Partagez | 
 

 Le Grand Voyage [Partie I]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Le Grand Voyage [Partie I]   Ven 15 Aoû 2014 - 18:02

Le Départ :


Ça y est.
Jason se décide enfin à prendre son sac à dos et à se mettre en route. Il avait déja quitté la Station Pont Marie des milliers de fois, mais cette fois-ci, c'est totalement différent. Il sait très bien qu'il ne reviendrait pas avant un long... très long moment. D'ailleurs il est conscient de la perspective du non-retour et d'une possible mort là-dehors. Mais il est confiant, et l'envie de connaître autre chose dans sa vie que cette foutue ville fantôme est plus importante à ses yeux que le danger, du moin pour l'instant.
Bien sûr, il ne peut s'arrêter de penser à ses parents qu'il laisse derrière lui, et aux adieux plus ou moin déchirant qu'il leur a fait, mais l'idée de les avoir mis à l'abris du besoin pour une longue durée le rassure énormément. Il vérifie une dernière fois d'avoir tout son équipement de voyage dans son sac, et d'avoir bien attaché ses lames à sa cheville et à sa ceinture, avant de se remettre à marcher avec détermination.


Après quelques heures de marche, et après avoir dépassé le Souk de l'ancien Métropolitopia, il n'est plus très loin de sortir des ruines souterraine pour se diriger vers l'air libre.
Il n'avait même pas croisé de goules sauvages, ou du moin pas de très près, et celles qu'il avait remarqué au loin ne lui ont posé aucun problème à contourner. Faut' croire
qu'il a une bonne étoile qui l'encourage à partir. Mais ça ne durera surement pas très longtemps, parce qu'à partir de là, c'est la fin de ses connaissances. Il arrive tout doucement à la frontière de la ville fantôme, et après ça c'est un monde inconnu et mystérieux qui s'étend à ses pieds.
Il passe sous un vieil escalier à moitié effondré, enjambe un tas de débris de béton, avant de se mettre à ramper en dessous d'une vielle poutre écroulée, le tout en silence
en raison du passage fréquent d'Illuminés dans le secteur. Et il y est, encore une bonne trentaine de mètres et il sera sorti.


Il fait un dernier arrêt dans un vieux guichet sombre et humide, dont le plafond s'effrite depuis tellement longtemps que le sol est totalement recouvert de poudre blanche.
Posant un genou à terre, il ouvre son sac vieux sac de toile noir, à peine assez solide pour ce qu'il contient. Il prend une longue gorgée d'eau et relit sa carte de fortune, dont les lieux important lui ont été indiqué à l'arrache par des Tunneliers assez vieux pour en connaître les emplacements avec plus ou moin de précisions.
En détachant les yeux de sa carte, il reste satisfait du choix de sa première destination : Le Marché de la Gare. Ce n'est pas très loin, et paraît être un bon endroit pour commencer sa découverte du monde.

Alors il se relève, et là encore se remet à marcher d'un pas déterminé. La distance qui le sépare de la lumière diminue, tandis que son excitation et son impatience augmentent. Plus que quelques mètres... Et ça y est.. Il est dehors, à l'endroit le plus éloigné de chez lui, ou il n'a jamais été.. Face à un endroit dont il ne sait rien..
Et c'est probablement le plus grand sourire de sa vie qui s'affiche sur son visage à cet instant. Il prend la direction du Sud-Est, longeant le fleuve, et prononce ces mots :


** Bas' voila.. C'était pas si diffiçile. **




Dernière édition par 'Jason "Perce-Oeil" ♣ le Dim 17 Aoû 2014 - 0:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Ven 15 Aoû 2014 - 19:17

Depuis la tour antenne de la Tour Eiffel, H2G2, le robot DJ, continuait inlassablement le même travail. Aux pieds de la tour qui avait vu de meilleurs jours, patrouillaient quatre escorteurs armés de pistolets et fusils de chasse, traînant un brahmine. Il y avait, sur un fil barbelé, un pauvre homme qui s'était écharpé dessus, et qui maintenant se tenait comme sur un séchoir. Le robot passa le jingle, avant de lancer ses superbes ondes a travers les Terres Désolées, des BEC-3000 des soldats de la FNF en permission, aux radios antiques des goules de Nécrotopia, et jusqu'aux mutants brailleurs de Métropolitopia.

''Beep-beep-beep ! Bienvenue sur Paname-Atomique ! Et aujourd'hui les amis, je vais lire le courrier d'un de nos auditeurs !

[[ERREUR ! ERREUR ! ECRITURE ILLISIBLE]]

Beep-beep-beep ! Bienvenue sur Paname-Atomique ! Et maintenant, nous allons vous faire passer notre reportage !

Dans le Bidonville, le Trou est le lieu de débauche par exception ! Nous avons décidé d'envoyer un de nos journalistes pour enquêter sur les agissements du Trident, le gang mafieux qui sévit dans tous les domaines de la criminalité en bande organisée !


**Qu'est-ce que tu fout ? Pourquoi tu me regarde comme ça ? T'as un problème avec moi fils de pute ? Hey... Attends... Tu porte un micro ! OH PUTAIN ! T'AS UN MICRO ! HEY ! ATTENDS ! TE CASSE PAS ! ATTRAPEZ-LE ! POURQUOI TU PARS ?
-OUAF OUAF ! GRRRRRRRRR ! WAF WAF !
-REVIENS ICI ! REVIENS ICI ESPECE DE PUTE ! JE VAIS TE CASSER LES JAMBES !
-WAF WAR !
-ATTENDS !**

*PAN PAN ! TRKKKTRKKK ! ZZZZZRRRRRRRCHHHHHHHHT*

Oh oh ! Il semblerait qu'on ai perdu la réception avec notre journaliste ! Mais restez sur Paname-Atomique pour votre émission quotidienne : Des goules et des vies ! Et ce soir, a 20 heures, le nouveau morceau, fait par Félicie la Magnifique !
Mais maintenant, une musique magnifique, que tout le monde nous demande et nous redemande ! Douce France, qui est diffusée grâce a notre sponsor : La Poudrière. Parce que le plomb règle tout nos problèmes.''




Le petit Jason marchait a travers les Terres Désolées. Il venait juste de sortir des ruines de la Station Châtelet, pour être immédiatement recouvert par un soleil brûlant, qui brillait a travers les vitres brisées, les pare-brises des carcasses de voiture, et la superbe Seine, complètement irradiée... Douce France...

Il était dans l'ancien 4e Arrondissement, a rester près des bordures de la Seine. Oh... Mais attendez, que vois-je là ?

C'est Notre-Dame !

Ah, quelle était belle cette église... Elle avait encore un certain charme. Excepté qu'elle avait très mal résisté aux bombes nucléaires communistes... Surtout qu'il devait y avoir encore pas mal de radiations dans la zone. De là où Jason se tenait, il n'en recevait pas énormément. Tout au plus devrait-il envisager prendre un radaway une fois au Marché de la Gare... Mais Notre-Dame ? Bah... Sûrement des bêtes sauvages dedans.

Qu'importe, le Jason marchait encore, tranquillement, quand, oh, incroyable ! Une caravane ! Un homme et deux gardes du corps gardaient deux brahmines, et l'escorteur principal observa étrangement le gamin, fronçant les sourcils. Les 3 hommes étaient bien armés, ils portaient de grosses armures en métal, et des armes en très bonne condition. Étrange que seulement 3 hommes gardent deux brahmines... Peut-être que Jason pourrait leur acheter quelque chose ?

''T'as pas envie de t'approcher si tu sais ce qui est bon pour toi !''

Le chef des escorteurs avait levé son arme. Un fusil d'assaut R91 d'avant-guerre. Il gardait Jason en joue alors que le reste du convoi continuait sa route. Quel grossier personnage... Il eut le temps d'observer le profil des 3 hommes. Le mec pas gentil qui avait levé son fusil était un énorme chauve qui avait a peu près 2 mètres, baraqués, sûrement la trentaine bien entamée. Il y avait aussi un petit homme aux cheveux blonds très long, une barbe de trois jours et des lunettes de soleil qui ne lui allait pas. Enfin, le dernier, un gringalet de taille moyenne, qui marchait avec une allure assez grotesque, les épaules en avant, et le pied droit en biais.

Le trio continua sa route, laissant le tout juste sorti du métro a devoir continuer sa route.

Mais vers où allait-il ? Le Marché de la Gare, pardi ! Un endroit génial, où on peut tout acheter, et tout vendre, même si on risquait de se faire dépouiller si on ne savait pas négocier. Pourquoi ? Ah, ça, je ne sais pas ! Je ne suis pas le narrateur de l'Histoire ! Demandez-lui !

Enfin bref, il y avait plus de 40 minutes de marche jusqu'au Marché de la Gare, et il venait déjà d'y passer une bonne dizaine de minute. Après le trio de malotrus, il ne rencontra personne d'autre. Il y avait pas mal de bâtiments a peu être prospecter, mais ils étaient bien trop dangereux a découvrir... Surtout vu que notre compagnon n'avait que deux couteaux. Peut-être devrait-il investir dans un pistolet et quelques munitions ?

Il s'engageait maintenant dans le Quai des Célestins, suivant toujours la route droite, directe, sécurisée par quelques patrouilles occasionnelles de la FNF et des escorteurs. Quand, soudain, il aperçu quelque chose... Peut-être devrait-il s'approcher ?

Dans un cratère, a quelques mètres de la route, il aperçu deux cadavres. Un homme aux cheveux gris, avec le bras déchiqueté, la gorge ouverte et le corps couvert de sang, et une femme, la tête dans le sol, a qui il manquait le pied gauche et avait des traces... Étranges dans le dos. Notre vieil ami eu juste le temps d'apercevoir un pistolet Mata Hari rempli de poussière et de rouille. De plus, les deux cadavres avaient quelques balles sur eux... 10 de 11mm et deux douzaines de 10mm. Un stimpak. Une demi-douzaine d'anneau et une liasse de 10 francs. Une canette de vin et deux mutfruit... Mais les mutfruits avaient mordu la poussière.

Notre Jason allait-il les récupérer ? Oh, il pourrait... Sauf qu'il aperçu, sous un camion, quelque chose sortir... Un radcaniche ! Qu'il est mignon ! Oh, mais attendez... Un autre... Et, un petiot chiot radcaniche ! Et de ce bâtiment, là !

