile. Alors qu’il regardait tranquillement par l’un des hublots, l’alarme s’alluma et c’était le signe qu’ils étaient arrivés à destination. La porte s’ouvrit et Bonfils fut le premier à sauter. Francis le regarda du mieux qu’il put descendre vers le bas jusqu’à se que la voix fatale d’un membre de l’équipage lui dise que c’était à son tour de sauter. Il le regarda d’un air tourmenté, se tourna une dernière fois vers le reste de l’équipe et Marconnès annonça :

- On dira à Myriam, que tu l’as toujours aimé.


Myriam ? Mais qui était Myriam déjà ? Le visage de cette prostituée du moulin-rouge lui traversa la tête au moment ou on le balança du haut du Vertiptère. C’était une bien jolie blondinette aux yeux saphirs… Il ne se souvenait plus trop de cette perm’ là bizarrement, ils s’étaient retrouvés dans les coins les plus étranges de Paris… Mais voyant qu’il était en train de plonger vers le sol à une vitesse extraordinaire, il ne put s’empêcher de gueuler :

- PUTAIN DE BORDEL A CUL DE POMPE A MERDE !!!

C’était tout ce qu’il trouvait à dire alors qu’il accomplissait ce que presque personne n’avait la chance de faire quand on se trouvait à plusieurs centaines de mètres du sol. Lorsqu’il estima qu’il était arrivé assez bas, il déclencha son parachute et se laissa tomber. Il remarqua que son parachute se déplaçait vers le haut d’un immeuble en ruine mais il fit du mieux qu’il put pour se diriger malgré le vent et il réussit à tomber comme il faut sur une surface plane. Il se débattit quelques minutes avec le tissu du Parachute et lorsqu’il en fut sortit, il le traina jusqu’à une sorte de poubelle et le mit à l’intérieur. S’il laissait ça au milieu de la route, des psychotiques pourraient passer dans le coin et se douter de quelque chose. Une fois cela fait, il contacta LINDA pour savoir si tout le monde avait atterrit sain et sauf et celle-ci lui répondit que toute l’unité était sur le sol dans le même état qu’avant : opérationnel. C’était bon à savoir. Il se précipita vers le point de rassemblement, faisant extrêmement attention devant lui, gardant le canon de son arme devant lui. Après quelques minutes de course, il arriva près du point de rendez-vous et LINDA l’informa que le membre d’unité Bonfils était déjà le premier à être arrivé. Il était en même temps le premier à avoir sauté. Les autres membres étaient à quelques minutes de marches. Francis espéra de tout cœur qu’ils ne feraient pas de mauvaises rencontres et il arriva à la station RER de Nanterre et il ne fut nullement surpris de voir Bonfils. Lorsqu’il arriva, il s’appuya contre un mur, retirant son casque le temps d’une minute pour essuyer la sueur de son front et il répliqua :

- C’était trop bien ! Eh Vic, on recommence ?!


Bonfils fit tourner sa tête une fois à gauche puis une fois à droite puis ils attendirent le reste de l’escouade…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Mer 9 Jan 2013 - 22:27

Le capitaine Delalonde fut le dernier à sauter et donc le dernier à poser le pied sur le sol.
Le vent violent qui sévissait à la fois dans les airs et sur le sol lui avait fait dévier de sa direction et il c'est avec beaucoup de mal qu'il parvint à atterrir au milieu d'une grand rue trop de grava.
Son arrivée n'avait rien d'esthétique, le capitaine se roula au sol, frottant son armure sur le pavé provoquant de légères étincelles. Heureusement qu'il était seul, il aurait eu honte.
Il resta un moment au sol pour se remettre des émotions qu'il venait de vivre lors de cette descente difficile.
Il fini par se relever et la première chose qu'il pensa à faire fut d'appeler l'IA.

" LINDA ?
- Vous êtes le dernier arrivé capitaine. Les autres vous précèdent et son en bonne santé.
- Parfait. "


Il détacha de son armure le cordage qui le relié au parachute et, sans le savoir, fit le même geste que le caporal Mervault : mettre son parachute roulé en boule dans une poubelle pour ne pas qu'on le retrouve.
Cela fait, Delalonde empoigna son P90 et regarda prudemment autour de lui, menant le bout de son fusil rapidement de droite à gauche, puis derrière lui.
Il se détendit lorsqu'il était certain que l'endroit était tout à fait calme. Cela contrasté beaucoup avec ce qu'il venait de vivre, le bruit assourdissant du Vertiptère, le son des rafales de vents lors de la descente... et à présent se calme absolue. Il n'y avait que des ruines ici, pas l'ombre d'un chat.
Mais au loin une explosion le rappela à sa mission. Les combats de l'autre côté devait avoir commencé, il ne fallait pas qu'il traine.

" LINDA, ma position ?
- Vous êtes à 9 minutes du lui de rendez vous. Devant vous prenez le boulevard du Général Leclerc et descendez cette rue à gauche. Longez là jusqu'a trouver les railles de l'ancien RER puis suivez les vers la droite pour rejoindre la station désaffectée. "


Le capitaine n'avait pas attendu que LINDA ait fini ses explications qu'il était déjà parti.
Avec les indications de l'IA il trouva rapidement la station de RER d'avant guerre et il y retrouva ses camarade qui l'attendait.


" Messieurs, pas de repos. J'espère que cette petite balade vous aura remis les idées en place après le saut en parachute. Tout le monde est opérationnel ? "

L'unité acquiesça d'un seul homme et la capitaine fit un signe rapide de la pour montrer la direction à suivre.

" On descend la rue Victor Hugo pour rejoindre le cimetière communal.
Fait attention, il peut y avoir des patrouilles ennemis dans cette zone. Il est préférable de les contourner si nous en rencontrons, il faut mieux pour le moment éviter le combat pour n'éveiller aucun soupçon. "


Ils avancèrent tous ensemble et il ne fallut pas plus de quelques pas pour que toute l'unité retrouves ses habitudes, ils étaient six mais ce n'est le son que d'un seul homme qu'on entendait, la synchronisation entre eux était parfaite.
Puis, au niveau d'une maison en ruine où juste un mur restait debout, le capitaine fit un signe de la main, en silence, et toute l'unité se retrouva le dos plaqua contre le paroi survivante.

" Ennemi repéré, annonça le capitaine à voix baisse.
J'en compte 3 au centre d'un ancien parking semble t-il, puis deux autres non loin d'eux. Il y a en peut être d'autres mais je ne les voit pas.
Il va falloir les contourner. Mervault ! Prenez les devant on vous suis. "


A Francis de jouer à présent. Si la mission commençait déjà mal, l'unité n'aurait aucune chance d'atteindre la bombe.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Jeu 10 Jan 2013 - 21:21

Tous les membres de l’unité étaient arrivés au point de rendez-vous sauf le capitaine. Celui-ci avait sauté en dernier et il se faisait légèrement attendre. Lorsqu’il arriva, il ne prit même pas une seconde de repos pour lui et ils partirent directement par la rue Victor Hugo dans le but de rejoindre le cimetière communal ou ce trouvait l’espion Diane. Après un instant de course, le Capitaine les firent s’arrêter car il avait repérer plusieurs psychotiques qui avaient montés un camp. Delalonde regarda Francis et il lui dit de partir en premier : Il savait que Mervault était un fin tacticien et qu’il trouverait un bon plan pour esquiver un combat inutile et dangereux pour la mission. Il se plaça sur le côté du mur et examina la zone : Il vit bel et bien les trois psychotiques autour d’un feu de camps, il en vit un autre siphonner le réservoir d’une voiture avec un de ses pote qui le surveillait. Il examina les ruines à sa gauche et se dit qu’ils pourraient se déplacer silencieusement dans les ruines sans pour autant être vue, il allait par contre falloir escalader quelques décombres. Il expliqua son plan à l’unité et ils acceptèrent rapidement le plan. Delalonde aida Francis à passer le mur et celui-ci se retrouva en un instant dans les ruines. Ils pouvaient profiter des rebords des ruines pour passer inaperçu et ils n’avaient qu’à se trainer au sol lorsqu’ils passaient devant les restes de fenêtres. Francis se lança dans sa course silencieuse en premier, prenant soin d’observer les mouvements des psychotiques au cas où l’idée leur viendrait de chier un bronze dans les ruines. Mais jusque là, ils ce contentaient de régler leurs petites affaires sans se soucier de se qui passait à une cinquantaine de mètres d’eux. L’unité passa le plus vite possible et ils eurent tous un instant de frayeur quand ils virent que l’un des psychos fixait les ruines ou ils étaient. Delalonde fit le signe d’arrêter tout mouvement et il leur chuchota dans le casque de se préparer à toute éventualité. L’homme en vérité ne regardait pas spécialement le bâtiment… Il s’effondra par terre… Overdose de Psycho… Un Psycho tuer par du Psycho… Mon Dieu ce que c’était beau ! L’unité profita du grabuge créée par le Psychotique du Maréchal pour continuer son chemin dans les ruines. Quelques minutes plus tard, ils sortaient des ruines et ils étaient hors de vue des autres psychotiques, cette partie de la mission c’était bien dérouler sans effusion de sang (ce qui était plus ou moins rare). Mervault se tourna vers l’unité et déclara :

- Grâce à mon super sens de l’orientation et mon génie, on se retrouve toujours au bon endroit et au bon moment !
- Regarde devant toi ou tu risques de trébucher sur une tombe.


Francis n’avait pas remarqué mais ils étaient bien arriver au cimetière communal… Là ou ils devaient retrouver l’agent Diane…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Jeu 10 Jan 2013 - 22:46

Alors que Francis allait repartir de plus belle, Delalonde mit sa main sur le fusil de son soldat pour l'abaisser. C'était à lui de prendre les devant et c'est ce qu'il fit.
Il repassa devant Francis et reprit la tête du groupe, les mains crispées sur le P90 silencieux et le dos légèrement voûté avec le regard à 360 degrés qui tournait sans arrêt voir observer prudemment les alentours.

Le cimetière n'était pas bien grand et très vite l'unité reperérent une silhouette de dos. Ils s'avancèrent.
La silhouette avait de large épaule, portait un imperméable marron ainsi qu'un chapeau de la même couleur.
Delalonde s'avança de quelques pas.


" Agent Diane ? "

La silhouette se retourna lentement.

" Non je ne suis pas l'agent Diane. "

C'était un homme avec un voix enroué très grâve. A sa vue Delalonde se crispa encore plus sur son fusil.

" Qui êtes vous ?! "

L'homme portait un foulard qui lui cachait la moitié du visage. Il ouvrit les bras en ricannant.

" Mais je viens de vous le dire capitaine, je ne suis pas l'agent Diane héhé. "

Mais que ce passé t-il ici ? L'opération qui s'était déroulé jusque là sans accroc prenait une tournure qui ne plaisait pas au capitaine, ni au reste de la troupe.
Et comme s'il fallait en rajouter une couche, la pluie commençait enfin à tomber. Des goûtes de plus en plus grosse et de plus en plus rapide se mirent à descendre du ciel qui semblait de plus en plus gris.
L'homme tendit sa main pour sentir les goûtes tomber sur celle ci, puis d'un geste rapide il pointa le capitaine, les doigts en forme de pistolet.


" PAN ! "

A ce signal plusieurs psychotiques cachaient dans le cimetière se levèrent. Ils étaient une quinzaine, peut être plus peut être moins, Francis n'eut pas le temps de les compter que les parasites déchargaient déjà leurs armes sur l'unité Gamma.
Aucun des soldats de la FNF n'eut le temps de réagir, la surprise était totale.
Les rayons de plasma fusèrent et l'un après l'autre chaque membre de l'unité tombait. Francis se reçu une décharge au mollet droit qui lui fit mettre genou à terre, puis une décharge sur les côtés à gauche lui brouilla la vue. Il tomba lui aussi sur le sol devenu boueux.

Ses yeux se fermaient de plus en plus, et la derrière chose qu'il vit fut Bonfils, la main tendue vers lui, qui semblait souffrir. Puis l'homme au chapeau s'approcha, Francis ne pouvait que distinguer ses bottes mais il savait que c'était lui. Il sortit un pistolet à plasma et tira un rayon en plein dans le casque de Bonfils qui explosa.
Les yeux de Francis se fermèrent, mais au loin ses oreilles entendaient toujours.


