Partagez | 
 

 Rien ne va plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Age IRL : 25 Masculin
Ville IRL : Mulhouse (68)
Inscription : 16/07/2013
Messages : 251
Fonction : Admin
avatar
Zoé "Akhaten" Grégeois
MessageSujet: Rien ne va plus   Sam 2 Aoû 2014 - 16:02


Lorsque les filles entrèrent dans le bordel par la grande porte d'entrée, le jour commençait déjà a décliner. L'absence de la maquerelle ne l'avait pas empêcher de tourner, plusieurs clients traînaient dans le bar avec des filles pour tous les goûts. En voyant leur patronne allongée dans un brancard improvisé fait de bric et de broc tiré par une tatouée, les porte-flingues se précipitèrent pour la soulager de son poids et l'aidèrent à installer la malheureuse dans son grand lit. Visiblement le choc qu'elle avait subi l'avait mise dans un sale état, son crane saignait. Après avoir été soignée, elle reprit doucement conscience et ordonna à ses hommes de suivre les instructions de la Malebranche pour l'instant.

Akhaten ordonna qu'on mette tout le monde dehors immédiatement et que les alentours soit surveillés au cas où le Trident les aurait suivies jusqu'ici. Il fallut tout de même quelques minutes avant que chacun se trouve un poste et que les clients débarrassent le plancher ; les filles s'occupèrent de leur protectrice pendant que la Malebranche restée seule visitait les lieux pour en apprendre plus sur la vie de son jouet lorsqu'elle n'était pas avec elle. Manifestement, Emily ne s’embêtait pas, c'était une femme d'affaire forte et puissante. Qui aurait pu le croire ? Pas Zoé en tout cas.

En voulant se servir à boire derrière le bar, elle ouvrit un tiroir à la recherche d'un décapsuleur pour ouvrir une bouteille de Nuka Cola, on en trouvait si peu dans la région. A l’intérieur, elle ne trouva pas que ce qu'elle cherchait, au fond du tiroir se trouvaient plusieurs doses de Psycho. Cette couleur particulière ne la laissa pas indifférente. Tout en dégustant son soda, elle observa plus attentivement les seringues et se souvint. C'était le fameux psycho de H&V que lui avait donné cette goule de Necrotopia en échange du feu grégeois.

Ce foutu zombie l'avait bien roulée avec sa piste à la con. Dès le début Zoé ne l'avait pas sentit ce type, sans mauvais jeu de mot, et voilà qu'elle s'était retrouvée entre les feux de deux armées, tout ça pour rien. Il ne perdait rien pour attendre celui-là, mais ce qu'elle ne savait pas, c'est que la piste n'était pas fausse, elle était juste arrivée trop tard.

En y réfléchissant de plus près, il semblait finalement logique de retrouver ce produit ici, chez Emily, déjà à l'Arc elle était avec ce type qui ne lui revenait que maintenant, tout concordait. Mais qu'est-ce qu'elle était allée se fourrer dans cette affaire crapuleuse ?! Soudain un homme entra essoufflé dans le bordel.
"- Deux personnes sont en approche, annonça le garde.
- Juste deux ? demanda Akhaten.
- Oui, une femme et un homme d'après ce qu'on a pu voire.
- Hum, restez caché et laissez les passer, si ils entrent ici, je m'occuperais d'eux moi-même. Soyez sur vos gardes, ce sont peut être des assassins envoyés par le Trident."

H et Mathilda rentrèrent calmement dans le bordel. Aucune lumière, aucun bruit, l'endroit était désert. Ils firent quelques pas jusqu'au centre la pièce principale et un grésillement se fit entendre. Le plafonnier juste au dessus d'eux s'alluma timidement et les baigna d'une lumière jaunâtre comme un mauvais spot dans une salle de spectacle. Les lattes du plafond un peu plus loin craquaient comme si quelqu'un s'y déplaçait. Puis une silhouette apparue face à eux en amont sur la balustrade qui reliait les chambres du première étage. Elle n'entra pas tout à fait dans la lumière de manière à ce que son visage tatoué n'apparaisse pas distinctement.
"- Décidément H, tu es encore là, comme la vérole dans les bidonvilles de Neuilly."

