Partagez | 
 

 Début de carrière.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Inscription : 24/11/2013
Messages : 38
avatar
Dorian Falquin
MessageSujet: Début de carrière.   Mer 24 Sep 2014 - 16:12

***



" Respire ... Respire ... Respire ... "

Dorian attendait. Il faisait les cent pas longeant le petit couloir dans un sens puis dans l'autre écrasé sous le poids du stress. Pourquoi ? Parce qu'aujourd'hui, il allait prendre la tête d'une unité au nom de la FNF. Aujourd'hui Sergent après avoir passé ses examens il était jeté dans le grand bain très rapidement et ça, ça le stressait - comme si recoudre des soldats ça ne l'était pas - , il ne savait pas du tout comment tout cela allait se passer, il ne savait ni le pourquoi ni le comment il avait juste reçu un : "Sergent Falquin vous êtes attendu à la salle de réunion de l'étage trois, vous serez affecté à votre première mission en tant que chef d'escouade, ne soyez pas en retard." Net, clair et précis, en même temps il s'attendait à quoi. Il s'était donc rendu devant cette fameuse salle une demie heure avant pour éviter un quelconque retard, en essayant de chercher des phrases de présentation, que devait-il dire en rentrant ? Se présenter ? Ne rien dire et attendre ? Il ne savait pas trop, personne ne lui avait expliqué comment ça devait se passer, ce qui était sûr, c'est que le stress n'était pas retombé, il continué sa ronde incessante, ses bottes claquait sur le sol avec un tempo constant. Au final c'était le pire sans doute pour Dorian. Il finit par se ré-asseoir sur le banc devant la double porte de la salle de réunion, après quelques instants, une jeune femme sortie de la salle et s'adressa à Dorian :

- " Dorian Falquin. Sergent Dorian Falquin. " Demanda la femme.

- " Oui. Je .. oui c'est moi. " Il se leva de son banc, il réajusta son uniforme.

- " Ne soyez pas aussi tendu, tout vas bien se passer. Première fois hein ? "

- " Oui. Première fois. " 

- " Bon, c'est l'heure suivez moi, tout vas bien se passer, on s'en fait toujours une montagne la première fois. " 

C'est l'heure, un moment dont il allait se souvenir longtemps sans doute. Son premier briefing de sa jeune carrière allait débuter dans une poignée de secondes. Aujourd'hui, il devenait un soldat à part entière dans les forces de la Nouvelle France.

_________________
Sauver une vie ! Soldat mais médecin avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 23/10/2013
Messages : 353
avatar
Thomas Dole
MessageSujet: Re: Début de carrière.   Mer 24 Sep 2014 - 17:07

Une petite lumière grésillait sur un des murs en béton de la base, alors que les 2 militaires marchaient dans le couloir froid, leurs pas résonnant sur le sol. Un autre soldat qui portait des dossiers, qui les salua rapidement. La femme toqua à la porte, avant de l'ouvrir, laissant entrevoir la petite salle aménagée. Il y avait qu'un grand bureau ovale, une gigantesque carte derrière, et quelques personnes autour de la table.

Vers la gauche, un vieil homme barbu. Au milieu, une blonde qui retira ses lunettes quand elle vit le sergent entrer. Et vers la droite, un visage familier : Thomas Dole. Il semblait un peu... Changé. Il portait un costume d'officier impeccable, sans aucun pli. Il avait les cheveux courts, la barbe rasée de près, et des dossiers ordonnés devant lui. Il se leva dès qu'il aperçu Falquin.

''Docteur.''

Il tourna ses yeux vers la femme.

''Je vous remercie, mademoiselle.''

La femme se retira, fermant la porte derrière-elle, et laissant Falquin seul avec les 3 officiers. Dole leva sa main, et désigna un fauteuil installé près du bureau.

''Asseyez-vous, sergent. Ce sera rapide.''

Dole se rassit, ne s'étant mis sur ses jambes que par pure politesse. Il prit une grande inspiration nasale avant de parler vers la blonde, qui semblait visiblement peu intéressée.

''Je vous présente le sergent Dorian Falquin, médecin militaire. Je l'ai recommandé pour l'opération.
-Oui, oui, très bien...''


La blondasse daigna regarder le sergent qui s'était assis derrière le bureau.

''Bon. Puisque vous l'avez amené jusqu'ici, vous pouvez lui présenter les détails, n'est-ce pas ?
-Tout a fait.''


Il attrapa un dossier, le posa devant lui, puis, en prenant de l'élan, le fit glisser jusqu'au sergent.