" Bien, voilà une bonne chose de régler. Il sera content.
Récupérez leur équipement et porter les corps dans la fosse à cadavre.
- Mais... Cèd... on est dans un cimetière ici tu crois pas qu'on peut laisser les corps ici ?
- Et tu veux que les rats viennent nous envahir ? Fait ce que je te dis, portez les corps dans la fosse. "


Puis pour Francis tout devint noir. Il ne sentit même pas qu'on le soulevait puis qu'on le traînait.
Il ne sentit que le froid qui l'englobait et ne voyait que cette lumière, cette lumière intense, si blanche, qui se rapprochait petit à petit. Et puis très vite cette voix, au départ qu'un murmure puis de plus en plus forte... une voix féminine, agréable à l'oreille... maman ? Maman c'est toi ?
Puis de plus en plus distinctement la voix apparaissait, et Francis comprit ce qu'elle disait :


" Analyse des capteurs de Santé en cours... état de l'armure : critique... pouls : faible... brûlure au mollet droit signalée - brûlure au flanc gauche signalée.
Evaluations des capteurs de santé : ////////// - 65 %

Stimulation corporelle activée. "


Une décharge électrique parcouru le corps de Francis. Mais loin de lui faire mal elle lui fit beaucoup de bien. Il se senti comme revenir à lui. Sa respiration revint presque à la normal puis d'un coup, ses yeux se rouvrirent pour voir un grand ciel gris où la pluie avait cessé.
Mais encore sous le choc, des blessures et de l'incompréhension, Francis ne se releva pas tout de suite.


" Analyse des capteurs de santé du reste de l'unité Gamma en cours....

Evaluation des capteurs de santé de l'adjudant Grégoire Logis... évaluation en cours...
analyse complète:
 
Evaluation des capteurs de santé du sergent Paul Devergnes... évaluation en cours..
analyse complète:
 
Evaluation des capteurs de santé du sergent Henri Marconnès... évaluation en cours..
analyse complète:
 
Evaluation des capteurs de santé du caporal Victor Bonfils... évaluation en cours..
analyse complète:
 
Evaluation des capteurs de santé du capitaine Delalonde... évaluation en cours..
analyse complète:
 


Une horrible odeur monta dans les narines de Francis jusqu'à lui faire tourner la tête. C'est alors qu'il regarda autour de lui. Il était posé sur un tas de cadavre décomposé qui puait la putréfaction à en vomir. L'était de certains corps ressemblait à une bouilli d'organe rougeâtre recouvert de vers blanc qui mangeaient les chairs putréfiées.
Dans la même fosse creusée profondément dans la terre Francis reconnu cinq uniforme de la FNF. Au travers d'un casque brisé il reconnu le visage à moitié brûlé de Bonfils, les yeux grand ouvert mais sans expression.

Comme LINDA l'avait dit, Francis avait été touché au mollet et au flanc. Sa vie n'était pas en danger mais les rayons plasmas avaient fait fondre l'armure et il était fortement brûlé. De grandes douleurs le lançaient dans le dos et à la jambe se qui lui fit serrer les dents.


" Caporal Mervault. Vous avez été touché.
Dans votre trousse de soin se trouve deux stimpacks. Injectez les vous pour calmer la douleur. "

C'est alors que Francis s’aperçut qu'il n'avait plus rien à par sa combinaison abîmé et son casque à la visière brisée.
L'ennemi lui avait prit non seulement sa trousse de soin mais aussi ses armes et le reste de son équipement. Ils n'avaient pas du trouver comment décrocher le BEC-3000 et c'était la seule chose qui lui restait...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Ven 11 Jan 2013 - 19:38


Thème Musical

Ils venaient d’arriver au cimetière et une ombre au loin les attendait. Francis le regardait de loin, un long frisson lui traversa le dos lorsqu’il comprit que ce n’était pas la silhouette d’une femme. Delalonde l’interpella et l’homme qui apparut répondit qu’il n’était pas l’agent Diane. Après la réponse à la question suivante de Delalonde, l’homme répéta qu’il n’était pas l’agent Diane… La pluie se mit à couler avant le sang. L’homme les pointa du doigt et signala à ces petits amis que c’était l’heure de passer à table. Francis fit un pas en arrière, essaya de prendre son arme avant que le plasma ne soit tiré mais c’était peine perdue… Il reçut un coup au mollet et au flanc… Et tout s’évanouit autour de lui…

Il se réveilla plus tard, réveiller par la voix de LINDA dans le casque, une odeur forte désagréable le saisit et il eu envie de vomir ses tripes sur place. Il essaya de se relever en vain, son mollet lui faisait horriblement mal et son flanc aussi. C’est seulement lorsque LINDA fit l’analyse de l’état des autres membres que tout vira au cauchemar. Il était le seul survivant de cette attaque avec Delalonde qui était gravement blessé. Il se releva et trouva la source de l’odeur, il était dans une fosse à cadavre et était depuis le début allongé parmi tous les cadavres. Il se retint d’hurler quand il remarqua les combinaisons de ses alliés… Il chercha des yeux le capitaine Delalonde, il était quelque part encore vivant. Il souleva le cadavre de Marconnès de toutes ses forces et malgré ses blessures pour retrouver son supérieur et ami. La vue de ses amis morts le dégoutait au plus haut point. La voix de LINDA lui dit de prendre deux stimpacks mais on lui avait tout retiré sauf sa combinaison, son BEC 3000 et son casque. Il ne put se retenir de dire :

- Oh ferme ta putain de gueule salope ! J’ai plus ma trousse de soin. Même mon couteau est pas là au cas où tu me demandes « Tranchez-vous les veines et finissez-en avec votre chienne de vie. ». Putain et si cette salope de Diane est encore vivante et avec ces fils de putes, elle va morfler. Si j’avais une paire de pince, un chalumeau et un fer à souder : Je lui aurait fait jouer à la flamme bien moyenâgeuse…

La voix ne lui répondit pas. LINDA n’avait pas de système pour avoir de la répartie à ce genre d’attitude. Il chercha le corps de Delalonde… Il était encore en vie et il devait le sauver s’il le pouvait. Il reconnut le corps de son capitaine et…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Ven 11 Jan 2013 - 20:01

Le corps de Delalonde semblait celui d'un cadavre, mais on pouvait sentir encore sa poitrine monter et descendre et entendre sa respiration saccadée.
En première ligne dans le cimetière le capitaine était celui qui avait le plus souffert. C'était un miracle qu'il ait été le seul survivant alors que c'est lui qui avait été le plus touché.
Avec précaution Francis retira le casque fissuré de son capitaine.
Son visage était noirci et de son front coulé un filet de sang.
Il semblait être en train de mourir. Mais soudain il agrippa le bras de Francis.


" Francis ?!! "

Sa voix était faible, on sentait qu'il devait faire un effort incroyable pour faire sortir un son de sa bouche. Il toussa.

" Francis tu es en vie ?
Je.... je ne comprends ab.. solument pas ce qui... a put se passer... "


Puis ses yeux se fermèrent... mais alors que Francis le croyait parti il rouvrit les yeux pour agripper à nouveau le bras de son soldat.


" Francis !
Le.... l'agent... Di... ane.... LINDA l'a précisé dans le vertiptère... elle est encore en vie...
- Je confirme les dires du capitaine Delalonde. Les capteurs de santé de l'agent Diane sont encore actif et son état de santé est tout à faire normale.
Analyse des capteurs de santé en cours... ...
analyse complète:
 
- Francis... la mission ne change pas... il faut que tu retrouves l'agent Diane... c'est vitale pour Lutèce... et ses habitants... c'est la seule à savoir l'emplacement de la... de la bombe."


La main de Delalonde se retira du bras de Francis. Ses yeux se refermèrent. Mais Francis pouvait toujours sentir sa respiration, même si elle était faible. Le capitaine était encore en vie, mais pour combien de temps encore, Francis ne le savait. Il mourrait sûrement de ses blessures quand il partirait poursuivre la mission, mais elle devait prévaloir sur le reste.
Francis devait retrouver Diane qui devait être encore dans le camp des psychotiques. Mais les questions se bousculaient dans la tête du soldat, comment expliquer l'épisode du cimetière ? Comment leur couverture avait put partir en fumée aussi rapidement ? Que faisait ce type en chapeau à la place de l'agent Diane ? L'agent de la FNF les avait-il vendu ? Était-elle prisonnière ou bien peut être même de mèche avec le Maréchal ? C'était invraisemblable... d'après la base de donnée de LINDA l'agent Diane avait toujours était quelqu'un de fidèle et de droit.
Toute cette histoire ne tournait pas rond, il y avait quelque chose derrière ça et Francis devait comprendre. Et Lutéce était toujours menacée...

Puis dans son oreille une voix familière réapparue.

" Mervault ?! Mervault ?! Vous êtes toujours en vie ?! "
La voix semblait complètement paniquée. C'était celle de Madof...
" Mais... qu'est ce que... comment est ce possible ?! Comment ?! "
Le général semblait dépassé par la situation, lui aussi ne comprenait pas ce qui avait put se passer. Mais il tenta de reprendre son calme, devant son soldat il ne devait faire paraître son stress.
" Mervault, LINDA vient de nous envoyer les informations. Comment va Delalonde ?
Je crois que vous êtes le dernier opérationnel de l'unité Gamma Francis... il faut absolument poursuivre la mission... vous êtes blessé et sans arme mais vous êtes notre dernier espoir. Je... "


La communication se coupa abruptement sur ce dernier mot de Madof. Puis LINDA reprit.

" La communication a été coupée caporal Mervault. Je vais essayé de retablir la ligne...
Hum... apparemment rien d'anormal. Peut être l'orage à venir fait-il interférence dans les communications. Impossible de recontacter le général Madof.
Ses derniers ordres ont été de poursuivre la mission caporal. Je serais là pour vous guider.
Vous vous trouvez à 200m de la base psychotique. Sortez de la fosse, descendrez rue Gounod et prenez à droite rue Raymond Barbet. Attention aux patrouilles dans cette zone, je vous rappel que vous n'avez plus d'arme. "


Mervault était à présent seul, en parti blessé et sans arme pour poursuivre cette mission de la plus haute importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Ven 11 Jan 2013 - 23:36



Carte du camp Psychotique.

Je rappel que c'est pour t'informer toi (le joueur) dans ton RP, évidemment Francis n'a pas connaissance de cette carte, ni LINDA (elle n'a pas de vue satellite, juste des cartes préenregistrées en mémoire).

Tu arrives par le haut.
La zone en rouge c'est la prison + salle d'interrogatoire où est retenue Diane. Ton personnage là non plus ne sais pas où chercher.
(trouve un moyen de l'apprendre, soit en cherchant au hasard soit en demandant gentiment à un garde, soit par un autre moyen de ton imagination).

La zone où y'a plein de point vert c'est autour d'un feu de camp où les psycho sont assis où allongés et où ils mangent, se droguent...etc.

Nous sommes dans les Terres Désolées, sur le chemin Francis trouvera bien une barre de fer, un morceau de verre ou je sais pas quoi qui puisse faire office d'arme tribale.

Comme tu le vois il y a d'indiqué l'armurerie et l'hôpital de fortune des psychotiques. Là encore ton perso n'est évidemment pas au courant et peut donc très bien passer devant sans s'en rendre compte. Je te laisse décider par toi même. L'intérieur des lieux n'étant pas indiqué je te laisse les imaginer.
Dans l'armurerie tu trouveras des fusils à plasma (les même qui équipe les psycho) et dans l'hôpital tout l'équipement qui te permet de te soigner.

Joue là RP.

Bonne chance.

(tu t'arrêtes à ta rencontre avec Diane)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Sam 12 Jan 2013 - 11:33

Francis avait retrouvé son Capitaine, celui-ci était en train de lui claquer entre les doigts. Il arriva tout de même à lui dire qu’il ne comprenait pas ce qui avait bien pu se passer, après il lui expliqua que la mission ne changeait pas et qu’il fallait qu’il retrouve l’agent Diane. Francis lui tint le bras et lui répondit :

- Putain non Cap’taine ! Je ne vais pas pouvoir faire cette mission seul ! Vous ne pouvez pas me laisser tout seul dans cette merde !

C’est alors que la voix du capitaine se tut, le laissant dans le silence. Il allait devoir continuer sa mission seul, sans arme et blessé. La voix du général Madof arriva jusqu’à ses oreilles par le biais de la radio. Il était complètement affolé et il lui dit tout de même de continuer la mission coute que coute. Francis activa sa radio et lui répondit :

- Général ! J’ai besoin de renfort d’urgence ! Je vais pas… Ah putain de radio de merde ! Pourquoi tu sautes toujours quand il faut pas !

