Partagez | 
 

 Dans les ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Dans les ténèbres   Lun 10 Sep 2012 - 22:29

En cette fin de soirée l'activité est à son comble dans l'abri.
La trentaine de robots fraichement sorti des modules de conservation est pratiquement tous présents dans la salle d'assemblage de l'abri, tandis que les autres participent à "la chasse à l'inutile" dans les différents quartiers de l'abri précédemment réservés aux humains.

L'abri est fouillé de fond en comble. Tout est inspecté, jugé utile au fonctionnement de l'abri ou non, puis conservé ou recyclé dans la salle d'assemblage. Il y a par exemple bon nombre de lit métalliques superposés posés dans un coin de l'abri grâce à des modules de transports, robots de la taille d'un humain mais en beaucoup plus massifs, utilisés par les cervbots comme véhicule pour transporter toutes sortes d'objets. ces lits, donc sont ensuite débarrassés de leur matelas, qui sont incinérés dans un incinérateur-convertisseur, puis la structure métallique est coupée en 4 parties et fondue, afin de disposer de métal recyclé.

Mais tandis que l'activité s'intensifie dans la salle de (dés)assemblage, quatre cervbots se préparent à sortir de l'abri, depuis si longtemps scellé. Sous la surveillance des deux tourelles de l'entrée, la lourde porte frappée du nombre 101 coulisse et laisse apparaitre un long couloir pavé, vestige exceptionnellement bien conservé des égout d'avant-guerre.

"On a reçu des images des quelques caméra encore intactes dans les égouts." Leur avait transmis CARLA quelques minutes plus tot. "Il s'agit d'une humaine. Elle aurait apparemment emprunté le couloir d’accès direct à l'abri en passant par la bouche d'égout n°10, celle par laquelle nos récupérateurs sont rentrés l'autre jour. Si des humains ont découvert cette entrée, ce serait de la part d'une indiscrétion de la part des cervbots, ou une transmission radio perdue, je n'en suis pas sûre. UAAE-134, tu partira dans les égouts inférieurs vérifier la présence ou non de contacts humains. Si ils y sont, essaye de les ramener à l'abri. Il est grand temps que nous prenions contact avec le monde extérieur. UAAE-022, idem mais pour les niveaux supérieurs. UAAE-092 et UARE-001 vous en profiterez pour réparer quelques caméra à proximité de l'abri, du matériel vous attend dans le hall."

Après l'ouverture de la porte, les robots traversent le couloir puis empruntent un escalier, déjà en moins bon état. Les cervbots serpentent tant bien que mal sur les marches en béton. Dés le premier niveau UAAE-134, UAAE-092 et UARE-001, première Unité Autonome de Réparation Expérimentale empruntent une porte qu'il font s'entrouvrir en s'appuyant dessus. Ils allument leurs lampes spécialement installées pour l'occasion et disparaissent dans l'obscurité des égouts. 022 continue son chemin pratiquement jusqu'à la surface, puis entre dans les égouts irradiés, en quête d'une humaine surement accompagnée de compatriotes aux intentions inconnues, pour les amener dans un abri dont ils ne connaissent surement que le numéro pour "faire connaissance". Parier gros, pour un gain surement faible en somme.

Il reçoit une dernière communication de CARLA
"Nos caméras auraient apparemment détecté des mouvements suspects dans les niveaux supérieurs. 022, soit sur tes gardes, ça pourrait être quelques expériences ratées aussi bien que d'autres humains. Priorité à la sécurité, vous avez tous le feu vert pour rentrer dans l'abri au besoin."

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Lun 10 Sep 2012 - 23:36

La jeune femme avançait lentement dans les égouts, le nez froncé par les odeurs nauséabondes qui rendait l'air quasi irrespirable. Le poids rassurant du fusil dans les mains, elle avançait, quasi à tâtons, la vieille lampe torche qu'elle avait trouvé sur les restes de ce qui semblait être un être humain, la plupart des os manquant, identifiée un cadavre n'étant pas chose aisée quand tout ce qui restait était un bras et une jambe, n'éclairait presque pas, de sorte qu'elle ne voyait presque rien ,mais que quiconque regardant dans sa direction la repairerait assez facilement. Il fallait tout de même dire que la lampe torche lui avait fait éviter plusieurs chutes dans l'eau infecte des égouts.


Il serait mentir de dire que la jeune femme était nerveuse, pour le moment son périple était assez calme, et cette détermination qu'elle avait eu camp l'accompagnait toujours. Une certaine vigueur l'emplissait, et sa se sentait. Elle avait mal au genou, bien sur, et l'armure était lourde sur ses épaules, surtout quand elle se retrouvait à quatre pattes, à ramper dans des corridors qui l'aurait rendu folle, les divers restes animaux et humains avait tendances à avoir ce genre d'effet, Méliss' les ignorait presque. Dans les couloirs, l'écho de ses pas se faisait entendre, tout comme ses jurons quand la lumière de sa torche disparaissais pendant le flash d'une seconde.


Encore plus quand la torche creva pour de bon, la plongea dans le noir. Elle tapa la torche sur le sol, espérant un miracle, qui ne vient pas, la jeune Amazone n'étant pas croyante à la base. Dans un élan de colère féminine, elle lança sa torche en fasse d'elle, qui après un vol de 2 secondes, éclata sur une surface dur. On entendit le bruit du verre qui se brise, et puis le silence. Le lourd silence. Seul sa respiration, lente se faisait entendre. Sa vision s'adaptait lentement, distinguant peux après l'eau qui bougeait autour de ses pieds au rythme de sa marche, les diverses pilles de grava et les divers silhouettes devant elle.


Attendez un peu..des silhouettes ? Les calculs se faisant lentement dans la tête de la jeune femme, elle braqua son arme en face d'elle, beuglant un avertissement. Une erreur, car les silhouettes se dispersant dans toute les directions, Méliss' n'arrivant pas à les suivre. Et c'est dans se moment que l'instinct de survie de la jeune femme s'enclencha, ou peut être la panique. La survivante s’élança dans le tunnel, pataugeant dans l'eau , ses oreilles lui signalant qu'elle était poursuivit , et par un moins 2 type, qui n'avait pas trop de difficulté à suivre la jeune femme, ralentit par son armure.


N'importe qui vous le dirait, courir à l'aveuglette dans le noir n'est jamais une bonne idée, surtout quand la surface sur laquelle vous courée est vachement glissante, et qu'elle se met soudainement en pente,causant votre chute, comme dans le cas de notre jeune femme, qui perdit rapidement pied et s'étala sur tout son long. Se redressant rapidement, l'arme en main, elle pointa son arme sur chaque ombre, la respiration hallétante, le genou lui élançant et son nez fragile lui rapellant qu'il n'était pas encore remis. Le silence était de retour, Méliss' baisant sa garde, et chercha un mur à tâtons, avant de s'assir contre le mur, le coeur lui battant, l'air en manque dans ses poumons.


