Partagez | 
 

 Pilote

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Age IRL : 7 Masculin
Inscription : 31/01/2012
Messages : 1527
Fonction : Compte Fondateur
avatar
LouetRinkin
MessageSujet: Pilote   Jeu 26 Fév 2015 - 22:52

Alexander avait bien cru pouvoir profiter d'un peu de repos, il était déjà descendu deux fois ce mois ci et rien ne lui aurait fait accepter une troisième mission. Pourtant c'est ce qu'il venait de faire, et voilà qu'il passer sa soirée à attendre ses collègues qu'il avait convoqué en vitesse.

Il les attendait dans ce coin du bar réservé aux Outers qu'il fréquentait cinq soir par semaine. Mais cette fois il n'était pas question de fête, de femmes et d'alcools, les chaises étaient retournées sur les tables et l'odeur n'était pas celle des cigares mais de l'eau de javel fraîchement passé sur un sol qu'il n'avait jamais vu si blanc.
Dérangé par le parfum du propre, le chef Outers attendait à la fenêtre que le barman avait ouvert pour aérer. La nuit était tombée depuis un moment et sous la faible lueur de la lune on ne distinguait qu'à peine la mer de brume qui les avait fait se cloîtrer ici, lui et le reste de l'humanité.

La porte s'ouvrit et entra John Seemack, toujours le premier et le seul à être à l'heure. Ils ne dirent rien, s'échangèrent juste un regard et le jeune Outers se contenta de retourner une chaise pour s'y asseoir.
La relation était tendue en ce moment, hier ils avaient perdu un de leur collègue, Otton, et tous les Outers de Céleste étaient en deuils.
La porte s'ouvrit à nouveau et laissa entrer Carole Mtawarira, l'une des rares femmes dans le métier.
John lui retourna une chaise en lui souriant comme tout bon gentleman qu'il était.
Puis les derniers arrivèrent, Marshawn, Béranger Mauban et Wilkus Van de Merwe.
Une fois tout le monde réuni Alexander se détourna enfin de sa fenêtre, les mains jointent dans le dos avec une attitude le faisant passer pour un colonel de l'armée.

« Bien, tout le monde est là. Merci d'être venu si tard, mais c'est le seul moment et le seul endroit où nous pouvons être tranquille.
Si je vous ai convoqué c'est parce que selon moi vous êtes les meilleurs Outers de Céleste et j'ai justement besoin des meilleurs pour la mission que j'ai à vous proposer.
Cette mission est hautement confidentielle et comprendra de grands risques, à la fois en bas et ici. Tout devra rester entre nous d'accord ? »

Alexander marqua une pause, attendant l'approbation de ses collègues. Ces derniers étaient tous un peu déconcertés, se demandant ce que pouvait être cette mission qui leur demanderait le secret...

« C'est Jim Momath qui nous engage.
- Ahah tu rigoles ? »

Tout le groupe s'agita, certains pouffaient déjà de rire et d'autres hochaient la tête un peu dépités.
Jim Momath était connu sur Céleste pour être un allumé, un excentrique. Il s'était autoproclamé scientifique et prophète d'une religion qu'il avait inventé et prêchait l'apocalypse, racontant qu'elle avait eu lieu, que les Elohims, les aliens, étaient nos Dieux, nos créateurs qui bientôt allaient revenir nous chercher, nous les êtres élus survivants, que nous allions monter à bord de leurs grands vaisseaux vers la Jérusalem Céleste, la planète sacrée des origines.
Alexander tenta de calmer ses hommes, les sourcils froncés, un peu vexé d'être prit pour un idiot.

« - Oui oui, je sais ce que vous vous dite, moi aussi je connais Jim, mais même si c'est vrai qu'il a des idées étranges je sais qu'il n'est pas fou.
Ses théories sont peut être fumeuses mais son argent lui ne l'est pas. Il nous offre 350 000 rands*. »

A l'annonce du chiffre le calme revint dans la pièce. Jamais une telle somme n'avait été évoquée pour un contrat de Outers.
Carole était, comme visiblement tout le reste de la troupe, estomaquée.

« 350 000 ? Vraiment ? Mais où il va le chercher cette argent ?
- Il se trouve que son église a quelques adeptes prêt à financer l'opération. Il ne ment pas, il nous offre réellement 350 000 rands. »

Alexander eut un petit rictus, rien qu'avec ce prix il savait qu'il avait déjà quelques uns de ses collègues dans la poche, prêt à le suivre en bas pour n'importe quoi.

« Et qu'est ce qu'il veut pour 350 000 rands ? » demanda John le sourire aux lèvres, visiblement pas encore convaincu.
« Il veut un mutant. »
A nouveau la pièce s'agita comme une girouette face à une nouvelle bourrasque.
« Un mutant ? Il veut qu'on ramène un mutant ? Mais genre, ici ?
- C'est ce qu'il demande oui. »

Jamais un Outers n'aurait imaginer devoir capturer un mutant ni même simplement devoir en approcher un.
Alexander s'attendait à entendre fuser les questions et peut être voir certains se désister devant les dangers.


*environ 30 000 euros.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallre.forumgratuit.org
Masculin
Inscription : 04/08/2014
Messages : 42
avatar
Marshawn
MessageSujet: Re: Pilote   Ven 27 Fév 2015 - 0:06

Marshawn pionçait tranquillement lorsque l'on frappa à sa porte. Profondément endormi, les premiers coups ne le réveillèrent guère, et il fallut les intensifier pour que le mastodonte daigne ouvrir l’œil. Alarmé, il tâtonna la table basse près de son lit pour espère trouver l'interrupteur de sa lampe de chevet, mais encore engourdi, il la fît tomber.

- Bordel, de bordel, de merde, siffla t-il en s'extirpant d'un bond de son matelas. Machinalement, il jeta un coup d’œil à une vieille montre qu'il avait conservé au poignet, le fait fût qu'elle ne fonctionnait guère plus depuis longtemps désormais.

Marshawn se fraya un chemin à travers l'obscurité qui régnait au sein du taudis lui servant d'abri. Seuls les rayons de la lune filtraient à travers les planches de bois.

- Dis-moi que je rêve, mec, se lamenta le Outers en rencontrant la personne qui se tenait derrière sa porte.

Une quinzaine de minutes plus tard ...

Marshawn traînait les pieds, désormais arrivé aux abords du bar où devait se dérouler le briefing de sa prochaine sortie. Le sud-africain hésitait entre l'agacement et l'excitation, fortement blasé par le fait qu'il revenait tout juste d'une sortie à l'extérieur durant laquelle il avait eu sacrément chaud au derrière. Marshawn n'était pas certain de vouloir forcer le destin une seconde fois. C'était sans parler de la mort d'un Outer, pas plus tard que la veille.

Le Outers poussa finalement la porte du pub, affublé d'un T-Shirt blanc manches longues le cintrant parfaitement, d'un pantalon cargo beige et de Jordan montantes. Un bandeau retenant ses dreadlocks, et son Desert Eagle dont il ne se séparait jamais, soigneusement rangé dans son holster à la cuisse droite.

Il était visiblement en retard, mais s'en branlait totalement. Ces gens là pouvaient penser ce qu'ils voulaient. Il n'en connaissait pas un seul, et n'avait aucune envie de faire les présentations. Une petite hésitation sur le leader de la troupe, qui l'avait certainement déjà briefé, mais il n'était pas bien doué pour se remémorer les visages ... Ni les noms ceci dit.

- Yo, les bitches, lança t-il d'un ton impétueux avant de s'asseoir.

Le leader commença son briefing, Marshawn tendait l'oreille, attentif, cette histoire de mission confidentielle ne l'emballait pas vraiment. Il y avait comme une odeur de grosse mission bien hardcore dont il se passerait volontairement.

- C'est Jim Momath qui nous engage, déclara le Chef.

Marshawn éclata de rire en même temps que les autres. La mission était d'ores et déjà discréditée, il s'apprêta à annoncer son retrait de la mission lorsque la somme convenue pour remplir le contrat lui chatouilla les oreilles. 350.000 rands, c'était énorme. Beaucoup trop. Ne restait plus qu'à savoir, qu'est ce qui vaudrait la peine de risquer sa peau pour une somme aussi importante.

- Et qu'est ce qu'il veut pour 350 000 rands ? » demanda l'un des Outers le sourire aux lèvres, visiblement pas encore convaincu.
- Il veut un mutant.