La communication avait été coupé avant même qu’il ne commence sa phrase et le général n’avait pas pu entendre sa demande. LINDA lui expliqua qu’il était impossible de recontacter le général Madof et elle lui servit de GPS pour trouver sa prochaine destination. Francis se releva, regarda tous les cadavres de ses camarades et il annonça :

- Putain les gars si je survis à ça, si je désamorce cette putain de bombe, je peux vous dire que vous aurez le droit à vos funérailles… Mais les autres allez-vous faire foutre.

Il sortit de la fosse à cadavre avec quelques efforts et commença sa route jusqu’au camp Psychotique. Sur le chemin, il croisa une patrouille de psychotique mais Mervault réussit à se cacher derrière un bâtiment en ruine avant que ceux-ci ne le voit. Lorsque la patrouille passa, il ne se fit pas prier et il continua son chemin. Il courut quelques minutes jusqu’à se qu’il voit le camp psychotique. Il se plaqua contre le mur d’entrée, reprit son souffle et regarda l’entrée pour analyser lui-même la situation : Il vit qu’un seul psychotique qui patrouillait à l’entrée. Il était équipé d’un fusil à Plasma et d’une machette comme la plupart des psychotiques mais il lui tournait le dos pendant une partie de sa patrouille : Il pourrait profiter de cet instant pour l’assommer. Il regarda tout autour de lui et trouva une bonne brique qui pourrait faire son affaire. Il la saisit sans plus tarder, la serra contre sa poitrine, regarda par l’entrée pour voir si l’homme était bien retourné et oh miracle : il venait de se retourner. Francis se précipita le plus silencieusement que possible vers le psychotique et lui donna un puissant coup de brique sur le crane. L’homme poussa un léger cri de douleur et de surprise mais rien de très bruyant. Francis le traîna jusqu’à l’intérieur d’un bâtiment à la vue de personne pour le dépouiller de ses armes. Il prit son fusil à plasma et sa machette. Avant de partir, il mit la lame de la machette au niveau de la gorge de l’homme et donna un puissant coup, l’homme ouvrit grand les yeux mais son dernier cri était étouffer dans un gargouillis venant de sa gorge, c’est joli ça fait des bulles. Il vit que le fusil à plasma avait un chargeur complet et que la machette était plutôt bien aiguisé… C’était déjà ça de prit.

Thème musical.
Spoiler:
 

Il essuya la lame de la machette sur les vêtements crasseux du défunt et ne perdit pas de temps. Il continua son chemin et il s’appuya une fois contre un mur en regardant la nouvelle issue. Il vit un grand bâtiment qui ressemblait à une clinique, il trouverait surement de quoi se soigner à l’intérieur. Il vit au loin deux psychotiques en train de discuter et un autre faisant une patrouille, il ne lui serait pas difficile de rentrer à l’intérieur. En regardant mieux, il vit un plus grand nombre de psychotique attroupé autour d’un feu. Francis ne perdit pas de temps et profita d’un instant d’inattention pour foncer dans la clinique. Lorsqu’il arriva à l’intérieur, il prit soin de refermer discrètement la porte derrière lui pour éviter les mauvaises surprises. L’endroit était assez grand et était constitué de plusieurs pièces. Il regarda autour de lui et vit qu’il était entouré de tiroirs en tout genre. Il les fouilla un par un, à la recherche de stimpack et d’autres médocs. Il en trouva trois et un medX, c’était déjà mieux que rien. Il ne perdit pas une seconde, retroussa sa manche et planta l’aiguille du stimpack dans sa veine. Il déversa le liquide dans ses veines et se sentit instantanément déjà mieux. Il garda le reste pour plus tard. Il regarda la deuxième porte et se demandait s’il devait se risquer à fouiller les autres pièces. Il était dans un bâtiment bien clos et s’il pouvait trouver quelqu’un à interroger il pourrait retrouver l’agent Diane. Il ouvrit la porte le plus doucement possible et vit qu’un homme était à l’intérieurs en train de trier se qui semblait être une plus grosse réserve de stimpack et de medX. Un seul coup d’œil de Francis lui permit de voir que son fusil à plasma était contre le mur, qu’il n’avait pas d’arme et que l’homme se croyait à l’abri de tout. Le caporal prit sa toute nouvelle amie la machette et se dirigea vers l’homme. Il lui donna un coup du plat de l’arme au niveau des cottes et lorsque l’homme se retourna, le soldat lui donna un coup de poing dans le nez… Un joli « Craaack » se fit entendre. L’homme se retrouva le cul par terre, étourdit par se qui venait de lui arriver avec le nez en sang. Le psycho-médecin tenta une percée pour aller chercher son arme mais le Soldat lui donna un coup du tranchant de la Machette au poigné et lui dit :

- Mauvaise erreur du con. Maintenant tu vas calmer ta joie et écouter ce que je vais te dire si tu tiens à la vie. Tu vas me dire gentiment ou se trouve Diane, la gonzesse que vous avez surement capturé et mit sous clef.


La peur se sentait dans les yeux du psychotiques, sa main pendouillait encore au bout de son poignet, il n’allait plus pouvoir s’en servir correctement. Il lui répondit :

- J’vois pas de qui tu m’parles, fils de pute !


Francis laissa un sourire apparaître sous son casque briser, il plaqua sa machette sur le torse de l’homme, poussa un peu et répondit :

- Allons petit consanguin, te fâche pas ! Tonton Francis veut juste savoir ou vous avez mis Diane.

Au fil des mots, il continuait de pousser la machette dans le creux de la poitrine de l’homme. L’homme suait à grosse goute et il finit par avouer :

- Putain j’vais t'dire ou elle est ! Elle est dans la prison, de l’autre côté du camps. Y’à les deux gros bâtiments en face du notre, bah elle est dans le petit juste derrière ! Pitié laisse moi vivre, j’te jure que je me casse maintenant sans faire d’histoire ! J’deviendrais quelqu’un de bien s’il le faut !

Le soldat Mervault hocha la tête, retira sa machette pour ensuite mieux la planter d’un coup sec dans la tête de l’homme. Francis laissa échapper un gloussement et annonça pour lui :

- Désolé pour le cerveau.

Francis dégagea la machette du crâne sans vie de l’homme. Il essuya les petits bouts roses et rouges sur l’homme une fois de plus et regarda par la fenêtre si personne n’avait été alerté par le bruit mais personne ne s’était aperçut de rien. Il sortit de l’hôpital et se déplaça jusqu’à la prison ou était enfermé Diane. Il se surprit à voir les psychotiques autour du feu, il les compta au nombre de neuf et ils semblaient affairer à trop d’activités bien plus intéressante que de surveiller l’entrée de leur prison. Il en profita et entra à l’intérieur de la Prison. Lorsqu’il fut à l’intérieurs, il ne vit personne dans la pièce mais il y avait quelqu’un enfermé dans une assez grande cage. Il trouva la clef sur un bureau à plusieurs mètres de la cage, ouvrit la cellule la machette à la main prêt à tout et annonça comme le fit Delalonde plus tôt :

- Agent Diane ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Sam 12 Jan 2013 - 15:49

Une femme était enfermée dans une cage, les mains et pieds liées, la tête baissée et les cheveux lui retombant sur le front cachant son visage.
Francis ouvrit la cage puis y pénétra prudemment, tenant sa machette fermement, prêt à fendre l'air avec au moindre mouvement suspect. Valait mieux se méfier à présent après ce qui s'était passé dans le cimetière.

" Agent Diane ? "

Elle releva la tête lentement. Son visage était violet par endroit, ses lèvres boursouflées et un filet de sang partait de son front pour lui barrer l’œil gauche. Son regard était fatigué et elle avait peine à garder ses yeux ouverts.
Mais même avec tout ça Francis reconnu formellement le visage de l'agent Diane qui conformait parfaitement avec la photo du dossier de LINDA.


" Qu'est ce... qui êtes vous ? "

Francis relâcha ses muscles jusque là tendus.
Il prit le temps de détachait l'espionne comme tout bon gentleman qu'il était avant de lui poser les questions cruciales qu'impliquaient sa mission. Mais une fois libéré de ses liens c'est elle qui commença la première.


" Vous êtes seul ? La FNF envoi un homme seul contre une armée de psychotique et pour désamorcer une bombe nucléaire ? Qu'est ce qui leur a prit ?! "

Elle tenta de se lever, mais ses jambes tremblantes ne la supportèrent pas longtemps et son corps chavira contre une table, celle où était rangés délicatement les outils de torture...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Sam 12 Jan 2013 - 16:24

Francis regardait la forme dans l’ombre relever son visage : c’était bien l’agent Diane. Elle lui demanda qui il était. Il s’approcha d’elle, retira ses liens grâce à la machette et lui répondit en même temps qu’il l’aidait à se relever :

- Je suis le Caporal Mervault, on m’a envoyé ici pour vous libérer et désamorcer l’arme nucléaire du Maréchale…

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’elle s’exclama qu’il était seul contre une armée pour désamorcer une bombe nucléaire. Alors qu’elle venait de se relever, ses jambes ne tinrent pas longtemps et elle percuta une table ou des instruments de torture étaient rangés. Le Soldat se déplaça vers la table, dégagea d’un grand mouvement du bras tous les accessoires de torture et souleva l’agent pour la poser contre la table. Il fouilla dans ses poches et trouva les deux Stimpack et le medX qu’il avait réussit à subtiliser à l’hôpital psychotique. Il lui tendit et lui demanda :

- Vous avez l’air mal en point, vous voulez du Stimpack ou du medX ?

Une fois qu’elle fit son choix, il se mit à lui expliquer ce qu’il se passait en se moment :

- A la base je n’étais pas seul, l’unité GAMMA devait se frayer un chemin jusqu’à la bombe nucléaire et la désamorcer. On devait vous retrouver au cimetière mais c’était un piège, plusieurs psychotiques se tenaient là en embuscade… Je suis le seul survivant et ils me croient mort… ça vaut mieux comme ça pour l’instant… De l’autre côté de Nanterre, les forces de la FNF se battent contre les psychotiques, cette bataille a pour but d’engager la plupart des ressources psychotiques sur le front et pas ici…

Francis arrêta là les explications, il attendait que l’agent Diane dise quelque chose. Il fallait qu’elle dise quelque chose, la vie des citoyens de Lutèce était en danger… Et Francis ne voulait pas que la mort de ses meilleurs amis soit vaine…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Ven 18 Jan 2013 - 23:23

Diane arracha des mains de Francis le stimpack et le medX et se les planta dans la cuisse sans même un remerciement.
Elle souffla quelques secondes semblant ne pas faire attention à ce que disait Francis, mais une fois que l'histoire du soldat fut fini elle se releva et s’assit sur le bord de la table, le visage tuméfié dans le creux de ses mains.


" Vous deviez me retrouver au cimetière ?
Je ne suis au courant de rien, ça fait deux jours que je croupis dans cette cage...
Je... je ne sais absolument pas comment les psychotiques ont pu percer ma couverture. "


Elle se remit sur ses jambes pour faire face à Francis et elle n'avait l'air aucunement troublé en apprenant la morte de toute son équipe.


" C'est très grâve ce qui se passe ici, ça ne m'étonne pas que la FNF emploie les grands moyens.
La FNF s’inquiétait de ce qui se passait ici et elle avait bien raison... Ça fait 3 semaines qu'on m'a envoyé en mission d'infiltration ici, et ce n'est que la semaine dernière j'ai enfin découvert ce qu'ils traficotaient.
Vous savez ils ne crient pas sur tous les toits qu'ils fabriquent une bombe nucléaire, certains psycho ici ne savent même pas pourquoi ils se battent. Il se battent parce qu'on leur dit, ils sont tellement camés qu'ils ne rendent plus compte de rien. Je sais ce que je dis j'ai vécu avec eux pendant longtemps, pas seulement ici à Nanterre mais aussi parmi les amazones où les malbranches. Au final tout les psychotiques se ressemblent... "

Voyant le regard pressant de Francis elle se rendit compte qu'elle s'écartait du sujet.

" Bref, tout se passé bien jusqu'à avant hier. J'avais enfin découvert l'emplacement de cette bombe qu'ils gardent bien cachée, même à leur propre soldats.
J'avais réussi à prévenir l'état major la veille que la bombe allait bientôt être opérationnel contrairement à mes estimations. Et le lendemain une bande de psycho m'est tombée dessus.
Je ne sais pas comment ils ont fait, peut être ont-ils intercepté mon message, je ne sais pas comment ils auraient fait mais c'est possible... "

Elle s'arrêta et resta pensif quelques instants.