C'est en se moment qu'elle se mit à rire nerveusement, la réalisation qu'elle n'avait aucune idée d'où elle était, et surtout, de comment remonter à la surface. Vraiment, on avait la définition de rire nerveux sous les yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Mar 11 Sep 2012 - 22:17

A mesure qu'il s'éloigne de la cage d'escaliers, que les lumières artificielles laissaient place à une obscurité sombre, presque étouffante, n°22 désapprouve de plus en plus le plan de CARLA. Pourquoi envoyer seulement quelques robots au lieu des modules de combat fraichement sortis de l'atelier ? Pour rester discret. Pourquoi ne pas juste envoyer des plus gros groupes de cervbots ? Pour rester discret.

Perdu dans ses pensées, il ne se rend pas compte que l'obscurité ne laisse pas voir grand-chose à sa caméra. Il allume à son tour la lampe que CARLA leur avait fait "greffer" avant de partir. Consommation en énergie augmentée de 2%. Et toujours ces chiffres, ces indications qui sont sans cesse là, à tourner dans son esprit, il ne s'y est toujours pas habitué et ça le déconcentre. Surtout quand il y a des changements dans les données, comme lorsque la lampe a été activée.


Il arrive à un croisement. Direction droite. Un autre, direction gauche. Il a le plan des égouts qu'il doit explorer gravé dans sa mémoire.
Cela fait un quart d'heure qu'il serpente dans les égouts, le silence troublé uniquement par le bruit de son châssis et quelques bruissements. Surement des raliénés. Ou peut-être quelque chose de bien plus effroyable...

Il repense aux expériences ratées libérées dans les égouts. Ces abominations ne sont pas censées attaquer les cervbots, seulement les êtres de chair. Mais depuis quelques temps ils n'ont montrés aucun signes d'activités, et CARLA les soupçonnes de s'être déplacés à la surface. A part cela, ils n'ont aucune informations à leur sujet, et même CARLA avoue avoir été dépassée par leur adaptation aux égouts. Il paraitrait même que certains..

C'était quoi ce bruit ?

UAAE stoppe sa progression. Les crissements de n°22 font place à un lourd silence. Les couloirs, éclairés par la vive lumière blanche de sa lampe deviennent beaucoup plus sinistres. Le silence est ensuite percé par des bruits de pas. Ils proviennent de... D'où ? Avec l'écho, il arrive seulement à déterminer que les bruit viennent de derrière lui. Il retourne sur ses pas et ré inspecte les couloirs adjacents.

En arrivant prés d'un canal, il doit traverser sur une vieille planche en bois vermoulu, qui supporte à peine son poids. Des fumerolles verdâtres émanent de l'eau, qui est parsemée de cadavres d'humains et d'animaux en tout genre. Le petit robot essaye de ne pas penser à ce qui a put les mettre dans cet état, et surtout qui a pu les amener ici.

La progression dans les égouts se fait longue. Interminable. Il commence à envisager de rebrousser chemin et de retourner à la sécurité de l'abri. C'est vrai aprés tout, si il doit se livrer à une course-poursuite avec un humain dans ces égouts, le robot ira à peine plus vite que son poursuivant, et terrasser un humain avec un scalpel et un genre de cutter laser... Il sous estime peut-être aussi la puissance de ses outils. Il prend un tournant. Et se retrouve à quelques mêtres à peine d'une forme sombre, adossée contre un mur. Ce n'est pas possible que ça soit un humain, ils ne sont pas assez fou pour s'aventurer ici sans lumière !

Il n'ose bouger, de peur de réveiller la chose. Sa lumière !! Il doit l'éteind... trop tard ! ça commence à bouger !

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101


Dernière édition par UAAE-022 le Mer 12 Sep 2012 - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Mer 12 Sep 2012 - 0:39

La jeune femme riait toujours, ces rires se transformant peu à peu en des larmes , puis en des beuglements paniquées, puis en véritable cri de panique. Cri qui évacuait cette collère qui l'habitait comme un parasite, minant sa volonté et sa santé mentale avec une efficacité redoutable. Tout sa continua jusqu'a ca pauvre gorge se retrouve seche, ses parois irritées, lui donnant un joli arrière gout d'hémoglobine qui était étonnamment rassurant pour la jeune fille, et c'est à se moment qu'elle comprit ce quelle devait faire.


Bien sur, n'importe quelle adolescent troublée vous le dira, se mutiler le bras, d'une façon très précise, dans le noir absolu, n'est pas une chose aisée, sécuritaire ou hygiénique. Trois notions qui n'est pas communes dans la vie d'une survivante, encore moins d'une amazone en formation. À mesure que la lame en acier tranchais les chairs, la jeune femme reprenait contrôle sur elle, le doux son de son sang tombant en gouttelette sur le sol y étant pour beaucoup. Apres une dizaine de coupure, elle était dispo, à défaut d'être fraîche. Méliss' rangeait le couteau à sa ceinture, quand une lumière vient l'aveuglée, la paralysant pendant un moment, confuse, en alerte. La lumière dans le visage, difficile de voir la chose qu'il l'aveuglait aussi brutalement. N’empêche qu'elle aggripa rapidement l'arme, et braqua le fusil dans la direction général de la lumière.


Confuse, elle était, la jeune amazone. Car, la lumière provenait du sol, mais vraiment du sol. À moins d'être braqué par un hobbit atteint du Nainisme, difficile d'avoir un être humain de cette taille. Et peux importe ce qui l'éclairait, c'était petit. L'innocente Méliss' ne s'y connaissant pas en technologie, elle ne connaissait pas ce qu'était un robot, ou les dangers que sa importait. Peut importe ce qui la braquais ne devait pas vouloir sa mort, car la chose n'avait pas manqué d'occasion de se débarrasser d'elle.


Elle baisant son arme, la tenant vers le sol, d'une façon qui se voulait le moins hostile possible, la jeune femme fronca des yeux, la lumière lui brulant la rétine. Elle devait être quelque chose à voir, les cheveux collés sur la tête, le bras gauche en sang, une vieille armure de métal cabossé sur le dos.

-Peut importe ce qui est là, je ne cherche pas la confrontation.. je suis en ..en..reconnaisance..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Mer 12 Sep 2012 - 13:02

La tension de 022 se relâche d'un coup. Ce qui était un horrible monstre s'avère être une jeune femme blessée portant une armure métallique.

Le cervbot remarque que l'humaine est aveuglée par sa lampe ; il en réduit l'intensité et la détourne du visage de la femme. C'est la première fois que le robot voit un humain réel, et il ne manque pas de remarquer qu'elle nécessite des réparations et de se recharger. Il envoie immédiatement un message radio à CARLA.

Contact confirmé : une humaine qui dit être ici pour la reconnaissance. J'engage le protocole de communication.

Avant même de recevoir la réponse de l'abri, il s'approche prudemment de l'humaine, et déploie son écran portatif. N'ayant aucune idée de sa réaction, il décide de jouer les robots "normaux" d'avant guerre avec des phrases prédéfinies. L'écran s'allume et des caractères verts s'affichent sur le moniteur.

"Bonjour, je suis UAAE-022, robot d’entretien des égouts de paris. Vous semblez perdue, souhaitez vous aller à la salle de maintenance la plus proche pour rencontrer nos techniciens et ensuite remonter à la surface ? Prononcez votre réponse."

Toujours pas de message de CARLA, ils doivent être trop loin dans les égouts, vu que les antennes relais sont situés soit à la surface soit dans l'abri.

