Partagez | 
 

 Le fléau et ses femmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Le fléau et ses femmes   Lun 24 Fév 2014 - 20:34

Après l'altercation entre Lino Martinez et la femme aux cheveux blonds, Cassandre était rentré dans ses appartements pour tenter de reprendre son calme. La détestable maquerelle était une allié du trident et ne comptait pas que ça change. Pourtant, oui pourtant c'est ce même trident qui avait refusé de lui apporter son aide en raison du contexte actuel. Il ne semblait pas envisageable de mobiliser des hommes pour retrouver une fugueuse qui devait déjà être au moulin Rouge maintenant. Certes, Cassandre et Billie n'étaient pas en accord, certes elles s'étaient violemment disputés la veille, mais elles s'étaient réconciliées. La dirigeante du bordel est peu être dure parfois même cruel, mais elle aimais profondément ses gagneuses, autant que les anneaux que celles-ci lui rapportaient.

Non, elle savait que Billie ne s'était pas enfuie. Elle le sentait comme elle avait flairé un sale coup en voyant ces goules trainer près d'elle sans avoir de quoi consommer. Elle secoua un bouteille d'eau pour faire remonter les dépôts terreux, soupira et la fracassa au sol. Demander de l'aide à ceux qui vivaient dans la ville des goules n'était qu'une perte d'anneaux, elle allait surement devoir agir elle même, hors de question de laisser des types se foutre d'elle dans son propre quartier. Elle s’apprêtait à sortir pour reprendre sa gueulante quand on frappa à la porte. Elle grogna et poussa les débris du pied droit.

"Qui c'est ? Entrez !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/08/2012
Messages : 267
Fonction : Modérateur
avatar
Alexandre Fontaine
MessageSujet: Re: Le fléau et ses femmes   Lun 24 Fév 2014 - 22:48


Un homme était arrivé. Il avait l'air complètement affolé. Il était entré, pas un bonjour, pas un signe, rien. Il s'était juste contenté de foncer dans le bureau d'Abomination pour une requête qui semblait des plus urgentes. Alexandre s'était posé comme à son habitude sur le comptoir, discutant un peu avec les sœurs siamois. Il n'avait pas été très présent ces derniers temps à cause de quelques soucies personnels mais il comptait bien retourné à la chasse avec une ambition qui avait été multiplié à cause de ce manque d'actions de ces derniers temps. Une vingtaine de minutes plus tard, l'homme sortit du bureau d'Abomination et repartit aussi vite qu'il était arrivé. Ricardo s'approcha d'Alexandre et il lui dit :

- Le Patron veut te voir.

Le chasseur au masque acquiesça de la tête et se dirigea vers le bureau d'Ab'. Il voyait d'ici la mission, il allait devoir régler le problème de l'homme qui venait d'entrer. Lorsqu'Alexandre entra dans la bureau d'Ab', celui-ci comme à son habitude l'attendait avec un sourire quelque peu agacé. Il regarda son Chasseur et lui annonça :

- Cassandre, cette bonne vieille Matrone à besoin de ton aide. Une de ces gonzesses à disparut dans la nature après une dispute. Faudra que tu ailles la voir pour en savoir plus. Vas-y au plus vite, elle est dans un état pas possible.

Pas un mot sortit de son masque, il partit sur le champs.

Une heure plus tard, le voilà qui arrivait de nul part, il était arrivé devant le bordel de Cassandre. La marâtre était quelqu'un de dangereux. Vous lui causez du tord et vous avez quelqu'un dans votre dos jusqu'au restant de vos jours, et il ne valait mieux pas que ça soit quelqu'un comme Alexandre. Le Chasseur de Prime était quelqu'un de redoutable et si il vous reconnaissait, il aurait vite fait de vous sauter dessus. Pour le moment, il devait voir Cassandre et après il irait s'occuper du cas de ceux qui avaient kidnapper la prostituée de Cassandre et heureusement pour eux qu'il avait encore son masque car l'homme se sentait prêt à arracher une oreille ou deux avec ses dents si il en avait les capacités, il y avait des vestiges de son passé de tribal qui avaient du mal à disparaître dans ce qu'il était devenus aujourd'hui. Lorsqu'il arriva devant le wagon ou se trouvait la marâtre, certaines prostituées le regardait avec une crainte apparente dans leur regard, elles avaient peur que Cassandre sorte pour pousser une gueulante. Le colosse se dirigea devant la porte et tambourina un bon coup pour se faire entendre. Lorsqu'il entendit qu'il put entrer, il ne se fit pas attendre et ouvrit la porte.  La grosse était dans un état pas possible, sa chambre était dans un état lamentable. Alexandre resta dans le pas de la porte, porta ses mains au col de son manteau et il s'annonça de sa voix modifié par le masque :

