Partagez | 
 

 Pulsion du soir, bonsoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Age IRL : 25 Masculin
Ville IRL : Strasbourg
Inscription : 07/09/2014
Messages : 11
avatar
Seppi Labranche
MessageSujet: Pulsion du soir, bonsoir   Ven 12 Sep 2014 - 23:33



« Mini mini mama et’ a bom bom stand, a bom bom stand, a bom bom stand, mini mini papa et’ a kochlefelle in di hand, on sleue' mine mama of te bom bom stand.. »

Seppi chantait à haute voix alors qu’il enchaînait coup de rein sur coup de rein. Chanson tiré d’un autre âge, d’une autre langue, un folklore bien disparut mais qui décrivait parfaitement la situation. Labranche faisait son œuvre, honorant à merveille le surnom qu’il avait gagné à Nécrotopia. Mais pour une fois, le chasseur de prime avait décidé de s’offrir un plaisir différant en changeant un peu d’air. Non pas que l’odeur gênait, mais c’était plus la lassitude qui éprenait son cœur. Il avait visité toute les couches de toutes ses foutues goules ! Alors même si c’était agréable de se sentir à la maison un peu partout, allez voir ailleurs n’aller pas le tuer. Et qu’elle meilleur destination que le Moulin Rouge ! Lieux autre fois prisé de tous les dandys et aujourd’hui…c’était la même chose ! Oh, il pouvait toujours se pavaner, ses bouts de chairs roses sur pattes avec leurs argents et leurs peaux lisses, lui il n’était jamais malade et il crèverait sûrement longtemps après leurs petits fils, quand à l’argent, il en avait aussi, c’était bien lui le gagnant dans l’histoire.

Pourtant il connaissait bien la Grosse Rosa, cette radtruie abjecte mériterait qu’il l’étouffe avec son manche et rien d’autre. Elle lui avait déjà refusé de nombreuses fois l’entrée de sa foutue cage à oiseau et il n’était pas du style à s’enfermer avec des putes dans un décor remplit de flotte. Alors avec l’expérience, il avait prit le chemin du Chenil. Ce n’était pas la première fois  mais ça en restait suffisamment différent pour que son plaisir soit satisfait. Enfin, avant la baise, le jeu ! On l’avait regardé froidement au début, mais quand il avait sortit ses liasses, plus personne ne semblait trouver l’odeur fongique gênante autour de la table à roulette. C’était sa la magie de l’oseille. Puis il avait décidé de boire, pas n’importe quoi en plus ! Ce qu’il y avait de bien dans des endroits aussi réputé, c’était que les moyens suivaient. On pouvait ainsi tout trouver si on y mettait le prix. Pour convenir une goule aussi exigeante que lui, on avait crée un genre d’alcool tout spécialement pour les êtres de sa race. L’absinthe de goulifia. Surnommé « L’alcool de la goule verte ». Hautement radioactive, elle était aussi très concentrée en alcool et prodigué des effets semblables à celle d’une bonne drogue récréative.  Enfin, il c’était dégoté une petite goule toute fraîche, à peine transformé par une consommation excessive de drogue radioactive. La pauvre avait presque pleuré quand il avait retiré les sangles autours de sa cuisse, maintenant elle semblait vraiment apprécier à l’entendre hurler ainsi. C’était ça la magie de Seppi.  Mais il avait terminé maintenant et la petite Cathy semblait ne plus pouvoir bouger.