Oh là là ! Une douzaine de radcaniches pas très heureux s'approchaient lentement, en grognant. Notre Jason avait encore le temps de s'échapper, mais allait-il pour autant laisser ces maigres ressources a des cadavres ? C'était a lui de voir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Ven 15 Aoû 2014 - 23:56

** Saloperies de bestioles ! **

Ce sont les premiers mots que Jason arrive à prononcer face à la horde de RadCaniches s'approchant dangereusement de lui, les gueules coulantes de bave.
Il n'attend pas une seule seconde de plus pour se saisir de ses deux couteaux depuis sa cheville et sa ceinture, le regard effrayé. Disposant à présent d'une lame
dans chaque main, deux choix s'offrent à lui, aussi diffiçile à entreprendre l'un que l'autre. Il peut tenter de jouer de son habilité à manier ses armes, ou prendre ses jambes à son cou et tenter de semer la bande de bêtes affamés qui semble très heureuse d'avoir trouver un autre repas.

Il n'a que quelques secondes pour réfléchir et prendre une désicion à laquel il devra se tenir, et s'il n'arrive pas à atteindre son but il sait très bien qu'il finira comme les deux
pauvres bougres qui gisent à quelques pas devant lui. Faisant un pas en arrière, ses yeux recherchant désespérement de l'aide autour de lui, une seule conclusion lui sauta à l'esprit. Il aurait pu gérer une seule de ces créatures, ou peut-être même deux s'il avait de la chance, mais jamais un nombre aussi important, sans compter qu'il s'est fait surprendre par ses adversaires et qu'il n'aurait jamais le temps de mettre au point une stratégie de combat.
Non.. Il Fallait fuir...

Sans plus attendre, Jason se retourna à toute vitesse avant de se mettre à courir sachant que sa vie dépendait de sa capacité à atteindre une vitesse suffisante pour semer
la mort imminente qui le poursuivait. Sautant au dessus d'une cloture, renversant un vieux barril métalique rouillé derrière lui afin de les ralentir, rentrant en collision avec la carcasse d'une voiture aux morceaux de tôles tranchant, respirant à grande haleine, il se trouva subitement face à une grande grille dans une étroite ruelle qui tenait encore debout par on ne sait quel miracle. C'était sa porte de sortie, s'il arrivait à grimper de l'autre côté, il serait sauvé. Il se jette donc sur celle-ci à pleine vitesse et tente avec grand effort d'en venir à bout, après tout sa propre vie est en jeu..




À sa grande surprise, Jason passa de l'autre côté sans se faire déchiqueter en morceaux, bien que ce ne soit pas passé très loin.
Il profite alors de ce petit instant de répit pour rengainer ses lames, reprendre quelque peu ses esprit et chercher un endroit ou aller se cacher, tout ceci pendant que
la douzaine de bêtes enragées grognent et attaque la grille à grand coup de griffe en vain. Il aperçoit à une petite vingtaine de mètres l'entrée extérieur de la cave d'une vieille bâtisse délabrées dont la porte semble aisément forçable. Il commence donc à se diriger vers elle d'un pas certain, jettant un dernier regard par dessus son épaule vers les créatures qui ont bien failli mettre fin à son aventure.

Ce jeune chanceux pénètre donc dans cet abris de fortune après avoir défoncé la porte à grand coup de bottes. L'endroit était vide, sombre et froid, sans compter l'odeur d'humidité et de renfermé qui envahissait la pièce d'une manière oppressante. La moindre conduite et le moindre tuyaux ruisselait d'eau et était empli de rouille et de moisissure. Mais l'état de la pièce avait un côté rassurant, ça voulait dire que personne n'y était allé depuis longtemps et que personne ne viendrait le déranger ici.




Sans même prendre en compte le côté excessivement sale de l'endroit, Jason se laisse tomber lourdement sur le sol en s'adossant au mur, tentant de se calmer du mieux que possible. Son front était trempé de sueur, sa respiration rapide et il ne tarde pas à remarquer que son bras gauche est égratigné à plusieurs endroit, probablement à cause de la voiture ou de la grille, mais c'était de loin le dernier de ses soucis. Il sourit avec nostalgie en pensant que c'est probablement ses vraies premières blessures d'aventurier, bien que celles-ci ne laisseront que des cicatrices minimes et ne sont fondamentalement pas très grave. Tout en ouvrant son sac à la recherche de quelque chose pour s'occuper de son bras, il se remet en tête les deux cadavres qu'il a trouvé juste avant l'attaque, et surtout ce qu'il avait vu juste à côté de l'un d'eux. Un petit pistolet, en mauvais état certe mais ça avait quand même de la valeur. Avec un peu de chance il aurait pu le revendre entre 35 et 40 anneaux à la Gare, en supposant qu'il y arrive en vie.
D'ailleurs, pendant qu'il s'attache un morceau de tissu au bras provenant de sa couverture, un autre élément lui apparait : Les RadCaniches emmènent habituellement leurs proies dans leurs terriers ou ailleurs pour s'en nourrir, mais ne les laissent que très rarement sur place. Il comprend à ce moment qu'il a une chance d'aller récupérer ce
fameux pistolet. Il hésite quand même pendant quelques minutes, est-ce vraiment la peine de re-risquer sa vie pour de l'argent ? Il arrive finalement à la conclusion que oui ! Tout-à-fait ! Et puis d'ailleurs c'est lui qui avait trouvé ce butin, ça lui revenait donc de droit ! Et puis comment se faire de l'argent dans le monde d'aujourd'hui sans se mettre un minimum en danger. Jason se met même à prononcer ces paroles tout haut, essayant de se convaincre lui-même. Le seul problème c'est qu'avec ce plan, tout les autres objets qu'auraient pu avoir les deux victimes sur eux seraient emportés par la meute en même temps que leurs cadavres. Mais ce serais déja mieux que de repartir bredouille.
Après dix bonnes minutes de réfléction, c'est décidé. Il y retournera dans.. disons une demi-heure.. le temps que les corps se fassent emporter par les saloperies de bestioles et qu'elles soient assez occupées pour se re-faufiler jusque là-bas et emporter l'arme en vitesse.

Et donc, après cette demi-heure, ce jeune téméraire tout droit sorti de sa station de métro ressort avec prudence de son abri, remarquant immédiatement que la nuit est désormais tombée. Mais c'est tout aussi bien, l'obscurité lui rappel son milieu et lui rend la tâche plus facile. Alors il avance, la tête baissé et le pas léger, déposant ses yeux sur tout ce qui lui parait suspect, la main gauche posée sur le couteau accroché à sa ceinture. Il repasse la sainte grille avec discrétion et reprend le chemin vers le cratère, abordant chaque déplacement avec précaution et finesse, évitant toute zone d'exposition ou un minimum éclairée. Juste après le virage d'une des rues délabrées qu'il empreinte, il remarque au loin une patrouille de la FNF installée au coin d'un feu, surveillée par un guetteur qui s'est placé sur les hauteurs d'une ruine. Il prend la décision de les éviter pour le moment, il ne pouvait rien laisser le ralentir et risquer que quelqu'un d'autre lui prenne son dû. Il lui fallu a fallu quelques minutes pour trouver un itinéraire pour pouvoir dépasser la FNF sans se faire voir, mais il n'est désormais plus très loin du cratère, et de son but.




Il arrive donc derrière un assez haut tas de débris en béton, à quelques mètres seulement du dernier lieu connu du pistolet. Prenant une grande inspiration, il se penche lentement sur le côté pour entrevoir la zone, et évaluer les risques. Sa tête dépasse légèrement le côté le mur de gravas, lui donnant une parfait vision de l'endroit.
C'était parfait, du moin à première vue. Il n'y avait plus aucune trace des bêtes, ni des cadavres d'ailleurs.. seulement deux longues traînées de sang à moitier coagulé sur le sol qui se dirigeait vers un batîment un peu plus loin. C'était sa chance, il sort discrètement de sa cachette la ventre presque à terre et se déplace jusqu'à son but, priant intérieurement pour qu'il soit encore la. Ses yeux étaient rivés sur la direction de son objectif, et son visage dégoulinait de sueur bien que la nuit était plutôt fraiche.

Miracle ! L'arme n'avait pas bougé d'un pouce et n'avait même pas été endommagé par les RadCaniches. Il la saisit de la main droite d'un geste vif, avant d'en vérifier le contenu du chargeur. Vide évidemment, mais ce n'était pas grave, il en tirerait un assez bon prix pour s'en acheter une neuve. Il attrape son sac à dos de la main gauche afin d'y ranger sa précieuse prise. Mais soudain, semblant surgir de nul part, un grognement se fait entendre à seulement quelques mètres derrière Jason. Celui-ci, prit de stupeur, se retourne aussitôt pour trouver juste devant lui l'une de ces bêtes dont l'apparence tente à vous faire croire que la seul raison de son existence et de vous tuer dans d'horribles souffrances. La bête se jette sur lui, qui a à peine le temps de lever son bras gauche pour se protêger. Par chance, la machoire de la créature vient se planter directement dans le sac en toile noir que tient fermement Jason de la main gauche, ce qui le projette par terre et lui permet d'attraper, avec difficulté, son couteau accroché à sa cheville de la main droite. Et d'un geste sec, celui-ci vient la planter dans la gorge de la bête, qui tombe raide morte sur le sol rocailleux du cratère, après quelques convulsions...

Reprenant ses esprits à nouveau, ce jeune récupérateur se relève quelques secondes après et comprend qu'il ferait mieux de filer au plus vite. Il range sa lame, attrape la créature morte se remet en route vers son abri, découvert quelques temps plus tôt. Et en utilisant le même chemin et la même métode de déplacement que pour l'allé, il ne tarde pas regagner l'endroit. Et une fois à l'intérieur, il était plus heureux que jamais.
Parce que non seulement il en était sortit en vie, mais il avait réussit à atteindre son but, et à emporter avec lui la vie d'une créature qui lui rapporterait de l'argent.
Il se remettrait en route pour le marché dés le lendemain matin pour aller y vendre ses trouvailles, mais pour l'instant, mieux vaux dormir, parce que pour une fois le repos est bien mérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Sam 16 Aoû 2014 - 0:40

Le jour commençait très lentement a se lever sur Paris. Il était très bientôt 6 heures du matin, et c'était le moment où partout dans cette grande ville, les gens qui dormaient la nuit (Donc, pas les divers malfrats en tout genre...) commençaient leur dur travail de labeur. Pour certains, il s'agissait de s'occuper de champs pour manger et vendre de la nourriture. Pour d'autres, il s'agissait de trimer dans des usines pour construire. Et quelques braves aventuriers exploraient les ruines de Paris, à la recherche d'antiquités qui pouvaient être grandement utiles...

Mais pour certains hommes, le travail était beaucoup plus violents. Pour certains hommes des Terres Désolées, il fallait se battre. Pas pour survivre, pas pour eux-même... Mais pour une solde et sous les ordres de supérieurs hiérarchiques clairement établis. Ses hommes portaient le nom de Force de la Nouvelle France.