Micro à l'écoute, il attend la réponse de son interlocutrice.

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Mer 12 Sep 2012 - 13:21

La jeune femme serra la crosse de son arme tandis que le petit robot, qui n'avait pas l'air bien dangereux, serpentait vers elle d'une manière qui envoya un doux frisson le long de la colonne vertébrale de la jeune amazone. Sa mâchoire se tendit par la suite, et dans son regard on aurait pus lire un mélange d'hostilité, de curiosité, de peur et de reconnaissance, étrange, non ? Elle aurait pus tombé sur un négrier, elle aurait eu cette reconnaissance quand même. Tout sauf être seule encore. Après tout, c'est facile se laissez aller, tomber dans l'infini lugubre et glauque quand il y'a personne pour vous rattrapez.


Méliss' s'approcha du moniteur, qui projeta une douce aura verte dans les lugubres égouts. Ses sourcils se froncèrent, son front plissé tandis qu'elle s'agenouilla pour être au niveau du cervbot. Sur l'écran, elle ne voyais que des lignes , du charabia qui n'avait aucun bon sens. Elle avait su lire à une époque, mais tout cela était loin dans sa mémoire, dans son autre vie. Elle essaya de comprendre, elle savait que le message avait un sens, mais cette partie de sa cervelle était hors services depuis un bon moment.


-P-p-paris..c'est ici. S-s-salle d-d-e M-maintenance..

Méliss' comprit tout de suite, et c'était avec cette lueur dans le regard, charactéristique de la fierté quelle resentait qu'elle prononça, clairement.

-Amene moi à cette salle de maintenance !

On s'approchait du but !


Dernière édition par Méliss' le Mer 12 Sep 2012 - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Mer 12 Sep 2012 - 19:26

Visiblement rassurée par la présence du robot, la jeune femme accepte d'aller à la "salle de maintenance". Le robot fait demi-tour, allant assez lentement pour s'assurer qu'elle le suive, mais sans trainer non plus. Elle avait apparemment cru cette histoire de robot de maintenance, curieux. Il remet sa lampe à son niveau de puissance maximale. Bonne chose qu'ils rentrent dans l'abri, 83% de batterie et UAAE-022 sent déjà que sa puissance faiblissait. Pas grand chose, mais il fallait se concentrer un peu plus pour pouvoir faire réagir le châssis à sa vitesse normale.

Après un long quart d'heure, les bruissements deviennent de plus en plus insistants, et le robot remarque quelques traces de pas, des objets bougés et autres indices. Heureusement, il n'est plus tout seul, et l'humaine semble apte à se défendre.
Arrivés à un tournant, n°22 remarque une lueur qui se reflète contre le mur. Étrange, il n'y a normalement pas de lampes en état de marche ici.

Il réalise alors qu'il entend des bruits de pas et des éclats de voix. Il stoppe son avancée et après une seconde d'hésitation éteint sa lampe et file se cacher dans un tonneau en métal vide, provocant pas mal de bruit. Personne ne devrait pouvoir le voir ici, et il pourrait observer les intentions des visiteurs. Selon les voix et les bruits de pas ils sont plusieurs. Il parvient à entendre quelques mots.

HAHAHAHAH !.... Bien douillé... en trouver plus... ça.
EH, tu l'a pas... la... laisse-en pour les autres !


Les voix se rapprochent.

Des comme ça... mangerais tout les midis !
Moi je les préfères bien... et qui gigotent encore.
La prochaine fois qu'on... caravane, laissez... en privé avec une des femmes... voyez ce que je veux dire !

Ils ont l'air de parler "d'attaques de caravane". C'est quoi une caravane ? Malgré cela, le robot sent qu'il oublie quelque chose...
La fille !

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Mer 12 Sep 2012 - 23:21

Remarquant la lueur, la jeune femme dégaina le pistolet laser, ayant maintenant une arme dans chaque main, pistolet dans la gauche et fusil dans la gauche. Elle doutait de sa capacité à utiliser une arme correctement à dans chaque main, mais il avait un début à tout, non ? Se collant au mur, l'armure clinquant contre le métal un peu trop fortement pour elle, elle calma sa respiration qui, inconsciemment, avait déjà commencer à s'emballer, pourtant il n'y avait rien, ce n'était probablement qu'une lampe oubliée par un technicien , surement ! Cependant, plus elle s'approchait, plus la jeune femme avait des doutes, les voix se faisant de plus en plus claire à mesure qu'elle approchait. Ils étaient plusieurs, des hommes, voix grave, intimidante, déplaisante et dégoûtante.


Méliss' était près du groupe, peut être à une dizaine de mètres, tapis dans l'ombre, elle avait passer le fusil à sa ceinture et empoignait le pistolet de ses deux mains tremblantes, son regard fixée sur les trois hommes qui était assis autour d'un feu de camp improvisée dans une poubelle.Des psychotiques, portant des semblants d'armures, qui laissait leur vulnérable chair très vulnérable. À leur pieds, des fusils automatiques, de fabrication japonaise. Ils semblait se partager un repas de viande inconnu, mais peu importe ce qu'ils magnaient, l'odeur horrible de leur repas se rependait dans les tunnels.


La jeune amazone s'en foutait par contre, une colère divine l'habitait en ce moment, la manière donc les ordures parlait des femmes, des raids sur les caravanes remplissait ses veines d'une ardente chaleur, une folie meurtrière, un rush d’adrénaline. Un cocktail explosif qui prouva son effet quand la jeune femme se redressa, et dans un cri qui aurait rendu Barbara fière, elle braqua son arme dans le groupe et appuya sur la détente à plusieurs reprise, les lasers allant terminer leur course sur les diverse parois du tunnel, et le visage d'un des pauvres psychotiques, s'écroulant sur le sol et criant de douleur, son visage fondant. L'Amazone continuait d’appuyer sur la gâchette, encore et encore, atteignant le 2e psychotiques au niveau de l'entrejambe. Elle appuya encore sur la gâchette, l'arme vibrant de plus en plus, tressautement fortement dans ses paumes. L'arme lui bruilait presque les paumes, mais elle continuait de tirer, oubliant la douleur. Aucun projectile sortait de l'arme, l'arme artisanal surchauffant au point de non retour. De rage, elle balança son arme dans la direction du dernier psycho, l'arme qui termina sa course dans le feu de camp.


Inutile de vous décrire l'effet d'une batterie, surchargée, et un feu de camp. Une formidable explosion fit trembler le tunnel, le souffle envoyant la représentante des amazones sur le sol. Elle se retrouva sonner, désorienter, son nez se retrouvant transformée en un véritable robinet d'hémoglobine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Jeu 13 Sep 2012 - 12:39

UAAE-022 a à peine eu le temps de voir la jeune femme s'avancer au tournant. Il entend ensuite des coups de laser, le bruit d'une gâchette qui claque dans le vide, puis un cri de rage.

Ensuite ce fut le chaos. Un grand éclair blanc-rouge aveuglant, puis un choc énorme. Quand il reprend ses esprit (eh oui ! un cerveau, même dans un robot c'est sonné par les chocs !), il fait totalement noir et les échos de l'explosion se font encore entendre dans les tunnels. Il allume sa lampe, qui, coup de chance, fonctionne encore.

