Partagez | 
 

 Amazone.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Age IRL : 24 Masculin
Ville IRL : Nevers.
Inscription : 04/09/2012
Messages : 14
avatar
Noah Pasquet
MessageSujet: Amazone.   Dim 21 Oct 2012 - 6:27

[Suite de la Biographie.]

Les terres désolées de Paris ; 3:07 PM.

Noah s'agenouille aux côtés de son Père qui suffoque la mort ; posant -à tâtons, effaré de torpeur- ses mains sur son torse ruisselant de sang... Ses doigts hésitants ne suffisent pas a stopper l'hémorragie féroce qui s'empare de David Pasquet -de son Père- comme une mauvaise peste d'époque médiévale. Il jette un coup d’œil humide aux alentours : Personne, aucune vie ne semble donner signe ; pas même un aboiement rauque de sa fidèle chienne... Seulement du sable chaud, des ruines avoisinantes et la chaleur d'un soleil de plomb qui -anodin- continue son ascension dans cet espace qui lui appartient.

- Va-t'en, fils... Tu, tu ne peux rien faire. Vas découvrir le monde, prospère, deviens fort.
- Tais-toi, Papa ! Garde tes forces, je vais trouver une solution !
- Tu m'as toujours tenue tête,
dit-il fier en esquissant un sourire, nous avons bien vécus et je ne regrette rien.
- Il faut que je retrouve Maxy, Maman et Ella !
- Fais, fais ce qui est... en ton pouvoir mais, Noah... Ceux qui les ont prises sont des malades mentaux ; ne fais rien de stupide, tu es peut-être le dernier des Pasquet et je veux que cette lignée perdure encore. Je ne te le dirais jamais assez, mon fils : sur ces terres, il faut être égoïste et solitaire.
- Je, je ne peux...
- Retrouve la Brahmine familiale, mon fils. Moi, il est temps que je parte.
- Non ! Je, je ne vais pas...
Rétorque Noah paniqué d'un léger sanglot, je ne peux pas... te laisser.
- VA-T'EN ! PAaarrrhg ! DÉGAGE SALE MÔME !


L'ancien fils de Prospecteur retirent ses mains couvertes de sang du torse du Paternel puis court, court en direction du centre de Paris ; Là où Kiara -sa fidèle chienne- est partie plus tôt. Il essuie ses larmes, se retourne souvent dans sa course mais se ravise toujours... Puis, vidé de tout soupçons et de toute amertume, Noah s'arrête juste avant le périphérique Parisien encore debout dans cette partie de Paris. Un bruit -un écho- familier l’interpelle, Kiara ? Il la voit plus loin qui s'agite aux côtés de la Brahmine familiale jonchant le sol et beuglant à la mort... Et Maxence ? Où est-il ? Notre jeune homme chasse cet objectif pour le moment secondaire puis s’apprête à reprendre sa course mais un appel de l'instinct le fait hésiter, un danger. Il épie partout autours de lui et retape un sprint jusqu'à Kiara et la Brahmine croyant que la voie est libre ; ce qu'il ignore encore, c'est qu'en l'espace d'un pas il pénètre le territoire Amazone, une terre très hostile. << C'est bien, ma belle ! C'est très bien ! >> ; comme à son habitude, la chienne veut signifier sa joie en sautant sur son maître mais il la dissuade de la voix, ses suintement son trop dangereux et elle semble le comprendre en se calmant... Noah examine la situation : un parc ou ce qu'il en reste -celui de la Villette, peut-être ?-, les vestiges d'un ancien Paris et une Brahmine ex-prospectrice plaquée au sol par une flèche dans le postérieur, flanc gauche. << Okay ; de toute évidence une flèche ne viens pas se loger dans un cul de vache par hasard donc on va faire vite. >> ; le jeune homme retire sa chemise, se retrouve en débardeur blanc et se concentre. Il attrape son sac à bandoulière du dos de sa Brahmine -Josiane- et range en boule dedans son vêtement ; puis, il arrache d'un coup sec la tige pointue du fessier de la vache qui hurle de douleur : Immédiatement, il applique le liquide d'un stimpack sur la blessure sans planter l'aiguille... Noah retirent toutes sacoches du dos et du flan de Josiane -qui est bonne pour une retraite paisible- et l'aide à se relever non sans peine. Il récupère ses effets personnels et les rangent dans son sac -voir inventaire- puis se relève de son agenouillement en se frottant les mains encore pleine de sang désormais séché de son père. Presque à la seconde, il bloque ; ses yeux fixe un bout de t-shirt sur le sol tandis que la chienne couine. Impulsif, notre jeune homme sort de ses gonds voyant en se bout de tissu une lueur d'espoir : << MAXENCE ! MAXENCE ! OÙ ES-TU, PUTAIN ! >> ; le vent souffle, le soleil brille mais aucun signe de vie.