- Il paraît que vous avez besoin de moi pour retrouver une de vos employées. J'écoute.


Et il écouta, patiemment et attentivement.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Le fléau et ses femmes   Mer 26 Fév 2014 - 18:50

Cassandre dans toute sa splendeur jugeait son invité d'un regard méfiant, elle avait d'abord cru avoir affaire à un homme du trident, puis à un psychotique avant de deviner qu'il devait être envoyé de Nécrotopia. Ses bottes de cuir ouvertes par ses énormes mollets trainèrent sur le sol bancale du wagon, jusqu'à ce chacun puisse sentir le souffle de l'autre.

"T'es un chasseur de prime toi ?" Elle avait parlé lentement et d'une voix très aigue, sans la moindre once d'arrogance, elle semblait s'attendre à autre chose. "C'est vrai que t'as l'air costaud, c'est quoi ce truc sur ton visage ? T'es malade ?"

Avant que Fontaine ne puisse lui répondre, une détonation sourde se fit entendre, puis une seconde plus puissante, accompagnée de violentes secousses et de fluctuation dans le système d'alimentation précaire des champs Elimés. Cassandre manqua de perdre l'équilibre en se rattrapant sur le corps stable du tueur.

"Qu'est-ce que c'est que ce truc ?"

En guise de réponse, la porte du wagon grinça et s'écroula vers l’extérieur. Un nuage de fumée s'était emparé de l'endroit, des lézardes sur le plafond faisaient pleuvoir des débris de béton alors que le passage vers la station menant à la surface semblait être bouché par un effondrement. Cassandre hurla de colère, surpassant de sa voix celle de ses gagneuses effrayées. Elle attrapa une photographie de Billie qu'elle plaqua dans la main de fontaine.

"Trouve-la ! Tue tout ceux qui sont responsables et apporte moi le commanditaire de tout ça en vie ! Je veux lui chier dans la bouche ! Trouve ma Billie ! Dit moi ce que tu veux savoir, dit moi de quoi t'as besoin !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Inscription : 17/08/2012
Messages : 267
Fonction : Modérateur
avatar
Alexandre Fontaine
MessageSujet: Re: Le fléau et ses femmes   Mer 26 Fév 2014 - 22:43

Alexandre savait qu'il n'aurait pas le droit à des mots de gentillesses de la part de Cassandre mais elle avait l'air de se poser la question s'il était vraiment chasseur de Prime et s'il y avait bien quelque chose que le colosse détestait, c'était de devoir se justifier dans son métier, il était l'un des meilleurs dans son milieu, il en était conscient et il allait encore une fois le prouver. Sa main était non loin de son Napoléon et il avait bien envie de faire une démonstration à la grosse quand il y eu une... non deux énormes secousses. Le Chasseur n'avait presque pas bougé, il avait gardé son équilibre pendant toute les secousses mais il dut retenir la Matrone qui avait faillit se casser la gueule sur le sol. Il la remit sur ses jambes et l'écouta se demander ce qu'il s'était passé. Lui aussi se demandait se qu'il s'était passé et il regarda la porte du Wagon s'écrouler de l'autre côté. Il y avait de la fumée dans toute la partie ou ils étaient, quelque chose de grave devait être en train de se produire. Alexandre ne devait pas se préoccuper de ça, il devait avant tout se concentrer sur la femme qu'il devait trouver. Mais déjà pour se concentrer, il allait falloir que Cassandre se la ferme car ces cris ne l'aidait vraiment pas. Il était habitué à ce genre de situation tendue mais la patience du Tueur à Gage avait des limites. Il regarda la Marâtre avec sévérité lorsqu'elle lui demanda de tuer ceux qui avaient kidnappé sa Billie et de lui ramener le commanditaire. Alexandre regarda la photo qu'elle lui avait donné et la mit dans la poche de son manteau. Il allait garder la photo précieusement et la ressortir uniquement pour se remémorer du visage de sa cible et pouvoir l'utiliser quand il devrait questionner certaines personnes. La Marâtre lui demanda de quoi elle avait besoin et ce qu'il voulait savoir. Alexandre ne prit pas beaucoup de temps pour savoir ce qu'il voulait car il savait toujours ce qu'il voulait :