HJ:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 22 Masculin
Inscription : 31/08/2012
Messages : 419
avatar
Arnold Habdaik "H"
MessageSujet: Re: Rien ne va plus   Dim 14 Sep 2014 - 18:31

Spoiler:
 








[Nécrotopia - bar des immondices]


- ... ouais, ouais. Ent' dix huit heures et dix neuf heures patron.
Reçu, compris et enregistré !

Et il en alla d'un p'tit ricanement, se croyant certainement comique en appuyant sa phrase par une parodie de salut militaire.
- Mais heu... c'quoi l'nom du gars d'jà ?
H se releva légèrement sur son siège. Son visage était resté aussi parfaitement impassible. Mais intérieurement... hé, intérieurement il sentait sa patience se briser, laissant place à une très forte et inconfortable irritation face au benêt se tenant devant lui.
Les deux benêts plutôt, même si le deuxième avait atteint un stade bien plus avancé. Les légendaires, les inénarrables Phillibert et Phillémon. Les deux Phil', les deux couilles pendant mollement au bout du manche à balais de la stupidité crasse.
H reprit depuis le début, calmement, détachement bien chaque mot pour leur cerveaux lents et certainement bouffés par les vers.
- Ce soir, entre 18 et 19h, dans le couloir Est donnant sur la Cour Marly...
Arnold concentrait son flot de parole sur Phillibert, le petit nerveux accroc au psycho. L'autre son colosse de frère était une cause perdue, parler avec un mur aurait été plus constructif.
- Joseph Jensènne, un humain, la vingtaine, blond cheveux long...
- On l'plante ! S'écria Phillémon dans le bar qui était heureusement vide à cette heure ci.
Arnold ne pu réprimer un froncement de sourcil. Bon, au moins ce grand couillon a retenu quelque chose.
- Oui. Appelez par son nom et son prénom, pour être sur que c'est lui dans le doute... Bref, un de vous se place d'un coté du couloir et l'autre sur la sortie.
Une fois mort, laisses cette note sur son corps.

Arnold fit glisser une page jaunie arrachée à son cahier de notes.
- Ah j'suis con ! Ouais la note, j'l'avais oubliée.
Il se crispa légèrement, plongeant bien ses yeux dans ceux vitreux et injectés de sang du petit caïd. Arnold était épuisé, angoissé et en proie à l'insomnie depuis peu. L'absence de nouvelles de son associés et sa dernière prise d'Héraclès l'avait un peu mis en vrac et il était plus que difficile pour lui de garder son calme impérial à ce moment là.
S'appuyant un peu plus sur la table, il joignit son pouce et son indexe en "O" comme à son habitude quant il appuyait bien l'une de ses paroles.
- C'est important si tu veux avoir ta paie.
Donc ; 18 heure ce soir, vous attendez Joseph. Si vous ne l'avez pas à l'aller, vous l'aurez au retours. Tuez le, arme blanche, pas de cris, pas de bruits. Et laissez la note en évidence.

- Compris, compris patron.
- Je l'espère sincèrement. Trancha-t-il dépourvu de la moindre trace de sympathie.

Les deux frères se levèrent, un peu penaud et traversèrent ainsi le bar désert, leur objectif bien en tête à force d'avoir été répété. Arnold resta assis, il attendait encore du monde en cette fin d'après midi bien chargée pour une goule bien fatiguée.
Les événements dans la capitale c'était... précipités. Leur petit monde post-apocalyptique venait d’être sérieusement chamboulé. Le putsch de Nécrotopia venait soudain de disparaître des discussions de comptoir, remplacé par l'attentat. Des milliers de morts, encore plus de réfugiés. C'était devenue la seule et unique discutions possible, du moins ici.
La chute de Métrop'.
Une tragédie ?
Non. Pour Arnold cela était une opportunité. Oh, pour lui comme pour beaucoup d'autres. Métrop' étant un des principaux lieu économique de ce nouveau Paris... sa chute augurait ce qu'Arnold voyait comme une mêlée générale. Il n'y avait plus de coursiers, plus de miliciens, plus de Trident. Oui. La lutte à venir sera forcément sanglante mais ceux qui réussirons à sortir vainqueur de la mêlée, trônant en haut de la pile des cadavres de ses adversaires raflerons la mise, posant les bases d'un nouveau Paris post-apocalyptique.
Et cela vient de commencer maintenant. Pensa-t-il en regardant ses deux tueurs disparaître à la sortie du bar. C'était là un début bien modeste somme toute : il y avait donc ce Joseph, peau lisse récemment arrivé en ville suite au putsch de la FNF. Il vivait dans la cour principale du Louvres, dans une grande tente, vivant à ses débuts de menus larcins. Mais il s'était rapidement constitué un petit réseau et se mettait déjà à rêver de grandeur. Lui et ses potes étaient passés de simple Tox se défonçant tout les soirs dans leur tente et dealant de temps à temps à revendeur plus actif. Et il n'a même pas pris la température du coin avant de ce lancer dans ce business. Il n'avait pas du y réfléchir plus de quelques secondes quant aux risques encouru. Et voilà donc que du jour au lendemain Jospeh Jensènne ('JJ' de son nom de petite frappe) s'était mis lui et ses potes à revendre du psycho du Trident.
Arnold ne mit pas longtemps à découvrir qui lui fourguait la came. Et ce mafieux était déjà nommé comme étant la prochaine cible, mais cela c'était une autre histoire.
Avec la chute de Métrop', JJ n'avait plus son arrivée hebdomadaire de marchandise (une poignée de seringue en vérité, mais dénotant une fâcheuse impression que le Trident essaye de s'implémenter de nouveau au Louvres) et commençait à se retrouver à perte, devant même se passer des services de la petite frappe lui servant de garde du corps.
C'était donc le moment d'agir. Les deux Phil' s'occuperont de liquider ce misérable caïd mais le plus important dans l'opération pour Arnold était bien se se réapproprier le réseau de revendeurs de JJ.