" A croupir pendant deux jours ici j'ai eu le temps de penser. Vous ne trouvez pas que quelque chose ne va pas ici ? Je veux dire, d'où ils sortent tout cet armement ? Cette bombe ?
Il ne suffit pas d'un livre pour sortir tout, où est qu'ils ont trouvé toutes ces ressources ? "


Ces questions étaient intéressants certes, mais elles ne répondaient pas à celle qui importait à Francis en ce moment même : Où est cette bombe ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Sam 19 Jan 2013 - 10:45

L’agent Diane avait prit un stimpack et le medX, il lui restait donc un stimpack au cas où. Elle lui avait répondu qu’elle n’était au courant de rien pour le cimetière, qu’elle était dans la cage depuis deux jours. Elle lui fit tout un speech sur le fait qu’elle était en mission depuis trois semaine et cetera… Tout ça pour conclure que tous les psychos se ressemblaient. Francis ne doutait en aucun cas de ses propos mais il voulait se remettre en route le plus vite, il ne se sentait pas en sécurité ici, il suffisait qu’un psychotique rentre dans la salle pour donner l’alerte. La bonne nouvelle dans cette histoire c’est qu’elle connaissait réellement l’emplacement de la bombe. Elle lui dit aussi qu’elle trouvait étrange que les psychotiques aient autant d’équipement et une bombe nucléaire. C’est vrai qu’un livre permettant de faire des armes de destructions massives n’est pas à mettre en travers toutes les mains… Mais demain ça allait être quoi ? Les Maquisard qui vont construire un robot en bois géant ? Les Hurleurs qui vont avoir trouvé un système de missile téléguidé via un satellite ? Des questions aussi stupides… Il regarda Diane et lui répondit :

- C’est vrai, c’est louche leur truc… Mais on n’a pas le temps de se poser des questions. Il faut aller désamorcer cette foutu bombe !


Il regardait l’agent Diane dans les yeux, il avait vraiment envie de terminé cette mission le plus tôt possible. Ils ne pouvaient pas se permettre de perdre ses précieuses secondes… Il regarda discrètement par la porte d’entrée et remarqua qu’aucuns psychotiques ne se trouvaient dans le secteur. Il regarda l’agent Diane et lui annonça :

- La voie est libre…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Sam 19 Jan 2013 - 11:28

Diane ne bougea pas et resta au milieu de la pièce, les bras croisés sur la poitrine.

" Je vois quel genre de soldat vous êtes Mervault. Vous suivez les ordres comme un bon petit chien sans vous poser la moindre question. "

Elle secoua la tête. Diane était tout le contraire de Francis. C'était quelqu'un de réfléchi et de méticuleux, qui pensait chaque action et chaque événement.
Elle regarda le caporal droit dans les yeux.


" La bombe n'est pas ici. "

Elle s'approcha pour regarder avec lui dans la porte entre ouverte.

" Sur la droite, il y a un gros bâtiment en taule.
Ce bâtiment cache une plaque d'égout qui mène à une série de tunnel. L'un des tunnels emmène directement à la bombe qui est construite un peu plus loin. Il nous faudra bien un quart d'heure de marche pour rejoindre le site de construction de la bombe. Mais peut être plus si on se perd en route. Les galeries sont de vrai labyrinthe. "


Elle s'écarta de la porte pour retrouver le milieu de la pièce.

" Je n'ai pas eu le temps d'aller voir par moi même la bombe.
A vrai dire je ne l'ai jamais vu, mais je sais que mes informations sont vraies et ça m'étonnerait qu'ils déplacent une bombe nucléaire et tout leur site de construction en deux jours comme ça. "


Soudain Francis ferma la porte et recula. Des psychotiques approchaient en courant de la prison. Mais finalement ils passèrent juste devant la porte sans rien remarquer.

" Qu'est ce qui se passe ? "

Plusieurs bruits d'agitation arrivèrent de l'extérieur.
Diane monta sur la table pour atteindre une petite fenêtre rectangulaire en haut du mur pour voir ce qui se passait.


" Rah... ce salaud... Céd...
C'est lui m'a torturé... et il ne m'a même pas posé de question. "


On entendait faiblement celui qui semblait être le chef, ou du moins le sous chef, parler à ses hommes.

" Céd ! Il n'est plus dans la fosse !!
- Rah, comment est ce possible ? Ils étaient censé être tous morts !
- Nous le pensions aussi ...
- Soit ce connard s'est enfui soit il va tenter de finir sa mission. S'il n'est pas mort il doit être au moins salement blessé. Retrouvez le, il doit être dans le coin.
- Oui chef. "


Tous les psychotiques qui étaient tranquillement posés au coin du feu de camp se levèrent et se dispersèrent.

" Attendez vous deux.
Nous n'avons plus besoin de la fille vous pouvez aller lui régler son compte. "


Diane se tourna vers Francis.


" Merde, mais la fille c'est moi ?
Deux psycho en approche ! Si on se fait prendre on est mort, toute la base sera à nos trousses. "


A présent l'extérieur de la prison était plus ou moins désert mais deux psychotiques armés de fusil plasma arrivaient...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Lun 21 Jan 2013 - 17:21

Diane l’avait en quelque sorte insultée en le traitant de petit chien. *Elle a passé sa dernière année ou cette connasse ?* pensa Francis. Il avait juste envie de lui donner une bonne grosse mandale pour lui remettre les idées en place, il détestait être insulté de la sorte, après avoir passé une année en section humanitaire pour refus d’obéir c’était assez dégradant comme insulte. De plus, Mervault était assez connus pour être l’un des seuls condamnés à ne pas avoir été fusillés ou envoyé à la Fosse. Il laissa couler, faire une nouvelle marque sur le visage de l’agent n’arrangerai en rien les choses à part que ça le calmerai un peu, il venait de perdre ses meilleurs amis, ses frères d’armes… Elle lui expliqua ou se trouvait la bombe, ça n’allait pas être facile de la trouver en somme. Alors qu’il venait de vérifier la sortie, il ferma la porte au plus vite, des hommes se dirigeaient vers la prison, il saisit sa Machette d’amour qu’il avait déjà surnommé intérieurement « Fendeuse de Psycho’ », il allait avoir de la peine au moment ou devrait s’en séparer : L’état major n’aimait pas que ses soldats portent se genre d’équipement aussi trivial. Les hommes passèrent devant pour aller déclarer que quelqu’un n’était plus dans la fosse. Après une courte discutions sur Francis, les hommes se séparèrent pour aller le chercher en pensant qu’il était blessé, Francis se dit qu’ils n’étaient pas encore passés par l’hôpital… Mais maintenant deux hommes se déplaçaient vers la Prison, tout deux armés de Fusil à Plasma… Francis ne perdit pas de temps et il poussa Diane de façon plutôt violente de la cage, il se devait de la protéger et il avait déjà un plan. Elle n’eut pas le temps de se relever qu’il avait déjà refermé la cage à clef, remit la clef sur la table de torture et était partit se planquer contre le mur, les hommes ne le verraient surement pas en rentrant dans la pièce. Les deux psychotiques entrèrent dans la pièce et se dirigèrent vers la table de torture, ils avaient déjà un début de conversation en route :

- Tu penses qu’on peut se faire un peu plaisir avant de la plomber… La plasmer j’veux dire ?

*Plasmer ? Quel beau barbarisme de Psycho.*


- J’aurai bien aimé mais faut qu’on se grouille de la descendre maintenant et aller chercher l’autre enculé, ouvre la…


Mais Francis avait déjà sauté sur l’occasion, la machette planter dans le crâne du premier, il ne perdit pas de temps en abandonnant la Fendeuse de Psycho dans la tête du premier et se jeta sur le deuxième homme. Il n’eu pas le temps de tirer et il c’était retrouvé au sol avec Francis sur lui. Il avait lâché son fusil et ils étaient tous les deux au sol avec seulement leurs poings pour se battre. L’homme était un peu sonner à cause du choc brutal avec le sol et Francis en profita pour lui donner un coup de poing sur son visage crasseux, c’était dans des jours comme ça que Francis était heureux de porter des gants, un coup à attraper l’herpès de toucher le visage de ses mecs là… L’homme ne se laissa pas frapper sans rien dire et il renversa Francis sur le côté grâce à ses jambes. Les deux hommes se relevèrent le plus vite qu’ils leur étaient possibles, le psychotique se baissa pour attraper son arme mais le Soldat ne lui laissa pas cette opportunité et il lui mit un bon coup de pied dans les cottes qui l’envoya valsé sur le côté. Diane, qui s’était approché des barreaux pour observer le combat, avait reculé d’un bon quand le corps du Psychotique avait frappé la cage. Francis s’approcha de l’homme pour continuer le traitement mais le Psychotique lui donna un bon coup de pied plutôt inattendu au niveau du casque et Francis sentit une terrible douleur lui venir du bas du visage, le choc avec du lui briser au moins une dent… Un bon rendez-vous chez le dentiste était à prévoir en tout cas… Mervault se lança sur lui, lui mit un jolie coup dans les jambes pour le faire tomber et se mit au dessus de lui. Il lui mit plusieurs coups de poing dans le visage, il sentit en premier son nez céder, ensuite il entendit un joli son provenant de sa mâchoire et ses yeux se fermèrent, il était surement évanouie. Francis se releva, retira son casque déjà bien trop amoché montrant ainsi sa tête blonde et cracha la dent qui s’était délogée. Il remit tout de même son casque, la radio avec LINDA se trouvait à l’intérieur. Il retira la Machette de la tête du premier psycho’ et termina le deuxième homme en lui mettant la bon coup au niveau de la gorge. Il reprit la clef de la cage, l’ouvrit et laissa l’agent Diane sortir… Il lui fit signe de ramasser une arme et attendit qu’elle lui montre le chemin… Ils n’avaient pas de temps à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Ven 8 Mar 2013 - 17:04

Aider par l'effet de surprise, Francis eu vite fait de taillader les deux psychotiques, sous le regard impassible de Diane, qui en avait vu - et vécu - bien d'autres et dont l'esprit était occupé à essayer de démêler cette histoire.
Elle sort enfin de sa cage, ramasse une arme - un fusil plasma, artisanat psychotique local - Francis l'attend, elle sait mieux que lui où est l'entrée des tunnels.
Avant de partir, elle s’adresse à lui:

- Si vous êtes en communication avec Linda, faite lui un bref rapport. Dites lui que la Bombe est dans les sous sol, et qu'on va essayer de finir la mission tous les deux. Linda aura peut-être des vieux plan de ces galeries souterraines, et surtout, que les Hommes sur le front ne lâchent rien, ils doivent retenir les psychotiques encore un peu, le temps qu'on agisse... On peux y arriver. Si la diversion à marché, une partie des forces du maréchal seront absentes, mais la bombe doit être encore très bien gardée, peut-être mieux encore, Le Maréchal est un grand paranoïaque...
Je ne sais même pas comment il a su qui j'étais vraiment...


Pas de temps pour le défaitisme, ni pour le triturage de crane, désamorcer la bombe était la priorité et répondrait surement à certaines questions que se posait l'Agent.
Elle vérifia son fusil plasma une dernière fois, pris une grande inspiration et quitta la prison, en boitant un peu, suivie de près par le Caporal.
Elle prit directement sur la droite, vers le Bâtiment, et l'entrée des tunnels. Elle jeta un coup d’œil par un trou dans la taule corrodée: L'intérieur était vide, à l'exception d'une table et d'une chaise, mais le garde supposé être assis dessus n'était pas là. Tant mieux, passage libre, Ils entrèrent.
La baraque en taule rouillé avait bien été construite uniquement pour camoufler l'entrée des tunnels: Une petite plaque d'égout, à peine la dimension d'un homme. Ce n'est qu'un accès secondaire, inutile de préciser que le matériel pour la bombe n'a pas pu passer par ce trou.

L'agent Diane descendit la première pendant que le soldat couvrait ses arrières.
- Merde, il fait plutôt sombre ici, j'espère que vous avez une torche Mervault?