Rare faction était plus connue et pourtant énigmatique. Puissante mais incapable de triompher. Aimée et détestée... Pour la majorité des parisiens, la FNF était juste une faction assez étrange. Des sortes de miliciens qu'on payait avec des impôts. Des raiders qui déclaraient que leur invasion était légale grâce a des documents qu'ils n'avaient jamais signé. Et derrière cette FNF... La VIe République. Un régime totalitaire a souhait, mais qui avait réussi a faire de grandes choses.

Dans le bâtiment tout près du refuge de Jason, trois hommes étaient enveloppés dans des sacs de couchage, quand un de leur camarade leur donna a chacun un coup de pied rapide. Dans le ventre, dans le cul et dans la cuisse respectivement...

''Allez les louloutes ! On a une grosse journée devant-nous !
-Fait chier, putain...
-VOUS AVEZ DIT QUELQUE CHOSE, SOLDAT ?!
-Non monsieur !''


Les 3 hommes se levèrent, difficilement, avant d'attraper leurs armes, leur équipement, et de se mettre en route en descendant les escaliers. Un dernier homme était en train d'observer le cratère et la lignée de sang. L'homme qui avait réveillé les soldats, qui apparemment était leur chef, posa la main sur l'épaule du matinal militaire.

''T'observe quelque chose de spécial ?
-Une lignée de sang... Sûrement des radcaniches... Rien d'autre, sergent.
-Bien, bien... On va vite se déplacer. Hors de question de passer une autre nuit à la belle étoile ! On atteint l'arc ce soir !''


Il appuya sur quelques boutons d'une étrange machine qu'il avait au bras.

''Commandement. Ici unité Romeo-4. Aucun homme ne manquant a l'appel. Nous reprenons notre route.
-Ici... LINDA. Bien... reçu SerGEnt-Chef. Nous conti... nuons de RESTER en contact... avec voUS...''

Le sergent tapota.

''Merde ! Putain de réception de couille molle !
-Les antennes relais sont pas toujours en état, sergent...
-Ouais, quand c'est pas les récupérateurs qui nous volent tout les boulons ! Allez, on se déplace les gars !''


Ce qu'ils ne savaient pas, c'est que depuis le refuge où était Jason, quelques trous d'aérations lui avait permis d'entendre la discussion entre les divers énigmatiques soldats. Leurs armures grises martiales n'étaient sûrement pas une augure rassurante... Mais allaient-il lui tirer a vue pour autant ? Qu'importe. Alors que les 5 hommes commençaient a partir, l'un d'eux aperçu du sang en abondance. Les 4 hommes continuaient a marcher, mais le dernier s'accroupit, et plaça ses doigts dans la mélasse rougeâtre, observant ses gants maintenant tâchés.

''Mais merde ! Retournez en formation soldat !''


Le soldat se leva lentement, avant de mettre son FLAMAS dans ses deux mains. Ses camarades se retournèrent instinctivement. Le sergent leva sa main, et montra deux doigts d'un côté, puis trois d'un autre. Immédiatement, le groupe se divisa. Jason ne vit pas ce que firent les quelques soldats... Mais il n'eut pas vraiment le temps de préparer quelque chose. A peine avait-il attrapé ses affaires et fait un pas dehors, qu'il se retrouvait avec 5 canons d'armes braqués sur lui. 2 a sa droite, près du grillage, et 3 a sa gauche.

''BOUGE PAS ! A TERRE ! MAINTENANT !''


L'aventurier débutant fut mis a terre calmement, de manière professionnelle. Un soldat lui passa les mains dans le dos et commença a le palper, tandis que 2 hommes entrèrent dans le petit refuge, observant très vite la zone. Mais a peine quelques secondes plus tard, ils sortirent les fusils bas.

''R.A.S.
-Y a rien...''


Le sergent poussa immédiatement un de ses soldats.

''Putain ! T'es content de nous faire perdre notre temps?!
-Pardon, sergent ! Je... Je pensais que c'était un psycho...
-Ouais... Lâchez le...''


Immédiatement, le soldat au dessus de Jason le lâcha, et l'aida même a se relever. Néanmoins, il garda les lames sur le sol... Il ne fallait tout de même pas exagérer et prendre trop de risque. D'ailleurs, le soldat recula aussitôt, laissant l'aventurier ramasser ses affaires bien en vue des militaires. Le sergent eut quelques mots.

''Pardonnez moi, monsieur... Franchement, je suis désolé. C'est juste que mes hommes sont a cran en ce moment... Les salopes d'Amazones sortent de leur territoire pour attaquer des convois. Elles n'ont plus aucune limite depuis qu'on est en stratégie plus défensive... C'est vraiment la mouise grave. Enfin, zallez bien ?''

Le sergent-chef était un père de famille, et voir ce gamin l'étonnait un peu.

''On pars vers le Nord-Ouest. Vous savez... C'est pas très prudent de se déplacer tout seul ces derniers temps... N'importe qui pourrait vous tuer pour voler les quelques anneaux que vous avez sur vous...''

Le sergent s'adossa au mur, alors que tout a l'heure il était enclin a partir. Qu'importe. Ils venaient de se réveiller, autant s'accorder une pause. Un de ses camarades s'assit sur une caisse, tandis que les 3 derniers se mirent près de fenêtres, en position semi-détendue semi-prêts, quelque chose de bien étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Sam 16 Aoû 2014 - 15:01

Première rencontre :

Jason, se tenant désormais debout, dépose son regard sur les soldats se trouvant tout autour de lui l'un après l'autre. Leurs armures sont aussi noires que l'obscurité des ruines dont il provient, et semblent appartenir à une classe technologique tellement plus avancée que tout ce qu'il a jamais connu. Leurs voix quand à elles, sont déformées et et robotisées par leurs casques à l'allure terrifiante. Tout chez eux semble implacable, aussi bien leurs armes que leurs manière de se déplacer. Y'a pas à dire, cette vision impressione particulièrement Jason, qui découvre enfin, pour la toute première fois, quelque chose de très particulier.




Néanmoins, il ne peut s'empêcher d'éprouver une certaine méfiance à l'égard de ces individus. Sans compter qu'ils lui avaient quand même braqué des armes sous le nez et s'était fait maîtrisée sans aucune raison apparente. Mais après avoir écouté le son de la voix du soldat qui s'est excusé auprès de son Sergent pour s'être trompé sur la nature de sa personne, il comprend qu'ils avaient simplement fait une erreur, et que malgré leurs apparences de machines desctructrices, ils ne sont que de êtres humains comme les autres fait de chair et non pas d'acier. Alors il décide de s'intêresser un peu à eux et de se mettre à leur poser des questions. Après tout c'est pour ça qu'il a entamé ce voyage, pour en apprendre plus sur le monde et sur les gens qui le composent. Mais que pouvait-il bien poser comme questions ? Jason connait la FNF de nom et peut en reconnaître le symbole, mais appart ça, il ne sait basiquement rien sur eux. Et c'est à ce moment là qu'une multitude de choses à demander lui vient en tête, et sans hésiter, il se met à interroger le Sergent sur tout ce qui lui passe par l'esprit :
- ** D'Où venez vous ? **
- ** J'ai entendu que vous vous rendiez à l'Arc, c'est où ça et qu'est-ce que c'est ? **
- ** Vous avez parlé d'Amazones qui attaquent les convois, c'est qui ces gens ? **
- ** Votre gars là il m'a confondu avec un Psycho', y'en à beaucoup dans l'secteur ? **
- ** C'est quoi cet appareil sur vot' bras avec le quel vous avez communiqué avec la nana' ? **

À la grand surprise du jeune aventurier, le Sergent à qui il venait de balancer un flot de questions avait répondu à celles-ci au fur et à mesure avec précisions et sans réticence. Toutes ces réponces lui en apprennent déja d'avantage sur ce monde inconnu qu'il aspire tellement à connaître, et qui semble le fasciner de plus en plus. Mais maintenant que Jason a terminé d'obtenir les informations qu'il désirait, il décide de se remettre en route vers le Marché, car il estime que ses aventures d'hier au soir lui ont déja fait perdre assez de temps comme ça. Il ramasse et range ses deux lames à leurs place, reprend son sac de toile sur le sol poussiérieux sur lequel est désormais accroché solidement le corps de la bête morte de la veille, et se remet en route après avoir salué chacun des hommes de la patrouille, qui n'allaient pas tarder à reprendre leur chemin à leurs tour.

Et c'est ainsi qu'il se re-dirige enfin vers son objectif, le Marché de la Gare. Il est rempli de nostalgie rien qu'à l'idée de pénétrer dans ce lieu qui, à ce qu'on lui a dit, regorge de gens à recontrer et d'histoires à découvrir. D'ailleurs il est tellement plongé dans ses pensés à cet idée qu'il ne remarque que très peu le fameux cratère lorsqu'il repasse à côté. La seule chose qu'il appréhende, c'est de pouvoir tirer un prix satisfaisant de ses marchandises. Il connait la valeur de l'arme, entre 35 et 40 capsule, mais pas celle de la bête. Avec un peu de chance, sa peau à elle seule pourra lui permettre d'en tirer un bon prix. Il repense aussi à sa rencontre avec la FNF, qui ne s'était pas si mal passé que ça, mais qui le laisse quand même perplex sur certains points qu'il n'arrive pas à identifier. Son instinct avait l'air de lui dire de quand même s'en méfier un minimum.
Mais bon, cette fois il éspère que plus rien ne se mettra sur son chemin, et commence tout doucement à accélérer le pas, l'air impatient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Sam 16 Aoû 2014 - 16:53

Le sergent de la FNF, un peu détendu, répondit calmement aux questions du jeune homme devant lui.

''D'où venez-vous ?
-Ah, d'où je viens ? Eh... Moi je viens de Lutèce. Mes parents s'y sont installés quand ma mère était enceinte C'est la grande ville au Nord-Ouest, par delà la Seine et Neuilly... Enfin, j'irais pas trop dans le coin, si j'étais vous. Il y a un gros Bidonville maintenant, avec pleins de gens qui veulent entrer dans la ville. Mais on les fait passer au compte-goutte... En fait... Je crois que tout mes gars viennent aussi de Lutèce. Contrairement aux officiers qui viennent en majorité de l'Île...
-Je suis pas sûr qu'il sait ce qu'est l'Île, chef.
-Ouais... L'Île Présidentielle, c'est une Enclave très éloignée de Paris. C'est de là que viens la FNF. Sauf que maintenant, la plupart des soldats ont des racines dans les Terres Désolées. Voire viennent des Terres Désolées tout court. Enfin bref... Lutèce, c'est vraiment très sympa. Il y a des routes, de vraies routes, dégagées. Et des murs... Des bâtiments... C'est construit.
-Et les caméras, chef.
-Et oui... Lutèce est remplie de caméras. C'est vraiment policé à l'extrême... Mais a part ça, c'est vraiment sympathique pour vivre.''