- Tu es en avance.
- C'est un reproche ?

Mathilda resta plantée devant Arnold. L'ex soldate de la glorieuse République était en tenue de combat, prête à affronter les Terres Désolés. En quittant le corps armé, elle avait du rendre l'équipement.
Oh, évidement il lui restait quelques "souvenirs"...
- C'est une bonne chose.
Tu es prêtes ?

La goule se leva à son tour, faisant pale figure dans sa blouse blanche crasseuse face à cette femme dans son patchwork d'armure.
- Équipée et parée.
Fit-elle en sortant sa mitraillette FNF-90 et décrochant une grenade qu'elle gardait caché. Là encore H ne rivalisait pas avec son bien pauvre Garibaldi et son inexpérience au champ de tir.
- Allons y alors. Il me tarde d’être fixé.
Voilà que trop longtemps qu'il n'avait eut de nouvelles de ses associés.
Direction le bordel d'Emily pour commencer.



* * *


Le duo était bientôt arrivé à destination. Arnold, l'esprit encore trop retourné de sa dernière injection d'Héraclès n'avait pas pipé mots du court voyage. Tout semblait lointain par moment, même ce qu'il ressentait ne semblait lui parvenir qu’après une longue pérégrination à travers un brouillard épais, ses membres s'engourdissaient parfois.
- Ça a l'air calme.
Levant la tête, il vit la grande bâtisse à quelques mètres.
- Trop calme. Fit il en se tournant vers la soldate.
Arnold se fustigea d'avoir amené avec lui son apprentie. Si il avait prit Mathilda sous son aile s'était bien pour qu'elle prenne la relève en cas de pépin, pas pour qu'elle meurt avec lui stupidement.
Celle ci avait bien senti la méfiance qui s'était dégageait de son patron, elle arma son arme encore dans son holster et passa une main dans son dos, attrapant une grenade. C'était toujours pratique une bonne petite explosion pour se carapater dans la confusion quant les choses tournaient mal.
La goule entra en premier, se plaçant bien devant Mathilda. Si on devait leur plomber le buffet autant que ce soit lui qui ramasse les premiers coups se disait il.