« Eh oh la blonde ? Wos moch ? Qu’est tu fous ? Bon… »

Il se retira dans un grand geste théâtrale. Une fois debout il prit tout son temps et se dirigea vers une chaise de la chambre. Il scruta la jeune blonde, elle était endormit ou inconsciente, ça arrivait souvent mais elle s’en remettrait. Il prit une cigarette qui trainait sur la table et l’alluma. La fumée sortit lentement par la cheminée qui lui servait de nez. En même temps il reprit une petite gouliche de son absynthe chèrement payé sentant ses muscles se détendre lentement. Puis son œil se posa sur la pièce, il n’avait pas lésiné sur les moyens, à vrai dire le casino lui avait rapporté assez pour qu’il passe une très bonne soirée, même si demain il devait se retrouver avec une bourse vide. Le bordel était plutôt du style à faire baiser tout le monde devant tout le monde, mais il existait des petites chambres individuelles pour les privilégiés et Seppi avait prit un peu d’intimité. Il commença à jouer un peu de sa grosse guitare. Le son était horrible et en fait l’instrument servait de cache pour son lanche harpon de précision mais il avait prit l’habitude de gratter les vieilles cordes pour s’occuper l’esprit le soir au coin du feu, il réitérait l’action à chaque fois qu’il avait un peu de temps. Avec l’alcool, il semblait plutôt inspiré. Mais le verre n’était pas éternel comme lui et il était en panne de liquide, sa gorge était vraiment très sèche. Cathy toujours pas debout, Seppi prit la direction du bar le plus proche. Rhabillé à la va vite, il avait surtout envie de boire pour l’instant. Il se fit une place à coup de grand regard noire, l’odeur de sa transpiration champignonesque devait aussi en rebuter plus d’un mais il s’en fichait. De sa voix cassée il harangua l’homme du bar.

« Eh mon ! Un autre verre pour mon gosier, j’ai l’conduit sec. »

Il tendit son verre et attendit qu’on lui remette une tournée. Puis un étranger vint s’assoir à coté de lui, son sens de l’observation toujours en alerte, il en était sur, c’était pour lui.

Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 13/08/2014
Messages : 33
avatar
Wilkus Van de Merwe
MessageSujet: Re: Pulsion du soir, bonsoir   Sam 13 Sep 2014 - 0:08

''C'est lui ?
-Oui... C'est la troisième fois que je te le dis... T'as besoin de te détendre, Philou...''

Noircet était, comme a son habitude, enfoncé dans son siège, un bras sur le dossier, une cigarette dans la bouche, le corps tourné vers la grande salle. Devant lui, la rouquine n'était pas aussi droite que lui. Elle avait les jambes bien allongées, la tête en arrière, un doigt jouant avec ses cheveux. Elle se faisait chier plus qu'autre chose.

Cécile de Pellepoix, malgré son nom de bourge, était une jeune femme qui était typiquement le genre de personne que Noircet détestait. Elle avait passé son enfance dans Métropolitopia, et puis, simplement par goût de l'aventure, elle avait décidé de sortir des Terres Désolées et de devenir une récupératrice. Et une sacrément bonne. Elle avait commencé a 16 piges, mais la gamine avait réussi a devenir solvable assez rapidement. Noircet l'avait rencontré sacrément par hasard, alors qu'il recherchait des petites mains pour faire des petits boulots discrètement, souvent pour le compte de Madof. La fillette connaissait pas mal de monde et décevait rarement, alors il avait utilisé plusieurs fois ses services.

Aujourd'hui, Cécile avait 25 balais. Elle mesurait 1m68, était mince, la peau assez pâle, des tâches de rousseur couplées avec de longs cheveux roux et des yeux verts. Elle était espiègle, sympathique, vive... Le genre de fille a faire bander tout les mecs. Et surtout le genre de fille a faire rudement chier Noircet... Elle ouvrait toujours la bouche, essayant de faire la discussion, flirtant même avec l'ex-commandant, en parfaite connaissance de cause que ça le faisait chier.

''Alors, alors, alors... T'as vraiment besoin de ce mec pour venir avec toi ? Moi qui pensais que je t'aurais pour moi toute seule...
-Si la Guilde dis vrai, j'aurais besoin de cette saloperie de goule.
-Et moi ?
-Tu sais porter un flingue, non ? Tu me sera utile.''

Noircet retira sa cigarette et l'écrasa dans le cendrier, avant de se lever.