''Sergent Falquin, on va faire ça rapidement. Comme vous le savez, l'objectif du ministère de la reconstruction est de récupérer, d'exploiter et d'utiliser les ressources du territoire français de manière à rebâtir des infrastructures publiques ainsi que des logements. La section humanitaire est censée travailler main dans la main avec le ministère de la reconstruction. Et c'est là que notre affaire commence.''

Falquin pouvait voir dans le dossier un croquis d'une sorte de petite vallée construite.

''La traite d'êtres humains est autorisée par le gouvernement, et le ministère de la reconstruction est le premier propriétaire d'êtres humains de Paris. Ces ''êtres humains'' sont des criminels qui n'ont pas les moyens de repayer leur dette à la société, et qui donc doivent purger leur peine par le travail avec la communauté.
Ce que vous voyiez sur ce croquis, c'est une zone un petit peu éloignée de Paris, vers le sud, une zone riche en radiations et en inondations. C'est aussi ici que nous avons trouvé des matières premières rudement intéressantes. De l'argile, du marbre et du calcaire, surtout. Dès que la section de reconnaissance a trouvé l'endroit, le ministère de la reconstruction a décidé d'y installer une base d'extraction''.


Il y avait un autre croquis, sur une autre page. Une vue du ciel, avec des traits, des ronds, des flèches, des tirets... La description de tout le bordel qu'il y avait autour de la carrière.

''La zone porte le nom officiel de ''Poste Lima 2''. Comme vous le voyiez, c'est un endroit un peu aménagé. On a quelques miradors et des installations autour pour lutter contre les bêtes sauvages, une dépendance et une caserne avec du matériel médical et des armes, ainsi qu'un campement avec des tentes entourées de fil de fer barbelé. C'est là-dedans qu'on fout des contingents de travailleurs de peine. Ils passent leurs journées dans la carrière, leurs nuits dans la base, et deux fois par semaine, la FNEC arrive avec des caravanes pour attraper les ressources et les renvoyer à Lutèce, qui seront alors dispatchées partout dans Paris où on le juge utile. Franchement, c'est vraiment sympathique. Je sais pas si vous avez vu, mais on prévoit de construire des lotissements près de Nécrotopia. Le nouveau maire est franchement sympathique.''

Dole sourit un peu, son ego flatté par cette opération qu'il avait rondement mené. Une des raisons pour lesquelles il n'était pas encore viré...

''Enfin. Tout ça, c'était sympa. Mais vous voyiez, pour faire des extractions de calcaire, il faut des explosifs. Et foutre des esclaves avec des explosifs, c'est un peu limite. C'est pourquoi nous avons quelques gardes armés pour garder l'ordre dans cette zone. Pendant 3 ans, tout s'est bien passé. En même temps, on alterne souvent les prisonniers, pour éviter qu'ils forment des rébellions.
Finalement, ça a servi a rien, parce qu'ils se sont rebellés.''


Falquin passa une autre page. Il pouvait maintenant voir des tas de rapports et de données chiffrées.

''Personne ne sait comment ils ont fait. Ils ont peut-être gardé des petites quantités d'explosifs au fur et à mesure... Finalement, les prisonniers se sont rebellés pendant leur travail. Ils ont tué 2 gardes, ils ont fermé des tunnels et étaient bien décidés a se casser. Mais bien sûr, rien ne marche jamais comme prévu.''

Falquin pouvait voir sur un fac-similé l'image d'un homme lunetteux avec un costume.

''Exactement le même jour, un bureaucrate du ministère de la reconstruction était arrivé pour voir comment les choses se déroulaient. Dès que les prisonniers se sont rebellés, sa garde militaire, constituée d'une unité d'infanterie, s'est mobilisée avec les gardes. Il y a eu beaucoup d'échanges de tir. On nous signale 3 mercenaires et un soldat de la FNF blessés. Les prisonniers se sont repliés, et, au bout d'un moment, un des leurs a hurlé qu'ils exécuteraient un otage toutes les heures s'ils ne pouvaient pas sortir. Les militaires ont immédiatement appelé Lutèce, et grâce a ça, on a été capable de négocier un petit peu plus de délai. Au départ, l'idée, c'était de balancer du gaz nerveux dans les grottes, parce qu'on avait peur qu'ils les anéantissent. Mais il semblerait que, selon le ministère de la reconstruction, ce bureaucrate est essentiel à la FNF.''

Dole se tourna un peu dans son siège, de façon a faire tant bien que mal face au sergent.