En effet, une longue et étroite échelle en barre métallique descendait sur plusieurs mètres pour déboucher sur un tunnel trop étroit pour s'y tenir à deux cote à cote, humide et sombre, à peine éclairé par des lampes de secours tous les 10 mètres environs, mais dont la moitié est en panne.
Les galeries se croisent, plus ou moins larges, plus ou moins délabrées, s'arrêtant parfois en cul de sac. C'est un vrai labyrinthe mais différents indices peuvent donner grosso modo une idée du chemin à suivre.
Un combat dans ces galeries pourrait être très meurtrier, le terrain supprimant l'avantage du nombre... Mais autant prier de ne croiser personne.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Dim 31 Mar 2013 - 11:04

Thème Musical
↓↓↓

Francis attendait patiemment que l’oiseau sorte de sa cage pour qu’ils puissent continuer leur mission. Le Soldat en avait vue des missions dangereuses mais celle là était surement la pire qu’il est vécu… Il y avait bien cette fois ou il avait été prisonnier de trois Wendigo qui voulait le se le cuire mais il s’en était sortit indemne grâce à beaucoup de belles paroles et l’arrivé impromptue d’une équipe de secoure qui l’avait localisé grâce à son BEC. Mais cette fois, personne ne viendrait le sauver si il lui arrivait quoi que se soit, il était dos au mur et il devait avancer coute que coute. Diane lui expliqua qu’il devait faire un rapport à LINDA et lui demander des rapports sur les sous-sols. Juste après ces deux informations, il cessa de l’écouter et traficota la radio de son casque pour essayer d’être en ligne avec LINDA et déclara :

- Caporal Mervault à LINDA, j’ai récupérer l’agent Diane, la bombe est dans les sous-sols de la base du Maréchal. Y’à-t-il possibilité de télécharger les plans du sous-sol ?
- Caporal Mervault, j’ai trouvé les plans que vous cherchiez, je vais prendre cinq minutes pour pouvoir envoyé le ficher à votre BEC3000. Je vais aussi vous donner les possibles positions de la bombe, l’opération prendra cinq minutes de plus soldat Mervault.
- Ça devrait le faire…


Lorsque Diane et lui sortirent de la Prison, il n’y avait plus personne dehors. Les psychotiques du Maréchal étaient tous en train de chercher Francis dans toute la base. Ils profitèrent de leur absence pour se faufiler jusqu’à la plaque d’égout qui allait les mener jusqu’aux tunnels de la base. Lorsqu’ils descendirent, Diane fit une remarque sur la luminosité des lieux et demanda au Caporal s’il avait une lampe-torche. Il lui répondit calmement :

- J’ai encore mon BEC3000, ce bijou de technologie devrait pouvoir nous éclairer un peu plus que ces lumières.


Il désigna rapidement les lumières au mur qui n’éclairait que trop peu les couloirs et il mit la luminosité de son BEC3000 sur la fonctionnalité lampe-torche. La lumière rassura un peu le caporal qui décida d’avancer dans les premiers couloirs jusqu’au moment ou la voix LINDA se fit entendre :

- Caporal Mervault, j’ai finit de… vos… fi… Il vous… De… Bzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz…
- Et merde !


Les plans avait bien été envoyé à Mervault mais il ne pouvait plus communiquer avec LINDA dans les sous-sols, panne de réseau. Il avait bien les plans des sous-sols mais il n’avait pas la fameuse analyse de LINDA pour savoir ou pouvait se trouver la bombe. Il regarda les plans sur son BEC et essaya de deviner ou pouvait se trouver la bombe… Après avoir bien étudié le plan, il commença à avancer. )

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Dim 31 Mar 2013 - 14:07

Spoiler:
 

Francis avait l'air circonspect en voyant la carte et resta quelques minutes à la regarder.
Diane s’impatienta.


« Vous ne savez pas lire une carte ou quoi ! »

Elle tira le bras de Francis auquel était accroché le BEC-3000 pour voir à son tour le labyrinthe.
Puis elle relâcha simplement celui ci et détourna le regard sans dire un mot.


« Bon... alors ? »

Devant eux se trouvaient déjà trois chemins possibles, et dépassait dix mètres les murs de briques laissaient places à des parois de terre qui semblaient vouloir s'effondrer à tout moment.
Diane et Francis se trouvaient en vérité dans les vestiges d'avant guerre de tunnels creusés par les résistants pendant l'occupation chinoise. La chose était bancale, faite par des amateurs, et il était étonnant que les souterrains soit encore debout après plus de 80 ans.
La carte aussi avait plus de 80 ans et elle n'indiquait donc pas les possibles effondrements ou modifications que les hommes du Maréchal avaient pu apporter.

Diane s'avança vers l'un des chemins possibles. Elle semblait avoir perdu son enthousiasme, son regard était triste.
Puis elle dit tout bas :


« Jamais on ne trouvera cette bombe... »

Soudain, des pas de course se firent entendre dans les tunnels, suivis par des cris de psychotiques.

« Vite ! Ils sont par là ! »

Francis attrapa Diane par le bras et la tira vers une cachette sans oublier d'éteindre la lumière de son BEC-3000.

« Mais comment savent-ils que l'on est ici ?! »

Trois psychotiques apparurent dans le champ de vision de Francis. Ils s’arrêtèrent devant l'échelle par où ils étaient descendus.


« Ils sont dans les souterrains, il faut les trouver avant qu'ils ne retrouvent la bombe ! 
Il faut se séparer. Toi à gauche, toi à droite et moi je vais tout droit ! »


Les psychotiques se séparèrent rapidement.
Francis se leva, mais il fut rattrapé par la main de Diane qui l'accrocha.


« C'est LINDA ! Enfin je veux dire, pas exactement, mais... ecoutez.
Tout à l'heure j'ai avancé l'hypothèse qu'ils puissent intercepter nos communications. Ça me paraît évidemment à présent ! Ma couverture, l'attaque au cimetière, le fait qu'ils ont su très rapidement que vous n'étiez pas mort, et maintenant ça.
A chaque fois que vous avez utilisé votre radio ils ont su où vous étiez ! »


Comme pour répondre à Diane le BEC-3000 de Francis grésilla à nouveau et la voix de Madof y sortie difficilement.

« Caporal ! Capo*Bbzzzzz* ! Vous me rece*Bbzzzzz* Où en êtes vous ? *Bbzzzzz* »

Diane posa une main sur celle de Francis.

« Ne répondez pas Caporal. Nous devons terminer cette mission seuls, nous ne pouvons plus avoir de soutient, il nous faut même nous passer de LINDA.
Il y a encore une chance de trouver la bombe. Il nous faut trouver le bon chemin et il faut faire vite, si les psychotiques savent que nous sommes ici ils vont bientôt être nombreux dans les souterrains. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Mer 3 Avr 2013 - 17:17

Thème Musical
↓↓↓

Diane se permit de faire une remarque à Francis alors que celui-ci était justement en train de faire un plan plus adapter pour que leur chemin soit le plus optimiser possible : Aller de sortie en sortie sans perdre de temps ou faire de retour en arrière. Alors qu’il allait justement la remettre à sa place, des psychos se firent entendre et ils savaient qu’ils étaient là. La radio bien sûr ! Tout s’expliquait enfin dans la tête de l’ingénieur Soldat. Il se fit tirer dans une cachette et il éteignit la lumière de son BEC le plus vite possible. Ils eurent beaucoup de chance, les psychotiques faisaient plus de bruit qu’un troupeau d’éléphants et il était facile pour Francis de savoir d’où ils venaient. Comble de leur bonheur, ils se séparèrent pour mieux les trouver. Francis saisit son fusil à Plasma à deux mains, commença à se relever mais Diane le retint et lui expliqua se qu’il se passait. Francis hocha la tête pour lui montrer qu’il était d’accord avec elle, il s’abstint de lui dire qu’il l’avait comprit sans son aide mais ça n’aurait pas arrangé leur superbe relation qu’ils entretenaient déjà. Le Général Madof tenta tout de même de les contacter mais Francis coupa net la radio et suivit les conseils de l’agent Diane. Il se leva, bomba le torse et annonça :

- Ouais, on va trouver cette putain de bombe et la désamorcer. Je vais leur montrer ce que ça fait de mettre en colère un vrai fils de la république !


Il se souvint subitement qu’elle était née dans les terres désolées avant de rejoindre la FNF et espérait qu’elle ne l’avait pas trop mal prit. Il lui fit signe de la suive et ils se mirent à marcher au pas de course pour trouver cette sortie qui allait les menés à la bombe. Francis souhaitait plus que tout en finir avec cette mission au plus vite, la vie des citoyens de Lutèce en dépendait. Alors qu’ils parcouraient les couloirs des galeries souterraines, Francis ne put s’empêcher de penser à certains points : Il savait qu’il ne s’en sortirait pas vivant. Il avait déjà émit l’hypothèse qu’il pouvait s’en sortir mais les chances étaient très faibles. Une fois qu’il aurait désamorcé la bombe, qui viendrait le sauver ? Tous les psychotiques sauraient qu’il était là et ils jailliront sur lui tel les charognards sur un cadavre encore frais. Qu’est-ce qui le retenait sur cette terre ingrate en fin de compte ? Tous ses amis étaient morts, il n’avait plus de famille, son nom était déshonorer jusqu’à la fin de ses jours… Il n’avait plus qu’a faire se dernier baroud d’honneur pour sa chère et tendre république qu’il aimait tant… Il avança malgré un nombre considérable de Raliénés qui lui faisait parfois obstacle et il arriva à distinguer un des psychotiques qui étaient à sa recherche au loin. Francis ne prit pas beaucoup de temps à réfléchir, il le pointa avec son fusil à plasma et tira. Le Plasma frappa en pleins milieu de la poitrine et l’homme ne put s’empêcher de lâcher un cri de surprise et de douleur en même temps. Francis continua sa charge contre l’homme et quand il arriva à sa hauteur, il lui flanqua un bon coup de poing qui eu pour effet de mettre l’homme au tapis, Francis pointa une dernière fois son Plasma sur le visage de l’homme et abrégea ses souffrances. Francis prit tout de même la peine de prendre ses munitions et continua son chemin avec Diane le plus vite possible. Il ne savait pas depuis combien de temps ils avançaient mais ils venaient de trouver une sortie potentiel. La lumière au bout du tunnel ? Ou alors un nouveau traquenard qui signifiait la fin du voyage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Mer 3 Avr 2013 - 21:14

Diane se contenta de suivre Francis qui avançait d'un pas déterminé. Il semblait savoir où il allait alors qu'en vérité il prenait son chemin au hasard, espérant trouver une sortie.

« Vous savez vraiment où vous allez ? Ce n'est pas comme ça qu'on va retrouvez le hangar ! »

Mais le soldat n'écouta pas l'espionne et pour toute réponse elle ne reçue que la détonation du fusil plasma de Francis. Au loin un psychotique arrêta de son torse la course du rayon vert.

« Mais vous êtes fou ?! Vous allez rameuter tout le monde avec vos conneries ! Ce psycho ne nous voyez même pas ! »

Alors que Francis était parti achever sa cible, les parois du tunnel tremblèrent.

« Mon dieu... ces tunnels sont tellement vétustes qu'ils pourraient s'effondrer à la moindre secousse. Cessez de tirer où vous allez nous ensevelir ! »

Diane prit les devants pour s’engouffrer la première dans la suite du tunnel sombre.
Comme prévu, et malgré la carte de LINDA, les souterrains avaient l'air d'un labyrinthe sans fin. Tous les chemins se ressemblaient et les deux soldats avaient parfois l'impression de tourner en rond.
A un carrefour ils prirent le tunnel de gauche, puis rencontrant un cul de sac à cause d'un éboulement ils rebroussèrent chemin pour voir trois psychotiques qui arrivaient de face.
Forcés de prendre le tunnel de droite, ils évitèrent les ennemis qui prirent un autre chemin puis reprirent le leur.

« J'ai vraiment l'impression d'être déjà passée par ici... on ne trouvera jamais ce foutu hangar !... »

Diane commençait à perdre espoir à nouveau, mais c'est quand il lui sembla repasser par le même tunnel qu'il y a cinq minute qu'une échelle apparue devant elle.

« Regardez ! Une sortie !
Restez ici et surveillez nos arrières, je vais jeter un coup d'oeil pour voir où cette échelle nous mène. »

Diane monta, pendant que Francis, l'arme au poing, surveillait l'approche de possible psychotiques à leur recherche.
Elle ouvrit la trappe, juste assez pour passer un œil et regarda ce qu'il s'y trouvait.

« Caporal ! »

Francis tourna la tête vers l'espionne.

« La porte mène à l'extérieur, mais je vois un grand hangar devant. Ça doit être sûrement... »


Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'une salve de rayons verts vinrent toucher l'échelle. Diane tomba lourdement au sol pendant que Francis se mit rapidement à couvert derrière une grosse caisse non loin de la sortie.
Des psychotiques les avaient retrouvés, et alors que Francis regardait Diane lui parler, ils les avaient surprit.
Diane se releva pour rejoindre Francis à son abri sous les rayons verts.