- Ou passe-t-elle la plupart de son temps à part le Bordel ? Quelles fréquentations avait-elle récemment ?

Il n'avait besoin que de ça avant de pouvoir partir. Il écouta la Marâtre et lorsqu'il eu sa réponse, il se retourna vers la sortie et il annonça avant de partir :

- Et je n'ai besoin que de mon arme pour ce genre de boulot.


Il avait un présentiment qui lui indiquait qu'il allait pouvoir utiliser son Napoléon aujourd'hui. Il avait deux chargeurs en plus de celui dans le chargeur, avec sa force physique, ça devrait être suffisant, du moins il l'espérait.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/07/2012
Messages : 200
avatar
Maître du Destin
MessageSujet: Re: Le fléau et ses femmes   Lun 3 Mar 2014 - 14:24

La patronne du bordel semblait épuisée bien qu'hors d'elle. Elle fit mine de réfléchir un instant aux nombreux penchants de la catin et de son homme incertain.

"Mes filles restent à la maison ou parfois chez le client, Billie fait exception avec un gars du trident. Je ne connais pas son nom mais je crois qu'ils virevoltent ensembles, un nègre il me semble. Je vous ai parlé des goules, je l'ai surprise dans une situation délicate la veille, avec quatre d'entre elles. Allez retrouvez-là ! Vous savez où me trouver."

Comme achevée, elle se laissa tomber sur un canapé parsemé de motifs éventrés. Elle ne semblait plus vouloir parler, aussi le chasseur de prime ne put que revenir sur ses pas.

En sortant du wagon d'un pas assuré il fut témoin d'un changement de décor pour le moins brutal et inattendu. Le quartier était toujours en proie aux cris en tout genres, mais il s'agissait la plus de détresse et de colère que de dire et de provocation. Un épais nuage de fumée retombait au sol encombré par les débris, laissant toutefois dans l’atmosphère une multitude de particules au gout plâtreux, dévoilés par la lumière dégagées des quelques incendies déclarés. S'il s'agissait bien d'explosifs l'un d'eux s'était déclenché tout près surement vers la station menant à la surface vu le nombre de blocs arrachés à la structure dans cette direction.

Les filles de Cassandre épargnée par le sang mais comme recouvertes de cendres se tenaient en ligne contre le wagon et observaient Fontaine en descendre. D'abord séduites par son allure, elles étaient maintenant rassurées par sa carrure. L'un d'elle approcha en boitant sur un talon branlant, manquant de s'écrouler en voulant lui parler.

"Vous cherchez Billie ?" Avait-elle demandé d'une voix aguicheuse bien que  brisée par une toux poussiéreuse.  "Prenez-moi avec vous, j'ai vu beaucoup de choses avant qu'elle ne s'tire dieu n'sait-où !"

La prostitué derrière son air assuré, était térrifiée à l'idée de rester coincée où les bombes explosaient. Plus sincère dans ses dires que dans son sourire, elle savait surement quelque-chose, mais cherchait la compagnie d'un homme protecteur avant toute chose. Ses collègues l'observaient sans oser intervenir, se demandant ce que dirait Cassandre en la voyant partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le fléau et ses femmes   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le fléau et ses femmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Les femmes noires au pouvoir ...
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche
» Pourquoi les femmes sont elles absentes à ce forum?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallre :: Zone HRP :: HRP :: Archives :: ­Fallout Requiem :: Archives :: Hors RP :: Event : La revanche des illuminés :: Partie I-