''Attends-moi là.
-Oui, oui, je sais...''

Noircet posa ses mains sur sa cravate, et refit nerveusement le nœud, avant de se diriger vers le bar avec un pas quasi-militaire, zigzaguant a travers les joueurs et les croupiers, qui étaient penchés sur leurs roulettes ou leurs tables de jeux. Une activité qui paraissait avoir peu d'intérêt pour lui... Mais enfin, si ça les occupait.

Il s'avança juste en face du comptoir, certains clients se cassant, dégoûtés par la goule. Noircet aussi l'était, mais il avait bien besoin de cet enfoiré.

Enfin... ''Besoin'' était un bien grand mot. Mais enfin, s'il était utile... Le dissident avait besoin de faire des choses peu conventionnelles.

Il posa son cul sur le tabouret, avant de faire un signe au barman. Sans même ouvrir la voix, il lui fit comprendre de lui passer un verre. Le barman, derrière le comptoir, lui servi rapidement du vin, et l'ex-commandant en attrapa une gorgée, avant de finalement tourner sa tête vers la goule sauvage.

''C'est pas commun de voir des personnes... Comme vous ici. Vous savez, je vois tout un tas de gens venir au Moulin Rouge. Des officiers qui trompent leur femme. Des joueurs désespérés et au bord du suicide. Des mercenaires qui baisent un dernier coup tout en sachant que demain ils risqueront de crever. Des soldats bourrés qui tentent d'oublier... Mais une foutue goule végétale... Vous tenez presque de la légende.''

Il posa ses lèvres sur son verre et absorba le liquide rouge, conscient d'avoir interpellé la goulasse. Quand il eut fini, il posa le récipient sur le bar.

''Vous êtes un chasseur de prime, pas vrai ? Si je vous dis 500 anneaux, vous me dites quoi ?''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 25 Masculin
Ville IRL : Strasbourg
Inscription : 07/09/2014
Messages : 11
avatar
Seppi Labranche
MessageSujet: Re: Pulsion du soir, bonsoir   Dim 14 Sep 2014 - 20:33

« J’vous dis, Gotfemi noch’ a mol ?!»

La réponse avait fusé comme putain de coup de fusil. Seppi en avait même reposé son verre. Pour qui se prenait-il, tous ces costumards guindé ? Pouvait-on lire tel un livre ouvert en lui ? C’était peut être la rançon du succès, on pouvait même plus baiser en paix. Son regard c’était durcit lui donnant son air sombre habituel mais un sourire se dessina sur ses lèvres d’écorce. Il fit un signe à l’homme et ajouta d’une voix qui ne laissait pas de place à la réponse.

« Suivez-moi »

La goule saisit son verre et fit prit la direction de sa chambre, il n’avait pas l’habitude de parler d’argent en publique, cela pouvait attiser les convoitises et il voulait d’abord vérifier si se mec était bien sérieux. Il poussa la porte et hurla une insulte à la pute qui c’était réveillé, sans plus de ménagement il la jeta dehors en lui lançant assez d’argent pour qu’elle se fasse recoudre et qu’elle dépense le reste en alcool pour oublier cette soirée. Il s’assit sur le siège qu’il venait de quitter et invita son hôte à en faire de même. Puis il laissa passer un long moment de silence avant de commencer à jouer avec son couteau de chasse avant de reprendre.

« En suite, franchement j’vous dis que si vous pouvez allonger 500 pour un mec vous y mettrez ptète le double ? Qui vous as donnez  mon nom ? Maintenant qu’on est bien au calme ici, va falloir répondre à quelques question…C’est pas courant que j’tir mon fusil sans la guilde et autant de thune en jeux, sa sens le coup foireux par expérience…»

Il laissa planer un nouveau silence dans l’air avant de vider un demi-verre d’un coup.