Ils étaient trois à tirer à tout va. Puis les tirs s'arrêtèrent.


« Vous avez été dur à localiser cette fois. Ce n'est pas très gentil de ne pas répondre au appel de son chef. Héhéhé. »

Francis, cachait derrière son abri, ne pouvait pas voir celui qui parlait mais reconnaissait parfaitement cette voix...
« Non je ne suis pas l'agent Diane. »
« Bien, voilà une bonne chose de régler. Il sera content. 
Récupérez leur équipement et porter les corps dans la fosse à cadavre.
 »

Cèd ! L'un des lieutenants du Maréchal, celui qui avait tué les camarades de Francis, celui qui avait décimé l'unité gamma et prit plaisir à torturer l'agent Diane...

« C'est bon, c'est fini, vous avez perdu. Diane, mon cher Francis, je vous conseil de ne pas nous rendre la tâche plus difficile, c'était déjà assez compliqué comme ça. 
Rendez vous, je suis sur que le grand patron sera ravi de vous revoir. Après tout vous lui avez donné du fils à retordre. Vous avez failli faire capoter toute l'opération.
»


Francis était prêt à venger la mort de ses amis, mais Diane le retenait en posant la main sur son arme.

« Ne faite pas l'idiot Caporal, vous allez vous faire tuer. Peut être faudrait-il mieux nous rendre. On trouvera bien un moyen pour désamorcer la bombe... »

Il était clair dans le regard de Diane qu'elle ne croyait même pas en ce qu'elle disait. Elle savait que la mission était cette fois finie, soit ils mourraient, soit ils se faisaient capturer et alors jamais ils n'auraient le temps d'aller désamorcer la bombe...

Mais un imprévu changea les plans des deux camps... le sol se mit à frisonner, puis les murs à trembler.

« Qu'est ce que ?! »

Une pierre tomba prêt de Francis, puis une autre.

« Le tunnel s'effondre ! »

Un grand bruit d'orage rempli le tunnel, suivi d'un épais brouillard.
Puis le noir complet.

Après quelques minutes d'inconscience, Francis revint à lui en toussant la poussière qui lui était rentrée dans la gorge. A présent il y avait un grand silence et les yeux du caporal ne distinguaient plus rien dans l'épaisse fumée. Tout le tunnel s'était effondré et c'était un miracle que Francis ne se soit pas retrouvé sous les décombres.
Puis quelqu'un craqua un tube fluorescent pour éclairer les lieux.

Au départ qu'une silhouette, le survivant s'approcha de Francis qui était toujours allongé au sol.


« Toujours en vie Francis ? »

Céd avait lui aussi survécu. Il pointa son pistolet à plasma sur le crâne du soldat de la FNF, mais le sol trembla à nouveau.

« Hum... si je tir je signe sûrement mon arrêt de mort à moi aussi.
C'est un signe je pense.
J'ai toujours trouvé les armes d'une barbarie immonde pas vous ?
Rien de tel qu'un combat main nu pour connaître la vraie valeur d'un guerrier. L'arme est l'outil du fou, le poing est celui des maîtres. 
»

Céd jeta son arme au sol et retira son manteau recouvert de poussière.

« Je veux connaître votre vraie valeur Francis. Relevez vous, nous allons finir ça comme des maîtres. »

Encore abasourdi par l'effondrement, les jambes de Francis ne le tenaient qu'à peine. Autour d'eux les décombres formaient presque une arène spécialement conçu pour leur combat. Aucune trace des autres psychotiques ni d'ailleurs de Diane...
Céd se mit en position, les poings serrés vers Francis.


« En garde ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Sam 6 Avr 2013 - 14:04

Ils avaient trouvé un Hangar à l’extérieur d’après Diane ! C’était surement celui ou la bombe était cachée ! Enfin une bonne nouvelle ! Mais le moment de bonheur fut gâché par une salve de Plasma qui passa tout prêt de Diane, la faisant tomber sur le coup. Des psychotiques les avaient trouvés. Parmi eux se trouvait Cèd, celui qui avait tué toute l’escouade de Francis. Le Soldat n’avait qu’une envie, s’occuper de son cas. Diane annonça qu’il fallait abandonner, Francis la regarda et lui annonça :

- Abandonne si tu veux, mais moi je ne vais pas laisser ces salopards m’avoir aussi facilement ! Venez là bande d’enfoirés !

Il regarda par-dessus la caisse et n’eut comme seule réponse qu’une boule de Plasma qui frôla son casque. Il se remit à couvert et sentit les murs trembler, la grotte allait s’effondrer et Francis pensa pendant quelques secondes que c’était ici qu’il allait mourir, non pas en désamorçant la bombe, mais en se retrouvant sous les décombres du tunnel… Alors que les pierres tombaient autour d’eux, une d’elles atterrit sur la tête de Francis et heureusement qu’il portait son casque… L’obscurité envahit les lieux et Francis, sous la douleur, ferma les yeux…

Thème Musical
↓↓↓

Il se réveilla néanmoins quelques instants plus tard quand il crut voir de la lumière et il grinça des dents quand il comprit qu’il s’agissait de Cèd qui avait survécut. Celui-ci se tenait au dessus du Soldat et lui indiqua qu’il ne pouvait se permettre de tirer s’il ne voulait pas mourir lui aussi, ce qui donnait une chance à Francis de le battre dans un combat singulier. Francis se releva et il chercha des yeux Diane… Elle devait être ensevelit sous les pierres et il fallait qu’il aille la chercher après ce combat… Peut être était-elle morte après tout, il fallait qu’il aille désamorcer la bombe aussi… Il avait perdu beaucoup de temps… Ses jambes étaient douloureuses et il ne savait même pas si il allait battre Cèd, il avait beaucoup d’expérience dans le combat à main nue grâce à son entraînement militaire mais Cèd était presque au top de sa forme lui… Francis essaya de prendre une posture de combat approprié et regarda son adversaire : Il était le typique combattant des terres désolées, il n’avait pas de posture de combat et se battait plus avec la hargne d’un animal sauvage qu’avec de la technique. Francis retira son casque et le jeta à terre, il était définitivement hors service et la radio était en panne à cause des rochers qui avaient du briser l’émetteur lors du choc.

Cèd fut le premier à lancer un assaut, sa première attaque fut d’essayer de donner un coup de pied aux jambes de Francis, c’était une attaque plutôt prévisible et Francis fit un mouvement de côté en parant l’attaque avec une main. Le psychotique enchaîna avec un coup de poing de la main droite qui atterrit en pleins dans les cottes du blondin. Le coup avait été particulièrement douloureux mais manquait néanmoins de force pour pouvoir faire reculer l’homme expérimenté qu’était Francis. Le Soldat profita d’un instant pour donner un sacré coup d’épaule à son ennemi et enchaîna avec un coup de coude qui frappa en pleins milieu du visage de l’homme. Le psychotique fit quelques pas en arrières en se tenant le nez d’une main et reprit ses esprits. Le psychotique donna un coup de poing au niveau du torse de Francis et enchaina par un coup de genoux au niveau de l’entrejambe de Francis. Cette attaque plutôt lâche avait bien remontée le Soldat qui puisa dans ses forces pour donner un coup de pied dévastateur dans les jambes du psychotique, une balayette propre et bien sortit qui eu pour effet de faire tomber Cèd à terre. Francis ne perdit pas une seconde et se jeta sur le jeune homme. Il se mit au dessus de lui, lui plaqua le crâne sur le sol d’un coup fort et vif puis lui donna plusieurs coups de poings sur le visage. Cèd réussit cependant à se dégager de l’étreinte des jambes de Francis et il bascula le Soldat sur le côté, les faisant rouler sur plusieurs mètres. Ils s’échangèrent des coups de poings comme des amants pouvaient s’échangés des baisers fougueux et ni l’un ni l’autre ne se laissait un temps de répits pour respirer. Francis se trouvait sur le dos et Cèd était presque sur le point de gagner, il n’avait plus qu’a lui donner quelques coups de poings et le Soldat s’évanouirait. Mais le Soldat trouva sur le côté quelque chose qui allait faire la différence, il l’attrapa de sa main droite et planta la Fendeuse de Psycho’ au niveau des cottes de Cèd. Le jeune Psychotique écarquilla les yeux par surprise et s’effondra sur le côté. Francis se releva sur mieux qu’il pu et il enfonça un peu mieux la machette en lui disant :

- Tu la sens celle-là ? ça c’est pour les membres de l’escouade Gamma, pour mes putains de frères !

Cèd était en train d’agoniser au sol et il fallait qu’il retrouve l’agent Diane pour continuer la mission, il devait être sûr qu’elle était morte pour pouvoir l’abandonner là…


Dernière édition par Francis Mervault le Mar 9 Avr 2013 - 19:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Sam 6 Avr 2013 - 17:18

Francis souleva quelques pierres et retrouva rapidement l'agent Diane, allongée la tête dans la poussière.
Il la sortir des décombres et la tourna vers lui, lui frotta son visage ensanglanté et plein de terre et la secoua un peu.
Elle se réveilla, l'esprit dans le brouillard à cause des pierres qu'elle avait du recevoir et ouvrit la bouge pour y sortir un faible son.


« Caporal... le hangar est droit devant... »


Se voyant dans les bras du soldat elle s'extirpa de cette étreinte gênante pour tenter de se relever.

« Je vais bien, c'est pas le moment de fléchir. »

Elle se releva difficile et se posa contre un mur en se tenant la hanche, puis elle souffla.

« Laissez moi quelques minutes pour me remettre. »

Elle tourna la tête et vit Céd, une machette dans les côtes en train d'agoniser.

« Salope, tout ça c'est de ta faute. Tu n'étais pas prévu dans le plan.
- Cet enfoiré sait quelque chose. »


Elle s'approcha, prit la poignée de la machette pour l'enfoncer encore un peu plus. Céd cria de douleur et du sang sorti de sa bouche en accompagnant son cri.

« Parle !
- Si je vous dis quoi que ce soit il me tuera...
- Tu es déjà mort imbécile !
- Pourquoi t'es pas mort dans cette fosse connard ?
- Je crois que le Caporal Mervault est assez dur à tuer.
Maintenant répond à mes questions où tu risques de souffrir avant de mourir.
- Sa vous amuse d'inverser les rôles Diane ? Il y a quelques jours nos places étaient inversées. Vous voulez vraiment m'interroger ou bien voulez vous vous venger ?
- La bombe se trouve dans le hangar droit devant ?
- Évidement, mais c'est trop tard, elle est prêt à être lancée...
- Tu mens...
- Le règne de la FNF arrive à sa fin, Héhéhé... »


Céd toussa, projetant du sang sur le sol. Sa respiration était de plus en plus saccadée et difficile.
Il se contenta de sourire, le sang barbouillé sur ses lèvres puis rigola dans ses dernières forces.


« Je crois que le Caporal aimerai récupérer ceci. »

Elle arracha violemment la machette des côtés de Céd, lui soutirant au passage un cri, puis en se relevant elle la tendit à Francis.

« Tant qu'on ne voit pas de missile dans le ciel rien n'est perdu, nous avons une mission à finir. Laissons ce chien agoniser, c'est tout ce qu'il mérite.
Il faut trouver un autre chemin, aide moi à déplacer les pierres.
Maintenant qu'on sait quelle direction prendre se sera plus facile de s'y retrouver avec le plan de LINDA. »


Diane et Francis déblayèrent rapidement les pierres qui leur barraient le chemin et a travers un étroit passage ils purent se faufiler jusqu'à l'autre parti du tunnel qui ne s'était pas effondrée.
Ils avancèrent rapidement, suivant la carte que leur avait fourni LINDA, pour trouver une nouvelle sortie. Les tunnels avait l'air à présent vide, aucune trace d'autres psychotiques à leur recherche, peut être avaient-ils cru à leur mort dans l'effondrement.

L'échelle les mena directement à l'intérieur du hangar. Enfin ils y étaient.
Diane aida Francis à monter à la surface, puis les deux soldats s'affalèrent en même temps.
L'espionne se permit un sourire, le premier depuis sa rencontre avec le caporal.


« On est vraiment en piteux état... dire que c'est sur nous que repose l'avenir de la république... »

Il était vrai qu'ils n'étaient pas au plus haut de leur forme, tous deux étaient fatigués et blessés, seul l'objectif de leur mission les faisait tenir sur leurs pieds.
L'échelle les avait mené derrière des conteneurs qui les cachés du reste du hangar. Diane se releva et s'avança pour observer cb qui les entouré.