Et là à sa grande surprise il se trouve toujours dans le tonneau, mais, plus surprenant encore, il voit le monde en noir et blanc. Et avec une grosse fissure au milieu de...
Ah, oui. La caméra auxiliaire. Elle a du s'activer à cause du flash, ce qui a fait que la caméra principale s'est repliée dans le châssis.

Il change de caméra, et conformément à ses attentes la caméra principale n'est pas endommagée.
Il sort de son tonneau et cherche l'humaine.

L'explosion a du le projeter à grande distance puisque les flammes résiduelles se trouvent à l'autre bout du tunnel. Il avance prudemment et la retrouve contre le mur, des éclaboussures d'hémoglobine sur la paroi et une petite flaque de sang qui se forme sur le sol.

N'étant pas un spécialiste du genre humain, il n'a aucune preuve qu'elle est encore en vie, il décide donc de faire un peu de bruit en attrapant avec ses pinces un bout de métal projeté par l'explosion et de le frapper prés de ses oreilles, sur le mur.

une méthode de réveil pas trés délicate donc.

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101


Dernière édition par UAAE-022 le Jeu 13 Sep 2012 - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Jeu 13 Sep 2012 - 12:55

La jeune femme était coucher contre le mur, les yeux fermées, la douleur empêchant tout mouvement silencieux, ne bougeait serais ce que son petit doigt et la jeune femme grognait de douleur. Dans son état, le sol semblait être un lit bien moelleux, satisfaisant pour un petit somme. Elle oubliait le conflit, le sang qui coulait libéralement du nez tombait goutes à goutes dans sa bouche, la tenait eveiller. Elle avait conscience que quelque chose bougeait autour d'elle, mais elle n'avait pas la force, ni la volonté de se défendre.


Le bruit du métal contre la parrois fut une méthode efficace pour forcer la jeune femme à réagir. Elle ouvrit peu à peu les yeux, sa main glissant vers le couteau à sa ceinture, tout dans une tonnerre de gémissement. Elle chercha la poignée, tatonnant les environs de sa main , qui s'était retrouvée éraflée et saignais legerement. Ce qu'elle trouva la reveillait par contre. Le tissu de son pantalon était humide, trempe, chaud. La jeune femme tenta de se relever, mais une douleur forte au niveau de sa cuisse droite la forca à rester coucher, criant de douleur. Un cri qui vous glacais le sang et qui gellais le sang dans vos veines. Après un moment de visualisation, elle réalisa que le couteau, dans l'explosion,était venu se loger dans sa cuisse, où il y était encore, déchira ses chaires à chaque mouvement.


Elle perdait du sang, beaucoup de sang, elle le sentait se répandre sous son armure, sur sa peau. Elle connaisais le "feeling", et elle avait peur. La perte de sang la rendait confuse, faible, vulnérable, et un véritable appat pour les petites bêtes qui vivait dans les égouts. Elle ne savais pas que UAAE était là, en face d'elle, ses yeux était ouvert mais elle ne le voyais pas dans sa panique.

-R-robot ! E-enflure ! Va..chercher.. tes..putains de technicien !

La jeune femme criat, donnant puissance à sa phrase, mais l'effort était trop fort, pour elle, et elle termina sa phrase en gémissant, sanglotant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Jeu 13 Sep 2012 - 20:40

Enflure ? Putain ? c'est quoi ces mots ? n°22 reconnait par contre le reste de la phrase. Mais par contre son interlocutrice n'a pas l'air de pouvoir se déplacer, et a l'air à bout de force. Ça fait d'elle une cible facile et le robot ne peut pas se permettre de laisser seule l'unique personne qu'ils rencontrent depuis des lustres. Ceci dit il ne ferait peut-être pas le poids face à d'autres humains. Mais pourquoi a-t-elle attaqué ces autres humains ? Aucun élément ne pouvait justifier qu'ils étaient hostiles, donc elle devait les connaitre et les avoir jugés hostiles.

La décision la plus logique est de contacter l'abri.

CARLA j'aurais besoin d'assistance médicale pour un humain avec moi !
[...]

CARLA ?

[...]

134 ? 092 ? RE 001 ?

[kssshshsss...]


Ça doit signifier qu'ils ne sont pas loin !
Le robot s'apprête à partir en direction du signal quand il se rend compte qu'il oublie l'humaine, elle perd trop de sang. Selon ses maigres connaissances en anatomie humaine, fermer la plaie ne lui permettra pas forcément de pouvoir se déplacer à nouveau, mais évitera qu'elle ne tombe inconsciente et ne se fasse dévorer par des rats en son absence. Mais comment refermer la plaie ? Il pourrait essayer d'utiliser les bouts de métal autour de lui comme agrafes, mais elle mourrait surement après à
cause des micro-organismes présents dans les égouts. Rien dans ses outils ne permettrait de... Quoi que ?
Avant l'explosion il avait clairement vu le visage d'un des autres humains fondre, touché par le laser. Mais son laser de découpe, même si il se disperse presque immédiatement couperait la jambe de la jeune femme. Peut-être qu'en se mettant plus loin et en réduisant la puissance... Oui ! La dispersion permettrait de faire fondre une plus grande surface, et la baisse de puissance évitera de la découper.

Mais coopérera-t-elle ?
Il se rapproche de la femme en question. Il cherche les mots, mais expliquer son raisonnement serait trop long et compliqué, aussi décide-t-il de désigner la plaie avec son laser, faire feu sur le mur, pour montrer un exemple. Sans attendre sa réponse, il saisit le couteau à l'aide de ses 4 pinces, tire de toutes ses forces et sort la lame de la plaie, occasionnant de grand cris.
Le saignement se transforme en hémorragie, et le robot est complétement éclaboussé par l'hémoglobine. Trop concentré dans sa tache, il active l'outil mais n'entend pas les cris de la jeune femme au fur et à mesure que le rayon rouge avance sur la plaie. Il se contente de s'arréter quand elle bouge trop, se prend même un coup, mais reprend sa tache, imperturbable.

Après un longue minute, la plaie, toujours fumante, est refermée. Une immonde odeur de grillé doit surement flotter dans l'air des égouts, mais ce n'est qu'une supposition, UA ne possède pas ce genre de capteurs.

Il attend quelques secondes, voir la réaction de son sujet. Malgré ça, il ne peut s'empêcher d'éprouver une pointe de fierté, émotion oubliée depuis longtemps.

Après tout, c'est sa première opération sur sujet humain, avec des outils improvisés, sur le terrain qui plus est. Et en plus, le sujet est encore vivant !

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Jeu 13 Sep 2012 - 21:45

La jeune femme , vacillant envers la conscience et l'inconscience, son cerveau ne sachant pas ce qui était préférable pour le moment, regardait le petit robot avec un air hagard, la bouche entreouverte, le gout puissant de l'hémoglobines emplissant sa bouche, sa gorge et peu à peu son estomac. Ses paupières était lourdes, et son nez était hors d'usage. Quand l'amazone vit que le petit robot ne partait pas au gallop, une bouffé de peur s'empara d'elle. Surtout quand il démontra, d'une manière rudement efficase pour son imaginaire,ce qu'était son plan relevant du génie.


