Partagez | 
 

 Cargaison explosive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Inscription : 05/09/2012
Messages : 15
avatar
Tristan Levallois
MessageSujet: Cargaison explosive   Sam 8 Sep 2012 - 18:17

Tristan tirait une grosse bouffée sur sa cigarette, signe d'une certaine nervosité. Il n’avait jamais vraiment été à l’aise lorsqu’il était à Ménilmutant. Ce jour là, il maudissait le crétin qui l’avait provoqué la veille au bar. L’alcool aidant, Tristan n’avait rien trouvé de mieux que de déclencher une rixe et d’envoyer l’importun à l’infirmerie s'attirant ainsi l’ire du commandant Morel.

L’homme le savait pourtant: les gens trop violent sont plus sujets à mener des opérations en dehors de Bagnolet et cela c'était vérifié. Morel, sa vieille connaissance l’avait mis de corvée pour aller chercher une cargaison de munitions pour la petite communauté. Morel et Roland se connaissaient bien depuis plusieurs années déjà, avant même que ce dernier ne fonde la Poudrière. La confiance régnant entre les deux hommes, Morel avait déjà payé le vieux chasseur de prime ce qui soulageait le groupe de Tristan de devoir payer la transaction. Ils n’avaient juste qu’à venir chercher la cargaison et la ramener à la station Galieni.

Ils étaient six hommes pour assurer le transport et commandé par le chef Dumont. Ils quittèrent Galieni vers l’avant-poste , l'a station porte de Bagnolet, qu’ils rejoignirent en trémie avant de rejoindre la station Gambetta par le même moyen. Là, le groupe de Tristan faisait surface sur la place du même nom. En sortant, on pouvait apercevoir le vieux crématorium en ruine. Environs 150m les séparaient encore des abords du repère mutant mais cette partie du trajet était la plus risquée. En effet, il suffisait d’un tireur embusqué pour faire de ce tronçon un véritable enfer.

Le petit groupe parcourus alors ces derniers mètres avec tout les précautions d’usage, ce qui pris un certains temps, avant d’arriver au rempart rouillé de la ville mutante. Après un bref échange avec les garde, la petite troupe pénétrait dans l’enceinte de la ville jusqu’à la poudrière où le chef Dumont finalisait l’échange avec Roland

Pendant ce temps, Tristan restait à l’extérieur, en profitant pour fumer une cigarette tandis que des mutants passaient devant lui. A Ménilmutant, Tristan appréciait particulièrement le tabac pour sa capacité à masquer les odeurs particulièrement nauséabondes qui se dégageaient de ses occupants. L'homme était visiblement contrarié, non seulement le lieu ne l'enchantait guère, mais le chef Dumont lui avait formellement interdit de mettre les pieds au Crâne Humain. Une directive de Morel. Il en était donc réduit à compter ses clopes en attendant le retour du chef Dumont...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 13
avatar
'TiMarco
MessageSujet: Re: Cargaison explosive   Mar 11 Sep 2012 - 17:43

Bah qu'j'étais en train d'me barrer vers Nécropo et d'traverser Ménil en biais quand j'ai failli bousculer un normal qui zonait a coté d'la poudriére, s't'a dire que tu croise des non mutants dans l'coin, en tout cas un peu plus qu'a coté d'chez Shoshanna s'tu voit s'que j'veut dire hein... mais bon pas non plus des masses et en tout cas pas souvent solo. Sont pas rassurés les normaux a s'trimballer tout seul dans l'coin, en général ils restent en groupe pour aller a la poudriére. La politique d'ouverture c'est sympa mais on chasse pas le naturel avec une cuillère a pot hein !

Bref le gars était en train d'cloper peinard et il avait pas capté l'trio d'gamins qui s'préparaient a lui tomber su'l'coin la gueule... un non-mutant tout seul, ça peu faire une cib' fastoche pour les ptits gars changés ya pas longtemps et qui cherchent a s'faire quelques anneaux. A l'intérieur de Ménil, un gars qui s'volatilise c'est pas l’événement du mois s'tu vois s'que j'veut dire hein...