Marshawn éclata d'un rire encore plus franc avant de se lever de sa chaise, direction la sortie.

- Ok, c'est mort les mecs. Allez faire mumuse avec vos bestioles, je compte pas crever pour ces conneries. Puis ça sent le traquenard cette récompense. Quelle preuve on a ?

_________________
THÈME

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/02/2014
Messages : 163
avatar
Bérenger Mauban
MessageSujet: Re: Pilote   Ven 27 Fév 2015 - 12:29

Avachi dans son lit à potasser un manuel des dilemnes cornéliens acheté il y a déjà quelque temps à un glandu qui le bradait, Bérenger soupira et se décida à sortir de sa demi-somnolence. Cela faisait trop de temps que l’Outers ne faisait rien, si ce n’était bouquiner, il avait déjà fait sa seule sortie du mois en bas. Son Kel-Tec était comme d’habitude en train de trôner au milieu de ses appartements, le Pamas sur la table de nuit prêt à refroidir un assaillant nocturne. C’était une coutume chez lui de dormir avec un flingue, même si ça dérangeait souvent ses rares conquêtes.
Pour pallier au problème l’expéditionnaire s’était lancé dans la drague de la gent féminine de son métier. Au moins celle-ci ne s’inquiétait pas du destin de leur bonhomme de copain étant donné qu’elles aussi partaient en expédition, alors un flingue sur la table de nuit.
Quand on le convoqua, la réaction fût un étrange mélange de haine et de joie ; Mauban détestait jouer les mercenaires sans consentement mais en même temps il était flatté qu’on le sollicite. Aussi le moment venu l’Outers prit son matériel et partit rejoindre les autres au bar.

Il y avait de la lumière dans le bar et un noir venait d’y entrer sans faire une irruption fracassante. Sans doutes un gourou ou quelque chose du genre.
Une fois arrivé à son tour devant la porte, l’expéditionnaire donna un grand coup de pied dedans, l’ouvrant de tout son large et l’envoyant cogner contre un porte manteau qui trembla devant la violence du choc. Il serait aussi tombé si Bérenger ne l’avait pas rattrapé mais c’était une autre histoire, beaucoup moins épique.
Enfin, c'est ce qu'il aurait voulu faire. Mais avec son armure et son Kel Tec qui pesait une tonne il se serait surtout déséquilibré en donnant un coup de pied. Aussi, il se contenta d'ouvrir la porte et de la refermer derrière lui.

Alexander de Groot était un trou du cul mais un excellent meneur, pour une fois Mauban se calmerait, au moins pour le début de l’expédition. Enfin, ça ne l’empêcherait pas de se caser à côté de lui à l’avant de la troupe, il avait un fusil à pompe et donc était le plus apte à repousser un assaillant à courte portée. C’était aussi un bon moyen de gonfler le compteur de victimes.

Il y avait aussi Carole et cette fois-ci le constat fut unanime dans la conscience de l’Outers ; elle serait la prochaine dans son lit ! Même avec la vitre teintée du casque on pouvait deviner ses intentions au temps qu’il passa à détailler le corps de la dame. Elle aussi pouvait passer devant mais bon, il doutait légèrement de la puissance d’arrêt d’une aks.

John Seemak aussi était présent, une sale petite merde prétentieuse que Bérenger ne pouvait pas encadrer même en photo. Celui-là une fois qu’ils seraient rentré de la mission il lui ferait la peau pour un oui ou pour un non. C’était écrit en rouge dans la conscience de l’expéditionnaire masqué ; la petite baltringue qui était papa se prendrait une bonne bastos. Restait juste à déterminer ou, quand et comment. Au mieux le mioche qui n’avait pas trois poils au menton se prendrait un pain pour avoir fait une bêtise, au pire une cartouche de calibre douze en pleine gueule. Pas n’importe quel cartouche : ses cartouches d’exécuteur qui crachaient de la chevrotine liée, celle qu’on utilisait pour péter des grizzlis.

Mais bon, s’il y avait Alexander et Carole, l’Outers ferait un effort pour eux ; pour avoir déjà travaillé avec la paire, le chef était un bon meneur qui allait avoir besoin de tous les soldats possibles et Carole, c’était une femme. Elle ne pourrait pas comprendre qu’un type en détruise un autre pour la simple et bonne raison que l’un s’était foutu de la gueule de l’autre.
Certains auraient dit « ce n’était qu’un gamin, il s’est assagi depuis qu’il a une fille », mais cet odieux individu ne s’était pas excusé (peut-être parce que Bérenger avait tout fait pour ne pas le supporter et qu’ils se revoyaient depuis un bon bout de temps).

-Alexander, Carole, John, c’est un honneur de retravailler avec vous.

L’Outers salua tout le monde d’un signe de tête. Ca l’emmerdait de le dire, mais Mauban devait reconnaître que Seemak était bon dans son taff.
Il resta debout dans un coin de la salle, là où il pouvait avoir tout le monde en vue et écouta attentivement le briefing.
Jusqu’à la somme des 350 000 rands pour un mutant.

-J’en baiserais un pour cette somme. Je marche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 13/08/2014
Messages : 33
avatar
Wilkus Van de Merwe
MessageSujet: Re: Pilote   Ven 27 Fév 2015 - 22:41

Wilkus avait commencé sa merveilleuse matinée comme tous les matins, à fumer cigarette sur cigarette. Alors que certains Outers utilisaient leurs richesses dans tout et n'importe quoi, le vieil homme ne voulait comme luxe que celui de se foutre du tabac en plein les bronches, quand bien même il devenait (très) rare.

Il avait passé toute sa journée à faire les cents pas dans Céleste, à rencontrer des gens, à se faire offrir des verres ou à prendre des nouvelles de quelques-uns des habitants. Contrairement à certains Outers, il ne faisait pas ce boulot uniquement pour le profit. Au début, bien sûr, il adorait les femmes faciles et la bibine. Mais il s'était assagi avec le temps, et les pertes... Wilkus essayait de faire en sorte que Céleste garde le moral et continue de vivre.

Aussi, il avait passé une bonne partie de l'après-midi chez la famille d'Otton, pour leur parler de lui, passer un petit moment, les consoler, prendre un verre. Finalement, il était resté plus longtemps que prévu, et il arriva au nouveau meeting des Outers plus tard qu'il ne pensait.

Lorsqu'il entra, une bonne partie du groupe était déjà là.

- Messieurs. Excusez-moi pour le retard.

L'afrikaaner attrapa une chaise et s'assit en face du boss, aux côtés de Carole et de John.

- J'ai versé quelques rands à la famille d'Otton. J'espère que vous ferez tous de même...
Pas vrai, Bérenger ?


Il regarde un instant l'homme qui restait accolé au mur pour se donner un genre, quand un autre énergumène vint perturber le briefing.

- Yo, les bitches.

Finalement, Alexander, honorable chef qu'il était, pouvait continuer. Il parlait d'un nouveau contrat, faite par un des excités de la ville, qu'il fallait souvent calmer... Et d'une sacrée somme d'argent. Notamment celle de ramener un mutant.

-J’en baiserais un pour cette somme. Je marche !
- Ok, c'est mort les mecs. Allez faire mumuse avec vos bestioles, je compte pas crever pour ces conneries. Puis ça sent le traquenard cette récompense. Quelle preuve on a ?


Les mecs s'excitaient vraiment pour rien. Wilkus, lui, était assez partagé.

- Hoer ! Calmez-vous enfin !
Je crois que Momath a la récompense. Mais après, il faut voir si cette mission est réalisable. Et quelles seraient les conséquences...
Les mutants sont dangereux, je me vois mal faire le trajet avec l'un d'entre eux dans l'ascenseur. Surtout après ce qui est arrivé avec Otton...
Et puis même si on ramène un mutant entier, qu'est-ce que Momath va faire avec ? Le lâcher en plein Céleste pour l'un de ses rituels complètement idiots ? Ou alors il pense pouvoir faire une expérience dessus pour trouver un antidote ?
Je suis avec toi à 100%, Alexander... Mais c'est kokende.


Dernière édition par Wilkus Van de Merwe le Sam 28 Fév 2015 - 11:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 7 Masculin
Inscription : 31/01/2012
Messages : 1527
Fonction : Compte Fondateur
avatar
LouetRinkin
MessageSujet: Re: Pilote   Sam 28 Fév 2015 - 11:03

Alexander savait que l'annonce de sa mission allait faire l'effet d'une bombe, et ça ne manqua pas, tous les Outers présents commençaient à jazzer.
Il laissa parler un peu tout le monde.