N'ayant même pas le temps de crier, le cervbot était dèja sur la plaie, aggripant le couteau avec une force et un manque de tendresse venant du fait qu'il n'avait jamais connut la douleur.Dans ses sanglots, elle le priait, le suppliait de la lacher,de partir chercher les tecnisien, mais rien n'y faisait. La lame fut brutallement retirée de ses chaires,en coupant encore un peu pendant l'extraction. Elle jurait, et gueulait au meutre, injuriait le robot, essayant de l'aggriper pour le balancer avec toute ses forces, ce qui n'était pas grand chôse. Elle réussit à le tapper d'une droite, vigoureuse et puissante.


Elle s'évanouissa momentanée, son cerveau, dans sa grande bonté, décida de l'épargner l'expérience traumatisante du laser. Bonté qui était de courte durée, car ses cris recommencère vers la fin du traitement, gesticulants comme une possédé, rendant le supplice bien pire pour elle.


La plaie était fermée et la jeune femme criait encore, s'aggripant la jambe en gueulant, ses yeux depuis longtemps sêche de toute les larmes qu'elle avait pleurer. Elle n'hésitait pas regarder sa cicatrice, l'odeur qui emplissais ses narines étaits trop forte, trop horrible , son psychée visualisait sans peine l'horreur qui ornait sa peau.


-V-v-va y enculez avant que je te défonce la gueule ! Je v—veux parler à un humain..humaine ! Une putain d'humaine !

Dit t'elle avant de se bercer sur elle même, renifflants, essayant de rependre une forme de contrôle sur elle même. Peine perdu..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 25/07/2012
Messages : 223
avatar
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Ven 14 Sep 2012 - 0:25

Précision


UAAE a juste cautérisé la plaie, Méliss aura besoin de plus de soin pour s'en remettre.
Avec les égouts, sa blessure a de très forte chance de s'infecter, entraînant si elle n'est pas traitée rapidement soit l'amputation soit la mort.
Quoi qu'il en soit, elle ne pourra pas marcher correctement avant un certain temps.
Pour le moment, en état de choc et après avoir perdue beaucoup de sang, elle est très très faible.

L'explosion a bien secoué tous les égouts en plus d'avoir fait un boucan infernal. Elle a du rameter tout ce qui se trouvait aux environs (Infamies ou autres psychotiques).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Ven 14 Sep 2012 - 15:43

N°22 se sent un peu coupable. Il s'en est rendu compte après coup, mais d’après la réaction de la jeune femme, l'opération avait du être extrêmement douloureuse.
Et c'est raté pour le numéro de robot technicien d'avant guerre, même un imbécile aurait pus comprendre qu'il était plus que ça, après avoir fait ça de sa propre initiative.

Le silence revient dans les égouts, troublé seulement par les crépitements des flammes et les gémissements de la femme. Elle n'a pas l'air de pouvoir marcher, mais il n'en est pas sur. Un moyen de s'en assurer : lui proposer une béquille. Il inspecte les ruines du précédent campement, et les seules choses qu'il trouve sont quelques morceaux de chair carbonisés et des bouts de métal, trop petit pour faire béquille, et qui en plus ont l'air tranchant. Tout du moins assez tranchant pour réussir à couper de la chair.

Il entend pourtant quelques fois un grondement sourd. Il en cherche la provenance, mais il semblerait qu'il vienne de... du plafond. De nombreuses fissures d'où sortent de la poussière se sont formées sur la voute de la voie d'égout. Pas de tremblements, pas de signe avant-coureur mais il ne vaudrait mieux pas rester là, et le chemin le plus rapide vers l'abri passe sous ce pan de plafond. Malheureusement, l'humaine se trouve adossée au mur de l'autre coté de la zone fragilisée, il va falloir la bouger et vite.

Ne sachant pas trop quoi faire, le robot ramasse un autre bout de taule et frappe légèrement sur le sol, pour attirer l'attention de la blessée. Il lui montre ensuite le plafond en l'éclairant, puis revient vers elle et commence à tirer un bout de son armure vers la direction opposée.

Il ne sait pas trop si elle pourra marcher à cloche pied, mais si elle doit ramper il essayera de l'aider.
Le plafond ne montre aucun autre signe de faiblesse, mais mieux vaut ne pas trainer ici. En temps normal il aurait peut-être résisté mais aprés des décennies, les radiations, et quoi que ce soit d'autre qui ai pu arriver, le robot doute qu'il puisse tenir très longtemps

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Ven 14 Sep 2012 - 17:23

La jeune femme était toujours dans son petit univers, tentant d'oublier les égouts, les robots d'avant guerre qui s'improvisais chirurgien , et l'odeur de chaire brûlée, sa chaire, qui lui donnait une envie de vomir. Elle y arrivait presque, se visualisant dans un bon basin d'eau chaude, mais les manœuvres du cervbot virent lui sortir de son paradis. Elle leva la tête, le regard hargneux, une haine flambant derrière le rideau de larmes qui ornait ses traits. Elle s’apprêtait à aboyer une insulte, quoique inutile, elle doutait qu'un robot ai des sentiments, quand elle remarqua qu'il éclairait le plafond, elle ne savais pas quoi voir, et elle recommençais déjà à insulter le robot quand il se mit à la traîner dans une direction inconnue. Elle tentait bien de se défaire de ses pinces, mais elle n'était pas dans une position qui laissait une grande liberté du mouvement.


Elle continuait son chapelet d'injures, essayant de chopper le robot et de le transformer en mixeur, quand un tremblement de terre, et un bruit sourd vint arrêter sa voix harmonieuse. Comme par miracle, ses insultes se transformèrent en exclamation de surprise, et de peur tandis qu'elle dédia toute son énergie à ramper sur le sol, s'aidant de ses bras et de sa jambe valide, les bruits se faisant de plus en plus fort, de plus en plus près, le plafond tremblait, où peut être hallucinait t'elle.


Ils était peut être à une trentaine de mètres quand un grand bruit de craquement se faisait entendre, et que le plafond, fragilisée par des années de radiations et de guerres vint s'écraser sur les restes des psychotiques, du feu de camp, et la seul sorti possible vers l'air frais de la surface, selon là jeune femme, qui n'était pas à toute ses capacités dans son état. Elle cria de désespoirs, se laissant traîner par le robot, l'espoir de revoir ses soeurs un jour se faisant de plus en plus petit..


Elle cherchait du réconfort dans un seul fait, elle était tombé sur du gros, des robots qui fonctionnes, et qui semble assez performant, sa devait valoir quelquechose, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Ven 14 Sep 2012 - 17:55

Une fois le vacarme de l'éboulement passé, UAAE relâche la jeune femme. Il aperçoit le signe danger disparaitre de son ATH. Ils sont en sécurité pour l'instant, et même si l'abri est encore loin, il pourrait laisser la fille ici une minute ou deux pour se rapprocher des autres cervbots et pouvoir les contacter.
En fait ça ne c'est pas si empiré que ça, mais la fille a un sale caractère. Peut-être la claustrophobie, cette maladie mentale qui a affecté tant de scientifiques à leurs débuts dans l'abri.

Il se redemande ce qui a bien pu provoquer l'explosion, peut-être un laser qui a frappé une bonbonne de gaz, ou quelque chose comme ça.
Suppositions, suppositions, suppositions...