''Sergent Falquin, l'heure est grave. Le ministère de la reconstruction a demandé à la FNF de faire quelque chose, et vite. Le ministère a des relations, et au moment où je vous parle, le colonel Chan est en sueur. On doit faire quelque chose pour garder le bureaucrate, la carrière, et si on peut, les otages en vie. Quand aux esclaves... On pourrait les laisser se casser. Mais...
Vous voyiez, le problème, quand je vous dis ''esclaves'', c'est qu'on pense trop souvent a des pauvres familles innocentes.
Pas ces mecs là.''


Falquin avait des portraits-robots et des papiers décrivant certain des prisonniers.

''Il y avait 27 prisonniers au moment de la révolte. 27 prisonniers pour 9 gardes, c'est vous dire... Parmi ces 27 prisonniers, on a des petits larcins et de la contre-révolution de pacotille, le genre d'abruti qui distribue des affiches communistes. Mais on a aussi des tueurs en série, des violeurs, des assassins... Tout un tas de gens qu'il est hors de question de laisser filer.
Votre objectif, docteur, va être très difficile. Je consens à la situation.
Il y a, dans l'immédiat, 3 soldats de la FNF et 4 gardes autour de la carrière. Les prisonniers pourraient tenter une sortie... Notre priorité est de les renforcer.
Vous, ainsi que 9 hommes, seront placés sous le commandement de l'adjudant Brinceaux, que nous avons déjà briefé.''


Falquin avait, sur un autre papelard, les réquisitions en matériel et les hommes de l'opération.

''Vous serez le troisième gradé du groupe, après le sergent-chef Limonier. Vous serez aussi le seul médecin de l'opération. Les 7 hommes restant sont fait d'un infirmier, que vous pourrez choisir, de 4 fusiliers nommés par Brinceaux, un éclaireur et un grenadier. Vous devrez vous diriger vers la scène dans une heure a peine en tant que force d'escalade de premier niveau. Vous irez avec un brahmine, des fournitures médicales et des munitions. Votre objectif est simple : Mettez la pression sur le groupe. Soignez les blessés. Et, si vous le pouvez, négociez avec les prisonniers pour les calmer.
En attendant, je vous envoie du renfort beaucoup plus adapté à la situation.
Sergent Falquin, je sais que c'est votre première mission en tant que sous-officier, et, basiquement, je vous envoie dans le noir. Mais je n'ai pas d'autre choix : Toutes nos autres forces sont occupées, et Lutèce refuse que j'envoie des contingents entiers a travers les Terres Désolées. C'est depuis ma dernière opération dans le Bidonville... La bureaucratie a du mal à renvoyer des militaires après cet atroce bilan.
Si vous avez des questions, posez-les maintenant. Autrement, vous devez immédiatement partir et préparer votre matériel. En marchant rapidement, vous devriez être présent dans la carrière avant 22 heures.''

_________________
Thèmes :
Tribut Républicain:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Marseille
Inscription : 15/06/2014
Messages : 31
avatar
Hannibal Cobs
MessageSujet: Re: Début de carrière.   Mer 24 Sep 2014 - 20:19

Cobs s'était remis de ses blessures depuis l’opération Pax Franciae. Il avait déteste ce séjour a l'hosto. Malgré la compagnie d'une charmante infirmerie ( mais très bête ), ce séjour était un réel supplice. Il avait mis quelque jours avant de savoir que son chiens RASOIR , avait put être rapatrier et s'en était sortit indemne. Mais l’opération était un carnage , des dizaines de civils tué, et des dizaines de soldats mort , et certain disparut.

Quelle guerre de merde pensa t'il.

Mais pouvait on réellement appeler ça une guerre ?

Sorti le l’hôpital il ne savait même plus quoi faire. Il ne pouvait même pas allez se souler au bar. Il n'avait pas envie de tomber sur la bande d'odieux patriote du dimanche qu'il avait croisé au Café. Il ne retrouva même pas la fille avec qui il avait passé une très agréable soirée avant de partir. Peut être morte , prisonnière , où simplement partie en mission. Aucun fonctionnaire administratif ne put l'informer. Il resta donc dans sa Chambre. Il ressortait sa bouteille de Vodka caché sous le lit. Les antalgiques ? Ça fera un bon cocktail se dit-il. Si un officier rentre dans sa chambre ? Qu'il aille se faire foutre ! Il n'avait qu'a venir a l'hosto ! Personne n'était venus. Pas un connard de camarade , pas un connard d'officier personne. Des médailles ? On doit pas donner de médaille a un mec qui s'est pris un parpaing dans la tête.


Quand même c'était un gros parpaing ! J'aurais put tomber au combat pour la France ! Bah qu'elle aille se faire foutre aussi !
Les antalgiques et l'alcool commençaient a avoir leurs effets.