« Je suis d'accord avec lui, dit Carole en faisant un signe de tête vers Marshawn, c'est quoi l'assurance de la récompense ? Je ne fais pas confiance à Mamoth.
- Moi ce qui m’inquiète c'est plutôt de ramener un monstre ici, et surtout de le confier à Jim Mamoth... » disait à son tour John Seemack.

Alexander leva une main pour faire signe à ceux qui s'étaient levés prêt à partir de se rasseoir.

« Calmez vous. Vous me connaissez assez pour savoir que je n'aurais jamais accepté une telle mission sans garantis.
Jim Mamoth a l'argent, si vous ne lui faite pas confiance vous pouvez me faire confiance à moi.
Moi aussi John ça m'inquiète de ramener une créature ici, moi aussi Wilkus j'imagine les dégâts qu'elle pourrait faire dans les pires scénarios. Mais là aussi Mamoth m'a apporté des garantis, il m'a par exemple montré la cage où il allait garder le monstre et je peux vous assurer qu'il ne va pas s'échapper. Il m'a aussi expliqué ses intentions. Il veut étudier les mutants et les comprendre.
Ça n'a jamais été fait, on ne sait pratiquement rien d'eux, imaginez les informations qu'on pourrait en retirer ? Ça pourrait grandement nous aider pour nos prochaines sortis si on connait mieux nos ennemis. Et peut être même qu'on pourrait trouver quelque chose pour contrer les envahisseurs, ou bien trouver un remède, un vaccin, un antidote !
Imagine Wilkus si on avait pu soigner Otton grâce aux recherches de Mamoth, sa famille n'aurait-elle pas été heureuse ? »

Alexander avait l'air sincèrement enthousiaste et espéré contaminer les autres à celui ci.

« Marshawn, je t'ai engagé parce que même si tu n'es pas Outers depuis longtemps tu as déjà prouvé que tu valais mieux que certains vétérans. Tu es l'un des meilleurs ici et on aura besoin de toi, mais si tu n'as pas assez de couille pour la mission de ta vie alors je ne te retiens pas, je ne retiens personne ici. »

Le silence s'empara de la salle, tout le monde semblait réfléchir.
John avait les mains jointes collées à son menton, le regard dans le vide. Carole souriait légèrement, imaginant sa vie et celle de sa mère avec 6000 rands.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallre.forumgratuit.org
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 13/08/2014
Messages : 33
avatar
Wilkus Van de Merwe
MessageSujet: Re: Pilote   Sam 28 Fév 2015 - 11:12

Alexander avait touché la corde sensible de Wilkus en parlant d'Otton... Pendant un moment, Wilkus baissa les yeux au sol, gêné d'avoir parlé contre son chef.

- Hmmm... T'as raison... Je suppose. Mais est-ce que Marmoth sait comment on peut en débusquer un ? Et on est censé le maîtriser comment ? Fléchette hypodermique ?
Rommel...


Les yeux de Wilkus bougèrent pour observer les autres Outers. Bérenger et Carole semblaient enthousiastes, sûrement par appât du gain, mais le tout nouveau hésitait un peu.

- En tout cas, moi, j'y vais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/02/2014
Messages : 163
avatar
Bérenger Mauban
MessageSujet: Re: Pilote   Sam 28 Fév 2015 - 12:19

Il y avait des instants comme celui-ci qui faisait la distinction entre ceux qui avaient peur de mourir et ceux qui pouvaient surmonter cette peur. Bérenger n'avait pas peur de la mort, mais ce qui se trouvait juste avant l'effrayait au plus haut point. Mais là, avec ce fric les choses ne seraient plus comme avant, contrairement aux autres il avait déjà déduit sa part en comptant la mort prochaine de John.

-Otton connaissait les risques et la transformation est presque instantanée, non ce n'est pas avec un alien que nous pourrions sauver les nôtres d'une mort comme celle d'Otton.
Mais Alexander oublie quelque chose ; si on capture l'un de ces rats ça aura aussi un impact sur les autres ici, chopper une créature de calibre c'est faire à ses semblables un énorme doigt dressé dans le ciel. Ce sera un symbole.


Bérenger regarda Carole qui avait l'air d'imaginer toutes les choses qu'elle pourrait s'acheter avec sa part, John était con et regardait le vide.

-J'en vois ici qui pensent déjà à ce qu'ils pourront se payer, à ce que pourrait devenir la vie sur Céleste avec un mutant a étudié.
J'en serais, si vous hésitez déjà à venir posez-vous simplement cette question : hésiterez-vous de nouveau quand il faudra prendre une décision critique pendant l'expédition?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/08/2014
Messages : 42
avatar
Marshawn
MessageSujet: Re: Pilote   Sam 28 Fév 2015 - 13:05

- Marshawn, je t'ai engagé parce que même si tu n'es pas Outers depuis longtemps tu as déjà prouvé que tu valais mieux que certains vétérans. Tu es l'un des meilleurs ici et on aura besoin de toi, mais si tu n'as pas assez de couille pour la mission de ta vie alors je ne te retiens pas, je ne retiens personne ici.

- Par contre, mec, joue pas avec "mes couilles" comme tu dis, rétorqua le sud-africain en se retournant, tapant sur la porte qu'il allait franchir. Vexé, et blessé dans sa dignité. Il ne passerait pas pour une merde. J'en suis, répondît t-il finalement en portant à sa bouche la bouteille de Whisky qu'il avait arrachée au barman, en arrivant.

Marshawn n'écoutait plus qu'à moitié ce que racontaient les autres, mais la remarque du boy-scout en armure le fît particulièrement tiquer.

- Hésiterez-vous de nouveau quand il faudra prendre une décision critique pendant l'expédition ?

- T'inquiète pas que si faut faire le choix entre ma vie et la tienne, ça sera vite vu, mon pote, répondît l'homme aux dreadlocks en levant sa bouteille en direction de celui qui n'avait jamais dévoilé son visage.

_________________
THÈME

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 7 Masculin
Inscription : 31/01/2012
Messages : 1527
Fonction : Compte Fondateur
avatar
LouetRinkin
MessageSujet: Re: Pilote   Sam 28 Fév 2015 - 13:46

« Bien, alors tout le monde est partant ? »

Marshawn, Béranger et Wilkus l'étaient, ne restaient plus qu'à John et Carole de se prononcer.
Cette dernière n'hésita pas.

« J'en suis aussi, tu peux compter sur moi. »

John semblait plus dubitatif. Cela lui posait problème d'emmener une mutant ici, prêt de sa famille et de ses amis. S'il était Outers, c'était pour que les gens qu'il aiment ne soient jamais en contact avec l'une de ces monstruosités.
Mais Alexander avait peut être raison, en savoir plus sur les monstres sauveraient peut être plus de vie que de les garder éloignés de Céleste.

« John ?
- Okay, je viens avec vous. »

Tout le monde était partant, le chef Outers pouvait passé au briefing. Il se tourna d'abord vers Wilkus qui avait soulevé plusieurs questions.

« Je vais te répondre Wilkus.
Hier j'ai discuté avec Adriaan Steenkamp, son équipe et lui ont repéré un petit groupe de mutant dans le centre commercial du 4éme arrondissement de Rodestad.
Si nous parvenons à en isoler un et à lui tendre un piège on pourra le capturer. Évitons tout approche frontale, même si cette mission est importante avec une belle récompense à la clef, la vie de mes hommes restent ma priorité.
Ensuite il faudra le ramener ici en toute discrétion.
Avec nous nous allons emporter une combinaison d'Outer. Une fois capturé nous l'enfilerons au mutant et on le remontera sur Céleste en le faisant passer pour un des nôtres qui aurait eu un petit malaise. On le fera entrer et on le remettra à Mamoth.
Dit comme ça, ça semble simple et rapide, mais préparez vous à une mission longue et difficile.
Mais la récompense en vaut la chandelle, et je ne parle pas seulement des rands à la clef, mais des progrès scientifique comme pourra réaliser grâce à ça. »

Alexander marqua une pause. Il avait finit d'exprimer son plan.