Et effectivement, la situation puait le guet-apens, la grande salle était déserte.
- Miss Baker ?
H garda sa protégée derrière lui en l’empêchant d'avancer avec son bras.
Une voix se fit entendre depuis la balustrade du 1er :
- Décidément H, tu es encore là, comme la vérole dans les bidonvilles de Neuilly.
- On peut dire que vous savez accueillir m'dame. Sympas l'accueil. Siffla-t-elle acide.
- Ce n'est pas Emily.
Si cette silhouette ne s'était cachée dans l'ombre, Mathilda l'aurait immédiatement reconnue, c'est qu'elle avait déjà croisée brièvement la tatouée à Nécrotopia.
- Il y a eu changement de direction et je n'ai pas était prévenu ?
Arnold garda la main dans ses poches. Que devait il percevoir de ce que venait de dire la tatouée ? Evidemment que je suis là, Emily est mon associée.
- J'espère que ton hospitalité est du même niveau que ton sens de la mise en scène.
Il marcha calmement jusqu'à la table la plus proche, tirant une chaise et prenant même la peine de la soulever légèrement plutôt que de la racler bruyamment contre le parquet. Drôle de situation, pleins de questions lui venait mais il ne voulait pas commencer d’ambler et paraître trop agressif ou insistant, Arnold ne savait pas comment réagissaient les Malebranches.
- Ta chasse à l'Ouest c'est bien passée ?
Voilà une question qu'il espérait aimable.
Il espérait aussi que cette maudite femme daigne descendre, c'est qu'il allait se faire mal au cou à la regarder d'en bas comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 25 Masculin
Ville IRL : Mulhouse (68)
Inscription : 16/07/2013
Messages : 251
Fonction : Admin
avatar
Zoé "Akhaten" Grégeois
MessageSujet: Re: Rien ne va plus   Ven 19 Sep 2014 - 14:29

Assis dans la pale lueur du bar, le chimiste ne put pas voire le visage de la tatouée se défaire lorsqu'elle compris qu'il l'avait reconnu. Elle avait été décontenancée pendant quelques instants, mais ne voulu rien laisser paraître.
- Cette chère Emily est indisposée pour le moment, dit elle d'une voix volontairement calme. Je dois dire que ce n'est pas toi que j'attendais, mais en voyant le psycho qui est consommé ici, je ne suis pas si surprise de te voire ici. Et maintenant que tu es là, profitons en pour mettre à mal un petit malentendu.

Zoé recula dans l'ombre avant de réapparaître dans l'escalier et de se diriger vers le bar. Là elle décapsula encore deux bouteilles de Nuka Cola, puis en servi une à Arnold et garda la seconde ; ce breuvage avait un certain côté addictif. Elle ne connaissait pas la chienne de garde de la goule et pour le moment n'avait nullement l'intention d'en apprendre plus.
- Je ne te ferais pas l'affront d'essayer de t’empoisonner, même si ce n'est pas l'envie qui me manque. Entre alchimiste, je serais bien prétentieuse de penser que tu n'y verrais rien.
Maintenant assise à la gauche de H, elle jeta un regard insistant sur Mathilda en face d'elle.
- Tu comprendras vite que mon hospitalité ne dépendra que de toi !
Il ne fallait surtout pas relâcher la pression, ce zombie en avait dans la cervelle, tout laissait penser qu'il n'était pas du genre à se laisser impressionné de la sorte. Afin qu'il comprenne bien l'étendu de la situation, mieux valait montrer sans attendre quel serait le ton de la conversation.

Bien sur, la Malebranche envisageait assez sérieusement d'en finir avec ce dealer trop ambitieux. On ne pouvait pas s'en sortir impunément après l'affront de l’échec de l'Ouest. Cependant, la goule pouvait encore lui servir, surtout qu'elle avait un atout de taille.
- Puisque tu en parles, mon escapade n'a pas été un franc succès. J'y ai perdu un bon ami lorsque nous nous sommes retrouvés entre les deux feux d'une bataille meurtrière.
Il y avait flanqué sur sa face un sourire malsain qui lui donnait un aire calmement bizarre.

Zoé avala quelques gorgées de soda.
- Si tu me disais plutôt comment vont tes affaires. Est-ce que le feu grégeois te plaît ?
Son intonation s'était faite plus avenante, pourtant la tension entre les deux protagonistes ne baissait pas. L'apprentie de H avait sa grenade à la main, celui-ci gardait sa main profondément dans sa poche et Akhaten avait eu le temps de préparer les lieux pour le pire des scénarios ; cela lui importait peu de laisser les lieux en l'état.
- En tout cas, je peux te dire que ton psycho a trouvé ses amateurs de mon côté, même si je le trouve un peu trop propret pour certains usages.