Bref j'me suis approché d'lui et j'lui ait fait « Salut Mec ! Moi c'est 'Timarco... genre pasqu' j'suis pas si pti' t'vois... et qu'j'm'apelle Marc hein... » Les trois mectons étaient pas si loin alors j'ai baissé la voix et qu'j'lui dit « Si j'étais toi j'f'rais gaffe à mon derche, ya trois cousins qui on pas d'bonnes intentions a ton propos, s'tu vois s'que j'veut dire...  T'embaucherais pas par hasard ? J'cherche du boulot....» bon, l'plan etait p'tét un poil gros mais bon qui ne tente rien ne tente rien comme dirais l'autre

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 05/09/2012
Messages : 15
avatar
Tristan Levallois
MessageSujet: Re: Cargaison explosive   Mer 12 Sep 2012 - 15:11

Le temps commençait à devenir long et Tristan n’aimait pas rester ainsi isolé du reste du groupe. Ses déboires de la veille aidant, le chef Dumont l’avait interdit de suivre les autres au Crâne Humain, l'obligeant à l’attendre. À présent que quelques minutes s’étaient écoulées, l’homme sentait comme une sorte de pression sur ses épaules, accentuée par sa nervosité grandissante. Malgré l’ouverture opérée par la ville depuis l’avènement de Soshanna il fallait néanmoins rester très prudent à Ménilmutant.

Tout en fumant, Tristan faisait régulièrement quelques pas, autant pour dissiper son impatience que pour surveiller ses angles mort ou l’approches d’éventuels visiteurs. A ses yeux, tout pouvait être suspect et c’est avec un regard tout aussi soupçonneux qu’il vit arriver vers lui un mutant de la race des nocturnes, facilement repérable à la couleur caractéristique de leur peau et le port d’optiques destinée à atténuer la lumière que leur yeux sensibles avaient du mal à supporter.
    _Salut…
Avait-il répondus à l’inconnu qui ne devait pas être tellement plus grand que lui. Il ne savait vraiment que répondre à cette introduction mais très vite, il apparut que cette approche n’était pas si anodine que cela. Ce mutant, dénommé TiMarco, voulait le prévenir d’un danger proche. Cette attention, aussi louable fusse-t-elle, ne dissipait pas pour autant la méfiance de l’humain envers le mutant. En effet, les exemples ne manquaient pas dans les terres désolées de voyageurs se faisant abusés par de prétendus protecteurs. Ce n’était pas pour autant une raison pour prendre ses propos de haut ou pour de la fantaisie. Tristan avait remarqué depuis quelques minutes des regards posés sur lui et cet indice supplémentaire le motivait à agir. Sachant ce qui les attendait, la proposition du nocturne n’était pas inintéressante et un léger sourire émaillât les lèvres de l’humain. Arrachant alors la cigarette de sa bouche, Tristan la jetait alors à terre d’un geste nonchalant avant de l’écraser.
    _J’aurai peut-être quelque chose pour vous. Attendez-moi ici.
Avait alors déclaré le récupérateur avant de pénétrer dans la poudrière. Il y trouvait le chef Dumont en train de discuter avec le vieux Roland… autour d’un verre.
    *Enfant d'salaud !* C’était-il dis intérieurement, dans une pensée assassine à l’adresse du chef Dumont.
    _Chef ! Je peux vous parler un instant ? Bienque le ton fût formel, une certaine contrariété se faisait sentir dans ses paroles.
    _Nous avons terminé Levallois. Avait répliqué Dumont, pensant que Tristan s’impatientait.
    _J’ai à vous parler quand même…
Prenant ensuite le chef d’expédition à part, Tristan s’entretint un moment avec lui de la marchandise. Celle-ci serait compliquée à transporter en surface jusqu’à Gambetta sans entamer le potentiel combattif des hommes si d’aventure ils étaient attaqués. Dans cette optique, Tristan annonçait au chef Dumont qu’il avait un candidat potentiel pour réduire la charge de chacun ce à quoi Dumont montrait un certains intérêt.
    _Pourquoi pas ! Cela nous faciliterait la tâche. Mais que les choses soient claires: vous vous débrouillez pour payer ses services, Levallois. Allez me cherchez les autres au Crâne Humain, nous repartons.
Avait alors conclus Dumont. Tristan rejoignit ensuite le dénommé TiMarco songeant à ce qu’il pourrait bien lui donner en échange de son service. Cette question ne fut pas tranchée lorsqu’il revint auprès de lui.
    _Nous allons avoir besoin de vous, en effet. Mais avant je dois me rendre au Crâne Humain. Venez avec moi, nous discuterons en chemin.
L’homme, en sortant de la poudrière, avait fait mine de chercher TiMarco bien que ce dernier n’avait pas vagabondé de là où Tristan l’avait laissé. Cela lui permit de constater que l’on observait toujours la poudrière, des gestes suspects qui se précisaient pour lui. A ce stade, le bagnoletiste ne pouvait clairement évaluer la dangerosité de la menace. La nature du colis pouvait attirer les convoitises mais cela ne pourrait se vérifier qu’une fois dehors…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 13
avatar
'TiMarco
MessageSujet: Re: Cargaison explosive   Mer 12 Sep 2012 - 17:09