Profitant des quelques instants de calme, il décide de renouer le dialogue avec la blessée. Il ressort son écran et se plante juste devant devant la femme.

"Bon, après ça je pense que vous avez devinée que je ne suis pas aussi bête qu'un robot normal. Donc je vais m'éloigner un peu pour contacter d'autres cervbots qui vont venir m'aider à vous transporter jusqu'à l'abri. Une fois là-bas vous rencontrerez Carla brièvement puis serez soignée. Elle décidera de ce que vous ferez ensuite. Oh et vous devriez prendre ce couteau qui dépasse des éboulis, au cas où... Des questions ?"

Il désigne le manche d'un mouvement de "tête" et attend la réaction de son interlocutrice. Espérons qu'elle ne va pas s'énerver pour une raison inconnue, une fois de plus.
Tout en lui prêtant attention, il essaye de recontacter CARLA ou les cervbots. Toujours aucune réponse.

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Ven 14 Sep 2012 - 20:06

Le visage de la jeune femme éclairer par le moniteur et son texte vert, elle fixait les caractères, mais il était évident qu'elle n'arriverait pas à se concentrer assez pour lire le texte. L'adrénaline et la douleur lancinante qui s'était propagée limitait les abilitées de raisonnement de la jeune amazones, et après un bon 2 minutes, elle baisa les bras et poussa un soupir. Les flammes qui brillait dans son regard s'était calmée, mais elle était toujours bien présente. Elle aurait sa vengeance plus tard, en se moment, elle était aussi dangereuse qu'un vieux clodo sénile en chaise roulante.

Elle sentait que le robot la fixait toujours, et s'était en fixant le sombre plafond qu'elle lui dit de dégager, dans un langage fleuri et très imager, avant de s'étendre de son long, se servant de ses bras comme oreillers, ce qui n'était pas très efficaces, mais qui faisait le boulot. Elle resta comme sa, la poitrine se soulèvent lentement, l'armure l'écrasant presque, tandis que le cervbot s'éloignais, le bruit de son châssis métallique sur le sol devenant peu à peu inexistant. Pendant se temps, Méliss' pensait, pensait à se petit robot , qui était bien plus qu'un robot d'entretien, et se mit à réfléchir à la rentabilité d'un commerce de Cervbot. Elle ne s'y connaissais pas en robotique, mais le truc avait l'air presque neuf. Y avait t'il une usine qui fabricant ses trucs ?! Plus elle pensait, plus elle s'imaginais la réaction de sa Reine, qui serait fière de son travail, et qui ferait d'elle une véritable membre du gang !


Le temps se faisait long, la chose métallique et articificielle prenait son temps, et la faiblesse commençait à remplir le corps et l'organisme de la jeune femme, son estomac grondant, ses paupières se faisant lourdes, elle baillait, dans le noir, immobile,elle se sentait en sécurité, le sol semblait si froid contre son corps, apaisant la chaleur en elle. Peu à peu, elle sombra dans un lourd, lourd sommeil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Sam 15 Sep 2012 - 16:42

Ça fait 10 minutes que UA est à l'affut de la moindre petite émission radio. Il arpentait les longues lignes droites des égouts, quand il parvient à prendre contact avec N°134.

134, tu me reçois bien ?
assez bien 22, qu'y a-t-il ?
Il faut que tu contacte CARLA, j'ai une humaine avec moi et elle est blessée, il faudrait ramener un module pour la transporter, nous sommes dans le couloir 15, niveau -3
Attend je la contacte... C'est bon, on sera là dans 20 minutes si il n'y a pas d'incidents
Faites vite, on s'est battu et une explosion c'est produite, je crains qu'elle n'aie attiré des infamies et peut-être d'autres humains. On essayera de trouver une salle de maintenance et de la barricader, je vous informerais.
Trés bien, 17 minutes dans ce cas.


Cette première mission est décidément bien agitée.
Il revient vers la zone de l'éboulement. Sur son chemin il croise plusieurs raliénés. Il s'inquiète au sujet de la fille, et essaye de faire déguerpir les rats avec quelques coups de laser, ce qui les fait partir sans grande conviction. Quelques fois il croit entendre des cliquètements venant de derrière lui, mais il ne s'inquiète pas outre mesure. Il se souvient d'une salle d'avant-guerre, quelque chose en rapport avec le réseau électrique de la ville qui ne se trouve pas trés loin d'ici, à une cinquantaine de mètres. Pas très loin, sauf pour une humaine qui est contrainte de ramper...

Il revient là ou il avait laissé la jeune femme. Avoir été pendant une dizaine de minutes dans le noir complet avait du être stressant et elle allait surement l'incendier verbalement.
Il arrive à quelques mètres de la fille, qui n'a aucune réaction. Inquiet, il s'approche d'elle. Elle ne réagit toujours pas. De plus en plus inquiet, il essaye de trouver un bout de métal pour faire du bruit, mais il n'y en a pas un à l'horizon. Il la pousse sans délicatesse, à la limite de la bousculer et s'apprête à recommencer quand il s'aperçoit que sa poitrine bouge encore, elle est simplement endormie...

Mais d'un sommeil très profond apparemment, vu qu'elle n'a pas réagi.
Ça doit être du à ses blessures, et UAAE-022 est bien placé pour savoir qu'un cerveau a aussi parfois besoin de se mettre "en veille" pour faire le point ou se remettre d'évènements éprouvants.

Très bien, il va falloir la trainer jusqu'à la salle à laquelle il pensait, et ça va être très long...
Il commence à la trainer et voit avec stupeur sa consommation d'énergie augmenter drastiquement. Après 8 minutes et à peine 5 mètres parcourus sur 50, n°22 pris la décision de trouver un meilleur moyen de transporter son poids mort ou de ne plus bouger de là. Il cherche quelque chose, n'importe quoi, et trouve une plaque en bois. C'est mieux, sa se trainera plus facilement, et sans arracher encore plus le dos de la blessée

Il ne trouve rien de plus, à part une pile à fission peut-être chargée. Il la garde au cas où il commencerait à manquer d'énergie.

Il traine la plaque par terre à coté de l'humaine puis la fait rouler tant bien que mal dessus, dévoilant au passage les vêtements râpés dans son dos, tout comme les plaques de métal qui commencent à se détacher, et reprend sa longue route.

En arrivant en vue de la salle de maintenance, qui heureusement n'a pas l'air trop endommagée, il réentend ce cliquètement. Cette fois, c'est plus qu'une simple coïncidence. Et il n'ose imaginer de quelle chose peut bien venir ce bruit, bien que cela soit évident.

Il s'empresse de traîner la femme jusqu'à la porte. Le cliquètement se rapproche. Il s'appuie contre la porte. Le cliquètement est de plus en plus prés. Il entraîne le brancard de fortune dans la pièce, mais il est retenu brièvement par quelque chose. Une fois le brancard dans la pièce le robot s'empresse de tourner le verrou avec une pince, et tente de faire tomber une étagère métallique pour bloquer la porte, sans grand succès.