« Bien, si vous n'avez pas de question je vous relâche. Rendez vous demain matin à 8h sur le toit.
Soyez prêt et bien équipés.
Wilkus, j'aimerais te parler seul à seul avant que tu ne partes, à propos d'Otton et de sa famille, j'ai quelque chose pour eux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallre.forumgratuit.org
Inscription : 04/02/2014
Messages : 163
avatar
Bérenger Mauban
MessageSujet: Re: Pilote   Sam 28 Fév 2015 - 14:05

- T'inquiète pas que si faut faire le choix entre ma vie et la tienne, ça sera vite vu, mon pote.
- Je me sentirais mal à l'aise de me faire sauver la mise.

L'idée de foutre une combinaison à l'alien ne le gênait pas tant que ça, ça n’éveillerait les soupçons de personne étant donné que l'un d'eux connaîtrait une mort tragique en héro.

-Bien, si vous n'avez pas de question je vous relâche. Rendez vous demain matin à 8h sur le toit.
Soyez prêt et bien équipés.
Wilkus, j'aimerais te parler seul à seul avant que tu ne partes, à propos d'Otton et de sa famille, j'ai quelque chose pour eux.
-A demain.

Une fois rentrer chez lui Bérenger ne repensa absolument pas à la mission ; il se l'interdisait, seul importait sa vengeance et surtout sa vie. Aussi l'Outers passa sa soirée dans ses appartements dans une demi-somnolence qui trahissait une certaine anxiété face aux incidents qui allaient arriver. On disait que la nuit portait conseil mais en ces temps troubles elle n'apportait rien du tout.


Bayant aux corneilles en marmonnant des insultes contre son réveil qui hurlait depuis maintenant cinq minutes, l'expéditionnaire mangea léger pour éviter de se trimbaler une brique dans l'estomac. Mauban regarda une dernière fois sa gueule dans le miroir avant d'enfiler sa combinaison, emporta ses meilleures cartouches avant de prendre tout le matériel nécessaire à cette mission maudite. Désormais il ne restait plus qu'à monter sur le toit, il était de toute façon sept heures cinquante cinq.
Il n'y avait plus grand-chose à faire si ce n'était se préparer à déchaîner l'enfer plutôt que de le subir, car ils allaient plonger dans le pandémonium.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/08/2014
Messages : 42
avatar
Marshawn
MessageSujet: Re: Pilote   Sam 28 Fév 2015 - 15:27

Marshawn affiche un rictus dédaigneux lorsque l'homme masqué répondît à sa remarque. Belle répartie. Il écouta attentivement le reste du briefing, adossé au mur, sirotant de temps à autres. Cette mission, il ne la sentait pas, vraiment pas. Son instinct ne le trompait que trop rarement et l'idée qu'il puisse y passer à cause de sa fierté lui poignait l'estomac.

Le leader demanda finalement si personne n'avait de questions, Marshawn sauta sur l'occasion.

- C'est cool de vouloir capturer un mutant, de lui faire enfiler une combinaison, tout ça. Mais on le neutralise comment le bestiaux, mec ? s'interrogea le sud-africain en terminant sa bouteille d'un trait.

L'homme aux dreadlocks se contenta de la réponse de son supérieur, avant de s'en aller.

- 8 heures demain, ça roule les filles, railla Marshawn avec un bref salut militaire.

Il rentra chez lui, puis se jeta dans son lit sans même prêter attention à l'heure qu'il était. Morphée eût tôt fait de l'emporter dans son royaume.

Se furent les rayons du soleil qui le réveillèrent. Un bref coup d’œil à sa montre qui ne fonctionnait plus, puis à son réveil posé plus loin dans la chambre. 8h02. Marshawn ricana avant de se préparer en vitesse.


_________________
THÈME

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 13/08/2014
Messages : 33
avatar
Wilkus Van de Merwe
MessageSujet: Re: Pilote   Sam 28 Fév 2015 - 15:30

Wilkus attendit un moment que le reste des Outers s'en allait, puis, il se leva de sa chaise et alla discuter avec Alexander, un petit moment.

Finalement, le vieux afrikaaner quitta le bar, et alla trouver refuge dans sa chambre d'hôtel. Il mit un CD, et passa le reste de sa soirée à regarder par la fenêtre, à fumer ses cigarettes en contemplant le nuage de poussière en-dessous de la grande ville.

Le vieux loup devenait usé et fatigué. Il se disait que ce pouvait être sa dernière mission... Il avait dépassé la cinquantaine, et cette mission de ramener un mutant... Beaucoup trop de bordel pour lui.

Il décida de faire quelque chose qu'il ne faisait jamais : Il quitta sa chambre, et alla contracter les services d'une péripatéticienne. Il avait envie de passer la nuit avec quelqu'un, de sentir un autre corps dans son lit froid et vide.
Le lendemain, à 6 heures, il était déjà réveillé. Il prépara entièrement son équipement, il se lava, il mit tout en place, il prit un gros petit déjeuner, bien mieux que des rations de merdes, et posa un étron. A 8 heures tapantes, il était sur le toit, et s'approchait de l'ascenseur qui allait le ramener dans les bas-fonds de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 7 Masculin
Inscription : 31/01/2012
Messages : 1527
Fonction : Compte Fondateur
avatar
LouetRinkin
MessageSujet: Re: Pilote   Dim 1 Mar 2015 - 15:41

« C'est cool de vouloir capturer un mutant, de lui faire enfiler une combinaison, tout ça. Mais on le neutralise comment le bestiaux, mec ? s'interrogea le sud-africain en terminant sa bouteille d'un trait.
- Nous lui tendrons un piège et nous le maîtriseront. S'il est seul ça ne devrait pas être très compliqué »

Tout le monde quitta la place, sauf Wilkus qui rejoignit Alexander. Après avoir échangé quelques mots le chef Outer donna quelques rands pour la famille d'Otton, un camarade qu'il appréciait.




Le soleil pointait à l'horizon et commençait à peine à éclairer les constructions de taules qui formaient le marché sur le toit de Céleste.
Alexander attendait le reste de son équipe, seul John Seemack était arrivé avant lui. Tous deux étaient déjà bien équipés et portaient leurs imposantes combinaisons d'Outers.
L'habit ressemblait presque aux équipements des premiers scaphandriers, il était lourd, encombrant et peu confortable, mais il maintenait en vie.
Alors qu'il vérifiait l'état de la culasse de son arme, le reste de son groupe arriva.

« Bien tout le monde est là. »

Alexander fit un signe de tête en direction de l'ascenseur. Becky les y attendait. C'est elle qui était chargée de faire descendre les Outers et de checker leur équipement avant le départ. Elle s'occupait aussi de l'entretient de la plate forme qui sans elle et ses prédécesseurs serait tombée depuis longtemps.
C'était une jeune femme fluette, aux couettes blondes et au visage sale constamment recouvert de cambouis. Toujours souriante, elle accueillie la troupe avec un signe de la main.

« Salut Becky. Nous sommes 6.
- Salut Al. »

Elle fit un clin d'oeil à John et se contenta d'un sourire pour les autres. Elle et John avait eu une petite relation avant que celui ci ne se marie.

« Je vous ai préparé l'ascenseur. Vous allez où ?
- Simple sortie de reconnaissance. Nous partons pour le 4éme arrondissement.
- Okay. Heureusement que vous n'allez pas vers le 9éme, l'équipe de Dirk Head m'a dit y avoir vu plusieurs mutants, ils ont du rebrousser chemin. Mettez vos casques, je check l'étanchéité et vous pourrez monter. »

Becky procéda au rituel habituel avant toutes descentes dans la brume. Chacun enfila
son casque et la jeune blondinette vérifia que tout était bien fermé et que les combinaisons n'étaient pas trouée. Il était déjà arrivé qu'un Outer descende en fermant mal sa tenue... Les Outers quand à eux vérifièrent une dernière fois leurs munitions et leurs réserves d'oxygène.
Une fois tout en ordre, Becky s'affaira sur une vieille console rafistolée avec du scotch et divers pièces de métal soudées.
Elle fit un dernier signe de la main avant que la plate forme ne se mette en route, dans un vieux grincement peu rassurant.

« Tout le monde m'entend ? »

Chacun fit un signe de tête pour signifier à Alexander que leur radio fonctionnait bien. Les Outers communiquaient avec de petit talkie-walkie à courte portée fixés à l'intérieur de leur casque réglés tous sur la même fréquence.
Le sommet de Céleste s'éloigna de plus en plus, alors que le brouillard orangé s'approchait.
Ils plongèrent dans la fumée comme on plonge dans l'océan, la visibilité devint nulle et le silence s'imposa, couvert seulement par les grincements de l'ascenseur qui descendait tout doucement jusqu'à ce qu'elle se pose lourdement au sol. Le voyage avait duré une dizaine de minutes.