Kiara grogne, que se passe-t-il ici ?
<< NON ! >> ; Josiane s'écroule au sol alors qu'une flèche lui a transpercé la cervelle.

_________________
Apocalyptique-quodramatique.
Noah /
[color=#00427C]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Amazone.   Lun 19 Nov 2012 - 15:19

Tapis dans les ruines d'une vieille tour à bureaux, la nouvelle amazone entamait son deuxième jour de garde. Peu de temps après son initiation dans le gang, la jeune femme s'était vue attribuer un poste de garde, un poste bien molo selon ses soeurs. Sa tâche était simple, tenter de capturer tout voyageur isolé, et signaler les groupes plus importants avec une séquence de tir bien précise. Inutile de dire que la journée précédente était d'un ennuie mortel, pas un chat en vue, et avec personne pour ce taper la conversation, ça devient rapidement emmerdant. Heureusement pour Méliss, elle avait eu l'ingéniosité de chaparder un vieil arc en bois et un carquois de flèches dans l'armurerie du camp. On lui avait assuré que personne ne se servait d'une antiquité du genre de toute manière.

Ce fut donc en pratiquant son tir à l'arc qu'elle réussit à se garder son esprit vif ,la jeune femme se bricolant une cible avec un vieux matelas. Bien sûr, discrétion et poste de garde obligent, elle ne pouvait s’entraîner que sur une vingtaine de mètres, mais ce fut assez pour apprendre les bases. L'Amazone réalisa rapidement que l'armure en métal était assez encombrante, et qu'elle aurait de meilleures chances de faire mouche sans, mais le confort, la protection et le symbole qu'avait l'équipement était trop grand pour qu'elle ose s'en débarrasser.

La jeune femme était en train de grignoter sur un vieux morceau de beef jerky d'avant-guerre quand elle remarqua une brahmine errer dans la rue plus bas, apparemment seule, même si les sacoches qu'elle portait prouvaient le contraire. Dans l'espace d'un instant, l'Amazone agrippant l'arc, encochant une flèche, estima la distance a une trentaine de mètres avant de laisser la flèche voler. N'ayant pas pris le vent en compte,la flèche quitta sa trajectoire et vint se planter dans le flanc de la pauvre bête. La bête étant maintenant sur le sol, Méliss encocha une nouvelle flèche, dans l'objectif d'achever la bête, mais les aboiements d'un chien la stoppèrent dans son act de pitié. Elle se tapit derrière un mur qui défait la gravité en restant debout.

Placée en hauteur, elle avait peu de chance de se faire remarquer et elle avait une belle vue de la scène. Un jeune homme entra dans son champ de vision, et instantanément sa mâchoire se serra et ses mains tremblaient avec une puissante haine. Elle s'assura que le fusil à canon scier était toujours à sa ceinture, et elle fit de même avec le couteau de cuisine qu'elle avait volé aux camps. Elle l'entendait crier, et sa voix inspirait de la haine en elle, une haine qui lui donnait envie de charger, et d'égorger le mâle. Mais non. Elle encocha la flèche, s'y reprenant 3 fois, et quitta sa planque, se mettant complètement a découvert. L'homme étant dans son champ de vision, la flèche vola, manqua le mec et vient achever la pauvre brahmine. Elle poussa un juron, laissa tomber l'arc, qui termina sa chute dans la rue, et courru se cacher derrière son mur, agrippant son cher fusil et se fit silence..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 24 Masculin
Ville IRL : Nevers.
Inscription : 04/09/2012
Messages : 14
avatar
Noah Pasquet
MessageSujet: Re: Amazone.   Sam 8 Déc 2012 - 16:22

Les terres désolées de Paris ; 3:23 PM.