Aux alentours il n'y avait pas beaucoup de soldats, quelques psychotiques faisaient des rondes sur les passerelles, mais la majeur partie de occupant du hangar étaient des enfants qui s'affairaient sur divers machines.

« Je ne vois pas encore la bombe, on doit être dans la première partie du hangar, il faut la traverser pour atteindre le hangar où est entreposé la bombe.
Rien n'est perdu Francis, il faut arrêter tout ça ! »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Mar 9 Avr 2013 - 19:48

Il n’y avait rien de plus plaisant pour le Caporal Mervault que ce regard désorienté qui anima les yeux de Cèd quand la Machette s’était plantée dans ses cottes. Il poussa le corps sur le côté et alla chercher Diane sous les décombres. Il chercha pendant quelques instants, soulevant les pierres le plus rapidement possibles et retrouva l’Agent assez vite. Il souleva le corps qu’il pensa au début sans-vie mais il ne tarda pas à se rendre compte qu’il avait tord. Lorsque l’Agent reprit enfin conscience, elle lui indiqua que le Hangar se trouvait en face, le Soldat ne put s’empêcher de sourire et lui répondit :

- Content de vous voir en vie ! Je n’allais tout de même pas finir cette mission tout seul, se serait pas juste de prendre toute la gloire pour moi !

Un peu d’humour n’était pas de refus quand on savait que tout n’était pas perdu. Il souleva l’agent qui finit par se remettre toute seule debout. Elle se dirigea vers le psychotique mourant et lui fit un assez bon interrogatoire. Après une discutions forte intéressante, elle réussit à lui faire dire que le Hangar d’en face contenait la bombe qui devait détruire Lutèce. Le sort de tous les habitants de Lutèce et surement de la FNF dépendait maintenant de Francis et Diane et du temps qu’il leur restait… Diane retira la machette des cottes du jeune psychotique et la rendit au Caporal. Francis la reprit et remercia l’Agent d’un de ses plus gratifiants sourires narquois. Francis se déplaça tout de même une dernière fois vers Cèd, lui mit un sacré coup de pied au niveau du visage, prit son pistolet à plasma qui pourrait être fort utile pour le Soldat et repartit dans la direction de Diane pour l’aider à trouver le chemin vers la bombe grâce aux plans de LINDA. Le tunnel était étrangement calme, les psychotiques n’avaient pas une grande estime de Cèd pour le laisser pourrir dans les tunnels...

Thème Musical
↓↓↓

Ils trouvèrent peu après une échelle, et une fois qu’ils furent montés, ils furent dans le hangar qui était le lieu ou la bombe les attendait encore. Ils se plaquèrent au sol et ils analysèrent du mieux qu’ils purent le Hangar et ils en conclurent que la bombe ne se trouvait pas là. Il n’y avait pas la place pour entreposer un missile nucléaire et le lieu ne convenait pas pour l’envoi, le toit n’était pas fait pour s’ouvrir. Francis regarda au dessus de leurs têtes et il vit des passerelles ou des psychotiques armés de fusils à Plasma faisaient des rondes, ils allaient être d’après Francis les plus dangereux de cette partie : Ils étaient capable de les repérer rapidement et leurs positions étaient favorables à une fusillade. Il y avait aussi des enfants qui s’affairaient aux machines, Francis eu un pincement au cœur quand il vit les gamins et il ne put s’empêcher de penser à la fameuse mission qui lui valut cette rétrogradation et sa descente aux enfers. Il ne devait pas laisser ses sentiments entraver sa route, il devait coute que coute réussir cette mission. Il regarda une dernière fois Diane et lui annonça :

- On va passer pendant que les deux gardes auront le dos tourné, vous voyez les deux gardes en haut ? Il y a un moment ou les deux se retournent dans la même direction, on pourra en profiter pour avancer jusqu’aux machines, une fois aux machines nous pourront avancer vers les autres Hangars. On rencontrera un seul psychotique avec un peu de chance ou l’un des gamins, il faudra s’en débarrasser le plus vite possible.


L’agent Diane acquiesça d’un geste de la tête et ils attendirent. Lorsque les deux psychotiques se retournèrent, les deux soldats de la FNF s’élancèrent jusqu’aux machines et profitèrent de leurs imposantes tailles pour se cacher. Francis risqua un coup d’œil au passage qu’ils allaient emprunter et il remarqua deux enfants qui vérifiaient une machine et un soldat Psychotique qui n’allait pas tarder à bouger. En longeant les machines ils devraient être hors du champ de vision du Psychotique de droite mais il fallait attendre encore que le Psychotique de gauche soit dos à eux pour pouvoir avancer. Une fois qu’il tourna le dos, ils coururent vers les Hangars le plus vite possible mais ils se cachèrent une dernière fois derrière l’une des machines pour ne pas se faire repérer par les psychotiques…

Lorsqu’ils se cachèrent derrière l’engin, ils furent surpris de voir un des enfants du Maréchal en train de trafiquer quelques choses derrière. L’enfant se retourna et personne ne sut dire qui fut le plus surpris… Francis fut le premier à réagir et il attrapa l’enfant pour l’empêcher de crier. L’enfant tenta de se débattre mais ils étaient tellement maltraités qu’il ne fut pas difficile au Caporal de le maintenir comme il était. Francis lui tenait au passage le cou, prêt à faire ce qu’il devait faire mais l’Agent Diane le retint en lui disant d’une voix basse mais ferme :

- Vous n’allez pas tuer cette enfant tout de même ?!


Francis la regarda d’un air troublé et il se remit en question pendant quelques instants. Qu’était-il en train de devenir ? Un espèce de monstre qui n’hésiterait pas à tuer un enfant pour arriver à ses fins ? Il secoua lentement la tête de droite à gauche et annonça :

- Désolé gamin…


Et la tête de l’enfant frappa violement la machine sur laquelle il travaillait. L’impact ne fut pas aussi bruyant qu’il le pensait et l’enfant s’effondra par terre. Francis tâta le pouls du gamin, il était encore en vie mais il ne se réveillera pas avant plusieurs heures. Le problème était plus ou moins réglé. L’agent Diane regarda vers la sortie de Gauche et elle ne vit qu’un seul psychotique garder l’entrée et il faisait des rondes. Mais l’homme en question se dirigeait vers leur position, peut-être avait-il été alerté par le, bruit que le gamin avait fait. Un affrontement était inévitable mais ils pouvaient encore se cacher et Francis eu une idée ! Il prit la boite à outil du gamin, l’éparpilla au sol pas loin du gamin et il partit se cacher derrière la machine, l’homme ne pourrait pas le voir. Il fit signe à Diane de se cacher aussi, ce qu’elle fit aussi tôt. Le psychotique se glissa entre les machines, se retrouva au dessus du gamin et commença à le secouer :

- Eh p'tit merdeux, c’pas le moment de roupiller !

Mais c’était en vérité à son tour d’aller faire un somme… Un somme qui allait durer longtemps… Une machette dans la tête allait bien l’aidé à dormir et il s’endormit dans un bruit sanguinolent… Francis retira la machette du crâne du psychotique et essuya le sang sur les vêtements de l’homme. La fendeuse de psycho’ ne méritait pas un sang aussi impropre sur sa lame. Francis et Diane se préparèrent et quand il s virent que personne ne regardait dans leurs directions, ils se précipitèrent vers le hangar numéro deux… Qu’est ce qui pouvait bien les attendre de l’autre côté, mieux valait entrer discrètement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Mar 9 Avr 2013 - 21:49

Diane et Francis pénétrèrent dans le hangar numéro 2 et restèrent stupéfait pour ce qu'il vit. Enfin ils étaient arrivés devant la bombe.
Se tenait devant eux un long missile haut de plusieurs mètres et semblant prêt à décoller. Au dessus, le plafond laissait apparaître le ciel, la pluie et l'orage avait cessé mais les nuages gris étaient toujours présent.


« Espérons qu'on arrive à temps. »

Diane approcha de quelques mètres suivi de Francis, puis elle s'arrêta.


« Vous ne trouvez pas ça étrange ? Pourquoi le hangar est aussi calme ? »

En effet, le lieu semblait vide, il n'y avait pas un bruit aux alentours et aucun psychotiques n'étaient visibles.

« Le hangar devrait être plein et les psychotiques devraient s'affairer autour de la bombe pour son lancement, pourquoi il n'y a personne ?!
Restez sur vos gardes Mervault, cela ne me dit rien qui vaille mais il ne faut pas perdre plus de temps... »

Diane se remit en marche. La salle de commande se trouvait au deuxième étage et pour l'atteindre il fallait monter les escaliers et traverser une passerelle qui surmontait tout le hangar.
Le hangar était vraiment vide, pas un psychotique ni un enfant, pas même de trace du Maréchal.

Le missile nucléaire se trouvait en face de la salle de commande et Diane et Francis pouvaient observer l'engin de mort de prêt en passant devant.
Ils entrèrent dans la salle et à nouveau, personne ne s'y trouvait.


« Mais où est passé le Maréchal ? Il devrait être ici en train de donner ses ordres pour le lancement de la bombe ! »

Diane semblait particulièrement stressée, tout ceci n'était évidemment pas normal mais il fallait tout de même poursuivre la mission.
Francis s'approcha de l'ordinateur qui contrôlait la bombe et commença à pianoter.

« Vous allez être capable de désamorcer cette bombe Caporal ? »

Mais c'est à ce moment là que tout s’enchaîna rapidement. Francis n'eut le temps de répondre que cinq soldats apparurent comme par magie dans la pièce. Surprit, le caporal voulu réagir en attaquant le premier à porter de main, mais d'un geste vif le soldat fantôme mit à terre le Caporal.

« Des Stealth boy ! On aurait du s'en douter. »

A terre, Francis releva les yeux pour se retrouver nez à nez face au canon d'un FLAMAS.
Les cinq soldats étaient en tenue de troupe d'élite de la FNF.


« Ne bougez plus Caporal ! »

Diane de son côté subissait l'étreinte d'un autre soldat qui tentait de l'immobiliser, mais l'espionne se débattait de toute ses forces.

« Où ces psychotiques ont-ils trouvé cet équipement !
- Mais faite la taire ! »


L'un des soldats abattit la crosse de son arme contre la tempe de l'espionne ce qui la calma nette.

« Entravez le caporal. Ne commettons pas l'erreur de le sous estimer à nouveau. »

Un soldat passa une sangle autour des poignets de Francis. Pointé par trois FLAMAS le caporal ne pouvait que se laisser faire.
Ils sortirent leurs deux prisonniers de la salle pour les poser sur la passerelle devant la bombe. Puis des applaudissement vinrent égayer le hangar jusque là silencieux.

« Bravo ! Bravo ! C'est sur que si le général nous avait envoyé l'unité Epsilon plutôt que l'unité Gamma ça aurait été plus compliqué pour nous. »

Sur la passerelle approcha un vieil homme au cheveux blanc et à l'apparence noble. Francis reconnu de suite le Maréchal. Enfin le chef des psychotiques se tenait devant lui.

« Ça c'est du professionnalisme Caporal, vous voyez ? Rien à voir avec votre pathétique unité. Ils sont sûrement plus efficace là où ils sont d'ailleurs. »

Il s'approcha de Francis qui été à présent à genou, les mains liées dans le dos. Le Maréchal s'agenouilla pour se mettre au niveau du caporal.

« Alors c'est vous Francis Mervault ? Celui qui nous a donné tant de mal ? Celui qui a failli faire tout capoter ?
Je vous imaginais... plus grand. 
Mais comme vous le voyez vous arrivez trop tard, tout ça n'a servi finalement à rien, n'est ce pas pathétique de savoir que vos sacrifices ont été vains ?
Mais à vrai dire c'était perdue d'avance. Votre mission était déjà un échec même avant d'avoir commencé, car ce n'était qu'un leur, de la poudre au yeux pour les habitants de Lutèce. 
»


Un des hommes du Maréchal arrêta la petite conversation et vint lui parler à l'oreille. Les chef psychotique se releva alors tout en continuant à s'adresser à Francis.

« Tient, notre ami commun vient d'arriver. Je pense qu'il sera fier de vous caporal, il ne vous aurez jamais cru capable d'arriver jusque là. »

A présent le calme du hangar laissa place à beaucoup de mouvement. Beaucoup de soldats habillaient en tenue de la FNF investirent l'endroit, suivi d'une silhouette portant un uniforme bordé de médaille que Francis reconnaissait parfaitement.