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Dim 16 Sep 2012 - 23:22

La feignasse dormait toujours d'un sommeil agité sur le brancard, son front bouillant, ses membre supérieurs atteints de magnifique petits spasmes occasionnels et sa bouche débitant un paquet d’idiotie qui était aussi cohérent que les pensées d'une goule sauvage atteint Alzheimer, au grand dépit du Cervbot. Sa respiration n'avait rien de normal,les muscles de son visage se contractant, jusqu’à un bruyant impact sur la porte en métal viens réveiller la jeune femme d'un coup, Méliss' se redressant subitement, la main droite à la hanche. Ses yeux inspectère la pièce, sursautant presque à la vue du minuscule robot, avant que son cerveau se repasse les évènements de l'heure passé.


Un rapide regard vers sa moitié inférieur lui permit de replacer pourquoi elle avait autant mal dans la jambe,et une main passé dans son dos lui revellant que sa peau y était presque à nue, le derrière de son t-shirt en lambeaux, sa lourde armure semblait sur le point de lâcher, bref, c'était là galère, et j'évite de mentionner la migraine qui empêchait la jeune amazone de rester concentrée pour plus de 20 seconds. Elle allait justement demander des explications quand un autre impact vint secouer la vieille porte dans ses gonds, faisant sursauter la jeune femme , qui fit passer le fusil dans ses mains, le poids la réconfortant, même si elle avait encore le coeur dans la gorge.


Prenant appuis sur une étagère fixé au mur, la jeune femme se redressa , son dos appuyé sur le mur, sa jambe droite tremblante, n'arrivant presque pas à supporter le poids de la jeune fille, qui était trop occupé à maintenir la porte, qui était toujours secouée dans ses gonds par ce qui se trouvait de l'autre coté. Ses mains tremblait, tout comme les gonds rouillés qui était leur seul défense. Elle vérifia une dernière fois que l'arme était bien chargée, ses dents creusées dans les chaires de ses joues, la porte cédant de plus en plus, comme l'équilibre mental de l'Amazone en devenir.Elle jurait en son fort intérieur..


Et puis , un coup de feu vient rompre le tonnerre de coup, remplacé par un cri impossible à décrire dans le vocabulaire Français moderne. Puis le son des cliquetis s'éloignant. Et puis la poigner se mit à tourner, la jeune femme portant son arme à son épaule, bloquant sa respiration.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Mer 19 Sep 2012 - 18:43

n°22 est sur le qui-vive. Les cervbots n'utilisent que des armes laser, et de toute façon il aurait reçu une communication de leur part si ils étaient arrivés. La poignée tourne, une fois, deux fois, et un choc se fait sentir sur la porte, suivi d'une voix.

"Laisse tomber, c'est surement écroulé la-derrière, soit plus attentif aux psychos et à ces... choses.
Grrmph..."

Après une trentaine de secondes, UAAE passe à autre chose. Il cherche la salle en quête d'une source d'énergie, et trouve une microcellule à fusion. Il la place, ainsi que la pile à fusion, dans un compartiment prévu à cet effet et en retire l'énergie. à peine 5% en plus, ce qui fait 63%, mais c'est mieux que rien.

Après cela, il observe l'humaine, toujours accrochée à son fusil comme une forcenée,et se demande à quel point elle était proche de tirer, et quelle sera sa réaction face aux quelques autres cervbots qui arriveront par la suite. Elle ne devrait pas s'énerver ou avoir peur outre mesure, vu leur petite taille et leur non-dangerosité apparente, mais quand elle verra l'abri et toute son activité, ce sera une toute autre affaire.

Tient, d'ailleurs les voilà. N°22 reçoit une communication et leur transmet leur position approximative. Ils devraient arriver dans quelques minutes, 5 tout au plus.
En prévision, il essaie de déverrouiller la porte, mais n'y arrive pas. Le loquet a été tordu pendant les assauts de ce qui était en toute logique une infamie et UA n'a pas assez de puissance dans les pinces pour le tourner.

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Mer 19 Sep 2012 - 22:43

La jeune lâcha finalement prise sur l’arme, qui tomba sur le sol dans un étonnant fracas, heureusement pour le duo du choc, quiconque était derrière la porte , et qui leur avait sauvé la mise, était bien trop loin pour entendre la chute du robuste fusil, et le juron de la femme qui était tout sauf robuste. Son coeur battait toujours la chamade à un rythme des plus effreinez, tandis qu'elle tentait de calmer le tremblement dans ses mains, chose qui était quasi impossible quand votre coeur était nicher dans votre gorge et que votre cervelle à l'impression de s'être fait retapez par l'organe reproducteur d'un mutant parisien. Je sais, magnifique image.


Le lourd silence, seulement brisée par la panoplie de grognement de l'amazone, qui exprimait une clarté apparente le monde de souffrance dans lequel Méliss' vivait présentement. Les deux mains serrées autour de sa jambe blessé, elle serrait comme si cela ferait disparaître la douleur, de la sueur coulant sur son front surabondamment, dégoulina sur son corps, qui était déjà lui même couvert d'une magnifique couche de sueur odorante. L'Amazone en devenir aurait bien taper la conversation au robot, en fait, le tapez tout cours semblait plus qu'une bonne option, mais son états ne lui laissait pas la concentration nécessaire pour lire, ou pour lever son bras et jeter une magnifique droite à la boite de conserve.


Dans la noirceur, c'était avec un regard presque curieux, la haine brûlant toujours dans ses pupilles comme les 1000 feux de l'enfer. Elle ricanait légèrement devant son innabilité à tourner la poignée, ricanement qui se retrouva couper par un gémissement assez pathétique. Elle avait tout de même envie de sortir ici, maintenant que l'horreur était bien loin, elle rasa les murs, s’appuyant sur les surfaces en bétons, atteignant la porte , sa jambe traînant au sol.

Empoignant la poignée tordue de la main droite, elle pris une grande respiration, son visage se fermant , avant de se mettre à tourner la poignet de toute ses forces, ses veines visible sous la surface de sa peau. Elle grogna d'effort, bloquant sa respiration, sentant la pogné cédée, peu à peu. Elle l'aggripa de sa main gauche , forçant comme un boeuf. Rien..nada.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Jeu 20 Sep 2012 - 0:02

Le robot secoue la "tête" avec un dépit apparent, et peut-être une pointe de déception. Bon eh bien il va falloir une fois de plus employer les grands moyens. Il déploie son outil de découpe laser et restaure les paramètres originels, puis commence à découper la serrure, au cas où elle se serait enfoncée dans le pas de porte.

Il est surpris que la jeune fille n'aie pas essayé directement de défoncer la porte, surement à cause de sa blessure, mais peut-être est-elle moins impulsive qu'il ne le croyait.
Il envoie un rapport rapide aux cervbots en approche, leur indiquant que la porte est coincée et qu'il va la faire tomber. Un accident bête est si vite arrivé...

Il s'attaque au premier gond, celui au niveau du sol. Il oppose plus de résistance que la serrure mais ne tarde pas à fondre en quelques gouttelettes de métal en fusion puis à céder avec un *ting* que le cervbot trouve agréable et mélodieux. Surement la personnalité qui revient, CARLA lui en avait "parlé" rapidement.

Mais rapidement un problème s'oppose à lui ; le deuxième gond est bien trop haut pour qu'il puisse le découper.
Il y a deux solutions : soit il utilise une étagère pour se hisser au niveau du gond, soit l'humaine le prend à bout de bras.