Tout a coup quelqu'un frappa a la porte. Cobs ouvrit. Un Sergent.

- Cobs présenter vous dans la cours dans dix minutes.

Il tourna les talons aussitôt. Repartir en mission ? Pourquoi pas se dit t'il ! On se fera toujours moins chier qu'ici. Il descendit au chenil prendre RASOIR. Le chien était visiblement tres heureux de revoir Hannibal.

- Allez mon ptit père , c'est repartit pour un tour !

Suivit de son fidèle compagnon canin le 1ere classe Hannibal Cobs se dirigea vers la cours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 24/11/2013
Messages : 38
avatar
Dorian Falquin
MessageSujet: Re: Début de carrière.   Jeu 25 Sep 2014 - 17:33

***


-  Non Monsieur, je n'ai aucunes questions. J'ai parfaitement compris ce que vous venez de m'énoncer. 

Le briefing prit fin.

Le Sergent se leva de sa chaise et se dirigea vers la sortie pour aller préparer ses affaires comme lui avait demandé Dole. Dorian longea le couloir qu'il avait emprunté pour venir, prit l'escalier et quitta le bâtiment pour ce rendre dans un autre là où il pourrait récupérer ses affaires. Le petit trajet ne lui prit que quelques minutes. Il troqua alors alors un uniforme plus formel où était indiqués son grade pour une armure de la FNF mais cette fois pas une tenue de médecin, mais une tenue de soldat normal ( bien que son grade était parfaitement distinct. ) Une fois changé, il se dépêcha de se rendre à l'armurerie pour récupérer son matériel militaire, il reçu alors : un Flamas, un Beretta et un couteau, il reçu avec deux chargeurs pour le fusil et deux autres pour le pistolet.

Il était enfin prêt à rejoindre son groupe, fusil en place dans son dos et pistolet à la ceinture, Dorian était en route pour la cours, où la totalité des soldats qui furent appelées étaient là à attendre en rang qu'on leur fasse un rapide topo de la situation pour la mission d'aujourd'hui. Dorian arriva en  moins de cinq minutes. Il se dirigea vers les deux gradés et après un salut militaire et une poignée de main, la mission allait pouvoir commencer :

- Vous le Sergent Dorian Falquin c'est ça ? Demanda le blond à Dorian en le regardant dans les yeux. Je suis le l'adjudant Brinceaux, je serai à la tête de la mission aujourd'hui avec le Sergent-Chef Limonier ici présent et vous même, vous avez reçu le topo pour aujourd'hui. 

- Oui. Je sors du briefing avec le Commandant Dole, on m'a expliqué la situation en détail il y a peine quelques minutes. Donc, je sais pour la prise d'otage, le conseiller et je sais à quel genre de  personnes on va avoir faire. Répondit Dorian à l'adjudant.

- Bon, parfait. On va se mettre en route tout de suite alors mais avant on briefe les hommes qui sont ici. 
Le Soldat se tourna vers le groupe de soldats. Soldats, garde-à-vous. Je vais laisser le Sergent-chef Limonier vous éclairer sur notre mission aujourd'hui. "

- Bonjour Messieurs, je vais rapide et précis  pour gagner le plus de temps. On a besoin de nous pour une prise d'otage, une des opérations les plus périlleuse au niveau des pertes, une erreur et c'est terminé pour les otages. Manque de chance un diplomate était en visite au même moment, si la finalité se solde par la mort de cet homme, on devra s'attendre à passer un mauvais quart d'heure, vous comprenez ? On a pas le droit d'échouer et bien sûr attendez à une forte résistance de la part des preneurs, certains font partie des plus grands criminels de ces dernières années. Vous devez juste comprendre que ça va être très dur. Mais vous serez à la hauteur.

L'adjudant reprit la parole
- Voilà. Dans cinq minutes on est partis direction les carrières qui appartiennent à Lutèce. Se sont des endroits pièges attention, beaucoup de poussières, faîtes attention à vos armes ensuite, il se peut qu'il y ai un peu de radiations, étant donné que l'ont casse des roches qui ont emmagasinée des radiations pendant deux-cents ans, vous recevrez des doses de Rad-x et Radaway pour pâlir à ce genre de cas. Maintenant on attend les camions et on se barre.


***

_________________
Sauver une vie ! Soldat mais médecin avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Début de carrière.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Début de carrière.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le choix de carrière à Donia
» Tutoriel mode carrière PCM 2016
» La fin d'une carrière : La démission [Pv Yue D. Aquila]
» scrutateur mystique [carrière]
» le 13 e premier ministre sera-t-il renvoyé par les députés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Lutèce :: Base de la FNF-