Ses yeux se plissèrent légèrement en direction de la goule, puis un gros moustique vint se poser sur son nez. Elle loucha pour le regarder et secoua les narines pour le faire s'envoler, mais il ne bougea pas. Un petit « Peste blanche ! » lui échappa avant que l'insecte n'esquive de justesse une claque que la psychotique venait de s'envoyer en pleine face.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 22 Masculin
Inscription : 31/08/2012
Messages : 419
avatar
Arnold Habdaik "H"
MessageSujet: Re: Rien ne va plus   Dim 28 Sep 2014 - 16:46

... Et maintenant que tu es là, profitons en pour mettre à mal un petit malentendu.
La tatouée sortie de l'ombre telle une apparition, amenant avec elle comme une houle présageant la tempête. Arnold n'avait reconnu que sa voix, il savait pertinemment qu'il s'agissait de la malebranche et, pourtant, à la vision claire de cette psychotique descendant les escaliers grinçant du bordel il ne put réprimer un désagréable frisson de mal-aise.
Un malentendu... Ce mot ne présageait jamais rien de bon, encore moins prononcé de la bouche de cette sataniste ou quelle que soit sa secte.

Pourtant, son comportement tranchait totalement avec le ton employé. Une bouteille de soda déjà décapsulée glissa jusqu'à lui alors qu'elle prenait place à sa gauche.
- Je ne te ferais pas l'affront d'essayer de t’empoisonner, même si ce n'est pas l'envie qui me manque. Entre alchimiste, je serais bien prétentieuse de penser que tu n'y verrais rien.
Arnold regarda les bulles pétiller à la surface noirâtre de la boisson gazeuse, mais n'y toucha pas. Peur du "poison" ? Non, la malebranche venait à l'instant de les ouvrir et il avait entendu distinctement le gaz s'en échapper, la bouteille n'avait donc pas été ouverte puis refermée.
Mais il souffrait d'un affreux mal de tête depuis sa dernière descente il y a quelques heures, comme si un mutant lui serrait le haut du crane de ses deux mains de colosse. Du sucre en cette telle concentration que seul les américains de l'époque pouvait ingurgiter comme de l'eau, sans compter toutes les merdes chimiques ayant amenés d'ailleurs au fameux scandale de 2065 en rapport aux enfants qui auraient perdus la vue à cause d'une trop forte consommation... non, franchement non, ni maintenant ni jamais.

Il écarta la bouteille, ce qu'interpréta certainement la psychotique comme un geste insolent ou grossier à son égard.
- Tu comprendras vite que mon hospitalité ne dépendra que de toi !
Pourquoi autant d'hostilité ? Était-ce son acolyte qui la mettait autant sur ses gardes ? La goule ne put que jeter des regdards furtifs aux alentours, cette bonne femme montrait une telle assurance qu'on croirait que le bordel tout entier était sous sa possession, que d'un simple geste une horde de malebranche sortirait des placards et des combles.
- Ta chasse à l'Ouest c'est bien passée ?
- Puisque tu en parles, mon escapade n'a pas été un franc succès. J'y ai perdu un bon ami lorsque nous nous sommes retrouvés entre les deux feux d'une bataille meurtrière.
- J'aurais espéré sincèrement une réussite, j'ai mis du temps et de l'argent pour te trouver cette information.
Il avait eut quelques retours sur le raid de la FNF à l'Ouest, grâce aux contacts de Mathilda, apparemment un succès les nomades psychotiques totalement éliminés.
- Si tu me disais plutôt comment vont tes affaires. Est-ce que le feu grégeois te plaît ?
En tout cas, je peux te dire que ton psycho a trouvé ses amateurs de mon côté, même si je le trouve un peu trop propret pour certains usages.

Le chimiste était resté un moment pensif, une main sous le menton, le regard porté loin derrière son interlocutrice. Oh, il aurait voulu savoir le pourquoi d'une telle hostilité, ce qu'il s'était exactement passé là bas à l'Ouest... ou abréger le plus rapidement cette mascarade. Mais c'aurait été une erreur "tactique", il ne la connaissait pas, ne savait rien sur sa façon de réagir ou comment mener une discutions avec elle.
Il préféra rester calme et courtois, une hausse de ton aurait relancé ses migraines.
- Les affaires s'annoncent... intéressantes. Avec les événements récent la donne est différente. Et elle est à mon avantage.
- Où est Emily ?
Mathilda le prit lui même de court. Le chimiste referma sa bouche sans rien lui avoir dis, il serait stupide de se dresser contre son associée en la sermonnant devant la malebranche alors il se retourna vers cette dernière.
- Effectivement, voilà bien une question qui mérite réponse.
Et de savoir pourquoi cet endroit est aussi vide. Vous êtes sans savoir qu'Emily est plus qu'hostile au Trident et toute cette pègre, en plus d’être une cliente. Et voir cette endroit aussi vide, sans trouver trace de sa propriétaire est assez... déstabilisant.