Il doit de toute façon compter sur elle puisqu'il n'est pas arrivé à faire bouger l'étagère tout à l'heure.

Le robot s'approche d'elle et lui tapote sur la jambe puis lui désigne l'étagère et le gond.

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Jeu 20 Sep 2012 - 3:33

La jeune femme considéra le cervbot avec attention, ses dents mordillant la douce chair de sa joue tandis qu'elle reprena son souffle contre le mur, la respiration inégale, parfois profonde, parfois creuse, parfois entrecoupé, parfois..vous voyez le genre. Peu importe si la jeune amazone donnait l'impression de faire un crise d'asthme,les engrenages rouillées de sa cervelle tournait, tranquillement, à une vitesse qui lui aurait fait honte en temps normal. Elle se demanderait bien comment elle retournerait au camp, la jambe aussi solide qu'une infrastructure datant de la deuxième guerre mondial, mais surtout, comment elle allait neutralisée le chirurgien robotique ambulant.. Honnêtement, elle n'avait pas envie de retapez du laser, l'expérience étant encore fraîche et croustillante dans son psyché.


Sa reflection prirent une fin pré maturer quand elle sentit un minuscule tapotement sur la jambe,le contact de la froide pince sur sa peau qui était autrefois douce la fit grimacer. Elle interpréta les simagrées robotiques du cervbot à la vitesse d'un commodore 64 avant de s’accroupir, se mordant les lèvres pour ne pas gueuler trop fort.Elle fit passer la merveille technologique dans ses mains, étonner par le poids de la chose, avant de se relever, manquant de s'étaler de tout son long à deux reprise, avant de lever ses bras, tremblants sous le poids de la bête d'acier.


La tête appuiyer sur le mur avoisinant la porte durant toute la performance du robot, elle pouvait presque sentir l'énergie la quitter, presque comme si le robot la drainait, et dans son état de malade, elle pouvait presque y croire. Elle redéposa la chose un peu trop brusquement, n'ayant pas trop envie de faire travailler les articulations de ses membres douloureux, elle se laissa glisser le long du mur, finissante assise sur le sol. C'était avec une voix faible, et la gorge en feu qu'elle fit sa requête.

-Robot, tu irais me chercher mon flingue ?


Sa tête glissa, comme si les muscles de son cou avait pris un congé syndical, son regard rivé sur le fusil, sa main gauche aggripant le couteau imaginaire à sa cuisse dans une manœuvre qui devait lui procurer une sorte de réconfort, qui fut un échec total.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Briançon
Inscription : 04/09/2012
Messages : 188
avatar
UAAE-022
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Sam 22 Sep 2012 - 1:49

Il se demanda un instant pourquoi elle le voulait. Ils n'étaient pas en danger après tout. Il retourne au fond de la pièce et attrape le fusil, puis le traine sans ménagements jusqu'aux pieds de la femme. Puis il retourne à la porte, qui, bien dégondée quand même tient toujours debout. Le robot la pousse légèrement avec sa tête, puis la porte métallique cabossée tombe vers l'extérieur en entrainant un fracas épouvantable et un petit souffle de poussière qui s'engouffre dans la pièce.

Pas gêné le moins du monde par les particules en suspension dans l'air se glisse prudemment dans le couloir, heureusement désert. Comme il s'y attendais, un transmission radio lui indique que les autres cervbots sont tout prés. Il aperçoit d'ailleurs une lueur venant du coté opposé à celui par lequel ils étaient arrivés.

Il songe à ce qu'il fera une fois de retour dans l'abri. On peut penser que le retour se fera sans pépins. Que ferait-il là-bas ? En premier lieu il se nourrira et rechargera ses batteries, réparera la caméra secondaire, ensuite CARLA le récompensera peut-être, enfin elle l'avait laissé entendre. Mais quoi ensuite ? L'atelier d'assemblage, pendant de longues heures.

L'atelier. En y repensant, il éprouvait une sorte de lassitude, d'impression de mou. Par rapport à l'excursion dans les égouts, ce travail long et monotone semblait bien peu... attirant.

Un bruit venant de la pièce le sort de ses réflexions. Rien de grave, mais ça lui rappelle qu'ils ne sont pas encore sortis d'affaire.

La lueur est devenue une lumière, en fait deux lumières. 134 et 092.
Pour avoir confirmation, il allume et éteint 2 fois sa lampe. Le signal est répété au loin, suivie d'une confirmation radio.

Le crissement des cervbots commence à être perceptible. N°22 hésite à aller les rejoindre où rester sur place. Ils ne sont pas si loin après tout.
Il décide de les attendre devant la pièce et en profite pour avertir l'humaine. Deux tapes avec la pince métallique sur le cadre en fer de la porte, et il reste exactement où il est, pour bien faire comprendre qu'il ne s'agit pas d'une menace.

_________________
Un crissement, un éclair gris, et votre visage balafré à vie.
Un grincement, un éclair rouge, et maintenant le haut de votre crane bouge
Un sifflement, bruit de robot, dites au revoir à votre cerveau.

-Dernier message de la part de CARLA-1.6.3 aux occupants de l'abri 101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/09/2012
Messages : 154
avatar
Méliss'
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   Sam 22 Sep 2012 - 2:52

Ses deux mains pâles crispés sur la crosse du fusil, la jeune femme braqua son regard vers les lumières qui s'approchait peu à peu, avalant sa salive avec appréhension, son regard curieux sous ses paupière tombantes. Ses doigts était bien sur les gâchettes d'un façon qui enfrayait toute les règles de sécurités qui avait bien pus exister dans une autre vie. Si les capteurs du robot lui le permettrais, il remarquerais que de la jeune femme émettait une chaleur qui dépassais la normale et qui était d'un niveau assez inquiétant.


La lumière des robots l'aveuglait, l’empêchant de bien définir la silhouette des robots, mais elle sentait faible, trop faible pour y prêter attention. Et puis, elle devait bien hallucinée, elle voyait le petit robot en double, ce qui lui donnait des frissons..deux fois plus de robots, deux fois plus de laser, deux fois plus de chirurgie et de douleur ! Non merci ! Elle sentait qu'on la traînait sur la planche en bois , avec un peu plus de force que la dernière fois, mais son cerveau était dans un petit délire, joli cadeau de la nature et de ses infections et autre joyeuseté.


Durant le trajet, la jeune femme tomba dans les vapes à plusieurs reprise, elle n'était que consciente un bref moment, où elle passait la plupart de son temps à grogner sa souffrance et à appelle sa protectrice à la rescousse, ce qui devait être assez étrange pour les être cybernétiques qui l'accompagnait. Ce qui la reveilla pour de bon fut la soudaine baisse de température, les égouts de paris était à une température acceptable, quasi comfortable, mais la température ici lui gelait les nerfs, lui donnant la chair de poule. Elle n'avait pas envie de bouger, la douleur de sa jambe était engourdi par le froid, ce qui était presque une bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans les ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» Marche dans les ténèbres.
» Dans les Ténèbres de ma mémoire [Terminé]
» Nouveau venu dans les ténèbres [Shachath, Asher] [18/03/42]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Abris-