« Un petit pas pour l'Homme, mais un grand pas pour l'Humanité. »

Il posa un pied à l'extérieur, rapidement suivi par ses camarades, et commença à inspecter les lieux en pointant son arme dans toutes les directions.
Alexander se souvenait bien du quartier de la Groen Tower, avant que la tour ne devienne Céleste. Il se rappelait de la vie qui régnait ici avant l'arrivée des aliens, du soleil qui y brillait et du vent qui y soufflait. Même après des années, il ne semblait toujours pas habitué à voir se paysage de ruine.
L'ascenseur se posa dans un fracas et le premier Alexander ouvrit le petit portail du garde corps.

« Bien. Direction l'arrêt de métro Jacobus. Nous prendrons la rame jusqu'à l'arrêt Alan Paton qui devrait nous amener juste devant le centre commercial.
Marshawn, tu connais le chemin ? Passes devant on te suit. »

Alexander n'avait jamais travaillé avec Marshawn. Il l'avait engagé sur les conseils d'autres chefs qui étaient très contents de lui. Lui demander de prendre la tête du groupe était une sorte de test pour voir comment il travaillait.
Normalement le chemin jusqu'au métro Jacobus, le plus proche de Céleste, devait être sans soucis, aucun mutant ne se promenait près d'ici. Au pire, ils pourraient croiser quelques gros rats mutés presque inoffensifs ou bien quelques chiens mutants un peu plus belliqueux mais sans réel dangers pour une équipe aussi expérimentée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallre.forumgratuit.org
Masculin
Inscription : 04/08/2014
Messages : 42
avatar
Marshawn
MessageSujet: Re: Pilote   Dim 1 Mar 2015 - 18:59

Ils plongèrent dans la fumée comme on plonge dans l'océan, la visibilité devint nulle et le silence s'imposa, couvert seulement par les grincements de l'ascenseur qui descendait tout doucement jusqu'à ce qu'elle se pose lourdement au sol. Le voyage avait duré une dizaine de minutes.

Marshawn trouvait toujours la descente affreusement longue, certainement l'excitation. Le sud-africain posa la pied à terre à la suite de ses équipiers, il exécuta le signe de la croix lorsque la mythique phrase des Outers fût prononcée. C'était la deuxième fois en une semaine que Marshawn avait rendez-vous en enfer.

Le brouillard rendait toute visibilité quasiment nulle, mais seulement n'affectait pas le natif. Tout son enfance, il l'avait passé à arpenter les rues. La ville n'avait presque aucuns secrets pour lui, et en particulier la quartier d'affaire, qui était son terrain de chasse favori pour les arnaques, et les vols.

De ce fait, il ne fût guère surpris lorsqu' Alexander lui demanda de passer devant.

- Sérieux, mec ? demanda t-il tout de même, moyennement motivé à ouvrir la marche. Le silence qui suivi lui confirma que la décision était sans appel. Certainement une punition pour son retard, ou simple question de pratique, étant donné qu'il se sentait autant chez lui en bas qu'en haut. Façon de parler.

Jacobus, ok, pas de problèmes ... Songea t-il en prenant la tête du groupe. Il avait toujours eu ses propres raccourcis en poche, tous plus ou moins risqués. Mais dans tous les cas, toute perte de temps pouvait s'avérer fatale. Ils n'avaient que trois heures pour se pointer au centre commercial, chopper un mutant, et refaire le trajet inverse. Même si le métro était fonctionnel, Marshawn préférait passer le moins de temps possible en bas. Il avait eu son quota de risques pour le mois à venir.

La rue dans laquelle se trouvait le groupe était bondée de carcasses de voitures. En effet, c'était un axe ultra fréquenté auparavant. Ce qui limitait encore plus la visibilité car le peu qu'il était possible de voir était constamment obstrué par les carlingues métalliques.

L'arrêt n'était pas très loin, ne restait plus qu'à prier pour que rien ne leur tombe dessus ...

_________________
THÈME

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/02/2014
Messages : 163
avatar
Bérenger Mauban
MessageSujet: Re: Pilote   Dim 1 Mar 2015 - 22:31

L'ascenseur qui descendait, l'éternel phrase que tout Outers respectable sortait en allant faire de la récupération pour le compte de ceux qui ne descendaient pas en bas. Comme beaucoup Mauban n'aimait guère descendre même quand il y avait gloire et argent à la clef : c'était bien de profiter de sa fortune en sniffant de la coke sur le dos de jolies femmes, encore fallait-il être encore en vie pour toucher sa part. Le brouillard obstruait la visibilité mais ne perturbait en aucun cas les quatre autres sens, le goût, le toucher et l'odorat était HS, ne restait donc plus que l'ouïe pour éviter les traquenards.

Comme d'habitude, Bérenger fit sauter le cran de sécurité de son Kel Tec et l'épaula en sortant, s'assurant que rien n'essaierait de les prendre à revers. Certains le vannaient pour sa tendance à utiliser un fusil à pompe et de toujours regarder partout, mais quand on était un odieux connard on devait surveiller ses arrières en permanence. En soi, en haut où en bas l'expéditionnaire était toujours aux aguets prêt à trucider un petit malin qui se sentait tout-puissant car dans son angle mort.

Alexander ordonna à Marshawn de passer en tête, celui-ci protesta un petit peu avant d'ouvrir la marche. Pas de bol pour lui, surtout dans un axe bondé de bagnoles totalement massacrées. Etant au milieu du groupe, Mauban jeta un petit coup d'oeil sous les voitures ; rien à signalé, de toute façon il ne pouvait pas voir grand-chose, au-dessus sur les voitures il n'y avait rien du tout jusqu'au moment où l'Outers grimpa sur le toit de l'une d'elles pour avoir un point de vue plus clair.

-Des lunettes thermiques, voilà ce que j'aimerais.

Bérenger posa un genou à terre, toujours au sommet de la vieille Lada, il regarda une dernière fois l'horizon avant de descendre sur le plancher des vaches en veillant à bien rester dans le groupe.
Comme d'habitude les seuls êtres vivants étaient des rats ou des chiens.
Puis quelque chose l'informa que ça ne tournait pas rond ; passer par le métro, donc par un souterrain, donc dans un lieu sans lumière solaire.

-Alexander, ce ne serait pas plus simple de passer par la surface? Demanda Mauban en restant en alerte. On a des lampes torches mais passer par le métro avec juste ça je trouve ça limite, y faudrait des fusées éclairantes. Si y a plus du jus et si les rames fonctionnent pas on pourrait se faire fumer un par un qu'on se rendrait compte de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 13/08/2014
Messages : 33
avatar
Wilkus Van de Merwe
MessageSujet: Re: Pilote   Lun 2 Mar 2015 - 10:54

Wilkus tremblait dans sa grosse tenue hermétique alors que le vieil ascenseur descendait en grinçant. Même après toutes ces années, et alors que cette saleté de descente était une routine terrifiante, il était toujours atteint d'un vieux vertige. Il appréciait néanmoins le silence, et le calme dont le reste du groupe faisait preuve...

Une fois arrivés tout en bas, Wilkus ferma les yeux un moment, comme si son cerveau se déconnectait de la réalité. Il reprenait toutes les forces dont il avait besoin pour repartir au combat. Il ne fut troublé que par la protestation de Marshawn.

Le vieil Outers leva son TAR-21, accroché à lui par une bandoulière. Il le tourna d'un côté puis de l'autre. Il retira le chargeur pour vérifier que la poussière n'obstruait pas le mécanisme. Heureusement que ce fusil, construit par les Israéliens, est résiliant.

Wilkus fut le dernier à quitter l'ascenseur, et s'occupait de clôturer la marche. Il surveillait les bâtiments, la lunette dans le viseur. De temps à autre, il s'arrêtait, s'accroupissait, et visait derrière le groupe, au cas où une saleté de mutant fonçait dans leur dos. Puis, il leva son genou et revenait vers le groupe au trot, couvert par un autre fusil. Au départ, tout se passait bien, dans le silence complet, mais, comme à son habitude, Mauban avait décidé de faire chier.

- Alexander, ce ne serait pas plus simple de passer par la surface?
On a des lampes torches mais passer par le métro avec juste ça je trouve ça limite, y faudrait des fusées éclairantes. Si y a plus du jus et si les rames fonctionnent pas on pourrait se faire fumer un par un qu'on se rendrait compte de rien.