Derrière le masque balistique du sergent, il esquissa un sourire. Sourire que ne put pas voir le jeune aventurier, qui, excité, passa à la prochaine question.

''J'ai entendu que vous vous rendiez à l'Arc, c'est où ça et qu'est-ce que c'est ?
-L'Arc ? L'Arc de Triomphe ? Vous savez pas ce que c'est ? Merde... L'Arc de Triomphe était un monument de Paris. Il est sur la Place de l’Étoile, entre Neuilly et Nécrotopia... C'est la sorte de gros rond duquel découle l'Avenue des Champs-Élysées. Par contre, j'irais sûrement pas là-bas, si j'étais vous. L'Arc... Et bien... C'est une place de vente un peu spéciale. On vend des humains. Ce sont des esclavagistes, qu'on appelle les ''Négriers''. Les Négriers traquent des pauvres dans Paris, puis les vendent comme propriété a des riches propriétaires.''

Le sergent eut un silence gêné, qu'un de ses soldats brisa.

''Et à Lutèce, ne l'oubliez pas !
-Oui, la ville de Lutèce et la FNF achètent régulièrement des esclaves pour entretenir notre infrastructure... Mais on les traites bien.
-Tu parles ! Notre belle République participe au marchandage d'êtres humains ! Conneries...
-Calmez-vous, soldat. Oui, je l'avoue. La FNF a des torts. Peu importe... Contentez vous de pas approcher seul des Négriers. Leur chef, ''L'Homme Macabre'' est un gros taré d'après ce que j'ai pu entendre.''


Un peu mouvementé par ce débat, Jason passa à la suivante, avec bizarrement le même entrain.

''Vous avez parlé d'Amazones qui attaquent les convois, c'est qui ces gens ?''

Il y eut un silence lourd pendant quelques minutes, et le soldat qui avait donné la position de Jason devant étrangement fébrile.

''Les... Les amazones sont des psychotiques qui vivent à l'extrême Nord-Est. Après la Gare de l'Est... Ce sont des... Enfin...
-Des foutues salopes...''


Le soldat un peu fébrile se leva pour donner son avis.

''Quand j'étais dans la section d'Exploration, j'ai fait partie d'un convoi qui devait aller près de leur territoire. Les amazones ne sont pas des psychotiques ''normaux'', si il y a une normalité avec ces déchets... Ce sont toutes des femmes, ou des hommes castrés. Elles attaquent les convois en faisant des coups de putes comme elles sont. Elles font des embuscades la nuit, dans des passages étriqués... Elle volent les marchandises et se reproduisent en violant puis en tuant les hommes... J'ai... J'ai été tué de peu par un de ces groupes... Putain... Si ça avait pas été pour qu'une autre unité arrive par miracle... Quand j'y pense, bordel, il doit y avoir de mes descendants parmi elles ! Eh eh...''

Il lâcha un dernier rire sarcastique et gênant. Mais heureusement, Jason le brisa.

''Votre gars là il m'a confondu avec un Psycho', y'en à beaucoup dans l'secteur ?
''-D'ordinaire ? Non. Mais depuis la Bataille de Nanterre et l’attentat de Métropolitopia, la FNF est dans des positions beaucoup plus défensives. On a moins d'avant-postes et moins d'hommes a consacrer a nos territoires. A part les saloperies d'Amazones, on a les Wendigos.
-Il connaît pas, chef.
-Les Wendigos sont des cannibales, bouffeurs d'humains. Mais ils agissent plus vers le sud-ouest... On est tranquille ici. J'ai aussi entendu parlé de psychotiques sataniques appelés les Malebranches, qui aiment tuer des gens. Mais ou bien c'est des conneries, ou bien ils restent dans leur territoire, sur les Buttes Chaumont... Vous pourriez aller voir. Mais si j'étais vous, je m'amuserais pas à ça... Et puis, finalement, a part les gangs de psychotiques organisés, on a le mec de base. Vous savez, n'importe qui peut devenir psychotique. Faut juste prendre un flingue et tuer des gens pour les détrousser. C'est pas compliqué. C'est pour ça qu'on fait souvent des patrouilles. Dès qu'on peut.''


L'aventurier eut une dernière question.

''C'est quoi cet appareil sur vot' bras avec le quel vous avez communiqué avec la nana' ?
-Ah, ça ? Ah ah !''

Il leva sa main pour montrer son appareil.

''Un BEC-3000. C'est un bracelet électronique super-sympa qui fait plein de choses. Ça stocke des données, ça affiche des cartes, des plans, des rapports... On peut même capter des ondes radios ou lire des messages audio ! Mais mieux que tout : On a un contact permanent avec LINDA ! Eh eh... Mais LINDA c'est pas n'importe quelle femme. C'est une Intelligence Artificielle ! Et ouais ! Elle nous trie, nous donne des rapports, reste en contact avec nous pour s'assurer qu'on crève pas... C'est vraiment génial. Sauf que, comme vous voyez, on a des tas des problèmes hors de Lutèce. Pour garder la réception on se base sur des antennes-relais d'avant-guerre. Sauf que la plupart sont ou détruites, ou en territoire hostile, ou même encore totalement réparée mais des sales connards grimpent dessus pour voler les composants. C'est ultra-risqué, mais si ils arrivent a pas s’écharper, s'électrocuter ou tomber... Ils peuvent se faire un paquet d'anneaux.''

L'aventurier fut alors hors de questions, et le sergent prit son paquetage.

''Bon, j'pense qu'on a assez perdu de temps ici. Moi et les gars, on doit aller à l'Arc de Triomphe. On fait du putain de travail de défense chez les négriers... Ces sales connards arrêtent pas de se faire attaquer par des abolitionnistes. Pleins de gens détestent l'Esclavage. Parmi eux, par exemple, on a les Dissidents de la FNF... Des gars qui a une époque étaient comme nous, puis qui ont décidé de trahir le gouvernement. Allez. A plus gamin. Si j'étais toi, je trouverais quelqu'un pour m'accompagner. Je le redis : Tu vivras pas longtemps tout seul. Entre les radiations et les tarés... Mais dis-moi, tu vas au Marché de la Gare ? C'est sympa là-bas. On a des soldats de la FNF qui font des patrouilles. Mais si j'étais toi je ferais gaffe au marchandage... Un pistolet qui vaut 20 anneaux ils te l'achètent 4 et ils le revendent pour 50. Bonne chance, petit. Reste en vie surtout... Dès que t'arrive au marché de la Gare, achète toi des stimpaks. C'est très important ça, les stimpaks.''

Les 5 hommes se remirent en formation, de manière professionnelle. Ils étaient bien espacés, agissant avec une symbiose parfaite renforcée par leur entraînement martial.

Qu'importe. Le reste du trajet fut sans grand chose de particulier. Quand enfin, notre cher Jason atteignit la Gare de Lyon !

''Casse-toi !''

Un mec qui passait par la porte en même temps poussa violemment Jason avant d'entrer dans la gare. L'endroit était assez bondé de monde. Pas autant que dans les villes et bien loin de Métropolitopia avant l'attentat... Mais malgré tout, énormément de gens.

Le Jason pouvait voir un panneau qui avait quelques informations dessus. La description des quais, des gens qui recrutaient pour des caravanes... Il faut savoir que depuis l'attentat de Métropolitopia, beaucoup plus d'objets étaient vendus au Marché de la Gare qu'à une époque.

Le quai Chinois vends du matériel un peu technologique. Jason pourrait sûrement leur refiler son pistolet, mais il n'en aurait qu'une poignée d'anneaux. De plus, est-ce que Jason pouvait vraiment se permettre de gâcher ses anneaux là-dedans ? Quoi qu'une petite radio de poche pourrais être utile pour se divertir...
Le quai Slave avait une denrée très utile : De l'eau. Notre cher Jason n'avait plus que 4 bouteilles... Peut-être serais t-il utile d'acheter une gourde ou autre ? De plus, il y avait de l'alcool. Pour certains, cela paraissait comme un gâchis d'anneau... Mais les liqueurs et les alcools ont des propriétés intéressantes. On est requinqué, on se sent fort, et on est complètement désinhibé face aux autres. Le seul problème, c'est qu'on prend souvent des décisions pas franchement intelligentes... Et on devient un peu attardé.
Le quai juif avait des médocs. Pour l'instant, Jason n'était pas blessé, mais s'il tombait sur un nid de radiation ou était amené a être gravement touché... Ce serait la mort assurée. Il pouvait aussi louer des casiers, mais il ne portait pas grand chose pour maintenant.
Enfin, le vrai endroit que Jason veux observer, c'est le quai arabe. On vend et achète de n'importe quoi ici. S'il voulait donner son chien, c'est ici et nulle part ailleurs. Peut-être qu'il pourrait aussi essayer de donner le pistolet là... Les arabes ne sont pas des vendeurs d'armes, mais qui sait ce qu'ils peuvent faire avec ? De plus, s'il cherche des objets quelconque, ça peut être utile.

Alors que Jason allait faire son choix, il vit alors un énorme barbu, typé de l'Est, qui hurlait dans la rue, au point que des hommes s'étaient approchés. Jason écouta un peu cette personne étrange, qui était accompagné de sa femme.

''Alors je dis tout de suite pour les gars qui connaissent les trois bâtards de Montparnasse qui me sont tombés dessus ! Le sang de leur mort ! Le Joe ! Le David-Le David ! Et l'HOFFMAN DE SES MORTS ! LAKAL CET TOUT C'EST MORT IL SUCE ! LA CERVELLE DE LEURS MORTS ! DIT LA ! DIT LEUR CE QU'IL Y A A DIRE !''

La femme continua.

''La cervelle de vos morts !
-LE SANG DE LEURS MOOOOOOOORTS ILS MANGERONT ! ET L'HOFFMAN DE TES MORTS ! ET JE VOUS BAISE LES MOOOORTS ! JE VAIS VOUS ENCULER VOS MORTS VOUS VOYEZ ! TOUS ! J'VAIS BAISER TES MORTS ! TA FEMME J'LAI PRISE J'LAI ENCULEEEEEEEE ! J'LAI DECHARGE DANS LA BOUCHE ESPECE DE PUTAIN ! LE SANG DE VOS MORTS VOUS ALLEZ MANGER !''

Sa femme, dépitée, commençait a partir vers sa famille, qui était juste derrière, a attendre près de l'entrée du quai.

''LA CAVITE DE VOS MORTS ! LE SANG DE VOS MORTS ! VOUS ALLEZ VOIR !''

Il se retourna, et ouvrit violemment la porte pour engueuler sa femme.