« …Mais vous avez d’la chance, j’ai plus de nez, alors l’odeur de la merde, sa m’atteint plus vraiment. C’est quoi votre plan ? Jsignerais rien sans en savoir plus messieurs…? »


Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 13/08/2014
Messages : 33
avatar
Wilkus Van de Merwe
MessageSujet: Re: Pulsion du soir, bonsoir   Lun 15 Sep 2014 - 19:21

Qu'est-ce qu'il détestait les goules, Noircet. Cet enfoiré de prolétaire de chiasse... Il avait tout les stéréotypes de la goulasse. Le manque de respect patenté, le patois a peine compréhensible, les manières disgracieuses. C'était comme unir la boue du Bidonville avec la puanteur de Nécrotopia... Ces saloperies de goules adoraient montrer a tout va le fait qu'ils étaient d'avant-guerre, en essayant de se fourrer une fausse légitimité.

Arh, putain, c'était une goule et ça baisait des putains de goulasses. Et voilà que Noircet, habitué aux fauteuils confortables et a boire de bon vins se retrouvait sur un siège en souche de bois pourri, et le seul alcool qu'il pourrait tenter de boire est une sorte de liqueur atroce. Non pas que son ''hôte'' ait même tenté de lui offrir quoi que ce soit a boire.

Noircet n'était pas un enculé de bourge qui ne pouvait pas vivre dans la merde. Il avait commencé comme simple soldat. La merde, il s'est déjà roulé dedans. Mais pour discuter calmement avec une enflure de mercenaire ? Bordel de merde... Mais bon, pas de temps a perdre. Pas de temps pour chercher des volontaires. Il devait trouver quelqu'un de prouvé et dispo. C'est le premier nom que la rouquemoute a trouvé, alors tant pis.

''Mmmh. Effectivement.''

Noircet resta avec sa pose sérieuse et agressive, les yeux droit vers ceux de la goule, la mine fermée, les yeux plissés. Il restait bien assis dans sa chaise, les mains sur les dossiers, la cravate qui longeait bien droit sur le ventre pour finir pointé vers son entrejambe.

''Vous avez quand même un sacré culot de demander une plus grande rémunération sans connaître le boulot. C'est parfait. Vous serez parfait.''


Sa main gauche passa sur son col de cravate, qu'il renforça.

''Bien. Je vais faire très simple. Le travail que j'ai est de nature... Hasardeux. C'est pourquoi je vous propose une prime aussi grande. 500 anneaux. C'est plus que toutes les primes qu'Abomination puisse vous donner. C'est même plus que la plupart des francs que la FNF pourrais vous offrir. Bien sûr, une prime aussi haute viens d'un travail extrêmement peu régulier.''

Il releva son dos et mis son bras droit sur ses jambes, s'approchant un peu de la goule.

''Avant que je détaille le travail, je vais préciser rapidement. J'ai besoin de votre discrétion la plus totale. J'ai également besoin que vous me promettiez votre obéissance absolue pendant toute la durée du contrat. Ce ne sera pas un assassinat où vous partirez seul. J'ai besoin d'un mercenaire qui m'accompagnera pour entrer dans un véritable guêpier : Le Bidonville. Une fois sur place, la nature du job peux énormément varier.''


Il se renfonça dans son siège, reprenant l'expression martiale avec laquelle il avait commencé.

''Je vous paye 100 anneaux de suite. Le reste du payement sera délivré lorsque je jugerais le travail accompli. Si votre job est satisfaisant, je vous rajoute 100 anneaux à la prime de 500.''

Il se leva finalement, avant de se diriger vers la porte, un petit sourire narquois en coin.

''Si les modalités du contrat sont bonnes pour vous, venez me rejoindre a ma table.''