... la j'ai emboité le pas au mec et j'l'lui ait dit « au Crâne hein, ouaip ma foi, pourquoi pas mais euh... on vas faire quoi las bas au just' ? et ton taf' ? C'est quoi qui faut faire ? ». La j'ai j'té un coup d’œil en arrière et j'ai vu les trois gamin qui nous collaient aux grolles...

L'pauv' gras d'vait déjà avoir du mal à trouver son ch'min vu comme il était un poil "ras des paquerettes" pour Ménil, déjà moi j'ai du mal, et j'lui f'sais deux têtes de plus (j'vois rarement au d'ssus des épaules des autres mutos, ces gros bourrins n'on rien dans l'teston mais on peu pas leur enl'ver que quand il faut chopper des boites de conserv' en haut d'l'armoire, c'est eux les meilleurs, c'est un peut pour ça le  'Ti dans 'Timarco). Bref... j'étais presqu' sur qu'le gars avait pas capté qu'les trois "gamins" qui l'lorgnaient d'puis la poudrière nous filaient l'train, surtout qu'il traçait la route d'un pas bien décidé... Le gars avait l'air un poilichon stréssé...

« Hé mec... on nous colle la, les trois marlous qui v'laient t'taper tes clopos... »

Pour l'instant on avait pas encore fait l'quart du ch'min vers le Crâne, et j'étais presque sur qu'les trois verts allaient pas taper ici, la populace commençait a s'masser, l'allait falloir traverser un des espèce de marchés qui poussent un peu n'importe où à Ménil, de ceux qui laissaient juste des papelards bien gras et deux trois radfruits complétement pourris l'lend'main... bah de temps en temps un cadav' aussi hein...

Bref, a peine que j'l'avait tuyauté sur nos fans qu'j'ai sorti mon ch'lasse d'sa gaine et j'ai planqué ça dans la manche d'mon manteau.Mieux vaut prévenir qu'heu d's'faire planter hein...

Les étals improvisés étaient entourés d'peuple est les vendeurs hurlaient tout s'qui savaient pour attirer l'chaland, vas-y qu'a tout moment un gros mutos t'arrachait l'oreille en beuglant qu'ses radrats étaient super frais et étaient crevés y a moins d'une s'maine, qu'un autres braillait qu'y avait pas meilleure verdure dans tout l'marché (pas difficile vu qu'c'était l'seul, en général a Ménil les étals heu'd'légum' c'est a peu prés les seuls qu't'arrive a voir, ya personne autour) bref... les gamins nous suivaient toujours a travers la foule, yallait falloir les lâcher sous peu sinon ils allaient vraiment nous tomber su'l'coin d'la gueule.

J'ai collé ma tronche jus' a coté d'son oreille pour qu'y capte s'que disais avec les marchants qui beuglaient et j'lui ai balancé « Oh mecton ! J'sais pas combien qu'tu pense qu't'es dans ton futal ni pourqu'oi qu't'as l'feu au fion com'ça mais j'ai moyen envie d'me coltiner avec trois mutos, à la prochaine à droit' tu pique un sprint et à gauch' d'suite après jusqu'au tombeau où qu'y as les cranes de brahmine et qu'y a écrit "BOUCH'RY"  d'sus ok ?»