beaucoup trop tendue, Mathilda avait déjà dégoupillée sa grenade, mais gardant ferment sa main dessus maintenant le levier métallique en place. Au moment même où elle lâchera son emprise le levier se détachera, libérant le percuteur qui viendra frapper l'amorce et ainsi entamer le décompte avant explosion.
- Où est elle ?! Que c'est il passé ici ?
Arnold se décida à prendre une grande gorgée de Cola, quitte à crever...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age IRL : 25 Masculin
Ville IRL : Mulhouse (68)
Inscription : 16/07/2013
Messages : 251
Fonction : Admin
avatar
Zoé "Akhaten" Grégeois
MessageSujet: Re: Rien ne va plus   Mar 7 Oct 2014 - 23:29

- Les affaires s'annoncent... intéressantes. Avec les événements récent la donne est différente. Et elle est à mon avantage.
Zoé eut un rictus, elle repensait à l'image de l'associé du dealer enchainé en pleine descente dans une cage en bois chez les négriers. Elle s’apprêta à rire avant d'en dire plus quand elle fut prise de court par l'autre fille.
- Où est Emily ?
- C'est qu'elle sait parler ta copine ...
- Effectivement, voilà bien une question qui mérite réponse.
Et de savoir pourquoi cet endroit est aussi vide. Vous êtes sans savoir qu'Emily est plus qu'hostile au Trident et toute cette pègre, en plus d’être une cliente. Et voir cette endroit aussi vide, sans trouver trace de sa propriétaire est assez... déstabilisant.

Encore un rictus pour la psychotique, c'était agaçant les gens qui se riaient de tout …

Dans le silence pesant de la pièce, Akhaten entendu un petit cliquetis en provenance de Mathilda. Ca ne présageait rien de bon, la tension était à son comble, même la démone n'était plus certaine de sortir de cette situation vivante.
- Où est elle ?! Que s'est il passé ici ?
Arnold se décida à prendre une grande gorgée de Cola, le poison lent ne tarderait plus à se rependre dans le système sanguin de la goule. Impossible de dire si cela pouvait avoir un quelconque effet sur une créature si terriblement détruite. Quoi qu'il en soit, même si cela n'avait jamais été prouvé officiellement, les vertus cancérigènes du fameux Nuka, ingrédient secret du soda, était bien réelle.
- Met lui sa laisse, elle pourrait se faire mordre !
Après lui avoir jeter un regard à flinguer une mouchame, elle se tourna vers son interlocuteur privilégié.

- La piste que tu m'a donnée ne m'a menée nul part ! grogna-t-elle. Il n'y avait rien, pas de couteau, pas d'écrivain !
A cet instant, plus rien ne comptait, la Malebranche crachait sa rage d'une voix de lionne.
- Juste une bataille sanglante et inutile. Je ne vais pas en rester là avec toi !
Sans s'en rendre compte, elle venait de dévoiler une faiblesse. Elle aurait voulu rembobiné mais il était trop tard, elle venait d'avouer d'une certaine manière sa peur de mourir. Absurde ! se dit elle, je n'ai pas peur de la mort car je elle est mon alliée.

Elle calma un peu le jeu, la colère la faisait trop parler.
- As-tu déjà entendu parler de la roue de la fortune, H ? Elle tourne … sans arret … et quand quelque chose s'améliore, une autre se détériore. Nous autres, habitants de l'enfer, nous la connaissons bien, ses caprices font partie de l'univers …
Pour l'instant, elle restait énigmatique, c'est comme ça qu'elle prenait son pied, en jouant des manières théâtrales, elle s'assurait de rester imprévisible en toutes circonstances.
- La roue t'a offert l'affaiblissement de ton ennemi et pour cela elle t'a pris un ami.
Le chimiste, qui n'était pas bête, devait commencer à comprendre.
- Heureusement pour toi, je connais la fortune et elle me dit que tu auras encor un rôle à jouer ... Mais moi, j'ai un sérieux doute !
Elle perça si profondément les yeux d'Arnold de son regard tatoué de courbes hypnotiques, qu'il pu sentir ce qui lui restait de poils se hérisser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rien ne va plus   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rien ne va plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Rien pour écrire à sa mère...
» Plus rien, ni personne. (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives ::  Monde RP :: Autres Lieux :: Bordel d'Emily Baker-