Il commença a quitter la pièce, lentement, espérant que la goule le suive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 25 Masculin
Ville IRL : Strasbourg
Inscription : 07/09/2014
Messages : 11
avatar
Seppi Labranche
MessageSujet: Re: Pulsion du soir, bonsoir   Sam 20 Sep 2014 - 17:59

Parfois on n’avait pas vraiment le choix et ce soir le costumard avait trouvé les bons mots pour ôter tout choix à Seppi. Laissé un peu sur la touche par l’étranger qui lui avait proposé se contrat, il se concentra sur le liquide visqueux qui coulé dans son verre. Il laissa son esprit vagabonder, s’imaginant les nombreuses possibilités permises avec une telle somme aujourd’hui, en plus il avait envi d’action. Il leva son verre et prit un air solennel.

« S’gelt bissöme ! »

L’instant d’après il tapa le cul du verre vide contre la petite table en bois, il avait prit sa décision. Il se revêtit son habit courant, plus le temps de jouer maintenant, les choses sérieuses allé commencer. Seppi se dirigea dans la grande salle et s’installa à la table de l’homme.

« Bien Monsieur le peau lisse, je marches. »

Il fit un signe à une serveuse afin de commander un autre verre.
Son regard se fit plus dur mais il chuchotait presque maintenant, l’homme avait demandé de la discrétion et discrétion il aurait. Dans les bordels, toutes les informations étaient bonnes à entendre et détenir une bonne info rapportait généralement gros !


« Maintenant, on commence par lequel de ses d'jobs ? Elle vient avec nous la rousse la ? M'en aviez pas parler... »

Il pointa l’étrangère du doigt mais continua dans sa lancé.

« Normalement j’travail avec un bon collègue à moi, il est pas du genre discret mais si y a d’la castagne il est du genre à casser en deux tous ce qui bouge et à prendre les balles en premier…Sa vous intéresse ? S’il intervint rajouter encore 100 anneaux à la prime final et vous en aurez pour votre argent et puis on à toujours besoin de gros bras. »

La serveuse vint lui poser le verre sous le nez, il en profita pour lui pincez les fesses vicieusement, il passa sa langue sèche sur ses lèvres avant de se reconnecter sur ses nouveaux « partenaires ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Ville IRL : Rennes
Inscription : 13/08/2014
Messages : 33
avatar
Wilkus Van de Merwe
MessageSujet: Re: Pulsion du soir, bonsoir   Sam 20 Sep 2014 - 21:22

Il n'y a pas de mots assez forts pour décrire la face de dégoût qu'arborait Noircet. Comment est-ce qu'un être vivant pouvait se comporter d'une façon aussi immonde ? C'était le comportement parfaitement stéréotypé du gueux de base. Le sale paysan avec ses doigts noirs, sans aucun respect, qui trouvait ça drôle de traiter les serveuses comme de la merde. Même pas un ''bonjour'' vers la jeune femme. Il s'installait, sans rien connaître à la situation, et avec son patois de cul-terreux, la ploucaille se mettait a foutre son grain de sel partout.

Le vieux Noircet tourna son regard vers Cécile. Elle, s'était bien tout le contraire. Elle avait un sourire de côté, la tête légèrement baissée, les yeux plissés. Elle adorait les gens comme ça. L'ex-commandant ne put s'empêcher de penser que cette traînée devait avoir de sacrés problèmes. Peut-être un complexe d’œdipe qu'elle transférait.

''Il est parfait...''

On aurait presque pu penser qu'elle avait ronronné en disant ça. Elle roula ses yeux vers ceux de Noircet. Mais le commandant se contenta de souffler avant de s'adresser à la goule avec un ton de persiflage.

''Attendez d'écouter mon offre avant de me proposer de l'aide.''

Il posa doucement ses deux mains sur sa table, de manière droite, son costume parfaitement droit.

''Je suppose que vous êtes familier avec la Force de la Nouvelle France. Je pense que vous êtes également familier avec l'opération très récente que la République a décidé de faire dans le Bidonville. C'était dans les journaux. Vous lisez les journaux, non ?''

Il avait accentué sa dernière phrase. Comme pour sous-entendre que la goule était trop conne pour simplement savoir lire...