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 05/09/2012
Messages : 15
avatar
Tristan Levallois
MessageSujet: Re: Cargaison explosive   Jeu 13 Sep 2012 - 11:05

le duo se dirigeait alors vers le Crâne humain qui, en principe ne devait pas se trouver bien loin. TiMarco ne perdait pas de temps pour poser quelques questions, bien légitimes auxquelles le récupérateur répondait avec prudence :
    _Nous allons rejoindre les autres membres de mon groupe. Le travail est simple : Il consiste à transporter du matériel vers l’une des entrées de métro aux abords de Ménilmutant.
Tristan n’en disait pas d’avantage. Se frayant un chemin parmi les mutants et les quelques humains qui passaient par-là. À sa grande surprise, sa route le menait sur un espèce de marché où régnait un vacarme invraisemblable, noir de monde, le tout, embaumé d’une de ses odeurs infecte dont le parfum ne pouvait se faire sentir qu’à Ménil’. Ce spectacle nauséabond arrachait un juron dégouté à l’humain. C’est alors que TiMarco insistât sur les trois autres mutants qui les suivaient toujours.
    _Ok, vu. Passons par le marché, nous les sèmerons là-bas.
Répondait alors Tristan. Si celui-ci était tenu par une certaine nervosité, il restait le plus calme possible à l’extérieur. Il n’avait pas de situation plus désastreuse que lorsque l’on perdait son sang-froid. Entrant alors sur le marché, Tristan enlevait discrètement le cran de sureté de son Napoléon avant que TiMarco lui annonce un plan pour semer leurs poursuivants. Plan auxquels Tristan répondit par un hochement approbateur de la tête.

Une fois arrivé au croisement indiqué par TiMarco, ils pressèrent le pas, Tristan sur les tallons de sa nouvelle connaissance. Il restait néanmoins attentif à son environnement, guettant un signe qui pourrait éventuellement trahir une mauvaise intention du mutant. Car bien que ses intentions parussent honnêtes et sincères, tout pouvait encore être possible. Virant rapidement ensuite à gauche pour rejoindre la boucherie dont Marco lui avait parlé…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 13
avatar
'TiMarco
MessageSujet: Re: Cargaison explosive   Jeu 13 Sep 2012 - 21:55

Ben l'gars a hoché la tête alors j'ai pas cherché à comprendre, j'ai piqué à droite pi d'suite a gauche, l'marché continuait pas par la mais comme la foule s'arrêtais pas d'suite j'espérais bien qu'les trois zonards allaient être suffisement ralentis pour prend' la tangente.

J'ai couru comme un taré jusqu'a la boucherie du pére Gaston, l'mec avait pour habitude de garder les crânes dépiautés des brahmines qu'il débitait sur les murs du tombeau, comme ça ça y pouvait camoufler les pti'z'angelots qui faisaient moyen sérieu pour une boucherie.

Autant vivre a Ménil ça vous blinde le nez mais la l'odeur c'était du perce armure façon uranium apauvri ! Ca puait un mélange de sang, d'tripaille et d'la bouse qu'les brahmines manquaient pas d'poser quand elles comprenaient qu'elles aller passer l'arme a gauche jus'derriére l'caveau. Ca vous prenait à la gorge si fort qu'y avait des médécins qui prescrivaient des visites quand t'avait les sinus bouchés par trop d'merde !

Bref, j'ai vite tiré la manche du mec pour qu'on aille s'cacher dans l'boui-boui.
Pas 30 secondes après j'ai vu deux des trois zig' qui étaient a not' recherche. Les mecs sont passé d'vant la boucherie sans nous capter, faut dire qu'y avait une matrone mutante toute peinturlurée qu'était en train d'monter les marches pour v'nir s'fournir en barbaque et son cul était si énorme qu'elle a dut s'mettre en traviole pour passer l'entrée !

L'patron, Gaston, etait en train nous sourire de tout ses chicots quand j'me suis r'tourné.
Il était en train d'préparer je n'sais quel morceau quand on est entré en catastrophe, et l'Gaston faut pas l'prendre pour un con, il nous à pointé avec son fendoir taille XXL et il m'a fait : "hé les agités la ! L'grabuge c'est dehors ! Soit vous m'achetez d'la marchandise soit vous débarassez heu'l'plancher !". La matrone faisait une tronche zarbi et avait fourré sa pogne dans son espéce de cabas. Mon intuition m'disais qu'elle allait pas en sortir un paquet d'caramel. J'ai fait un signe de tête au zig' pour lui indiquer la sortie.

L'crâne était plus si loin maintenant mais j'avais quand même l'impression qu'les autres boulets devaient encore être en train d'nous chercher.

