Partagez | 
 

 L’heure des Sermons et de la Chasse. [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Ville IRL : Paris-Rouen
Inscription : 23/09/2012
Messages : 15
avatar
Pierre Legrand
MessageSujet: L’heure des Sermons et de la Chasse. [SOLO]   Mer 3 Oct 2012 - 16:48

Quelques heures plus tôt, dans l’Arc De Triomphe..

Une journée de plus allait commencer. Pierre venait de se réveiller, il était à peine six heure du mat’ mais le jeune homme avait du pain sur la planche. Il devait normalement aller sur le terrain pour chopper des esclaves potentiels. Il prit son fusil de son casier, sortit son colt de sous son oreiller et s’habilla. Lorsqu’il finit de mettre son manteau, il mit son masque à gaz puis sa capuche. Il sortit de sa tente et regarda le camp. La plupart des esclaves dans les cages dormaient et pas mal de Négriers étaient déjà debout en train de faire quelques rondes et surveiller la marchandise. Pierre se déplaça la « cantine » et entra dans la grande tente. Il s’assit à l’une des tables auprès de quelque uns de ses bons amis et discuta avec eux. Il n’avait pas très faim se matin et il décida de jeuner, ça ne pouvait pas lui faire de mal si il mangeait au moins le midi. Ils restèrent à table une bonne heure et Pierre fut interpellé par un de ses supérieurs, il devait s’occuper des nouveaux Négriers qui savaient pas encore comment ça allait se passer. Pierre se leva de table, serra quelques mains et partit vers une autre tente. Lorsqu’il entra à l’intérieur, il vit cinq jeunes hommes qui discutaient en attendant leur « professeur ». Lorsque le Négrier entra dans la tente, les hommes cessèrent toutes discutions pour écouter Pierre. Pierre commença par se présenter puis nota dans sa tête le nom de chaque homme. Lorsque cela fut fait, il leur expliqua les nombreuses règles de l’arc de Triomphe. Ensuite il leur présenta le matériel en faisant quelques essais sur deux esclaves. Il n’y eu pas d’explosion ni quoi que se soit, rien de grave. L’un des esclaves dormaient à point fermé à cause d’une des fléchettes tranquillisantes utilisé par Pierre et l’autre était par terre après le fameux « Comment utiliser un Tazer quand un Esclave se rebelle ? ». Après deux heures de formation, un homme entra brusquement dans la tente, c’était Jérôme, un des collègues de Pierre. Lorsque celui-ci arriva à reprendre son souffle, il réussit à annoncer :

- Pierre ! C’est Damien ! Il vient de faire une énorme connerie, on a besoin de toi tout de suite !

Pierre regarda ses élèves, haussa les épaules en soupirant et leur annonça :

- Bon les enfants le devoir m’appelle, vous avez le reste de la journée pour vous amuser, on reprendra la leçon demain.

Le négrier vit des sourires qui s’affichèrent sur les visages de ses élèves. Pierre prit son fusil en bandoulière et quitta la tente. Il se dirigea vers Damien qui se faisait encore engueuler par Jérôme. Lorsque l’homme au masque arriva sur les lieux, il demanda :

- Bon c’est quoi le problème ?

Damien soupira et il répondit :

- J’ai vendus une Esclave à des Wendigos…
- Pour combien ?
- 250A
- Tu l’as vendu quand ?
- Y’à même pas une heure…


Pierre sentit une sueur froide lui parcourir le dos… Il regarda le jeune homme dans les yeux et il déclara :

- Bon on va essayer de récupérer la marchandise, on sait qu’ils ont établit leur QG temporairement dans les ruines plus au sud. Peut être qu’on arrivera à les rattraper si on court tout de suite. Damien tu viens avec moi, si il y à effusion de sang, je ne veux pas crever seul !

Voyant que le jeune homme était retissent, Pierre le bouscula d’un coup dans l’épaule et lui dit :

- Bouge ton cul tu veux ?! Tu veux peut-être que je dise à Petiot que t’as fais une des plus grosses conneries de la journée ? Je ne donnerais pas chère de ta peau ! Allez ramène toi !