''Viens là ! Viens parler dehors ! VIENS PARLER DEHORS ! VIENS DEHOOOOOORS !''

Sa femme revint, ennuyée.

''ET ECOUTEZ BIEN ! SI QUELQU'UN CONNAIT HOFFMAN C'EST UN
-LAIIIIIIIIISE MOI PARLER !
-FERME TA GUEULE !
-Laisse moi parler ! Oui que vous allez dans le cercueil de vos morts ! Bon il est où notre Brahmine maintenant, hein ?''

La femme commença a partir, tandis qu'une patrouille de 3 soldats de la FNF s'approchaient.

''LE SANG DE VOS MORTS VOUS ALLEZ MANGER ! LA CERVELLE DE VOS MORTS ! DE TOUTE FACON ON EST EN 2178, LES WENDIGOS VONT VOUS BOUFFER VOUS INQUIETEZ PAS ! LE SANG DE VOS MORTS VOUS ALLEZ MANGER ! Vous allez voir !''

Un soldat de la FNF s'approcha avec une matraque.

''Monsieur ! Veuillez reculer et retourner a vos occupations !
-SI VOUS VOULEZ DE L'ARGENT VENEZ ME TROUVER AU QUARTIER SLAVE ! J'OFFRE UN PAQUET D'ANNEAU POUR CEUX QUI LE TROUVENT ET LUI FONT BOUFFER LEURS MORTS !
-Monsieur !
-Ouais, ouais ! Kučkin sin !''


Le gros barbu parti finalement pour retourner vers ses camarades slaves. Quel malotru ! Mmm... Peut-être que Jason pourra aller là-bas demander des informations ?

Enfin, voilà beaucoup de possibilités pour notre aventurier en herbe ! Continuons a suivre ses superbes aventures a travers Paris !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 0:16

Le Marché :

Jason reste stupéfait devant le discours enragé du vieux barbu, après avoir observé la scêne attentivement les bras croisé. Il n'avait jamais vu quelqu'un dans un tel état de rage à un point qu'il avait l'air d'être prêt à payer une fortune ou à mettre à mort qui que ce soit pour arriver à ses fins. Mais indépendamment du moment assez étrange auquel il venait d'assiter, l'endroit semble plaire énormément à ce jeune arrivant, qui n'arrive pas à décrocher le regard de tout ce qui se trouve autour de lui. Il n'avait jamais vu autant de monde au même endroit, et le nombre d'échoppes et de marchand ambulant le laisse sans voix. L'odeur constante de viande douteuse qu'on fait griller et de fruits exposés trop longtemps au soleil envahissait l'entièreté du Marché. Le bruit était partout, composé de discussions frauduleuses, du cri des rabateurs et du son constant des activités des vendeurs. Et parmis la foule se trouvaient des goules, des super-mutants plus ou moin civilisés, et des personnes à l'allure très insolite, qui se fondaient tous parfaitement dans le paysage.
** C'est juste incroyable ici ** Pensa-t-il, le sourire aux lèvres.




Mais malgré cette vision captivante, Jason se souvient subitement qu'il ferait mieux de se recentrer sur ses objectifs principaux. Il prend donc la direction du Quai arabe, sachant que c'est le seul endroit ou il pourrait vendre assurément tout ce qu'il voulait. Ou du moin, c'est ce que les indications du Marché laissait croire. Il faut avouer que l'endroit pouvait avoir l'air totalement désordonné à première vue, mais qu'en y regardant de plus près on se rend vite compte que chaque chose est à sa place, et suit un but bien précis. Sur le chemin poussièreux et rocailleux vers les Quais, Jason se remet en tête la crise de colère qu'a poussé le vieux slave. Il se demande de plus en plus s'il ne va pas aller lui rendre visite après avoir procédé à ses transactions pour en savoir plus. Après tout il a bien une récompense en jeu pour quiconque l'aiderai, et s'il y a bien quelque chose dont il a besoin c'est de l'argent. Mais il a encore le temps d'y réfléchir, et sans même s'en rendre vraiment compte il était presque arrivé sur le Quai recherché.
Jason s'arrête un instant, regardant autour de lui afin de trouver un endroit propice à la vente d'objets en tout genre. Après quelques instants, les yeux du jeune aventurier se posent sur la vitrine d'un petit magasin de fortune, en à peine assez bon état pour tenir debout. C'est exactement ce qu'il lui fallait, et il commence donc à s'en rapprocher en tenant fermement la sangle de son sac à dos de la main gauche. Il passe la porte de la main droite, en se remettant en tête la valeurs qu'il veut obtenir. " entre 25 et 40 anneaux pour l'arme, et peut-être un peu moin pour la bête ". Il entre donc, l'air déterminé à obtenir ce qu'il désire, avant de détacher le cadavre du RadCaniche de son sac et de le poser avec lourdeur sur le comptoir, celui-ci se trouvant dans le fond du magasin miteux et sombre, qui semblait vide à première vue.





Et juste après qu'il ai posé ses marchandise sur le comptoir, le vendeur sort subitement de l'arrière salle pour se placer derrière le comptoir.
Celui-ci, chauve et portant un vieux tablier crasseux, a l'air très enjoué à l'idée d'entamer les négociations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 9:55

Jason était entré dans un magasin qui appartenait au quai arabe, un lieu avec tout un tas de merdes. Enfin... Il était dans la dépendance où on pouvait vendre, pas celle où on achetait.
L'arabe en face de lui était chauve et avait une petite barbe de quelques semaines. Il observa le revolver devant lui. Pour cela, il l'attrapa dans les mains, puis ferma un œil, et mit l'autre devant le barillet. Après avoir fait cela, il la tourna, et ouvrit ce-même barillet, tremblant d'un coup alors qu'il fit cela. Il observa qu'il n'y avait pas de balles, puis enfonça le canon dans le creux de l'oreille pour se la gratter. Il posa le Mata Hari sur la table, et avec un accent complètement ridicule...

''Pas bune arme. Trip cher réparer. 15 anneaux.''

Il attrapa alors le chien. Au départ, il devait penser qu'il était empaillé. Mais très vite, il aperçu que le radcaniche était bien plus lourd qu'il ne voulait l'avouer. Il l'écrasa sur la table.

''Cadavre pue, mash'allah ! Mais peau y bune état. 10 anneaux.''

L'arabe mis alors les mains sur la table. Jason pouvait accepter ce prix ou tenter de négocier, sachant qu'énerver le marchand pourrait lui faire refuser d'acheter tout court.
Quand il aura fini, Jason pourra aller sur un autre quai, aller voir le gitan, ou quitter le Marché de la Gare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 12:48

Jason reste planté devant le marchant durant au moin 5 bonnes secondes. En jetant un nouveau regard sur la bête, il ne peut s'empêcher de se dire que son interlocuteur n'avait peut-être pas tout à fait tord. La viande n'est probablement plus consommable, et 10 anneaux lui suffirait à acheter 2 boites de cartouches pour une nouvelle arme. Puis de toute façon s'il devait se risquer à négocier, ce ne serais surement pas avec ça. Par contre, il ne peut pas se résoudre à laisser partir le pistolet à moin de la moitié de sa valeur à l'état neuf.Mais  une idée lui vient soudainement à l'esprit en posant les yeux sur l'arme en question, et ni une ni deux il rétorque au marchant :

- Ecoute mon ami, j'veux bien te laisser la bête pour 10 anneaux. Mais tu vois ce pistolet ? C'est pas une arme comme les autres crois-moi. Il est si petit que tu peux le ranger ou tu veux ! Si si j'te jure ! Dans ta chaussette, dans ta poche, dans ta manche.. Ou tu veux ! Il est parfait si on veut rester discret ! Et les femmes peuvent même le mettre entre leurs nibards.. A condition qu'elles soient bien roulées hein si tu vois c'que j'veux dire M'haha ! Et tu vois moi quand j'ai vu ton magasin j'ai tout de suite su que t'étais le type à voir si on voulait vendre de la qualité, et que tu connais bien ton travail j'me trompe ? M'haha allez, si tu me l'prend à 25 anneaux, j'te garantis que tu pourras le remetttre sur le marché à 40 anneaux si tu l'répares, peut-être même à 45 si tu trouves un collectionneur ! Parce que ça court pas les rues ce truc. Moi je sais pas le réparer moi-même de toute façon. Alors, t'en dis quoi l'ami ?

Le vieux marchant arabe se gratta la barbichette de la main droite en gardant ses yeux fixés sur le revolver, avant de regarder Jason et de s'apprêter à lui donner sa réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 13:03

Le vieux marchant arabe se gratta la barbichette de la main droite en gardant ses yeux fixés sur le revolver, avant de regarder Jason et de s'apprêter à lui donner sa réponse...

''Mash'allah !''

Il rétorqua quelques mots énergiques dans un arabe bien compliqué a comprendre, avant de continuer dans son accent.

''Si cute tris cher d'fire réparer l'arme ! Mais bi, j'compris qu'tveux pas si peu pour pas chir ! Oki, écoute : 10 anneaux pour l'chien, 18 anneaux pour l'flingue, et j'vis bien t'donner un p'tit quelque c'hose en plus. Ji est 5 plats de nourritire, et mime de la viande !''

L'arabe se retourna, et sorti alors... Un... Etrange morceau de tissus.

''Et mime ça, missi ! Une écharpe !  Si vraiment utile pour si protéger des tempêtes de poussière, et vi pivez même l'itiliser sur une blessure, moins cher qu'un pinsement !''

28 anneaux, 5 plats, et une écharpe. C'est pas énorme. Jason peut continuer de négocier, accepter le marché, ou partir avec sa cargaison. Après quoi, il pourrait aller acheter sur un autre quai, aller voir le gitan pour sa quête, ou bien quitter le Marché de la Gare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 15:00

Jason, grattant son demi crâne rasé de la main droite, se met à examiner l'écharpe de plus près. Le tissu est en bon état, et semble d'une qualité moyenne. Au début, il pensait que c'était juste une babiole sans valeur que le marchant lui a proposé histoire de faire accepter son prix sans discuter. Mais maintenant qu'il y pense, c'est vrai que ça peut toujours lui servir.

Bon allez... -Dis Jason- J'te laisse les 5 plats, si tu me prends le flingue 22 anneaux, la bête crevé à 10 et que tu me laisses l'écharpe. Et je t'offre autre chose ! Tu vois moi j'suis ici de passage, mais j'compte bien revenir, et quand j'reviendrais, j'te filerais un truc que j'aurais ramené gratos. Et j'suis un homme de parole ! Alors.. t'en dis quoi l'ami ?

Le marchant, regardant Jason quelques secondes, s'apprête à répondre..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 15:07

Le marchant, regardant Jason quelques secondes, s'apprête à répondre...