<< NON ! >> ; Josiane s'écroule au sol alors qu'une flèche lui a transpercée la cervelle.
Noah -pris de court- sursaute et sent la peine l'envahir à nouveau ; encore, encore un drame dans les terres désolées de Paris. La bouche mi-ouverte, les pupilles compatissantes, l'ancien fils de Prospecteur pose sa main sur le ventre de Josiane qui s'éteint dans un dernier souffle. Il se relève de son agenouillement et comprends qu'il est à découvert mais n'en démord pas : Localisation de l'assassin en cours... Selon la trajectoire de la flèche, le tir provient de l'arrière ; Noah se retourne d'un air hyper sérieux, les yeux mi-clos, concentrés et scrute chaque coins d'horizons. Quelque chose -une arme- tombe de l'immeuble qui lui fait face ce qui attire entièrement son intention : Suspect Localisé, une silhouette pour le moins troublante et attirante à l’œil.

Ambiance.
Elle est là ; en hauteur qui lui fait face. Une silhouette fine, droite presque prestigieuse et des cheveux rouges qui éclatent au soleil. Un charisme qui fait perdre la voix, une hostilité qui fait craindre l'affrontement. Noah fixe cette femme sans bouger, leurs regards se croisent quelques secondes mais en a-t-elle conscience ? Elle disparaît d'un pas rapide comme une colombe derrière un mûr du bâtiment, notre jeune homme court s'abriter près d'une ancienne fontaine Parisienne ronde au milieu du Parc ; sac, chienne et équipement près de lui, adosser et tête baissée au mur grisâtre de la fontaine éteinte. Est-elle armée ? Pas Noah et une légère apocalypse mentale l'envahit, sa seule défense en cette circonstance : L'éloquence et ses paroles criées.

<< Elle s'appelait Josiane..! >> ;
<< Cette Brahmine familiale m'a suivit moi et m'a famille durant de longues années et j'ai grandis avec cette bête ! Tu viens de tuer un membre de ma famille, la dernière qu'il me restait ! Y'a pas dix minutes, j'ai vue ma mère, ma sœur et mon ami se faire kidnapper et j'ai encore le sang de la mort de mon père sur les mains ! POURQUOI TANT DE HAINE ; BORDEL J'EN AI MARRE ! >> ; Noah débitent les mots comme débite une musique électronique, avec rythme, espoirs mais amertume et colère. Son discours terminé, il hésite même à respirer se concentrant sur une éventuelle réponse de son adversaire. Il ouvre son sac, regarde ses cartes Parisiennes et réalise qu'il y a une ouverture de Métro pas très loin ; dans un bon sprint avec Kiara peut-être pourrait-il s'en sortir ? Mais si cette femme est déterminée, cela se transformerait en chasse à l'homme dans les Métros Parisiens... Une perspective effrayante mais pleine d’adrénaline.

_________________
Apocalyptique-quodramatique.
Noah /
[color=#00427C]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Amazone.   Dim 9 Déc 2012 - 6:23

Derrière la froide parois du mur qui l'abritait, la jeune femme affichait un effrayant sourire, un sourire froid et inhumain, l'inverse d'un sourire Colgate quoi. Le discours du jeune homme aurait peut être fait naître un semblant de pitié chez un pillard ordinaire, mais la jeune Méliss' ne pouvait pas être qualifier comme un individu « ordinaire ». Prenant en compte le fait qu'elle n'avais reçu aucun projectile depuis le début de l'altercation, la jeune amazone assuma donc que son jeune adversaire n'avait pas de flingue (ou qu'il était trop con pour s'en servir.) Elle quitta donc la sécurité de sa planque, riant a s'en arracher les poumons. Son rire sonnait faux,il sonnait cruel, sombre, malveillant et un tantinet macabre.