On entendit Wilkus pester sur la fréquence de la radio.

- Jy is dom of wat? Vous voulez qu'on fasse tout le trajet à la surface ? L'oxygène est limité et en plus on risque gros. Maintenant fermez-la et écoutez les autres, vuil idioot !

Wilkus n'avait pas l'habitude de parler en mission, mais pour une fois, il avait fait exception. Il se concentra sur son viseur, attendant la suite de l'opération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/02/2014
Messages : 163
avatar
Bérenger Mauban
MessageSujet: Re: Pilote   Lun 2 Mar 2015 - 12:55

- Jy is dom of wat? Vous voulez qu'on fasse tout le trajet à la surface ? L'oxygène est limité et en plus on risque gros. Maintenant fermez-la et écoutez les autres, vuil idioot !

Il avait du mal a pigé ce que le vieux con avait dit mais d'expérience ce qui lui était incompréhensible était souvent des insultes bien saignantes. Enfin, dans le doutes il n'allait pas agresser verbalement l'ancêtre pour un malentendu s'il y en avait un, de toute façon Mauban aurait eu un peu honte de taper sur un ancien.

-On va à Alan Paton, ça fait dix minutes de voyage dans un wagon qui va faire un bruit pas possible avec rien d'éclairé dans les tunnels. Si on y va pas souvent alors qu'y a un centre commercial à côté c'est qu'il y a bien une raison non? Une mine d'or si on y touche pas, c'pas pour le plaisir de rester pauvre.

Un bruit infâme derrière eux l'interrompit dans ses dires, instinctivement l'Outers braqua son fusil à pompe vers la source mais ne trouva que le brouillard : Bérenger avait clairement entendu un bruit de chute, un peu comme si un quartier de viande s'était jeté du sommet de Céleste. Mais en ville personne n'était assez con pour faire ça. L'expéditionnaire décida que s'était le bon moment pour jouer les paranos et de regarder autour de lui ; rien si ce n'était la brume et ses camarades qu'il suivait de près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 7 Masculin
Inscription : 31/01/2012
Messages : 1527
Fonction : Compte Fondateur
avatar
LouetRinkin
MessageSujet: Re: Pilote   Lun 2 Mar 2015 - 17:07

Tout le groupe se retourna au bruit derrière eux et tous retinrent leur souffle. Pendant quelques secondes le temps sembla suspendu. Et alors que rien arrivait John Seemack se remit à respirer en ricanant.

« Bah alors Mauban ? On psychote au moindre bruit ? »

Bérenger pointait son arme dans toutes les directions, un peu affolé.

« La ferme John, Mauban a raison de rester prudent, intervint Alexander qui perdait patience.
Et toi Wilkus, sache que mes hommes ont toujours le droit de s'exprimer. Je vais te répondre,dit-il en se tournant vers Bérenger.
A pied le trajet serait trop long, et plus on reste ici et plus c'est dangereux. Je sais que le métro n'est pas sur non plus et qu'on ne va pas dans une zone que nous connaissons bien, mais c'est toujours notre meilleur moyen de locomotion.
Je me suis assuré au près des dernières équipes à être sorti que le métro fonctionnait. Normalement il ne devrait pas y avoir de problème, mais restez sur vos gardes. »

Alexander donna une tape amicale sur l'épaule de Mauban avant de faire signe de reprendre la route. Il ne fallait pas rester plus longtemps au milieu de ce cimetière de voitures qu'était cet ancien grand boulevard.
La brume avait rongé les carcasses et beaucoup d'entre elles n'étaient plus que des amas de ferrailles  rouillées recouvertes d'une épaisse mousse et de lianes montantes provenant du sol craquelé.
Un nouveau bruit attira l'attention du groupe, un hurlement au loin, comme une plainte. Ce genre de sons n'était pas rare ici et plus on restait plus on les entendait, jusqu'à ce qu'on ne puisse plus savoir s'ils étaient réels ou provenaient de notre imagination.

Marshawn ne l'avait peut être pas remarqué, mais un petit groupe de chien les suivait derrière une rangée d'épaves de voitures. Alexander, dans sa grand expérience, en avait compté 3 ou 4, mais il était possible qu'il s'en cache plus.

« Marshawn, tu as vu sur ta gauche ? »

L'entrée du métro n'était plus qu'à quelques mètres, sans le brouillard presque opaque ils auraient pu la voir devant eux.
Wilkus, qui fermait la marche, entendit un bruit de taule enfoncée derrière lui, ce qui le fit se retourner avec une vitesse rare pour son age.
Un chien venait de sauter sur le capot d'une voiture et le regardait de son œil valide en serrant les dents pointues qui lui restaient dans la gueule. De la bave mélangée à du sang coulait de ses babines. Son corps avait été rongé par la brume, ses côtes étaient visibles sur ses flancs et l'une de ses pattes laissaient voir son os. Il grogna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallre.forumgratuit.org
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 13/08/2014
Messages : 33
avatar
Wilkus Van de Merwe
MessageSujet: Re: Pilote   Lun 2 Mar 2015 - 17:35

Wilkus grommela au discours d'Alexander, qui défendait ce taré de Mauban. Mais bon, il le faisait avec un tact et un calme bien particulier, et le vieil homme n'avait pas envie de polémiquer. Il continua sa marche, de manière professionnelle et expérimentée.

- Marshawn, tu as vu sur ta gauche ?

Des chiens. Une petite meute. Avec un peu de chance, on pourrait les éviter... Wilkus s'arrêta un moment, et observa les quelques ruines devant-lui, quand un bruit l'alerta.
Il se retourna, fébrile, et posa immédiatement un genou à terre, le TAR-21 pointé vers la menace. Un toutou enragé s'était montré. Wilkus resta fixe un moment, silencieux, ne communiquant même pas avec son équipe, de peur que la bête ne soit alertée. Les chiens n'étaient violent que si provoqués. Avec un peu de chance, il partirait, sans problème.

Le chien grognait, assez fort, la bave tombant sur la tôle, provoquant quelques petits bruissements. Soudain, on entendait ses griffes crisser sur le capot. Il fit un petit bond et commença à s'approcher de Wilkus.

- Hoer... Les gars ? Va y avoir du bruit...

Il lâcha son fusil, le faisant tomber en bandoulière sur ses genoux. Il dégaina son pistolet du holster, retira le cran de sécurité, tira sur la culasse, injectant une balle dans la chambre, puis visa à deux mains vers la bête, qui s'élançait. Wilkus pressa la détente, envoyant valser une balle qui s'écrasa dans le crâne du canidé comme une scie qui perçait ses os, avant d'entrer dans ce qui restait de sa cervelle. Le chien s'écrasa sans plus de résistance...
Malheureusement, il n'était pas seul. La détonation avait résonné dans la rue, et venait d'alerter le reste de la meute, qui avaient soulevé leurs museaux presque instinctivement.

Wilkus se souleva du sol, et, dans un bond habile, se jeta sur la carcasse d'une des voitures, le canon pointé vers la meute.

- Dans le métro ! Maintenant !

Il tira une balle, puis deux, gêné par la poussière et le confinement du gigantesque masque qu'il portait. Il lui semblait avoir touché un chien dans les reins, le blessant grièvement et ralentissant la marche, alors que sa deuxième balle était perdue. Il tira une troisième, quand un des chiens lui sauta dessus avec ses pattes. Wilkus s'accrocha à lui et tomba à la renverse, juste aux pieds de Mauban.

- Seun van 'n teef !

Le chien faisait claquer ses crocs, rejetant sa salive sur le vieil afrikaaner. Son pistolet était tombé un peu plus loin, et il tenait fermement son fusil avec ses deux mains pour empêcher la saloperie de bête enragée de le mordre, ce qui serait le gage d'une mort lente et douloureuse.

Le reste du groupe semblait occupé avec la meute. Dans un acte désespéré, Wilkus tourna sa tête vers Bérenger.

- MAUBAN ! BUTEZ-LE !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/02/2014
Messages : 163
avatar
Bérenger Mauban
MessageSujet: Re: Pilote   Lun 2 Mar 2015 - 18:31

-Bah alors Mauban ? On psychote au moindre bruit ?

TA GUEULE FILS DE PUTE! Sinon je jure sur dieu que je t'enfonce si profondément mon Kel-Tec dans ton cul de chienne qu'il ressortira par ta bouche de suceuse!