''Okkie ! Si jiste ! Maaaais... Vis promettez de rivinir mi vendre dis choses, eh ? Dites moi vitre nom que je li garde en mémire.''

Le marchand lui donna le joli chèche et les 32 anneaux.

''Siti un plaisir''.

Jason avait maintenant 92 anneaux. Une somme assez conséquente. Il pouvait maintenant aller acheter de l'eau et de l'alcool au quartier slave, du matériel électronique chez les chinois, des vêtements, de la nourriture, des armes de mauvaises qualités et des objets divers chez les arabes, et des médicaments chez les juifs.
Il pouvait aussi rencontrer le Gitan au quai slave.
Il peut aussi quitter le Marché de la Gare et continuer son voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 15:48

** Merci mon ami, un plaisir de faire des affaires avec toi ! Sinon on m'appel le Perce-Oeil, retient seulement ça. **

Jason prononca ces mots en sortant du magasin, mais le son de sa voix n'a jamais été aussi hypocrite de sa vie. C'est loin d'être le prix qu'il voulait en obtenir, et il se doute bien que l'arme sera probablement revendue à 40 anneaux environs. Mais bon ! L'écharpe lui servira bien et c'est tout de même suffisant pour le reste de ses plans. Ceux-ci consistent à acheter quelques médicaments, de l'eau ainsi qu'une arme de poing avec deux boites de cartouches. Mais l'armement, ce n'était pas pour tout de suite. Il commence donc à se diriger vers le Quai Juif en se démenant à travers la foule, toujours aussi bruillante et mobile. Le chaleur envahit la moindre parcelle de son corps et l'air semble manquer. Aussi, il profite de la marche pour prendre une gorgée d'eau de son sac, mettant fin à une autre bouteille. Quelques minutes après, le voila arrivé devant une petite échoppe de rue du Quai Juif.
Le vendeur, se tenant droit devant Jason, remarque que celui-ci veut lui parler.

** Jour', Qu'est-ce que vous avez à me proposer en matière de soin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 17:33

Le vendeur qui était devant Jason était un homme très vieux, un nez anormalement gros, un petit chapeau sur sa tête où il n'avait que des cheveux courts. Il portait un costume noirâtre mais rempli de poussière. Il était assez petit, étriqué, les épaules en avant, alors qu'il regardait ce fort et vif jeune homme devant lui.

''Aaaah...'' dit-il avec une voix très grave et enrouée. ''J'ai énormément de choses pour vous soigner... Venez, approchez un peu... Mmm...''

Derrière le comptoir, il sorti quelques petites choses.

''Notre produit de base est le stimpak. Il permet de soigner la plupart des hémorragies. C'est un produit très efficace, sans effets secondaire ou dépendance. Le prix est de 17 anneaux pour un stylet de stimpak, mais nous pouvons faire des promotions si vous achetez un stock. Si vous en achetez 5, je ne vous ferais payer que 70 anneaux, soit 14 le stylet.
De plus, vous avez l'air d'être un grand aventurier. Vous risquez très vite d'être victime de radiations... Les radiations vous rendrons plus faible, vous donnera des douleurs atroces, et vous pourriez même devenir une goule. Le radaway marche par intraveineuse. C'est un produit bien moins efficace qu'un nettoyage complet par un de nos médecins... Mais ça reste assez utile pour survivre. Nous vous les vendons 7 anneaux, mais encore une fois, une petite réduction peut s'imposer si vous achetez en gros. 25 les 5 radaway.
Enfin, pour exactement le même prix que les radaway, et la même réduction, nous vous proposons un autre petit quelque chose : Le Med-X. Le Med-X ne vous soigne pas. Mais il réduit fermement la douleur et la perception de la douleur. J'ai déjà vu des gens se faire mitrailler le torse et continuer a se battre, ah ah ! Seul problème... Certaines personnes se plaignent d'effets secondaires et de dépendance... Mais si vous voulez sortir d'une mauvaise passe, il vous faut ce produit.''


Le juif arrêta sa description, et étudia un peu Jason. Peut-être était-il plus pauvre qu'il ne le pensais...

''Bien entendu, ces produits peuvent vous coûter cher, j'ai donc... D'autres choses moins professionnelles a vous offrir.
Regardez ces petits sacs. Il s'agit de poudre médicamenteuse. Ces petites choses ne vous réparent pas, mais elle fluidifie le sang et améliore la cicatrisation, et la coagulation... Seul gros problème : Elles troublent énormément votre vision. Après avoir utilisé ces petits sacs, vous aurez du mal a voir ou a comprendre l'environnement... Mais l'avantage, c'est le prix. 3 anneaux le sachet. 10 les 5 et 20 anneaux les 10.
Si ça vous intéresse, j'ai également du cataplasme a appliquer sur la peau. Ces choses vous soignent, vous réparent efficacement, mais ont un effet secondaire : Vos muscles gonflent. Ils s'endolorissent. Cette douleur vous rendra beaucoup moins agile... Mais, c'est le meilleur moyen de vous réparer a bas prix. Ce sont les même que le Med-X et le Radaway. Alors, qu'en dites vous ?''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 18:33

Jason laisse afficher un grand sourire sur son visage, car cette les fois prix qu'on lui propose lui semble assez honnête. Executant un rapide calcul de tête à propos de ses dépenses, il fixe l'ensemble des produits se trouvant devant lui. Côté Stimpaks, il est forcé de s'avouer qu'il n'en a malheureusement pas les moyens, mais la poudre médicamenteuse devrait faire l'affaire en cas de besoin, et d'ailleurs il ne se fait aucune illusion sur le fait qu'il en aura, dans un futur peut-être proche, sûrement besoin. Et côté radiation, c'est la même chose. L'achat d'un RadAway devrait suffir, ou du moin jusqu'à sa prochaine destination. Son choix étant fait, il reprend la parole afin d'annoncer la liste de ses achats au vieux Juif :

** D'accord mon ami, je vois que tu proposes un pannel intêressant à des prix honnêtes, j'vais t'prendre 5 sachets de poudre médicamenteuse et un RadAway. **

Le marchant, qui à l'air satisfait de pouvoir faire une vente, se met à sourire en renfoncant son chapeau sur son crâne dégarni avant de lui tendre les achats un à un en rétorquant :

- "Je vous remercie Monsieur, n'hésitez pas à repasser en cas de besoin ! Même si j'espère pour vous que ce ne sera pas l'cas !"

Jason se met alors à sortir les 17 anneaux de sa poche en quelque prise en main et les dépose sur le comptoir, pour ensuite attraper ses achats et les ranger dans son sac. La transaction qu'il venait d'effectuer le satisfait assez, et il décide donc de tourner les talons et de se rendre au Quai Slave pour acheter de l'eau et qui sait, peut-être rendre visite au vieil enragé. Il se met donc à marcher à travers la foule toujours aussi bruillante et bondée. En regardant autour de lui, ses lunettes de moto autour du cou et le bras gauche bien accroché à son sac à dos, il prend encore plaisir à remarquer les différents individus du Marché, tous tellement différent. A un virage, il aperçoit même au loin une unité de la FNF, qui étaient en train d'interroger une vieille goule dans le coin d'une ruelle. En suivant les panneaux d'indications manufacturés disposé un peu partout, il arrive au Quai Slave en quelque minutes à peine. Et donc, notre aventurier des Terres Désolées en herbe décide d'entrer dans la première boutique qu'il croise, qui ne payait pas de mine à première vue en raison des inscriptions de la vitrine mal écrites et de l'état de la structure douteuse mais qui devrait faire l'affaire.




En passant la porte, Jason trouve derrière le comptoir un vendeur de la quarantaine, vétu d'une vieille veste d'avant-guerre crasseuse et portant une barbe d'un jour. Il s'avance vers lui, sortant déja 4 anneaux de sa poche de la main droite, avant de lui demander 2 bouteilles d'eau purifiée. Mais le Slave affiche un regard interrogatif en regardant Jason, qui se demande si il y à un problème...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 19:21

Le Jason s'approchait bien heureux devant le comptoir, où se tenait le slave. Il répondit avec un accent de l'Est...

''Aaah ! Vouh ne veneh pas pour la prime, eh ? Beh... Si tu veux, parles avec le mec au bout du bar, sukin syn !''

Le slave se pencha sur le comptoir, mettant les mains dessus.

''T'veux que d'leau, tovarishch ? On en as en bouteilles d'un litre pour 2 anneaux, et des gourdes de 2 litres pour 3 anneaux. Kakov vash vybor ?''

Il sourit un peu, avant de montrer son doigt derrière lui, où tronnaient pleins de liqueurs.

''J'ai pleins d'alcools différents, si tu veux essayer ! Cela va de la petite bibine a un anneau jusqu'à la qui t'en coûtent 5. C'est génial l'alcool ! Quand t'es crevé, ça te requinque d'un coup ! Cette merde te réchauffe aussi ! En plus, t'es désinhibé ! Cette merde t'assoiffe un peu et des fois tu fais des âneries... Mais...''

Il pris un petit verre et coula un fond de whiskey dedans.

''Goûte moi ça gamin ! Tu vas adorer l'alcool ! T'en prendras ?''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 27/04/2013
Messages : 79
avatar
Alphonse Lebrac
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 19:35

Le marché de la gare, un endroit sympa pour faire ses emplettes, vendre des trucs et dormir si on avait de la famille là-bas et qu’on était talentueux dans certains trucs. Avec sa passion des horloges et son travail en tant que chasseur de primes ça allait, le temps que la situation se stabilise. Pourtant le chasseur de primes se questionnait sur cet attentat : des illuminés, rien d’autre derrière tout ça ? Sirotant une cannette offerte par la maison, l’albinos soupira ; sa situation loin d’être alarmante n’était pas franchement avantageuse. Il pourrait très bien devenir un tunnelier, mais être chasseur de primes payait bien et les petits contrats sans trop de risques lui permettaient de vivoter. Mais à un moment il faudrait faire changer tout ça.
Le destin était sadique, reprenait ce qu’il donnait et ce sans aucun remords.
Une voix stridente déblatéra un flot d’insulte encore jamais vu suivi d’une grosse crise de nerfs et d’une mise à prix. Tout ça en approximativement trente-cinq secondes, un record que mêmes certains hystériques n’arrivaient pas à battre.

-Tuez-le... Gémis un client somnolent sur le comptoir.

Les tympans éclatés, Alphonse aurait juré que son verre s’était fissuré quand la voix du slave avait déchiqueté son ouïe dans une symphonie de « Le sang de vos morts ». Terminant son rafraîchissement, le chasseur de primes interrogea le barman qui s’excusa platement quant à l’intervention de son collègue slave. Son père l’approcha, il avait beau faire une tête de plus que sa progéniture parfois le simple statut de chasseur de primes aidait dans bien des affaires.
Qu’est-ce que ça allait être ? Frapper le type pour qu’il baisse le volume ?