Damien prit son arme, un Napoleon, tout se qu’il y a de plus banal dans les terres désolés de la France et suivit Pierre. Il l’entendit grommeler :

- Tout sauf avoir à faire au Tordu et à son toutou…


Pierre le regarda d’un air dédaigneux invisible sous son masque à gaz et fit mine de ne pas l’avoir entendu. Il savait très bien qu’il parlait de l’Homme macabre et de Petiot, beaucoup d’hommes n’aimaient pas les dirigeants de l’arc… Pierre respectait les deux hommes, surtout Petiot, un chic type malgré tout. L’Homme Macabre lui faisait un peu froid dans le dos mais il n’avait que très rarement à faire avec lui. Ils sortirent de l’Arc de Triomphe tous les deux par le sud, ils devaient chopper au plus vite les Wendigos avant qu’ils ne passent à table.

Maintenant, dans les Rues en Ruines de la Capital…

Les deux hommes marchaient depuis déjà un bon bout de temps mais n’avaient toujours pas retrouvé les Wendigos. Damien stressait comme un condamner à mort, il n’en était pas loin à vrai dire. Pierre pouvait très bien lui coller une balle dans le dos comme sentence, retrouvé les Wendigos et s’occuper de la transaction à sa manière si tel était son voulut. Mais il retint sa pulsion meurtrière et marchait, son fusil Churchill dans les mains. Il écouta Damien quand il dit :

- Et s’ils n’étaient pas passés par là ? Et si…
- Fermes ta gueule, j’ai crut entendre quelque chose par là !


Il avait bien entendu quelque chose dans les ruines. Des hommes discutaient et l’un d’eux éclata de rire, c’est se qui fit réagir le Chasseur. Pierre avait l’habitude de repérer ses proies grâce aux bruits qu’elles faisaient… Le négrier au Masque à gaz regarda le bâtiment d’où venait le bruit. C’est une ancienne maison d’avant guerre sans toit… Mais quelque chose d’inquiétant émanait du Toit… De la fumée… Déjà midi ? Le temps passe si vite quand on s’amuse ! La maison comportait un étage et plusieurs fenêtres. Pierre fit signe à Damien de l’attendre et il se déplaça le plus discrètement possible vers la fenêtre. Il jeta un coup d’œil et vit quatre hommes autour d’un feu de camps improvisé… Il reconnut Yvons qui était un membre assez connus des Wendigos… Il vit aussi l’esclave qui n’était pas loin des Wendigos, prête à passer sur la broche. Pierre avait un bon angle de tir et il pouvait mettre son fusil sur le rebord de la fenêtre pour plus de précision. Il fit signe à Damien de venir et lui expliqua à voix basse :

- Tu vas rentrer à l’intérieur et marchander. Tu vas lui rendre ses Anneaux, reprendre l’esclave et te casser au plus vite. Ces connards de psychotiques pourraient faire semblant d’accepter la proposition et te planter leurs machettes dans le dos. Je reste ici et je te couvre…

Damien avala un bon coup sa salive, prit une grande inspiration et entra dans la pièce. Les Wendigos avaient l’air surpris de le voir… Leur chef se leva, la machette à la main et lui demanda :

- On l’a payé ta putain ! C’est quoi le ‘blème connard ? Retourne recompter ton fric morveux !

Damien se passa une main dans les cheveux et il leur déclara :

- Y’à un problème avec votre esclave les gars… Heuuu… Comme vous pouvez le voir, elle est assez mal en point et on voudrait vous… l’échanger contre une autre en meilleur état…


L’homme le regarda d’un air interrogé, il regarda ensuite l’esclave et comprit à quoi jouait Damien et il sourit de tous ses chicots jaunâtres :

- Mais bien sûr qu’on va te rendre ta putain, comme ça tu pourras bien la baiser sur le chemin du retour mon p’tit… File-nous les anneaux et on t’emmerdera pas plus longtemps ! Jo’ tu vas chercher notre oseille !