C'était à peu près ce qu'avait envie de dire Mauban à ce moment-là, sans compter sur le fait qu'il détestait John par dessus-tout. Alexander prit la défense de Bérenger et c'était ce qui comptait, après tous une tape sur l'épaule équivalait à six mois de thérapie disait certains. C'était à peu près vrai : ça calmait ses ardeurs meurtrières comme le ferait une demi-année avec un psy.

-Marshawn, tu as vu sur ta gauche ?
Demanda le meneur.

Des chiens, s'ils avaient un chinois dans l'équipe Mauban lui aurait volontiers demandé d'aller se sustenter un petit peu mais rien qu'à la gueule des bestiaux on devinait qu'ils n'étaient pas comestibles. Bérenger passa au tube gauche, celui chargé de grenaille et se prépara au combat, une baïonnette voilà ce qu'il aimerait pour les corps-à-corps.  Wilkus se préparait lui aussi.

- Hoer... Les gars ? Va y avoir du bruit...

Le chien grogna, le vieux fût le plus rapide à réagir, laissa tomber son fusil et dégaina son pistolet avant de pulvériser d'une balle le premier clébard. Sans attendre une réaction des autres, Bérenger se plaqua contre une voiture et épaula son fusil en attendant patiemment que l'un des prédateurs se jette sur lui.

15 mètres, 10 mètres, 5 mètres!

Avec le recul engendré par la détonation, la crosse du Kel-Tec s'enfonça encore un petit peu plus dans l'épaule de l'Outers alors qu'il éjectait et réarmait l'arme qui cracha un déluge de plombs sur l'animal mutant. La grêle métallique stoppa net le chien dans sa course qui finit en sauce bolognaise par terre alors que Mauban s'assurait une dernière fois de sa non vie d'un coup de botte.
Wilkus tomba aux pieds de l'expéditionnaire, aux prises avec un clébard comme celui que Bérenger avait refroidi. Le cri de détresse que lâcha le vieil homme convainquit son collègue de l'aider, celui-ci donna un violent coup de crosse à l'animal comme s'il faisait une partie de golf avec la tête du chien en guise de balle.
Un aboiement le fit bondir par terre alors qu'un autre lui sautait dessus, l'esquive maladroite porta ses fruits. L'Outers était encore vivant, à genoux mais encore vivant loin de son Kel-Tec qu'il était dans son dos, inutile de chercher à le récupérer il serait déjà mort avant.
L'animal rechargea, cette-fois ci Mauban n'avait pas le temps de fuir à nouveau, son Pamas était toujours dans son holster. L'expéditionnaire se propulsa sur le dos de la jambe gauche, contractant la droite de concert avec le genou et le pied, le bras du même côté vint passer un doigt en crochet dans l'anneau ornant son couteau de combat.
Avec toute la fureur dont il pouvait faire preuve, l'Outers détendit la jambe comme un ressort et percuta de plein fouet la gueule de son assaillant qui fit projeter par terre. Se mettant sur un genou, Bérenger referma le poing sur son arme et surina avec une haine vengeresse l'animal.

Personne ne me met à terre.

Dans un ultime réflexe l'homme se releva et poussa du pied le pistolet de Wilkus dans la direction de ce dernier. Plus personne n'allait l'attaquer, ni lui, ni le vieux à en juger par ses observations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 13/08/2014
Messages : 33
avatar
Wilkus Van de Merwe
MessageSujet: Re: Pilote   Lun 2 Mar 2015 - 21:17

Le chien dégagea de Wilkus dans un cri infâme. Elle fut achevée par Bérenger, tandis que le vieil homme tentait de se reprendre. Il vit son pistolet glisser vers lui, et le saisit immédiatement, avant de tourner et de se relever.

- Ahh !! FOKOF !

Il regarda autour de lui. Le reste du groupe semblait s'être débarrassé des chiens. Wilkus s'approcha de Mauban, et le regarda fixement pendant quelques secondes.
Puis, il donna une tape dans l'épaule du mec avant de ranger son flingue dans le holster.

- Je te dois une fière chandelle, je te le revaudrai...

La porte du métro n'était pas très loin. Elle était fermée par une grille, malheureusement. En attendant, Wilkus reprit son TAR-21 en main et fonça sur le capot d'une voiture.

- Je suis désolé les gars... Mais il semblerait que c'est plus de peur que de mal.
On devrait continuer. D'autres bêtes devraient pas tarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/08/2014
Messages : 42
avatar
Marshawn
MessageSujet: Re: Pilote   Lun 2 Mar 2015 - 22:16

Le groupe commençait à se prendre la tête lorsqu'un fracas retentitMarshawn se retourna lentement, lorsqu'un fracas retentit derrière le groupe. Crispé, il pouvait sentir la tension dans ses yeux. Tout le monde retint sa respiration lorsque John décida finalement de vanner Mauban :

- Bah alors Mauban ? On psychote au moindre bruit ? Dit-il, d'un ton narquois qui fît souffler du nez le sud africain. Le blagueur se fît froidement reprendre par Alexander.


Marshawn ne fût guère étonné lorsqu'on lui signifia que quelque chose les suivait. C'était courant et à chaque sortie, une bande de chien se faisait dézinguer. Le sud africain aurait mille fois préféré que le groupe continue son chemin plutôt que ce qui allait se passait.

Une détonation dans l'arrière garde suffit à mettre le feu aux poudres, après que Wilkus ait signifié qu'il allait y avoir du bruit.

- Bravo, les mecs ! Ironisa Marshawn en se cramponnant sur ses appuis, fusil en joue.

Les balles fusèrent, tandis que les canidés s'élançaient sur les Outers, heureusement bien groupé. La pire erreur à faire aurait été de se retrouver séparé par la meute. Dans ce genre de situation, Marshawn savait très bien que les chiens avaient une aussi mauvaise visibilité qu'eux des environs. Seul l'odorat pouvait les avantager. Le Outers grimpa sur l'une des nombreuses carlingues rouillées. Se mettre en sécurité soi même, première règle. Il était moins évident pour les canidés de s'en prendre à une cible surélevée. Ensuite, les autres. De sa position, il pût abattre une seule et unique bête.

- Dans le métro ! Maintenant !

Marshawn ne se fît pas prier. L'entrée n'était plus qu'à quelques mètres, et il était hors de question qu'il laisse une bande de clébards l'emmerder. Néanmoins, il n'irait pas seul. Il redescendit de la dépouille rouillée en vitesse, agrippa Carole par le col puis la poussa en direction de l'entrée du métro. Il fît de même avec Alexander. C'était les deux personnes les plus proches de lui, pour les autres, il ne prendrait pas le risque de se faire mordre en parcourant les quelques mètres qui les séparaient.

Lorsque Marshawn arriva à l'entrée de la station métro, il s'écrasa contre la grille. Fermée, l'entrée était fermée.

- C'est quoi ce bordel ? Depuis quand cette grille est fermée ? Demanda Marshawn d'un ton suspicieux.

- Je suis désolé les gars... Mais il semblerait que c'est plus de peur que de mal. On devrait continuer. D'autres bêtes devraient pas tarder. Fît Wilkus en retrouvant le groupe, flanqué de Mauban.

Marshawn ne pût se retenir de lâcher un soupir dédaigneux, tout en fusillant le vétéran du regard à travers son masque. La route va être longue avec cette belle bande d'enculés.

_________________
THÈME

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 7 Masculin
Inscription : 31/01/2012
Messages : 1527
Fonction : Compte Fondateur
avatar
LouetRinkin
MessageSujet: Re: Pilote   Mar 3 Mar 2015 - 12:36

Tout se passa très vite sans qu'Alexander ne puisse donner ses ordres. Il ne tira pas un coup de feu, Wilkus, Mauban et Marshawn s'étaient occupés des ennemis.
Après la courte échauffourée avec les Hypochiens, ils se retrouvèrent tous devant la grille.
Les chefs Outer lança un étrange regard à Wilkus.
Il savait que son ami était expérimenté et que s'il avait ouvert le feu c'était parce qu'il n'avait pas d'autres choix. C'était tout de même rare de se faire attaquer si près de Céleste. A présent, le quartier semblait s'être réveillé, une nouvelle plainte au loin se fit entendre, comme un hurlement de loup.
Wilkus avait raison, il ne fallait pas rester là, Dieu sait combien il y avait de chien dans le boulevard à présent.