-Mon fils, va régler la merde qu’il y a avec l’autre. C’est mauvais pour les affaires et pour les potes qui cuvent leur vin d’avoir un fada qui gueule.
-Je lui brise les rotules où je dois aller régler ces petites affaires ? Demanda le jeune homme.

Le marchand fit la moue en grattant sa barbe avant d’annoncer clairement les choses après un petit verre de vodka.

-Tu vas régler ses affaires. S’il refuse de payer tu me préviens et je me chargerais de lui.
-Ca insinue que je suis trop faible pour me charger de lui en cas de pépin?

Les deux échangèrent un regard, le père sourit.

-C’est à nous de nous occuper de nos mauvais marchands. Va.

Le chasseur de primes ne demanda pas son reste et disparu en prenant avec lui son fusil, un contrat n’attendait pas, même s’il n’était pas officiel. D’ailleurs ce détail éveilla l’attention de l’albinos ; s’il n’y avait aucune preuve de l’arrangement comment était-il assuré que sa paie tombe ? Bien que cela soit secondaire ce n’était pas à oublier pour plus tard, d’ailleurs Ab’ aurait peut-être son mot à dire dans toute cette histoire. Après tous les petits contrats secondaires exécutés sur le tas de façon tout à fait officieuse, on n’en parlait pas vraiment à la guilde.
Soit, aujourd’hui n’était pas vraiment le jour à s’interroger là-dessus ; il avait un toit au-dessus de la tête et l’argent ne tombait pas du ciel. La chute de Métropolitopia était un sacré coup dur pour l’économie et les chasseurs de primes se retrouvaient à rôder à la surface pour chopper leurs cibles. Autant dire que la plupart de ses collègues n’appréciaient pas trop la situation et tous n’avaient pas des amis qui pouvaient leur fournir un toit. Alphonse laissa ses préoccupations de côté pour aller à la rencontre du joyeux bonhomme qui lui avait détruit les oreilles avec sa voix. Les applications militaires de sa puissance vocale n’étaient pas à ignorer, avant un peu de talent il pourrait sans doute rendre sourd tout Paris avec sa rage. En arrivant l’albinos surprit son futur client à beugler sa haine contre « le Joe, le David et l’Hoffman de ses morts ». Après avoir attendu que le bougre s’égosille et reprenne une respiration, le chasseur de primes en profita in extremis pour caser une phrase et attirer l’attention du marchand. Saluant le type d'un signe de tête.

-Je suis chasseur de primes et apparemment vous avez un travail qui pourrait m’intéresser, mais si vous voulez que je m’en charge il me faudrait des précisions sur les types que vous voulez éliminer.


Toujours la même rengaine, les présentations puis ensuite le vif du sujet ; le contrat.
C’était toujours comme ça que ça marchait avec les contrats hors guilde et il n’y avait aucune raison que ça ne marche pas cette fois-ci. De toute façon les chasseurs de primes indépendants étaient réputés plus « dangereux » que les membres de la guilde en raison de leur versatilité : quelques cas où ils s’étaient retourné contre leurs employeurs. Alors les gens se taisaient car le commun des mortels ne savait pas faire la différence entre un chasseur sous la protection d’Abomination et un loup solitaire.
L’un savait où se situaient les limites, l’autre non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 20:29

La manière de parler du Slave était certe inhabituelle mais sonnait assez sympatique aux oreilles de Jason, sans même savoir pourquoi. Il décide donc d'attraper le fond de Whisky de la main droite et de se l'descendre, après tout un p'tit verre ça va faire du bien. En reposant son verre, il contemple l'énorme quantité d'alcool sur le comptoir et dans l'étagère derrière celui-ci. Il y avait absolument de tout. Du vieux tord-boyaux fait maison aux très vieilles bouteilles qui doivent valoir une petite fortune, et cette simple vision suffit à impressionner Jason. Celui-si se rend d'ailleurs compte que la boisson doit représenter un commerce important dans le monde d'aujourd'hui.




En reposant les yeux sur le Barman, il se dit qu'une petite bouteille pas chère ne serait pas de refus pour voyager. Et puis ça peut toujours servir d'avoir de quoi désinfecter une blessure ou ne serais-ce que se remettre un coup d'fouet. Et c'est à ce moment là qu'il pose les yeux sur une petite bouteille de Vodka maison en verre, se trouvant dans l'étagère, affichée à 2 anneaux. Elle n'est pas chère et peut toujours avoir d'autres utilité que la consommation. Il sort donc 5 anneaux de sa poche en annoncant son achat, avant de les poser sur le comptoir.

** Met-moi une gourde de 2 litres et une vodka maison l'ami. **

"M'haha ça marche Komrad !"

Quelques minutes après, Jason est sortit du magasin avec sa marchandise dans son sac et décide d'aller voir le Slave enragé, parce qu'au plus il y pense, au plus ça peut être l'occasion de se faire de l'argent plus ou moin facilement. Il avance à travers la masse de gens en cherchant son objectif des yeux durant quelques minutes. Et au moment ou il se demande s'il n'avait pas oublier le visage de son possible futur employeur, il entend à travers la foule la même voix hurlante quasi unique du Slave recherché. Se rapprochant de celui-ci quelques secondes après, il remarque qu'il est en train de discuter avec quelqu'un de manière assez discrete. C'était un jeune, très jeune avec un visage si pâle qu'on aurait pu croire qu'il était fait de cire.  Sans même réfléchir, Jason fait mine de se placer non loin la conversation, histoire de pouvoir l'entendre clairement.

C'était exactement ce qu'il redoutait, quelqu'un était en train de lui prendre le contrat qu'il voulait. Jason ne pouvait pas se résigner à perdre une si belle occasion de se faire des anneaux, et décide donc de suivre le mystérieux interlocuteur une fois que la conversation sera terminée, ce qui ne tarda pas. Une fois la filature lancée, il n'eut pas trop de mal à le suivre sans se faire remarquer. Après tout c'est ce qu'il avait fait toute sa vie avant d'attérir ici. Il attendait le moment propice pour aller lui parler, à l'écart de la foule et de quiconque. Et lorsque ce moment arriva, c'est-à dire lorsque le jeune à la peau de cire passa dans une ruelle, il se précipita sur lui avant de le coller contre le mur sans violence, la main gauche placée sur son couteau à l'arrière de sa ceinture, et de lui dire :

** Salut mon gars, désolé mais on risque d'avoir un léger problème d'organisation ici, parce que le contrat que tu viens d'accepter, c'est celui que j'étais sur le point de prendre...**


Dernière édition par 'Jason "Perce-Oeil" ♣ le Dim 17 Aoû 2014 - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 27/04/2013
Messages : 79
avatar
Alphonse Lebrac
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 21:14

** Salut mon gars, désolé mais on risque d'avoir un léger problème d'organisation ici, parce que le contrat que tu viens d'accepter, c'est celui que j'étais sur le point de prendre...

Première surprise de la journée mais sans doutes pas la dernière, quand un gars venait comme ça d'amblé s'annoncer et expliquer le problème c'est qu'il n'était pas du genre à perdre son temps. L'albinos soupira en voyant son interlocuteur ; celui-là il allait être tenace, négocier serait sans doutes plus utile et moins chronophage qu'une méthode plus violente. Même s'il était en terrain connu il n'avait pas forcément l'avantage, d'autant plus que le type avait l'air d'être portée sur le corps-à-corps quand le chasseur de primes préférait tirer de loin, bien caché.
Non, il faudrait user de diplomatie, la violence serait en dernier recours.

-D'accord, mais je ne compte pas laisser passer un contrat comme ça loin des taxes de la guilde. Commença Alphonse. On se partage la prime? 65-35, ça me paraît bien vu que t'as pas de flingue et que les mecs que je course en ont. A moins que tu saches des trucs sur eux et dans ce cas moitié moitié.

Le chasseur de primes jeta un coup d'oeil aux alentours, histoire de vérifier que personne ne s’intéresse de trop près à eux mais tout le monde se fichait délibérément de leur présence. Ils pourraient parler tranquillement, et accessoirement le plus fourbe pourrait tuer l'autre dans le plus grand silence, mais l'albinos espérait qu'aucun des deux partis n'en vienne à ces extrémités. De toute façon l'heure n'était plus aux suppositions mais au concret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Dim 17 Aoû 2014 - 22:16

En voyant que son jeune interlocuteur n'à pas l'air de vouloir se débattre et lui rentrer dedans, Jason relâcha sa prise contre celui-ci. Le visage du mystérieux inconnu semblait encore plus blanc maintenant qu'il le regardait de plus près, et il ne sait pas pourquoi mais cette allure si particulière ne lui inspirait aucune méfiance. C'est donc pourquoi, à cet instant précis, Jason décide de relacher le manche de son couteau, devinant qu'il n'en aura probablement pas besoin. De plus, les paroles qu'il venait d'entendre semblait également être honnête, alors autant répondre honnêtement :

** Collaborer ? Mh.. Pourquoi pas, après tout tu ne pouvais pas savoir que quelqu'un d'autre était sur le coup.. Mais pour le partage, ça m'semble pas très équitable tout ça.. Disons 60-40, mais je garde les objets de valeurs qu'on trouvera sur les cadavre, vu que toi t'as l'air d'avoir tout ce qu'il te faut et que moi j'serais pas contre un peu de matériel en plus. Mais si tu veux mon avis, on risque pas de trouver grand chose sur eux.. Des simples voleurs de brahmines qui s'y mettent à 3 pour un seul gars.. J'pense pas qu'ils soient bien dangereux... Donc il est possible qu'on re-négocie s'ils ne possèdent qu'un packet de RadApple vide.. Alors.. T'en dis quoi **


L'interlocuteur, se redressant légèrement contre le mur, s'apprête à répondre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 27/04/2013
Messages : 79
avatar
Alphonse Lebrac
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Lun 18 Aoû 2014 - 10:32

L'albinos réfléchit, 60-40? C'est vrai que l'argent importait plus que l'équipement, surtout que lui avait déjà son matériel comme l'avait fait remarquer son interlocuteur. En soi l'accord était honnête, et la possibilité de renégocier en cas d'absence d'équipement aussi, mais comme le disait le proverbe "Demande beaucoup pour avoir peu".
Proverbe qu'Alphonse comptait bien appliquer étant donné qu'à chaque contrat il pouvait finir à l'état de passoire ou pire en fonction de la mentalité de ses cibles.