« Tu es en retard Hector !
- C'est à toi que je devrais dire ça George, cette bombe devrait être lancé depuis plus d'une demi heure !
- Mais comment veux tu que je lance cette bombe sans les dernières pages du livre ? 
»

Le Maréchal accueilli Hector Madof à bras ouvert et après une courte étreinte le général sorti de son manteau des feuilles de papier.

« Voilà les dernières pages pour le lancement. Finissons ça rapidement, nos hommes ne vont pas s'affronter éternellement.
- C'est vrai. Qui gagne ?
- Quelle importance ? Ces affrontements ne sont que du vent de toute façon... 
»


Comme réveillée par la voix du général, Diane sortie de son sommeil forcé.

« Général ?! Mais qu'est ce que vous faite là ?! »

Madof remarqua enfin les deux prisonniers.

« Qu'est ce que tu veux qu'on fasse d'eux Hector ?
- Comment vous avez pu mettre autant de temps à les attraper ?
- Tu les as sous estimé Hector. Ce n'était pas aussi facile que tu nous l'avais dit.

- Je veux bien te croire George, ce Mervault est surprenant. Quand à la fille n'en parlons pas...
Gardez les, ils ont prouvé qu'ils pouvaient faire parti de ma nouvelle FNF.
»


Diane, attachée elle aussi aux côtés de Francis, ne tenait plus en place et laissa sortir sa rage.

« Mais c'est absurde ! Pourquoi vouloir détruire Lutèce ?!
- Hein ? Mais non vous n'y êtes pas du tout. Lutèce n'a jamais été notre objectif.
- Quoi ?!
- Cette bombe est destinée à l'île présidentiel. »


Diane s'arrêta d'un coup de gesticuler et en resta bouche bée.

« Mais... pourquoi ?
- C'est simple à comprendre.
Depuis le début les politiciens brident l'armée, avec leurs décisions stupides ils empêchent la FNF de s'étendre et de prendre le pouvoir à Paris. Avec leur démagogie, leur soi disant problème économique... elle avait son utilité à l'époque, mais aujourd'hui l'île est devenu un fardeau, la FNF n'a plus besoin d'elle et n'a plus besoin de ce conseil présidentiel formé de vieillard plus séniles les uns que les autres.
Malheureusement avec le bourrage de crâne qu'ils font aux soldats personne ne remettrait en question leur pouvoir. Il me faut agir pour sauver la république de ses dictateurs.
Et vous savez, je me fais vieux, je suis fatigué.
Je ne sers plus à grand chose en tant que général, mais si l'île disparaissait avec son président, alors je deviendrait le chef suprême de la FNF, et en tant que chef je pourrais enfin agir comme je l'entend ! Finis les politiciens, je serais un libérateur !

- C'est bien ça, c'est par soif de pouvoir que vous fait ça !
- Ne croyez pas que je prend plaisir à détruire l'île. J'y ai grandit. J'ai des amis encore là bas.
C'est un sacrifice que je fais, un sacrifice nécessaire pour le bien de la FNF, pour le bien de la France et de ces habitants. La disparition de l'île va permettre un grand bond en avant pour la reconstruction, fini les vestiges du passé, place au futur ! 
- Et vous êtes prêt à vous alliez à l'ennemi pour ça ?
- Le Maréchal n'est pas un ennemi, c'est un ami d'enfance. Je l'ai rencontré lorsque j'étais jeune soldat et lui un enfant. L'année dernière je l'ai recontacté et je lui ai parlé de mes projets. Il a tout de suite été emballé. Je lui ai fourni de quoi monter son armée et grâce au livre de Triskélis, un livre que j'ai trouvé dans les ruines par hasard dix ans plus tôt, dont je lui fournissais les pages une à une, il s'est lancé lui et ses hommes dans la construction de ce missile atomique. »


Diane semblait perdue, tout se bousculait dans sa tête et à présent beaucoup de questions qu'elle se posait depuis le début de tout ça trouvèrent enfin une explication.

« - C'est donc de vous que provienne toutes ces ressources ! Cette armée a été créée et financée par la FNF elle même et vous la faite combattre contre elle ! C'est n'importe quoi ! Vous vous rendrez compte de ce que vous êtes en train de faire ? Tout ces soldats morts pour rien, ils ont été trahi, ils ont été tué par leur propre camp ! Par leur patrie !
- Tout ça c'est de votre faute Diane ! Mon plan était parfait et vous avez presque réussi à tout foutre en l'air !
Sale fouineur d'espion, l'état major ne se donne même plus la peine de m'informer où ils envoient leurs hommes. J'aurais su plus tôt votre activité à Nanterre vous n'auriez pas survécu jusqu'ici.

- Salopard ! C'est vous qui avait trahi ma couverture !
- Évidemment.
Vous avez été l'imprévu dans toute cette opération et suite aux informations que vous avez envoyé à Lutèce j'ai été obligé de monter de toute pièce cette pseudo attaque contre le Maréchal pour garder secret mon implication dans cette affaire. Et j'ai fait en sorte que toute cette opération pour désamorcer la bombe échoue, j'ai envoyé une unité de vieux vétérans ringards à la gloire passée en sachant pertinemment qu'ils allaient échouer lamentablement mais... je n'avais pas prévu que l'un d'entre eux soit un peu plus débrouillard que les autres... Très impressionnant Caporal, j'aurais du plus me méfier de vous. Je doute que mes meilleurs hommes auraient fait mieux. Vous avez presque réussi à désamorcer cette bombe, vous avez presque réussi alors que je faisais tout pour que vous échouiez.
 »

Le général fit un signe en direction de ses soldats.

« Libérez le.
Caporal Mervault, si vous acceptez, je vous offrirais une importante place au sein de la nouvelle armée de la FNF. Vous m'avez prouvé que vous étiez un excellent soldat, qui pourrait donner sa vie pour la France. Vous m'avez prouvé aujourd'hui que étiez digne des plus grands officiers et je vous promets une place de choix. Mais en attendant venez assister avec nous à la libération de la FNF.
- Mervault !... Francis ! Vous n'allez pas vous joindre à lui ?! Pensez à tous ces pauvres gens, tous ces innocents qui vont être tués ! Vous n'avez pas de famille sur l'île ?!
- Regardez là, elle est si pathétique... elle ne sait même pas de quoi elle parle, elle n'est même pas née sur l'île, elle n'y a jamais mit les pieds. La seule chose qu'elle connaît c'est la crase des Terres Désolées...
- Après tout ce qu'on a traversé vous n'allez pas participer au lancement de cette bombe ?!
- Faite la taire. Lorsque vous aurez comprit la portée de mes actions, vous me rejoindrez vous aussi agent Diane.
 »


L'un des soldats frappa une nouvelle fois la tête de l'espionne puis ils entrèrent tous dans la salle de commandement où à présent plusieurs soldats et psychotiques s'affairaient à faire décoller la bombe.

« Prêt au lancement.
Coordonnées entrées. Cible : Ile présidentielle. Général ?
- Lancez le missile! »


A cet ordre l'un des soldats appuya sur un gros bouton rouge carré.
Toute la salle vibra et derrière les vitres qui les protéger un nuage de fumée s'éleva du sol.
L'énorme missile trembla de tout son corps et commença à s'élever.

« Regardez Francis ! Soyez fier, vous vivez un moment historique ! La France va enfin se relever et vous serez l'un de ces artisans ! Nous allons forger un nouveau monde dès aujourd'hui, un monde à notre image, sans la corruption des politiciens ! »

Puis une lumière rouge envahie la pièce accompagnées d'une alarme stridente.
Toute la salle tremblait de plus en plus.


« Général il y a un problème ! »

La salle tremblait de plus en plus et désormais chacun de ses occupants devaient se tenir à quelque chose pour ne pas manquer de tomber.
Devant leurs yeux le missile nucléaire s'envola dans le ciel.

« Qu'est ce que cela signifie ?!
- C'est le hangar général ! Il va s'effondrer !
- Quoi ?! George ?! Mais qu'est ce que tu as fait ?
- Euh... je sais pas moi, c'est vrai que ce hangar date d'avant la guerre, il ne doit peut être pas résister au décollage d'un missile.
- Imbécile ! Tu n'es même pas capable de construire une base de lancement potable !
 »


Des morceaux de plafond commencèrent à tomber, puis très vite c'est le sol qui s'effondra. Les passerelles du hangar tombèrent lourdement au sol, les murs de taules s'écroulèrent.
Plusieurs soldats tombèrent avec les décombres, le Maréchal s'accrocha comme il put à l'un des murs, le général lui, glissa dans un trou qui s'était formé sous ses pieds et réussi à se rattraper à temps pour ne pas s'écraser au sol.
Diane, toujours les mains attachées, avait réussi à se mettre dans un coin de la pièce pour ne pas tomber.
Francis quand à lui, c'était raccroché à la console de la bombe.
Dans la cohue de l'effondrement à venir, il se retrouvait à présent seul devant la machine qui contrôlait le missile. Guidée par un vieux satellite d'avant guerre, le Caporal avait encore la possibilité de changer la destination de la bombe et à présent, avec le hangar qui s'écroulait, personne ne pourrait l'en empêcher.

Francis Mervault n'avait que quelques secondes pour se décider. Rallier Madof dans son utopique nouvelle armée de la FNF libre des politiciens, ou bien sauver le gouvernement Français et les vies innocentent qui habitaient l'île présidentielle en faisant s'abîmer le missile dans l'océan...
(ou peut être encore, rentrer de nouvelles coordonnées pour faire s'écraser le missile sur un nouvel objectif.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/12/2012
Messages : 32
avatar
Francis Mervault
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   Mer 10 Avr 2013 - 12:38

Francis avait enfin la vérité en face, il comprenait beaucoup mieux pourquoi les psychotiques étaient aussi bien armés. Prit en traitre par l’armée elle-même, combien de mort de leur propre camp pour cette utopie ? Une quête de pouvoir allait peut-être détruire la FNF… Le maréchal et le général Madof étaient tous les deux liés depuis le début par une si longue amitié. Francis n’avait qu’une seule question à poser : « Pourquoi ? ». Mais il aurait surement le temps de la poser quand le missile sera envoyé. Quel avenir avait-il maintenant ? Devait-il rester fidèle à cette nouvelle FNF qui se créait devant ses yeux ? Il regarda autour de lui tous les hommes présents dans la pièce et n’avait qu’une envie : Leur cracher au visage. Ils n’étaient qu’une bande de traitre à ses yeux qui ne méritaient que de mourir pour la traitrise dont ils étaient responsables ! Il les regarda dans les yeux et leur dit :

- Plutôt mourir que de rejoindre une bande de lâche comme vous ! Abattez moi ici et maintenant ! Je préfère mourir comme un héros maintenant que de vivre avec la mort d’innocent sur la conscience ! Allez-y tuez moi !


Il leur fit plusieurs signe de bras et l’un des membres de l’unité prit un malin plaisir à s’approcher de lui et le frappa au niveau du visage pour le faire taire. Peu de temps après, Le missile fut envoyé ! Francis perdu tout espoir et tomba à genoux près de la console. Il n’avait qu’une envie : en finir avec ses jours. Toute sa famille vivait encore sur l’île présidentielle… Mais quelque chose d’inattendu se passa à ce moment précis : Le hangar commençait à s’écrouler ! Francis attrapa ce qu’il put pour ne pas tomber dans le gouffre qui se formait et il fut surpris de voir qu’il s’agissait de la console de navigation du missile ! Francis se mit debout du mieux qu’il put et commença à voir comment marchait la machine, c’était plutôt simple grâce à ses superbes outils de navigation ! Il commença par changer le lieu d’arrivé et trouva un point qui était déjà enregistrer depuis… L’avant-guerre ??? Le nom du lieu était Pékin, surement l’ancienne capitale des Chinois.

Il appuya sur le bouton « enregistrer la destination » et confirma. La console lui confirma que le missile venait de changer sa direction et qu’il ne pouvait dorénavant plus faire marche arrière. Francis devait maintenant réussir à s’échapper mais il devait avant tout retrouver l’agent Diane !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Opération "Intrusion N313" [Francis Mervault]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Opération Intrusion ! [PV : Tsukiyo] [Fini]
» tuto haradrim, opération désert
» Salle d'opération section civile
» Votre fédération 2011.
» Ambassade de la Confédération du Rhin {LCR}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives :: Hors RP :: Event : La Bataille de Nanterre-