« Pousse toi Marshawn, ordonna Alexander en sortant sa clef de l'une des nombreuses poches de sa combinaison. Tous les métros réhabilités sont fermés, seuls les chefs possèdent une clef. C'est pour éviter les mauvaises surprises une fois à l'intérieur. »

Alexander ouvrit la porte dans un grincement métallique. Le grillage était rouillé.
Puis il fit signe aux autres de le rejoindre, Mauban ferma la marche. C'est seulement une fois le grillage refermé derrière eux, en sécurité (ou presque), qu'Alexander s'inquiéta de l'état de santé de ses troupes.

« Tout le monde va bien ? Ça va Wilkus ? Rien de cassé ? »

Vraisemblablement tout le monde était en bonne santé. Il lança un drôle de regard vers Bérenger, le même qu'il avait lancé tout à l'heure à Wilkus. Alexander semblait plus irrité par ce qui venait de se passer qu'il ne voulait le faire croire.

« On check les munitions. »

Tout le monde vérifia le nombre de munition qui lui resté, puis d'un signe Alexander ordonna d'allumer les lampes torches. Il sortit la sienne de sa pochette accrochée à sa ceinture et la fixa au canon de son arme.
L'intérieur du métro était sombre, mais le brouillard était moins présent ici et curieusement la visibilité était meilleur qu'à l'extérieur, à condition d'avoir une lumière avec soi.
Pour les mêmes raisons, l'endroit était en meilleur état, quelques dalles manquaient, des murs étaient lézardés, mais finalement, ce n'était pas pire qu'avant l'invasion.
Ils descendirent plusieurs marches et passèrent d'anciens portiques. Sur un mur était affiché la carte de la ville avec toutes les stations de métro. Ils avaient 7 arrêts à passer avant d'atteindre Alan Paton et le centre commercial.

« Personne n'a besoin de s'arrêter ? Le 4éme arrondissement ne possède pas de cache, si vous avez besoin de pisser c'est maintenant. »

Alexander désigna une porte du bout de son arme. Derrière cette porte se trouvait la cache « Jacobus », un endroit sûr avec de l'oxygène où les Outers pouvaient se reposer, se réalimenter en munitions et réserves d'oxygène et surtout, pisser un coup, car il n'était pas rare d'uriner dans sa combinaison et ça, d'après certains, ça attirait les mutants.
Personne ne demanda à s'arrêter, ils étaient sorti que depuis moins d'une demi heure en comptant le voyage de l'ascenseur, demander à s'arrêter maintenant c'était subir les railleries des plus moqueurs.
Alexander continua, suivi par le reste de la troupe.
Il se mit au niveau de Marshawn.

« Bien réagi tout à l'heure mon gars. C'est Dirk Head qui m'a conseillé de te prendre avec moi, je dois dire que j'étais un peu sceptique, mais tu me prouves que j'avais tord de douter. »

Ils descendirent les dernières marches et arrivèrent sur le quai où un train les attendait. Composé d'un seul wagon, il ne semblait plus fonctionné, il était tout cabossé et rouillé et était rafistolé de partout, avec des morceaux de ferrailles en tous genres.

« Mauban, va le remettre en marche. »

Il n'y avait rien de compliqué pour réactiver ce tas de ferrailles, suffisait d'y entrer et de baisser un levier à l'intérieur sur le tableau de bord, le train était autosuffisant en énergie grâce aux bidouilles des Outers.
Mauban obtempéra.

« Toujours partant Wilkus ? Ça va aller ? » dit Alexander en se tournant vers le doyen de la troupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallre.forumgratuit.org
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 13/08/2014
Messages : 33
avatar
Wilkus Van de Merwe
MessageSujet: Re: Pilote   Mar 3 Mar 2015 - 15:38

Les Outers disparaissaient au fond de l'antre qu'était le métro, avant d'allumer leurs lampes torches pour s'enfoncer dans le gouffre.

- Tout le monde va bien ? Ça va Wilkus ? Rien de cassé ?
- Ek is fine. Pas de problèmes.


Ils continuaient, comme de légers spectres dans l'obscurité. Ils étaient encore loin, très loin de leur objectif... La route allait être longue et asphyxiante. Le vieil afrikaaner avait emprunté des métros quasiment toute sa vie, au point où il n'en était même plus terrifié. Ni par le noir, ni par les bruits, ni par l'ambiance glauque à souhaits. Il se contentait de marcher, avec un souffle calme audible dans son masque, le doigt sur la détente.

Wilkus s'arrêta devant le wagon, sur le quai, et resta les yeux rivés vers le tunnel sombre qui s'étalait sur des galeries titanesques. Mauban traîna son gros cul à l'intérieur pour aller faire redémarrer le train, et le vieil Outers se contentait de le regarder fixement. Il lui devait une fière chandelle, oui. Alors que Wilkus restait dans ses pensées, comme il l'était toujours, Alexander vint le troubler.

- Toujours partant Wilkus ? Ça va aller ?


Wilkus lui fit un signe de tête.

- Ja. Tu sais bien que quand j'ai un ordre, je vais jusqu'au bout.

Wilkus leva son bras pour regarder sa montre. Une vieille montre de survie qu'il avait trouvé il y a très longtemps, dans un vieux magasin, quand il avait à peine 17 ans. À cette époque, On trouvait des objets de tout genre quasiment partout. C'était la belle époque pour la récupération.

- Bon... Espérons qu'on s'en sorte avec le mutant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 04/08/2014
Messages : 42
avatar
Marshawn
MessageSujet: Re: Pilote   Mar 3 Mar 2015 - 16:27

- Pousse toi Marshawn, ordonna Alexander en sortant sa clef de l'une des nombreuses poches de sa combinaison. Tous les métros réhabilités sont fermés, seuls les chefs possèdent une clef. C'est pour éviter les mauvaises surprises une fois à l'intérieur.

- M'ouais, se contenta de répondre Marshawn, pas vraiment persuadé de l'efficacité du dispositif.

La grille rouillée grinça lorsque le chef de l'expédition la poussa, laissant le groupe s'engouffrer dans la station métro. L'horrible plainte métallique continua tandis qu'Alexander verrouillait l'entrée.

- Tout le monde va bien ? Ça va Wilkus ? Rien de cassé ? Demanda t-il en se retournant vers le groupe.
- Ek is fine. Pas de problèmes. Répondît le Vétéran qui avait apparemment eu chaud.

Marshawn hocha la tête de haut en bas pour signifier son état, tout en fixant une lampe tactique au canon de son SCAR-H, une initiative personnelle.

- On check les munitions, ordonna ensuite le Leader Outers.

Le sud-africain n'avait gaspillé que cinq ou six balles à tout casser en voulant abattre l'un des canidés mutés. Alexander enchaîna en présentant la cache "Jacobus", puis demanda si quelqu'un avait besoin de s'arrêter. Personne ne le désira ... Ou n'osa.

Le groupe se remit rapidement en route, Marshawn en pointe. Il avait l'impression que ses yeux étaient en train de revivre. La visibilité souterraine était nettement supérieure à celle de la surface, malgré l'obscurité latente et cela se justifiait par l'absence de brume. Les pas du groupe résonnaient sur les dalles qui jonchaient le sol, tandis qu'un souffle imperceptible se muait dans les galeries. L'atmosphère était pesante, et Marshawn avait toujours détesté les endroits clos. Il tendait tellement l'oreille, qu'à certains moments, son esprit lui jouait des tours. Il se ressaisit lorsqu'Alexander l'aborda :

- Bien réagi tout à l'heure mon gars. C'est Dirk Head qui m'a conseillé de te prendre avec moi, je dois dire que j'étais un peu sceptique, mais tu me prouves que j'avais tord de douter.

Marshawn adorait les éloges, probablement comme tout le monde, et la recommandation de Head lui fît grand plaisir. Il commençait à se faire un nom, il ne pût s’empêcher de sourire.

- Merci, Chef, se contenta t-il de répondre en tendant le poing pour checker son supérieur.

Les groupe descendit une série d'escalier avant de se retrouver sur les quais, face aux trains. Il fallait en démarrer un, et c'était Mauban qui allait s'y coller.

_________________
THÈME

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pilote   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pilote

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Forgeworld, pilote ork
» pilote bourré
» Y a t-il un pilote dans l'avion ? [PV Olivia]
» Kathleen Nox Fleuret, pilote
» baisse ta culotte, c'est moi qui pilote. Ҩ stéfan. (30/07 - 17h35)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: ­­-