''La FNF a été déployée avec des armes lourdes au centre de la population, avant de quitter la ville de Neuilly-sur-Seine, non sans avoir auparavant provoqué des contentieux avec les différentes factions dominantes dans le secteur de Paris.
-Oui, oui... En gros, ils sont venus, ils ont décarré, et ils ont laissé 3 mecs derrière.
-3 militaires des forces armées républicaines en vie. Et il semblerait que tout le monde les recherche en ce moment. Ou bien pour les lyncher, ou bien pour les libérer. Je pense pouvoir faire plus. Je pense pouvoir demander une rançon à la FNF. Mais pour cela, il est absolument nécessaire que je retrouve ces 3 hommes.''

Il leva alors son index, et le posa sur la table.

''Et... C'est là qu'arrive le grand problème. C'est que je n'ai pas la moindre foutue idée d'où qu'ils peuvent bien-être. Aucune idée. Ils pourraient être chez les amazones, je l'ignorerais totalement.
J'ai quelques sources dans le Bidonville. Mais je ne peut que leur parler directement. Le problème, c'est que... Des... Militaires de la FNF connaissent mon visage. Vous n'avez pas besoin de savoir pourquoi. Dites-vous juste que j'ai besoin d'un mercenaire compétent et malléable a mes côtés. La ''rousse'', comme vous dites, viendra avec moi. Elle a certains talents, mais je ne lui ferais jamais confiance pour me couvrir.''


Il avait dit ça sur un ton parfaitement neutre, comme si Cécile n'était pas là.

''Enfin bref, monsieur... Comment suis-je censé vous appeler ? ''Monsieur Labranche'' ? Oh. Mais oui. Je suis bête. Avec toutes vos manières, nous n'avons même pas eu le temps de nous présenter...
Mon nom est Philippe Beaugrand. Vous pouvez me tutoyer, me vouvoyer. Vous pouvez m'appeler ''Isabelle'' que je n'en aurait que faire. Mademoiselle de Pellepoix ici présente est une récupératrice avec certains talents pratiques sur le terrain. Son père était armurier, alors elle ose prétendre avoir des dons pour la manufacture et le bricolage, même si j'en doute réellement.''


Le ton condescendant et antipathique qu'employait Noircet était parfaitement dégueulasse. Sauf que les 3 personnes attablées n'étaient pas des gens parfaitement... Normaux. Aussi, pas même la rousse était choquée d'entendre un homme la rabaisser juste a côté d'elle. A la place, elle se tourna sur sa chaise, et se pencha d'un coup, rebondissant son postérieur pour volontairement en donner une vue plongeante a Seppi. Quand elle se releva, elle posa un sac sur la table, avant de faire un clin d’œil a l'intéressé.

''Tu peux m'appeler Cécile...''

Philippe Noircet lia ses mains avant de prendre une voix plus professionnelle.

''Il y a bien 100 anneaux là-dedans. Si vous me dites que vous acceptez, ils sont a vous. Si vous me dites que votre ami peut partir avec nous, et que vous pouvez le contacter avant demain midi, tout sera parfait. Je repasserais avec mademoiselle de Pellepoix juste devant l'établissement a 12 heures précises. Je vous conseille d'être ponctuel et de vous présenter avec le nécessaire pour aller jusqu'au Bidonville. Si j'étais vous, j'utiliserais les 100 anneaux pour m'acheter des munitions... Mais c'est votre argent. Si vous voulez le dilapider en une nuit, c'est votre problème.''

Noircet en avait un peu marre, il recula un peu sa chaise.

''Avez-vous des questions ?''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pulsion du soir, bonsoir   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pulsion du soir, bonsoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entraînement du soir, bonsoir [Quête solo dans le Royaume de la Claustrophobie]
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» Ce soir, tous les musées sont gratuits !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Autres Lieux :: Le Moulin Rouge-