-Non mais on dirais un gosse qui chiale! Tu va arrêter de te plaindre?! Tu sais ou t'a mis les pieds, tête du cul? Chez les putains d'Amazone! Oh bordel, tu devrais t'entendre, de la vrai comédie! J'adore! Tu sais quoi, je crois que je vais te garder pour mon usage personnel!


Son cours monologue terminé, la jeune femme arrogante se laissa glisser dans la rue, grâce a un éboulis . Elle était sur d'elle, un sourire en coin étampez dans son visage, tandis qu'elle marchais tranquillement vers sa cible, un paquet de scénarios bien sympathique lui trottant dans la cervelle. Peut être allait t'elle le revendre aux négriers, ou alors elle pourrait toujours le garder comme cobaye pour s’entraîner a la torture? Tant de scénarios dans sa tête. Sa prise lui rapporterais gros, l'option de le laisser partir n'était même pas présente dans sa caboche.



Méliss' s'approchait toujours, ses lourdes semelles martellants ce qui restait de la route, l'armure en métal lui apportant toute la confiance qu'elle avait besoin. Sa voix était douce, mielleuse quand elle s'adressa pour la dernière fois a son futur joujou.


-Allez, sors de ta cachette mon amour, tu va voir, je serais douce comme un chaton, tu sera nourris, tu aura un toit, et sa m'évitera de défigurer ton joli visage.


Au moment que ses mots quittait la gorge de la douce et jeune femme, elle ne pouvait s'empêcher de sentir un immence dégoût envers elle même. Avais-t'elle vraiment dit ça? Même si cela n'était qu'un subterfuge.. ca lui laissait un sale arrière goût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 24 Masculin
Ville IRL : Nevers.
Inscription : 04/09/2012
Messages : 14
avatar
Noah Pasquet
MessageSujet: Re: Amazone.   Dim 9 Déc 2012 - 13:13

3:28 PM ;
Le soleil plombe toujours le décor Post-Apocalyptique de Paris enveloppant la capitale d'un filtre jaunâtre-orangé semblable à celui d'un désert ; il fait chaud et Noah -toujours adossé contre sa fontaine, carte Parisienne dans la main droite et Kiara avertie de ne pas bouger d'un halte par la main gauche- sent des gouttes de sueurs sur son front. Il entends et comprends par les bruits avoisinants qu'elle est là ; qu'elle rôde et se rapproche... Ses mots sonnent creux mais sont bien notés dans la caboche de l'ancien fils de Prospecteur : Les Amazones ? Alexia -sa mère- lui avait racontée une légende sur les routes une fois mais Noah était loin de penser qu'il s'en approcherait un jour, ni même qu'elles engageaient des psychopathes dans leur tribu. Les mots de son ennemie brisaient littéralement l'image qu'il s'en était fait ; il voyait -à première vue- une tribu fier et reculée, hostile mais solitaire et respectable : Manifestement, il avait tort... << Chute ! Kiara, non ! >> ; il contrôle sa chienne qui souhaite bondir à l'entente de l'arrogance de l'adversaire qui approche de l'autre côté de la fontaine. Noah le sait, au combat au corps à corps peut-être a-t-il une chance de prendre le dessus mais c'est sous réserve que cette guerrière Amazonienne soit armée et elle a l'avantage du terrain ; de plus, il sait d'expérience que la Haine est une des meilleures armes contre l'ennemie et la Haine -venant de sa bouche à elle- il la sentait intensément. Il regarde une dernière fois sa carte des Métros Parisien afin de se répéter une dernière fois le scénario qui allait suivre : une diversion, la déstabiliser et taper un sprint jusqu'à l'entrée de métro Bobigny Pablo-Picasso ; Noah est un très bon coureur, en cinq minutes il pourrait y parvenir et dans les tunnels sombres et froids des sous-Paris il pourrait reprendre le contrôle en mode chasse à l'homme... Le plus futé l'emportera.
<< Okay, ma jolie... Tu veux jouer, nous allons jouer. >> ; Noah réajuste son sac à bandoulière, range ses cartes et souffle un coup pour se préparer. Il jette un dernier regard sur le corps gisant de Josiane puis attrape un caillou aussi gros que sa paume dans la main droite. Il se prépare, il la sent ; cette adrénaline qui monte en crescendo... Ambiance ; il dépasse un bout d’œil de la fontaine pour la localiser, elle est juste là et elle l'a vue. Une seconde de silence passe puis il passe à l'action : Noah se lève, serre des dents et jette la caillasse avec toute la force qu'il peut puiser ; elle reçoit le projectile en pleine tête... << GO ! KIARA, GO ! >> ; Noah quitte le parc en courant comme un dingue suivit de prés par Kiara, il ne sait pas si l'ennemie suit et ne veut pas le savoir, tout ce qui importe c'est d'arrivé au Métro sain et sauf. Il contrôle sa respiration, sautent des pans de murs dans sa course folle et entend derrière-lui des jurons de femme en colère ; cette entente le concentre davantage et continue son sprint en coupant par un bâtiment en ruine : des balles de provenance incertaine fusent sur les bétons de l'immeuble qu'il dépasse, Noah baisse la tête mais continue de courir avec fureur tandis que la chienne le suit pleine de bave et la langue pendante au vent. L'entrée du métro n'est plus très loin, il la voit qui se dessine parmi le décor Post-Apocalyptique du vieux Paris ; Noah prends son élan et glisse sous un toit écroulé, il n'ose pas se retourner et atteint désormais l'ouverture de la station Bobigny Pablo-Picasso : il défonce les grilles d'un coup d'épaule et s'engage toujours en courant dans ces tunnels sombres et froids de l'ancien Métro Parisien... 3:39 PM.