J'me suis r'tourné vers l'humain et j'lui ait dit : "Bon, l'crâne c'est plus si loin la mais, vous allez transbahuter quoi d'spécial la ? Pa'sque j'les abrutis qui nous collaient aux basques ils m'on l'air plus motivé qu'si cétait juste pour t'taper des clopes..."


_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 05/09/2012
Messages : 15
avatar
Tristan Levallois
MessageSujet: Re: Cargaison explosive   Ven 14 Sep 2012 - 15:03

Sur les tallons de TiMarco, Tristan allait se réfugier dans un vieux caveau reconvertis en boucherie. Il y régnait une telle odeur que l’humain cru qu’il allait tourner de l’œil car jamais, même au plus profonds des tunnels de Paris, il avait reniflé un truc pareil. Cela pouvait être supportable, mais guère plus de quelques minutes. Ajouter à cela quelques têtes de brahmines bouillies et dépecées accrochées au mur et l’on avait là une boucherie aux allures des plus… pittoresques. Une fois que le danger se fut suffisamment écarté et que la situation se fut normalisée avec le propriétaire de l’échoppe, Tristan répondait aux interrogations supplémentaires dont lui faisait part le mutant.
    _Je fais partie d’une petite expé’ venue de Bagnolet. Ce nom ne doit pas vous dire grand-chose, mais nous sommes une petite communauté en bordure de la capitale. Tout se passerait bien si les psychos du coin ne nous mettaient pas la pression. Du coup, nous dépendons en grande partie du ravitaillement qui nous parvient de Ménilmutant: Nourriture, armes, équipement divers. On à d’autres sources d’appro’ mais celle-ci reste la plus sûre et la plus rentable…
Lui avait expliqué Tristan avant d’entrer dans la taverne. Là, il ne fallut pas longtemps pour que le récupérateur ne retrouve ses camarades mais lorsque ceux-ci furent suffisamment proches, l’un d’entre eux eût une moue de dégoût avant de s’adresser à Tristan :
    _Bon sang Trist’, tu schlingues ! Pire qu’hier ! Lançait l’un de ses acolytes, en référence à sa soirée désastreuse de la veille. La réponse, ne se fit pas attendre :
    _Ta gueule Phil’ ! Tristan était près à s’exprimer d’avantage sur le sujet, mais le lieu et l’instant n’était pas adéquat. Il continuait alors :
    _On à une aide supplémentaire pour ramener la marchandise à Bagnolet. TiMarco va nous aider. Tristan se tournait alors vers sa nouvelle connaissance :
    _TiMarco, voici le reste de l’équipe : Philippe, Jean, Michaël et Jérémy. Et moi c’est Tristan. Avait rajouté ce dernier, se rendant compte qu'il ne s'était pas encore présenté. Il reprenait ensuite à l’attention du groupe :
    _Dumont a terminé, il nous attend chez Roland pour reprendre la marchandise.
Le dénommé Phillipe semblait être du même âge que Tristan, moins musclé, il n’en paraissait pas moins costaux et était armé d’un vieux fusil, un modèle largement d’avant-guerre, qu’il avait récupéré lors d’une récup’ en ville. Jean, lui, était plus petit et trapus et était armé d’un fusil à canon scié. Michaël était le plus fin du groupe et le seul à porter des lunettes. Il portait un sac en bandoulière avec une petite croix rouge qui trahissait son rôle de toubib au sein de l’équipe. Enfin, Jérémy était une vraie armoire à glasse, de la taille de Tristan, il était plus massif. Son visage ayant quelques traces d’une vie plutôt violente qui achevait de convaincre l’inconnu qu’il ne fallait pas lui chercher des noises. Ce dernier était équipé d’un fusil de chasse dont l’état, sans être irréprochable, était correct.