Damien sortit la petite bourse remplit d’anneau et se déplaça vers l’homme. Les quatre hommes étaient levé, l’esclave était encore par terre… Pierre visa le plus précisément possible Jo’, si sa tournait mal, l’homme ne ferait pas long feu… Le jeune Négrier n’était vraiment pas futé, il ne voyait vraiment pas le stratagème des quatre psychotiques… Alors que Damien venait de leur donner la bourse, l’homme lui donna un puissant coup de machette dans le bras. Damien eu assez de chance en fin de compte, la lame n’était pas assez affuté et assez émoussé, elle se planta durement dans le bras mais ne le trancha pas d’un coup. Le jeune homme eu le temps de faire quelques pas en arrière avant que les autres ne se jettent sur lui et Pierre saisit l’occasion de tirer sur Jo’. La balle atterrit en pleins dans la poitrine de l’homme qui s’effondra sur ses collègues. Le bruit du coup de feu eu au moins le mérite d’en mettre un à terre et de calmer les trois autres. Pierre rangea son fusil dans son bandoulière, sauta par-dessus le rebord de la fenêtre, entra dans la maison à l’occasion et il déclara :

- Finit de jouer les morfales, filez nous l’esclave et peut être qu’on se montrera clément avec vous.
- Fils de Pute ! Les gars, ramenez la gonzesse par ici, on va voir qui sont les plus malins ici !
- Jouez pas aux cons avec nous les gars…


L’un des Wendigos laissa Jo’ tomber, le traîna près du feu et déplaça son attention sur l’esclave… Elle était effrayée… Il lui ordonna de se lever, se qu’elle ne fit pas et il lui saisit le bras d’une délicatesse draconique. Il la traîna jusqu’à leur chef et celui-ci lui prit le bras en la menaçant de sa machette :

- Si vous vous barrez pas tout de suite les blaireaux, je lui tranche la gorge maintenant ! Sa vous fera les pieds de traîner un cadavre jusqu’à votre planque bande de bouseux ! A moins que vous aimez ça baiser les morts ! Bande de Goulophile !

Ses deux hommes affichaient des sourires et leur chef dévoilait encore une fois ces magnifiques dents jaunes… Damien avait le bras en sang mais rien de trop grave, le médecin de l’Arc le rafistolera une fois de plus… Pierre regarda les deux hommes et leur demanda :

- Bon vous voulez quoi les gars ? Je suis prêt à marchander avec vous.
- J’aime bien ton fusil mec.
- Envois l’Esclave et j’enverrai le fusil.

Yvons envoya l’esclave comme promis, Pierre la réceptionna en la prenant dans son bras gauche et le chef de la bande déclara :

- Envois le fusil maintenant gros bâtard !
- Qui a dit que j’étais réglo avec les Psycho’ ?


Pierre souriait comme un beau diable dans son masque à gaz quand il dégaina son Colt 99 et vida le chargeur dans les trois hommes, accompagné du Napoléon de Damien (soit dit en passant qui ne toucha qu’une fois sur cinq… Le reste des balles atterrissant dans le mur…). Les trois hommes s’effondrèrent par terre, les machettes à la main… Deux hommes armés de flingues valaient toujours mieux que trois fous furieux armés de machettes. La femme pleurait sur l’épaule du Négrier, se qui avait un effet comique et dramatique à la fois quand l’homme au masque à gaz lui susurra à l’oreille :

- T’inquiète pas ma puce, ils ne pourront plus rien te faire maintenant… On va rentrer à la maison maintenant…

Pierre lâcha l’esclave, ordonna à Damien d’aller chercher le fric des Psychotiques… Ils allaient rentré chez eux maintenant… A suivre.

_________________

Je t’observe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L’heure des Sermons et de la Chasse. [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bring food is a duty(Chasse solo)
» Le lapinou d'une demoiselle ! (Chasse solo) (FINI)
» Partie de chasse (Solo)
» Chasse solo 8D [PV : Coeur Tendre]
» Let's hunt ! [Chasse Solo durable]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Autres Lieux :: Les Terres Désolées-