-Ok, mais pour l'équipement on verra déjà ce qu'il y avant de se mettre à négocier là-dessus ; si ça se trouve c'est toi qui risque de m'entuber s'ils sont bien équipés. Répondit calmement Alphonse. D'ailleurs si les mecs ont réussi à faucher une bramhine à ce marchand... le gars qui a gueulé aurait sorti le fusil s'ils étaient mal équipés je pense. Et puis il connaît leurs noms. Il devait les connaître.
Mais soit, on s'arrangera sur les détails quand on verra leur matos. L'essentiel c'est déjà de savoir où ils sont. Ça te convient comme arrangement?


Intérieurement l'albinos espérait que oui ; ils n'avaient pas vraiment envie de jacasser et de passer des heures en négociation. Le temps c'était de l'argent, et ça valait encore plus quand l'on était chasseur de primes, après tout c'était son métier de tuer pour de l'argent. L'adrénaline qui montait au cerveau, y avait pas à dire c'était une drogue comme une autre ; certains levaient le coude, d'autres fumaient, lui avait besoin des frayeurs que son métier lui procurait. Quoique l'addiction était moindre comparée aux autres drogues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Lun 18 Aoû 2014 - 16:17


Suite à ces paroles, Jason rétorque l'air satisfait :

** Ça marche.. Bon vu que c'est toi qui a pris les info chez les Slave, j'te suis. Tu m'raconteras en route c'que tu sais sur ces types, Joe, David et Hoffman si j'me rappel bien. Au faites, moi c'est Jason.. **

Les deux hommes se mettent à marcher avant de sortir de la ruelle et de plonger dans la foule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Lun 18 Aoû 2014 - 17:16

Notre aventurier et le jeune chasseur de prime se baladèrent calmement ensemble, pour aller voir ce satané gitan malotru. Il était réfugié tout près du quai slave, accompagné de trois autres hommes qui étaient très intéressés par la prime... Autant de concurrents qui seraient peut-être bien gênant.

''Alors, c'est quoi le boulot exactement, monsieur ?
-Vos trois gars, ils sont partis où ?''


Le gitan hurla encore.

''LE SANG DE LEUR MORT ILS MANGERONT, CES TROIS ENFOIRÉS !
MOI CELA FAISAIT 2 MOIS QUE JE LES CONNAISSAIT ! MOI PUTAIN JE LES AI ACCUEILLIS CHEZ MOI ! JE VAIS LES DÉCHARGER DANS LA BOUCHE ESPÈCE DE PUTAIN !''


Il était encore reparti dans un flot d'insulte alors que Jason et Alphonse étaient tout près de lui.

''VOUS ALLEZ VOIR ! MOI CES 3 MECS ILS BOSSAIENT POUR MOI LES SALES CONNARDS ! TOUJOURS QU'ILS ESCORTAIENT MES BRAHMINES ! JE SUIS PAS N'IMPORTE QUEL MARCHAND, MOI ! QUE DE LA BONNE EAU ET LES MEILLEURES LIQUEURS DE PARIS ! MOI JE ME FAIS PLEIN DE POGNON !
ET UN BEAU JOUR, LA, CES 3 POUILLEUX ME DISENT QUE JE LES PAYE PAS ASSEZ ! QUE MAINTENANT TOUT LE COMMERCE DE L'EAU IL EST A MONTPARNASSE ! QU'ILS VEULENT 50 ANNEAUX CHACUN !
ALORS JE LEUR CASSE LA GUEULE !''


Il donna de vifs coups de poing dans l'air.

''MAIS CES 3 CONNARDS, IL ME TOMBENT DESSUS, ILS ME FRAPPENT, ET ILS VOLENT TOUTE MA CARGAISON !
-De quoi ils ont l'air ?
-VOUS SAUREZ DE QUOI ILS ONT L'AIR ! CE SONT TROIS FILS DE PUTES RECOUVERTS D'ARMURES EN MÉTAL ! ILS ONT DES FLINGUES, AUSSI ! DES FLINGUES A BALLE ! DES STIMPAKS ! CES ENFOIRÉS ONT PRIS TOUT L’ÉQUIPEMENT RÉSERVÉ A LEURS ESCORTES !
-Vers où ils se dirigent ?
-VERS MONTPARNASSE ABRUTI ! MAIS L'EAU DE MES BRAHMINES ÉTAIENT CENSÉS ÊTRE VENDUS A L'ARC DE TRIOMPHE ! JE SUIS SÛR QU'IL VONT ALLER LA-BAS, MAIS ONT GARDE LE POGNON POUR EUX-MÊME AVANT D'ALLER VERS MONTPARNASSE ! PEUT-ÊTRE QU'ILS VENDRONT MÊME MES DEUX BEAUX BRAHMINES LA-BAS !
-C'quoi la prime ?
-130 ANNEAUX PAR TÊTE ! VOUS M'AVEZ ENTENDU ! JE VEUX VOIR LEURS TÊTES ! ET JE VOUS FILE LE POGNON !
-Et l'eau qu'ils auront vendus ?
-SI VOUS TROUVEZ LE POGNON QU'ILS ONT GAGNES, JE VOUS LAISSE LE GARDER !''


Apparemment, l'un des trois chasseurs de prime concurrent était juif, parce qu'il calcula immédiatement ce que ça valait.

''Les brahmines porteurs d'eau transportent 6 sacs a eau de 18 litres. Donc 108 litres d'eau... 216 litres d'eau en tout... Avec 2 anneaux le litre... 432 anneaux qu'ils portent sur eux, les mecs, si ils ont rien acheté entre temps ! Et si on arrive a ramener les 3 têtes, ça fait 822 anneaux ! Divisés entre nous 3, ça fait 274 anneaux chacun ! Sympa, non ?
-Ouais... ça va égayer ma journée...
-Ok, c'est quoi le plan alors ? On va à l'Arc de Triomphe ? Monsieur, depuis combien de temps ne sont-ils plus là ?
-ILS SONT PARTIS HIER A 20 HEURES 30 !
-Parfait ! Ils ont dû passer la nuit à l'Arc de Triomphe ! On part directement à la Tour et on les trouves là-bas !
-Mouais, c'est hasardeux... Ce serait pas mieux de partir vers l'Arc pour demander des infos ?
-Et perdre 3 heures ? Non merci ! Monsieur, on vous ramènera les trois têtes !''


Nos 2 comparses avaient donc de la concurrence sur leurs bras, mais ils connaissaient maintenant les prix !
Avec leur argent, ils pouvaient acheter du matériel au marché de la gare, partir en direction de l'Arc de Triomphe ou tenter de rejoindre Montparnasse.

Attention : La Tour Montparnasse n'est pas dans le territoire de la FNF. Attendez vous a tomber sur des bêtes sauvages, des radiations, ou divers gangs psychotiques sur votre chemin... C'est ça, la vie dans les Terres Désolées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 13/08/2014
Messages : 19
avatar
'Jason "Perce-Oeil" ♣
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Mar 19 Aoû 2014 - 16:17

Jason assiste avec attention l'entièreté de la discussion entre ses nouveaux concurrents et le vieux Slave, et en profite pour observer ceux-ci minutieusement. Ils ont plus l'air d'une bande de branque qu'autre chose, mais en admettant que la tâche ne soit pas insurmontable et qu'ils soient assez rapide pour y arriver en premiers, ils pourraient représenter un obstacle à prendre en considération. Quand la conversation touche à sa fin, Jason commence à réfléchir à un moyen sûr de se débarasser la concurrence, les yeux dans le vide en se grattant lentement le crâne. Et après quelque instants, il attrape le bras de son nouvel associé afin de le mettre à part pour discuter discrètement. Il l'emmene donc derrière une petite boutique à quelques mètres sur le côté, et commence à lui parler à voix basse :

** Ecoute, voila c'que j'te propose l'ami. Si on part maintenant pour Montparnasse.. On peut avoir une petite dizaine d'heures d'avance sur ces mecs là, à condition qu'on se magne le train comme jamais. Ils vont sûrement se préparer avant de partir, ce qui va leur prendre un peu temps. Moi, je peux me déplacer vite et silencieusement s'il le faut, sans compter que j'ai assez d'eau et de nourriture pour le voyage. Ce sera pas forcement facile, mais c'est le seul moyen que j'vois pour être sûr de les laisser dans not' sillage et de pas les avoir dans les pattes. Ce serais vraiment trop con de les laisser s'accaparer de not' paie. T'en penses quoi ?

L'albinos se met à réfléchir pendant quelques instants à propos de ce plan proposé par Jason...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 27/04/2013
Messages : 79
avatar
Alphonse Lebrac
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   Mer 20 Aoû 2014 - 10:11

Son nouvel associé voulait donc partir pour Montparnasse, mais il se pouvait très bien qu'ils soient toujours à l'Arc de triomphe pour brouiller les pistes. Ce ne serait pas la première fois qu'on lui ferait un tel coup et les trois concurrents semblaient partants pour aller directement à Montparnasse. L'albinos évalua le pour et le contre, le simple fait de se taper de la marche en territoire hostile hors de portée de la FNF faisait réfléchir ; cela valait-il quatre cents anneaux? Il n'aurait aucun problème avec la dissidence étant donné que c'était un chasseur de primes de la guilde et pas de la FNF.
Mais ils n'avaient aucun garanti qu'ils soient à Montparnasse, beaucoup trop d'aléatoire au goût d'Alphonse qui préférait savoir dans quel terrain il évoluait.

-C'est la merde... Soupira-t-il. Soit ils sont à Montparnasse et à nous la prime, soit ils sont toujours à l'Arc est là on l'a dans l'os. Ce qui m'inquiète c'est que si on laisse en plan les trois types on risque de les avoir dans le dos au retour. Chuchota l'albinos. Je récupère mon sac et on part pour Montparnasse et on se grouille, on va passer près des Wendigos et des hurleurs, aucune envie de me faire flinguer. Vaudrait mieux qu'on fasse un petit détour non? Les types qu'on recherche risqueraient pas de perdre leurs brahmines pour gagner une heure ou deux non?

Lui en tout cas, ne se risquerait jamais à passer en territoire psychotique avec deux poids morts qui le ralentiraient non. Lui passerait en courant comme un dératé en priant pour qu'on ne le remarque pas avant qu'il ait franchi la zone. Surtout que terminer dans l'assiette d'un cannibale ne le tentait pas de masses.

-Supposons qu'ils aient passé la nuit à l'Arc, peut-être qu'on pourrait chopper des infos sur eux chez les tunneliers où à Nécrop vu que c'est près de leur route. Je suis de la guilde, normalement devrait bien y avoir un collègue qui pourrait nous aiguiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Grand Voyage [Partie I]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Grand Voyage [Partie I]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Grand Voyage [Partie I]
» Le début d'un grand voyage
» Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]
» Sauron Le Grand (prochaine partie) FINISHED !
» Le Grand Voyage vers la Forêt Noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Autres Lieux :: Le Marché de la Gare-