L’introduction du mutant au sein du groupe eut pour effet de créer un petit froid avant que tous ne finissent par saluer le nouveau venu. Philippe avait alors entraîné Tristan sur le côté pour lui faire part de ses craintes. Craintes que le récupérateur dissipât rapidement. Cependant, il était clair que TiMarco devrait faire plus s’il voulait avoir une opinion plus favorable de la part des Bagnoletistes. Le groupe, à présent plus fournis, quittait le Crâne Humain pour retrouver le chef Dumont à la poudrière, passant par le marché où, quelques instants plus tôt, TiMarco et Tristan avaient semé leurs ravisseurs. En chemin, Tristan en profitait pour compléter ses explications à TiMarco :
    _Comme les échanges se passent souvent bien entre Bagnolet et Ménil', on essaye de maximiser la charge de ravitaillement lorsque l’on vient ici. C’est la raisons pour laquelle ont est aussi nombreux mais toutes paires de bras supplémentaire pour nous aider est la bienvenue. En ce qui vous concerne, nous irons jusqu’à une station de métro non loin d’ici et située à environs cinq cent mètre des murs de Ménils. Ainsi, vous ne serez pas trop isolé des vôtres pour le retour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 01/09/2012
Messages : 13
avatar
'TiMarco
MessageSujet: Re: Cargaison explosive   Lun 17 Sep 2012 - 20:41

"Ok, cinq cent mêtres a trimballer des caisses ça m'vas, c'est pas la mort mais j'y gagne quoi exactement ?" déjà la truc s'mettait a sentrir l'moisi, faire 500 métres pour s'barrer en tromé après c'était carrément louche, les tunnels d'métro dans l'coin s'est pas exactement une balade de santé, alors que bagnolet c'est a deux-trois kilométres a tout casser. J'pouvais comprendre que l'mecton avait qu'moyennement envie d'cracher ou était leur planque mais il aurait au moins pu faire crédib' comme bobard...

Voila, ces mecs la zonaient peinards au crâne, j'sais pas exactement avec qui ils étaient en ch'ville mais sur'ment avec un mutos assez puissant pour qu'on leur pête pas les burnes...
Y'avait bien 2-3 cousins qu'avaient envie d'leur sauter a la gorge mais ça s'concrétisait pas.

J'étais pas suffisement au fait des magouilles internes a Ménil' pour savoir exactement avec qui mais ça m'suffisait bien...

Bref, les mectons avaient pas l'air spécialement jouasse de m'voir débarquer mais ça, j'ai l'habitude hein, ya pas des masses de normaux qu'y aiment bosser avec les cousins. Bah j'les comprend aussi, en général faut leur expliquer quinze fois l'bouzin et faire gaffe qu'y glissent pas dans leur prop' bave mais bon...

Pendant qu'le mecton s'était écarté pour négocier l'coup avec un d'ses potos j'ai essayé d'entamer l'truc avec les mecs qu'étaient restés, "''Timarco que j'mapelle, et vous les gars ?"
Ils ont tous plus ou moins marmonné leur blazes mais j'captais bien qu'y avait comme un gros froid quoi... ma fois, j'allais pas cracher sur s'que j'pouvais tirer d'cette histoire pasqu' bosser avec un mutos ça les défrisait hein ! Mais bon quand on est accueilli comme ça faut pas s'attendre a s'que j'me fende non plus l'cul pour leur pomme.

Le temps qu'les mectons regroupent leurs bardas j'ai bien gardé mon expréssion d'abruti qui tranquilise bien les "normaux", son comme tout l'monde, tant qu'tu reste dans une ch'tite case bien rangé y's'inquiétent pas trop trop...

J'ai suivi s'beau monde sans trop rien dire jusqu'a s'qu'on s'retaille vers l'marché.

La j'ai approché l'mec que j'avais accompagné et j'lui ait dit "Heu mecton... a mon avis les marlous qui nous coursaient la, y vons nous r'capter hein... j'espère qu'en nous voyant zoner à la poudr' y vont pas rameuter leurs potos... c'est pas que j'courre pas après la castagne mais j'aime bien rentrer a m'baraq' sans plus de trous dans l'cuir que s'que j'me suis l'vé avec... ça vous dérange pas si on fait un ptit crochet ? enfin... c'est déjà un peu ça faire heu'l'guide touristiqu' ", j'ai ponctué l'truc d'un gros clein d'oeil bien appuyé comme ça en m'marrant a moitié, j'faisait pas vraiment crédib' dans l'role du guide touristique...

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cargaison explosive   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cargaison explosive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Zoan de la Fourmi Explosive !
» [Validée]Fiche technique d'Akira Kuukyo
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» beta 1.29
» [A.C]Ils nous ont volé notre cargaison! PIRATES ![PV Ariane]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Ménilmutant-