[La chasse à l'Homme à suivre.]

_________________
Apocalyptique-quodramatique.
Noah /
[color=#00427C]


Dernière édition par Noah Pasquet le Dim 9 Déc 2012 - 20:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Amazone.   Dim 9 Déc 2012 - 19:47

Le sourire arrogant que la jeune femme arborait disparu au moment en un instant, l'impact du caillou sur son crâne faisant disparaître tout illusions de contrôle sur la situation présente. Le projectile improvisé l'avait atteinte sur le front et avait fait une entaille, rien d'inquiétant, loin de la, mais un mince goutte de sang perlait et vient couler le long de son visage. Prise par surprise, son attention sur la douleur qui envahissait son visage, elle oublia l'espace d'un moment le ..mâle qui avait osée entrer sur le territoire sacré des amazones!


Les bruits de sa fuite lui montèrent aux orreiles, et en l'espace d'une seconde, l'amazone se jetait a la poursuite du parisien. Inutile de vous mentir, l'armure en métal se faisait lourde sur ces épaules, chaque pas prenait le double d'effort que la normale. Elle criait des injures en direction du fuyard, tous les plus fleuris les unes que les autres. Elle lui criait ce qu'elle allait lui faire, avec beaucoup de détails. Méliss' luttait pour le garder dans son champ de vision, lui et son cabot. Ne prenant même pas la peine de viser, la femme braqua son arme dans la direction du duo, et appuiya deux fois sur la gâchette. Elle jura encore plus quand les maudits projectiles manqua leur cible. Elle aurait aimée voir cette saloperie de chienne crever, seulement pour faire souffrir son futur esclave..


Arrivant a l'entrée, la porte ouverte devant t'elle, la jeune femme s'assura que son armure était bien ajustée, que son flingue était recharger, avant de s'enfoncer dans la noirceur.


-Allez..mon chaton, sort de ta cachette, Maman a une récompense pour toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Amazone.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Amazone.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Manga | Personnages pris
» [Poxies] Amazones 28mm
» Lvler après le level 115 :)
» Rituels Amazones
» [Fiche d'île] Amazon Lily

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Autres Lieux :: Les Terres Désolées-